DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 13 jours, 13h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124
[Chapter Cover]
Partie 2, Chapitre 9.

Chapitre 9

#17, dans l'univers 14, regarda à sa droite vers l'univers 15. Une seule personne s'y tenait. C'était une femme à l'accoutrement quelque peu ridicule. Elle portait un genre de turban sur la tête qui n'allait pas du tout avec le reste de ses vêtements et une cape qui finalement ne cachait même pas sa queue qui dépassait. Et que dire de cette poitrine tombante à l'allure mollassonne ?

#17 se mit ensuite à détailler son visage : ce n'était pas mieux, pensa-t-il. Elle semblait complètement abasourdie. Ça la rendait encore plus laide qu'elle ne l'était déjà avec son grain de beauté près du nez, de grands yeux écarquillés avec seulement deux cils au-dessus, et des lèvres béantes...

Un sourire amusé naquit sur le visage du cyborg :

"Je vais pouvoir m'amuser à la défigurer encore davantage."

La curieuse guerrière s'exclama :

— Dé... Déjà ?

#17 s'étonna. Quel était le problème ? Ce guerrier ne voulait pas se battre maintenant ?

— Mais, continua la femme d'une voix plutôt grave, I'K'L n'est pas encore né !

"Né ?" C'est là que #17 remarqua que ce qu'il avait pris pour un gros ventre... contenait en fait une créature qui ne ressemblait pas à grand-chose d'humain. Bon sa mère non plus n'était pas humaine (il suffisait de voir ses oreilles toutes rondes), mais ça s'en approchait, tandis que la créature qui se développait dans sa bulle transparente était... complètement hideuse.

— Laissez-moi quelques heures ! Insista la mère du combattant appelé.

— Impossible, déclara enfin le présentateur. Il s'agit d'un abandon.

Le public protestait avec véhémence, les combats étaient soit trop rapides soit inexistants.

De son côté, #17 se vanta près de l'univers 15 :

— Eh bien, ça aura été facile.

La mère de I'K'L lui jeta un regard noir. Le cyborg ajouta :

— D'une façon ou d'une autre, ça aurait été vite fini, et tu peux t'estimer heureuse que je n'éclate pas ta progéniture.

Sur ces mots, #17 rejoignit sa sœur jumelle.

— D'après vous, #17 est-il moins fort que celui que nous avons combattu à l'époque, demanda Gohan qui avait déjà son opinion.

— On s'en moque ! Même s'il était trois fois plus fort on l'écraserait. déclara Vegeta, toujours aussi sympathique avec tout ce qui pouvait ressembler à un ennemi.

— Je ne suis pas bien placé pour le savoir, je ne les ai jamais combattus, fit remarquer Gokû.

Après quelques secondes de silence au sein du groupe, Gohan réagit tout à coup :

— Papa, au prochain tour tu affronteras le cyborg #17 finalement !

— Ah oui c'est vrai ! Quelle chance ! Mais s'il n'est pas assez fort...

— Je crois me souvenir que Trunks disait que ses cyborgs étaient moins forts que les nôtres... reprit Piccolo pour revenir au vrai sujet.

— Oui, je m'en souviens, fit Gohan en opinant de la tête, il m'en avait même un peu plus parlé à un moment. Sa théorie était qu'ils ne possèdent pas réellement d'énergie infinie...

— Donc plus le temps passe, moins ils sont forts... Logique, dit finalement Piccolo en décroisant les bras.

— Qu'en est-il de Cell alors ? demanda par curiosité Vegeta.

Les quatre garçons regardèrent l'univers 17 en même temps. Cell n'avait toujours pas bougé depuis le début du tournoi.

— J'imagine que c'est plus compliqué que ça pour lui... déclara Gohan. On va devoir attendre son combat pour le jauger...

— Quoiqu'il en soit, j'ai hâte de combattre enfin un de ces cyborgs au prochain tour ! déclara Gokû, un nouveau sourire aux lèvres.

— Kaiô Shin du Sud de l'univers 1 contre Butta de l'univers 8, déclara soudainement le présentateur.

Les deux guerriers prirent place sur le ring.

Ils étaient tous les deux très grands. Le Kaiô du Sud était celui qui était le plus "de taille" à affronter Butta. Si cela avait été le plus petit Kaiô Shin, la différence de stature aurait peut-être amusé les spectateurs.

Butta plaça ses poings sur ses hanches alors que son adversaire restait bien droit, les bras ballants. Le guerrier à peau bleue de l'univers 8 espérait bien gagner ce match pour faire honneur à l'équipe Ginyu, là où Jeece n'avait vraiment pas eu de chance... En y repensant, Butta était vraiment content de ne pas avoir été à sa place. Mais qu'importe ! Tout d'abord, il voulut connaître la force de son adversaire. Pour ce faire, il appuya d'un doigt sur un bouton de son dispositif qui était attaché à son oreille. Quelques chiffres s'affichèrent sur l'écran verdâtre qui couvrait son œil gauche. Tout à coup, Butta se mit à rire :

— N'importe quoi ! Cinq cent unités ! Ah ah ! Sache mon ami que je suis au moins cent fois plus fort que toi ! Ah ah ! En plus, tu ferais mieux d'abandonner car, je suis l'être le plus rapide de mon univers, fit enfin Butta en se pointant d'un pouce, l'autre main restant sur sa hanche gauche.

— Ah bon ? répondit simplement son adversaire tout en disparaissant aussitôt.

Butta le chercha du regard, en vain... pour moins d'une demi-seconde plus tard le trouver juste en face de lui.

— Eh bien, fit le Kaiô Shin devant Butta qui, surpris, eut un mouvement de recul. Je viens de te tourner autour une centaine de fois ! Es-tu sûr d'être aussi rapide ?

— Je... Je suis l'être le plus rapide de l'univers ! fit le soldat d'élite en suant à grosses gouttes.

Et il n'eut pas le temps d'en dire plus lorsque Kaiô Shin disparut à nouveau... pour réapparaitre dans l'instant le poing encastré dans le ventre de Butta....

D'un seul coup, le dieu mit KO son adversaire, malgré la solide armure de ce dernier. À l'évidence, la force du Kaiô du Sud n'était pas de cinq cent...

— Le plus rapide hein ? répéta le gagnant alors que Butta tombait au sol. Dans ton univers peut-être...

Sur le point de s'évanouir, Butta entendit la remarque et enragea intérieurement. Les mains sur le ventre, les jambes tremblantes, un filet de bave au coin de la bouche, il parvint à sortir quelques mots :

— Im... possible... si rapide...

Le Kaiô, faisant toujours face à son adversaire, décida de lui lancer une dernière réplique, tout en souriant :

— Pourtant je ne suis pas si rapide que ça, ma carrure me ralentit...

Butta n'arrivait plus à bouger et sombra finalement dans l'inconscience au bout de quelques secondes.

Dès qu'il fut déclaré vainqueur, le Kaïô regagna son espace sous les félicitations de ses compatriotes, même si ceux-ci avaient toujours été certains de sa victoire. Le Kaiô du Sud n'y prêta pas vraiment attention, il préférait s'intéresser à l'identité de son adversaire du deuxième tour. Alors que des hommes de mains de Freeza allaient chercher Butta, nos amis de l'univers 18 commentaient à nouveau la performance du vainqueur :

— Ah ah, il l'a battu encore plus vite que moi, fit Gokû en souriant.

— Les Kaiô Shin ne sont pas à prendre à la légère, déclara Piccolo. Nail m'a dit que dans leur univers Freeza avait été tué par Kaiô Shin de l'Est.

— Ce gars-là était vraiment plus fort que ce tyran ? rétorqua Vegeta toujours fidèle à lui-même.

— Et ce Kaiô du Sud semble encore plus fort, ajouta Piccolo.

— Je me demande s'il peut avoir le niveau d'un Saiyan 2... s'interrogea Gohan.

— Impossible à dire tant qu'on ne l'a pas vu dans un vrai combat, fit Gokû. Et j'avoue qu'en parlant de ça, je commence à être un peu déçu...

— Ça viendra papa, les plus faibles sont passés en premier, c'est plutôt une chance ! Regarde il reste Buu, Cell, Bojack, Broly...

— Hmm...

Gokû ne semblait pas vraiment convaincu. Bojack pourrait ne pas être aussi puissant que ça... Cell ? Pourquoi pas... Buu avec sa capacité de régénération pourrait être intéressant à combattre... Broly ? Là ça dépendra de son niveau... En fait, Gokû espérait un peu que son augmentation de puissance ait été gelée en même temps que lui dans la glace...

— Hé, il suffit d'aller demander à Cell comment il a gagné, proposa Goten avec un brin d'hésitation dans la voix. Je veux dire... ça pourrait nous donner une idée...

Regardant Cell une nouvelle fois, Gohan s'avoua être intéressé par la question... "Et s'il m'avait tué dans son univers ? Ça voudrait dire qu'il est plus fort qu'un super Saiyan 2 ?"

— On y va papa ? demanda le cadet Son.

— Allons-y. Tu viens Gohan ?

— Non merci, je n'ai pas envie de lui parler, répondit l'aîné en se remémorant l'épisode plutôt douloureux où il avait vu ses amis souffrir et son père mourir, en raison de ses erreurs.

Père et fils cadet se dirigèrent donc vers l'univers 17. Une fois qu’ils furent au bord de leur espace, derrière le petit muret, Cell les regarda...

— Cell, commença Gokû, on aimerait bien savoir ce qu’il s'est passé dans ton univers.

— Je n'ai rien à vous dire... je ne me répèterai pas.

— Hm, il a dû parler avec nos homologues de l'univers 16, en conclut Goten, perspicace pour une fois.

— Tu peux au moins me dire si tu m'as tué ? insista Gokû.

Ce dernier eut un sourire.

— Qui sait...

— Et moi, demanda Gohan qui s'était finalement approché, la curiosité l'ayant emporté sur le mépris qu'il éprouvait pour cette pitoyable créature verte...

— Toi tu m'as énervé. Tu n'étais qu'un gosse pleurnichard.

Aussitôt, Gohan sauta par-dessus le muret pour se mettre face à Cell, à moins d'un mètre de lui. Ce dernier décroisa les bras et soutint son regard tandis que le Cell Junior dans ses pattes recula.

— Pleurnichard hein ? Sache que chez nous, c'est moi qui t'ai tué.

— Hm... Ça ne m'étonne pas. Ton toi de l'univers 16 a dit avoir fait la même chose.

"Il va falloir que je me méfie..." pensa Cell.

— Pour ma part, j'ai tenté de te pousser à bout en tuant tous tes amis... continua Cell. Et ça n'a pas marché. J'ai été extrêmement déçu, Son Gohan.

Gohan prit un air un peu étonné. Cela signifiait donc qu'il n'avait pas pu passer au niveau 2 ? Les mini-Cell auraient alors tué tout le monde... Son père, Trunks, Vegeta, Piccolo... et les humains Kulilin, Yamcha et Tenshinhan ? Cela expliquerait la présence de l'un d'entre eux aux côtés de Cell... Gohan, refoulant la colère naissante qui montait en lui, tenta d'en avoir le cœur net :

— As-tu un jour affronté un certain Bojack ?

S'il l'a connu... ça voudrait dire que Gokû s'est sacrifié, détruisant la planète Kaiô, la mort du Kaiô libérant les pirates de l'espace Bojack, Zangya et autre Bujin... ça signifierait aussi et surtout qu'il avait quand même atteint le niveau 2 pour pouvoir mettre à mal Cell, avant son retour plus fort encore...

Mais Cell fronça les sourcils :

— Bojack ? Connais pas.

— Alors, peux-tu nous dire ce que tu as fait après nous avoir tous tué, demanda Gokû en s'approchant tandis que le Cell Junior retournait se blottir contre son "père".

— Oh, je me suis vaguement amusé à détruire la Terre avec mes "enfants", fit-il en tapotant  gentiment la tête du Cell Junior.

Cette attitude presque paternelle gêna les membres de la famille Son. Ne sachant plus quoi dire, ils repartirent directement dans leur espace sans un mot de plus...

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk