DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 6 jours, 12h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120
Partie 25 :121
[Chapter Cover]
Partie 21, Chapitre 103.

Chapitre 103

Vegetto n’était toujours pas revenu. Ça faisait une vingtaine de minutes déjà et toujours aucun signe de lui. L’univers 16 commençait à s’impatienter. Et s’il ne revenait jamais ? Pouvait-il exister quelque chose qui puisse retenir indéfiniment l’invincible Vegetto ? Voire le vaincre ? Plus le temps passait et plus l’idée germait dans les esprits des protagonistes de l’univers 16.

Légèrement anxieuse, Bra commençait à taper du pied, bras croisés sous sa poitrine. Elle gardait malgré tout un air sévère. Buu de l’univers 4 semblait en savoir plus... Et ce XXI n’était pas facile à approcher. L’attente était-elle vraiment la seule solution ? Si elle en savait plus, elle serait parti le chercher elle-même !

Mais pour le moment, elle allait devoir prendre son mal en patience comme le lui avaient dit Gohan et Piccolo… Juste encore un peu.

Dans l’univers 18, l’humeur était plus joyeuse, voir peut-être un peu trop désintéressée pour certains.

– Hey, les enfants, vous êtes prêts pour votre combat ? demande Son Gokû à son fils Goten près de lui.

– Hein ? C’est à nous ? Mais Trunks est allé draguer dans le public ! lui répondit-il, paniqué.

– Dépêche-toi donc d’aller le chercher avant qu’on annonce votre combat, imbécile ! hurla presque Piccolo, encore décontenancé par la révélation que lui avait faite son vieux rival et ami Gokû sur Arale.

Dans les gradins, Trunks jouait les séducteurs auprès d’une mignonne humanoïde blonde, dont les traits étaient très ressemblants à ceux des humains si ce n’est des oreilles rondes et creuses… et deux antennes se terminant par un oeil sur la tête, permettant une vision à trois cent soixante degrés. Elle semblait fondre sur place :

– Eh oui, c’est bien moi qui participe, lui disait le dragueur avec un grand sourire.

– Oh oui, j’ai adoré votre combat ! Vous avez l’air si fort avec votre épée !

Trunks perdit son sourire. Une épée ? Il n’avait pas souvent tenue d’épée dans sa vie… Comprenant l’allusion, il baissa la tête et souffla :

– Euh… Non, ça c’est l’autre…

– Ah bon ? commenta timidement la jeune femelle qui semblait déçue . Alors dégage de là ! hurla-t-elle alors que ses cheveux devenaient rouges et piquants, que ses dents s’allongeaient en pointes, et que d’autres petits pics mortels poussaient sur ses bras. Une horreur !

Goten, qui venait de trouver son ami, le sortit de là rapidement. Le prenant par le bras, il l’entraîna loin de la femme désabusée et colérique qui avait complètement perdu son calme. Il ne leur restait que peu de temps pour fusionner. D’une seconde à l’autre, le ring pouvait être libre…

Dans la tour de contrôle, les Vargas finissaient les ultimes vérifications :

– Tout à l’air en ordre avec le ring… Il semble avoir repris sa place normalement, aucune défaillance du système de gravité. Nous pouvons y aller.

L’animateur Varga jeta un coup d’oeil à un Namek qui lui fit un signe approbateur. Il alluma alors son micro :

– Et maintenant, Gotenks de l’univers 18 contre Nekomajin de l’univers 2 !

Tandis que Nekomajin s’envolait doucement, Goten et Trunks, encore dans les couloirs, s’arrêtèrent pour jeter un coup d’oeil aux environs… La voie était libre. Personne en vue !

– Fuuu… sion !

Un jet de lumière émana des deux personnes qui n’en devinrent qu’une. Elle disparut ensuite pour atterrir lourdement sur le ring.

– Ta-ta-ta-da ! sifflota le guerrier Gotenks, expulsant à vitesse grand V de gros morceaux de ring gris dans les airs. Oh, Super Gotenks ! Mais pourquoi le ring se brise-t-il sous vos pieds ? dit-il lui pour lui-même en prenant une pose de groupie complètement hypnotisé par son idole, les mains jointes, le corps légèrement penché en avant, des étoiles dans les yeux… Mais Vraiment ! Des étoiles dans les yeux, littéralement !

De par la magie de la persistance rétinienne et de la super vitesse du guerrier il y avait deux Gotenks : l’un aux cheveux noirs et violets clair et un autre aux cheveux dorés qui se pavanait avec de grands airs de vainqueur, un doigt levé haut au-dessus de sa tête :

– Ha ha ha ! C’est parce que…

Il se désigna à nouveau du pouce en prenant une posture que beaucoup qualifieraient d’exagérée :

– Même un ring de 100G est trop faible pour le grand Gotenks !

Dans les espaces de l’univers 16 et 18, Gohan commenta :

– Il n’y a pas de rapport direct entre la solidité et la gravité, voyons…

– Il veut dire qu’il est grave trop lourd, oui ! rétorqua Bra de l’univers 16 en serrant les dents.

– Alors, vous voyez comme vous avez l’air con, fusionnés ? fit-elle encore à Goten et Trunks de son univers, pratiquement menacante de les corriger pour cela.

Goten, en première ligne se pencha vers l’arrière tout en se protégeant de ses bras. Derrière lui, Trunks se recroquevillait un peu et souffla courageusement :

– Euh… Je le trouve bien, moi…

Il jeta à nouveau un oeil sur Gotenks. Il avait les deux poings serrés et pointés en l’air, le regard dirigé vers l’immensité spatiale.

– Ha ha ha ! Quelle classe ! Je me suis entraîné en regardant les dvd de Satan ! pensa fièrement Gotenks en gardant la pose quelques secondes pour les spectateurs.

– Non mais c’est clair... Il fout la honte !

Bra de l’univers 16 se retourna vers la voix, celle d’une fille qu’elle connaissait très bien (tout en ne la connaissant pas). Il s’agissait de son homologue de l’univers 18.

– Heu... qu’est-ce que tu fais là, toi ?!!

– Bah, c’est pas ici la tribune pour dire du mal de Gotenks ? fit-elle innocement. Chez moi, Gokû lui trouve toujours des excuses, ça m’énerve...

– Non mais enfin…

Arrivant à l’instant derrière sa fille, Vegeta de l’univers 18 fit :

– C’est ici qu’on dit du mal de Gotenks ?

– Non mais c’est pas un moulin ici ! cria Bra 16, exaspérée.

– Vous aussi vous en avez marre de Gotenks ? intervint subitement Buu de l’univers 4, venu rendre visite à son tour à l’espace 16.

– Mais… c’est quoi ce délire… souffla Bra.

À l’espace 18, il ne restait que Piccolo et Gohan pour balancer quelques piques à l’encontre de Gotenks. Goku était le seul à trouver ce guerrier sympathique, jusqu’à ce que quelqu’un se joigne à eux :

– C’est ici qu’on dit du bien de Gotenks ? Je l’aime bien ce petit !

Gohan le reconnut : il s’appelait Akira Toriyama.

Sur le ring, Gotenks continuait de garder la pause. En fait, il entendait les spectateurs l’acclamer, scander son nom. Du moins le pensait-il. Car dans tout ce brouhaha, la majorité des commentaires l’incitait à commencer le combat au plus vite.

Enfin, il baissa les bras et se retourna avec une certaine classe tout en demeurant le plus sérieux possible. Une allure mature qu’il perdit immédiatement. En effet, devant lui se tenait son adversaire : un chat en train de dormir sur le ring, formant une boule, sa queue l’entourant. Il ronflait, ou plutôt il ronronnait.

– Hey ! Le combat a commencé ! lui cria Gotenks qui n’aimait pas être ignoré.

Bien sûr, il aurait pu l’attaquer et gagner facilement ou du moins avoir un net avantage. Mais il était vexé que son adversaire ne se soit pas intéressé à sa théatrâle entrée. Il voulait lui mettre la misère loyalement.

Le chat se releva, fit quelques étirements en baillant, puis se tourna vers Gotenks :

– Tu étais tellement ennuyeux que j’ai commencé à méditer.

– Tu méditais pas du tout ! cria encore le guerrier fusionné qui, cette fois, s’en moquait éperdument de la loyauté. Subis ma colère ! fit-il en frappant Nekomajin d’un uppercut qui l’envoya haut dans le ciel.

Loin au-dessus du ring, Gotenks réapparut pour réceptionner le chat, qui n’avait pas encore repris ses esprits. Il lui asséna un nouveau coup de poing qui l’envoya s’écraser avec force sur la surface de combat.

Gotenks atterrit, dos au cratère fumant, le sourire aux lèvres.

– Hum, tu es très fort… fit une voix derrière lui.

Il se retourna pour voir Nekomajin se relever sans la moindre difficulté, ni la moindre blessure.

– Je sais comment te vaincre ! Moi aussi je vais fusionner ! déclara la créature en se pointant à son tour d’un doigt, et montrant un large sourire.

– Hein ?

Gotenks était surpris. Il ne connaissait pas grand-monde capable de fusionner ! En fait, à part les Nameks comme Piccolo, on lui avait bien parlé de Vegetto qu’il n’a jamais vu jusqu’à hier, mais sinon, Goten et Trunks était les seuls… Et puis surtout… Avec qui Nekomajin allait-il fusionner ? Il commençait déjà à faire la danse Métamol... seul sur le ring !!

– Mais… Tu fusionnes avec qui ? Une mouche ? demanda Gotenks, suspicieux.

Prout.

“Prout ? Il a pété ma parole ?!”

– Ha !

Gotenks s’était fait avoir ! Au cas où, il avait eu l’idée d’intervenir pour empêcher cette fusion étrange de se produire, mais ce “prout” l’avait surpris et l’avait décontenancé assez de temps pour permettre au chat de terminer la danse.

Il s’était fait avoir comme un bleu ! Et pour couronner le tout, le résultat de la fusion apparaissait devant lui !

– C’est quoi ça ?

Nekomajin avait perdu la moitié droite de tout son corps. Il tenait sur une seule jambe, le poing gauche serré. Une forte aura l’entourait, des éclairs parcouraient son corps. Cette exacte coupure toute propre et verticale de son corps tenait de l’impossible !...

– Ha ha ha ! Je suis à demi beaucoup plus puissant ! fit Nekomajin avec un demi sourire...

Il avait un regard à demi confiant. Il était clairement à demi beaucoup plus sûr de gagner maintenant. Il était aussi à demi plus concentré qu’avant.

Et il attaqua.

Surpris, Gotenks se prit le premier coup de poing en pleine figure, mais l’assaut s’arrêta là. Nekomajin avait bougé comme s’il attaquait ensuite du poing droit… Mais il n’en avait plus ! Du coup, il tourna bêtement sur lui-même devant son adversaire.

Gotenks recula d’un pas, serra les dents, et se tint prêt. Comme Nekomajin se posait sur le ring sur son seul pied apparent, il sembla vaciller, déséquilibré. Le guerrier résultant de la véritable fusion Métamol attaqua. Son pied fendit l’air et toucha le chat au niveau du flanc. Le demi-chat s’envola sur le côté. Gotenks enchaîna en le rattrapant vite, mais lorsqu’il tenta un coup de genou, Nekomajin disparut…

Pour réapparaître dans son dos. Il frappa de sa tête, envoyant Gotenks contre le ring. Il se releva immédiatement mais déjà Nekomajin était sur lui. Un combat au corps à corps s’engaga, et malgré la disparition d’une moitié de lui, Nekomajin semblait avoir l’avantage.

“Bordel ! C’est quoi ce mec ?”

Les deux guerriers se séparèrent et s’éloignèrent de quelques mètres. Gotenks se remit en position de défence. Nekomajin souffla. Il était à demi prêt quand il dit :

– Tu vas goûter de mon…

Une pause. Gotenks attendait la suite. Elle ne fut pas satisfaisante :

– Oh non ! Je suis droitier ! Je ne peux pas lancer mon Nekohameha comme ça !

“C’est… du délire…” pensa Gotenks sans réagir.

– Bon, tant pis pour la fusion…

D’un coup, sous sa volonté, la “fusion” avec le vide s’estompa. Nekomajin récupéra son corps en entier, dont son bras droit préféré.

– Tout ça pour ça ? fit Gotenks avec colère. C’était un spectable absurde et écoeurant ! À moi maintenant !

Gotenks en avait vu assez. Avant d’être à nouveau surpris, il souhaitait attaquer. Légèrement énervé, il sortit de derrière sa ceinture un objet qui tenait dans la main. Il s’agissait d’une capsule qu’il activa. Il ne la jeta pas. L’explosion résultant de l’activation fut très petite et peu bruyante. La fumée se dispersa de la paume de Gotenks pour révéler l’objet qu’il contenait : un tout petit cylindre noir avec une petite chaîne et un cercle.

Nekomajin, surpris et sur ses gardes, demanda :

– Qu’est ce que c’est... un porte-clé ?

– Exact ! Mais pas seulement !

Baissant les bras, le chat bleu demanda encore :

– Mais... pourquoi tu l’as mis dans une capsule alors que c’est encore plus petit qu’une capsule ?

– La ferme ! C’est pour l’entrée ! Tu es foutu, Nekomajin ! fit-il enfin en pointant le porte-clé vers le chat, à cinq mètres devant lui.

Un petit clic se fit entendre. Gotenks avait appuyé sur un minuscule bouton sur le porte-clé. Un point rouge apparut devant le chat à tout juste cinquante centimètres de ses pieds. Il regarda la petite tâche ronde qui ne bougeait pas.

– C’est un laser ? Et alors ?

Gotenks agita un peu son bras… Et Nekomajin fixa sans en détourner le regard le point qui se déplaçait sur le sol.

Puis Gotenks continua ses mouvements. Et Nekomajin continuait de tourner la tête pour ne pas perdre de vue le point rouge. L’esprit du félin s’embrouillait. Son adversaire connaissait donc son point faible ? Ou bien était-ce une simple coïncidence ? Quoi qu’il en soit, il résistait au mieux face à cette attaque. Il devait lutter pour ne pas céder à son instinct animal !

”Je ne céderai pas !” pensait-il en son fort intérieur.

Mais il finit par craquer !

Poussant un miaulement, il sauta toutes griffes dehors sur le point lumineux. En vain. Celui-ci continuait à bouger ! Nekomajin poursuivit ses tentatives. Encore et encore, pendant de longues minutes, jusqu’à ce qu’il paraisse essoufflé.

“Enfin ! Je commençais à fatiguer du bras moi !” pensa Gotenks.

– Ça y est ! Il est presque cuit ! Et maintenant, pour le grand final...

Il prit une grosse inspiration, puis souffla à plusieurs reprises, laissant à chaque fois échapper une espèce de vapeur blanche planant dans l’air, avant de prendre la forme d’une créature bien particulière.

– Super Chibi Ghost Kamikaze Deadly Attack !

Les petits fantômes n’avaient pas de jambes. Ils avaient la tête de Gotenks, ils étaient six, tous petits, et chacun faisait des grimaces à Nekomajin, lequel déclara encore essoufflé :

– Et alors ?

Gotenks sourit. Il venait d’avoir une idée cosmique des plus exceptionnelles !

– À l’attaque ! fit-il, permettant à un de ses fantômes de filer vers le félin, en rase-motte sur le ring.

Le fantôme passa juste à côté du chat bleu qui se contenta de le regarder, les poings sur les hanches. Mais le ghost repassa dans l’autre sens en poussant des petits cris aigus. Et, il réitérait ça encore et encore... À chaque passage, l’esprit de Nekomajin s’embrouillait.

Son adversaire connaissait donc réellement son point faible ? Ou bien était-ce à nouveau une simple coïncidence ? Quoiqu’il en soit, il tentait encore de résister au mieux face à cette attaque. Il devait lutter une seconde fois pour ne pas céder à son instinct animal ! Il ne voulait pas, il ne fallait pas !

– Une même technique ne marchera pas deux fois ! déclara t-il, plein de sueur. Non clairement ! Une même technique ne marchera… Une même techni… Une…

C’en fut trop. Poussant un miaulement, il sauta toutes griffes dehors sur le fantôme qui ne parvint pas à l’éviter. La morsure était puissante, le spectre parut avoir très mal. Il explosa.

– Yeah ! fit Gotenks avec un signe de la victoire d’une main. Finish Him ! cria-til ensuite à ses autres fantômes.

Ils foncèrent dans l’explosion et explosèrent à leur tour. A chaque déflagration, on entendait distinctement un miaulement de douleur.

Gotenks rit de bon coeur : la victoire était sienne. Mais alors qu’il éxultait d’un “C’est gagné ! “, il sentit deux mains ou plutôt deux pattes se poser sur chacune de ses épaules...

– Bravo mon pote ! fit une première personne à sa droite.

– T’es trop fort ! fit l’autre à gauche.

Gotenks les regarda tour à tour, surpris. C’étaient des copies de Nekomajin, mais tout blancs, et sans jambes...

– Euh… Vous êtes…

– On est l’attaque Super Fantômes Suicidaires du Vent de Chat Magicien !

– Euh… Et donc vous, vous explosez pas ?

– Oh ! On a oublié ! s’exclama l’un d’eux.

L’énorme explosion qui s’ensuivit pulvérisa une bonne partie du ring et éblouit les trois quarts des spectateurs.

Face à la nullité crasse de la logique de combat et la simplicité avec laquelle Gotenks se laissait avoir, sa demi-soeur d’un autre univers ne se contrôlait plus :

– Vous êtes trop nazes ! hurla Bra de l’univers 16 à Trunks et Goten en leur assénant des coups de pieds aux fesses

– Mais c’est pas nous ! se défendit Goten en fuyant les coups.

– Si ce n’est toi, c’est donc ton double d’une autre dimension !

– Pour nous, ajouta Bra de l’univers 18, qui approuvait l’attaque de sa presque-homologue, ça ne fait aucune différence.

“Et dire que c’est mon fils… C’est indigne de moi…” pensa Vegeta.

“Je les ai absorbés pour la puissance, je les ai absorbés pour la puissance, je les… raaah ! C’était quand même limite un mauvais plan ! J’ai vraiment eu du génie d’avoir absorbé Piccolo en même temps !” pensa Buu.

Sur le ring, Gotenks semblait en mauvaise posture. Il avait la moitié du corps enfoncé dans le ring ce qui le mettait à l’envers. Seules ses jambes dépassaient.

– Ha ha ha ! C’est la fin pour toi ! fit Nekomajin qui ne présentait, lui, absolument aucune séquelle des explosions qu’il avait subi.

En bas, à l’espace 2, un jeune garçon aux cheveux longs et à l’allure sauvage prenait les paris avec les autres membres de son univers alors que les Vargas commençaient le décompte.

– Dix mille sur Nekomajin ! dit Senbai Norimaki en tendant des billets.

– Je mets vingt mille contre Gotenks !

– Et moi cinq mille sur Nekomajin !

Tout le monde misait donc sur le félin. Cela allait de soit.

– C’est bon, tout le monde a parié ? demanda l’intéressé depuis le ring.

– Ouais ! souffla l’enfant en regardant avec avidité le pognon qu’il avait entre ses petites mains.

Derrière lui, les parieurs eurent un moment d’hésitation. Qu’est-ce que cela pouvait-il bien signifier ? Mais il ne restait que dix secondes avant la victoire de Nekomajin. Et même si Gotenks se relevait avant, il allait être battu, c’était une évidence !

– Alors… j’abandonne, déclara subitement le chat bleu.

– C’est de l’arnaque totale ! crièrent les parieurs désabusés alors que Nekomajin rentrait déjà dans son espace.

– Victoire de Gotenks de l’univers 18 ! déclara par obligation l’animateur Varga au micro.

Gotenks se releva péniblement, couvert de blessures. Il se força à sourire et tendit une main pour présenter à nouveau le signe de la victoire :

– I’m invincible !

– Idiot ! déclarèrent en même temps Bra de l’univers 16 et celle de l’univers 18 depuis l’espace 16. Tu as mis une minute pour te relever ! C’est pas une victoire ! Et encore moins être invincible ! Abruti !

Gotenks sembla surpris par ce commentaire. Pour la première fois, il sembla réellement comprendre quelque chose.

À l’espace 2, certains menaçaient le gamin accompagnant Nekomajin de recevoir une fessée s’il ne leur rendait pas leur argent issu du pari truqué. Ayla, la sauvage des Temps Anciens, qui accompagnait Chrono, Magus, Lucca et Robo, brandit sa massue. Elle marchait d’un pas déterminé vers le fourbe félin avec la ferme intention de lui fracasser le crâne.

Senbai Norimaki n’était pas content non plus. Et pour récupérer son argent, il avait une solution simple : son chronomètre ! Il avait en effet fabriqué cet objet qui, une fois activé, permettait de stopper le temps ! Avec ça, il lui suffisait de s’approcher du garçon, de reprendre l’argent, d’aller se cacher, et de faire reprendre au temps son court normal.

Alors que l’enfant le regardait avec un sourire en coin, le docteur ricana, prenant son air idiot qui le caractérisait. Il activa sa montre avant de tendre la main vers la poche de l’enfant. Étrangement, cela ne sembla pas fonctionner, puisqu’il crut voir le garçon sortir de derrière son dos un chronomètre identique. Et, l’instant d’après, sa propre main qui touchait quelque chose de moelleux. Ce quelque chose appartenait à la plastique irréprochable de la belle et sauvage Ayla, que la surprise avait paralysé. Elle toisa avec circonspection le docteur, qui, lui, était partagé entre les sensations de peur et de plaisir.

Après un bref instant où personne ne bougeait, ni même ne prenait pleinement conscience de ce qu’il s’était vraiment passé, une goutte de sueur coula sur la tempe d’Ayla… qui poussa un cri et frappa l’obsédé avec sa massue. Le jeune garnement ricana. Le chapardeur savait pour le chronomètre ! Il l’avait subtilisé et remplacé par un faux !

Une fois l’argent donné à Nekomajin, le garçon rendit l’objet à Senbai qui se massait le crâne. La fille blonde qui avait parié vingt mille s’approcha alors :

– Tu dois rendre l’argent. C’est malhonnête ce que vous avez fait. Tes parents ne t’ont pas appris qu’il ne fallait pas faire des choses pareilles ?

– J’en ai pas, fit le gamin.

– Ho ! Je suis désolée !... Ce pauvre enfant a été abandonné, ou ses parents sont morts...

– Pas du tout. J’en ai juste pas. L’auteur m’en a pas encore donné.

– Hein ? fit Marle. Bon, c’est fini les bêtises ! Rends-moi ça, sinon on te frappe !

– Enfin, fit Lucca, tu ne vas pas frapper un enfant !

– Moi non... j’ai dis “on”. Je suis sûre que quelqu’un ici pourra s’en occuper. Tiens, toi le diablotin ! C’est très maléfique de frapper cet enfant. Oseras-tu le faires, ou n’es-tu qu’un gentil garçon ?

– Quelle manipulatrice ! soupira la grenouille géante qui à l’évidence faisait parti de ce groupe.

– Ah ah ah ! Rétorqua Belzebuub ! C’est vous qui êtes idiots d’avoir participé à ce pari ! Vous avez toutes mes félicitations, vous deux !

Un patrouilleur galactique nommé Jaco apparut alors de nulle part.

– Puisque nous avons tous perdus, on devrait peut-être rentrer chez nous ? proposa-t-il.

Belzebuub accepta immédiatement :

– Oui, ils se prennent trop au sérieux ici !

– Cela fera moins de personnages à dessiner ou à gérer les dialogues, pas bête, déclara Toriyama.

Un guerrier aux cheveux bleus chuchota à Shu, l’enfant qui savait invoquer un dragon bleu à partir de son ombre :

– Dis-donc, celui-là... Il était pas avec nous au début du tournoi ! dit-il en parlant de Jaco.

– Ouais... on dirait qu’il est apparu subitement et que ça dérange personne !

– Ouais, à croire qu’il n’existait pas au début de ce tournoi et que là... il existe !

– Je suis d’accord, répondit Magus, non pas au guerrier et à l’enfant, mais à ce patrouilleur galactique. Rentrons. J’ai cherché dans le public, mais elle n’y est pas.

– Qui ? demandèrent une demi-douzaine de personnes.

– Ni la soeur, ni la mère, hips, précisa Robo le robot encore sous les effets du biberon d’Arale.

Magus inclina la tête. À côté de lui, Chrono avait la mine triste. Lucca, sa meilleure amie, le réconforta :

– On les retrouvera. Rentrons avec les autres, on prendra un nouveau vortex ensuite.

Deux minutes plus tard, l’une des rares inventions utiles de Senbai, Time Slipper (une machine spatio-temporelle aux allure de réveil pour enfants), demanda :

– Bien, tout le monde est là ? Que les absents lèvent le doigt !

Comme il n’en vu aucun, il lança la procédure de départ. Tous les personnages de l’univers 2 se retrouvèrent sur une espèce de tapis volant, à voyager à travers un tunnel psychédélique pour rentrer chez eux. Tous ? Non ! Un dernier personnage avait été oublié...

– Bonjour, Hi hi ! J’ai eu du mal à me lever ce matin !

C’était Mary Sue. Belle, gracieuse (enfin tout, quoi !), elle venait de sortir du corridor des appartements de l’espace 2.

– Bah, vous êtes où ?

Il ne restait rien ni personne dans cet espace. Même le Varga chargé de s’occuper de cet univers était déjà parti prendre une aspirine. D’ailleurs, personne ne faisait déjà plus attention à cet espace. Tout le monde avait déjà les yeux rivés sur le ring qui se reconstruisait en vue du prochain combat.

Gotenks était déjà rentré dans l’un des appartements. Il ne s’était pas attardé auprès de ses amis et sa famille qui pourtant le félicitait. Enfin, pour la majorité… Il était seul, au milieu de la pièce silencieuse. Il réfléchissait, tout en serrant les dents et les poings.

Puis la fusion s’estompa, révélant deux jeunes hommes, têtes baissées. Ils pensaient à la même chose.

Eux qui possédait cette technique des Métamols, eux qui pouvaient devenir un guerrier extraordinaire... En réalité, ils étaient les grands perdants ! Leur adversaire avait été meilleur. Pire que ça, il avait nargué l’incroyable Gotenks, alors même qu’il avait perdu la moitié de sa force. Il avait survécu sans problème à leur plus puissante attaque, pourtant si dévastatrice qu’elle avait fait mal à Majin Buu en personne, vingt ans plus tôt et alors qu’ils étaient moins forts qu’aujourd’hui !

Si Nekomajin n’avait pas abandonné pour une question d’argent… le tournoi aurait été terminé pour eux ! Gotenks aurait subi les remarques de Bra et de Vegeta. Un commentaire de Piccolo, voir même de Gohan. Et les encouragements de Son Gokû, bien que sincères, ne lui auraient pas remonté le moral.

Gotenks passait le deuxième tour sans gloire. De plus, leur prochain adversaire allait probablement être Buu. Ils n’avaient pas pu l'éliminer à l’époque et aujourd’hui il était bien plus puissant encore. Cela se ressentait.

Comment vaincre Buu si Gotenks perdait même contre quelqu’un d’inconnu et d’allure franchement pas balèze ? Même avec deux idées qui avaient superbement fonctionné, il n’avait pas vaincu son adversaire.

Et contre Buu ? Aucune idée ! Rien ne pouvait l’atteindre ce gars ! Rien à part quelqu’un comme Vegetto !

– Vegetto ! soufflèrent en même temps Goten et Trunks en se regardant…

– N’avait-il pas une technique, qui à elle seule avait pu détruire Buu, dans son univers ? poursuivit Trunks tandis que Goten acquiesçait.

– Il faut lui demander de l’aide ! conclut Goten. Nous devons vaincre Majin Buu !

— >Merci à Kame-boy pour sa contribution à l'écriture de ce chapitre !

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk