DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 8 jours, 23h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120
Partie 25 :121
[Chapter Cover]
Partie 24, Chapitre 120.

Chapitre 120

Dans l’appartement de l’univers 14, les jumeaux cyborgs se levèrent de façon synchrone. Une fois préparés, ils sortirent de leur chambre et arrivèrent en même temps dans le salon de l’appartement. Leur table était déjà garnie d’un important et luxueux petit déjeuner.

Et assis sur l’une des chaises, se tenait... le parasite cyborg de cet autre univers !

– Le petit-déjeuner est servi ! annonça Yamcha de l’univers 9.

– Eh bien, que le serveur s’en aille ! dit sèchement #17.

– Pas question, répondit Yamcha. J’ai décidé de fonder un groupe d’échange de paroles pour anciennes victimes de Gero. #16 n’a pas pu venir, mais il a un mot de sa maman.

#17 avança brusquement vers la table pour donner un effet menaçant. #18 resta sur le pas de la porte de sa chambre. Mais cela n’avait pas d’effet. Il avait vu cet insupportable garçon dominer sa soeur au tournoi. Même si #17 se targuait, peut-être à tort, d’être plus fort qu’elle, il n’avait pas les moyens de faire peur à ce Yamcha: ils le savaient tous les trois.

– Sa maman, continua l’invité indésirable, en découpant du pain, c’est Trunks. C’est-à-dire mon fils.

Les deux androïdes de l’univers 14 ne comprenaient rien à ce qu’il racontait.

– Et oui, j’ai un fils... Nous sommes assez humains pour enfanter. Et toi ma chère, tu as une fille dans l’univers 16. Et le 18. Là-bas, vous avez fait un trait sur le passé et vous y vivez heureux. Je tiens ça d’un type très sympa quand on le connaît, malgré ses origines Saiyannes.

#17 était maintenant juste à côté de la table. Il serrait les dents.

– Ne voudrais-tu pas connaître le bonheur d’avoir un enfant ? dit Yamcha en se tournant vers #18, posant sa question aussi innocemment que s’il lui avait demandé le nombre de sucres dans son café.

#18 ouvrit de grands yeux choqués par la question. Mais avant qu’elle ne rétorque quoi que ce soit, son frère balaya la table d’un violent coup de main, projetant cette dernière contre Yamcha.

– Assez !! cria-t-il.

Yamcha stoppa la table d’une main et attrapa au vol de l’autre une bouteille de jus qui allait se renverser. Tout le reste de nourriture et la dînette volèrent dans tous les coins de la pièce.

Nonchalamment, #18 donna quelques pichenettes par-ci par-là, pour dévier la tasse vide et les deux petits pains qui lui fonçaient dessus. Quand elle releva les yeux, elle remarqua que l’expression de Yamcha était soudainement changée.

– Ta vitesse de réaction... dit-il en fronçant les sourcils.

– Quoi ? répondit-elle ennuyée, avant d’ouvrir à nouveau de grands yeux.

Yamcha avait sauté de sa chaise et se jeta sur elle, le poing levé. #18 fit un pas sur le côté mais Yamcha changea immédiatement son attaque et frappa vers elle. Elle leva ses deux mains et réussit à stopper le poing de leur invité indésirable qui n’attaqua pas davantage.

– Tu es beaucoup plus forte qu’hier, constata avec étonnement l’ancien cyborg de l’univers 9. Comment ça se fait ?

– Je ne vois pas de quoi tu parles. Tu ferais mieux de partir d’ici.

– Tu es rapide et forte... un peu... comme neuve ! Comme si tu avais eu droit à une maintenance durant la nuit !

– Mais alors tout ce que tu nous as dit hier, fit #17 qui était derrière lui - il s’était jeté à la suite de Yamcha lors de son attaque et avait stoppé aussi son mouvement. Ça ne compte plus ? Nous sommes aussi forts qu’avant ?

– Non. Pas toi, seulement elle.

#17 tressaillit.

– Que…?!

– Ton amie a été réparée et rechargée. Pas toi. Tu n’as pas changé.

Yamcha ne savait pas que les cyborgs de cet univers étaient frère et soeur.

Le frère serra les dents de jalousie. Peu lui importait la cause, il avait été ignoré ! Yamcha, lui, décida de reprendre la main la situation :

– Je vais être honnête, mademoiselle #18... Même avec ta force originelle , tu n’as aucune chance dans ce tournoi. Et au final, dans de nombreuses années, tu auras à nouveau besoin d’une maintenance. En bref, cet étrange événement ne change rien à ce que je vous ai dit. Donc si, ça compte.

– Tu es bien embêté, rétorqua #17. Je vois surtout qu’il y a ici quelque chose de bien plus efficace que toi pour nous aider. Je vais le trouver et tout ira pour le mieux pour nous. Tu peux t’en aller.

– Hum... Attends... fit sa soeur. Alors comme ça, tu dis, nous avons de nouveau la même force, toi et moi…

– Notre force cybernétique est de nouveau équivalente, oui.

– Très bien, alors je vais pouvoir reprendre notre combat. #17, garde la porte.

– Sérieusement ? dit son adversaire avec étonnement. Tu veux qu’on se batte ? Dans cet appart ?

– Non... Je veux te tuer !!

Elle avait crié son dernier mot et l’avait accompagné d’un puissant coup de pied circulaire vers Yamcha. Ce dernier s’était jeté en arrière et mis en position de défense. #17 se jeta vers la porte tout en se préparant à attaquer Yamcha dès que celui-ci serait trop concentré sur sa soeur.

#18 sembla avancer vers Yamcha mais elle fit soudainement un pas de côté et se tourna vers le mur. Tendant son bras, elle attrapa au passage une armoire et continua sa rotation avec le meuble léger comme une plume. Elle le lança à pleine vitesse devant elle. Puis s’envola à sa suite.

Ce piège était fort grossier pour un guerrier comme Yamcha. Il ne para pas l’armoire et la laissa traverser son corps comme une brise. À la place, il envoya un coup de poing bien placé sur son adversaire cachée derrière dont il arrivait facilement à suivre et deviner la position exacte. La combattante s’écrasa de l’autre côté de la pièce.

– Tu ferais mieux de t’arrêter là. Vraiment. Je connais mon corps de cyborg bien mieux que vous, je l’ai entraîné au maximum.

Pour toute réponse, les jumeaux s’élancèrent sur lui.

Yamcha soupira et les reçut comme il se doit. Il attrapa le poing tendu de #17 au vol et le fit tourner autour de lui plusieurs fois avant de le lancer sur sa jumelle qui ne put l’éviter, s’écrasant tous les deux contre le mur au fond de la pièce. Sans attendre, ils se redressèrent. Enragés, ils s’élancèrent à nouveau sur le cyborg ennemi qui ne fit pas un geste. Sans se déplacer, il esquiva chacun des coups de ses adversaires, parant certains d’entre eux, pour qu’ils se rendent compte par eux-même de leur faiblesse évidente. Irritée, #18 saisit la table et la lança sur #17 qui l’attrapa au vol et la jeta sur Yamcha, la faisant voler en éclat pour le distraire. Ce dernier stoppa tous les débris d’une seule main tandis que #18 se téléporta derrière lui, les mains jointes au-dessus de sa tête pour assommer le cyber-terrien et en finir une bonne fois pour toutes. Mais Yamcha, expert du combat, se téléporta à son tour derrière elle et lui asséna un puissant coup de coude dans sa nuque, la mettant momentanément hors-course. Ce fut la goutte de trop pour #17 qui déploya son énergie dans une violente aura. Elle souffla l’intégralité de la pièce, détruisant les meubles et fissurant les murs. Il tenta une dernière offensive qui se solda cette fois-ci par un fulgurant coup de pied dans les côtes qui lui coupa le souffle, le mettant à genoux. Lassé, Yamcha croisa les bras, attendant que les deux jumeaux récupèrent.

Il ne restait plus un seul objet non détruit dans l’appartement. Les deux assassins déchus s’étaient relevés à nouveau, comptant sur leurs énergies qu’ils croyaient infini. Ils ne ressentaient aucune fatigue mais le désarroi les envahissait. Ils le sentaient bien, qu’ils avaient perdu déjà dix fois contre leur équivalent d’un autre univers.

– Arrêtez donc de penser que vous battre résoudra tous vos problèmes. De toutes façons le tournoi va commencer. Arrangez-vous et allons-y. Je vous attends dans le couloir. Tsss !

Yamcha sortit en claquant la porte derrière lui. #17 n’avait pas osé essayer de l’en empêcher: il avait été objectivement beaucoup moins bon que #18 pendant l’affrontement.

Dans le couloir sombre, l’ancien voleur repenti, et cyborg réhabilité, s’appuya contre le mur. Il croisa les bras et souffla.

– Je suis vraiment nul comme assistante sociale... Mais ce combat était très fun, hé hé hé...

Dans l’appartement des Saiyans de l’univers 13, Kakarotto était si gai qu’il semblait psychologiquement stable. Six yeux hagards et atterrés par son discours le suivaient sans rien dire, trop déprimés pour réagir.

– Ah ! Quelle belle journée ! Je suis en pleine forme, prêt pour un massacre ! Heureusement que je suis là pour porter notre univers au top niveau, sinon on serait vraiment ridicules !

Vegeta fronça les sourcils et réprima un grognement.

– Ne t’inquiète pas, Vegeta. Je te vengerai ! Tu as été bien nul, mais on te garde quand même.

Raditz préféra ne pas intervenir et choisit l’intelligente stratégie de repli, en s’éloignant subtilement du centre de la pièce.

– Il est tout grognon depuis qu’il a été mort ! Allez, tu pourras m’appeler Empereur Kakarotto si tu veux !

L’aura de Vegeta explosa et en un instant, il était en Super Saiyan de niveau deux. D’une seule main, il écrasait déjà sur le sol son meilleur ennemi, qui lui était passé en Super Saiyan de niveau un.

Kakarotto résistait de toutes ses forces, mais même avec son pouvoir maximum, il restait largement inférieur à la transformation de niveau supérieur qu’utilisait Vegeta.

Ce dernier continua à projeter son énergie en maintenant Kakarotto au sol. Dans une décharge de lumière qui sembla durer une éternité, il hurla et soudainement les traits de son visage avaient changés, et ses cheveux devenus incroyablement longs.

La main de Vegeta s’éloigna du corps de Kakarotto mais elle dégageait une énergie si puissante qu’il ne pouvait se relever pour autant. Satisfait de son écrasante supériorité, Vegeta dit :

– Pendant que tu tombais amoureux et que tu frappais une enfant, j’ai combattu une population entière et quelques ennemis qui t’auraient réduits en charpie ! Seul le hasard du tirage te fait durer plus longtemps, et c’est pour le plaisir de te voir démembré devant des millions de spectateurs que je vais laisser passer ton arrogance sans la moindre égratignure... Ton humiliation sur scène n’en sera que plus totale... D’ailleurs je crois savoir que ton prochain adversaire porte mon nom. J’ai eu le temps de ressentir sa force lors de l’attaque de la boule de gomme. Et je ris d’avance d’être aux premières loges pour te voir te faire massacrer par moi-même. Toi qui n’a jamais dépassé le niveau un ! Hors de ma vue à présent !

Kakarotto redevint bougon et une fois libéré de son emprise, se leva et s’en alla vers la porte. Il marmonnait assez distinctement, mais sans vraiment le savoir. Les autres étaient habitués à le voir parler à personne, même entouré.

— Il sait pas, Vegeta. Mais je suis plus fort qu’il le pense... J’ai eu une vision cette nuit et j’ai bien mieux que son niveau deux ou trois ou quatre... Il va voir... Il va voir !

Dans le salon de l’appartement de l’univers 11, comme à son habitude, Majin Buu tournait les aliments posés sur la grande table en diverses sucreries qu’il avalait goulûment, sous le regard médusé de son maître. Le Varga qui leur était assigné et qui avait apporté ce déjeuner si soigneusement préparé sortit de la pièce, les larmes aux yeux. Babidi aurait habituellement réprimandé son serviteur pour ses actes toujours aussi enfantins. Exceptionnellement, Il n’en tint pas rigueur: son protégé allait après tout disputer un nouveau match. Il était certain que son Majin Buu l’emporterait, et ne souhaitait pas le brusquer. Il susurra, euphorique :

– Tu es bien parti pour gagner, hein mon Buu ?

– Oh oui ! répondit le Djinn, parlant avec difficulté du fait de sa bouche pleine. Et je penserai bien à toucher le ring juste avant d’attaquer l’autre !

– Hein ? dit le sorcier, stupéfait. Oui… en effet, tu as bien compris.

Dabra, assis dans un coin de la pièce, était perplexe. C’était bien la première fois qu’il voyait cette masse de guimauve saisi d’un éclair d’intelligence. Il avait un mauvais pressentiment, tandis que son maître était toujours ébahi, mais satisfait.

Pendant ce temps, à l’écart du bâtiment principal, une forte effervescence régnait à l’intérieur du vaisseau des Démons du Froid. Le prince Freeza et le roi Cold allaient en effet combattre des adversaires impressionnants, connus pour être des guerriers légendaires: les Super Saiyans. Beaucoup de soldats étaient inquiets. Que se passerait-il si leurs souverains venaient à connaître la défaite ? Seraient-ils les victimes de leur courroux dévastateur ?

Freeza était réveillé, le regard tourné vers l’extérieur à travers le hublot de sa chambre. Le technicien à qui il avait confié la tâche de retrouver la trace de Ginyû entra timidement et posa un genou au sol derrière Freeza, attendant que son maître lui adresse la parole. Pendant un instant, un silence glacial se fit sentir. Le soldat tremblait. Puis, le Démon du Froid éleva la voix :

– Où en sont les recherches ? A-t-on retrouvé ce scélérat ? Quel corps a-t-il emprunté ?

– Le… le capitaine Ginyû demeure encore introuvable, monseigneur, bégaya le soldat d’une voix mal assurée. J’ai écumé la base de données et j’ai réduit la liste des potentiels suspects. Dans les jours à venir, j’aurai certainement localisé son réceptacle actuel.

Freeza ne répondit pas, le technicien ne pouvait voir l’expression de son visage. Soudain, la queue du Démon fendit l’air dans un claquement sec, fissurant le sol à quelques centimètres de la recrue terrorisée. Il susurra d’une voix douce et cruelle :

– Continue tes recherches. Dès que tu l’auras trouvé, préviens-moi aussitôt. Mais je te conseille fortement de ne pas échouer, ou tu subiras la pire des tortures.

Le soldat se prosterna, transpirant à grosses gouttes, et se retira silencieusement. Freeza demeura immobile quelques minutes, puis sortit de la pièce en direction de la salle où le repas se déroulait. Ginyû n’était pas sa préoccupation principale pour le moment. En entrant dans la salle, il remarqua que son père, assis au centre de la table impériale, avait les yeux fermés, bras croisés, tandis que son frère semblait mal à l’aise à côté de lui. Il s’installa de l’autre côté et commença à se sustenter. Coola brisa le silence qui commençait à se faire pesant :

– Je ne pense vraiment pas que nous gagnerons ce tournoi, dit-il d’un ton exaspéré. J’ai été vaincu par un Super Saiyan, et vos adversaires semblent être encore plus forts. Pourquoi ne pas profiter des combats pour trouver un moyen de localiser les Dragon Ball ? L’attention étant portée sur les affrontements, nous pourrions plus facilement…

– Non, rétorqua Cold d’une voix forte. Je vaincrai aisément cette petite sotte. Ces singes ont un goût prononcé pour les défis, n’est-ce pas ? Il me suffira de la provoquer pour qu’elle n’use pas de sa transformation. Sans cette dernière, ils serviront à peine d’apéritif. De plus, je lui réserve une petite surprise…

Un rictus sadique se forma sur son visage, sous le regard estomaqué de Coola qui se demandait comment lui-même n’avait pas songé à cette idée. Son frère, lui, avait écouté d’une oreille attentive la suggestion de son père, qui était loin d’être saugrenue, et songea à un ancien événement qui avait eu lieu quelques décennies plus tôt auquel il avait rêvé cette nuit, qui pourrait tourner cette information à son avantage…

Après que tout le monde se soit nourri et préparé, les combattants entrèrent dans leurs espaces respectifs, tandis que des gradins s’élevait un brouhaha indescriptible. Les Vargas et les Nameks prirent place à leurs postes, inconscients des événements nocturnes qui s’étaient déroulés précédemment. Dans l’espace des Dieux, Buu était toujours fermement scellé dans la main du Grand Kaïoshin, ce qui rassura les autres combattants.

Cell était déjà en place, prêt à combattre. Il avait perçu quelque chose d’étrange durant la nuit, mais n’y avait guère prêté attention. Ses pensées étaient focalisées sur son prochain adversaire: ce dénommé Tapion qui avait à ses ordres une bien étrange créature. Il ne doutait pas de l’emporter, loin de là, mais il espérait avoir un semblant de challenge. D’autant qu’il connaissait la faiblesse de son adversaire, son invocateur... S’il voulait s’entraîner, il devrait l’obliger à invoquer sa créature pour mieux l’abattre. Il sourit d’un air vicieux et tourna son regard vers l’univers 3 d’où venait de sortir ce mystérieux vieillard sur sa boule en verre, ainsi que le guerrier à l’épée qui lui jeta un vif coup d’oeil, inquiet. Il espérait profondément que sa révélation de cette nuit lui permettrait de venir à bout de cet être mystérieux et surpuissant, sans que lui-même ne soit réellement affecté. Il était conscient d’être faible et fragile face à un adversaire de cette envergure.

Dans l’espace réservé à l’univers 18, Uub jeta un regard sur l’espace de combat et s’étonna :

– Hé, le ring n’est plus là ?

Ses compagnons se tinrent droit, tout aussi surpris. Des spectateurs pointaient l’arène du doigt, se demandant avec excitation et prudence quelle nouveauté leur était désormais réservée. La voix féminine d’une Varga se mit à résonner dans tout le stade :

– Bonjour à tous, et bienvenue au troisième tour du tournoi inter-universel ! Comme vous vous en êtes certainement rendus compte, le ring change de nouveau. Il s’agit maintenant d’un disque au sol !

– Quoi ? s’exclama Son Gokû dans l’univers 18. Un disque, où ça ?!

Il s’avança près de la barrière et se pencha en avant, intrigué, pour vérifier. En effet, le sol de l’astéroïde servait désormais de surface de combat, un gigantesque ovale qui permettrait des combats plus espacés et donc plus spectaculaires. Les spectateurs applaudirent à cette idée.

– La gravité est encore multipliée par dix ! continua la Varga. De plus, le mur de protection invisible change également. Il a une forme cylindrique, et n’est actif que pendant les combats !

Les cris de joie des spectateurs retentirent de plus belle. Les participants allaient pouvoir s’en donner à coeur joie, et livrer d’intenses affrontements.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk