DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 22h, 48mn

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123
[Chapter Cover]
Partie 12, Chapitre 60.

Chapitre 60

Le combat entre #16 de l'univers 12 et Eleim de l'univers 19 continuait dans les airs. Attaques et parades s'échangeaient rapidement entre les deux combattants. Aucun n'avait encore de réel avantage. L'armure du nanoguerrier le rendait aussi vif et solide que le cyborg créé par Gero. Ce combat plaisait beaucoup aux spectateurs.

Eleim trouva une ouverture après qu'ils se soient donné le même coup au visage, les ayant fait se distancer de plusieurs mètres

"C'est ma chance !" pensa-t-il en activement le petit rétro-propulseur dorsal de son armure pour tout à coup accélérer vers #16, bras tendu vers l'avant. Il toucha le robot et parvint à le pousser sans difficulté jusqu'au ring, le faisant s'écraser au milieu du cratère qu'avaient formé le Waver Ball et le Hell's Flash. Grâce à son armure et aux nanocomposants circulant dans son sang, Eleim parvint rapidement à mettre sur le ventre #16 avant qu'il ne contre-attaque, puis plaqua à nouveau ses deux mains sur son dos. #16 s'écrasa immédiatement au sol.

"La gravité ! Elle augmente de plus en plus !" remarqua #16 qui ne parvenait plus à se redresser.

— Mon anti-G me permet de flotter, mais aussi d'augmenter la gravité de ce que je touche. Tu es prisonnier ! informa le guerrier de l'espace 19.

— Z... zut ! fit le cyborg en cherchant une solution pour s'en sortir.

Eleim, qui sentait que si le combat s'éternisait, il allait perdre, car après tout une machine ne s'épuise pas, voulu en finir rapidement. Il cria :

— Mon Ultra Waver va faire fondre... la machine que tu es !

L'Ultra Waver était une attaque différente de l'Ultra Waver Ball. À l'origine de l'Ultra Waver, il s'agit d'un rayon d'ondes à forte densité couplé à un bombardement de particules de photons, une sorte de méga micro-ondes portées à leur paroxysme. Elles brûlent à l'extrême quels que soient les matériaux, allant jusqu'à liquéfier et évaporer en partie le métal. Un être vivant serait réduit à l'état de vapeur et de très légère poussière. L'Ultra Waver Ball était simplement la mise en forme d'une boule de ce lance-flamme particulier et destructeur. 

#16 n'avait trouvé aucune solution. Malgré sa force, il ne pouvait lutter contre ce système de gravité, qui paraissait être de plus en plus forte. Ses boucles d'oreilles s'arrachèrent de ses oreilles pour tomber lourdement sur le ring, comme si elles pesaient cinquante kilos. Souriant, il fit :

— Désolé... Trunks... J'espère que les Dragon Ball... auront de la compassion pour un robot comme moi.

— Non ! Abandonne, ça n'en vaut pas le coup ! cria Trunks depuis l'espace 12.

Il commençait à avoir peur : Eleim allait-il réellement supprimer #16, comme ça ? Il lui suffisait juste de tenir trente secondes, et les Vargas le déclareraient vainqueur... Pire : #16 avait parlé des Dragon Ball, mais dans le passé, après le Cell Game, Shenron n'avait pas "ressuscité" l'androïde... Si Eleim détruisait #16, s'en serait finit. Impossible de le reconstruire après ça...

Trunks avait peur de perdre son ami...

Depuis que Bulma et Trunks avaient présenté #16 au monde, toutes les semaines Bulma vérifiait que tout allait bien. Pendant des mois, tout se passait normalement. Et pendant des mois, Trunks n'hésitait pas à charrier et rabaisser le cyborg.

Un matin, alors que #16 était avec Bulma à Capsule Corp, Trunks partit pour une autre ville pour aider à construire un bâtiment ou deux. C'était ce jour-là que Bulma reçut un appel depuis la centrale électrique de la ville :

— C'est une catastrophe ! lui disait un technicien. À cause d'une fuite, le réacteur perd du combustible ! Il va s'arrêter et on n'aura pas les moyens de le redémarrer avant des mois ! C'est une catastrophe !

— Il faut réparer la fuite alors ! réagit Bulma.

— Impossible, la radioactivité est énormément élevée ! Le seul équipement encore en état pour nous en protéger se trouve dans une autre ville, et on n'a pas le temps de le récupérer ! Tout ce qu'on peut faire, c'est laisser le réacteur s'éteindre !

— On est foutu, il faut évacuer la ville. Si ce réacteur continue de fonctionner mais qu'il n'a plus le combustible, ça pourrait exploser ! Il faut l'arrêter immédiatement !

— Impossible ! La température du cœur du réacteur est vraiment trop élevé ! Personne ne pourrait y survivre !

— Moi je pourrais, intervint #16 en se mettant à côté de Bulma.

Cette dernière le regarda. Il avait raison : c'était le seul qui pouvait faire quelque chose. Même Trunks ne pourrait probablement pas survivre... Bulma prit une décision qui n'aurait pas plu à son fils :

— D'accord, allons-y.

En moins de cinq minutes, ils étaient sur place : #16 avait transporté Bulma par les airs en volant très rapidement. Cette fois, son sourire avait disparu et il avait un air vraiment sérieux. Il comprenait très bien la gravité de la situation...

Sur place, on leur expliqua plus en détail la situation : il fallait aller au cœur du réacteur, trouver la console et l'éteindre. Ensuite, il fallait réparer la fuite. Un technicien montra à Bulma et #16 l'emplacement de chaque chose sur un plan, que le cyborg mémorisa sans aucune difficulté.

Mais au moment d'effectuer sa mission, une petite fille cria le nom du cyborg. Ce dernier se retourna pour la voir courir vers lui, en pleurant. Elle devait avoir quatre ou cinq ans…

— Qu’est-ce que tu fais là ? Je t’avais dit de rentrer à la maison ! fit l’un des techniciens présent. Il s’agissait visiblement de sa fille…

— Monsieur le robot, fit-elle quand elle s'arrêta devant #16 qui s'était mis à genou pour être à sa hauteur, il ne faut pas éteindre le réacteur, sinon ma maman à l'hôpital elle va rester malade comme beaucoup d’autres mamans...

Le père ne dit rien. Il ne bougea pas. Il n’avait rien dit… probablement parce qu’il savait que la meilleure solution était de sauver la ville… au détriment de sa femme…

Bulma y avait pensé, mais elle n'avait pas de solution... Ils ne pouvaient pas garder le réacteur en fonctionnement...

— Je vais m'en occuper, ne t'en fais pas pour ta maman, répondit #16 en souriant. J'ai une idée.

Il se releva et se tourna vers Bulma :

— Je suis capable d'alimenter le réacteur avec mon énergie. Trunks devrait être capable de réparer la fuite. Je l'attendrai.

— Non tu ne pourras pas ! Il me faudrait une heure pour le trouver et lui expliquer la situation ! Le temps qu'il revienne tu auras fondu, et perdu toute ton énergie !

— Je désactiverai un maximum de mes fonctions pour économiser mon énergie. Ne perdons pas de temps. Si ma vie peut en sauver d'autres, il ne faut pas hésiter.

#16 se dirigea immédiatement vers l'entrée de l'usine. Bulma resta là quelques secondes, toujours plus rassuré sur les bonnes intentions du cyborgs. Ne perdant plus une seconde de plus, elle emprunta le véhicule d'un des techniciens pour aller retrouver son fils.

#16 fut félicité par bon nombre d'employés de l'usines, qui le voyaient encore une fois comme un héros. Et cela lui fit plaisir ! Une fois à l'intérieur de l'usine, il se dépêcha, courant à travers la multitude de couloir, défonçant quelques portes blindés pour passer, et atteignit le cœur du réacteur. La température dépassait le millier de degré. À priori, rien d'alarmant : son corps devrait le supporter.

Se plaçant devant l'un des gros tuyaux censé apporter du combustible, il ouvrit une sorte d'écoutille, détacha ses mains de ses avant-bras, et tira son Hell's Flash. L'énergie qu'il envoyait en continu par ce moyen permit au réacteur de retrouver son rendement normal. Mais à cause de la fuite, il devait maintenir cet apport d'énergie sans discontinuer... Il désactiva plusieurs processus de ses programmes pour économiser un peu d'énergie... ça ne lui ferait gagner que quelques minutes... mais c'était, il l'espérait, suffisant.

C'est un peu plus d'une heure plus tard que Trunks arriva devant l'usine. Il prit en une demi-seconde le plan qu'un technicien tenait dans sa main et entra immédiatement, transformé en Super Saiyan, et espérant que son aura dorée allait le protéger un minimum des radiations.

Sa mère lui avait dit de réparer d'abord la fuite. Mais en parcourant les couloirs, il se retrouva juste au-dessus de la salle du cœur du réacteur. Il jeta un œil au contrebas pour voir #16, debout, envoyant encore de l'énergie par un énorme conduit. La chaleur était insoutenable. Le verre cylindrique qui entourait la passerelle sur laquelle il était semblait fondre peu à peu, perdant de sa forme géométrique. Trunks n'avait pas de temps à perdre : s'il restait là et que le verre éclatait soudainement, il serait brulé illico !

Reprenant sa route, il était un peu inquiet, et en même temps il avouait que ce que faisait là le cyborg était quelque chose de très courageux. Il ressassa le sacrifice inutile contre Cell... Quelques secondes et quelques couloirs plus tard, Trunks arriva finalement là où il y avait la fameuse fuite : à cause des cyborgs #17 et #18, la ville avait subi énormément de dégâts, et on n'avait pas pu tout reconstruire depuis rien. On s'était servi des débris, des décombres, pour presque construire par-dessus. Un morceau de tuyau avait dû être abîmé et avec le temps avait dû exploser sous la pression de l'énergie.

Trunks arracha une plaque de métal du couloir, la plaça à l'emplacement du trou, et avec son ki fit fondre et sceller la plaque au tuyau. Il s'agissait là d'une réparation de fortune, mais ça tiendrai le temps d'une réparation complète.

Une fois faîte, Trunks retourna sur ses pas, sur la passerelle au-dessus du cœur du réacteur. Mais rien n'avait bougé. #16 paraissait déconnecté, tout en continuant d'apporter de l'énergie. Mais maintenant que la fuite était réparée, un surplus d'énergie pouvait tout faire sauter ! Et si #16 était "éteint", il n'avait aucun moyen de s'arrêter de lui-même.

Trunks devait risquer sa vie pour celle de #16 et des habitants de la ville...

Toujours en Super Saiyan, il traversa le verre fondu et descendit jusqu'aux côté de #16. Déjà il sentait l'énorme chaleur autour de lui. Son aura le protégeait un peu, mais il ne fallait pas qu'il reste longtemps !

Il frappa #16 sur la joue, le faisant tomber. Ce choc le fit stopper le Hell's Flash. Trunks ne s'attarda pas et ferma l’écoutille. Puis il courut vers la sortie de la salle. Il ne se retourna qu'une fois atteinte : #16 était encore à terre. Il pensait qu'il se serait relevé pour le suivre, mais ce n'était pas le cas.

Une fois encore, Trunks pensa à le laisser là et à vite se mettre en sécurité... mais se ravisa : #16 avait bien protégé les humains et même risqué sa vie pour eux...

Faisant demi-tour, il porta #16 et courut avec lui sur le dos...

En sortant, tout le monde acclama le fils de Bulma et le robot. #16 avait définitivement acquis le titre de héros et de sauveur de la ville. Mais tous craignirent que #16 ne se réveille jamais...

Bulma parvint à rectifier ça. Le corps de #16 n'avait pas subi de dégâts. Ses programmes étaient tous intacts, juste en veille. Son énergie avait baissé, mais avec la centrale en fonctionnement, elle avait pu lui "rendre" son énergie.

Quand #16 se réveilla enfin, Trunks le remercia personnellement :

— Ce que tu as fait pour nous, les humains, était courageux... Tu n'étais pas obligé mais tu l'as fait. Tout le monde parle de toi comme d'un héros.

— J'ai seulement fait ce qui devait être fait, fit le robot.

— Je sais. Je l'avais toujours su... Mais je ne voulais pas... avoir comme ami un monstre du Dr Gero. En un sens, ces derniers mois, tu avais plus de sentiment que moi. J’ai dû t’en faire baver…

— Comme ami ? répéta #16, préférant retenir l’essentiel.

— #16, travaillons pour l'humanité, non plus comme maître et esclave... mais d'égal à égal, comme des amis, fit Trunks en tendant sa main vers le cyborgs, et souriant.

#16 sourit à son tour et accepta cette proposition. Il serra la main de son ami Trunks. Ainsi, le fils de Bulma et Vegeta se libéra de ce malaise, de cette colère contre le cyborg, alors que le seul fautif n'était que Gero lui-même...

"Pourquoi j'hésite à l'achever ? Ce n'est pourtant qu'un robot !" pensa Eleim, le bras tendu vers #16 en dessous de lui, prêt à le faire fondre.

— #16 devrait abandonner s'il veut survivre, dit Yamcha de l'univers 9 à ses amis. Cet Eleim à l'air sérieux...

— Et hésitant... ajouta Kulilin.

Depuis le centre de commande Varga, un piaf comptait :

— Encore seize secondes avant que Eleim ne gagne...

Sur le ring, #16 continuait de regarder Eleim, en souriant, et attendant son coup ultime. Mais le guerrier de l'univers 19 n'attaqua pas encore :

— Dis-le, robot ! Dis que tu abandonnes ! Sinon je te détruis !

— Désolé... répondit #16, à la fois pour Eleim, qui serait obligé de le détruire alors que ça se voyait, dans ses yeux, qu'il souhaitait éviter ça, et à la fois pour Trunks... Adieu, Trunks, continua-t-il. J'étais ravi... d'être ton ami.

— Tu... tu as un ami.... mais si je dois tirer sur un homme à terre pour obtenir notre vœu, je le ferai ! cria encore Eleim, pour tenter pour la toute dernière fois d'éviter un "meurtre" inutile.

— Ça y est, je suis un homme à tes yeux ? Tu n'es pas sans cœur... Tu allies compassion et devoir, répondit #16 tout à coup, alors que Eleim eut un léger mouvement de recul. Je suis rassuré, ton univers est entre de bonnes mains. J'abandonne.

— Qu... quoi ? Tu as risqué ta vie pour vérifier ça ? Pourquoi ? demanda le chef des guerriers de l'espace 19 en désactivant le système anti-G.

— C'est la victoire de Eleim de l'univers 19 ! cria l'animateur Varga alors que #16 se relevait.

— Chacun ici à ses ambitions, fit #16 en faisant face au gagnant du combat. Soif de pouvoir, vengeance, challenge, le vœu... Si je participais, c'était pour vaincre quelqu'un, car c'était ma mission initiale à ma création. Mais je ne le pourrais pas. Quand j'ai vu Yamcha abandonner pour aider un autre cyborg, j'ai eu envie de suivre un peu cet exemple. Maintenant je sais que ton univers n'est pas gouverné par des êtres démoniaques...

#16 venait de finir sa tirade et tournait déjà le dos à Eleim, se préparant à retourner dans son espace. Eleim ne bougea pas quelques secondes, puis interpella son adversaire :

— Attends ! Je... J'ai été ravi de combattre contre toi.

#16 fit à nouveau face à Eleim, toujours en souriant.

— Il en est de même pour moi.

— je suis désolé pour ta main. Mais bravo pour ce combat ! fit le nanoguerrier en tendant sa main vers #16.

Ce dernier parut sourire un peu plus encore, et accepta de serrer la main à son adversaire. Voilà qui était la meilleure preuve de fairplay, et la première de ce tournoi. Ils se séparèrent enfin pour retourner chacun dans leur espace.

— Alors, c'est pas une belle victoire ça ? fit Loopwhirl aux abords de son espace 19 à Son Gokû.

— Si, félicitations. Évidemment, #16 est très faible, ajouta finalement Gokû, sans méchanceté.

Et évidemment, le guerrier en face le prit mal et fut tenté d'insulter Gokû... mais parvint à se raviser et juste s'en aller... Mais quand même, #16 très faible ? Alors qu’il faisait jeu égal avec son chef ? Loopwhirl préféra douter de ces propos et rejoindre ses amis qui accueillaient le victorieux combattant.

Ce chapitre marque la fin du deuxième tome imprimé du roman DBM, disponible en convention.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk