DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 8 jours, 1h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127128129130
Partie 27 :131132133134135
Partie 28 :136137138139140
Partie 29 :141142143144145
Partie 30 :146147
[Chapter Cover]
Partie 18, Chapitre 90.

Chapitre 90

Quelques heures plus tard... Au centre de contrôle Varga, un petit oiseau baillait. Il était vraiment épuisé et attendait la relève avec une certaine impatience. En plus de grosses cernes sous les yeux, ses tympans étaient en feu.

– C'est le matin... souffla-t’il pour lui-même en regardant une horloge au-dessus de sa tête. Augmentation de la lumière... Debout, les monstres surpuissants... soupira-t’il en appuyant sur un bouton de son clavier avant de bailler une énième fois.

– Mal dormi Duckdonald ? lui fit sa relève en lui tendant une tasse de café.

– Oh ! Duckdaffy ! Les alarmes ont sonné toute la nuit... Et évidemment, personne de détecté.

– Ah bon ? fit le deuxième Varga étonné. Tu crois que des participants ont pu se balader sans être vu ?

– Non mais tu as vu leurs puissances ?! C’est évident que certain d’entre eux le peuvent ! Ils sont supérieurs aux dieux !

– C’est inquiétant non ? Si notre technologie ne peut vraiment pas les contenir, comme ce Broly...

– Si tu veux mon avis, ça pourrait vite tourner au désastre si on améliore pas nos systèmes avant la prochaine nuit !

– Arrête, tu me fous la chair de poule !

– Hé ! T’es pas au courant ? Des dizaines de Dragon Balls sont tombées sur un collègue dans la nuit !

– Tu délires ?!

– Non ! Il a ouvert une porte et la salle en était remplie ! Ça lui est tombé dessus d’un coup ! Il n’a rien vu venir !

– C’est dingue... Pourtant, je croyais qu’on ne les avait pas amené ici...

– Mais c’est ça le plus mystérieux ! Personne n’est jamais venu ici avec la moindre Dragon Ball. Et là, d’un coup, des dizaines ! fit Duckdonald avec de grands gestes.

– Mais... et comment s’en est sorti le collègue ? C’était qui ?

– L’inspecteur Docanardo... À part des bosses sur le crâne, il va bien. D'ailleurs c'est VécéCanard qui aurait dû être à sa place lors de ce tour de garde, mais il était encore aux toilettes, et c'est Docanardo qui a dû le remplacer ! Ah dis donc, je t’avoue que je préfère être mort de fatigue ici qu’écrasé par des Dragon Balls là-bas !

– Et moi donc ! répondit Duckdaffy.

– Je te souhaite bien du courage pour la suite. Moi, je vais me coucher ! déclara le premier Varga en se levant mollement de sa chaise.

Dans les gradins, la foule était presque entièrement là. Il y’avait un énorme brouhaha dans lequel on entendait des discussions à propos des précédents combats et des pronostiques pour les futurs matchs.

Après les spectateurs, ce fut peu à peu au tour des participants d’entrer en scène. Les guerriers de l’univers 19 furent les premiers à sortir sans compter les quelques combattants qui n’avaient pas bougé comme Cell. Suivirent par la suite les Kaïoshins, ceux de l’univers 2, les Saiyans de l’univers 13, Trunks “du futur”, les “pirates de l’espace”, puis les Démons du Froid, Tapion. Vint enfin l’univers 18. Goten, l’avant-dernier à sortir de l’espace intérieur, se retourna vers le couloir pour crier :

– Papa, lâche le petit déjeuner et viens !

Kulilin, qui venait de sortir de l’espace 9 avec Tenshinhan, remarqua immédiatement les Saiyans des univers 13 et 18.

– Hum, les Saiyans sont déjà là...

– Je me suis simplement trompé, quelle brutalité ! déclarait derrière lui le vieux Kaïoshin sortit de l’épée sacrée. Il cherchait encore à trouver des excuses à son comportement plus tôt.

– Un dieu ? Se tromper de chambre ? lui criait dessus Videl.Vous vous foutez de moi ?!

Derrière elle, Bulma et Trunks cherchaient à la calmer tandis que Yamcha riait dans son coin.

Dans l’espace 4, Buu apparut soudainement. Il avait visité l’univers entier pour vérifier qu’il était bien vide comme le prétendaient les Vargas: c’était bien le cas. Il n’y avait même pas de Paradis, de Monde des Morts ou de Monde des Démons. En fait, ces “mondes” dans les autres univers étaient le fruit de la vie. Sans aucune vie dans l’univers, il ne pouvait y exister un monde des morts. Tous ces mondes cohabitaient en fait ensemble, tel un vaste écosystème. Les morts du tournoi erraient donc dans l’univers, sans forme, sans conscience, sans but... Buu croisa les bras et sourit.

À l’intérieur de l’espace 14, #18 restait allongée sur un lit, les mains derrière la tête.

– Non, je ne sors pas, fit-elle en gardant les yeux fermés.

– Mais enfin ! Aujourd'hui je vais tuer Son Gokû, tu pourrais quand même venir voir !

– Je boycotte ce tournoi d'imbéciles, répondit-elle en pensant notamment à Yamcha.

#17 soupira mais s’en alla. Il espérait tout de même que sa soeur jumelle vienne voir sa victoire sur Son Gokû.

À leur tour, les participants et spectateurs de l’univers 16 se montrèrent.

– J'ai discuté avec les Kaïoshins cette nuit. chuchota Son Gohan à sa femme alors qu’ils marchaient encore devant le reste de leurs famille et amis.

– Et ils sont d'accord ?

– Je ne sais pas encore, ils y réfléchissent...

Derrière eux Piccolo avait tout entendu mais ne dit rien. Il préféra se concentrer sur Cell à sa droite.

“Il n'a pas bougé de la nuit...” pensa-t-il après que Cell eut tourné son regard vers lui.

– Pfff... pesta Bra. Y'a trop de participants, on va encore passer une journée à regarder des amateurs. C'est d'un ennui !

– Profite de ce temps libre pour entraîner un peu ta patience et ton self-control, lui répondit son père.

“On ne peut pas se plaindre tranquillement !” pensa Bra. Tout ce qu’elle voulait, c’était rabaisser les autres, mais son père en profitait pour le lui faire retomber dessus.

Self-control ? Cela faisait une journée et demi qu’elle se retenait de mettre des claques à tous ces rigolos ! C’était suffisant, non ?

– M’entraîner… Hum... Piccolo ? fit-elle au Namek qui se retourna. Tu pourrais me donner une tenue d'entraînement ? Une très très lourde ?

– Si tu veux, fit-il en se rapprochant, ravi de servir à quelque chose. Je mets plusieurs tonnes... la prévint-il.

Une nouvelle tenue la recouvrit. Elle portait maintenant un pantalon noir avec une longue ceinture et un épais pull gris. Effectivement, Le tout était lourd à tel point que le sol sous elle craqua légèrement.

– Parfait... fit la jeune fille en souriant, lévitant à quelques centimètres du sol.

Quand l’ensemble des spectateurs dans les gradins et des participants fut présent, une voix retentit tous les haut parleurs :

– Bienvenue à tous pour ce deuxième « jour » et ce deuxième tour du premier et dernier grand tournoi inter-universel !

Le public s’exclama d’une seule voix. Bra s’impatientait déjà. Une coupole volant dans les airs vint stationner au-dessus du ring. À son bord, cinq musiciens non humains avec des instruments de musique déjà portés à la bouche. Ils jouèrent un morceau du meilleur thème musical de l’univers 1.

– Allons donc ! Un intermède musical... souffla Trunks de l’univers 16.

– De la musique extra-terrestre ? fit son ami Goten.

– C'est super comme musique ! s’extasia Pan.

– C'est complètement nul... soupira Bra à côté d’elle.

– Original et rythmé... Leurs instruments à vent sont réussis ! complimenta Tapion alors que Raichi, à côté de lui, émit un grognement.

– Quels horribles sons ! On dirait le bruit d'un Glaviot qui explose ! cria Babidi, mécontent.

– On dirait cette musique affreuse que vous passez à vos réceptions, fit le roi Cold, toujours sans armure, en regardant ses fils.

– Pardon ? Ça n'a rien à voir ! rétorqua Coola en colère. Ils jouent du Figrindan Punk Symphonique. Moi, je passe du Figrindan Classique Symphonique.

– Et quelle faute de goût ! fit Freeza, ne parvenant pas à se retenir de railler son frère. Le Figrindan Classique Rythmique est largement mieux.

Cette musique particulière en effet rappelait de mauvais souvenirs aux deux Vegeta des univers 18 et 13. Car le souvenir auditif renvoyait aux rares réceptions où il était présent, entouré de ces sous-êtres incapables de se battre qui géraient l’empire de Freeza depuis leurs bureaux ! Et il était interdit de les tuer. Même quand ils lui disaient : “Oh, c’est vous le roi Vegeta ? Nous apprécions beaucoup votre travail, vous savez ! Vous ne portez plus la barbe ?”

De manière générale, l’entracte se passait bien, car c’était une musique plutôt réussie et bien jouée. Ce n’était pas de l’avis de tout le monde.

– Qu'est-ce que c'est que cette insulte ? cria tout d’un coup Buu de l’univers 4, d’une voix si forte que tout le monde l’entendit. Surpris, les musiciens s’arrêtèrent de jouer. Baddack écarquilla les yeux, se rappelant une vision qu’il avait eue lors de son combat contre Raditz :

– Hum... Est-ce que c'est ce que j'ai vu ou...?

Buu se téléporta juste devant les musiciens :

– Vous appelez ça une performance ? Une rencontre de cette taille, un million de spectateurs live et on engage ça ? C'est une insulte au monde de la musique ! Le Figrindan, ça ne se joue pas comme ça, amateurs ! Donnez-moi vos instruments !

En effet, Buu était un fin connaisseur de toutes les musiques de l’univers. Fin connaisseur mais aussi l’ultime professionnel en la matière. Tout comme il l’était sur tous les domaines existants.

– Bon, c'en est trop. J'y vais, fit le Kaïoshin du Sud en relevant ses manches.

– D'un autre côté, c'était vrai que c'était médiocre, commenta le grand Kaïoshin. Il était décidément trop permissif.

– Intervenir ? Alors qu'on va entendre Majin Buu jouer de la musique ? fit en souriant Vegetto après que Piccolo lui ait rapporté ce qu’il avait entendu de l’univers 1.

Le Namek regarda son ancien rival, effaré.

Buu tendit les bras. Il formèrent un T et s’allongèrent. De ses bras poussèrent des Mini Buu qui prirent dans leurs mains les instruments de ces extraterrestres d’une galaxie lointaine, très lointaine. Mais le dernier Mini Buu n’accepta pas l’instrument que lui tendait le dernier musicien, gêné.

– Non, toi tu joues. Tu es super bon, lui déclara le petit Buu avant de disparaître dans le bras qui raccourcit légèrement.

Encore plus gêné pour ses comparses qui le regardaient avec surprise, il remit son instrument à la bouche, se demandant ce qui allait ce passer.

Après quelques secondes, Buu commença la musique. Le dernier extraterrestre, d’abord surpris, se prit au jeu et souffla à son tour dans son instrument, trouvant immédiatement le bon rythme, les bonnes notes.

– Incroyable... quel harmonie fabuleuse ! firent ensemble Coola et Freeza.

– C'est... magnifique ! s’extasia Tapion qui avait du mal à trouver ses mots.

– C'est une révolution musicale ! Je n'ai rien entendu de tel depuis des millions d'années ! dût admettre le Kaïoshin du Nord.

Dans la salle de contrôle, un Varga était à deux centimètre du bouton de renvoi de Buu de l’univers 4. Mais il ne bougeait plus. Il fermait les yeux et écoutait avec son coeur, la larme à l’oeil, cet air épatant et plein d’émotion qui l'empêchait de renvoyer un être qui pouvait produire une telle musique.

Subjuguée, l’arène entière était transportée par la qualité de ce nouveau morceau. Même les néophytes en musique pouvaient reconnaître à quel point elle était agréable et aboutie.

– C'est pareil qu'avant, non ? demanda Gokû à son fils Gohan.

Gohan ne dit rien. Même lui, sans être abasourdi comme certains, avait tout de même remarqué la nette différence.

À la fin de la partition, le public, qui s’était complètement tût, explosa de joie et de remerciement.

– Et voilà, conclut l’homme-orchestre. Ça, c'est de la musique.

– Merci monsieur, fit derrière Buu le musicien qui l’avait accompagné. C'était une œuvre extraordinaire, bouleversante. Mais pourquoi vous m'avez laissé jouer ?

– Je sais déceler les talents, et je t'ai déjà croisé dans mon univers... depuis, tu vis en moi, ainsi que beaucoup d'autres artistes.

– Ah bon...

L’extraterrestre frissona. Entendre qu’il était excellent, c’était bien, mais qu’une copie de lui-même vivait dans le corps d’une autre créature, ça lui faisait froid dans le dos !

Buu rentra dans son espace, satisfait.

– Après cet intermède, nous déclarons le deuxième tour ouvert ! Encore une fois, nous vous remercions pour votre présence !

À nouveau, des exclamations émanèrent du public.

– La résistance et la gravité sur ring sont multipliées par dix pour ce second tour !

– Ça veut dire que maintenant c’est cent fois la gravité de la Terre, fit Gohan alors que son père le regardait.

– Cent fois ? Ça va ! Ce n’est que la gravité à laquelle je me suis entraîné avant d’arriver sur Namek !

– Papa, est-ce que je vais réussir à tenir debout ? demanda Pan, inquiète.

– Oui, sans souci. Tu es plus forte que mon père quand il est arrivé pour me sauver de Freeza. Tu t’en sortiras sans problème sous cette gravité.

“Par contre, s’ils multiplient par dix à chaque tour, et si jamais tu gagnes, je ne pourrais pas être si confiant demain...” pensa Son Gohan.

– Avant de débuter le premier match, nous aimerions demander aux participants quel serait leur voeu s’ils obtenaient la victoire ! Nous allons demander aux combattants de la première moitié de ce second tour, et nous demanderons à l’autre moitié après notre pause déjeuner !

Après quelques salves d’applaudissement, l’animateur poursuivit, alors qu’un varga violet apparaissait parmi les Kaïoshins de l’univers 1 :

– Notre journaliste Den Grimme Aelling va nous rapporter les rêves et les voeux de nos participants !

Den Grimme Aelling était un Varga plutôt âgé, une petite célébrité dans son univers. Il marchait d’un pas plutôt lent. Il prit la direction de l’univers 13 où se trouvait le premier combattant, Nappa.

– Notre premier combattant est un Saiyan de l’univers 13. Il avait vaincu son adversaire facilement au tour précédent, alors même qu’il s’agissait d’un Namek de type guerrier, fit Aelling dans son micro en arrivant devant l’espace 13. Monsieur Nappa, pensez-vous remporter ce tournoi ?

– Heu...

Le grand Saiyan chauve se gratta la joue en jetant un oeil à Vegeta. Que devait-il dire ? Il réfléchit, mais finalement Aelling changea de question :

–Quel serait votre voeu en cas de victoire ?

– Oh ça je peux répondre ! Ce serait de faire apparaître des oreilles de lapin sur la tête de Freeza ! fit le Saiyan en montrant Freeza avec son pouce.

– C’est un voeu... intéressant. Allons demander justement à votre adversaire le sien !.

Freeza était surpris et énervé par la réplique de Nappa. Quel manque de respect ! En un instant, tous les déboires qu’il avait eu avec ces Saiyans lui revinrent avant qu’il ne décide de tous les supprimer. Il n’attendit pas que le Varga violet arrive jusqu’à lui et cria :

– Qu’est-ce que ça peut vous faire ? Dégage ! On a un combat à faire !

– Hum... D’accord... fit l’oiseau à reculons. Eh bien, hum, dirigeons-nous donc à présent vers l’espace 18, où un Saiyan nommé Son Gokû a battu un de ses confrères de l’univers 10, avec, heu... semble-t-il, du vent. Quel serait votre voeu ?

– Heu... Je n’y ai absolument pas pensé... Je ne suis pas là pour le voeu... Vous savez, chez nous, des voeux avec les Dragon Balls, on en fait tout le temps ! Je vous le dirai quand je penserai à quelque chose, ou alors je le donnerai à quelqu’un.

Cela donna une idée à Tapion de l’ univers 3. Si par hasard l’univers 18 gagnait, il tenterait de plaider sa cause pour obtenir le voeu. Parmi les spectateurs, beaucoup trouvèrent cette réponse de Son Gokû noble.

– Puisque nous sommes dans l’espace 18, nous allons demander aux autres combattants gagnants de cet univers... Vegeta combattra Trunks de l’univers 12 puisqu’il a vaincu son homologue de l’univers 10 hier. Votre voeu, monsieur ?

– Rien du tout, la récompense ne m’intéresse pas. Je suis là pour me battre.

Parmi les spectateurs, c’était la joie : des guerriers qui ne s’intéressaient pas à la récompense, juste au combat. C’était pour eux un gage de qualité des matchs à venir.

– Et vous, petite fille ? demanda Aelling à Pan.

– Je... commença timidement la jeune adolescente, je ne sais pas trop si c’est un voeu mais... j’aimerais être digne de ma famille !

– C’est bien ça, très bien ! Nous vous souhaitons à tous bonne chance ! Dirigeons-nous à présent vers l’espace 14 ! Son Gokû va combattre #17. Monsieur, quel serait votre voeu ?

– Hum... j’imagine que ce serait d’avoir un moyen de pouvoir quitter la Terre... Il n’y a plus personne là-bas, on s’ennuie.

– Ah bon ? Un moyen de voyager dans l’espace ? Les voyages forment la jeunesse, et sont merveilleux ! C’est bien ! fit le Varga violet, ne comprenant pas la signification des mots de #17. Pas loin de cet espace, rendons-nous au douzième. Trunks, vous combattrez celui qui est votre père, même s’il est d’un autre univers. Quel serait Votre voeu si vous gagnez le tournoi ?

– Moi, ce sera quelque chose qui pourra aider l’humanité à se reconstruire chez moi !

– Peuf, genre ! fit Trunks de l’univers 16 en même temps que celui de l’univers 18. Moi, je sais quel voeu il ferait vraiment !

Le Varga s’était déjà dirigé vers l’univers 13 à nouveau, pour parler avec Kakarotto, mais ce dernier semblait parler tout seul à un caillou, grattant le sol dans son coin. Perturbé par cette scène que les autres Saiyans ignoraient ostensiblement, le journaliste fit comme si rien de n’était et se tourna vers le combattant suivant. Den Grimme Aelling se dirigea donc vers les univers 9, 6 et 3. À Kulilin, il demanda :

– Vous avez vaillamment vaincu un adversaire bien plus jeune que vous... Si vous terminez premier du tournoi, quel sera votre voeu ?

– Rien de particulier, mon ami. Nous sommes ici pour le challenge et la découverte.

– Encore de grands hommes ici ! Nous avons la chance d’avoir tant de guerriers avec une telle passion du combat ! Que va nous dire Tapion, que nous n’avons pas encore vu à l’oeuvre ?

– J’ai perdu mon petit frère il y a longtemps... mon voeu serait de pouvoir le revoir.

– Une fois encore, nous avons là un voeu plein de bons sentiments ! Est-ce que Bojack de l’univers 6 a lui aussi un voeu de ce genre ?

Face à la naïveté du Varga, Bojack pouffa de rire.

– Moi ? Je suis le maître incontesté de mon univers ! J’ai des planètes avec des palais dessus et des femmes dedans. Il n’y a rien que je n’ai pas déjà !

– Ah ! Donc, vous n’avez pas de voeu non plus, c’est cela ? Vous êtes là pour le challenge ?

– Ha ! Ha ! Ouais, pour casser des tronches oui ! Mais... comme voeu... peut-être que je pourrai demander comment on m’a enfermé pendant des siècles. Et surtout qui ! Je pourrai aller lui casser la gueule, eux, ou leurs descendants s’ils n’existent déjà plus.

– Oh... d’accord, fit le Varga violet un peu décontenancé.

Bojack ne savait pas que les responsables étaient les Kaïos. Les Kaïoshins de l’univers 1 se doutaient bien que c’était leurs subalternes qui avaient fait ça dans son univers. Chez eux, ils avaient directement préféré supprimer la menace Bojack. Le Kaïoshin du Sud fut chargé de s’occuper de ce gang comme il était bien plus puissant que tous ses membres. Mais, les simples Kaïos n’étaient pas assez puissants pour le battre, et avaient dû recourir à une technique “magique”. Ces derniers étaient plutôt écoeurés par le voeu de Bojack.

– Il nous reste un dernier participant à interroger, celui de univers 17. Il combattra justement Bojack tout à l’heure. Monsieur, votre voeu si vous gagnez ?

– Ce n’est pas votre problème, fit Cell en restant les bras croisés. Commencez plutôt les matchs.

Alors que Den Grimme Aelling revenait à l’espace 1, le commentateur reprit la parole :

– Maintenant que nous connaissons les objectifs de chacun, ou presque, nous pouvons commencer avec le premier match !

Dans le public, et parmi les participants au tournoi, on attendait avec impatience l’appel du premier combat : Nappa contre Freeza. C’était un combat que beaucoup voulaient voir.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu