DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 3 jours, 10h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123
[Chapter Cover]
Partie 25, Chapitre 123.

Chapitre 123

Uub resta assis par terre, ébahi par la situation. Il ne parvenait pas à saisir l’ampleur de l’événement : il avait réussi à gagner contre un Majin Buu bien plus fort que celui contre lequel il s’entraînait, et ce même s’il n’était pas parvenu à lui tenir tête en terme de puissance ou de confrontation directe. Toujours sonné par le souffle qui l’avait fait chuter précédemment, il tenta non sans mal de se relever. Il avait été au-delà de ses capacités pour tenir son adversaire enfermé dans sa cage ensorcelée : le Kaiôken maximal l’avait vidé de toutes des forces. Majin Buu, quant à lui, se grattait la joue, un air indéchiffrable sur le visage. Uub se crispa, craignant une potentielle crise de colère du minuscule être rose qui flottait à quelques centimètres de lui, mais ce dernier se contenta de dire :

– J’ai perdu ? Tant pis. C’était un combat très rigolo, et j’ai bien aimé être une pastèque ! Je me suis beaucoup amusé avec toi, j’espère qu’on se battra encore un jour !

– Merci, répondit Uub souriant bien que toujours tremblant, toi aussi, tu es extraordinaire ! Tu sais, dans mon univers, nous nous battons très souvent, tu es mon partenaire d’entraînement, et je n’arrive jamais à avoir le dessus sur toi ! J’espère devenir suffisamment fort pour te donner un défi à ta hauteur !

– Oh oui, oh oui ! s’extasia le Djinn en tapant dans ses mains. Et puis on s’amusera à se transformer en bonbons et à essayer d’avaler l’autre ! Oui !

Le sourire du garçon se transforma en grimace, l’image se formant dans son esprit. Cependant, cette ambiance de camaraderie n’était certainement pas au rendez-vous de l’espace 11 où le Kaiôshin de l’Est venait de relâcher Babidi, visiblement fou de rage, sous le regard menaçant du Kaiôshin du Sud et celui alerte de Dabra, en position de combat, se mordant la lèvre. Le Kaiôshin de l’Est lança un regard sombre à l’encontre du sorcier, et lui dit d’une voix sourde :

– C’est terminé, Babidi. Majin Buu et Dabra ont perdu, tu peux quitter cette arène dès maintenant. Si tu souhaites rester et contempler les combats, soit ! Mais nous t’aurons à l’oeil, me suis-je bien fait comprendre ?

– Grrr…, grogna Babidi, les poings serrés et tremblant de colère, je ne peux que m’incliner. Mais n’oublie pas, dieu pitoyable, je suis Babidi, le plus grand des sorciers ! Et un jour, je finirai par régner sur tous les mondes existants !

– Si tu comptes sur Buu, s’interposa le Kaiôshin du Sud, rappelle-toi que notre Grand Kaiôshin et Gast ont soumis l’autre Buu, qui est des centaines de fois plus dangereux que ton combattant. Fais ce que tu veux dans ton univers, nous ne nous interposerons pas. Mais tente l’une de tes manoeuvres dans ce tournoi, et je ne me contenterai pas de l’expulsion, maudit sorcier. Te voilà prévenu !

Les deux divinités quittèrent l’espace de l’univers 11, non sans jeter un dernier regard d’avertissement au magicien secoué de spasmes colériques. Après leur départ, celui-ci cria mentalement à son subordonné :

“Buu, reviens immédiatement ici, c’est un ordre ! Fais ce que je te dis, ou je t’enferme dans ta bulle ! Et tu n’en ressortiras plus, fais-moi confiance !”

Le Djinn perçut la communication qui lui était destinée, et grogna de mécontentement. Il tourna le dos à son incarnation d’un autre monde et s’envola vers son espace, non sans faire un dernier geste amical de sa main à Uub, qui sourit en le voyant s’éloigner.

À son tour, il se dirigea vers son espace où ses compagnons l’attendaient avec impatience. Ayant à peine atterri, il fut entouré par tous ses amis qui le harcelèrent de questions :

– Quel combat ! C’était incroyable !

– Comment tu as fait pour utiliser la magie ? C’était génial !

– Tu es devenu vraiment fort, Uub ! Tu es devenu un grand combattant !

– Ce n’était que temporaire, bredouilla ce dernier, les joues rouges. Je n’ai pas été capable de vaincre vraiment Buu. Comme l’a dit Piccolo tout à l’heure, celui-ci était bien plus puissant, j’ai seulement pu utiliser les règles à mon avantage, et encore, je ne pensais pas qu’il percevrait ma ruse de la sorte. Ce Buu est aussi plus intelligent.

– C’est vrai que c’était assez étrange, admit Gokû. En tout cas, tu peux être vraiment fier quand même ! Tu t’es bien débrouillé malgré l’écart de puissance entre vous ! Mais.. pourquoi tu ne l’as pas détruit ? Il semble qu’il ne lui restait qu’un morceau, tu aurais pu en finir !

– Eh bien… malgré le fait qu’il soit sous les ordres de Babidi et soit toujours empreint de sa partie maléfique, ça demeure Buu… De ce que j’ai entendu dire de Satan et Piccolo, il a tendance à pencher pour le bien, il n’est pas mauvais au fond. Cela n’aurait pas de sens de le détruire, il peut devenir quelqu’un de gentil comme le nôtre.

– C’est une manière de voir les choses, le coupa Vegeta. Je pense surtout que tu étais trop épuisé pour vaporiser ce dernier morceau. Ta vague déferlante était énorme et a annihilé une grande partie de Buu. Mais, même s’il te restait de l’énergie, ça n’aurait pas été suffisant pour en finir. Ta dernière stratégie était bien pensée.

Uub baissa la tête, gêné par ce compliment de Vegeta, qu’il admirait autant que Son Gokû. Il était rare que ce grand guerrier vante les qualités de quelqu’un: ces paroles étaient la preuve que l’ancien prince des Saiyans le voyait comme un adversaire valable, digne d’être affronté et de se battre à ses côtés.

– Bien parlé, Vegeta ! s’exclama Gokû, enjoué. Allez Uub, le tour suivant, ce sera à nous, et je ne te ménagerai pas ! Je me battrai sérieusement, ce sera l’occasion de passer au niveau supérieur ! Je m’ennuie un peu depuis le début du tournoi, même si ma confrontation avec Freeza m’a plutôt surpris !

Uub déglutit : il venait de prendre conscience qu’il allait affronter son maître au prochain combat. Même s’il s’y attendait, il venait de comprendre que cet affrontement serait son ultime épreuve avant de pouvoir se considérer comme un vrai combattant, protecteur de la Terre. Quand il avait vu son maître et Vegeta se battre dans la Salle de l’Esprit et du Temps, il avait été subjugué par la puissance émanant de ces deux éternels rivaux, et ils n’étaient qu’au niveau 2 ! Il n’avait jamais été confronté au niveau 3 de son professeur, et il ne doutait point qu’il cachait certainement des ressources supplémentaires, avis qu’il portait également sur Vegeta. Il était presque sûr qu’il perdrait contre Gokû, mais il disposait désormais de nouveaux atouts lui aussi et, quitte à subir une défaite, il offrirait un digne combat à son maître et le forcerait à tout donner contre lui.

Dans le stade, la voix d’un commentateur Varga résonna :

– Le ring est en train de se reformer. Dans quelques instants, le prochain combat pourra avoir lieu ! Un peu de patience !

– Hum, dit Vegeta en allant s’adosser contre le mur près de l’entrée du couloir, ça va être à moi après. Je vais me faire un plaisir d’écraser ce Kakarotto factice. Au moins j’enchaînerai avec un adversaire de taille, que ce soit le grand monstre de fumée ou Cell. Les choses vont enfin devenir intéressantes.

Il regarda Gokû, un rictus sur les lèvres que lui rendit son vieil ami et rival par un sourire. En effet, ces deux-là attendaient plus que tout de pouvoir livrer un duel acharné à pleine puissance: ils étaient impatients de découvrir ce que l’autre avait réservé pour cette rencontre tant attendue.

Dans les appartements de l’univers 11, l’atmosphère était tendue. Babidi tapait le sol du pied furieusement, sous le regard inquiet de son subordonné du monde démoniaque qui ne disait mot, tandis que Majin Buu était tourné vers le mur, les bras dans le dos, tout aussi silencieux. Il était “puni” et devait rester au coin et avait ordre de réfléchir à sa lamentable défaite. Le sorcier fit plusieurs fois le tour se sa boule de cristal, pestant et jurant, sortant les mêmes invectives :

– C’est inacceptable ! C’est de la triche ! Buu aurait dû gagner, il était clairement plus fort ! Et d’où ce gamin est capable d’utiliser la magie comme ça ? Fichus Dieux, ils vont voir ce qu’ils vont voir. Fini de jouer maintenant ! Je reprends le contrôle de la situation comme j’aurais dû le faire dès le début ! Tous ces cloportes seront soumis à mes ordres, ou ils seront détruits !

Il se tourna vers sa boule cristalline, tendant les mains au-dessus du verre miroitant, et émit des ondes psychiques qui firent apparaître les images des différents appartements dans le globe de verre. Il sourit, satisfait.

– Mes pouvoirs magiques passent sans problème à travers ces murs ! s’exclama-t-il. Hi hi hih, un par un, vous allez tous m’appartenir !

– Le mal est très présent ici, Maître, lui fit remarquer Dabra. C’est une armée d’élites que vous allez pouvoir construire. Je vous suggère de commencer par Vegetto, il est le plus fort de tous, et il ne me paraît pas très honnête. Je sens des vices en lui.

– Non, imbécile, répliqua sèchement Babidi. Rappelle-toi Vegeta, il ne m’obéissait pas, il était hors de contrôle. Je dois éviter de m’en prendre à une de ses versions alternatives, dont ce Vegetto, même si je sens une grande confusion et une tendance à la folie en lui. C’est beaucoup trop risqué et, dans le pire des cas, tout le monde mourra, nous y compris. De plus, la plupart des univers sont remplis de bons samaritains. À croire que les mauvaises actions se perdent de nos jours ! Je ne sens même plus le mal dans le Vegeta de l’univers 18 ! Ce genre de constat me débecte. Bon, on va essayer de se faire discrets pour le moment. Je vais dissimuler la marque du Majin, le temps de rassembler une majorité de combattants sous mon contrôle.

Tandis que le sorcier partait d’un rire sardonique et cruel, accompagné du rictus moqueur de Dabra, Majin Buu frappait le mur auquel il faisait face du pied avec désinvolture et inattention, comme s’il ne s’en rendait pas compte. Entendre Babidi fomenter de mauvaises actions commençait à l’énerver passablement. D’après ce qu’il avait entendu du garçon qu’il avait affronté, son alter-ego vivait avec une personne qui l’aimait, un ami. Entouré de bonbons et vivant dans une atmosphère agréable, il menait une belle vie. Certes, Babidi l’avait libéré de son cocon, mais ce dernier le traitait avec mépris et autorité, sans une once de respect pour lui. À ce rythme, il finirait par craquer, mais la peur de retourner dans sa prison était constamment dans son esprit, la terreur qu’il avait éprouvée dans la cage magique pendant le combat en était la preuve. C’est alors qu’il se souvint de ce que l’autre Buu avait fait quelques temps auparavant…

Dans l’un des appartements de l’univers 3, le grand roi démon Piccolo était assis au centre de la pièce, en position de tailleur, les mains sur les jambes. Une forte aura négative émanait de lui, imprégnant la pièce d’une sombre atmosphère. Le Namek maléfique grinça des dents.

– Alors, comme ça, tu crois me ronger de l’intérieur, hein, Kami-sama ? Tu penses pouvoir faire de moi quelqu’un de gentil, aux petits soins avec ces stupides humains ? C’est pour ça que tu t’es volontairement laissé absorber, alors que je ne te laissais pas le choix ? Mais tu ne me connais pas alors ! Je suis le Mal, moi ! Je suis indépendant ! Je…

La fin de sa phrase resta en suspens. Le Namek plaqua ses mains sur son crâne, gémissant, en proie à une vive douleur qui l’assaillait soudainement. Une présence obscure s’était insinuée dans son esprit et s’accaparait le moindre recoin de son âme. Les fibres de son être qui étaient empreintes d’une pure lumière blanche, bastions de la bonté qui effectivement combattaient le Mal dans le corps du Namek, s’effondrèrent devant la puissance de la sorcellerie qui s’abattait sur eux, les recouvrant d’une malfaisance hors normes. Les muscles du Roi Démon se tendirent, les veines apparentes, alors qu’une aura de plus en plus sombre émanait du Namek. Ce dernier, haletant, dit :

– Je… je suis à vos ordres… Maître.

Dans l’univers 11, Babidi s’exclama, satisfait :

– Bien, et d’un ! Apparemment, personne n’a l’air de se douter de ce qui se passe, on va pouvoir continuer. Dans peu de temps, les choses vont enfin commencer à être intéressantes !

Une vingtaine de minutes s’étaient écoulées depuis la fin du combat précédent, et les différents participants patientaient et discutaient, parlant du combat auquel il venait d’assister ou encore de ceux à venir. Dans l’espace 17, Cell alla s’adosser lui aussi contre le mur, à proximité de Vegeta. Sans le regarder, Cell dit :

– Alors, ce sera toi ou ce faux Son Gokû que j’affronterai au prochain tour. Ne me déçois pas, Vegeta, c’est contre toi que je souhaite me battre. Je veux voir de quoi tu es capable de mes propres yeux, pour le plaisir de t’écraser ensuite. J’espère au moins que tu es du même niveau que Gohan quand il s’est énervé il y a quelques temps, sinon notre combat n’en vaudra pas la peine.

– Humph, souffla Vegeta. Tu sembles sûr de toi, c’est tout à ton honneur. Mais je ne suis plus le même qu’à notre premier affrontement, je ne ferai pas l’erreur de te sous-estimer. Et, crois-moi, cette fois ce sera à ton tour de regretter de m’avoir provoqué. Gagne déjà ton combat, on en reparlera après.

Cell grogna. Il devait sa métamorphose à Vegeta. Et au fond de lui, il se sentait poussé de lui accorder un combat dans lequel il lui révélerait l’étendue de ses capacités qu’il avait acquis et renforcé pendant ces deux décennies. Il était presque certain de sa victoire, mais un doute subsistait malgré tout : il percevait en Vegeta des ressources cachées qu’il ne pouvait cerner, et qui attiraient son attention autant que la puissance de Gohan qui lui aussi l’intriguait. Il avait hâte de se mesurer à Vegeta pour voir de quoi il en relevait. Qui sait, cela lui serait probablement utile pour s’améliorer lui-même.

Une voix résonna dans le stade :

– Le ring est désormais opérationnel. Le prochain combat peut maintenant avoir lieu. J’appelle Vegeta de l’Univers 18 et Kakarotto de l’Univers 13 ! Veuillez entrer sur la surface de combat !

Vegeta s’écarta du mur et se mit à avancer, suivi du regard perçant de Cell qui le fixait sans sourciller. Il continua de marcher jusqu’au rebord, ne prêtant pas attention aux encouragements que lui prodiguaient Uub, Goten et Trunks. S’arrêtant devant le muret, il resta silencieux pendant quelques secondes, puis dit d’une voix forte :

– Pan ?

– Ou.. oui ? répondit la fillette d’une voix hésitante.

– Regarde attentivement ce combat, continua l’ancien prince des Saiyans. Quand tu auras le niveau, tu pourras aussi relever ce genre d’obstacle. Sois concentrée, apprends, et ne détourne pas le regard, quoi qu’il arrive.

– Oui, s’exclama Pan, déterminée. Explose-le Vegeta ! Montre-lui qui tu es !

Ce dernier s’envola, le bras tendu, et le pouce en l’air, un sourire aux lèvres qu’il ne montrait pas. Gokû lui aussi souriait : Vegeta avait réellement à coeur de former lui aussi sa petite-fille, partant au combat pour lui donner confiance et courage. Il savait que Vegeta ne perdrait pas, et ne décevrait pas la jeune Saiyanne.

De son côté, Kakarotto s’avançait aussi, silencieux. Son Vegeta l’interpella :

– Tu t’es vanté de pouvoir démolir mon alter-ego. Je vais me délecter avec plaisir de la raclée que tu vas prendre. Tu n’es qu’un pathétique Saiyan de niveau 1, et ton adversaire a accès au niveau 2. Va donc, et souffre pour mon bon plaisir.

– Hé hé hé… ricana Kakarotto, l’air sombre. Tu veux du spectacle ? Tu en auras, et tu pourras le voir aux premières loges ! Et quand j’en aurai fini, ce sera à ton tour de pleurer…

Sans laisser le temps à Vegeta de réagir, il s’envola rapidement en direction du terrain, alors que les Saiyans le regardaient faire, estomaqués. Était-il vraiment capable de faire face à un adversaire aussi redoutable, et de le vaincre ?

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk