DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 1 jour, 5h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123
[Chapter Cover]
Partie 20, Chapitre 97.

Chapitre 97

– Combat suivant avec Cell de l’univers 17 contre Bojack de l’univers 6 ! annoncèrent les Vargas.

Cell sourit. Enfin son tour. Il décroisa les bras et se dirigea vers sa gauche, vers l’univers 16. Gohan se tourna vers lui.

– Alors, Son Gohan ? En échange d’un duel entre nous, loin de l’arène, voudrais-tu que je fasse quoi que ce soit de particulier à ce Bojack ?

Le fils de Son Gokû soutint le regard de Cell un instant, puis regarda sur sa droite : à l’espace 18, ils félicitaient Pan pour sa transformation en Super Saiyanne. Son homologue la portait dans ses bras. Ils étaient tous deux heureux.

– Ma fille est morte parce qu’elle était courageuse comme elle. Elle passera cette épreuve... Elle reviendra plus forte. La vengeance ne m’intéresse pas, Cell. Ton match ne me concerne pas.

– Et moi, je peux faire des suggestions ? fit Son Bra.

– Non, fit Gohan.

La réponse ne convint pas du tout à Cell. D’une certaine manière, il voulait à tout prix affronter à nouveau Son Gohan, lui qui avait été le seul à l’avoir tenu en échec lorsqu’il avait atteint le stade parfait. Lui qui, dans d’autres univers, avait réussi à le vaincre. Aujourd’hui, dans cet univers neutre et dépourvu de vie, il avait le moyen de venger tous ses homologues. C’était aussi la chance de voir, une bonne fois pour toutes, lequel des deux était le plus fort. Gohan l’avait vaincu, il était aujourd’hui bien meilleur. Cell aussi avait vaincu, et aujourd’hui il était plus que jamais parfait en tous points. Il était persuadé que malgré la réticence de Gohan, il avait envie de l’affronter à nouveau. Et, ill savait que bientôt, il en aurait l’occasion que ce soit avec ou sans son consentement.

Alors que Cell s’apprêtait à se diriger vers le ring, Bra l’arrêta :

– Tu n’essaies plus de faire croire que ta force n’a pas augmenté ? Car tu as bien vu j’imagine, que Gohan est bien plus puissant que lorsqu’il te mettait la misère à ton tournoi.

– Bon, ça va ! Ce bluff avait de l’intérêt avant que les mastodontes ne dévoilent leurs puissances... Je peux le dire maintenant, je suis immensément plus fort qu’à l’époque !

Gohan se tourna vers Cell avec un sourire tranquille et serein ce qui étonna l’être parfait. Décidément, il ne voulait vraiment pas se battre ? Cell insista :

– Ce tournoi serait bien mieux s’il y avait beaucoup plus de combats... Depuis le début, on s’ennuie plus qu’autre chose... Ce n’est pas ton nouveau père qui me contredira...

Pas très loin, Vegetto, tiqua mais ne dit rien. Bien sûr qu’il s’ennuyait. Mais cela faisait parti du jeu. Les grand combats de finale n’en seront que meilleurs. Et puis il n’attendait rien de Cell. Cell, c’était du passé ! Autant il était net que Buu était plus fort, autant il ne voyait pas trop comment Cell pourrait être un challenge pour lui ou même Gohan. Avait-il trouvé d’autres cyborgs à absorber ? Il en doutait.

– Chacun de nous a tué l’autre, il faudra bien se départager ! conclut Cell avant de partir.

Dans le centre de contrôle Varga, un piaf fit à un autre :

– Ah bah enfin ! Il se décide à aller se battre ! Vraiment, qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir papoter juste au moment de leur combat ?

– Ils sont tous difficiles à comprendre...

Bojack attendait Cell sur le ring, les bras croisés. Ce dernier se demanda un instant s’il n’allait pas gagner sans utiliser ses mains. Il en était sûr, d’un coup de pied à pleine puissance, il pouvait le vaincre.

– Salut moustique ! fit fièrement le pirate de l’espace.

Décroisant ses bras, il déploya toute sa puissance. Espérait-il impressionner son adversaire ?

– Décidément, moi qui étais si fier de ma puissance lors du Cell Game, voilà que des gens tout aussi forts viennent les uns derrière les autres me combattre...

– Hin ! Tu fais déjà dans ton froc ?

Si Cell avait des sourcils, il les aurait froncés. Lui ?Avoir peur ? Il fallait inspirer à Bojack ce qu’était vraiment la peur. Et puis, ne pas utiliser toute sa force aurait été inutile.

– C’était le bon temps, j’avais du challenge encore... Aujourd’hui, je suis incomparablement... plus fort !

À son tour, il fit exploser toute sa puissance. Des éclairs parcoururent son corps. Il n’était pas devenu aussi fort que Son Gohan en Super Saiyan 2 : il dépassait largement ce niveau.

– Hein ? fit Bojack, très surpris avant de se couvrir le visage tellement l’aura de Cell provoquait un vent violent contre lui.

Mais, il retrouva vite le sourire :

– Tu crois que me pousser un peu suffira à me vaincre ? Des adversaires qui se la jouent, j’en ai vu toute ma vie ! Tu ne feras pas exception !

À l’espace 18, Gokû témoignait :

– Tu vois ? Bien plus fort.

– Bien sûr, lui répondit Vegeta. Il possède nos cellules. Il était forcément devenu plus puissant. Reste à savoir encore jusqu’à quel point...

En effet, Vegeta se demandait quelle pouvait être la marge de progression de Cell. Est-ce que Gero l’avait créé de façon à ce qu’il progresse bien plus vite que les Saiyans ? Si tel était le cas, il dépassait probablement, après vingt-sept ans, le niveau de quiconque dans l’espace 18...

– Allons-y, microbe ! gueula le chef du Gang Bojack en fonçant sur son adversaire.

Son poing rencontra cependant du vide. Cell avait tout simplement disparu. Quiconque possédant le niveau de Bojack ou moins ne le revit pas pendant plusieurs secondes avant qu’il ne réapparaisse derrière le guerrier vert :

– Tu cherches quelqu’un ? Suis-je trop rapide pour toi ? fit-il en souriant.

Vif, Bojack se retourna, la main tendue devant lui et balança une énorme attaque de Ki qui fit mouche. L’énorme rayon d’énergie vint jusqu’à percuter avec force le bouclier protégeant le public.

– Encore plus simple que prévu ! déclara fièrement le pirate avec un large sourire, jusqu’à ce que la fumée disparaisse devant lui, révélant un Cell sans aucune blessure.

– C’est tout ? fit la créature de Géro.

Si une attaque d’énergie ne marchait pas, ce qui pouvait arriver après tout, rien ne valait un bon enchaînement de force physique. Bojack se rua sur son ennemi. Il était extrêmement rapide, mais beaucoup moins que Cell, qui le nargua tout en esquivant chaque coup :

– Que c’est mou...

– Tu vas fermer ta gueule ! ragea Bojack en balançant son poing droit aussi vite et fort qu’il pouvait.

– À toi de m’obliger... rétorqua Cell en parant d’une main cette attaque.

Puis il serra ce poing, jusqu’à entendre des craquements, et il envoya un coup de sa main droite dans le ventre du pirate, qui en eut le souffle coupé.

– Im... Impossible ! tituba-t-il.

Alors que Cell fit un pas en avant, Bojack se reprit et attaqua. Cette fois, Cell n’esquiva pas et il ne para pas non plus. Il se laissa toucher. Bojack frappait encore et encore, à l’aide de ses poings tout d’abord, puis en enchaînant par des coups de pieds. Chaque coup émis entraînait une petite onde de choc qui faisaient trembler le ring. Mais, la créature verte et noire ne bougeait pas. Elle gardait son sourire, se prenant coups sur coups, sans sourciller. Elle ne subissait aucun dommage.

Et Bojack s’en rendait bien compte. Alors si le corps à corps ne marchait pas, il restait les techniques spéciales !

– Liens d’énergie ! cria-t-il en tendant les mains devant lui.

Cell se retrouva coincé entre des fils d’énergies qui le maintenaient droit comme un i.

– Hin ! Tu ne peux plus bouger ! nargua le pirate.

– Hin ! Toi non plus... contra Cell en faisant disparaître un regard faussement apeuré par un gros sourire.

– Euh...

Bojack perdit de sa superbe. Il ne s’attendait pas à cette réaction. C’était vrai, il n’avait jamais fait attention à cela : pour empêcher Cell de bouger, il devait tenir sa technique et donc ne pas bouger lui non plus ! Mais qu’importe : Cell immobilité, il ne pouvait plus attaquer !

Mais Cell parvint à sautiller, ses pieds n’étant pas bloqués. Il atterrit sur la droite de Bojack, qui eut le temps de se retourner, s’éloigner d’un saut, et de resserrer les fils d’énergie. Le pirate comprit qu’il n’arriverait pas à le retenir ainsi éternellement, alors il tenta le tout pour le tout. Il augmenta la puissance.

– Ils vont te couper en morceaux !

Les fils se resserrèrent un peu plus, mais Cell ne perdit pas son sourire. Ses yeux brillèrent tout à coup, et chaque oeil tira un rayon laser qui percuta Bojack en pleine poitrine, le blessant et le projetant loin, jusqu’à le plaquer plusieurs secondes contre le bouclier du public, comme c’était arrivé à Zangya.

Puis il tomba par terre dans l’espace 16.

– Une nouvelle humiliation pour le Gang Bojack ! fit Jet, une fille de l’univers 6, joyeuse.

– Je suis contente d’être venue finalement ! lui répondit Kat, elle aussi souriante de voir leur ennemi perdre.

– Hé ! cria Bujin derrière elles.

Elles sursautèrent ! Le dernier membre du gang avait été si discret qu’elles n’avaient pas pensé qu’il était juste à côté. Vite, se donner une contenance...

– Je rigolais, monsieur, je n’ai rien contre vous, tenta de se justifier Kat, à nouveau toute apeurée.

– C’est ça... Je connais votre plan, vous savez ! Je sais que vous êtes ici uniquement pour tuer Bojack.

Kat inspira avec crainte et ouvrit de grands yeux, qu’elle pointa sur sa chef. Que savait-il !? Comment le savait-il ?! Mai se plia sur elle-même.

Jet, la seule blonde du groupe et effectivement la chef, laissa perler une goutte de sueur. Bravo pour la réaction, les filles. Maintenant il est certain qu’on a un agenda secret !

Les filles ne dirent pas un mot de plus.

À l’espace 16, Bojack rouvrit les yeux. Une chance que le temps imparti de trente secondes ne soit pas écoulé ! Devant lui, il aperçut une chaussure noire. Relevant péniblement la tête, il put voir à qui elle appartenait : Son Gohan, le père de la petite qu’il avait tué.

Derrière lui se tenait Videl, peu rassurée par la présence du monstre. Mais aussi, à gauche de Bojack il y avait Bra en Super Saiyanne qui faisait craquer ses poings :

– T’es mal tombé, toi !

Sur le ring, Cell observait la scène. Il avait fait exprès de se mettre dans le bon angle, pour faire tomber Bojack dans l’espace de l’univers 16. Quel plan parfait ! Restait à voir le dénouement, c’est-à-dire la réaction de Son Gohan face au meurtrier de Pan.

Le regard de Gohan était très sévère, mais il contint sa rage. Il détourna finalement les yeux, contrairement à Bra :

– Il est chez nous, on le frappe ! Affirma-t-elle avec sa nouvelle version des règles.

– Non, non... fit son père en apparaissant subitement près d’elle, plaçant gentiment une main sur son épaule pour l’arrêter.

– Je... commença Bojack en s’appuyant sur ses mains afin de se relever.

Il eut le temps de voir tous ceux de l’univers 16 regarder subitement en haut, vers le ring. Il comprit lorsqu’une douleur atroce en plein milieu du dos lui fit échapper un hurlement, avant que les ténèbres ne lui voilent les yeux.

Depuis le ring, Cell avait volé rapidement, genoux en avant, pour écraser Bojack. La réaction qu’il attendait de Gohan n’était pas venue. Il n’avait plus qu’à en finir.

– Mort de Bojack ! Victoire de Cell de l’univers 17 ! crièrent les Vargas alors que Cell relevait la tête du pirate en lui tirant les cheveux.

– Déjà ? Qu’il est fragile ce petit...

Il lâcha le mort et commença a rejoindre son espace. Sans se retourner il dit :

– Je vous laisse faire le ménage hein...

Bra rattrapa l’être parfait, toujours en Super Saiyanne. Le pointant du doigt et lui faisant face , elle lui dit :

– Gohan n’a peut-être pas envie de te combattre, mais ce n’est pas le cas de tout le monde ! Je vengerai Pan ! Moi, Son Bra, j’accepte le défi que tu a lancé à mon frère !

– Aucun intérêt.

Cell reprit sa marche avant d’ajouter :

– Tu n’es rien pour moi, te vaincre ne me satisferait pas.

– Quoi ?! Répète ça pour voir ! hurla t’elle en s’élançant derrière le monstre cloné de Gero.

Bra était en pétard, et une nouvelle fois, son père la retient et la ramena à leur espace 16.

Des Nameks et Vargas s’affairaient déjà sur Bojack. À l’espace 8, Coola commenta :

– Je trouve que ce Cell nous ressemble un peu. Mais, je n’arrive pas à voir en quoi exactement...

– N’importe quoi ! rétorqua Freeza. D’où tu vois ça ? Ce n’est pas parce que tu as perdu que tu dois faire ton intéressant en commentant les combats ou les participants !

– Répète un peu ! cria Coola alors qu’un de leurs sous-fifres les interrompit par sa présence. Il tenait une armure qu’il tendit à Cold :

– Votre nouvelle armure, sire. Nous y avons passé toute la nuit !

Le père des Démons du Froid la pris, l’enfila et fit quelque mouvements des bras.

– Voilà qui est mieux ! J’ai ainsi plus de prestance !

Pour les deux fils, c’était la première fois qu’ils voyaient leur père en forme originelle et vêtue d’une armure. Allait-il donc rester sous cette forme indéfiniment à présent ? S’il la maîtrisait si bien, pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt ?

À l’espace 6, Bujin recevait les Vargas et Nameks qui transportaient Bojack. Après un instant d’hésitation, Il leur dit :

– Je m’en fous, je veux pas le voir.

Pour la deuxième fois, les Vargas se demandaient ce qui n’allait pas chez ce groupe pour qu’ils ne ressentent pas le besoin de se recueillir sur la dépouille d’un ami ou de la famille...

Jet jeta un regard étonné à ce Bujin. Des dissensions au sein du groupe ? Intéressant...

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk