DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 8 jours, 17h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113
[Chapter Cover]
Partie 23, Chapitre 111.

VINGT-TROISIEME PARTIE : ÉTERNELS ENNEMIS

Chapitre 111

Après les quelques réparations de l’arène, un Varga annonça:

– Le prochain combat va pouvoir commencer. Vegeta de l’Univers 13 contre Raichi de l’Univers 3 ! Veuillez monter sur le ring !

Sans attendre, les deux protagonistes s’envolèrent sur la surface de combat. Vegeta était encouragé par Nappa et Raditz qui lui criaient de piétiner cette vermine de Tsuful. Seul Kakarotto lançait avec ironie que ce serait la honte inter-universelle pour lui d’être laminé par un vieillard. Les deux combattants se firent face. Le Saiyan remarqua que Raichi était un peu élevé par rapport au sol. Il aurait aimé l’attaquer directement, mais il était intelligent: il savait que tant que le vieillard ne toucherait pas l’arène, commencer était inutile. Il préféra lancer la discussion en attendant l’occasion de se lancer sur lui:

– Ainsi, tu es le Tsuful qui a éliminé les Saiyans de son univers.

– Ceta te met en colère ? répliqua le Tsuful. À ton aise, mais sache que ta haine n’est rien comparée à la mienne, à celle des Tsufuls qui…

– Tu te méprends, vieillard ! le coupa Vegeta, un rictus sur le visage. Les Tsufuls étaient des êtres faibles, incapables de se défendre, ils ne méritaient pas de vivre. Si toi, l’un d’entre eux, tu as pu exterminer des Saiyans, c’est que ceux-là étaient pitoyables, tu as bien fait de t’en débarrasser. Il n’y a pas de place pour les espèces qui n’ont aucune puissance, ils n’ont aucun droit d’exister, l’univers appartient aux forts !

Raichi trembla de colère, les poings serrés. Un tel discours le mettait hors de lui. Comment ce misérable singe osait-il dénigrer la vie elle-même et ôter le droit d’existence de centaines de milliers d’individus sous prétexte qu’ils n’étaient pas forts ? Le même raisonnement avait lieu chez les Kaiôshins, dont le rôle était justement de protéger les vies des êtres inférieurs et de les guider sur la bonne voie. Penser de la sorte était l’apanage des tyrans, et à ce titre, Vegeta ne valait pas mieux que Freeza. D’une voix emplie de rage, le Tsuful cria :

– Voilà précisément pourquoi il faut vous supprimer, tous autant que vous êtes ! Vous êtes des monstres ! J’ai fait le ménage chez moi, et maintenant je vais m’occuper des autres ! Vous autres, pourritures, allez brûler en Enfer ! Les âmes des miens pourront reposer en paix !

– Tu risques d’avoir du mal, vieux fou, sourit Vegeta, en se mettant en position. J’ai personnellement exterminé celui qui a anéanti les Saiyans dans mon Univers. Cela en sera de même pour toi.

– Tu parles de lui et de sa petite famille, j’imagine ?

À ces mots, trois silhouettes apparurent sur le terrain. Tous furent choqués de voir Freeza, Coola et Cold de l’Univers 8 sur le ring, tous en forme originelle, face à un Vegeta interloqué. Les intéressés étaient bouche bée, en se voyant sur le terrain. Ils se regardèrent les uns les autres, ne comprenant pas ce qu’il était en train de se passer. Chez les Vargas, l’agitation était grande.

– Mais… Ce ne sont pas les participants de l’Univers 8 !

– Qu’est-ce qui se passe ?

– Du calme, cria le Varga en charge des écrans de contrôle. C’est ce Raichi qui vient de les faire apparaître. L'énergie qui les a créés provient de la boule sur laquelle il est assis. Je suis formel : ils n'existaient pas tout à l'heure. De plus, l'ordinateur ne les classe pas comme formes de vie. En bref, Raichi est bien venu seul sur le ring et ces créatures peuvent participer au combat. Comme elles touchent le ring et viennent de lui, on peut dire que Raichi a enfin touché le ring et que le combat peut officiellement commencer.

– Ah bon, il n'avait pas touché le ring ?

– Eh non.

Vegeta de l’univers 13 sourit. Officiellement, le combat venait de commencer. Voyant son adversaire réjoui, Raichi fulmina et envoya les Démons du Froid sur le Saiyan, en criant:

– Vengez-vous ! Faites souffrir votre bourreau !

Freeza, Coola et Cold, du moins leurs fantômes, se jetèrent sur Vegeta qui se transforma immédiatement en Super Saiyan 2. Il lança:

– C’est une blague, j’espère ? J’ai dépassé le niveau de ces types il y a longtemps !

Sans attendre, il se déplaça à très grande vitesse devant le patriarche. Assénant un violent coup de poing dans sa poitrine, il fit gicler le sang de l’ancien empereur. Il n’eut même pas le temps de lâcher un cri de douleur qu’il s’évapora, ne laissant aucune trace. Le Saiyan se tourna vers les autres, se léchant les lèvres de manière sadique, disant:

– Marrant. On dirait que je vais pouvoir m’amuser un peu. Allez, venez, que je vous massacre encore une fois.

Les deux frères déployèrent leurs énergies au maximum suite à sa provocation, sous les yeux médusés des originaux qui venaient de voir un singe détruire Cold en un seul cou... Cold qui venait à peine d’écraser un Super Saiyan ! Le père commençait à avoir des sueurs froides: après tout, il avait provoqué lui aussi les Saiyans après sa victoire contre Baddack. Mais maintenant qu’il voyait la puissance de Vegeta, il se dit qu’il aurait mieux fait de réfléchir avant de parler sous le coup de l’adrénaline. Il prit conscience que son prochain adversaire était la fille de Vegetto, cet être d’un niveau inégalable, et il se sentit alors inquiet. Inquiet en pensant aux mots que Baddack lui avait dit quelques temps auparavant. Si la défaite venait à lui, ce serait très certainement venant d’elle. Toutefois, il ne se sentait pas terrorisé pour autant, il montrerait toute l’étendue de ses capacités pour prouver quelle était la race la plus puissante de tous les Univers.

Pendant ce temps, ses fils assistaient à un spectacle qui les laissait sans voix. Sur le terrain, Coola était passé à une transformation supérieure, telle que beaucoup des participants connaissaient, mais son cadet avait lui aussi le même atout dans sa poche ! Les muscles gonflés, de longues piques dans le dos, Freeza apparaissait lui aussi sous une nouvelle forme d’augmentation, et de lui se dégageait une puissance équivalente à celle de son frère. Le vrai Freeza, estomaqué, dit :

– Oh, je peux faire ça, moi aussi ?

– Ne sois pas ridicule, le coupa sèchement Coola, passablement irrité. Ce ne sont que des illusions !

L’aîné de la famille était crispé à la pensée qu’il vienne à l’esprit de son frère l’idée de s’entraîner et d’atteindre à son tour un niveau d’évolution supplémentaire. Cela mettrait à mal ses projets de détrôner leur père et devenir le numéro un de leur Univers. De leur côté, Son Gokû et Vegeta de l’espace 18 frétillèrent d’excitation.

– Eh bien, s’étonna Gokû, s’il s’était entraîné dans notre Univers comme je le lui avais conseillé, on aurait pu avoir un combat passionnant. Je trouve ça dommage.

– Il aurait été moins pathétique en tout cas, ironisa Vegeta (qui oublia un instant qu’il avait été tué par lui). Mais Trunks l’aurait quand même écrasé. Jamais ils n’égaleront un Super Saiyan de sang royal. On peut se demander comment ils ont fait pour régner aussi longtemps avec une pareille faiblesse.

À côté d’eux, Cell ricana. L’être parfait, qui avait les cellules de Freeza et Cold en lui, savait depuis longtemps que les Démons du Froid avaient le potentiel d’évoluer davantage, avec des années d’efforts et d’entraînement. Lui-même n’avait pas besoin de ces niveaux d’évolution, car il était déjà au sommet de son évolution physique. Mais les possibilités que lui offraient ses cellules prélevées sur différentes races étaient immenses, et le pouvoir contenu dans celles des Démons du Froid avait largement contribué à renforcer sa propre force, en parallèle de ses cellules saiyannes.

Sous les regards désabusés des occupants de l’Univers 8, Freeza et Coola se déplacèrent à toute vitesse des deux côtés de Vegeta de l’univers 13, assénant chacun un puissant coup de poing au Saiyan qui stoppa chacune des frappes avec un seul doigt. Il s’étonna, souriant:

– Tiens, ils sont aussi forts que les originaux. Rien de bien intéressant en fin de compte.

Moqueur, il agrippa les bras des deux fantômes et les jeta sans ménagement devant lui, laissant un long sillon dans le sol. Les deux frères se rétablirent et se remirent debout, côte à côte. Raichi dit:

– Mes fantômes sont plus puissants que les originaux. Sous mes ordres, ils maîtrisent mieux leurs pouvoirs, et coopèrent pour une efficacité maximale. Il te sera difficile de leur tenir tête.

Il leva la main, et les deux Démons créèrent chacun des Tsuibi Kienzan, ces mêmes disques énergétiques à tête chercheuse auxquels Son Gokû avait fait face contre Freeza sur Namek et Cell lors de son tournoi. Les frères lancèrent ces quelques disques sur Vegeta qui esquiva habilement chacun des cercles mortels, gardant les bras croisés. Les attaques firent demi-tour et se dirigèrent à nouveau sur le Saiyan qui, une fois encore, se évita de quelques pas chaque disque, comme pour se moquer de ses adversaires. Il s’élança sur Coola et lui asséna un grand coup de pied sur sa joue gauche, le faisant s’effondrer sur le sol, mais la queue du Démon s’enroula autour de sa jambe, sapant l’équilibre du Saiyan qui ne réagit pas assez rapidement. Il se vit entraîné par Coola, qui l’expédia directement sur Freeza. Ce dernier donna un puissant coup de coude au visage de Vegeta qui fut éjecté en direction des Kienzan qui revenaient sur lui. Le Tsuful partit d’un rire cinglant.

– C’est terminé. Sois éparpillé en morceaux, Saiyan !

Ce dernier esquissa un rictus. Il stoppa net sa course, sous le regard surpris de ses adversaires, et déploya une intense énergie qui annihila les cercles qui étaient sur le point de l’atteindre. Il envoya une vague d’énergie sur les deux frères qui sautèrent pour éviter le trait qui vint frapper le sol, provoquant une explosion qui toucha le Tsuful. Ce dernier réapparut dans la fumée, la terre détruite autour de lui, derrière un bouclier qui ne semblait même pas fissuré. Le Saiyan lui cria, ironique:

– Je me disais aussi ! Les Tsufuls ne sont que des lâches !

Raich enragea, et ordonna à ses fantômes de se mettre en position, pour envoyer sur l’arrogant Saiyan une vague déferlante conjointe par les deux princes galactiques. La puissante attaque vint s’écraser sur le bras tendu de Vegeta, qui susurra :

– Rigolo… À mon tour maintenant. Final Garlic… Cannon !

Une vague d’énergie bien plus puissante surpassa celle de Freeza et Coola qui furent instantanément désintégrés par la technique de Vegeta qui alla s’aplatir contre le bouclier de l’arène. Dans la loge des Vargas, les occupants s’affolaient:

– Il a réussi à affaiblir le bouclier ! Mettez plus d’énergie dans les protections, à ce rythme, s’il envoie des attaques encore plus puissantes, les spectateurs vont être touchés !

Dans la loge de l’Univers 18, Vegeta n’avait pas sourcillé. L’attaque de son double avait été très puissante, un mélange entre deux de ses plus puissantes attaques, avec un seul bras. Cependant, cela était à des années-lumières de l’impressionner, il était capable de bien mieux. Il tourna la tête vers Cell, qui lui aussi était bras croisés, donnant presque l’impression de s’ennuyer. Après avoir écrasé Kakarotto, il espérait bien se retrouver contre lui au tour suivant. A condition qu’il gagne contre Tapion, ce dont il ne doutait pas vraiment. Du côté de l’espace 13, Nappa et Raditz étaient tout sourire, seul Kakarotto grognait de mécontentement. Chez les Démons du Froid, les trois dirigeants étaient comme refroidis par l’incroyable énergie du Saiyan qui venait à l’instant de détruire des fantômes plus forts qu’eux, sans aucun effort. Vegeta de l’univers 13 lança à Raichi :

– C’était particulièrement satisfaisant ! Tu en as d’autres comme ça ? On peut commander à la carte ? Je veux bien que tu me balances les commandos de ces imbéciles, ça me rappellera de bons souvenirs !

– Toi… siffla Raichi plein de ressentiment, toi qui as massacré tant de peuples, d’innocents, de populations entières… Seras-tu capable d’en faire de même avec... ton propre peuple ?

Il leva les bras vers le ciel, et de multiples silhouettes apparurent à leur tour. Devant un Vegeta complètement désemparé se tenaient des centaines de Saiyans, hommes, femmes, entourés de gigantesques Oozarus. Il reconnaissait parmi eux des visages familiers. Au premier rang se trouvaient son père feu le roi Vegeta, qui tendit le bras vers lui, lui disant d’un ton paternel mais royal :

– Mon fils…

À ses côtés, d’autres proches de Vegeta se tenaient debout, comme sa cousine ou Gerkin, l’un de ses mentors quand il était enfant, faisant ressurgir des souvenirs dans l’esprit de l’ancien prince. Parmi eux, son père qui lui apprenait la glorieuse histoire de Saiyans, sa grande cousine qui le tenait dans ses bras, Gerkin qui lui enseignait comment créer une lune artificielle. Son premier massacre, sa fierté d’être un prince, le destin grandiose qui s’ouvrait devant lui…

Dans l’espace 18, une pensée terrible traversa Son Gohan:

– Vous croyez que Broly est parmi eux ? s’inquiéta-t-il.

– Quoi ? dit Son Gokû, alerté. Tu ne crois quand même pas que ce type est capable de copier l’énorme puissance de…

Il ne put finir sa phrase: il regardait vers l’arène, les yeux exorbités. Derrière les innombrables Saiyans, la grande stature du Super Saiyan Légendaire le distinguait, une tête au-dessus des autres, sous sa forme de base. Apparemment, sa nature de fantôme semblait avoir enterré ses envies de meurtre, gardant sa puissance sous contrôle. Mais les membres de l’Univers 18, qui pour l’instant étaient les seuls à avoir repéré le démon de leurs cauchemars, étaient sur leurs gardes.

Pendant ce temps, Vegeta de l’Univers 13 ne disait mot, tout comme son alter-ego de l’Univers 18. Pour ce dernier, revoir son peuple ne lui faisait ni chaud ni froid. Il avait depuis longtemps considéré la perte des Saiyans comme inutile à pleurer, de par sa nature fière. Mais aussi parce que sa véritable famille, celle qui lui avait permis de trouver un sens à son existence était sur Terre, non pas sur une pathétique planète portant son nom, comme il l’avait dit à son homologue de l’Univers 10 au début du tournoi. Pour celui de l’Univers 13, en revanche, c’était une autre histoire. Il ne disait pas un seul mot, assailli par la mémoire de sa jeunesse. Raichi jubilait devant un tel désarroi.

– Eh eh, siffla-t-il, te voila désarmé. Même pour un monstre comme toi, la nostalgie est une arme puissante qui…

Souriant sadiquement, Vegeta de l’Univers 13 ne lui laissa pas le temps de finir sa tirade. Pointant directement deux doigts vers l’armée des fantômes, il pulvérisa sans ménagement la tête de sa cousine, faisant gicler un sang artificiel sur le bouclier de Raichi qui, sous le choc, ne parvint pas à comprendre sur le moment ce qu’il venait de se passer. Profitant de l’effet de surprise, l’ancien prince se déplaca auprès de son père décédé, le roi Vegeta, et agrippa l’arrière de sa tête pour l’enfoncer avec force dans le sol.Faisant trembler l’arène, il sortit:

– Alors, Père, tu te croyais digne d’être appelé “Roi” ? Regarde à quel point ton fils te surpasse, souverain raté !

Enchaînant sans attendre, Vegeta apparut derrière Gerkin, appuyant une main contre son armure. Sentant la pression, l’ancien mentor n’osa pas se retourner. Les mains crispées, une goutte de sueur coulant le long du visage, il bégaya:

– V… Vegeta ?

– Gerkin, dit l’intéressé, se léchant les lèvres de manière sadique, tu m’impressionnais beaucoup tu sais, à l’époque…

– A… Ah, bien…

Sans bouger, Vegeta envoya une vague d’énergie qui transperça Gerkin laissant un trou béant en forme de cône dans son ventre. Il précisa:

– Note l’emploi du passé !

Continuant son oeuvre de destruction massive, il se jeta sur un autre Saiyan. Souriant de manière banale, presque affective, il lui dit:

– Et toi ! On a joué ensemble, non ? Je ne me souviens même pas de ton nom !

Sur ces mots, il le décapita d’un revers de la main, le faisant s’évaporer comme beaucoup d’autres Saiyans qu’il massacra, perforant la poitrine des Oozarus avec des Kikohas bien placés, écrasant la tête des guerriers et guerrières qui osaient désespérément se jeter sur lui pour lui asséner un coup un tant soit peu efficace. Dans son camp, ses camarades y allaient de leurs commentaires.

– Quelle chance il a ! se plaignit Raditz, moi aussi j’aimerais me venger de tous ces gars qui m’ont humilié.

– On pourrait tous les piétiner sans souci, continua Nappa. Nous sommes vraiment l’élite des Saiyans !

– Moi aussi, cria Kakarotto, je veux tuer des Saiyans !

– Mais enfin, tu ne les connais même pas... dit Nappa, consterné.

– M’en fous, répliqua le frère de Raditz, la bave aux lèvres, j’ai envie, c’est tout !

Cet aspect psychopathe de Kakarotto semblait bien insignifiant comparé à celui de son supérieur qui, sur l’arène, torturait ses anciens congénères sans état d’âme. Que ce soient ses serviteurs, ses camarades, même ses professeurs, il n’avait réellement aucune pitié, massacrant son peuple sous le regard consterné des occupants de l’arène, et d’un certain Saiyan vaincu au combat précédent qui était revenu dans l’ombre de son couloir, dans l’Univers 3, pour assister au combat de Raichi. Revoir ses anciens compagnons avait été pour lui un choc extrême, d’autant qu’il les revoyait sous le contrôle absolu de cet abject Tsuful. Mais sa colère de voir ses camarades asservis n’était rien par rapport à la rage qui l’envahissait à la vue de Vegeta de l’univers 13 qui explosait sans vergogne les membres des Saiyans fantômes. Ce prince mal léché piétinait ses amis de son ancien commando à l’époque où ils annexaient des planètes pour le compte de Freeza, avant de recevoir ce don de prémonition. Son coeur empli de ressentiment était en train de l’investir d’une énergie nouvelle, celle d’une haine profonde qui commençait à surgir sous forme de légers éclairs autour de lui. Vegetto de l’univers 16 , Vegeta et Gokû de l’univers 18 captèrent cette puissance émanant du Saiyan. Les autres étaient absorbés par le combat qui se déroulait au-dessus. Reconnaissant les prémices du niveau 2 naissant chez son “père” biologique , Vegetto sourit. Mais la déception le gagna en sentant Baddack s’apaiser peu à peu et s’éloigner à nouveau vers les appartements. Même un pur Saiyan, fou de rage de voir ses amis éviscérés et détruits, était parvenu à se contrôler et à apaiser sa rancoeur. Peut-être qu’il devait lui rendre visite avec Bra et prendre exemple sur lui…

Alors que Vegeta 13 s’amusait comme un fou, une main imposante se posa derrière lui sur son épaule, accompagné d’une voix profonde que l’ex-prince reconnut aisément:

– Eh bien, Vegeta, on se laisse emporter ? Tu massacres les tiens, maintenant ?

– Hin, répondit l’intéressé en se retournant.

Devant lui se tenaient ses camarades de l’espace 13, Nappa, Raditz, et un Kakarotto parfaitement calme et serein, ce qui lui donna une impression bizarre. De même qu’au vrai fils de Baddack qui ne comprit pas la réaction neutre de son fantôme. Qu’attendait-il pour faire souffrir ce maudit Vegeta ? Pourquoi ne ressentait-il pas cette furieuse envie de démolir cet arrogant personnage ?

Et comment allait réagir Vegeta ?

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk