DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Partie 0 :0Partie 1 :12345Partie 2 :678910Partie 3 :1112131415Partie 4 :1617181920Partie 5 :2122232425Partie 6 :2627282930Partie 7 :3132333435Partie 8 :3637383940Partie 9 :4142434445Partie 10 :4647484950Partie 11 :5152535455Partie 12 :5657585960Partie 13 :6162636465Partie 14 :6667686970Partie 15 :7172737475Partie 16 :7677787980Partie 17 :8182838485Partie 18 :8687888990Partie 19 :9192939495Partie 20 :96979899100Partie 21 :101102103104105Partie 22 :106
[Chapter Cover]
Partie 21, Chapitre 102.

Chapitre 102

– Il est encore là, lui ?

Bujin était surpris de revoir XXI. Il ne l’avait pas vu depuis la veille avant même le début du tournoi. Il s’était éclipsé peu de temps après l'arrivée des univers 6 et 7. Bujin et son groupe croyaient qu’il avait juste abandonné la partie.

XXI était en effet un vieillard. Il semblait impossible pour Bujin qu’un tel personnage puisse être le plus fort de son univers… Mais ce tournoi lui avait révélé que l’impossible n’existait peut-être pas dans ce tournoi. Lui-même n’aurait jamais parié sur l’espèce de gros chamallow rose !

Alors que Bujin était tout près du fameux XXI, il ne l’entendit pas prononcer les quelques mots qu’il venait de murmurer. Poussé par une force magique, XXI s’envola alors vers le ring. Vegetto l’y attendait déjà, et d’un simple coup d’oeil, il avait perçu sa nature :

– Un magicien... C’est un peu incorrect, pas très fair-play, mais il faut que je l’élimine d’un coup sans lui laisser le temps de faire un truc bizarre.

Il faut dire que dans sa vie de justicier intergalactique (un vrai, pour le coup), Vegetto avait rencontré toute sortes d‘êtres. Les guerriers les plus puissants n’étaient rien pour lui, et il eu plus de challenge en croisant des ennemis fort puissants... qui ne se battaient pas !

Ce que Vegetto appelait un magicien, c’était tout adversaire avec des pouvoirs spéciaux, ce qui pouvait surprendre et même donner une victoire facile contre un ennemi aussi puissant soit-il, s’il n’était pas prévenu. Certains enchanteurs l’avaient attaqué en déformant sa vision, son entourage, en essayant de l’hypnotiser, de le tromper... On avait déjà réussi à l’endormir pour un temps très court, suffisant pour perdre conscience pendant trente secondes dans ce tournoi... On avait créé de (piètres) doubles de lui. On avait essayé de fouiller sa mémoire, de trouver des anciennes blessures...

En bref, contre un adversaire qui pouvait sortir absolument tout, la seule réponse était d’attaquer si vite que le coup fourré n’arriverait pas. À l’instant où XXI toucha le ring, le combat commençait. Vegetto allait frapper immédiatement, sans présentations.

En bas, tout l’univers 16 était confiant. Vegetto était leur héros, le protecteur de leur univers tout entier. Un être qui n’avait jamais été battu, blessé pour la première fois de sa vie la veille, contre Broly le Super Saiyan Légendaire. Une première en vingt ans. C’était une célébrité qui avait son propre dessin animé diffusé dans leur univers entier. Il n’avait pas le droit à l’erreur.

Pour les milliers de spectateurs, Vegetto était l’argument imparable d’un combat explosif. Après sa victoire sur le déjanté Broly de l’univers 20, beaucoup en attendait autant cette fois-ci, surtout que XXI était encore complètement inconnu. Pour les autres combattants, ce combat allait leur permettre de chercher une faille en Vegetto à exploiter prochainement, ou bien à découvrir ce fameux XXI… même si tous les paris étaient sur Vegetto.

Alors que Vegetto se préparait déjà à frapper (prêt à imiter Son Gokû au premier tour), XXI murmura quelque chose. Personne, pas même les Vargas qui disposaient d’un ensemble de micros ultra-sophistiqués, n’avait pu en entendre un traître mot.

Bra se crispa tout à coup :

– Je me demande quel genre de pouvoir il… Hein ?

Elle n’avait pas compris ce qu’il s’était passé. Vegetto était face à XXI, et alors qu’elle n’avait même pas cligné des yeux, ni détourné le regard un seul instant, elle ne le voyait plus. Il avait juste disparu, tout simplement. Pas d’attaque de la part de XXI, pas de téléportation de Vegetto. Pas de déplacement hyper rapide de l’un ou de l’autre. Elle regarda Piccolo et Gohan. Ils étaient eux aussi abasourdis.

– Vegetto a disparu. Il est indétectable ! faisait remarquer un Varga au centre de contrôle alors qu’il pianotait sur son clavier.

– Augmentez au maximum la portée des senseurs ! Balayez-moi l’univers entier ! ordonna son supérieur.

– C’est XXI qui a fait ça, intervint un Namek. Il a marmonné quelque chose, mais on ne comprend rien même en augmentant au maximum l’enregistrement sonore.

Parmi les autres combattants, ça s'interrogeait :

– Hum, j’ai de la chance que Vegetto l’ai affronté avant moi, murmura Buu de l’univers 4 avec un petit sourire en coin.

– Il est où ? Il s’est barré ? demanda Trunks en continuant de regarder vers le ring où XXI restait figé.

– C’est dommage… Je ne comprends pas… lui répondit Uub.

Selon lui, Vegetto n’avait pas bougé. Pour son mentor Son Gokû, la même conclusion s’imposait : aucun des deux n’avait bougé.

– Tu as capté quelque chose ? demanda Naurb à Eleim qui repassait les images préenregistrées par le biais de son casque.

– Rien ! Il disparaît purement et simplement ! Le seul mouvement, le seul bruit, c’est simplement l’air qui s’engouffre dans le trou formée par sa disparition ! On croirait que Vegetto n’a jamais été présent… n’a jamais existé ! Il ne reste que l’infime trace de ses pas sur le ring.

Les trente secondes qui passèrent furent les plus longues pour l’univers 16. Mais Vegetto ne revint pas.

– Euh… Ça fait maintenant trente secondes. XXI, heu… êtes-vous encore conscient ? demanda un Varga au micro.

– Bien sûr, répondit-il.

– Alors… Vous avez gagné.

Incrédulité générale dans toute l’arène ! Que ce soit les spectateurs, les autres participants, ou les organisateurs, absolument personne n’envisageait une telle fin de match ! Il n’y avait même pas eu de début !

Parmi les spectateurs, beaucoup se plaignaient à nouveau. De nombreux matchs n’avaient pas eu lieu, ou n’avaient pas duré très longtemps. C’en était encore un de trop. Comment le prévoir ? Vegetto avait effectué un match absolument incomparable au tour d’avant.

Pour les Vargas, c’était encore un échec. Un nouveau match, censé être divertissant, passé à la trappe en quelques secondes !

Pour les autres combattants, c’était tout de même une révélation : la force physique puissante et brutale n’est pas synonyme de victoire assurée ! Ce match donnait raison à Gast : la puissance ne fait pas tout, la magie et l’intellect sont aussi importants !

La surprise et la stupeur passées, Bra se déplaça rapidement pour se placer au milieu de l’espace 5, suivie de Gohan. Après avoir peut-être à nouveau murmuré quelque chose, XXI s’envola lentement pour rentrer dans son espace où l’attendaient deux métis Saiyans.

– Qu’avez-vous fait de votre adversaire ? demanda Gohan, le poing serré.

– Les organisateurs le feront revenir à la fin de ce tournoi avec leurs Dragon Balls. Laissez-moi passer s’il vous plaît.

XXI continuait de flotter devant eux. Alors que Bra s’apprêtait à reformuler la question, Buu intervint juste sur leur gauche :

– Ne vous inquiétez pas les enfants, j’ai tout compris.

Bra réagit immédiatement :

– Comment ça “les enfants” ? Et mon poing dans ta face il…

– Reste en dehors de ça, intervint Gohan.

Tandis que XXI voletait vers son appartement, Buu répondit à Gohan :

– Hé, je suis de votre côté. J’ai détecté l’ouverture d’une dimension. Ça n’a pas été simple d’ailleurs. En tout cas, Vegetto est enfermé. Il n’aura aucun mal à revenir, il sait forcément comment s’en sortir. Attendons-le.

– Une dimension ? répétèrent ensemble les deux enfants de Vegetto.

– Mais ça pourrait prendre des heures ! s’exclama Bra.

– Ou des jours ! se moqua presque Buu. On demandera une revanche. Ce n’était pas très légal ce coup là, pas vrai ?

– C’est clair ! répondit Bra.

– Tu changes vite d’idée sur quelqu’un toi… lui fit doucement Gohan tout en se demandant : “ce Buu parvient facilement à la manipuler ou je me fais des idées ?”

Gohan se rappela la tentative d’absorption de Broly par Buu la veille. C’était un adversaire très intelligent, puissant et dangereux. Il fallait le surveiller, et surtout ne pas le prendre pour un allié, quoi qu’il arrive… Avec l’absence de Vegetto, c’était à lui de faire attention jusqu’à son retour. Il devait aussi surveiller Bra… Les prochaines minutes, ou heures, voir jours, allaient être fatiguantes pour Gohan.

– Après cette étrange victoire, voici #18 de l’univers 14 contre Arale de l’univers 2 ! fit le Varga au micro.

Gokû admettait enfin la défaite de Vegetto :

– Alors comme ça, Vegetto est vraiment éliminé. Cela nous laisse une chance de gagner, mais je suis quand même un peu déçu.

Gokû l’était en effet. Il n’était pas du genre à avoir ses chances dans un tournoi par l’abandon de plus fort que lui. Mais il n’avait pas le choix. Son Gokû ne se voyait pas vainqueur, ou en tout cas, il avait très peu de chances d’y arriver. Avec Vegetto en face, il n’avait pas l’avantage. Il s’était beaucoup amélioré ces vingt dernières années. Mais il ne s’imaginait pas avoir rattrapé la puissance de Vegetto de l’époque où ils affrontaient Buu ! Alors celui d’aujourd’hui, de l‘univers 16, qu’en était-il ? À quel point celui-ci avait-il progressé ?

– La victoire est à nous, ouais ! s’exclamèrent derrière lui Goten et Trunks.

Pour Gotenks, en effet, cela faisait un gros adversaire en moins ! Pour eux, il ne restait que Buu de difficile à vaincre. Des Nameks, des Saiyans, des robots, des chats ou des humains… Aucun ne leur arrivait à la cheville. Même Son Gokû, au niveau 3, pouvait être battu. Goten et Trunks en avaient la certitude.

Pour Cell, à l’espace d’à côté, c’était une toute autre façon de penser.

– Je suis soulagé… Soulagé alors que ma nature Saiyanne me pousse au challenge ! J’ai l’impression d’être un lâche ! C’est insupportable. Il me faudra tout de même progresser énormément au fil de ce tournoi !

Cell regarda vers l’espace réservé à l’univers 3.

– Tapion… il ne me faudra pas le battre simplement. Il me faut du challenge… Je vais devoir le laisser sortir ce monstre de sa poche et le battre ! Ensuite… Kakarotto ou Vegeta ? Kakarotto n’a pas montré qu’il avait dépassé Son Gohan à l’époque, contrairement à Vegeta… L’un ou l’autre, ils devront être meilleurs que ça pour m’apporter mon challenge !

À l’univers 2, alors que RoBo semblait étrangement d’humeur festive, Senbei Norimaki envoyait Arale au combat :

– Va jouer au catch avec la demoiselle, là-haut !

– Hoyoyo ?

– Ensuite tu l’apporteras ici, que je lui prodigue mes petits soins ! fit-il d’un sourire qui laissait voir ses pensées un peu malsaines.

À l’espace 9, pour des raisons plus louables, d’autres intéressés discutaient :

– Tu as avancé avec ta blondinette ? demanda Kulilin à Yamcha.

– Pas d’un pouce. Et cesse de te moquer de moi, je suis sûr que toi aussi tu craquerais pour elle.

Se rapprochant de son ami, une main sur la carapace de tortue qu’il portait, se baissant à sa hauteur, il tendit une main devant lui comme pour montrer quelque chose.

– Tu lui ferais redécouvrir son humanité, refuserais de la tuer, et elle te ferait un bisou sur ton crâne chauve…

– N’importe quoi… Où vas-tu chercher des idées pareilles ?

– Eh bien ça se trouve, dans un autre univers, tu es marié avec elle, et vous avez des enfants, intervint Trunks près des deux maîtres en arts martiaux.

– Justement, je tire cette info de l’univers 18… précisa Yamcha. Ces deux cyborgs y sont rédemptés, là-bas. Il y a donc une chance avec eux aussi....

– Hein ? C’est vraiment vrai ? fit Trunks étonné. Notre Kulilin, marrié ?

– Hum, je veux bien admettre la possibilité, mais je ne veux pas y penser.

Revenant sur le sérieux de la situation, Tenshinhan donna son avis de manière philosophique :

– Ce combat sera peut-être une révélation pour elle. Nous sommes en présence de deux opposés : une femme devenue robot, très amère et qui a perdu son humanité face à une fille robot innocente, très joyeuse, et qui semble humaine.

Les deux robots étaient maintenant face à face sur le ring.

– Fera-t-elle le rapport, verra-t-elle en cette fille un espoir, la fera-t-elle réfléchir ?

– Viens donc gamine, que j’efface ce sourire niais de ta figure ! cria #18 en serrant les poings.

Tenshinhan resta sans voix. Yamcha tenta de le réconforter :

– Pas facile, hein ?

Sur le ring, Arale courut joyeusement vers son adversaire, les bras perpendiculaire à son corps, et en imitant le bruit du moteur d’une voiture. #18 ne se laissa pas distraire. Elle shoota littéralement du pied. Arale s’envola comme un ballon de football dans les airs. Elle était sonnée. #18 enchaîna en volant au-dessus d’elle pour lui flanquer un coup puissant en liant ses deux mains. Touchée en plein vol, Arale fonça vers le ring sur lequel elle s’écrasa avec fracas.

– Voilà, c’est déjà fini ! fit l’androïde après quelques secondes.

Mais Aralé se releva d’un bond, comme si de rien n’était. Puis elle plaqua ses mains sur le ring et…

“L’impossible se réalise encore !” pensa Bujin.

En effet, Arale souleva le ring au-dessus de sa tête ! Telle un simple ballon qui aurait été à ses pieds, elle le souleva sans aucun mal, défiant la gravité artificielle des Vargas. Beaucoup crurent à tort à une illusion.

Arale envoya le ring gris vers #18, qui ne put esquiver. Projeté avec une force inouïe, le ring percuta ensuite l’une de ces énormes bulles de gaz qui formaient un décor artificiel au tournoi. Cependant, inexplicablement, cette bulle-ci était devenue solide avant d’être frappée par le ring, prenant #18 en sandwich. De plus, certains spectateurs eurent la nette impression de voir comme des visages sur les deux boules au-dessus de leurs têtes.

Buu était étonné :

– C’est incroyable ! Elle déforme carrément la réalité ! C’est supérieur à ma magie... et elle fait ça inconsciemment ! Je… Je dois l’absorber ! Avec un tel pouvoir… Je serai absolument sans limite ! Non… non ça ne marcherait pas…. Quelque chose me dit que ça ne marcherait pas… L’univers 2 est bien trop différent des nôtres…. D’où vient-il ?

Aralé tomba sur ses pieds au sol, et #18 vint s’y écraser. Doucement, le ring alla reprendre petit à petit sa place d’origine (sans aucune explication scientifique cohérente…)

Cell pensa :

– C’est un robot ? Enflure de Dr Gero ! S’il avait su, il m’aurait permis de pouvoir absorber d’autres robots ! Avec une telle puissance… Je n’aurai pas été seulement le plus fort des combattants du présent, du passé et du futur ! Je serai devenu plus-que-parfait !

– Tu es tombé hors du ring, tu as perdu madame ! fit Arale à la cyborg qui venait de se relever péniblement.

– Crétine ! Tu es aussi hors ring ! En plus on a le droit ! rectifia-t-elle. Je vais t’arracher la tête !

– Comme ça ?

D’un “clic”, Arale prit sa tête entre ses mains et la souleva tout simplement ! #18 en tomba à la renverse.

– Toi aussi tu dois savoir le faire ! s’exclama la petite après avoir remit sa tête sur ses épaules.

– Ça va pas non ? Cette fois, c’est la fin !

#18 fonça de toutes ses forces sur la naine, et la frappa du poing sur son ventre. Le choc fut violent, mais elle ne bougea pas d’un centimètre…

– Ben, tu joues plus ? demanda Arale qui semblait n’avoir rien senti.

– Je suis dépassée par cette naine… Ce type avait donc raison ? Mon énergie n’est pas infinie ? Je suis à sec ? se demanda #18 en regardant son poing.

– Mais qu’est-ce que tu fous ? cria énergiquement son frère jumeau depuis l’espace réservé à l’univers 14. Explose-la bordel !

– Monsieur, fit timidement un Varga derrière #17, vous n’avez pas le droit d’aider votre collègue de quelque manière que ce soit !

– Je ne l’aide pas, je l’engueule ! Crétin de piaf !

Le Varga bleu recula de quelques mètres, un peu apeuré.

Arale demanda à #18 :

– Oyoyo… Tu n’as plus d’énergie ? Moi aussi j’ai souvent ce problème. D’ailleurs, c’est l’heure de ma recharge, fit Arale en montrant un biberon dans sa main.

Elle le porta à ses lèvres… puis le biberon parla :

– Je suis vide !

Ici aussi, certains spectateurs restèrent longtemps persuadés d’avoir vu un visage sur le dit biberon.

Arale ne bougea pas, le biberon toujours aux lèvres. #18 s’approcha, bougea sa main devant les yeux du robot, puis la poussa. Elle tomba, tout raide, sur le sol.

– Arale ne bouge plus depuis trente secondes. #18 gagne ce combat !

– Le biberon est vide ? Mais qui a pu… se demanda Senbei.

Derrière lui, Robo, un robot provenant d’un autre groupe de l’univers 2, continuait de danser gaiement :

– J’ai une de ces formes, moi ! Je replanterais bien une forêt pendant quatre cent ans !

À l’espace 18, Piccolo commentait :

– Elle a perdu par malchance, mais quels pouvoirs incroyables ! Elle aurait pu mettre à mal des gens bien plus puissants ! Si elle vivait dans notre univers, elle aurait pu écraser Cell ! Ou simplement moi-même à l’époque où j’ai menacé la Terre ! Tout aurai été différent…

– Bah, elle vit dans notre univers ! Je l’ai rencontrée il y a longtemps.

– Qu… Quoi ? Mais… Mais… Mais si elle était sur Terre, je n’aurai pas perdu mon bras contre Raditz ! Et… Et on aurait battu Nappa et Vegeta bien plus facilement au lieu de tous se faire tuer un par un ! Et… et puis… sur Namek elle aurait fait des ravages ! Et… et… tu ne serais même pas mort contre Cell ! Puis contre Majin Buu elle… Oh mon dieu, Buu ne doit absolument pas l’absorber !

– Ça va ! Respire ! Finalement, on s’en est bien sorti sans elle, tu sais !

Piccolo resta un long moment silencieux, trop abasourdi pour dire quoi que ce soit.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk