DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 3 jours, 1h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127
[Chapter Cover]
Partie 21, Chapitre 101.

VINGT-ET-UNIÈME PARTIE : L’ESPOIR DE TOUT UN UNIVERS

Chapitre 101

Alors que Son Gokû et son fils Goten discutaient à propos de Kulilin de l’univers 9, un Varga vint se placer au centre de l’arène afin d’y faire une déclaration :

– Nous sommes au milieu du deuxième tour, c’est donc l’heure d’une pause ! Nous allons créer de nouveau des tables dans les espaces des combattants.

“Déjà une pause ?” s’étonna Buu, les bras croisés. Il imaginait que les combats allaient encore se poursuivre.

– Eh, Papa, je parie que tu attendais ça avec… commença Goten en regardant son père sur sa gauche… Mais celui-ci avait déjà disparu !

– Alors, je prends le rôti, deux fois des pâtes, les patates chaudes, celles en salade, toute la page des ramens, la pièce montée, la sélection de poisson, douze brochettes, la montagne de caviar, et le petit toast qui va avec.

Il était déjà assis à la table qui finissait tout juste de se matérialiser dans leur espace. Un Varga prenait déjà les commandes. À côté de Gokû, son ami et rival Vegeta conclua laconiquement la commande:

– Je prends tout ce qu’il prend, en double.

À côté, à l’univers 16, c’était presque pareil. Son Bra discutait avec Vegetto, puis d’un seul coup, ce dernier se retrouvait à table à passer une commande quatre fois plus élevée que celle de Gokû. Goten remarqua cependant que Son Gohan de l’univers 16 était passé devant l’univers 18 pour aller vers celui des organisateurs. Son frère de son univers était avec Videl dans les appartements avec Pan. Qu’allait donc faire cet autre Gohan ?

Les organisateurs étaient eux aussi déjà à table. À peine Gohan était-il arrivé que la Kaiôshin de l’Ouest l’invita à prendre place :

– Assieds-toi, Son Gohan. Nous avons réfléchi à ta demande.

En effet, Gohan de l’univers 16 avait fait une demande aux Kaiôshins et venait pour entendre leur réponse. Mais une interrogation lui vint.

“Comment savent-ils que je suis celui de l’univers 16 ? Ils ne m’ont pas vu venir, et l’autre n’est pas visible…” pensa Gohan en s’asseyant.

Le Kaiôshin du Nord lui répondit comme si Gohan avait parlé tout haut :

– Tu es génétiquement identique au Son Gohan de l’univers 18, tu marches et parles comme lui. Certes, Tu as ses manières et les mêmes pensées. Mais nous faisons la différence sur des choses plus subtiles encore. Tu es légèrement plus amer à cause de ce qui est arrivé. Cela se sent. Tu es venu à nous avec assurance, parce que tu nous as déjà parlé, alors que l’autre viendrait avec un soupçon de lenteur en plus. Et il y a encore des centaines d’autres différences parfaitement évidentes à nos yeux.

– Je comprends, fit simplement Son Gohan.

– À la fin de ce tour, reprit le Grand Kaiôshin en bout de table, nous utiliserons l’un des sets de Dragon Balls pour ressusciter les victimes des deux premiers tours.

– Merci beaucoup, s’inclina Gohan

– Cela fera plaisir à d’autres univers aussi…

Gohan se remémora rapidement les quelques morts du tournoi. Sa fille Pan, Tidar le nano-guerrier de l’univers 19, Butta, Zangya, Bojack, une fille de l’autre groupe de l’univers 6, des Vargas, peut-être même des gens du public...

La relation entre les Dieux organisateurs et Son Gohan avait été fructueuse. Il leur avait déjà dit beaucoup de choses sur son univers et les avait renseignés sur les différences survenues lors des divers évènements. La naissance de son père Vegetto, grâce à une magie Kaiôshin, les avait beaucoup intéressés. Et maintenant que le Kaiôshin du Sud avait étudié l’intérieur de Buu de l’univers 11, ils pouvaient avancer dans leur enquête.

– Nous avons une autre question. L’univers 18 a lui aussi eu un Vegetto ? demanda le Grand Kaiôshin.

– Oui, ils m’ont dit qu’il s’est séparé une fois dans le corps de Buu.

– Bien sûr ! s’exclama le Kaiôshin du Nord. Ce sont les Kaiôshins que Buu a absorbé qui ont annulé la fusion.

– Mais pourquoi ? s’étonna Gohan.

– Les potalas ne sont faites que pour les Kaiôshins, lui expliqua la jeune Kaiôshin de l’Ouest (Enfin, elle paraissait jeune, mais devait avoir des millions d’années, peut-être !). L’existence de Vegetto est un blasphème.

– Ah oui, Vegetto m’avait dit que normalement, elles ne marchent que sur vous. Le vieux Kaiô Shin les avait enchantées pour qu’elles marchent aussi sur Gokû.

Le Kaiôshin du Sud prit enfin la parole :

– Voilà. Notre essence en Buu ne pouvait deviner que Vegetto existait pour une bonne raison et l’a fait défusionner.

– D’ailleurs, Vegetto est bien trop puissant. Cela confirme qu’il ne faut pas utiliser les potalas sur n’importe qui, déclara le prudent Kaiôshin de l’Est.

Alors qu’ils continuèrent à discuter quelques minutes avant de manger, certains de l’univers 8 s’impatientaient de plus en plus :

– On avance toujours pas sur les Dragon Balls, ça ne va pas du tout ! fit Coola.

– Hin ! Tu as perdu dès le premier tour, alors tu es inutile ! C’est tout ! nargua son frère.

Coola contra Freeza par une vérité quasi-absolue :

– Crétin, tu sais bien que tu seras éliminé aussi, tu n’as eu que des forfaits ! Même Papa finira par perdre. On est pas là pour ça.

– Monter dans le tournoi ne peut que nous être bénéfique, déclara justement leur père, le Roi Cold. En attendant, exécutez donc votre plan.

Les fils s'exécutèrent. Le père regarda à sa droite. Son prochain adversaire était un Saiyan dénommé Baddack. Un Super Saiyan. Un guerrier du même niveau que celui qui avait battu Coola.

“Je ferai très attention…”

Quatre autres Saiyans venaient de migrer de l’espace réservé à l’univers 13 vers celui de l’univers 18. Leur chef, Vegeta, s’adressa à Gohan. Ce dernier buvait quelque chose dans une tasse, alors que beaucoup de nourriture était déjà déposée par les Vargas.

– Nous venons pour tu sais quoi…

– Vous n’avez plus à manger ? demanda Gokû la bouche pleine

– Pas pour ça… rétorqua le Prince, perdant déjà un peu de patience.

Gohan ne voulait pas lier les autres membres de son univers au “pacte” qu’il avait fait pour minimiser le traumatisme probable de sa fille au combat. Il prit la parole.

– Il s’est emporté, votre Kakarotto… fit Gohan en se levant.

– Ne joue pas avec nous, ta gamine est toute contente. On a rempli notre part du contrat.

– Bien. C’est vrai. Alors voici ma part du marché : dans l’univers 9, il y a le vieux Kaiôshin, celui qui est apparu pendant le combat contre Cold. Il a le pouvoir d’augmenter la force. S’il vous en trouve digne, bien sûr. Voilà donc comment je suis devenu si fort. C’est grâce à son pouvoir. Mais je vous préviens... Si vous le menacez ou l’attaquez, vous serez renvoyés dans votre univers. Donc... Soyez très gentil avec lui, si vous voulez obtenir au moins autant de force que moi...

– Tu te fous de nous ? railla Vegeta, bras croisés.

– Changez d’attitude, et vous deviendrez plus forts, fit encore Gohan, un petit sourire aux lèvres.

Il savait que ça allait être très difficile pour eux.

Après le repas vint le dessert. Certains guerriers ou spectateurs n’en prirent pas et quittèrent leur table comme Freeza. Il était reparti dans son vaisseau personnel. Là, la petite créature qui se chargeait de retrouver Ginyû travaillait encore. Mais ce n’était pas pour ça qu’il était venu là. En face d’un grand écran, il voyait différentes parties de toute l’arène. Sur une des images, il voyait… un gant blanc. Il entendait aussi :

– Vos petits pains au chocolat.

Il s’agissait d’un Varga qui amenait un plat à une table.

– Merci, p’tit gars !

La voix de Jeece. Sur ces mots, l’image sembla défiler rapidement. Elle sautilla puis se stabilisa. Il voyait à présent Jeece de face.

– Vous m’avez fait super mal ! fit la voix du Varga

– Désolé ! Je ne sens pas ma force ! s’excusait Jeece tout sourire avec une mauvaise foi évidente.

– Jeece a parfaitement implanté la caméra, Maître ! fit la voix d’un subordonné de Freeza depuis un haut parleur.

– Bien... Nous allons enfin pouvoir suivre leurs plans sans qu’ils détectent notre présence… Posez d’autres caméras. Il y en aura bien un qui a accès aux Dragon Balls…

Derrière lui, il entendit son sbire pianoter frénétiquement sur le clavier de sa console. Il ne put s’empêcher de penser :

“Ginyu serait-il en Jeece ? Non, les autres le verraient... À moins qu’ils ne le couvrent... Ils admiraient leur chef, ils ont gardé son nom... Non, ils n’oseraient jamais me cacher une telle chose !”

– Maître ?

Freeza sursauta. C’était juste un autre de ses esclaves, mais il ne s’y attendait pas.

– Quoi ? fit-il durement en se retournant, apeurant à son tour son homme de main.

– Je... voulais juste vous prévenir que si la caméra change d’univers, nous ne recevrons plus ses images. Mais il y a un enregistrement, donc nous pourrons regarder à son retour.

– C’est mieux que rien, répondit Freeza en quittant la pièce.

“J’ai imaginé que c’était Ginyû qui me surveillait... Je deviens paranoïaque !”

À l’espace reservé à l’univers 9, tout le monde soutenait Tenshinhan, leur dernier représentant encore en lice. Mais son adversaire était Buu de l’univers 4.

– Je vais aller me préparer, fit le grand chauve en se tournant vers les appartements.

– Tu es sûr que tu ne veux pas de mon aide, demanda pour la énième fois le vieux Kaiô Shin.

– Il est trop tard dorénavant. Si ça doit prendre des heures….

– Si vous vous étiez décidés plus tôt aussi… M’enfin…

Il se tourna vers Videl :

– Et toi, tu ne voudrais pas m’aider à me laver ?

– Ça va pas non ?!

Videl allait gifler le vieux dieu, mais Trunks la retint. Il en profita pour filer discrètement… sur seulement deux ou trois mètres, car Vegeta de l’univers 13, toujours accompagné de ses “amis”, l’interpella :

– Hey, le vieux !

– À qui t’adresses-tu, insolent !

– Commence pas à t’énerver, le pervers ! J’ai juste une question à te poser !

– Non !

– Comment ça “non” ?

– C’est la réponse à ta question.

– Tu te fous de moi vieux schnoque ?

– En quoi mériteriez-vous mon pouvoir ? Sortez donc d’ici, malandrins !

– Vieux sénile ! Tu ne sais pas à qui tu parles ! grinça l’empereur de son univers entre ses dents.

– Je suis sérieux. Et toi, il n’y a rien que tu puisses faire pour m’obliger à t’octroyer ce don.

Le Kaiôshin s’en alla vers les appartements. Toutes les autres personnes de l’univers 9 le regardèrent partir puis se tournèrent vers Vegeta. Ce dernier serrait les dents. Il semblait vouloir hurler, probablement proférer des insultes à l’encontre du dieu. Mais il se contrôla et tourna les talons rapidement. Les autres le suivirent, muets.

Quelques minutes avant le début de la seconde moitié du deuxième tour, les organisateurs discutaient entre eux. Il y avait tous les Kaiôshins, des Vargas, et des Nameks. Buu de l’univers 4 écouta avec attention cette discussion, car il en était l’origine. Discrètement, il avait soufflé une idée à un Namek, qui avait été, comme convenu, la soumettre aux Kaiôshins. Avec des arguments convaincants, l’idée était resté, avait germé, et voilà que sa conclusion était en discussion !

Pour Buu, ce n’était qu’un amusement. Ils pouvaient finalement décider de ne rien faire de cette “idée” à la limite. Mais, Buu y croyait tout de même…

Pendant ce temps, le Varga Den Grimme Aelling vint se placer au centre de l’arène, à côté d’un confrère qui tenait un micro. Ce dernier déclara :

– Que tous les combattants de cette seconde moitié du deuxième tour viennent nous rejoindre au centre !

Après réunion, le vieux Varga commença l’inspection des voeux de chaque combattant, comme au début du second tour. La bonne idée de ce rassemblement limitait la perte de temps des déplacements de Den Grimme Aelling…

Tour à tour, il demanda alors aux guerriers. Pour Vegetto, seul un vrai challenge l’intéressait. L’unique combattant de l’univers 5 n’était pas venu au centre comme tout le monde... Après quelques secondes d’hésitation, les Vargas décidèrent de passer au suivant.

Lassée, #18, sortit la première idée qui lui était venue : un cuisinier.

Arale demanda un gorille géant, un déguisement de Godzilla, une pastèque qui parle, suivit d’une moto volante et enfin fut coupée par le présentateur qui rappela que le gagnant n’aurait que trois voeux.

Gotenks, fraîchement fusionné pour l’occasion, tenta de jouer le beau gosse avec un air sérieux en demandant la paix dans l’univers. Puis dans tous les univers. Puis dans tous les univers sauf le sien où il maintiendrait la paix tout seul.

Nékomajin fit part de son envie d’une pelote de laine après de très longues secondes d’hésitation si longues que le Varga s’était demandé s’il avait comprit la question.

Buu souhaitait juste s’amuser, Tenshinhan n’avait pas de voeu particulier. Il en était de même pour Bra. Eleim resta évasif :

– Je ferai le voeu de sauver mon peuple.

Le roi Cold fut encore moins clair, puisqu’il répondit :

– Vous le saurez quand je gagnerai.

Cela ne fit peur qu’à peu de gens.

Baddack s’en alla sans dire un mot lorsque ce fut son tour, Raichi fit part de sa soif de vengeance lorsque Vegeta déclara vouloir éliminer les faibles. Gast réitéra son souhait de retrouver le moyen de faire des enfants et Piccolo Daimao aimerait faire le souhait d’être le maître de l’univers tout entier.

Après cet interlude, les combats pouvaient continuer :

– Nous reprenons les matchs avec... Vegetto de l’univers 16 contre XXI de l’univers 5 !

– Co... Comment ? XXI ?

Le vieux Kaiôshin de l’univers 9 semblait trembler de peur à l’évocation de ce nom.

– Non, ce n’est pas possible... Comment ont-ils pu amener un être pareil ? Comment les Kaiôshins ont-ils pu accepter...?

– Vous le connaissez, ce “Ksi” ? demanda Yamcha, curieux.

– Nous, on ne l’a même pas vu. ajouta Tenshinhan.

Oh oui! Le Vieux Kaiô Shin connaissait un dénommé XXI. Un être terrible, monstrueux, qui mettait en danger toute vie et même toute mort dans l’univers. Un être si vil qu’il dépassait le concept de bien ou de mal. Là où XXI passait, il ne restait ni chaos, ni malheur, il ne restait rien. Ni matière, ni esprit, ni quelconque espoir...

Le fameux XXI apparut. Il s’agissait d’un vieil humanoïde barbu, vêtu d’une toge.

– Ah non, c’est pas lui, déclara en s’excusant le vieux Kaiôshin.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk