DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 3 jours, 10h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123
[Chapter Cover]
Partie 25, Chapitre 121.

VINGT-CINQUIEME PARTIE : FACE À L’ADVERSAIRE QUI A FAIT DE TOI CE QUE TU ES

Chapitre 121

– Nous pouvons commencer le premier match. Son Gokû de l’univers 18 contre Freeza de l’univers 8 ! Entrez sur le ring, et ne touchez pas le muret s’il vous plaît !

À l’autre bout de l’arène, le Démon du Froid se posa, un sourire glacial aux lèvres. Imperceptiblement, le Prince cadet de l’Univers 8 plaqua son pied en arrière sur le mur, en signe de défi. Son Gokû, affichant une expression naïve, enjamba le muret en l’empoignant, puis… disparut. Un bruit sourd retentit dans l’arène, le silence, puis un gémissement de douleur. Des rires éclatèrent tant parmi les spectateurs que les organisateurs et les participants. Son Gohan, Pan, Trunks et Goten se précipitèrent vers la barrière et virent le Saiyan étendu sur le sol craquelé, un air béat sur le visage, ne comprenant pas l’ironie de la situation. Piccolo et Vegeta tournèrent le regard ailleurs, affligés par ce spectacle. Kakarotto de l’univers 13 grinça des dents à l’écoute des commentaires sarcastiques de ses compagnons, tandis que Vegetto fermait les yeux, honteux, sous le ricanement de Cell dans l’espace annexe. Son Gokû se releva, étonné, et posa à nouveau sa main sur la barrière, qui fut aussitôt repoussée par une décharge énergétique. Ses camarades y allèrent de leurs commentaires :

– La gravité est de 1000G, Papa, dit Son Gohan.

– « Ne touchez pas le muret », ajouta Piccolo. À l’instant où les deux combattants ont touché le ring, le combat commence, et à l’évidence la barrière de protection se déclenche automatiquement. Elle part du muret... en forme de cylindre, comme ça a été dit.

– Il est interdit de donner des conseils aux participants, lui fit remarquer Goten d’un ton ironique, lui rappelant subtilement le reproche qui lui avait été fait pendant le combat de Gast au tour précédent.

– Ça va, ça va ! Répondit Son Gokû, la main derrière sa tête, visiblement gêné.

De son côté, Freeza n’avait pas réagi à la scène qui se déroulait devant ses yeux. Il gardait son rictus empli de cruauté et de suffisance, et attendait patiemment que son adversaire soit prêt. Le souvenir de l’humiliation qu’il avait vécue avec Nappa était encore cuisant, et il était décidé à employer son ultime ressource, voyant que son adversaire, qui venait de se transformer après s’être relevé, était un Super Saiyan, qui devait très certainement le surclasser. Il s’apprêtait à affronter son pire cauchemar, considéré comme l’un des guerriers les plus puissants qui soient. Cependant, ils n’en restaient pas moins des singes arrogants et dangereux pour la suprématie de sa famille. Son père avait dû employer sa pleine puissance contre l’un de ces macaques aux cheveux jaunes, il n’allait donc pas faire l’erreur de sous-estimer ce Saiyan qui, de plus, lui disait vaguement quelque chose…

Dans l’univers 18, les occupants observaient les deux ennemis s’avancer l’un vers l’autre. Piccolo dit :

– Freeza… Gokû… Un face à face légendaire… Ressuscité…

– Ça va être fini en deux secondes, le coupa sèchement Végéta.

En effet, se disait-il, Freeza l’avait tué et avait failli vaincre Gokû, mais ils étaient tous deux devenus des Super Saiyans, et bien plus encore aujourd’hui. Il aurait aimé vaincre ce tyran de ses mains, sans se transformer, pour l’humilier, mais le voir défait devant ses yeux par Gokû serait déjà une satisfaction.

Les deux combattants se firent face à quelques mètres de distance, dévisageant l’autre sans dire mot.

– Dis-moi, Saiyan, dit finalement Freeza, veux-tu entrer chez moi ?

Son Gokû se figea, surpris.

– Quoi ? Répondit-il avec stupeur.

– Je t’invite, répéta Freeza en lui tendant la main, veux-tu rentrer chez moi ?

– Bah, euh.. hésita le Saiyan, se grattant la joue, oui, pourquoi pas.

Une lueur rouge se mit à briller dans les yeux de Freeza, qui étaient plongés dans ceux de son adversaire. Instantanément, les deux protagonistes se retrouvèrent dans un lieu tout autre, un paysage enneigé, glacial, même arctique. Son Gokû regarda aux alentours, affolé.

– Tu es « chez moi », annonça Freeza, un monde illusoire dans nos esprits. Si je gagne ici, alors je gagne le match. Qu’en dis-tu… Super Saiyan ?

– Pourquoi pas, lui répondit Gokû, un sourire de ravissement aux lèvres. Tu me surprends, Freeza, je ne pensais pas que quelqu’un comme toi serait capable de tels tours.

– On n’est jamais trop prudent, rétorqua le Démon, toujours souriant. J’ai forcé un magicien à m’apprendre quelques secrets, avant de le réduire en poussière. Il semblerait que cela n’ait pas servi à rien. Vous, les Saiyans, vous aimez relever les défis, n’est-ce pas ? Alors, vas-tu accepter celui-ci ?

– Pas de soucis ! Le combat sera plus intéressant, en effet.

– Parfait…, susurra Freeza, arborant un rictus sadique.

Il disparut subitement. Un être lambda n’aurait su dire si cela relevait de la magie ou du prodige, mais pour Son Gokû, il lui était facile de trouver son ennemi. Il leva l’avant-bras droit qui para la jambe de Freeza, qui se déplaça devant lui pour lui asséner quelques coups rapides, que le Saiyan bloqua tout aussi aisément. Le tyran galactique tenta de frapper Son Gokû d’un puissant coup de pied au visage, que ce dernier intercepta. Il empoigna sa jambe et tourna rapidement sur lui-même avant de le lancer sur un rocher enneigé. Freeza se retourna pour se réceptionner, et se lancer à nouveau sur le Saiyan, qui esquiva ses multiples attaques et profita d’une ouverture pour porter un coup direct à Freeza, qui finit à terre, le menton ensanglanté. Un air de déception recouvrit le visage de Gokû, qui lança à l’alter-ego de son ancien ennemi :

– Il fait très froid, mais c’est tout ! Ce terrain n’est pas vraiment à ton avantage, Freeza. Tu aurais dû mieux choisir, non ? Tu ne me vaincras pas dans ces conditions !

C’est alors qu’il réalisa la sensation de malaise qui avait commencé peu à peu de s’emparer de lui depuis son arrivée dans ce monde spirituel. Il commença à tousser, et porta la main à son coeur. Il avait le sentiment d'étouffer, et paniqua : était-ce la maladie cardiaque qu’il avait eu lors de l’attaque des cyborgs qui ressurgissait ?

– J’ai... J’ai l’impression d’étouffer…, souffla-t-il, et…

Il porta la main à son visage, dont il avait l’étrange sensation qu’il se creusait, non sans raison, des rides étaient apparues ! Il en fut raide de stupéfaction. Freeza, qui s’était relevé, lui cria d’un ton glaçant et cruel :

– Oh, tu as remarqué ? Il n’y a presque pas d’oxygène dans cette atmosphère. Chacun de tes mouvements t’essoufflera encore et encore. De plus, on vieillit en accéléré ici ! Tu as déjà pris vingt ans.

Il prit une posture presque impériale, pleine de suffisance et d’arrogance, celle d’un vrai monarque tyrannique, en continuant d’une voix hautaine et sifflante :

– Le froid, l’air, l’emprise du temps… Toutes ces choses ne concernent que les pauvres espèces inférieures que vous êtes ! Ce combat est gagné d’avance !! Abandonne, stupide Saiyan, avant que je ne me décide à t’éliminer !

– Ne perdons plus de temps ! S’écria Son Gokû qui passa instantanément au niveau trois.

Mais à peine fut-il passé à pleine puissance qu’il s’affala sur le sol, de retour dans sa forme normale, essoufflé et affaibli, se sentant déjà encore plus vieux.

– Non, murmura-t-il, le niveau trois m’en demande trop dans ces conditions !

Le temps de terminer sa phrase, Freeza s’était élancé sur lui. Il frappa le Saiyan d’un grand coup de pied en plein visage, qui voltigea sur plusieurs dizaines de mètres avant d’atterrir dans la neige. Il se releva péniblement, les cheveux en grande partie grisonnante, et une impressionnante moustache au-dessus de la lèvre supérieure. Le Démon se jeta à nouveau sur Son Gokû qui le vit arriver, et passa au niveau deux. Sans attendre, il profita d’une ouverture de Freeza pour lui envoyer un uppercut qui l’éjecta plusieurs mètres plus loin, la bouche crachant du sang. Mais ce simple geste aggrava l’état du combattant de l’univers 18, qui toussa de plus belle.

– Hé hé hé… ricana Freeza qui s’était redressé. Je vais m’amuser un peu…

Il s’éleva dans les airs et tendit le bras gauche au-dessus de sa tête, au bout duquel une lueur émanait de deux doigts dressés. Le Super Saiyan, reconnaissant cette technique, eut à peine le temps de croiser les bras en face de lui, le Démon baissant son bras à une vitesse fulgurante. Un long trait d’énergie frôla Gokû de peu, creusant un profond fossé dans le sol sur une distance remarquable. À peine se fut-il posé sur le sol qu’il sentit un objet se diriger sur lui d’une rapidité effrayante. Déployant son aura dorée, il s’envola afin d’esquiver les rochers que Freeza lui envoyait grâce à ses capacités télépathiques, ne voulant pas laisser son adversaire reprendre son souffle afin d’en venir à bout rapidement tout en prenant plaisir à jouer avec lui. Le Saiyan parvint à éviter tous les projectiles, mais ne perçut que trop tard Freeza qui, s’étant élancé derrière l’un des blocs rocheux, brisa celui-ci et frappa Gokû d’une série de coups puissants, et enchaîna par un coup de pied qui projeta le fils de Baddack une centaine de mètres plus loin, pulvérisant un énorme monticule au passage.

D’un air triomphant, Freeza pointa un doigt sur Son Gokû qui tenait à peine sur ses jambes, et tira une salve de traits d’énergie à une vitesse fulgurante. Son Gokû, toujours au niveau deux, parvint à en éviter la plupart, mais chacune de ses esquives diminuait ses réflexes et détériorait sa perception. Un trait le frappa en pleine poitrine, l’obligeant à mettre un genou à terre. Freeza ne manqua pas de le remarquer :

– Tes mouvements ralentissent, Saiyan ! Il est temps d’en finir !

Levant le bras en l’air, il forma une boule d’énergie sombre, celle qui avait manqué d’anéantir Namek par son alter-ego de l’univers 18, avant d’être interrompue par le Genkidama du Saiyan. Fulminant de joie, le tyran balança la boule vers lui en hurlant :

– Adieu, macaque imbécile !

De plus en plus âgé, Gokû ne parvenait plus à se relever. Dans un ultime effort, il leva son bras droit vers Freeza qui, observant cela, décida d’en envoyer une dizaine supplémentaire.

– Tu penses pouvoir toutes les stopper ? s’exclama Freeza. Tu es fini ! Disparais !

De la même manière qu’une scène apocalyptique, Gokû voyait arriver au loin ces sphères sombres qui allaient assurément l’annihiler. Freeza ferma les yeux une seconde pour savourer cet instant de gloire : il allait réussir là où son frère avait échoué : l’emporter contre un Super Saiyan ! Quand il rouvrit les yeux, il vit à quelques centimètres de lui la main de Son Gokû, qui s’était téléporté devant lui. Le Démon du Froid réalisa en une fraction de seconde qu’il s’agissait du déplacement instantané des Yardrats, et sentit son cœur rater un battement, alors que le Saiyan murmurait d’une voix très faible :

– … MéHa.

Une vague déferlante surgit de sa main et pulvérisa la tête de Freeza qui n’eut même pas le temps d’esquisser un geste. Une rafale à bout portant d’un Super Saiyan deux, même grandement affaibli, était beaucoup trop pour Freeza. Brusquement, les deux personnages se retrouvèrent sur l’arène dans leurs corps respectifs, exactement dans la même position qu’ils étaient avant d’entrer dans l’illusion. Portant les mains à son visage, Son Gokû dit d’une voix soulagée et un peu ébranlée :

– On dirait bien que j’ai gagné.

– Que s’est-il passé ? Demanda Videl à San Gohan dans l’espace 18. Ils sont restés quelques secondes sans bouger, et maintenant il dit qu’il a gagné… ?

– C’était un combat mental, expliqua son mari. Leurs esprits se sont rencontrés et se sont battus. Je le faisais avec Kulilin il y a longtemps, pour m’entraîner.

Sans savoir les détails de leur affrontement, Gohan ainsi que les vétérans du combat de son univers, avaient bien détecté les multiples augmentations et diminutions de puissance des deux adversaires immobiles. Ils se battaient en esprit, mais aussi en accéléré !

– Quand bien même, dit Végéta, je n’imaginais pas que Freeza soit assez intelligent pour pouvoir faire ça. Il a dû s’essayer à une fourberie pour vaincre Kakarotto.

Au centre de l’arène, ce dernier soufflait de contentement et de joie, au contraire de son adversaire qui écumait littéralement de rage. Il balbutia, contenant avec peine sa colère :

– N… Non ! J’ai bien dit que si JE gagnais le combat, JE gagnais le match, mais rien n’a été dit pour le cas contraire ! Ce match n’est pas fini, je vais t’écraser, immonde primate !

– Bon, soupira Gokû d’un air enjoué, eh bien… si tu veux, Freeza.

Sans prévenir, il frappa d’un coup bien placé le Démon du Froid qui s’étala sur le sol, évanoui. Un Varga annonça :

– Victoire de Son Gokû de l’univers 18 qui… se répète un peu.

Pour le présentateur, qui n’avait rien remarqué du combat mental, le combat avait à peine commencé.

Dans les gradins, deux spectateurs avaient observé le combat, l’un d’un air distrait, l’autre avec attention. Celui aux cheveux clairs dit à son compagnon :

– Sensei, que pensez-vous de cet homme ? Tout comme vous, il semble qu’il finisse ses combats en un seul coup. Ne serait-il pas un adversaire à votre valeur ?

Son voisin, un chauve en combinaison jaune et aux gants de cuir rouges, bailla et répondit, ennuyé :

– Mouais, ça pourrait être intéressant. Bon, j’ai eu deux places gratuites pour regarder ce tournoi, mais les soldes vont très bientôt commencer, il faudrait vraiment qu’on rentre. Viens, Genos, on regardera le replay du tournoi si ça t’intéresse tant.

– Bien, Saitama-sensei.

Son Gokû, qui revenait à son espace, toucha timidement le muret, pour voir s’il ne risquait plus rien. C’était sans danger, la barrière de protection invisible n’était active que pendant les matchs. Dans l’univers 8, Cold et Coola étaient encore sous le choc. L’un des leurs était à nouveau tombé devant un Saiyan, en un seul coup qui plus est ! Coola attendait impatiemment le réveil de son frère pour l’humilier comme il se doit, car lui au moins avait tenu plus longtemps. Quant à Cold, qui savait qu’il allait affronter une Super Saiyenne bien plus puissante, regardait sa future adversaire avec perplexité. Peut-être son plan allait-il marcher…

Personne, y compris les combattants eux-mêmes, ne s’était rendu compte qu’un être avait assisté au combat dans son intégralité. Dans l’espace 1, Buu, toujours contenu sous forme de sphère, s’était projeté dans l’esprit de Freeza et n’avait pas été surpris par la persévérance de Son Gokû, à laquelle il avait eu droit dans son propre univers des années plus tôt.

“ Comme je m’y attendais, il a gagné.” Pensa-t-il. “ Difficilement, mais il l’a battu. J’ai bien fait de l’assimiler, il est certainement l’un de mes absorbés les plus utiles et faisant partie de mes préférés. Cet affrontement ne m’a pas vraiment révélé grand-chose sur ses réelles capacités, mais il était vraiment inutile de lui donner un coup de main. Lui ou Vegeta vont être des adversaires grandioses !”

L’annonce des Vargas reprit :

– Et maintenant, Majin Buu de l’univers 11 contre Uub de l’univers 18 !

Uub, qui s’échauffait et s’étirait un peu à l’écart, se prépara à aller sur l’espace de combat, quand Piccola l’interpella.

— Fais attention, Uub, lui conseilla-t-il. Tu t’es battu contre Buu, chez nous, mais celui-là est très différent… Il a encore sa partie maléfique. Reste sur tes gardes.

– Oui, s’exclama le jeune homme !

– Éclate-le, petit ! S’exclamèrent les Héloïtes. On compte sur toi, tu l’auras !

Uub leva le pouce vers eux, grand sourire aux lèvres, et s’élança vers le ring. À peine les pieds posés, il ressentit l’intense pression sur son corps. Une goutte de sueur perla de son front.

– Cette gravité est pire qu’à la salle d’entraînement ! Se dit-il.

Un grand cri résonna dans le stade :

– Buu ! cria longuement le Djinn en sautant sur le ring, avant de s’écraser en une épaisse flaque de guimauve sous le poids de la gravité. Le sorcier plaqua sa main sur son front, le visage empreint de honte. Dabra détourna le regard.

D’abord étonné, ayant l’air de ne pas comprendre ce qu’il s’était passé, Majin Buu se reforma brusquement, ponctuant son retour d’un grand « Ta-Daaa!!! » avant de clamer, arborant un regard vicieux et déterminé :

– Je vais gagner le tournoi !!

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk