DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 3 jours, 4h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127128129130
Partie 27 :131132133134135
Partie 28 :136137138139140
Partie 29 :141142143144145
Partie 30 :146147148149
[Chapter Cover]
Partie 30, Chapitre 148.

Chapitre 148

Pendant ce temps, à l’autre bout de l’univers.

Les participants des différents Univers qui avaient été mis à l’écart par la magie de Babidi s’employaient activement à retrouver la position de l’arène, et venir en aide le plus rapidement possible à leurs proches. Son Gokû se concentrait intensément sur les énergies les plus fortes qu’il pouvait y avoir. Son Gohan, Son Bra, Cell, même Majin Buu… S’il parvenait à capter l’une de ces puissances, il pourrait ramener tout le monde en un instant ! Mais l’univers était incroyablement vaste, et il devait parcourir toutes les zones de l’espace, à la limite de sa propre perception.

De son côté, Vegetto avait la même réflexion. La tâche était extrêmement complexe, car il ignorait où ils se trouvaient. Quand il était parti de l’astéroïde après sa défaite, il pouvait la retrouver car il connaissait sa destination et son chemin. Mais là, il devait se rabattre sur l’ancien déplacement instantané. Personne n’avait ressenti sa puissance extraordinaire quand il était passé Super Saiyan 3 dans l’espace, face à Ginyû. Comment était-il supposé retrouver les faibles puissances de ses compagnons dans cette immensité ? Seuls Son Gohan et Son Bra pouvaient espérer attirer son attention, et encore…

– Impossible de les ressentir, fit Gokû en grinçant des dents. Gohan et les autres doivent être en train de se battre, mais leurs énergies sont trop éloignées.

– Ils sont intelligents, fit remarquer Vegeta. S’ils unissaient leurs forces, ils pourraient tous les deux déployer une puissance suffisante pour être détectée. Mais ils ont Videl et Bra à défendre. Et avec Cell…

– Ne vous focalisez pas horizontalement. Il faut chercher en haut et en bas aussi, dit #16 en calibrant ses scanners.

Une puissance explosion lumineuse eut lieu derrière eux, les distrayant momentanément. Gotenks se tenait devant eux, déjà transformé en Super Saiyan. Près de lui, Trunks de l’Univers 16 croisait les bras, l’air contrarié.

– Bon, on ne va pas perdre de temps ! s’écria Gotenks en souriant de façon narquoise. Laissez faire le superbe Gotenks ! Je prends tout ce côté, et vous tous, vous vous occupez de l’autre !

Un bras l’empoigna soudainement autour du cou. Reconnaissant cette couleur, l’être fusionné blêmit, angoissé. La voix suave de son ennemi d’antan s’éleva.

– D’accord ! Honneur aux plus puissants ! Moi et mon copain, on va se charger de cet hémisphère !

Plusieurs rires éclatèrent, provenant des plus jeunes. Les deux Pan et Uub étaient hilares devant l’air penaud de Gotenks. Quant à Trunks, il esquissa un léger sourire avant d’afficher à nouveau un air frustré.

– C’est surprenant, fit Vegetto derrière Trunks qui tressaillit. Pourquoi tu as laissé ton double fusionner avec le Goten de notre Univers ?

– … Leur fusion est plus performante que la nôtre, maugréa Trunks. Si leur Trunks a de nouvelles capacités, autant qu’il en fasse profiter Gotenks. Les secrets de mon double lui permettront peut-être d’être plus efficace. Ils retrouveront peut-être l’arène plus vite qu’avec moi…

Compatissant, Vegetto posa la main sur l’épaule de son fils et le convia à se joindre à lui pour rechercher de leur côté. Les Héloïtes n’avaient pas prêté attention à la scène, focalisés sur leurs analyses. Ils étaient des guerriers d’élite, et ils se devaient de rester concentrés, pour pouvoir secourir leurs compatriotes et les innocents au plus vite. Eleim donna des directives à ses compagnons :

– Tidar, tu prends le tiers Nord. Xeniloum, le tiers Sud. Je fais l’équateur.

– Entendu ! dirent les deux autres d’une même voix.

Quasiment tous les partenaires se mirent en position, tournés vers l’extérieur. Ils étaient groupés ou solitaires, selon leurs affinités et leurs caractères. Gotenks et Buu disposaient d’une incroyable perception, et s’étaient partagés leur zone, même si en fait, d’autres participants étaient aussi dans leur moitié. De temps en temps, le Djinn jetait un coup d’oeil amusé au Saiyan qui affichait un sourire troublé. Dans une certaine mesure, l’être fusionné était rassuré d’avoir un être aussi puissant que lui pour les aider, malgré leurs griefs d’autrefois. Buu était si extraordinaire qu’avec son concours, les choses pourraient vite s’arranger. Lui et Vegetto formaient le duo le plus puissant, et à eux deux, ils pouvaient tout réussir.

Mais c’était sans compter le caractère espiègle de Buu, qui avait veillé à s’accaparer la zone qui contenait l’arène. Grâce à ses multiples talents, il s’arrangeait pour détourner sa localisation afin d’être sûr qu’elle ne puisse être perçue. Il ne dirigerait leur attention dessus qu’au moment propice, quand les choses nécessiteraient enfin leur intervention. Il voulait que le tournoi continue, et il y veillerait. Mais il voulait s’amuser avant tout. Et si Babidi pouvait pousser XXI à intervenir, ce serait une nouvelle raison de patienter. Si ce sorcier voulait vraiment les Dragon Balls, il devrait mettre fin à ce chaos.

Un peu plus loin, Uub s’était joint à son maître et aux deux Pan. Gokû avait tenu à l’avoir auprès de lui, grâce à sa formidable faculté à détecter Majin Buu. Il pouvait possiblement le retrouver près de Babidi, et cela les aiderait énormément. Mais il ne parvenait pas à rester appliqué. Il ne pouvait s’empêcher de regarder Buu de l’Univers 4. Cela le démangeait d’aller le voir pour lui poser certaines questions, mais le moment n’était pas adéquat. Le Djinn sentit son regard sur lui, et il esquissa un sourire. Il avait bien entendu pris soin de dissimuler ses propres morceaux à la perception de son héritier. Pour s’assurer qu’il ne le trouve pas avec ses nouveaux dons, il avait redoublé de prudence. Rien ni personne ne pourrait jamais le détecter. Malgré son affection pour le jeune guerrier, il n’avait pas l’intention de le laisser gâcher son plaisir.

Une violente droite. Le sol qui se brisa. La terre qui trembla.

Cell essuya le sang qui coulait de ses lèvres et ricana en voyant sa némésis à terre. Il avait légèrement le dessus sur Son Gohan, mais il ne parvenait pas à le briser. La puissance que le Saiyan avait acquise était vraiment surprenante, et lui donnait du fil à retordre. Pourtant, il le voyait bien. Son Gohan était loin d’être un maniaque de l’entraînement, alors que lui-même n’avait fait que peu de pauses durant ses vingt-sept longues années. C’était frustrant, mais également exaltant !

Gohan se redressa, le torse égratigné. Il était épaté par les progrès de l’être parfait. Quand il était devenu Super Saiyan 2, il l’avait surpassé sans difficulté, mais leur bras de fer s’était fini sur le concours de son père et de Vegeta. Cette fois, Cell était encore bien plus fort, et il était seul face à lui. Mais il avait acquis une puissance de loin supérieure à celle de son adolescence. Il vaincrait Cell à nouveau, et protégerait les siens.

– Je vais t’écraser, Cell ! s’écria-t-il en se jetant sur lui.

– Essaie donc, Son Gohan ! répliqua Cell en s’élançant lui aussi.

Leurs poings allèrent se figer dans la joue de l’autre, dans une fracassante onde de choc qui fissura le sol autour d’eux. La queue de Cell s’enroula autour de la jambe de Gohan qui ne put réagir à temps et l’envoya valser dans les cieux. Ravi, Cell en profita pour concentrer son énergie entre ses mains jointes juste devant son torse. La sueur perla de son front alors qu’il poussait un grognement devant l’effort qu’il fournissait. Il avait encore beaucoup de surprises en réserve, et il allait en dévoiler une de plus.

Quand Son Gohan se stabilisa, il fut surpris de voir un Kikoha étrange de couleur violette dans la main de Cell. L’être parfait sourit malgré son bras tremblant. Il s’exclama tout en prenant position :

– Survis donc à ça, Son Gohan !

Il envoya la sphère d’un geste vif en direction du Saiyan qui esquiva de justesse. Il était surpris par la vitesse de l’attaque. Mais Cell ricana et ouvrit la paume de ses mains. Le Kikoha explosa derrière Son Gohan qui se retourna. Il fut effaré en voyant de multiples Kienzans mauves qui le prenaient pour cible. Il s’envola rapidement dans les airs, poursuivis par les attaques énergétiques. Cell tendait les bras, crispé par la concentration que l’attaque nécessitait. Exploitant le potentiel des Démons du Froid, il avait formé de nombreux Kienzans qu’il contrôlait simultanément. Il avait passé beaucoup de temps à développer cette technique, entre beaucoup d’autres, mais celle-ci avait nécessité beaucoup de travail, et il n’était pas sûr de pouvoir la maintenir longtemps au vu de la dépense d’énergie. L’apport de son maître était vraiment un atout de taille.

Son Gohan, profitant d’une ouverture entre les attaques, envoya une décharge d’énergie en direction de Cell qui n’esquissa pas un mouvement. Écarquillant les yeux, le cyborg poussa un cri de rage tandis qu’un bouclier se forma autour de lui, bloquant l’attaque.

“Et maintenant, que comptes-tu faire, Son Gohan ?” se moqua Cell intérieurement, alors qu’il haletait pour conserver le contrôle.

Son Gohan jongla entre les attaques, affichant une expression sidérée. S’il ne réagissait pas vite, il finirait découpé. Cell était vraiment un ennemi de taille, et la victoire contre un tel ennemi paraissait peu probable.

“Zut… Il faudra que je prévienne Vegeta ! Si je survis… ”

– Ksss, siffla Vegeta de l’Univers 13, méprisant.

L’empereur Saiyan regardait les autres autour de lui d’un air dédaigneux. Ces avortons lui donnaient la nausée, à s’organiser de la sorte. Ce travail d’équipe, cette confiance… Ils n’avaient vraiment aucune fierté. Ils obéissaient sans rechigner aux ordres sous-entendus de ce “Son Gokû”, ce Kakarotto d’une gentillesse écoeurante. Tous les autres se comportaient comme de bons chiens-chiens, suivant ses directives à la lettre. Plutôt mourir que de suivre le mouvement sans protester !

– Tu n’es pas obligé de participer à l’effort commun. Mais tu peux te passer de commentaires, fit une voix reconnaissable derrière lui.

Il se retourna, contrarié. Son double de l’Univers 18 le dévisageait d’un air désagréable. Ce Vegeta ne supportait pas cette version imbue de lui-même, cet imbécile s’accrochant à un statut inutile dont il s’était détaché des années plus tôt. Il serait devenu comme cet empereur pathétique sans sa rencontre avec Gokû et Bulma, et voir le comportement de ce Vegeta le dégoûtait autant qu’il se félicitait d’être resté sur Terre, aux côtés de sa femme et de son rival.

– Tu te fiches de tes compagnons, je m’en doute, continua-t-il d’un ton railleur. Mais ici, nous sommes nombreux à avoir des proches et des raisons de nous battre. Alors l’égoïste que tu es ferait mieux de se taire et de rester dans son coin.

– Je n’écoute pas les suiveurs ! rétorqua Vegeta de l’Univers 13, prenant un ton colérique. Où est ta fierté, Vegeta ? Tu te mets en ligne et suis leurs ordres. Es-tu donc devenu aussi faible que ces prétendus samaritains ? Tu me donnes envie de vomir !

– Jouer au con pour ne pas faire comme les autres, je n’en serais pas très fier. Pas aujourd’hui. Que feras-tu si on ne trouve pas l’arène ? Si Babidi l’emporte et s’empare des Dragon Balls ? Tu vas rester coincer ici, lamentable et pathétique, au milieu de ceux qui luttent pour sauver la situation et la vie de leurs proches. Celui qui n’a aucune fierté, c’est toi. Peut-être ferions-nous mieux de t’abandonner ici, une fois que nous aurons trouvé l’arène. Tu ne manqueras à personne.

Vegeta tiqua. Comment ce méprisable et arrogant personnage osait-il lui parler de la sorte ? Ce Saiyan sans titre et sans une once de fierté se laissait faire par Kakarotto et une bande de pantins au bon coeur !

– Si tu étais encore le grand monarque que je suis, c’est toi qui donnerais les ordres ! On a tous les deux été élevés dans les mêmes conditions ! Ton Univers doit être vraiment dégénéré, si même toi, tu as laissé ton rang et ton sang se rabaisser à ce point ! J’ai vaincu Freeza, et j’ai mis le monde à genoux ! Peux-tu en dire autant ?

– Le plan est bon. Tu voudrais que je donne des ordres contradictoires pour me faire remarquer, comme un gamin capricieux tel que toi ? J’ai passé l’âge. Tu as peut-être éliminé ce pitoyable adversaire, mais j’ai affronté des ennemis dont tu n’as pas idée. Je connais les joies d’avoir une famille, une rivalité, et le goût de la paix. Ma fierté, dis-tu ? C’est elle qui me pousse à m’entraîner encore et encore pour être le plus fort, jusqu’au jour où j’écraserai Son Gokû de mes propres mains ! La fierté de défendre les siens et de mourir pour eux est bien plus grande que l’égoïsme auquel tu te raccroches désespérement.

– Mourir pour les autres ? ricana l’empereur. Quel prince ferait donc cela ? Tu n’es qu’un faible. Personne ne te prend au sérieux, tu te contentes de suivre le troupeau au lieu d’être à sa tête. Sais-tu seulement encore donner un ordre ?

– C’est ce que tu ferais, si tu avais un tant soit peu de puissance, n’est-ce pas ? Personne ici ne se préoccupe de toi. Tu n’as ni la force, ni le charisme nécessaires pour te faire écouter par qui que ce soit ici. Tu es seulement dirigé par ton manque de reconnaissance. Quel faible !

Alors que leur discussion s’envenimait, quelques participants se détournaient de leurs recherches malgré eux pour suivre la scène. Trunks de l’Univers 12 était assez perplexe. Il assistait à la confrontation des deux facettes de son père : le guerrier impitoyable à la fierté démesurée, et le père protecteur et dévoué, luttant pour ses proches de façon honorable. Celui de l’Univers 18 était le résultat de ces deux personnalités, un Saiyan fier et vaillant sur qui on pouvait compter. L’autre était un tyran sanguinaire et orgueilleux qui ne se préoccupait que de lui et de sa soif insatiable de pouvoir. Celui-là même que Trunks avait connu autrefois, lors de son premier voyage dans le temps. Avant qu’il change en ce brave père de famille dont il était fier d’être le fils.

Malgré l’urgence de la situation, il se garda d’intervenir, curieux de voir où cet échange pour le moins insolite allait mener ses deux paternels alternatifs. Beaucoup de combattants restaient fixés sur leurs recherches, au contraire de Buu qui écoutait les deux Saiyans avec attention. Mais pas pour les mêmes raisons que Trunks…

– .. Faible ? Tu tiens à vérifier ça ? Maintenant ? Je suis ton homme !

– Humph, ricana Vegeta de l’Univers 18 dans un rictus. Si tu y tiens. Mais ce sera humiliant… Pour toi.

La droite de Vegeta de l’Univers 13 siffla soudainement dans l’air, frôlant le visage de son homonyme de quelques centimètres. Ce dernier s’était instinctivement penché légèrement en arrière pour esquiver le coup. Les réflexes du Saiyan étonnèrent Trunks et d’autres combattants qui commençaient à s’intéresser à l’action présente.

L’impérial Vegeta s’irrita et le poursuivit, tentant vainement de le frapper rapidement. Ce maudit jumeau évitait ses attaques avec aisance, sans nul effort apparent. Son Gokû s’étonna des mouvements de son rival de toujours. Était-ce parce qu’il était confronté à lui-même qu’il parvenait à se soustraire aux assauts de ce Vegeta orgueilleux ? Non, il le voyait bien. Il s’agissait du résultat de ces longues années d’entraînement. Il avait déjà pu s’en rendre compte lors de son combat contre Kakarotto. Aucune des attaques du Saiyan fou n’avait réellement atteint Vegeta, qui avait esquivé de justesse ou avait encaissé sans subir de lourds dommages. Et maintenant, il le prouvait à son double mégalomane, jouant avec lui pour prouver sa supériorité, dans tous les domaines.

Moqueur, Vegeta dit tout en reculant de quelques pas :

– Tu vois ? Tu ne parviens même pas à me toucher. Que tu es pathétique ! Maintenant, cesse tes gamineries, avant que je t’humilie pour de bon. Je dois retrouver ma fille avant que tes dégénérés de comparses s’en prennent à elle.

– … Est-ce vraiment moi, le plus humilié de nous deux ? rétorqua l’autre Vegeta d’un ton cassant. Regarde où ta stupide lubie familiale t’a mené. À aimer une femelle et paresser sur ta ridicule planète, tu n’as même pas atteint mon niveau de transformation. Contrairement à ton Kakarotto ! Qui donc est le plus lamentable ?

Sur ces mots, il se transforma en Super Saiyan 3, affichant un rictus méprisant. Une démonstration concrète suffirait à lui clouer le bec. Sa puissance formidable se déploya dans l’enceinte de la zone oxygénée, captant l’attention des personnes présentes tandis que le vent se soulevait violemment. Gast Carcolh, exaspéré par ces enfantillages puérils depuis quelques instants, s’apprêtait à s’interposer quand le bras tendu de Vegetto le coupa dans son élan. Ce dernier semblait captivé par le spectacle, et suggérait silencieusement de ne pas intervenir. Un peu plus loin, Buu semblait du même avis.

Alors que le perturbateur continuait de se moquer d’un air sardonique, Vegeta de l’Univers 18 n’esquissait pas un seul geste. Seuls ses poings tremblants et une veine apparente sur son front trahissaient sa frustration et sa colère. Voyant qu’il semblait avoir touché une corde très sensible, la version impériale explosa de rire. Affirmer que Kakarotto lui était supérieur était de loin la plus délicieuse des provocations, ce lamentable pastiche de sa magnificence ne pouvait rester de marbre devant de telles paroles.

L’autre Vegeta se transforma alors en Super Saiyan 2, son aura foudroyante faisant tourbillonner à son tour la poussière à proximité. Le rire de Vegeta se coupa net, tandis que l’autre s’avançait d’un pas déterminé, jusqu’à avoir le visage presque collé à celui de son double. Ce dernier fut choqué en constatant que sa puissance n’était pas si inférieure à la sienne. Elle n’avait rien à voir à celle qu’il avait déployée face à Kakarotto. Elle était similaire à celle qu’il avait ressentie durant l’attaque de Buu de l’Univers 4. Vegeta de l’Univers 18 était vraiment sérieux, et piqué au vif.

– Tu n’imagines pas ce dont je suis capable, affirma-t-il d’un ton dédaigneux. Je pourrais t’écraser sans difficulté, vermisseau ! Mais tu n’en vaux pas la peine. Seul Son Gokû, qui t’est de loin supérieur, est digne de m’affronter à ma pleine puissance. Mon niveau actuel me suffit pour t’aplatir, empereur de trois cloportes sans cervelle !

Lors des précédentes années, Vegeta avait confronté Gokû avec une transformation de différence, maintes fois. Il n’avait pas peur, surtout face à son équivalent, qu’il savait moins fort que Gokû.

Il plaqua son front contre le sien, le dévisageant sans faillir. Vegeta de l’Univers 13 se braqua, mais ne céda pas. Il bluffait, il en était persuadé ! Au diable le rapprochement qu’il espérait et sa curiosité envers ce personnage pour le moins burlesque et prétentieux. Il fanfaronnait beaucoup, mais ce n’était que de la frime, en fin de compte. Tomber dans une telle déchéance était pire que la mort. Il avait atteint un niveau démentiel, ce Super Saiyan 3 qu’il n’avait jamais imaginé jusqu’alors, et ce pâle ersatz, limité par ses faiblesses sentimentales, en était incapable. Il lui était supérieur, et c’est tout ce qui comptait.

Il continua d’afficher un large rictus provocateur que lui rendit l’autre Vegeta, tremblant de frustrant. Ce dernier était proche de lui régler son compte. Un simple mouvement, et il démolirait cet égo démesuré..

Cependant, au moment de frapper, sa fierté éprouvée laissa soudainement place à une image qui traversa son esprit en un éclair. Il le ressentait, sa fille était en danger immédiat. Il n’avait pas de temps à perdre avec ce fanfaron d’un autre âge. Sa priorité absolue était de revenir à l’arène, et de démolir ce méprisable insecte de Babidi pour de bon.

Vegeta stoppa net sa transformation, revenant à son état normal. Choqué par ce revirement soudain, l’autre hésita, puis se rappela qu’il était entouré d’ennemis, qui ne laisseraient pas passer une attaque de sa part contre un adversaire non transformé. Alors il fit de même. Il ne parvint pas à parler, dans l’incompréhension la plus totale. Vegeta de l’Univers 18 ferma les yeux et lâcha dans un soupir résigné :

– Malheureusement, ce n’est pas le lieu pour ça. Mais tu ne perds rien pour attendre.

– Si ce n’est que ça… Je peux vous faire un ring.

Cette voix enjouée qui s’éleva pas très loin d’eux foudroya instantanément les deux Vegeta qui tournèrent lentement la tête en direction de leur interlocuteur. Buu avait créé un large banc pas très loin des deux Saiyans, sur lequel il était nonchalamment assis. Vegetto et Son Gokû à ses côtés, des paniers de pop-corn entre les mains. Profitant de cette confrontation originale et très excitante, le Djinn avait transformé des morceaux de roche en nourriture et en avait remis à tout le monde. Cela faisait plusieurs minutes que les Vegeta se querellaient, et Buu avait eu le temps de préparer ce gradin improvisé. Les Héloïtes, consternés par ce comportement enfantin, s’étaient éloignés pour continuer leurs recherches, accompagnés par #16 et le Kaiôshin du Sud, qui ne voulaient pas s’en mêler. Quant aux Saiyans, avares de combats et fascinés par cet échange pour le moins fantaisistes, ils s’étaient installés sans hésiter et profitaient à fond du spectacle. Trunks de l’Univers 16 observait d’un air perplexe son père avaler des friandises. Quant à Gokû, il fut rejoint par la Pan de son univers, contaminée par ce caractère naïf et jovial qui caractérisait tant son grand-père lors de ces instants, même dans ce genre de situations. Gast plaqua sa tête dans sa main, découragé.

– Où sont donc passés vos déterminations ? Ne disiez-vous pas il y a un instant que vous vouliez retrouver l’arène à tout prix ? Vos familles sont en danger !

– Pas de soucis, Super Namek ! répondit Buu d’un ton amusé. Je continue de scanner ma partie de l’Univers sans aucun problème. Regarde derrière !

Effectivement, une tête flottante du Djinn se trouvait à son emplacement précédent, concentrée sur sa tâche. Mais Gast s’en trouva plus inquiet que rassuré. Cette personnalité que lui et les Saiyans partageaient ralentissaient considérablement leur mission.

– J’ai confiance en Son Gohan et Son Bra pour tenir le coup, ajouta Vegetto la bouche pleine. J’ai conscience de la gravité de la situation, mais… Deux Vegeta qui se frittent, je ne peux pas passer à côté, désolé, c’est juste hilarant !

Les deux concernés restèrent figés devant ce public folâtre. Un certain malaise s’empara d’eux, et ils se tournèrent le dos l’un l’autre, embarrassés.

– Euh… Bon, j’imagine que ça ne coûte rien de vous aider, fit celui de l’Univers 13, troublé par leurs regards fixés sur lui. Je n’ai pas envie de rester planté sur ce caillou éternellement.

– Je suis d’accord, répondit l’autre Vegeta en regardant obstinément dans la direction opposée.

Il savait ce que ressentait son double. Malgré son amour-propre, il devait savoir où se trouvait son intérêt. Lui-même avait dû combattre Freeza en travaillant à contre-coeur avec les Terriens. Au seuil de la mort, il l’avait même abandonnée en suppliant Gokû d’abattre Freeza pour lui et pour leur peuple annihilé. Ce qu’il manquait à ce Vegeta souverain, c’était la sérénité et la rivalité. Mais même sans cela, il n’en demeurait pas moins intelligent. Son orgueil de dictateur était simplement excessivement gigantesque, par rapport à son ancienne position de simple prince. Il lui fallait juste un plus grand effort pour le mettre de côté.

Les deux Saiyans commencèrent à s’éloigner l’un de l’autre, au grand regret de Gokû, Vegetto et Buu. Vegeta de l’Univers 13 conservait une certaine irritation à l’égard de ce méprisable personnage qu’il était devenu dans un autre monde, mais il ne pouvait s’empêcher d’avoir une once d’admiration pour lui. Bien qu’il se soit rabaissé à cohabiter avec des individus inférieurs, il demeurait digne et surtout, un être puissant. À défaut de ne jamais considérer cela comme une obéissance à ce Son Gokû repoussant, il collaborerait sans rechigner avec lui-même.

Quant à Vegeta de l’Univers 18, il avait de nouveau le regard tourné vers les profondeurs insondables de l’Univers, les poings serrés. Il ne pensait déjà presque plus à cette altercation, son esprit à nouveau tourné vers sa fille.

“Tiens bon, Bra, je te trouverai !”

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu