DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 13 jours, 7h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124
[Chapter Cover]
Partie 12, Chapitre 57.

Chapitre 57

— Nouveau combat, veuillez monter sur le ring... Tenshinhan de l'univers 9 et Sun Wukong de l'univers 2 !

Sun Wukong décida de faire une apparition suite à l'annonce du combat. Depuis l'entrée de l'espace 2, il sauta en faisant plusieurs saltos, recroquevillé sur lui-même, avant d'atterrir sur ses pattes, tournant le dos au ring et à la plupart des spectateurs. Il pivota sa tête sur sa gauche et annonça en souriant :

— Voici enfin le combat du plus grand de tous les héros !

Cette façon de faire, c'était la même que le nain de l'univers 9, Kulilin, quelques temps plus tôt, mis à part le saut tout de même. À cet instant précis, tout le monde découvrit qui était ce Sun Wukong.

La première chose qu'on pouvait en dire, c'était qu'il ressemblait à un singe. Pas beaucoup plus grand que Kulilin lui-même, il portait des vêtements pour le moins exotiques. Son visage d'adolescent était, comme d'autres parties de son corps telles que les bras ou les jambes, entouré de poils bruns et parfois roux. Ses cheveux plutôt blonds étaient tirés en arrière en piques. Deux ornements, telles deux tentacules attachées à ses cheveux, tombaient derrière lui jusqu'au bas de son dos. Ses yeux bleus étaient emplis de malice et pouvaient témoigner de sa vitalité, de son excitation.

À quelques dizaines de mètres sur sa droite, à l'espace 9, Tenshinhan se préparait lui aussi. Il s'échauffait les bras et les épaules, avant de faire craquer ses doigts, tout en regardant vers son adversaire.

— Tu penses pouvoir le battre ? demanda Yamcha

— Je ne sais pas. J'ai du mal à ressentir sa force.

— Il n'a pas l'air féroce en tout cas, fit remarque Kulilin.

— Je ferai attention. Je jugerais de sa dextérité dès le début.

Les autres ne dirent rien de plus. Tenshinhan, depuis longtemps, était un combattant très expérimenté. Il sous-estimait rarement ses adversaires. Contrairement à d'autres, il allait monter sur le ring en gardant tout son sérieux, son calme, et tous ses sens en alerte. Tenshinhan s'envola finalement vers le ring pour y attendre son ennemi.

Ce dernier gesticulait encore, plus pour se montrer que pour réellement s'échauffer. Mais avant de rencontrer Tenshinhan, il fit apparaitre près de lui un petit nuage jaune qui faisait un petit bruit, restant à un mètre au-dessus du sol. Sautant dessus, le nuage supporta sans broncher le poids du singe. Tapotant le nuage comme s'il s'agissait d'un animal qu'on réconfortait, il fila à toute allure, laissant une légère traînée jaune derrière lui, pour voler à une petite dizaine de mètres au-dessus du ring.

— Mais, c'est Kinto-Un ! fit Kulilin étonné.

— Comment ce gars s'est-il procuré un tel truc ? se demanda Yamcha

— Je ne sais pas mais ça ne me dit rien de bon si tu veux mon avis.

À l'espace 18, Son Gokû et ses deux fils étaient eux aussi étonnés de voir ce nuage-là qui servit tant de fois à Gokû quand il était adolescent. Après lui, c'était son fils qui l'avait utilisé, notamment pour aller à l'université, et après lui, ce fut au tour de Uub, puis de Pan.

— Nos univers doivent être plus proches qu'on ne le pensait, fit Piccolo.

— Oui, acquiesça Gohan. D'abord Arale, puis le chat qui porte une tunique familière, et maintenant le nuage…

— Peut-être qu'on devrait aller les voir pour en savoir plus ? proposa Videl à côté de son mari.

— C'est inutile, c'est une perte de temps, intervint Vegeta, juste pour râler.

— Je me demande s'il fait partie de la famille de Grand-Père, fit Gokû, pensif. Il a presque le même nom que nous, précisa-t-il en regardant ses deux fils et sa petite-fille. Mais sa tête est loin de nous ressembler… Il ne ressemble pas à Grand-Père Gohan non plus…

— Peut-être un ancêtre aux Saiyans ? tenta Son Goten.

— Ça n'explique pas sa présence ici ça, fit remarquer son frère. Ni pourquoi il a un nom si proche du nôtre…

— Si c'est un ancêtre, est-ce qu'il est déjà Super Saiyan ? Avec ses cheveux jaunes sur sa tête, on peut se le demander, ajouta Trunks.

— Vous vous posez vraiment trop de questions… fit Vegeta, exaspéré. Suffit de regarder le match…

Un combat qui n'avait toujours pas débuté. Sun Wukong restait à distance raisonnable au-dessus du ring, en regardant son adversaire. Il était costaud. Un bras caché sous une cape, le crâne rasé et un troisième œil sur le front le rendait un peu plus impressionnant malgré quelques marques de vieillesses qui apparaissaient.

Sun Wukong maugréa intérieurement. Son adversaire ressemblait beaucoup au bonze qu'il avait suivi à l'époque, lors d'un voyage initiatique vers l'ouest… ça l'énervait en même temps que ça le rendait aussi nostalgique. Mais qu'importe : il était là pour se battre et gagner, peu importe l'adversaire !

Tenshinhan avait profité de ce moment plutôt long où Wukong restait dans les airs pour mieux le regarder, et trouver une première stratégie de combat. Pour le jauger, il avait plusieurs techniques. Pour détruire le nuage qui pouvait gêner le combat, il en avait au moins deux. Et pour lui faire peur, il avait un timing. Un timing que Sun Wukong lui-même lui donnait.

— Alors ? On a peur de m'attaquer ?

Tenshinhan fronça les sourcils avant de répondre :

— Tu dois toucher le ring pour que le combat commence.

— Oh. Dans ce cas...

D'une main qu'il porta à son oreille, il fit sortir un petit bâtonnet, un truc cylindrique qui ressemblait à un cure-dent. Le faisant d'abord tournoyer dans sa main quelques secondes en souriant, le singe le fit devenir tout à coup grand comme un bâton. Plus que ça, il augmenta sa longueur pour toucher en une seconde le ring. Tenshinhan entendit un "toc" particulier et regarda un peu mieux ce bâton qui allait retrouver sa taille réelle, ou en tout cas, celle pour l'affrontement au corps à corps.

C'était un bâton rouge sans aucune pointe aux extrémités. Un bâton que certains connaissaient déjà :

— Mais c'est… commença Yamcha, étonné.

— Intéressant… Après Kinto-Un, il possède aussi ce bâton, finit Kulilin en souriant.

Plus loin, Pan était elle aussi surprise, et vérifia sur le coup si son bâton, qu'elle avait donc hérité de son grand-père, était toujours accroché à elle : oui, c'était bien le cas.

— C'est le Nyoi Boi ! fit Gokû. Ça alors…

— Si je comprends bien, commença Goten en parlant à Trunks, ce type pourrait être le premier possesseur du bâton, et il l'aurait légué au fil des générations jusqu'à ce que mon arrière-grand-père l'obtienne avant de le léguer à mon père…

— Hm… Il faudra enquêter, répondit juste son ami, toujours perplexe.

Sur le ring, le combat n'avait toujours pas réellement débuté. Tenshinhan attendait encore un peu le bon moment. Sun Wukong, impatient, l'interpella alors :

— Le combat peut commenc... Hé !

Sans crier gare, Tenshinhan avait attaqué. Rapidement, il avait placé ses mains en triangle qu'il avait élevé au-dessus de sa tête pour viser son adversaire et lancer un Kikoho, une de ses techniques dévastatrices. C'était la meilleure occasion de l'utiliser. Elle permettait de vérifier le niveau de Sun Wukong qui avait l'air plutôt bon, car il l'avait évité en sautant sur le côté depuis son nuage. D'ailleurs le Kinto-Un fut complètement désintégré.

— Bons réflexes...

Wukong, qui était encore dans les airs, serra les dents en regardant Tenshinhan qui l'avait attaqué par surprise. Ce dernier pointa du doigt dans sa direction, ou presque. En fait, Wukong comprit vite qu'il voulait regarder derrière lui.

Etrangement confiant, se sachant à l'abri d'une attaque par derrière, il regarda derrière lui et aperçut une planète, ou plutôt le décor qui était passé derrière lui au moment de l'attaque. Il manquait à cette planète un gros morceau, au moins le quart. Wukong en fut si surpris qu'il crut que ses yeux allaient sortir de ses orbites. La technique de Tenshinhan pour faire peur à son adversaire avait plutôt bien marché, même si ce dernier reprit vite ses esprits.

— Il a détruit une planète ! fit Trunks étonné

— Mais non, imbécile... Ce ne sont que des décors gazeux dans le ciel, rectifia Vegeta. Et puis si c'était une vrai planète, il n'y aurait rien d'impressionnant, même pour le grand chauve.

— Oui c'est bon je sais... déclara le fils de Vegeta avant de se tourner vers Goten :

— Hé, t'as vu, fit aussi Trunks à Goten aux espaces 16 et 18. Ça ressemble maintenant au truc du vieux jeu électronique là… tu te souviens ?

— Ah oui ! Pac Boy ! Trop fun !

— N'importe quoi… fit doucement Uub à côté de Pan.

— Ouais… Trop fan de jeux vidéo… ajouta cette dernière en regardant son oncle et son ami qui rigolaient.

Sur le ring, Wukong s'activa vite. Empoignant son bâton, il le fit à nouveau grandir d'un coup, mais aussi s'élargir pour écraser Tenshinhan entre lui et le ring. Le bâton devient assez large pour faire presque le diamètre de la petite planète, et tomba là où était Tenshinhan, devenu une fourmi dans l'ombre du bâton géant. Cette fois, ce ne fut pas un simple "toc" lorsque le Nyoi Boi toucha la surface de combat, mais plutôt un "boom". Atterrissant avec une certaine grâce sur le haut de son énorme bâton, Sun Wukong, les mains sur les hanches et avec un air supérieur aussi, commenta :

— Mon Nyoi Bô prend la taille que je veux ! Il est si lourd que je suis le seul à pouvoir le porter ! Ma force dépasse tout ce que...

Le bâton vibra sous ses pieds, avant de s'élever peu à peu. Posant un genou à terre, Sun Wukong marcha à quatre pattes vers le bord du bâton pour regarder en dessous. Il ne vit rien, car Tenshinhan était en-dessous et portait le bâton d'une main, en équilibre.

— Il est lourd en effet… fit-il.

Tenshinhan ne pouvait pas dire avec précision le poids de cette arme. Probablement plusieurs dizaines de tonnes… Un poids qu'il pouvait aisément porter sans se fatiguer et même le jeter au loin… Mais finir le combat en balançant son adversaire assez loin pour qu'on ne le voit plus pendant trente secondes, ce n'était pas dans la vision de Tenshinhan d'un bon combat loyal. Aussi préféra-t-il jeter assez doucement le bâton sur le sol du ring. Wukong faillit perdre à nouveau l'équilibre mais parvint à garder son calme et à maintenir son arme à la verticale. En bas, Tenshinhan posa un pied à terre.

— Ce bâton n'est pas tout à fait comme le Nyoi Boi que nous connaissons, fit remarquer Gokû à ses amis.

— Comment-ça ? demanda sa petite-fille.

Son Gokû regarda Pan pour lui expliquer :

— Ton Nyoi Boi peut grandir et reprendre sa taille normale. Mais si j'ai bien vu les mouvements de ce Sun Wukong, je dirais que c'est lui qui fait grandir et rétrécir le bâton… De plus, le siens grandi aussi en largeur.

À l'espace 9, Yamcha avait fait à peu près la même remarque à Kulilin en ajoutant comme Gokû en même temps que lui :

— Il a aussi dit qu'il était lourd… Or, le Nyoi Boi a un poids tout à fait normal pour un bâton…

— Donc ce bâton est différent du nôtre et sa capacité aussi ? voulut confirmer Son Gohan à l'espace 16 avant d'avoir une réponse affirmative de son père Vegetto qui lui aussi avait remarqué cette différence.

— Comme disait les Vargas… On peut remarquer des ressemblances, mais c'est forcément différent…

— Ce Sun Wukong doit être un adversaire puissant, reprit Kulilin de l'univers 9. Et je reconnais bien là Tenshinhan, qui préfère se battre et perdre plutôt que de gagner d'une façon qu'il considérerait presque de lâche…

Tenshinhan savait en effet que son adversaire n'était pas banal. Il avait de bons réflexes, une force physique hors norme par rapport aux humains de base, et des capacités impressionnantes, que Sun Wukong allait lui montrer.

S'arrachant une douzaine de poils de son bras, il souffla dessus pour les laisser s'envoler devant lui et vers Tenshinhan. Très vite, les poils s'épaissirent et prirent forme. Une tête apparue, puis des bras, puis la silhouette se précisa, prenant les traits de Sun Wukong. Enfin les jambes apparurent. Ce furent douze adversaires que Tenshinhan allait devoir affronter.

Mais ce dernier ne prit pas peur. Croisant les bras devant lui, il prépara une technique qu'il avait améliorée au fil des années. Après une rapide concentration de son ki, Tenshinhan décroisa les bras. Après un effet de flou, de double, il y avait bien apparition d'un autre guerrier aux trois yeux. Ils étaient deux et recommençaient déjà. Cette fois, ils étaient quatre.

Gokû avait connu Tenshinhan à ce niveau-là. Bien des années auparavant, alors qu'il était encore ado, il avait usé de cette technique contre lui. Mais elle comportait une faiblesse de taille : chaque corps avait seulement le quart de la force et de la vitesse de l'utilisateur. Cette fois, c'était peut-être pire et Gokû fut étonné : Tenshinhan ne s'arrêtait pas à quatre corps. Bientôt, il y en eut huit qui attendaient l'armée des douze singes. Huit Tenshinhan qui tendirent le doigt, vers huit Sun Wukong, et qui d'une même voix crièrent :

— Super Dodompa !

Huits traits d'énergie fusèrent et firent mouche, faisant voler très haut la majorité des singes. Les quatre autres arrivèrent férocement. Alors que Sun Wukong espérait gagner par le nombre, il se retrouvait maintenant en infériorité numérique : du deux contre un… Tenshinhan n'eut aucun mal à les maîtriser, les frappant de toutes ses forces pour les mettre à terre inconscients, montrant par la même occasion son habileté au combat au corps à corps, malgré la division de ses forces en huit corps.

Les huit autres Sun Wukong touchés par les Super Dodompa revinrent à la charge, un peu secoués mais pas réellement blessés pour autant : le singe était fort et résistant, aucun doute là-dessus, d'autant que ses clones avaient exactement la même puissance que l'original. Ce dernier rejoignit ses copies. Ils étaient neuf contre huit.

Le combat fit rage sur toute la surface du ring pendant deux ou trois minutes, les coups pleuvaient de chaque côté. Contres et parades s'alternaient toutes les secondes. À ce jeu-là, Tenshinhan, une nouvelle fois, sortit victorieux. Il parvint à mettre à terre tous les doubles. Ceci étant fait, six de ses corps disparurent.

Sun Wukong était légèrement apeuré, mais il lui restait bien des techniques à utiliser. Il était loin d'avoir tout donné dans ce combat, et Tenshinhan le savait...

— Qu'est-ce qu'il fait ? se demanda Kulilin. Il pourrait le mettre complètement k.o avant qu'il ne se relève...

— Il veut du défi, comme d'habitude, lui répondit Yamcha.

Sun Wukong se remit debout, ses clones en firent vite de même. Rapidement, les treize singes prirent place autour de Tenshinhan. Le véritable prit la parole :

— Hin ! Tes clones ont disparu ! Moi, je peux les faire durer éternellement ! Maintenant, tu es vaincu ! Personne ne peut me battre ! Je suis Sun Wukong ! J'ai traversé la plus puissante des cascades, je suis devenu le grand Roi des singes !

Tandis qu'il parlait, son corps sembla s'agrandir un peu. Ne dépassant d'abord pas un mètre cinquante, il mesurait bien à présent deux mètres. Il continua sa réplique :

— Je possède soixante-douze pouvoirs, j'ai rencontré le Roi des Dragons dans le Grand Océan de l'Ouest, je suis devenu immortel en effaçant mon nom du registre des morts chez le Roi des Morts. J'ai vaincu à moi seul l'armée de l'empereur Jade, maître du Ciel ! J'ai tenu tête à Bouddha lui-même !

Wukong faisait maintenant la taille de cinq hommes. C'était l'un de ses pouvoirs : grandir. Ses clones, eux, se métamorphosèrent en quelques secondes tout autour de Tenshinhan. Une autre de ses capacités était de se transformer en animal.

Tenshinhan se retrouvait encerclé par nombre de fauves : deux tigres, une panthère, un grizzli, un énorme serpent qui pourrait facilement gober un homme, un aigle démesurément grand qui voletait à quelques mètres au-dessus du ring, un rhinocéros prêt à charger, de même que deux éléphants possédant de grandes défenses. Les quatre autres clones de Wukong restaient en singes.

— Veux-tu toujours m'affronter ? demanda le géant Sun Wukong qui ne pouvait mieux porter son nom de Grand Roi des Singes.

— Tu es impressionnant, lui répondit Tenshinhan, bien droit. J'avoue que tes facultés et ton histoire ont l'air passionnantes. Mais tu es aussi orgueilleux, trop sûr de toi. Approche, je t'attends.

Il se mit en position de combat, se préparant à esquiver les fauves, et à contre-attaquer immédiatement. Sun Wukong parut hésiter un instant mais succomba très vite à l'envie de combattre et de gagner. Sans réfléchir, ses fauves et ses clones se jetèrent sur son adversaire.

Doté de réflexes hors du commun, aidé par son troisième œil au milieu du front, le guerrier de l'univers 9 esquiva les premières attaques des fauves les plus rapides. Il se rapprocha du grizzli qui tenta de le griffer de ses énormes pattes. Tenshinhan se baissa à temps pour éviter le coup, et dut s'éloigner avant de porter un coup, le géant Sun Wukong ayant lui-même attaqué de sa paume qui s'écrasa sur le ring. Mais il ne s'arrêta pas là, surprenant l'homme aux trois yeux : prenant appui sur sa paume, Wukong toujours agile parvint à frapper de son pied. Tenshinhan recula de plusieurs mètres sous l'impact, mais il encaissa assez facilement le coup.

L'aigle attaqua par derrière, ne laissant aucun répit au guerrier qui esquiva en sautant sur le côté, laissant l'oiseau frapper le ring de ses serres avant de reprendre de l'altitude. Une nouvelle fois, deux fauves se jetèrent sur lui. Il esquiva le premier et frappa le second qui fut projeté assez loin. Par contre, cela permit au serpent géant de se rapprocher et de ligoter Tenshinhan de tout son corps. Profitant de ce moment de faiblesse, Wukong et ses clones se lancèrent sur lui tous en même temps.

Serrant les dents et les poings, Tenshinhan ne s'avoua pas si vite vaincu. Hurlant, il força de ses bras et parvint à déchirer le corps du serpent qui disparut tout juste en touchant le sol. Libéré, il frappa de toutes ses forces les deux tigres qui se jetaient sur lui, toutes griffes dehors. Il les étala d'un coup chacun en même temps sur le ring. De la même façon que le serpent juste avant, les deux félins disparurent. Le troisième, la panthère, arrivait par derrière mais Tenshinhan parvint à l'agripper à temps, puis tournoyant sur lui-même, le renvoya sur le grizzli qui, par réflexe, donna un violent coup de patte de haut en bas, déchirant la panthère, qui disparut à son tour. L'homme de l'univers 9 fonça sur l'ours et flanqua un coup de poing dans son ventre. Avant même qu'il ne tombe, le Roi des singes allait l'écraser de son pied. Tendant le bras au-dessus de sa tête, il contra le coup. Profitant de l'effet de surprise, il poussa de son bras le pied de son adversaire, et se dirigea vers l'autre pour y flanquer un coup de pied derrière le talon : déséquilibré, Sun Wukong tomba.

L'aigle tenta d'attaquer le guerrier chauve mais échoua comme les autres. Se prenant un violent uppercut, l'oiseau vola longtemps vers les étoiles avant de disparaître. Il ne restait que trois animaux, qui permirent aux spectateurs de constater la force surhumaine de Tenshinhan. Alors que le rhinocéros chargeait de toute sa force et tout son poids, Tenshinhan esquiva au dernier moment et l'agrippa immédiatement, l'entourant de ses bras musclés au niveau du ventre de l'animal, le stoppant net. Puis il le souleva et sembla tomber en arrière tout en gardant ses pieds bien au sol. La tête de l'animal se fracassa sur le ring. On appelait ça un suplex, une prise souvent utilisée dans les sports de lutte.

Alors que le grand Wukong se relevait et que les quatre petits ne bougeaient pas, Tenshinhan fonça sur le premier éléphant, lui attrapant ses défenses, le soulevant, tournoyant avec lui avant de le lâcher pour qu'il tombe sur l'autre pachyderme. Le grand Wukong rapetissa, entouré de ses quatre clones.

— Si la force ne marche pas.... Alors regarde !

Il mit un genou à terre et ses clones attaquèrent, se retrouvant vite au-dessus de la tête de Tenshinhan, qui se prépara, en croisant les bras, à parer les coups. Mais l'original qui avait le genou à terre posa ses mains sur le ring qui rapetissa immédiatement jusqu'à avoir la taille d'une petite balle. Tenshinhan, surpris, se prit l'attaque des quatre clones, le faisant tomber à terre, au sol tout en bas. Wukong prit déjà un air de vainqueur quand Tenshinhan se releva.

— T'as perdu ! T'as touché le sol ! Hors ring ! Ha ha !

— Heu... Il n'y a pas de hors ring... fit doucement Tenshinhan après s’être relevé.

Wukong cessa de rire, regarda autour de lui, espérant l'annonce de sa victoire. Elle ne vint jamais. Reformant le ring à sa taille initiale, les quatre clones attaquèrent à nouveau tandis que l'original reprit son bâton.

Tenshinhan sourit et joignit ses mains avant de crier :

— Haikyuken !

Son visage avait changé : il avait l'air... étrange ? Un petit côté très comique remplaçait son air sérieux de d'habitude : ses yeux plissés, ses sourcils relevés, son large sourire. Tenshinhan usa de sa technique, plus étrange qu'efficace, plus honteuse pour celui qui se la prenait que dangereuse. C'était la technique du volley-ball. Tenshinhan joua quelques dizaines de secondes avec les corps des clones de Wukong, les prenant pour des ballons, se déplaçant rapidement pour frapper chaque corps avant qu'ils ne touchent le sol. Puis voulant en terminer, il s'envola pour les frapper plus fort. Il ne fut pas touché une seule fois, alors que les clones valdinguaient n'importe où. Une fois les pieds sur le ring, Tenshinhan courut pour en faire le tour et rejoindre le vrai Sun Wukong qui l'attendait avec son bâton, le faisant tournoyer et... frappant dans le vent vers le chauve. Un terrible coup de vent se produisit, et se transforma même en tornade ! Mais Tenshinhan était tel un rocher : inébranlable et inarrêtable. Ralentissant, il continua d'avancer et frappa Wukong au visage. Il tomba sur le ring et la tornade cessa.

Le singe ne bougea plus. Tenshinhan reprit sa respiration tandis que l'arbitre comptait le temps... Jusqu'à trente.

— Tenshinhan de l'univers 9 est déclaré vainqueur de ce combat !

Cette annonce réveilla le Roi des singes, qui se releva prestement :

— Pas du tout ! Je... réfléchissais juste !

Tenshinhan, lui tournant le dos pour se préparer à quitter le ring, se retourna vers lui :

— Ne cherche pas à contourner les règles... Tu le regretterais, fit-il enfin en se retournant complètement, une aura blanche l'entourant, son regard sérieux faisant même presque peur.

Tenshinhan avait un grand sens du combat, de l'honneur. Si Wukong en faisait fi, ça ne lui plairait pas du tout.

— Brrr, on dirait Bouddha ! Il est flippant ! fit Wukong doucement, en rentrant dans son espace 2 après être monté sur son nuage magique qui avait mystérieusement réapparu.

Tenshinhan, vainqueur, rentra dans son espace, satisfait.

— Il s'est bien amusé finalement, fit Yamcha.

Kulilin acquiesça avant de féliciter son vieil ami qui venait de rentrer. Alors que Tenshinhan serrait la main de Yamcha tout en blaguant sur la défaite de ce dernier, Son Gokû commentait le combat qui venait d'avoir lieu :

— Sacré Tenshinhan ! Ça me rappelle nos combats ! Ses techniques se sont améliorées !

— Hin ! N'importe qui peut voir le défaut de sa technique des huit corps ! fit Vegeta, les bras croisés.

— Tu as remarqué toi aussi ? Je crois qu'il savait ce qu'il faisait. Il a dû évaluer le niveau de son adversaire, et juger que même avec une puissance divisée par huit, chacun de ses corps pouvait avoir l'avantage. Il a attaqué rapidement et en étant précis... C'était bien joué. J'aurai aimé que notre Tenshinhan voit ça !

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk