DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 9 jours, 13h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
[Chapter Cover]
Partie 19, Chapitre 91.

DIX-NEUVIÈME PARTIE : EN AVANT VERS LE DEUXIÈME TOUR !

Chapitre 91

Dans l’univers 13, Nappa s’échauffait un peu. Son adversaire, Freeza, ne bougeait pas.

– Oh ! C’est le moment où Nappa va se faire écraser par Freeza ! déclara Kakarotto avec un sourire. À moins qu’il soit écrasé par le ring lui-même... fit-il encore à l’adresse de son grand frère devant lui.

– Idiot ! Nappa peut très bien supporter de telles gravités. On s’est tous entraîné sur bien plus que ça.

En effet, tous les Saiyans étaient habitués à la base à une gravité de dix fois plus élevée celle de la Terre. Mais durant leurs déplacements à travers l’univers et durant des dizaines d’années, ils avaient eu l’occasion d’améliorer leurs corps. Aucun d’entre eux n’était gêné par une gravité de 100G . De plus, Raditz et Nappa pouvaient utiliser leur forme d’Oozaru afin d’acquérir plus de force si la gravité était vraiment trop élevée.

Mais Raditz avait déjà perdu, quant à Nappa... À moins qu’il ne parvienne à battre Freeza, jamais ils ne pourraient voir comment les deux non Super Saiyans auraient supporté une gravité cent fois plus élevée celle de la planète Vegeta aujourd’hui disparue.

– On a préparé un petit plan tout à l’heure, tu vas voir... ajouta Raditz après quelques secondes, alors que Nappa était sorti de l’espace 13 pour se diriger vers l’espace 8.

Freeza parlait avec son frère et son père. Il tournait le dos à toute l’arène et à Nappa qui lui l’interpella en arrivant devant le muret :

– Hé, boule de billard !

Freeza reconnut immédiatement la voix et se retourna.

– Ah ah ! Il se retourne direct ! railla le guerrier Saiyan. C’est qu’il se reconnaît, le petit.

Coola pouffa de rire derrière Freeza qui serra les dents et baissa légèrement la tête. Il devait laisser passer cette humiliation à cause des règles du tournoi ! Il préféra s’abstenir de répondre. Mais Nappa n’en resta pas là.

– Pas grave, je suis chauve aussi. Mais au moins, je ne suis pas un nain. Bref, ayant de la convenance, je viens me présenter à mon adversaire et mon ancien boss. Enfin petit chef serait plus juste.

Une veine apparut sur la tempe de Freeza. Son degré d’énervement venait d’atteindre la limite.

Nappa continua néanmoins comme si de rien n’était sur le ton de la conversation.

– Tant d’univers avec des Saiyans... Et un seul avec les Démons du Froid. Pas trop la honte ?

C’est était trop pour Freeza dont le quota de patience venait d’être dépassé !

– Je vais te massacrer dans une minute, singe arrogant.

Il faisait un effort surhumain pour ne pas se jeter sur le Saiyan immédiatement mais ce n’était qu’une question de secondes. Où était ce maudit Varga qui devait annoncer leur combat ?!

– Alors ça ! Tu ne seras même pas capable de me toucher ! fit Nappa avec des gestes de la main clairement irrespectueux qui ne faisaient qu’attiser la fureur de son adversaire.

– Tout le monde te dépasse, ici, ajouta-t-il encore. Et je ne parle pas que de hauteur. Tu n’arriveras pas à placer un seul coup de tout ce tournoi.

– Je vais tant te faire souffrir que tu regretteras de ne pas avoir simplement abandonné ! cria Freeza, bien décider à faire taire Nappa.

Il comptait faire en sorte qu’il ne puisse plus parler, ainsi il ne pourrait pas abandonner. Ensuite, il lui ferait mal, très mal, et très lentement il jouerait avec lui ! Et Nappa n’aurait pas d’autre choix que de le supplier de lui laisser la vie sauve !

– Premier combat ! Nappa de l’univers 13 contre Freeza de l’univers 8 ! cria enfin l’animateur.

Le public s’extasia et applaudit tout en encourageant les deux combattants. Nappa commença à prendre son envol mais se retourna à à peine deux mètres du sol :

– Tu as toujours ton siège volant ? On a longtemps cru que tu étais handicapé ! lança t’il Freeza qui était envahi par des pulsions meurtrières à chaque seconde.

– Tu vas souffrir ! hurla t’il.

Freeza n’en pouvait plus. Il disparut de son espace et apparut sur le ring en un instant. Nappa prenait tout son temps avec un petit sourire narquois sur les lèvres.

– Mais c’est qu’il est en rogne le petit nabot !

– Dépêche-toi de toucher le ring que je t’éclate, sale macaque !

– Oh la la, t’es vraiment susceptible ! Relax et pète un coup, mon pote !

Nappa se tenait à quelques centimètres au dessus du ring. Freeza avait les yeux écarquillés. Il était rempli d’une fureur qu’il n’avait pas connue depuis des années... Il serrait si fort ses poings qu’il en avait mal.

– Saleté... de... singe ! Je vais te réduire en bouillie ! Je vais t’anéantir ! Tu regretteras d’être né !

Freeza semblait manquer de voix: il n’avait qu’une idée en tête dûe à sa rage, sa folie, son envie de meurtre. “Ces maudits Saiyans !” pensait le tyran en fermant les yeux et en contractant presque tous ses muscles. J’ai bien fait d’annihiler ces macaques insupportables !”

Nappa eut un bref instant d’hésitation. En était-il capable... ? Il s’y risqua. Il toucha le ring de la pointe du pied puis il fonça sur Freeza qui rouvrit les yeux juste pour apercevoir le Saiyan à quelque mètres de lui. Plus précisément, c’est le poing de Nappa qu’il vit s’abattre sur sa joue.

Freeza tomba sur le côté, Nappa s’éloigna en vitesse. Il mit ses mains à ses hanches et eut un grand sourire. Victoire ! Quelle satisfaction de frapper le terrible tyran Freeza ! Lors que Vegeta l’avait tué, Nappa était loin de s’imaginer qu’il aurait droit lui aussi à sa vengeance personnelle.

Freeza se releva en vitesse et explosa de colère. Une grande aura violette l’entoura instantanément alors qu’il hurlait de rage, et de honte. On l’avait complètement ridiculisé et il détestait ça ! De plus, il ne s’attendait pas à ce que Nappa soit si rapide. Son niveau s’approchait plus d’un membre du commando Ginyu que des élites Saiyans qu’ils connaissait à l’époque.

Son aura disparut mais pas sa rage qui était presque palpable. Freeza fonça sur Nappa en lui criant :

– Tu vas souffrir !

L’heure de la vengeance avait sonné ! Le Saiyan était à lui. Entièrement à sa merci...

– Ah, au fait, j’abandonne, se dépêcha de dire Nappa.

– Q... Quoi ? fit le Démon du Froid alors qu’il n’était qu’à un mètre de son adversaire.

– Si tu poses la main sur moi... tu seras disqualifié, ajouta t’il sur un air goguenard.

– En... Enfoiré !

La rage montait encore en lui. Il tremblait de fureur et de honte.

– Victoire de Freeza par abandon ! cria l’animateur Varga

Nappa s’enfuit du ring pour rejoindre Raditz qui l’avait aidé à fomenter ce plan pour Freeza mettre hors de lui et l'empêcher de se calmer en le tuant. Nappa savait qu’il n’était pas au niveau. Quoi de plus doux que de perdre avec tant de panache ?

– Yeah ! firent les deux Saiyans en se tapant la main. Victoire écrasante pour eux deux !

Freeza resta sur le ring quelques secondes de plus, immobile, incapable de bouger et de réagir correctement. Rien ne sortait de sa bouche et pourtant, il avait une telle envie de hurler, une telle envie de tout détruire... Il pensa un bref instant à en terminer avec ce tournoi ridicule. Avec sa superbe technique, il pouvait faire exploser ce tas de cailloux et tous ceux qui s’y trouvait !

Il parvint à se calmer un instant et rentra dans son espace, silencieux. Coola et Cold ne dirent rien, ne bougèrent pas. Il valait mieux pour eux ne rien faire...

– Maître, ça va ? demanda Butta, timidement.

Ce fut sa dernière question. Excédé, Freeza fit un rapide mouvement du bras vers Butta. Sa tête explosa immédiatement, son corps tint debout quelques secondes puis tomba devant Jeece, apeuré.

Derrière Freeza se tenait le Varga en charge de l’univers 8. il était complètement abasourdi, une main en avant. Rien ne sortait de son bec, il ne bougeait pas. Il se devait de s’indigner, mais savait qu’il y perdrait la vie. Freeza le remarqua et fit :

– Ça va ! C’est mon univers, j’ai le droit de tuer qui je veux parmi mon armée !

Puis, il pensa :

“En plus si ça se trouve, j'ai tué Ginyu ! C’est bien là ma seule satisfaction possible!”

Le Démon du Froid entra dans le couloir pour se diriger vers son vaisseau. Il avait besoin de calme, de beaucoup de calme.

L’animateur engagea le second match :

– Ensuite, Son Gokû de l’univers 18 contre #17 de l’univers 14 !

– Hé hé, cette vieille frustration va enfin s’estomper, dit le cyborg.

#17 était prêt. Derrière lui, sa soeur jumelle venait d’apparaître. Au moins, pour ce combat, elle pouvait faire l’effort. Et puis, c’était aussi Son Gokû.

– Ah enfin ! fit Son Gokû. C’est mon tour, et en plus contre un cyborg ! Ça fait si longtemps que j’ai envie d’en combattre un ! Ah rien qu’en y repensant, c’était frustrant à l’époque !

Gokû se souvenait de la révélation d’un Trunks venu du futur, faisant état de deux cyborgs invincibles. Gokû avait eu hâte de les affronter, mais il avait reçu une douche froide quand le fils de Bulma et Vegeta lui avait aussi révélé qu’il était censé mourir d’une maladie cardiaque ! Même avec un médicament qu’il lui avait donné, il était resté trop longtemps alité pour pouvoir se battre contre eux. #19 ne comptait pas vraiment par rapport à #17 et #18, selon Vegeta, et Cell était différent aussi... Et plus tard, il était mort, donc sans avoir eu l’occasion d’affronter la femme de Kulilin, #18. Et après Buu... Il n’y pensait plus vraiment finalement. Aujourd’hui c’était la revanche, sa revanche sur une maladie qui l’avait handicapé et frustré !

– Tu sais, tu risques d’être déçu, lui dit Vegeta alors qu’il commençait à s’envoler vers le ring.

– Hein ? Mais non tu vas voir !

Et il s’élança. #17 l’attendait déjà sur le ring.

– Tuer Gokû, je ne le fais pas pour Gero, je le fais pour moi !

Les jumeaux cyborgs avaient été créés par le Docteur Gero, un scientifique de génie, à la solde du Ruban Rouge. Quand Son Gokû était encore gamin, il avait à lui seul démantelé l’armée du Ruban Rouge qui cherchait les Dragon Balls afin de conquérir le monde. Gero y avait échappé par chance, mais l’attaque de Gokû et le démantèlement de l’armée avaient supprimé toutes les subventions du scientifique. Ses travaux avaient pris du retard. L’oeuvre de toute une vie, des heures de travail intensif réduits à néant par un seul homme !

Il s’était juré de se venger et avait amélioré ses androïdes. Leur mission : éliminer Son Gokû. #16 était extrêmement puissant, mais après divers tests, il ne put que conclure que cette boite de conserve était trop pacifique pour lui obéir. Ce n’est qu’après qu’il captura deux jumeaux pour passer de robot entièrement mécanique à des cyborgs sur base humaine. Ils n’avaient pas la force de #16, mais c’était largement suffisant pour tuer Son Gokû.

Le problème était que Gero avait du mal à les contrôler. Leur lavage de cerveau ne les avait pas rendu obéissants pour autant... Ce qui causa sa perte dans d’innombrables univers : réveillant ces deux cyborg, dépassé par la situation, il se fit assassiner par ses créations. Cependant, ces derniers, bien que libres de conscience, gardaient au fond de leurs esprits une certaine idée longtemps rabâchée par Gero : tuer Son Gokû.

Aujourd’hui, #17 avait la possibilité de satisfaire ce désir latent, mais d’un autre côté, il ne pouvait se permettre d’accepter que c’était un désir de Gero, son “créateur”, un homme qu’il haïssait plus que tout.

– C’est étrange pour moi aussi, fit Gokû au cyborg. Au final, je ne vous ai jamais combattu.

Gokû se mit en position de combat. #17 fit de même. Tous deux souriaient. Puis tous deux foncèrent l’un sur l’autre. Les premiers coups de chacun furent parés par l’autre. Ils restèrent un bref instant ainsi, se regardant, souriants, puis le combat commença réellement. De multiples coups fendaient l’air à la surface du ring. Les techniques des deux adversaires se dévoilaient peu à peu, et les coups s’enchaînaient de plus en plus rapidement. Assez vite, #17 obtint un avantage en terme de vitesse et de force, même si ce n’était pas forcément flagrant. Gokû, amusé, évitait et parait nombre de coups. Lorsqu’il évita un uppercut, il s’éloigna de quelques mètres de son adversaire, qui resta sur place. Gokû était pour le moment satisfait de cet échange de coups. Enfin, il combattait un cyborg !

– Ma soeur a dû s’affaiblir pour avoir failli perdre contre un simple humain comme Yamcha. Je n’ai aucun problème contre le grand Son Gokû !

– Est-ce que tu es à fond ?

– Ha ! Ha ! Ha ! Non ! Je n’utilise même pas la moitié de ma puissance ! Et toi ?

– Non.

Son Gokû se transforma en Super Saiyan, ce qui n’émeut guère #17. Il en avait déjà vu trois avant le tournoi. En revanche, ce qui le surprit, c’est la vitesse à laquelle son adversaire arriva jusqu’à lui et la puissance du coup de poing qu’il reçut à la joue gauche. Ce coup, trop puissant, le fit tomber par terre et le rendit inconscient...

Pour Son Gokû, ce fut aussi une surprise. Il ne s’attendait pas du tout à battre un cyborg d’un seul coup de poing, surtout qu’il n’y avait même pas mis toute sa force... Vegeta avait raison : ce combat était décevant.[[

– Trente secondes inconscient ! Victoire de Son Gokû ! annonça l’animateur.

– Alors, ma jolie, dit Yamcha aux abords de l’espace 14, un large sourire se dessinant sur son visage. Mon aide ne t’intéresse toujours pas ?

#18 était trop choquée pour lui répondre. Elle avait encore le regard sur le ring, où son frère se faisait maintenant porter par un Namek. Comment pouvaient-ils être si faibles, eux qui avaient détruit l’humanité, après avoir vaincu la résistance de Vegeta, du Namek Piccolo, des Terriens Tenshinhan, Yamcha et Kulilin et de Son Gohan ? Maintenant, Yamcha était plus fort qu’eux, et Son Gokû immensément supérieur encore !

L’aide que proposait Yamcha était-elle réelle ? Fallait-il qu’elle y réfléchisse sérieusement ?

– Bah alors? Je croyais que tu te serais amusé un peu plus longtemps, fit Vegeta à son ami et rival qui venait de revenir.

– Ben oui... Mais je ne pensais pas y avoir été trop fort en fait... C’est comme hier, j’ai été trop vite.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk