DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 9 jours, 17h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127128129130
Partie 27 :131132133134135
Partie 28 :136137138139140
Partie 29 :141142143144145
[Chapter Cover]
Partie 29, Chapitre 143.

Chapitre 143

Quelques instants plus tôt, du côté de l’arène…

Dans l’espace de l’Univers 18, Son Gohan, Piccolo, Videl et Pan regardaient autour d’eux, affolés. Leurs compagnons venaient soudainement de disparaître ! Dans de nombreux espaces, les membres encore restants poussaient eux aussi des exclamations de surprise. À proximité d’eux, Eleim, Tidar et Xeniloum avaient disparu, sous les yeux affolés de leurs compagnons. Dans l’Univers 16, Pan, Trunks, Son Goten et Vegetto s’étaient eux aussi volatilisés.

– Qu’est-ce qui s’est passé ? paniqua Videl, serrant le bras de son mari.

– Tous les participants ont disparu ! s’écria Piccolo, la sueur au front.

Quelques espaces plus loin, le Grand Kaiôshin avait entendu le Namek, et contemplait sa main désormais vide d’un air perplexe. Son “prisonnier” s’était envolé, non sans afficher un air réjoui. Était-il à l’origine de cet événement ? Qu’il soit responsable ou non, son insouciance était vraiment irritante !

Près de lui, la Kaiôshin de l’Ouest suivait le même raisonnement :

– Grand Kaiôshin, s’il s’agit de cet exécrable Majin Buu, nous devons agir sans plus attendre, renvoyons-le chez lui !

– Je savais bien que quelque chose n’allait pas ! cracha le Kaiôshin de l’Est. Prévenons les Vargas sans attendre !

– Gast Carcolh a aussi disparu, fit remarquer le Kaiôshin du Nord. Peut-être se trouve-t-il avec Buu ?

– Pas de conclusions hâtives, les interrompit leur chef en fronçant les sourcils. Avant toute chose, nous devons…

Sa voix s’éteignit brutalement, une lame aiguisée pressant soudainement son cou. Derrière lui se trouvait Dabra de l’Univers 11, un rictus maléfique aux lèvres, en train de dévisager les Kaiôshins choqués qui se braquaient. Il siffla d’un ton vicieux :

– Pas de gestes brusques, Kaiôshins ! Ni vous, le plus grand d’entre eux ! Au moindre mouvement hostile, je vous trancherai la tête !

– Immonde démon ! s’exclama la divinité de l’Ouest. Qu’avez-vous fait des participants ? Est-ce l’oeuvre de ce Buu ?

– Cette guimauve était une menace pour le plan de maître Babidi, susurra Dabra. Et vous devriez vous soucier de ceux que nous n’avons pas précipité dans l’autre monde…

Poussant un cri de ralliement, de nombreuses personnes sortirent des couloirs de différents univers. Dans l’espace de l’Univers 13, Kakarotto et Nappa avaient pris la place de leur empereur disparu. Sur leurs fronts se distinguaient distinctement une marque abjecte et reconnaissable. La marque des Majin, celle qu’avait arboré Vegeta des années plus tôt. Le sceau de l’esclavage de Babidi. Kakarotto s’exclama en se transformant en Super Saiyan :

– L’heure est venue ! Emparez-vous de ces insectes, piétinez-les, au nom de notre vénéré maître !

De tous côtés, des ennemis affluèrent. #17, dans l’espace voisin, affichait un large rictus, empli d’adrénaline à l’idée de servir son nouveau maître, il avait enfin un nouveau sens à son existence. Depuis l’espace de l’Univers 8, et au-dessus des gradins, les armées des Démons du Froid déferlèrent dans l’arène. En voyant cette horde sauvage foncer sur eux, les Vargas furent pris de panique. Ils s’étaient à peine rendus compte que quelque chose n’allait pas, affairés à préparer les combats restants. Aucun d’eux ne savait comment réagir.

– Qu’est-ce qui se passe ?

– Différents univers sont en train de nous attaquer !

– Il faut les renvoyer chez eux ! s’exclama un Namek.

– Mais lequel je sélectionne ?

– Tous ceux qui attaquent !

Le Varga aux commandes des renvois s’approcha des mécanismes, mais s’effondra aussitôt, une dague plantée dans le dos. Derrière lui se tenait le Varga aux cheveux ébouriffés, haletant et souriant. Les autres Vargas le regardèrent, effrayés. Il dit :

– Vous n’empêcherez pas le Maître de mener sa croisade ! Gloire au sorcier Babidi !

Alors que les Nameks fonçaient sur lui pour le maîtriser, ils furent pris dans une soudaine explosion avec les autres Vargas présents. La vie s’échappa de leurs corps calcinés et déchirés par la déflagration, la tour de contrôle explosant avec force. Plus haut dans les airs, Freeza de l’Univers 8 contemplait son oeuvre, un rire moqueur aux lèvres, son frère corrompu à ses côtés.

Gohan de l’Univers 16 grinça des dents, regardant tout autour de lui. Des centaines de soldats provenant des armées de Freeza, Coola et Cold, investissaient l’arène, et même de nombreux spectateurs rugissaient à leurs tours, convertis par le sorcier. Avec le Grand Kaiôshin pris en otage, il était incapable de savoir quelle décision était la meilleure.

– Cette marque…, se crispa Piccolo, tremblant de colère.

– On aurait dû s’en douter, cracha Gohan, l’air sombre. Babidi n’allait pas accepter la défaite !

– C’est ce que Vegeta de l’Univers 18 était parti régler, je l’ai vu s’y diriger, murmura Piccolo. Si on s’en était rendus compte, on aurait pu agir plus vite !

– Qu’est-ce qu’on va faire ? s’inquiéta Videl.

– Je vais m’occuper de Freeza et de son armée, répondit Gohan en avançant d’un pas. Je pense que mon autre moi va aller protéger les dieux, peut-être les Héloïtes agiront-ils aussi en ce sens…

Se tournant vers eux, il fut abasourdi en voyant l’un des leurs les tenant en joue avec ses armes de haute technologie. Ils étaient immobiles, surpris par la traîtrise de leur camarade. Encore plus surprenant, son double de l’Univers 18, avec Piccolo, Videl et Bra, étaient encerclés par six gnomes répugnants qu’il avait jadis massacrés, des Cell Juniors, entourés d’une aura électrique. Il esquissa un mouvement vers eux quand une longue queue verte les ceintura tous les trois. Lui, Piccolo et Videl. Un bras musclé se glissa sous son cou, l’empoignant avec force. Cette couleur, ces tâches sombres, aucun doute ! Derrière lui, Cell de l’Univers 17 dit d’un ton menaçant, tout en formant un Kikoha près de la tête de Gohan :

– Ne bougez pas ! Maître Babidi ignorait que vous étiez dangereux, mais je vous ai à l’oeil ! Mes juniors là-bas sont à pleine puissance !

– Cell, espèce de…, articula Son Gohan d’un ton furieux. Même toi ?

– Que veux-tu, mon cher ami, je suis un être maléfique, après tout ! répondit Cell en souriant. Tant pis pour Vegeta, ç’aurait été un beau combat, mais l’ambition de mon maître prime sur la mienne ! Je t’en prie, ose résister, et la tête de ta bien-aimée roulera sur le sol !

Tout en proférant sa menace, il plaqua l’extrémité de son appendice sur la gorge de Videl qui haletait, terrifiée. Piccolo était totalement paralysé, incapable de faire le moindre mouvement. Gohan, bien qu’immobile, était enragé !

– Enfoiré ! hurla-t-il.

– Bien, bien…, se réjouit Cell.

Dans l’espace de l’Univers 18, l’autre Gohan était en position de défense, incapable de lancer la moindre attaque. S’il se lançait à l’assaut, ses compagnons bien trop faibles face aux Cell Juniors se feraient assassiner, ils étaient trop bien positionnés, et il n’aurait pas le temps de les protéger. Il trembla de fureur, frustré par son impuissance.

De son côté, Babidi disposait ses pions de manière à avoir le contrôle global de la situation. Ce Cell était vraiment un atout majeur, rendant toute résistance des univers les plus dangereux futile. Dabra semblait maîtriser les dieux, et l’armée qu’il avait bâtie surpassait l’ennemi en nombre. Les spectateurs étaient faibles, incapable de rivaliser avec le soldat le plus minable. Les participants au coeur pur étaient très certainement morts, et il ne voulait plus s’y intéresser.

D’abord, il devait s’assurer de sa victoire totale dans cette arène, et assujettir ces misérables. Il se tourna vers Baddack, qui se tenait à côté de Majin Buu. En corrompant le coeur plein de ressentiment de ce Saiyan, il avait vu son incroyable capacité à prédire l’avenir. Cela serait d’une grande aide pour éviter de malencontreux événements.

– Que vois-tu dans le futur, Saiyan ? demanda-t-il.

– Je suis désolé, Maître, s’excusa Baddack en baissant la tête. Ce n’est pas quelque chose que je commande. Mes visions me viennent d’elles-mêmes, il n’y a pas de déclencheur.

– Mh, très bien, réfléchit Babidi en jetant un regard irrité à Baddack. On va devoir prendre des dispositions dans ce cas.

Babidi empoigna sa boule de cristal et lança un sort pour s’assurer de rester hors d’atteinte d’une éventuelle rébellion. Il n’aurait plus vraiment de forces pour s’attaquer aux ennemis, mais il ne voulait pas s’exposer dans ce frêle appartement.

– Avec ça, plus rien ne peut m’arrêter. Tous les univers vont m’appartenir, ha ha ha !

Dans l’espace des organisateurs, Dabra ricanait, se délectant de son avantage. Il tenait les dieux à sa merci, les participants étaient sans nul doute morts, plus rien ne les arrêterait. Du moins, c’est ce qu’il pensait.

Mais le Grand Kaiôshin demeurait calme, et souriait même. Dabra leva un sourcil, perplexe. Le chef des dieux lui dit d’un ton mielleux et confiant :

– En quoi suis-je otage, roi des démons ? Nous avons plein de Dragon Balls pour me faire revenir à la vie...

Dabra fut pris d’un doute soudain, perturbé par les paroles de sa proie. Disait-il vrai ? Les Dragon Balls, ces objets magiques, étaient un obstacle à la conquête de Babidi ! Mais il suffisait de maintenir la pression et de garder les dieux sous son emprise. En pleine réflexion, Dabra relâcha un peu sa prise.

Percevant le signal du Grand Kaiôshin, et voyant Dabra perdre en attention, la Kaiôshin de l’Ouest se jeta derrière lui à toute vitesse et asséna un puissant coup de pied dans la joue du démon qui alla s’écraser par terre. Le Grand Kaiôshin, toujours aussi serein, avait légèrement incliné la tête pour éviter le coup. Sa provocation avait fonctionné, maintenant, il était temps de rétablir l’ordre.

Rassuré que Buu ne soit pas impliqué, il avait toute confiance dans le retour des participants sous peu. Son ami ne laisserait jamais les événements se terminer par la victoire de Babidi, le sorcier qu’il détestait tant, et voudrait poursuivre le tournoi. Peut-être même observait-il discrètement les événements en cet instant, sans agir pour autant. Il était frustré par le comportement juvénile et insouciant du Djinn, mais il le comprenait, dans une certaine mesure. C’était à eux de régler le problème, pas à lui.

La Kaiôshin de l’Ouest s’exclama dans toute l’arène, attirant le regard de tous les esclaves de Babidi qui comprirent que la conquête ne se ferait pas sans combattre :

– Cessez immédiatement ce cirque, ou il vous en coûtera !

Elle se prit un violent coup de poing dans le visage, propulsée dans le muret de l’espace de l’Univers 1. Dabra était debout, le visage furieux.

– Vous tenez vraiment à souffrir ? Qu’il en soit ainsi ! Venez, Kaiôshins, divertissez mon maître vénéré !

Depuis le balcon de l’Univers 18, Piccolo et Gohan regardaient les dieux se mettre en position de combat, le Grand Kaiôshin à l’écart. Gohan murmura :

– Il y a des réactions ! Il faut qu’on les aide ! Mais…

– Au moindre geste, Videl et Bra seront prises dans le conflit, maugréa Piccolo. On ne peut pas prendre le risque !

– Je sais bien, répliqua Gohan, on ne peut rien faire pour le moment.

– S’il vous plaît, supplia Bra, terrorisée. Papa, Trunks, ou qui que ce soit, sauvez-nous !

Son Goten sortit des toilettes, satisfait. Il était ravi d’avoir aidé Uub à prendre confiance en lui. Il était un peu jaloux de l’attention que son père lui portait, mais il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Cela faisait des années qu’il avait cessé de s’entraîner. Il savait qu’en s’y mettant sérieusement, le Super Saiyan deux était un niveau à sa portée, mais après le combat contre Majin Buu alors qu’il n’avait que sept ans, il n’aspirait qu’à la paix et à vivre sa vie de jeune Terrien tranquillement, à l’image de son frère. Son Gohan disposait en permanence d’une puissance fracassante bien que paisible, et leur père ainsi que celui de Trunks ne cessaient jamais de s’entraîner. Le monde avait déjà suffisamment de guerriers puissants pour être protégé, il ne lui était pas utile de persister dans la même voie.

Il avait entendu les dures paroles de Vegeta lors du tournoi. Gotenks disposait d’une puissance énorme, ahurissante, et il était vrai qu’ils ne la méritaient pas, dans une certaine mesure. Beaucoup de combattants avaient acquis leurs compétences et leurs capacités en solitaire, sans se reposer sur la fusion ou autre technique de groupe. Son Goten repensait aux paroles de Yamcha, après qu’il ait perdu face à lui lors du tournoi double.

L’androïde lui avait parlé de son potentiel individuel, propre à lui-même. Le possédait-il vraiment ? Lui qui n’avait jamais appréhendé l’art du combat autrement que sous la forme de compétitions et de rivalité, avant l’assaut de ce sorcier maléfique qui lui avait fait connaître la peur et la colère ? Il n’avait que sept ans ! Comment pouvait-il affronter un monstre aussi terrible, qui avait écrasé son frère et tué Vegeta sans effort, autrement qu’en fusionnant ? Maintenant que ce cauchemar était terminé, il n’avait plus aucune motivation pour se battre, seulement pour le plaisir et le spectacle, avec son ami d’enfance…

– Quoi ?

Empruntant le couloir vers leur espace, Son Goten fut interloqué par ce qu’il vit. Son père, Vegeta, Trunks, Uub et Pan s’étaient volatilisés, laissant place à ces créatures qui accompagnaient Cell de l’Univers 17. Ils encerclaient son frère et sa femme, Bra et Piccolo. Ils déployaient une aura surpuissante, celle des Super Saiyans de niveau deux. En voyant l’air terrifié de Bra et la rage de Gohan sur son visage, son sang ne fit qu’un tour, comprenant que des événements graves se passaient, et que ses compagnons étaient en danger !

Se fichant royalement de la différence de puissance, Son Goten se transforma immédiatement en Super Saiyan et se jeta sur le Cell Junior le plus proche qui lui tournait le dos. Il lui porta un coup de genou de toutes ses forces sur le crâne, le faisant chanceler. Les autres Juniors se tournèrent vers lui, déconcertés. Gohan et Piccolo, voyant l’intervention idéale de Goten, agirent de concert sans même communiquer.

Alors que Son Goten prenait la contre-attaque de la créature de plein fouet, le sang giclant de sa bouche, Piccolo empoigna Bra et Videl, qui ne comprenaient pas ce qu’il se passait, et s’éloigna vivement de la cage des Cell Juniors, ces derniers ne portant pas leur attention sur eux. Ils étaient concentrés sur Son Gohan qui venait de littéralement exploser l’un des leurs d’un seul coup de poing, et qui se tournait vers eux.

Deux espaces plus loin, Cell poussa un sifflement admiratif.

– Pas mal ! dit-il. On va voir comment tu t’en sors face à quatre créatures plus fortes que toi à notre première rencontre !

Gohan de l’Univers 16, prisonnier de son bras, tenta de se libérer, mais Cell resserra son emprise tout en faisant perler le sang du cou de Videl, qui déglutit avec difficulté.

– Tss tss, toi, tu ne bouges pas ! Ne pense pas interférer !

Gohan se crispa, la hargne se lisant sur le visage. Piccolo était pétrifié. S’ils résistaient, c’était la fin de Videl, et il ne pourrait rien faire contre ce monstre.

Dans l’espace de l’Univers 18, Gohan esquiva habilement un coup tranchant d’un Junior, empoignant le bras d’un autre pour le serrer avec force et le réduire en charpie. Le petit hurla de douleur tandis que le Saiyan explosait la tête du précédent. Gohan vit son frère cadet encaisser les coups du Junior qu’il avait eu par surprise. Son visage était couvert d’ecchymoses, et on entendait des os se craqueler sous la puissance des attaques. La différence entre eux était indéniable, et si Gohan n’agissait pas vite, son frère allait mourir sous ses yeux !

Saisissant le Junior mutilé au cou, il le jeta sur celui qui agressait son frère, les écrasant tous les deux contre le mur. Gohan poussa un Kiaï d’une telle force que les deux petits se désintégrèrent en poussant des cris de souffrance, les membres disloqués. Goten s’effondra, un genou à terre, admirant la stature de son frère qui était maintenant aux prises avec les deux derniers. Quel idiot il avait été ! S’il avait suivi les conseils de son père et s’était montré volontaire, il aurait pu se charger lui aussi de ces nuisibles, au lieu de tout laisser à son grand frère. Son Gohan, celui qui aspirait le plus à la paix, et qui était le seul sur qui ils pouvaient compter.

Goten grommela en maudissant sa paresse et déploya son aura au maximum. Il s’élança sur l’un des Juniors et lui donna un coup de poing de toutes ses forces. Le Cell Junior bloqua l’attaque d’une main, mais c’était tout ce qu’il fallait à Gohan. Profitant de son inattention momentanée, il prit sa tête violemment et l’écrasa contre celle du dernier, avant de les jeter dans les airs. Il envoya une rafale de ki qui pulvérisa les rejetons, cauchemars de son enfance.

Videl et Bra vinrent à sa rencontre avec Piccolo. Ce dernier s’agenouilla à côté de Goten qui crachait du sang et demanda :

– Tout va bien, Goten ?

– Keuf... Qu’est-ce que tu crois ? répondit Goten difficilement en esquissant un sourire. Je suis le fils de Son Gokû, et le frère de Son Gohan, je ne vais pas être écrasé aussi facilement !

– Je vois ça, dit Piccolo en souriant à son tour. On n’a malheureusement pas de senzus, tu vas devoir rester en retrait.

– Je peux me battre ! protesta Son Goten. Je peux m’occuper de Freeza et de son armée, ou même de #17, je…

– Reste ici, Goten, ordonna Gohan d’un ton qui ne souffrait aucune réplique. Tu vas protéger les filles, nous, on va se charger de Babidi. Si on l’élimine, le conflit s’arrêtera. Défends-les, va les mettre à l’abri.

Piccolo acquiesça, et s’envola avec son ancien élève. Goten était consterné, mais cette pensée se dissipa en une fraction de seconde pour laisser place à de la fierté. Gohan lui faisait confiance, il croyait en ses pouvoirs et ses capacités en tant que défenseur et guerrier, et confiait sa femme et la fille de Vegeta sous sa protection. Il respira profondément, reprenant son souffle et un semblant de force. Il se jura de reprendre l’entraînement sérieusement, individuellement, et redéploya son aura de Super Saiyan. Le plus dur était encore à faire.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu