DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 13 jours, 13h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124
[Chapter Cover]
Partie 5, Chapitre 24.

Chapitre 24

Vingt-sept ans plus tôt...

Son Gohan était devenu surpuissant... En quelques coups, il avait mis à terre Cell, qui était désormais dépassé. Ce dernier avait commis la même erreur que Vegeta avant lui : permettre à son adversaire de se dépasser... pour finalement être vaincu.

Après avoir échoué avec un kamehameha, il avait dévoilé sa monstrueuse force physique, perdant en rapidité, commettant cette fois-ci la même erreur que Trunks durant leur affrontement avant le Cell game. Mais c'était vain. Cell n'avait plus aucune chance. Les coups de Son Gohan, précis, puissants, le firent tituber. Il perdit presque connaissance.

Tout à coup, une violente douleur le prit dans tout le corps. Il se sentait paralysé, et il avait l'impression qu'on lui déchirait les entrailles. Finalement, il vomit... quelqu'un.

— C'est... #18 ! Il a vomi #18 ! cria le petit Kulilin, plus loin.

Son Gohan, de son air supérieur de Super Saiyan 2, regarda la cyborg à terre, baignant dans une mare de sucs digestifs blanchâtres, avant de fixer à nouveau son adversaire. Ce dernier se tordait encore de douleur. Après plusieurs longues secondes de souffrance, son corps changea... Il redevint, sous les yeux de l'assistance effarée, celui qu'il était avant d'absorber #18... Celui-là même que "Super Vegeta" avait eu l'occasion de vaincre. Cette fois, c'en était  vraiment fini de Cell. Même sans Son Gohan, Gokû, Vegeta et Trunks pouvaient l'éliminer. Peut-être que Piccolo le pourrait aussi, après tout personne ne connaissait sa force depuis son entraînement personnel dans la Salle de l'Esprit et du Temps. L'adolescent se lassait du combat.

— Ça n'a plus d'intérêt. Tout est fini pour toi. soupira Son Gohan.

La créature verte serra ses poings. Il s'énerva. Comment ? Comment ce gosse pouvait-il avoir une telle force ? Comment l'avait-il vaincu lui, l'être parfait ? C'était impossible !

Cell gueula de toutes ses forces :

— Tu... Tu vas le payer très cher !

Transpirant, Cell utilisa les forces qu'il semblait lui rester pour concentrer son ki à l'intérieur  même de son propre corps. En quelques secondes, il doubla, puis tripla de volume. Il était en train de se gonfler comme un gigantesque ballon.

Une fois son volume maximal atteint, Cell se mit à rire étrangement, et déclara à Son Gohan en face de lui :

— C'est fini ! Plus qu'une minute avant que je n'explose ! Je vais mourir, mais pas seul ! La planète va sauter avec moi !

— Co... Comment ? s'étonna Gohan qui n'avait pas du tout prévu ce genre de possibilité.

— Hé hé !  Et ce n'est pas la peine de me supplier, je ne peux plus rien arrêter !

— Je ne te laisserai pas faire ! cria le gamin, en se mettant en garde.

— Oups ! Je te déconseille de m'attaquer ! Le moindre choc peut me faire exploser. De toute façon ça ne ferait qu'avancer l'échéance ! Hé hé hé ! Plus que trente secondes !

Son Gohan était désemparé... Que faire ? Il allait tout détruire...

— Vingt secondes !

"Je n'ai pas pensé aux risques ! Papa avait raison !"

— Z... zut ! fit le jeune homme en tombant à genou, frappant le sol de ses poings, marquant de leur empreinte le sol. C'est... C'est de ma faute ! J'aurais dû en finir tout de suite !

— Dix secondes ! cria Cell, heureux de vaincre même s'il devait mourir.

Sa mort serait belle. Il avait tout de même vécu son rêve : avoir le corps parfait. Vaincre Son Gokû, et son fils qui le surpassait, était un plus non négligeable. Et cette terreur qu'il inspirait ! Quelle joie !

Il continua :

— C'est un match nul, mais je suis très satisfait par vos visages pétrifiés par la peur ! Ha ha ha !

Cell s'arrêta soudainement de rire. Entre lui et Son Gohan, Gokû venait de se téléporter.

— Hein ? fit-il surpris alors que Gokû mettait une main sur son gros ventre.

— Beau travail Son Gohan ! Tu as été excellent !

— Pa... Papa ?

— Tu diras à ta mère que je suis désolé d'avoir dû partir...

Sur ces mots, Son Gokû se téléporta avec Cell... Sauvant la planète et ses amis... Ils réapparurent sur une petite planète verte, peuplé d'un petit dieu bleu et de son compagnon, un petit singe.

— Désolé maître Kaïo, mais je n'ai pas trouvé mieux. fit Gokû alors que l'être bleu n'eut le temps de rien dire quand Cell explosa sous un cri de désespoir...

Son Gokû n'arrêtait pas de s'excuser auprès de Kaïo depuis de longues minutes. À cause de lui, il était mort, et Bubbles aussi. Alors qu'ils volaient vers la maison d'Enma, Son Gokû se demanda :

— Au fait, je ne vois pas l'esprit de Cell, il est allé directement en enfer ?

Kaïo s'arrêta net.

— C'est vrai que... Il n'est pas là ! Il n'est nulle part ! Pourtant tout le monde va chez Enma après la mort !

— Qu'est-ce que ça veut dire, demanda Son Gokû, alors qu'il commençait à deviner, et ce qu'il comprenait lui faisait froid dans le dos.

— Ça veut dire que Cell n'est pas mort ! Il est toujours en vie !

— Co... Comment ?

Sur terre, tout le monde s'était regroupé autour de Son Gohan qui pleurait. Kulilin s'était approché du cyborg #18 pour la prendre dans ses bras. Vegeta lui demanda :

— Que comptes-tu faire de ce cyborg ? Tue-la, si elle est encore en vie !

— Mais non, rétorqua Kulilin, elle n'est pas si mauvaise...

Tout à coup, un vent violent sembla faire reculer tout le groupe, qui se retrouva plongé sous une sorte de tempête de poussière. Au point d'origine, une aura maléfique, puissante, entourée d'éclairs bleutés. Personne ne voyait encore de qui il s'agissait, mais ils connaissaient ce ki :

— On... On dirait l'aura de... commença Vegeta.

— Non... fit Trunks, apeuré.

— C'est impossible, se dit Piccolo en serrant les dents.

Pourtant, c'était bien lui. La créature tendit un bras et de son doigt un laser jaillit et se dirigea violemment vers tout le groupe. Il passa a côté de Piccolo et de Vegeta, tout près de Son Gohan et Tenshinhan... et vint frapper et transpercer Trunks, qui tomba à terre en s'écrasant lourdement.

— Hé hé. Qui est l'heureux gagnant ? demanda le monstre. C'est Trunks ?

Tout le monde se tourna alors vers cette voix devenue familière. La fumée se dissipa et laissa entrevoir le terrible et surpuissant Perfect Cell. Son aura, encore plus énorme qu'auparavant, était terrifiante, et son corps était parcouru d'éclair, comme Son Gohan quand il était devenu un Super Saiyan 2.

— Comment ? Comment a-t-il fait ? demanda Yamcha.

Cell leur expliqua. Il était aussi surpris qu'eux. Tant que son noyau originel dont il était issu n'était pas détruit, il pouvait se régénérer, comme l'aurait fait Piccolo. Et doté de cellules de Saiyans, il revenait plus fort puisqu'il avait frôlé la mort.

— De plus, continua-t-il, je maîtrise maintenant le déplacement instantané comme Son Gokû. en résumé, me voilà de retour avec un corps encore plus parfait qu'avant ! Non seulement Son Gokû ne m'a pas tué, mais en fait il m'a fait de beaux cadeaux !

Son Gohan, qui était repassé en Super Saiyan normal, reprit ses esprits et utilisa sa colère une nouvelle fois pour dépasser ce niveau. Ses cheveux se redressèrent une nouvelle fois sur sa tête et des éclairs parcoururent son corps. Il sourit.

— Hein ? Qu'est-ce qu'il y a de si drôle ? As-tu perdu la raison ? lui demanda Cell.

— Je suis ravi d'avoir la chance de venger mon père mort à cause de ma trop grande fierté. Je meurs d'envie de t'écraser !

— Keuf, cracha Cell, je ne suis pas sûr que tu en sois capable… Ça ne sera pas aussi facile cette fois.

Vegeta, légèrement devant Son Gohan, s'était retourné pour le voir se transformer. Mais ses yeux vinrent finalement se fixer sur Yamcha et Tenshinhan qui s'étaient affairés auprès de Trunks. Le pauvre garçon, le torse transpercé venait de rendre son dernier souffle.

— T... Trunks...

Il explosa de colère, repensant aux pertes qu'ils venaient de subir. Kakarotto qui s'était sacrifié puis son fils unique qui perdait la vie sans pouvoir se défendre. Ce n'était pas à un gamin de s'occuper de Cell, mais à lui, le prince des Saiyans ! Criant, il fonça tête baissée vers Cell, qui fut surpris de cette réaction. Il se transforma en Super Saiyan, et lança un kikoha de toute sa force vers la créature verte. Il fit mouche et continua en balançant très rapidement un maximum de salves d'énergie jaune, puisant dans sa colère une force énorme.

Il s'arrêta au bout de plusieurs dizaines de secondes, épuisé... Il respira quelques temps... avant de trouver face à lui Cell, qui venait de surgir en un instant, sans dégât visible. Ce dernier le frappa d'un revers du bras. Vegeta s'écrasa au sol. Incapable de bouger, mais toujours conscient et Super Saiyan, il ne pouvait pas éviter l'attaque que Cell allait lui infliger :

— Meurs, Vegeta !

La puissante créature du Dr Gero lança une boule d'énergie vers le prince des Saiyans. Son Gohan s'envola pour tenter d'aller secourir Vegeta. Trop tard, il n'était pas assez rapide : l'attaque de Cell toucha l'adolescent sur tout son côté gauche. Une explosion retentit.

Lorsque la fumée se dissipa, Gohan était blessé, couché sur Vegeta qui ne bougeait toujours pas. Le jeune Super Saiyan se releva lentement, péniblement, et remarqua qu'il pouvait à peine bouger son bras et sa jambe gauche. Mais il soutint le regard de Cell... qui se posa.

— Assez joué, on va en finir tout de suite, fit-il en prenant la pose du kamehameha.

Son Gohan n'en revenait pas. Piccolo, terrifié par ce qui se passait, demanda à Kulilin s'il restait des senzus. Malheureusement, ils avaient déjà tout utilisé après leur combat contre les Cell junior. Le Namek grimaça. Gohan allait devoir s'occuper seul, et blessé, de ce super Perfect Cell...

— L'heure a sonné, continua Cell. Vous allez disparaître, vous et votre planète !

L'aura de Cell augmenta. Il était de plus en plus impressionnant. Derrière Son Gohan, Vegeta rampait vers l'arrière.

— Quelle honte ! Je suis devenu une gêne pour toi. Excuse-moi, Son Gohan.

Cela l'étonna. Si Vegeta s'excusait... Alors c'était qu'il pensait qu'ils n'avaient plus aucune chance... Plus loin, Piccolo cria. Il rageait d'être si impuissant.

— Alors ? fit Cell, fier de lui. J'ai une puissance capable de détruire non seulement la Terre, mais aussi le système solaire tout entier ! Allez Son Gohan, montre-moi ta résistance !

Alors que Gohan semblait s'avouer vaincu, sûr que son ennemi allait l'achever cette fois-ci, Cell remarqua que l'adolescent parlait tout seul. Il attendit quelques secondes puis vit que le jeune homme avait repris une certaine détermination. Concentrant son ki, il préparait son kamehameha, d'une main.

— Crève ! cria Cell en lançant son attaque vers celle de Gohan.

Les deux kamehamehas d'une puissance jamais vue se heurtèrent et s'emmêlèrent en une grosse boule lumineuse qui faisait trembler la terre... Les deux attaques étaient d'abord de force égale. Mais peu à peu, l'adolescent faiblissait.

— Cell est en train de prendre le dessus ! fit Piccolo. C'est fichu !

— C'est fini pour toi ! cria Cell. Je vais t'achever !

Alors que, par l'intermédiaire de Kaïo, le père de Son Gohan tentait de lui donner de la force et du courage pour battre Cell, le jeune garçon tomba à genoux.

— Je ne peux pas... aller plus loin... pardon Papa, je n'y arrive plus, il est trop fort pour moi.

— Non Gohan ! cria son père. Tu peux le faire ! Tu peux le vaincre ! Tu dois y croire et puiser dans tes dernières forces !

Mais, épuisé, Gohan ne put même pas maintenir le niveau de Super Saiyan 2. Vainqueur, Cell cria une dernière fois :

— Adieu Son Gohan ! Salue ton père pour moi !

Sous les yeux de ses amis, Son Gohan bascula sous la puissance de la déferlante d'énergie du kamehameha de Cell, qui lui arracha son dernier souffle de vie avant d'être littéralement désintégré. Lorsque l'attaque s'estompa, que la poussière finit par se disperser dans l'air, il ne restait absolument plus rien du corps de Gohan. Désormais véritable vainqueur du Cell Game qu'il avait organisé, Cell contempla le cratère creusé par son attaque avec fierté. Son adversaire avait disparu et maintenant plus rien ne pouvait s'opposer à lui, mis à part quelques humains et un Namek qui n'en revenaient pas d'avoir tout perdu en une fraction de seconde. Mais s'opposer à lui ne signifiait certainement pas être capable de le vaincre.

Kulilin était à genou. Près de lui, Tenshinhan et Yamcha tenaient à peine debout. Piccolo, qui venait de perdre la personne qui comptait le plus à ses yeux, se sentait désespéré. Il allait bientôt voir disparaître la planète qu'il avait protégé en tant que Kami-sama... Et Dendé ? Il venait d'être nommé Dieu de la Terre... Cela ne faisait que quelques jours.

Et Son Gohan? Son père avait cru en lui, et voilà où cela avait mené ! Les idiots ! Ils avaient amené un enfant se faire tuer !

— C'est fini, lâcha-t-il, les yeux écarquillés d'horreur.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk