DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 4 jours, 4h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
[Chapter Cover]
Partie 1, Chapitre 4.

Chapitre 4

Le souvenir des images des évènements de la salle de l'Esprit et du Temps accrochèrent un sourire sur le visage de Vegeta :

— Il n’y a qu’une façon de voir si tu restes le plus fort d’entre nous, Gohan !

Ce dernier lui répondit en souriant à son tour :

— Aucune chance Vegeta, je ne suis pas comme mon père, je ne me laisserai pas emporter par des mots. Je serai spectateur.

«J’espère que je serai à la hauteur de Gokû-senseï, se dit Uub, et que j’arriverai à impressionner aussi Gohan-san et Vegeta-sama».

Sentant sans doute son appréhension, Gokû posa une main rassurante sur l'épaule de son élève :

— Ne t’en fais pas. Ce sera remarquable, j’en suis persuadé, et tu t’en sortiras très bien.

Uub sentit le sang lui monter aux joues :

— Je ferai de mon mieux.

— Et pour grand-père Satan ? demanda Pan. Il n’est pas venu…

— Tu pourrais aller le voir et lui demander directement, lui proposa Gokû.

Pan se redressa avec enthousiasme :

— Tu m’accompagnes ?

— Désolé Pan, vas-y toute seule cette fois. J’ai envie d’aller voir quelqu’un avant de partir pour ce tournoi.

— Ok, bon ben, j'y vais !

— Pan attends !

Videl l’avait interpellée trop tard. Pan savait se montrer très rapide quand elle le voulait (très jeune déjà, pour éviter de se faire gronder…). Elle avait filé à toute allure vers Satan City. En temps normal, elle aurait été un peu vexée que son grand-père ne veuille pas l'accompagner, mais cette fois, elle était tout à la joie de ramener son autre grand-père.

Gohan enveloppa les épaules de Videl d'un geste plein de chaleur pour la rassurer :

— Ne t’en fais pas. Elle y sera en quelques heures... Et à cette vitesse, je ne vois pas ce qui pourrait la rattraper ! Elle ne risque rien...

La jeune femme esquissa un sourire :

— Je sais, mais ce n'est pas ce qui la dispense de demander la permission... ce n'est encore qu'une petite fille.

— À demain matin... Ne partez pas sans moi surtout ! 

Avant de disparaître à une vitesse telle que le pauvre Uub n'eut pas le temps de réagir :

— Euh ! Gokû-sen…seï…

Pan avait de qui tenir ! Son grand-père venait encore de décoller sans préavis pour une destination connue de lui seul... comme d’habitude. Combien de fois Chichi l'avait-elle vu disparaître de la maison pendant des jours, voire des semaines ? Des années même ! Depuis leur mariage, c’était rentré dans les mœurs,  Chichi s’étant finalement lassée de tempêter à  ce sujet. Après tout, il était toujours revenu… même d’entre les morts.

Bulma rompit soudain le silence qui s'était imposé depuis le brusque départ de Gokü :

— Bon, je ne viendrai pas avec vous, mais je peux faire quelque chose... J’imagine que ce tournoi ne va pas être une promenade de santé... Je vais vous fabriquer des vêtements qui puissent tenir le choc…

— Comme pour le Cell Game ? demanda Vegeta.

— Tout à fait. Ça va sûrement me prendre une partie de la nuit mais je préfère vous savoir bien équipés.

Chichi se renfrogna :

— Je n'ai pas besoin de toi pour prendre soin de mon mari ! Il a tout ce qu'il faut à la maison... Gohan ! Tu passeras prendre les tenues de ton père, il est bien capable de partir sans !

— J'y vais de ce pas.

— Attends, je viens aussi, fit Videl.

— Goten, trouvons-nous un endroit désert et isolé pour nous entraîner toute la nuit ! déclara alors Trunks subitement.

— Bonne idée ! opina son meilleur ami.

Gohan, Videl, Goten et Trunks, partirent en même temps dans deux directions différentes, et Vegeta resta le seul Saïyan...

— Tu te retrouves seul ! constata Piccolo en le regardant.

Vegeta le toisa du regard :

— Et alors ? Tu crois que ça va m'empêcher de tous les aplatir ?

Malicieuse, Bulma s'approcha pour se pendre à son épaule :

— Tu me ramènes à la maison chéri ?

Poussant un soupir, Vegeta se retourna :

— Si tu y tiens... Et toi Bra ?

— Je vais plutôt prendre une capsule et me balader à Satan City.

— Comme tu veux. Grommela Vegeta.

Tandis que Bulma, après avoir laissé une capsule d’avion à sa fille, se laissait emporter dans les bras de Vegeta, elle lui dit en resserrant l'étreinte de ses bras tout en se blottissant contre lui langoureusement :

— Tu sais, j'ai bien l'intention de profiter de notre dernière nuit avant ton départ...

— Idiote, dire ça devant tout le monde !…

Rougissant un peu, Vegeta se hâta de partir…

Kame House. Pour beaucoup, dont Bra, il s’agit d’un lieu isolé et vide d’intérêt. Pour d’autres, c’est plutôt un petit paradis chaleureux bien pratique pour se retrouver. Pour certains enfin, c'est la maison où ils vivent.

Habitant cette petite île depuis un ou deux siècles, Muten Rôshi ne passait son temps qu’à pêcher sur le dos de sa tortue Umigame, ou (et surtout) à mater sur la télévision les jolies filles faisant de la gymnastique quand il n'avait pas le nez plongé dans des magazines aux images très suggestives. Son comportement n’avait pas vraiment changé finalement depuis l’arrivée de Gokû et Kulilin, ni même quand ce dernier s’installa définitivement avec sa femme, #18, il y a de cela vingt-cinq ans.

Quand Gokû arriva sur l’île grâce à sa téléportation, ce fut pour entendre Kulilin et Muten Rôshi qui se disputaient légèrement à propos du même sujet récurrent depuis des décennies.

— Ça ne se fait pas, disait le meilleur ami de Gokû.

— Tu n’as pas d’ordre à me donner garnement, je reste ton maître et tu me dois le respect, rétorquait le vieux Kame Sennin en postillonnant.

— Ça fait longtemps que je t’ai dépassé.

— Ce n’est pas une raison ! Je reste de loin le plus âgé et rien que pour ça tu me dois le respect.

Le vieil homme se redressa soudain en voyant arriver le guerrier :

— Oh ! Gokû !

Kulilin se retourna, étonné :

— Gokû ?

Le Saiyan venait de passer l’embrasure de la porte de Kame-house, affichant, comme à son habitude, un large sourire.

— Yo, les amis, fit-il avec un geste de la main.

Muten Roshi l’avait senti arriver. Question d’habitude. Kulilin par contre, manquait parfois de vivacité. Depuis son mariage et surtout la naissance de sa fille, il n’avait plus vraiment cette attitude de vigilance permanente qui lui permettait d'appréhender son environnement pour y déceler un éventuel danger.

Muten Rôshi était tout heureux et ne se priva pas de taquiner son ancien élève :

— Qu'est-ce qui t'amènes, tu passes voir si je suis toujours vivant ?

Un large sourire éclaira le visage de Gokû :

— Pour faire simple, je vais participer à un tournoi entre univers différents, et comme ça m’a  rappelé nos premiers tournois, Je suis venu voir si cela t'intéresserait Kulilin.

Son vieil ami le regarda avec intérêt :

— Attends, attends, raconte-moi d’abord tout en détail. C’est quoi ce tournoi ?

— Moi aussi ça m’intéresse de savoir, fit Kame Sennin.

N'ayant pas trop le choix, Gokû s'appliqua donc à leur expliquer du mieux qu'il pouvait ce qu'il avait retenu de l'aventure à venir.

 Kulilin croisa les bras et réfléchit quelques instants.

— Cette idée de tournoi est vraiment intéressante ! dit le maître des tortues. Cependant le niveau pourrait bien être très élevé.

Kulilin prit un air un peu plus sérieux :

— Beaucoup trop pour moi ! Ça fait longtemps que je ne m'entraîne plus... je n'ai plus le niveau... Mais je peux vous accompagner quand même ! fit-il enfin joyeusement.

Une voix féminine résonna :

— Il n’en est pas question.

Marron venait d’arriver avec sa mère. Toutes les deux étaient vraiment mignonnes, et habillées avec style, quoiqu’un peu trop rebelle peut-être pour #18 aujourd’hui. Cependant sa beauté ne trahissait toujours pas son âge. Être un cyborg avait cet avantage là au moins.

— Papa, fit Marron, tu m’avais promis qu’on ferait les magasins, tu ne peux pas partir maintenant !

— Mais depuis quand veux-tu à tout prix faire du shopping ? l’interrogea son père.

— Depuis toujours quand c’est les soldes !

— Ah mince, j’avais complètement oublié.

Il prit un air désolé en regardant Gokû :

— J'aurais aimé venir... mais...

Gokû posa une main compatissante sur l'épaule de son ami déçu :

— T’en fais pas Kulilin, je te raconterai tout à mon retour.

— Ça devrait être au moins aussi impressionnant que le Cell Game, non ?

— Il y a des chances ! répondit Gokû avec un grand sourire tandis que Marron et #18 s’occupaient à présent de leurs affaires. J'ai vraiment hâte d’y être...

Il regarda sa main qu'il referma en forme de poing dans un geste plein de force avant de reporter les yeux sur Kulilin.

— Ça me rappelle notre tout premier tournoi tu te souviens ?

Le visage du petit humain s'illumina :

— Bien sûr... Comment oublier ça... Oh notamment la fois où...

Et durant de longues heures, les deux amis se rappelèrent le passé. Le temps passant, Gokû fut invité à manger, puis à dormir à Kame House. Muten Roshi vint se joindre à la conversation que la nostalgie prolongea fort tard...

À des kilomètres de Kame House : Satan City.

À l’opposé de l’île désertique, la ville dominait la plaine de ses hautes tours au sommet généralement arrondis. Satan City avait été nommée ainsi après la pseudo-victoire du père de Videl sur Cell, vingt-sept ans auparavant. Évidemment, seuls quelques privilégiés connaissaient la vérité. Une poignée de personnes dont faisait partie Buu.

Mais aujourd’hui, le héros de la Terre avait pris sa retraite. Il se faisait en effet de plus en plus vieux. Il se plaignait souvent d’un mal de dos d’ailleurs. Ce jour-là ne dérogeait pas à la règle. Quand Pan arriva dans sa villa en plein cœur de la ville, son grand-père demandait à Buu d’utiliser un de ses tours pour le soulager.

La petite fille lui sauta au cou. Puis sans s’arrêter de parler, elle donna tous les détails du tournoi trans-universel, s’extasiant de participer à ce genre d’évènement. Satan ne comprenait évidemment pas tout, l’histoire des Vargas lui semblait inventée de toutes pièces. Mais après tout, les histoires de Saiyans lui paraissaient toutes tirées par les cheveux, qu'ils soient noirs ou jaunes. Quoi qu’il en soit, le sourire de Pan, tandis qu'elle parlait, était révélateur de ses sentiments. Ce bel enthousiasme faisait plaisir à voir et accrocha un large sourire sous la moustache du Champion... sourire qui s'éteignit subitement quand elle en vint au but de sa visite. Un silence de quelques secondes s’installa avant que son grand-père ne parvienne à réagir.

Il se redressa vivement en portant ses mains dans son dos avec une grimace :

— Ouilloullouille mon dos ! Ça me reprend ! C’est de pire en pire ! Ahlala... ce n’est pas possible… Je crois que je ne vais pas pouvoir y aller... C'est vraiment trop bête !

Pan était décontenancée :

— Mais grand-père…

Buu avança une main vers le vieil homme, tenant dans l'autre une énorme sucette :

— C'est pas grave... Je vais m'occuper de toi...

Le regard de Pan s'illumina :

— Et toi, tu ne veux pas venir au tournoi, lui demanda Pan.

Nouveau silence. Sur le moment, Buu s’imagina vainqueur et déjà en train de faire le vœu d’avoir une galaxie de bonbon pour lui tout seul, il en souriait bêtement. Une voix le sortit de sa songerie :

— Votre livraison est arrivée monsieur.

Un serviteur, tout de blanc vêtu, venait d’entrer et s’inclinait légèrement.

— Ce sont mes bonbons ?

— Oui monsieur, trois camions de bonbons, lui confirma le serviteur.

— Yahou ! Ya hou hou !

Il parut évident à Pan qu’il ne viendrait pas non plus au tournoi finalement. Alors que Buu partait commencer à dévorer sa livraison de bonbons, Pan demanda à son grand-père s’ils n’avaient pas reçu la visite d’un robot.

— C'est donc ça... fit-il enfin après un temps de réflexion. On croyait que c’était un nouveau type de caméra ou des espions qui voulaient nous filmer. Buu l’a transformé en chocolat et l’a mangé…

Décidément, M. Buu n'avait pas fini d'étonner l’adolescente…

Au matin, Son Gokû était prêt à repartir. Il était pensif, le regard perdu dans l'immensité de l’océan quand Kulilin le rejoignit pour l’encourager une dernière fois, accompagné de #18.

— Au fait, il y a une récompense ? demanda la cyborg.

— Je crois que c'est un vœu par l'intermédiaire des Dragon Ball... lui répondit le Saiyan.

Kulilin leva un regard étonné sur sa femme :

— Tu serais intéressée ?

Souriante, elle se détourna d’abord en fermant les yeux.

— J’ai déjà tout ce qu’il me faut.

Pour revenir déposer très délicatement un baiser sur la joue de Kulilin avant de retourner dans la maison, laissant derrière elle un petit homme dont la pudeur venait d'embraser les joues d'écarlate.

Avec un grand sourire, Gokû porta deux doigts sur son front en regardant son ami :

— À bientôt...

Kulilin lui sourît en levant un pouce vainqueur à son intention :

— Je te fais confiance... tu vas gagner !

L'image du large sourire plein de confiance de Gokû réchauffait encore le cœur de Kulilin alors que son ami avait disparu en un instant.

Il était environ dix heures du matin quand le sanctuaire de Dende, Kami-sama de la Terre vît son calme habituel perturbé. Gohan et Videl étaient arrivés quelques minutes plus tôt, en volant  lentement. Le semi-Saiyan aujourd'hui scientifique portait une valise contenant quelques vêtements, pour lui, son frère Goten, et leur père.

Arrivés chez Dende, ils discutèrent tranquillement, en marchant un peu pour patienter.

L'arrivée de Bulma et Vegeta les étonna... le Prince des Saïyens s'était fait conduire par sa femme alors que d'ordinaire il ne montait jamais en avion.

Vegeta fut le premier à sortir de l'appareil avec sa mine des mauvais jours et les bras croisés. Bulma apparut immédiatement après lui en l'invectivant... une petite mallette grise à la main. 

— Vegeta ! Je te rappelle que tu as ça à prendre ! Je ne vais pas faire la porteuse pour toi...

— On n'en a pas besoin !  gronda le Prince des Saiyans.

— Vegeta ! aboya la femme aux cheveux bleutés (pour cette fois, vu qu'elle alternait souvent les colorations différentes et coupes à la mode), pour le rappeler à l'ordre.

Il céda subitement en grognant avec une mimique de contrariété :

— Donne-moi ça !

Cette dispute en public l'embarrassait et il savait combien Bulma était têtue...

Il avait attrapé la valisette contenant les capsules que Bulma avait préparé, d'un geste  brusque, qui fit sursauter Bulma... pour aussitôt se diriger d'un pas vif vers le fils de son plus grand rival.

— Gohan, j'ai une mission pour toi, lui dit-il une fois arrivé près de lui.

Gohan était un peu surpris.

— Quoi ?

— Occupe-toi de ça, ordonna Vegeta, en lui collant la mallette dans les mains.

— Vegeta ! cria Bulma plus loin derrière, qu'est-ce que tu fais ?

— Ce gamin ne participe même pas, rétorqua Vegeta en se retournant vers sa femme, mais cette fois en parlant calmement. Il peut porter ça !

— Ve - Ge - Ta !

Gohan passa la main dans l'anse de la mallette pour la prendre.

— Laisse Bulma, ça ne me dérange pas je t'assure...

Bulma était dépitée.

— Mais voyons Gohan...

— Tu es toujours trop gentil, résuma Piccolo derrière son ancien élève.

Gohan répondit par un sourire et un haussement de sourcil pour acquiescer.

Désireux de changer de sujet, Vegeta grommela à voix haute :

— Trunks n'a pas intérêt à essayer de se défiler !

La voix grave et posée de Piccolo résonna avec ironie.

— Il est là depuis longtemps avec Goten ! Ils sont partis prendre un bain...

— Ah bon, s'étonna Bulma. Pour une fois qu'il est plus matinal que son père...

— Il n'a sûrement pas eu une nuit aussi.... 

Vegeta s'interrompit brusquement... réalisant que l'explication de son réveil tardif risquait fort de le mettre dans l'embarras... il conclut rapidement après un léger grognement :

— J'ai rien dit.

— Voilà les Vargas, informa Piccolo en levant yeux tandis que ses courtes antennes frémirent.

Tous les guerriers levèrent ensemble la tête pour regarder le vaisseau des Vargas et Nameks atterrir...

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk