DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 3 jours, 11h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123
[Chapter Cover]
Partie 6, Chapitre 28.

Chapitre 28

Pan tombait, inerte. Bojack, victorieux, resta un moment sur le ring à contempler la descente de la jeune fille. Au même instant, l'animateur cria dans son micro :

— Mort de Pan ! Bojack de l'univers 6 est vainqueur !

Quelle sècheresse dans les paroles de ce dernier ! La mort d'un enfant n'avait donc aucune influence ne serait-ce que sur le ton de ses annonces ? Dans un tournoi où tuer était autorisé, on pouvait peut-être s'y attendre... Et il est vrai que cette mort ne serait que temporaire... Mais quand même...

— Pan ! cria sa mère en s'envolant vers elle, en pleurs et tendant ses bras pour rattraper sa fille.

Mais C'est Son Gohan qui apparut tout à coup pour la rattraper. Il apparut si vite derrière elle, les bras dans la bonne position, qu'il semblait s'être téléporté. Tête baissée, il descendit lentement pour toucher terre, suivi de Videl, affolée.

Un sourire terrible se dessina sur le visage de l'épaisse brute verte. "Voilà qui est fait. C'est dommage que j'ai dû montrer ma force dès le premier tour... Mais bon, mon prochain adversaire est donc ce Cell..." pensa-t-il en jetant un oeil vers son prochain adversaire de l'univers 17.

Autour de cet univers justement, se trouvaient ceux de Vegetto et de Son Gokû. Les Videl des univers 16 et 18 étaient choquées. Elles étaient tombées à genoux, en pleurs, lorsque Bojack avait brisé la nuque de l'adolescente. Les Son Gohan avaient serré les poings et les dents... Et quand Bojack avait littéralement jeté sa fille, celui de l'univers 16 était parti la rattraper, bien plus vite que sa femme.

Une différence primordiale existait maintenant entre les deux univers 16 et 18 :

Dans le 18, Videl avait très vite entouré sa fille de ses bras réconfortants. Pan avait perdu une amie, en plus de se voir elle-même mourir... En pleurs, tremblotante, elle bénéficiait de la présence de son père, juste à côté d'elle, pour la rassurer un minimum. Gohan regardait son homologue de l'univers 16. Lui avait vraiment perdu sa fille, et la seule chose sur laquelle il pouvait s'accrocher, c'était la résurrection de Pan par les Vargas à la fin du tournoi. Mais... se retiendrait-il ? Depuis l'espace 18, Gohan restait calme, mais intérieurement, il enrageait. Cette Pan était vraiment très proche de sa fille. Si lui était au point de craquer, qu'en était-il de son homologue 16 ?

Alors que Gohan marchait lentement vers son espace 16, plusieurs discussions s'animèrent un peu partout. Dans les gradins, ça parlait d'un Bojack impitoyable, de la seconde personne étant tuée au cours du tournoi, ou même de la limite d'âge qui semblait ne pas exister... En univers 13, celui des "Super Saiyans", Kakarotto, amusé, dit ces mots, un peu plus pour lui-même que pour ses compagnons :

— Regarde-moi ces idiots. Ils font participer leur gosse et ils regrettent.

— Ils vont regretter plus que ça, intervint Raditz, à côté de lui. Dans quelques secondes ils vont tous être éliminés.

— Hein ? Pourquoi ? se demanda donc Nappa, en s'approchant du frère de Kakarotto.

— Parce qu'il est interdit de se battre en dehors des matchs... reprit Raditz, et que ce groupe de nerveux n'a pas un Vegeta comme nous pour arrêter les simples d'esprits.

— Hey, fit Kakarotto, très gêné de son attitude qui avait été déformée par l'attaque de phéromones. Moi c'était...

À peine avait-il commencé sa phrase qu'il fut interrompu par une forte puissance  qui sembla apparaître dans l'espace 16, alors même que Gohan brûlait intérieurement, ne laissant apparaître que sur son visage l'expression de son dégoût : ce n'était pas lui qui dégageait cette nouvelle force... :

— Tu vas mourir Bojack ! cria Bra en se transformant instantanément en Super Saiyanne, comme Pan plusieurs minutes plus tôt.

Nombreux ont été les personnes étonnées par la transformation de cette fille. Dans l'espace 17, Cell, après avoir été surpris par Pan, l'était une nouvelle fois. Et cette fille ne semblait pas moins forte que Pan. 

En univers 18, c'est tout le monde qui fut étonné, Bra la première. Son père la regarda un instant. Mais elle montra clairement que ce n'était pas un secret qu'elle cachait depuis un moment. Vegeta ne l'avoua pas, mais ça lui aurait fait plaisir tout de même de la savoir capable d'être une Super Saiyanne. Pan aussi fut surprise. Après son homologue, c'était Bra... Voilà qui ne l'aidait pas à retrouver une confiance en sa force. Si même Bra, de son univers ou d'un autre, était plus forte qu'elle, que pouvait-elle faire ?

À côté de Son Gokû, qui lui souriait face à cette surprise, Uub était presque émerveillé. Une Bra Super Saiyanne, qui s'entraînait... Quelle classe ! Quelle force ! Quelle prestance ! Mais alors qu'il ne perdait pas une seconde à la regarder de la tête au pied, elle semblait pleine de rage et prête à décoller :

— Non, Bra ! Pas hors d'un match ! hurla Piccolo en tendant le bras,  mais incapable de l'arrêter : en effet, Bra se préparait déjà à foncer tête baissée sur Bojack, qui commençait seulement à rentrer dans son espace. 

Elle fut finalement arrêtée par son père, Vegetto, qui lui attrapa les épaules.

— Piccolo a raison. Nous serions renvoyés dans notre monde et Pan ne reviendrait pas à la vie à la fin du tournoi.

Bra continuait à intérieurement hurler de colère. Elle se retourna pour fixer les yeux de son père, lequel voyait bien qu'elle se contrôlait de moins en moins. Mais il ne fallait pas qu'elle s'énerve maintenant... Vegetto continua de lui parler :

— Regarde, même ton frère, connu pour ses colères légendaires, se retient. Alors ne va pas nous piquer une de tes habituelles crises.

Il est vrai que si Son Gohan était un adulte calme et toujours enjoué, on l'avait vu exploser en puissance par le biais de terrible colères bien justifiées, certains pourraient dire, la source même de sa force... Certains Cell de certains univers pouvaient le confirmer... et certains Bojack aussi ! Mais que voulait dire Vegetto en parlant des habituelles crises de Bra ? Ces mots que Uub entendit, le firent tiquer. La Bra de son univers était une fille capricieuse et pas des plus simples, mais elle ne faisait pas ce qu'il considérait comme des crises...

Au moment où Vegetto dit ça, Gohan arrivait au petit muret délimitant les espaces. Il ne sauta pas par-dessus, il ne l'enjamba pas... il passa comme si de rien n'était. Le muret explosa sous la force d'une puissance encore invisible, d'une aura emplie de colère. 

— Tiens, Gohan, fit Piccolo, gardant son calme comme souvent, en faisant apparaître dans ses mains un objet creux, de la taille de Pan.

— Merci, Piccolo-san, lui répondit son ancien élève en y déposant sa fille.

Après être resté près d'elle un moment, avec sa femme, Gohan fut interpellé par Bra, derrière lui :

— Grand frère ! Bojack doit mourir ! Je vais...

— Tu ne vas rien du tout, Bra ! Bojack a respecté les règles. Nous n'avons pas le droit de l'attaquer.

— Alors tu vas le laisser ! Tu ne veux pas venger ta fille ? continua Bra, en colère.

Son Gohan tremblait beaucoup. Bra ne l'aidait pas du tout à se calmer... Il enleva ses lunettes. Ses yeux cherchaient sa femme... Sa présence le réconfortait déjà, mais ça ne suffisait pas. Lui donnant ses lunettes, il se retourna, serra le poing, et laissa une partie de sa colère exploser avec son ki. Une violente aura blanche l'entoura.

Après la surprise de la force de Bra qui dépassait celle de Pan, peut-être même de Bojack, spectateurs et combattants des dix-neufs autres espaces furent étonnés de la puissance que Son Gohan dégageait.

En espace 19, qui représentait l'univers des "nano-guerriers", surnom qu'ils obtinrent de la part d'un très grand nombre de gens qui ne les connaissaient pas, l'un des combattants mesurait grâce à un capteur la force de l'énergie qui semblait provenir du demi-Saiyan, et qui se répandait dans tout le stade.

— L'astéroïde tremble ? parvint à ressentir l'un des guerrier en armure.

— Le détecteur capte un gros flux d'énergie ! lui répondit, un peu paniqué, celui qui analysait chaque combattant.

En univers 4, le seul combattant présent, bras croisés, sourit :

— Ah, je vois que Son Gohan n'a rien perdu de sa force ! C'est intéressant !

Dans l'espace 17, Cell fut encore plus surpris. Voilà la force de ce Son Gohan devenu adulte ? Quelle force ! À l'époque il avait été impressionné par son niveau, quand il avait dû se suicider. Mais là, c'était encore tout autre chose !

Quant au Namek de l'univers 7 qui semblait dormir depuis que l'univers 18 était arrivé... Il ouvrit ses yeux pour la première fois, intrigué par cette puissance.

— Bra ! fit soudainement Son Gohan en se mettant face à elle, poings fermés. Si tu veux te passer les nerfs, frappe-moi. Mais ne met pas en danger notre participation... et la résurrection de Pan ! cria-t-il enfin alors que sa puissance avait encore augmenté sous l'effet de sa colère. Une colère qui faisait trembler tout l'astéroïde. Des petits morceaux du ring qui étaient tombés jusque dans l'espace 16, volaient à présent autour de Gohan et Bra sous l'effet de l'aura blanche. Même Bra avait légèrement tremblé face à l'expression inhabituelle de Son Gohan.

Elle fut comme stoppée net dans son idée de venger Pan. Elle adorait la fille de Son Gohan et Videl... c'était sa nièce... Elle voulait la venger, mais en même temps elle ne pouvait pas aller à l'encontre de son frère. Il avait raison...

— Ok... dit-elle enfin après s'être vraiment calmée, et en détournant la tête vers le sol.

Gohan resta assez en colère pour garder son aura pendant de très longues minutes. Vegetto savait qu'il ne se laisserait pas aller, qu'il résisterait à l'envie de tuer Bojack une seconde fois. Pour autant, il le surveilla tout de même, juste au cas où.

Alors que la tension retombait peu à peu, dans l'espace 18 une petite fille prenait peur. Elle aussi avait vu l'expression de son père version 16... Et elle en avait eu peur. Jamais elle ne pourrait faire quelque chose qui ferait que son père, le vrai, de son univers 18, ait cette tête-là...

À part ça, c'était aussi toute sa combativité qui avait disparue, sa joie de participer à un tel tournoi... Elle se croyait... immortelle ? Peut-être que la présence de son père et de son grand-père... de Vegeta et Uub, ou même Trunks et Goten qui pouvaient fusionner, la réconfortait trop ? S'était-elle laissée aller, à croire qu'il ne pourrait rien lui arriver ? Que s'il lui arrivait malheur, on viendrait la sauver, comme cette Kat avait été sauvée par ce Vegeta de l'univers 13, stoppant Kakarotto ? 

Pouvait-elle mourir, elle aussi ?

— Papa, je crois que je vais arrêter, dit-elle doucement. Je ne veux pas mourir aussi.

Elle se dessaisit de l'étreinte de sa mère pour regarder son père. Videl se releva, une main à sa bouche, toujours assez choquée de la mort de Pan. Sa vraie fille continua à parler à son mari :

— En plus, elle a perdu mais... Elle était beaucoup plus forte que moi... je ne suis pas au niveau pour ça.

Son Gohan regarda sa fille. Elle n'avait pas tort. Et lui aussi, une partie de lui, voulait qu'elle abandonne, qu'elle reste en sécurité. Mais en fait... Il fallait plutôt l'encourager, la rassurer :

— Pan, tu es aussi forte qu'elle si tu le veux... Vous êtes identiques. Tu pourras sûrement te transformer bientôt.

Bra profita de cette remarque pour parler un peu d'elle. Elle pensait que ça permettrait aussi de parler d'autre chose, de ne pas rester sur la mort de Pan. Ce n'était pas vraiment une mauvaise idée :

— L'autre Bra, par contre, n'est pas identique à moi. On n'a pas le même père... Et moi je ne serai jamais Super Saiyanne...

— Tu pourrais très bien l'être si tu t'entraînais, tenta Vegeta, très sérieusement.

— Ça ne m'intéresse pas. Tu as vu cette coiffure ? Et je ne veux pas devenir un tas de muscles sans cervelle comme toi et Son.

— Qu'est-ce que tu dis ? cria le Prince des Saiyans, vraiment ennuyé de cette remarque. Est-ce que sa fille le prenait pour un idiot sans cervelle depuis longtemps ?

Son Gokû lui, fut un peu amusé de ce qu'il entendit. En fait, lui n'allait pas tenter de prouver le contraire, il savait depuis bien longtemps être trop du genre à faire n'importe quoi...

Son Gohan continua de parler à sa fille.

— Tu peux abandonner à tout moment, et je ne laisserai aucun adversaire te faire du mal si le combat est fini. Tu sais, je suis certain d'être bien plus rapide que ce Vegeta-là. Et, je sais que ce n'est pas quelque chose à prendre à la légère, mais spécialement ici, un mort ne le restera pas longtemps. Ça fait très bizarre, mais on peut le prendre comme ça.

En univers 11, Babidi commençait à s'impatienter. Après la défaite de Dabra, il ne lui restait que Buu pour gagner son vœu. Attendre le deuxième tour allait être long. Mais en plus les organisateurs semblaient prendre leur temps pour réparer ce ring... et ces types-là qui pleuraient un mort...

— Quels geignards, dit-il comme si cela allait l'aider à patienter. Mon Dabra aussi est mort et je ne m'en plains pas !

À ses pieds, le démon rouvrit les yeux, lentement, et parvint à souffler :

— Je... ne suis pas encore mort !

Buu, derrière Babidi, avait été interpellé par la phrase de son maître. S'approchant de lui, il lui demanda, un énorme sourire aux lèvres :

— S'il est mort, je peux le manger ?

À bout de forces et énervé qu'on l'ignore, Dabra continua de se défendre :

— Je suis pas mort ! Arghl ! Keuff...

Alors que le démon reperdait connaissance, le ring finit par se recomposer en un seul énorme bloc. L'animateur en profita donc pour annoncer le prochain match : Tapion contre Caracoru.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk