DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 11 jours, 0h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115
Partie 24 :116117
[Chapter Cover]
Partie 24, Chapitre 116.

VINGT-QUATRIEME PARTIE : LES ESCAPADES DE BUU

Chapitre 116

– Avant de faire passer le terrain en mode nocturne, continua le Varga, nous souhaiterions faire une annonce spéciale. Avec l’accord des Kaiôshins, nous allons démarrer à partir du milieu du troisième tour un tournoi parallèle composé des concurrents éliminés et des spectateurs des vingt Univers qui souhaiteraient à leur tour participer. Il s’agira de combats doubles organisés comme interludes pour divertir nos chers spectateurs et laisser une chance à nos concurrents de pouvoir combattre malgré tout !

Une agitation s’empara des candidats, à l’idée que des combats supplémentaires allaient avoir lieu. En plus, il s’agissait de combats doubles ! Dans l’univers 8, les membres du commando Ginyû étaient fous de joie :

– C’est l’heure de revenir au devant de la scène ! s’exclama Reacum. Nous allons pouvoir retrouver de la valeur aux yeux de notre seigneur Freeza !

– Seuls les guerriers les moins forts seront de la partie, mais ce sera assez pour montrer ce qu’on sait faire ! Le commando Ginyû ne reculera pas ! Continua Butta.

– Je vais m’y mettre aussi, les interrompit Coola à proximité, refroidissant leurs ardeurs, j’ai besoin de me défouler, vous ferez d’excellents exutoires.

– Hum hum, toussa une voix près d’eux, moi aussi je suis intéressée pour participer !

Tous se retournèrent, et leur teint devint blême à la vue de la Kaiôshin de l’Ouest qui regardait particulièrement Butta d’un air amusé. Le soldat, sentant le coup que lui avait asséné l'autre dieu au premier tour redevenir douloureux, faillit s’évanouir. Les coups de ces êtres divins n'étaient pas à prendre à la légère. Le Varga, après quelques instants, reprit :

– Pour tous ceux qui seraient intéressés, veuillez rejoindre l’espace de l’univers 1 pour décliner vos identités auprès de mon collègue et vous enregistrer.

Pendant une quinzaine de minutes, les combattants se pressèrent à l’endroit indiqué, noyant le Varga responsable sous une avalanche de demandes. Il fallut l’intervention des Nameks pour organiser une inscription à peu près calme et ordonnée. Dans la file d’inscription, on voyait des têtes comme Piccolo Daimao qui, entendant l’annonce depuis sa porte ouverte, avait besoin de distraire ses pensées, ou encore Dabra et Raditz. Certains comme Goten et Trunks de l’univers 16, ou Buuta et Jeece, donnaient leurs noms ensemble pour être du même groupe. À la fin, le Varga présentateur, fiche en main, récapitula, faisant une pause à chaque Univers:

– Voici donc la liste des concurrents de notre tournoi parallèle :

– Kaiôshin de l’Ouest de l’univers 1 !

– Piccolo Daimao et Baddack de l’univers 3 !

– Sauza, Butta, Reacum, Coola et Jeece de l’univers 8 !

– Tenshinhan, Videl et Yamcha de l’univers 9 !

– Dabra de l’univers 11 !

– #16 et Trunks de l’univers 12 !

– Raditz et Nappa de l’univers 13 !

– #17 de l’univers 14 !

– Trunks, Goten, Gotenks, Pan et Piccolo de l’univers 16 !

– Cell Junior de l’univers 17 !

– Pan et Piccolo de l’univers 18 !

– Et enfin, Naurb, Tidar et Xeniloum de l’univers 19 !

Un certain malaise parcourut l’assistance à la suite de cette annonce. Bizarrement, il manquait un nom dans cette liste, mais ils n’osaient penser au personnage qui le portait. Une voix s’éleva dans le silence :

– Ah, j’ai bien dormi moi, il faut dire que j’ai tellement mangé ! Qu’est-ce qu’il s’est passé, pourquoi tout le monde se tait ?

Tout le monde fixa le Saiyan qui venait de se réveiller, un Vegetto allongé au milieu de plusieurs tables en cercle dont il s’était empiffré à une vitesse vertigineuse. Si vite qu’il en était tombé de sommeil, accumulé à l’ennui qu’il n’avait cessé de ressentir durant le second tour. Après un instant de silence pesant, Bra se mit à lui hurler dessus :

– Crétin ! Abruti ! Enfoiré ! T’as raté le deuxième tournoi, espèce d’idiot !

Pendant que l’être fusionné se faisait invectiver sans comprendre la raison de ces reproches, sous le regard embarrassé de ses compagnons, les autres concurrents soufflaient, à l’idée que ce monstre de puissance ne participe pas, au risque de provoquer un carnage disproportionné parmi eux. Pour Goten et Trunks de l’Univers 16, que Vegetto se soit endormi était une aubaine ! Finalement Gotenks était là le plus puissant des concurrents, et de loin ! Le Varga termina :

– Les inscriptions sont désormais closes. Nous allons désormais passer la luminosité de l’arène en mode nocturne pendant une dizaine d’heures, pour que vous puissiez vous reposer et profiter du confort de vos appartements. Je vous souhaite un bon rétablissement pour les combats à venir !

Dans la salle de contrôle, les Vargas commençaient à baisser la lumière artificielle, alors que les spectateurs quittaient peu à peu les gradins, de même pour les combattants qui se retiraient dans leurs appartements. À son habitude, Cell demeura debout au milieu de son espace, ses juniors jouant entre eux un peu à l’écart, fixant sévèrement son futur adversaire partir dans l’ombre du couloir de l’univers 3. Ce Tapion n’était pas une véritable menace pour lui, mais la créature en lui l’intriguait beaucoup. Sa manière d’éviter les coups directs en s’évaporant était intéressante, mais il ne doutait pas de l’écraser sans problème. Sa force et sa vitesse étaient exponentiellement bien plus élevées que celle du vieux Kulilin. Ce combat lui servirait au mieux à aiguiser un tant soit peu ses réflexes. Il pourrait abattre le marionnettiste en un seul coup, mais pourquoi faire une telle chose, alors que, selon ses calculs, il affronterait très certainement Vegeta au tour suivant ? D’après ce qu’il avait vu, Kakarotto de l’univers 13 ne dépassait pas le stade de Super Saiyan, alors que le prince déchu du dix-huitième univers avait dégagé une énorme puissance durant l’assaut du Djinn quelques heures plus tôt, et il savait qu’il était loin d’avoir tout donné. L’être parfait sourit à la perspective d’un combat contre son ancien ennemi, cet affrontement s’annonçait mémorable. Non, il allait affronter ce monstre gargantuesque loyalement, et s’améliorer encore et encore pour piétiner tous ces insectes et remporter ce tournoi, pour leur montrer à tous qui était vraiment l’être le plus puissant et le plus parfait de tous les univers confondus.

À l’instar de Cell, les deux Piccolo restaient à l’extérieur dans l’air, jambes croisées et yeux fermés. On aurait pu penser qu’ils s’étaient de suite endormis, mais en réalité ils communiquaient par la pensée. Leur discussion portait sur leur inquiétude commune concernant les événements de la journée, notamment le comportement de Buu de l’univers 4. Ses actes étaient peut-être violents et irrationnels, mais ils n’avaient senti aucune intention maléfique émanant de lui, celle qu’ils pouvaient ressentir chez Babidi, les Saiyans de l’univers 13 ou encore la famille des Démons du Froid. Comme il l’avait dit plus tôt, le Djinn était désormais constitué de millions de personnalités diverses, et les anciennes divinités de la Terre avaient clairement perçu une influence typiquement Saiyanne dans ses actions et ses propos.

Ce qui paraissait motiver l’être le plus puissant de l’univers 4 était le goût du spectacle et du challenge. Bien qu’il semblait docile et même amical, ils devaient se méfier de lui malgré tout, en attestait sa réaction disproportionnée dans la journée. Leur attention se portait également sur ce fameux XXI, qui ne les intriguait pas seulement eux, mais également tout le stade. Ce magicien avait réussi à vaincre Vegetto, l’entité la plus puissante ayant jamais existé, à l’aide d’une simple formule magique. Personne ne savait rien de lui, hormis son talent pour la sorcellerie. Même Babidi avait frissonné lors de son combat, sentant un pouvoir surpassant le sien de loin. Beaucoup de choses restaient encore trop mystérieuses, qui viendraient sûrement à être mises en lumière dans la suite du tournoi.

Dans l’appartement de l’univers 18, les concurrents et leurs proches se préparaient gaiement à aller dormir. Trunks et Son Goten discutaient de manière agitée sur leur combat du lendemain :

– Qu’est-ce que tu penses de Buu ? Tu crois que Gotenks a une chance contre lui ? Il a l’air vraiment surpuissant maintenant !

– À vrai dire, je ne sais pas trop, mais on a de nouveaux atouts maintenant, Vegetto nous a expliqué comment s’y prendre pour blesser Buu sérieusement, cela ne devrait pas être trop compliqué à assimiler. Le souci, ça va être la durée de la fusion, il va falloir que l’on donne tout dès le début, à pleine puissance, et qu’on parvienne à placer cette technique de sorte à le détruire !

– Ou trouver une manière de le faire disparaître temporairement, si jamais il est vraiment trop fort. Genre, l’enfermer comme à l’époque, tu te rappelles ? Je revois encore la tête de Piccolo en train de nous faire la passe, j’en ris toujours !

– C’est vrai !

Tous deux partirent d’un grand éclat de rire. Peu à peu, leur confiance en eux revenait. Il existait très certainement un moyen de vaincre ce Buu surboosté, ou de prendre l’avantage sur lui comme autrefois.

– Il faut y croire, reprit Trunks, motivé, ça va être un combat d’enfer !

– On va lui en faire voir de toutes les couleurs, surenchérit Goten, il va comprendre ce que c’est d’affronter le puissant Gotenks !

– Hum, les interrompit Pan, qui les écoutait depuis quelques instants, ce n’est pas vous déjà qui avez failli être battu par un chat ?

Les deux compères se crispèrent à ce souvenir douloureux. Sans prévenir, Son Goten se retourna et balança un oreiller sur la fillette qui l’évita d’un mouvement de tête et, se transformant en Super Saiyan, l’attrapa pour le renvoyer sur son oncle qui le reçut en pleine figure, s’écroulant par terre, complètement sonné. Son Gokû et Uub éclatèrent de rire alors que Trunks se lançait à son tour dans une bataille de coussins avec la Super Saiyan qui l’étala sans problème à son tour. Vegeta, sans un mot, ferma les yeux et se dirigea dans sa chambre, sans montrer aux autres le sourire qui naissait sur son visage. Il appréciait vraiment beaucoup la fille de Gohan et, au fond de lui, il était heureux de vivre ainsi, dans cette ère de paix et de bonheur, et assister à ces scènes. Mais son objectif restait limpide et fixé dans son esprit : il rencontrerait Gokû dans ce tournoi, et l’affronterait avec toute sa puissance. Il était quasiment certain de gagner, pensant que son rival se contenterait du niveau 3. Il lui réservait une grande surprise, et ni Kakarotto, ni Cell ne l’arrêteraient.

Alors qu’une atmosphère détendue régnait chez Son Gokû et ses compagnons, celle de l’univers 1, précisément dans la salle de repos, était au contraire tendue. Le Kaiôshin du Nord était entré sans un bruit dans la pièce, refermant soigneusement la porte derrière lui, et s’était installé à la table à laquelle se trouvait de l’autre côté que Kaiôshin de l’Est, le regard grave. Il dit d’une voix basse:

– Merci d’être venu et d’avoir répondu à mon appel.

– Tu m’avais donc bien fait signe ! répondit son camarade au même niveau sonore. C’était si discret que je me posais des questions.

– C’est une réunion secrète, expliqua le Kaiôshin de l’Est, personne ne doit suspecter qu’elle a lieu, ou même qu’elle existe. Ce qui sera dit ici restera entre toi, moi, et Gast Carcolh.

Surpris, le Kaiôshin du Nord regarda autour de lui, s’attendant à voir apparaître le Namek géant depuis un recoin de la pièce. Il dit d’une voix peu assurée:

– Euh… Gast de l’univers 7 ? Il… il est là ? Je ne le vois pas…

– Sa présence était inutile, précisa l’autre Kaiôshin, je l’ai questionné avant la tombée de la nuit artificielle, et j’ai des informations très importantes dont je devais te parler. Passons au sujet le plus important. Tu ne trouves pas que notre Grand Kaiô Shin a une attitude, comment dire… assez étrange ?

– Si, effectivement ! réagit son interlocuteur. Ce n’est pas normal du tout qu’il pardonne de la sorte à Buu et qu’il le prenne sous sa responsabilité. Nous avons toujours privilégié la sécurité, et là, il décide sans prévenir de faire le contraire.

– Exact. Moi, je pense qu’il est manipulé, contrôlé d’une façon ou d’une autre par Buu !

– J’ai aussi pensé la même chose. Du coup, j’ai attentivement observé son cerveau, ses tics, son âme. Mais il semble que tout soit normal ! Notre chef raisonne parfaitement, aucun signe de manipulation mentale.

– J’espérais que tu l’aies fait, acquiesça le Kaiôshin de l’Est. C’est plutôt positif dans ce cas, un contrôle de l’esprit n’aurait pas échappé à ta vigilance. Mais il y a autre chose… Quand j’ai parlé avec Gast, il m’a dit ceci: “La technique que j’ai utilisée sur Buu n’est pas copiable si facilement. Loin de moi l’idée de douter de vos capacités, maîtres Kaiôshins, mais je suis fortement étonné qu’il y soit parvenu.” Inquiet, je lui ai demandé s’il pouvait savoir s’il l’utilisait en ce moment même. Voici sa réponse: “Non. Cette technique n’est pas détectable. Aucun moyen de savoir s’il emploie cette technique ou s’il simule.”

– Donc… résuma le Kaiôshin du Nord, vous pensez tous les deux que Buu n’est pas prisonnier en réalité, et qu’il joue le jeu en complicité avec le Grand Kaiôshin ? Mais pour quelle motivation ? Je suis sûr et certain qu’il n’est pas manipulé !

– Je n’en doute pas, concéda son compagnon. Je ne sais pas, mais j’ai un doute. Tant que nous n’aurons aucune assurance, nous ne pourrons que rester vigilants.

Les deux dieux s’enfermèrent dans le silence, l’air sombre.

Pendant ce temps, dans l’univers 3, Tapion s’installait autour de la table du salon pour boire une dernière tasse de thé, Raichi assis comme à son habitude sur sa boule de cristal à proximité, avant d’aller dormir à leur tour. Tapion fit part de ses inquiétudes à son vieil ami :

– Cette journée fut éprouvante, mais la prochaine risque de l’être bien plus. J’ai observé ce Cell pendant son combat, et il me paraît vraiment très fort. Quels conseils me donneriez-vous pour l’affronter et essayer de gagner ?

Le Tsuful ne dit mot pendant une vingtaine de secondes, perdu dans ses réflexions. Puis il but une gorgée de thé avant de dire :

– Inutile de te ménager. Ce Cell est extrêmement puissant. Quand son rejeton a intégré le rang de mes fantômes, il est devenu de loin le plus puissant d’entre eux. Quant à la version adulte, j’ignore si Hildegan sera en mesure de le battre. Dans tous les cas, tu dois penser à te protéger en premier lieu. Tu l’as remarqué pendant ton combat contre ce nabot, tu es ton propre point faible. Profite de ces heures de repos pour réfléchir à ce que tu vas faire. Si tu n’as pas de solution, tu n’auras pas d’autre choix que d’abandonner, ou d’aller te battre sans grand espoir de victoire.

Le guerrier acquiesça, l’air grave. Il se releva après avoir terminé sa tasse de thé, s’inclina vers l’avant en signe de respect pour saluer le vieux docteur, et partit se coucher dans sa chambre contiguë au salon. Peut-être la nuit allait-elle lui porter conseil. Pour Raichi, c’était une autre histoire. Il allait devoir se battre contre ce Namek géant. Il n’avait rien contre les Nameks, loin de là, qu’il considérait comme un peuple pacifique et respectable. Malheureusement, il devait remporter ce tournoi, sans quoi sa rancoeur le tourmenterait éternellement à la pensée que des Saiyans continuaient de vivre et de perpétrer leurs atrocités dans d’autres mondes. Il avait déjà exterminé le peuple primitif de l’univers 10, mais cela était loin d’être suffisant. Dans les univers 16 et 18, ces monstres paraissaient aimables à première vue, mais cela ne convenait pas au Tsuful dont la haine inextinguible s’attisait irrémédiablement à la vue de l’un de ces primates. Il tourna lentement la tête vers la porte de Baddack, et la fixa longuement, les yeux pleins de colère. Il pourrait le tuer, ici et maintenant, étant donné qu’il avait perdu contre Cold, personne ne le remarquerait.

Il continua de réfléchir, sans se douter que le père alternatif de Gokû était lui aussi en train de contempler la porte, assis sur le rebord du lit, prêt à se défendre. Il se doutait que Raichi voudrait certainement se débarrasser de lui, mais ses pensées étaient également tournées vers ses visions des derniers jours. Quand le Namek emprisonna le démon rose, il avait compris que le reste de ce à quoi il avait assisté se produirait à coup sûr. Le plus grand danger résidait donc en Vegetto, un être dont la puissance l’avait subjugué au point qu’il en avait tremblé. S’il se retournait réellement contre tout le monde, personne ne serait en mesure de l’arrêter. Il pourrait certainement aller voir les Dieux de l’univers 1 pour leur expliquer ce qu’il avait vu, car il était bien placé pour savoir qu’il était possible de changer l’avenir. Cependant, ayant perdu, ce tournoi ne l’intéressait plus, et il ne se sentait plus concerné par la suite des événements. S’il restait, c’était pour deux raisons : la première, voir ses fils d’une réalité différente combattre. Comme il s’en doutait, Raditz n’avait été et ne serait jamais à la hauteur, qu’importe la dimension dont il provenait. En revanche, son cadet avait attiré son attention. Si le Kakarotto de l’univers 13 était un véritable psychopathe en puissance, son autre fils, provenant de l’univers 18, l’intriguait beaucoup. Malgré son air un peu simple et son comportement si peu digne d’un Saiyan, il avait perçu en lui une force hors du commun. Quand Cold l’avait éjecté dans l’espace 18, Son Gokû s’était immédiatement transformé dans cette forme qu’avaient employé Vegetto et Vegeta de l’univers 13, les cheveux longs et entourés d’éclairs. Ainsi, il était parvenu à annuler l’explosion de la prison d’énergie de Cold et à éviter sa destruction presque assurée. De plus, son combat suivant l’opposait à Freeza. Il était impatient de voir son fils, même différent, écraser cet immonde lézard et l’humilier une bonne fois pour toutes.

L’autre raison de Baddack était d’assister aux deux défaites respectives de Cold et de Raichi. En effet, s’il n’avait pu venir à bout du Démon du Froid, il ne doutait pas que sa vision se réaliserait malgré tout, même s’il n’en était pas l’auteur. Il sentait en la fille de Vegetto un potentiel aussi dévastateur que celui que son père, et il voulait voir de quoi il en retournait. Quant à Raichi, il lui fallait l’éliminer de ses propres mains, maintenant que l’accès aux Dragon Balls lui était interdit. Il assouvirait sa vengeance, d’une manière ou d’une autre. Il était néanmoins curieux de voir comment le Tsuful se débrouillerait face à un adversaire de cet envergure, dont le Saiyan admettait lui-même qu’il ne serait pas à la hauteur.

Chacun perdu dans leurs pensées, les deux ennemis jurés finirent par plonger dans un sommeil profond.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk