DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 6 jours, 5h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127128129130
[Chapter Cover]
Partie 26, Chapitre 129.

Chapitre 129

– Alors c’est le moment, murmura Tapion. Je suis prêt…

– Si tu montes sur le ring sans l’aura d’Hildegan, c’est la mort assurée, le prévint Raichi, qui le regardait s’avancer. La gravité est bien trop grande pour toi. Et ce n’est pas un vieillard miniature que tu affrontes, as-tu pensé à ce que tu allais faire ?

– Oui, répondit Tapion en souriant. J’ai réfléchi à quelque chose durant la nuit, ça devrait fonctionner.

– Bonne chance alors, dit Raichi en esquissant un bref sourire d’encouragement.

Tapion tourna son regard vers le centre de l’arène, où Cell s’était posé, les bras croisés, et lui aussi le regardait. Il attendait tel un prédateur l’entrée de sa proie dans son terrain de chasse, tous ses sens à l’affût. Cell ne souhaitait pas vaincre ce jeune homme dès le début, il allait simplement le mettre à l’écart à sa façon et se donner à coeur joie avec l’énorme créature qui était sous son contrôle. Le vieux Kulilin ne lui avait absolument rien fait, et bloquait avec difficulté ses attaques. Mais lui était bien plus fort, bien plus rapide, bien plus… parfait. Pour bien le faire comprendre, il allait utiliser les atouts que lui offraient ses innombrables cellules.

Du côté de Tapion, ce dernier était un peu réticent à l’idée de mettre en oeuvre son idée, mais c’était la seule solution pour qu’il ait une chance d’emporter ce combat. Il joignit ses mains devant lui et, tendant ses index près de ses lèvres, il chuchota :

– Enveloppe-moi de ton aura… Sois libre de te déchaîner contre notre ennemi, que ta colère anéantisse les obstacles, et me préserve de tout danger…

Tout en poursuivant son invocation, un vent violent se forma autour de lui, soulevant la poussière, dégageant une forte énergie. Cell écarquilla les yeux alors que Tapion sautait au-dessus de l’arène, entouré d’une espèce de tornade, insensible à la gravité. Il disparut rapidement derrière ce mur de vent qui prit peu à peu forme : des bras gigantesques, des jambes titanesques qui écrasèrent le sol dans un choc violent, une longue queue fendant l’air dans un bruit sifflant, et une tête squelettique, le regard creux et vide. Un cri perçant retentit de la bouche de la créature, tel un dinosaure qui se voudrait terrifiant. Beaucoup de spectateurs eurent un mouvement de recul, au contraire de Cell qui levait les yeux vers la créature, complètement impassible.

– Quelle grosse bestiole, dit-il d’un ton sarcastique et amusé. Au moins, elle fera un bon entraînement.

Dans l’espace 16, Vegetto repensait à leur confrontation, des années plus tôt, contre ce monstre gigantesque. Ils avaient réussi à s’en débarrasser grâce aux artefacts sacrés qu’étaient l’épée de Tapion et l’ocarina. Les coups n’affectaient pas du tout le colosse, il avait fallu trouver des moyens détournés, comme la technique de désintégration des particules. Vegetto était curieux de voir comment Cell allait s’y prendre pour en venir à bout. La même interrogation se posait chez les membres de l’univers 18, qui avaient eux aussi combattu ce monstre gargantuesque. Cell avait certes de la ressource, mais comment allait-il vaincre une créature invulnérable ?

Au sein même de l’idole animée, Tapion était prostré sur lui-même, enveloppé d’une fine barrière à laquelle l’organisme du monstre était relié, tel un neurone connecté, afin de pouvoir suivre le passage en fumée de la créature. Tapion savait qu’il n’avait plus le contrôle, Hildegan était désormais complètement autonome. Néanmoins, il avait réussi à ancrer dans son esprit son unique cible, l’image de ce Cell, afin qu’il ne s’en prenne pas au reste de l’arène. Tapion pouvait voir ce qu’il se passait à travers les yeux de son monstre, mais pas agir de lui-même. Hildegan ne disparaitrait qu’au moment où Tapion serait proclamé vainqueur… Ou s’il était tué.

Dans l’espace 3, Raichi affichait une expression de surprise totale. Il ignorait que son jeune compagnon était capable d’une telle prouesse. Décidément, les jeunes pouvaient se révéler surprenants. À moins qu’il ne s’agisse de ce pressentiment qu’il avait eu en constatant sa boule rechargée. Il était méfiant, quelque chose de néfaste avait pu se produire durant la nuit. Peut-être sa boule avait-elle été piégée ? Il se promit de la vérifier lors de la prochaine pause.

Le premier à attaquer fut Cell. Alors que Hildegan continuait de pousser des cris perçants qui faisaient grincer des dents Nameks et spectateurs, l’être parfait généra une puissante aura parsemée d’éclairs et, déployant ses ailes, s’élança vers son adversaire tel un insecte, rasant le sol. Hildegan frappa violemment devant lui, mais Cell était bien plus rapide. Il esquiva sans difficulté, et asséna un coup d’une très grande puissance, accompagné par l’élan, dans la jambe du monstre. Cependant, le résultat escompté par Cell n’eut pas lieu. Au lieu d’entendre le bruit des os broyés et de l’énorme membre se pliant sous la pression, ce dernier resta immobile, comme si cet assaut n’avait rien été de plus qu’une caresse. Au contraire, une sorte d’onde de choc se répercuta, comme une goutte d’eau tombant dans une flaque et provoquant de faibles et légères ondulations sur la surface. Hildegan baissa les yeux vers lui, et Cell perçut comme un rire moqueur dans le son que le monstre émettait. Sans prévenir, le pied du monstre frappa Cell puissamment, l’éjectant dans les airs. Se stabilisant à quelques mètres du sol, le cyborg s’essuya le coin de la lèvre, réfléchissant à toute vitesse tandis que Hildegan commençait à s’avancer vers lui :

“ Ça n’a aucun sens ! Je frappe des milliers de fois plus fort que ce vieux Kulilin, il aurait dû le sentir passer ! Est-ce qu’il est invincible comme ce Broly ? Mais… Il n’est pas aussi fort, le coup qu’il m’a donné ne m’a pas affecté du tout. Je vais pouvoir prendre tout le temps dont j’ai besoin pour trouver une idée.”

Alors qu’il était plongé dans ses réflexions, Hildegan frappa à pleine vitesse devant lui, le poussant à agir en conséquence. Le poing du monstre le frôla, il avait eu le temps de se placer de façon horizontale et de plaquer sa main contre l’avant-bras de Hildegan. Se rétablissant dessus, il se mit à courir le long du bras. Hildegan tenta de l’écraser de son bras libre. Mais Cell était si vivace qu’à ses yeux, les mouvements du monstre se faisaient au ralenti. Il évita d’un simple saut le bras géant, puis se lança vers la tête de Hildegan, projetant son poing entouré d’éclairs sur son visage. Mais ce dernier s’effaça dans une grande volute de fumée, et se reconstitua instantanément derrière le cyborg, les bras joints au-dessus de lui, pour le frapper avec force. Cependant, Cell leva sa main droite en l’air et stoppa net l’attaque. Cet adversaire avait une puissance pathétique, il était impensable qu’il puisse perdre, se disait-il. L’intérêt de ce combat allait être d’améliorer ses réflexes et sa stratégie de combat.

“ À partir de maintenant, je vais esquiver tous les coups qu’il pourrait me donner. J’ignore où il se déplace quand il disparait, mais je peux le repérer dès sa sortie. Même s’il m’attaque tout de suite, je le sentirai à la première milliseconde. Un bon moyen de progresser en terme d’esquive, j’imagine… “

Alors que Cell réfléchissait, son corps évitait machinalement tous les assauts de l'idole maudite, le regard vague. De son côté, Tapion désespérait d’en venir à bout, il sentait que Hildegan se déchaînait, mais aucun de ses coups ne portaient. Pire encore, ce Cell ne paraissait même pas se battre vraiment sérieusement. Vegeta de l'Univers 18, observant la scène, sentait l’esprit de Cell s’effacer. Un peu de la même manière que Tapion, l’être parfait laissait son corps agir en complète autonomie, une bonne matière d’affiner ses sens et sa réactivité. Et il ne doutait pas que, pendant ce temps, Cell visualisait certainement leur futur affrontement.

Pendant quelques minutes, le monstre fit trembler l’astéroïde, cracha d’intenses gerbes de flammes, abattit ses poings violemment sur les boucliers qui émirent des bruits assourdissants, mais rien n’y faisait, cet insecte voltigeant devant ses yeux était intouchable. Enragé, il poussa un cri perçant qui résonna dans les tympans de tous les êtres présents. Y compris Cell qui ne pouvait ignorer un tel désagrément, doté d’une ouïe extrêmement fine, au même titre que les Nameks. Il s’écria, tout en envoyant une volée de Kienzans sur le monstre :

– Ferme-là, stupide créature !

Cette dernière, sensible à la provocation, se transforma en fumée, les disques allant se perdre dans le sol. Cell jeta un vif regard autour de lui, mais il ne sentait plus la présence de la bête. Un son tranchant dans l’air capta son attention et, une microseconde après, l’extrémité tranchante de la queue de Hildegan vint le frapper derrière lui, mais le cyborg, concentré à l’extrême, parvint à bloquer le coup de son bras gauche. Trunks de l’univers 12 eut un mouvement de malaise, car lui-même aurait été transpercé par une telle attaque, un combat contre ce monstre exigait des réflexes hors normes. Il devait bien admettre que Cell n’avait plus à rien à voir avec celui qu’il était autrefois, dans son état actuel, il les aurait écrasés, lui, Son Gohan et les autres, sans aucun effort.

Projetant sa queue à plusieurs reprises contre son adversaire à une vitesse impressionnante, Hildegan grogna de colère en voyant que cette espèce de sauterelle tachetée jouait avec lui. Il lança un puissant jet de flammes avec sa bouche qui frappa Cell de plein fouet, et alla se perdre dans l’immensité de l’espace. Tapion, depuis l’intérieur, se mit à espérer que cela l’avait enfin touché, mais amère fut sa déception en voyant Cell ressortir indemne, le corps seulement recouvert de cendres.

Ce dernier lança :

– Tes attaques sont d’un niveau ridicule ! Tu peux frapper le plus fort que tu veux, tu ne me feras même pas une égratignure ! Je peux tenir des années à ce rythme, et toi ?

Hildegan hurla de plus belle, un cri insupportable qui fit grimacer bien des visages, tandis que Cell souriait. On aurait dit qu’il comprenait parfaitement les paroles du monstre géant.

– En effet, le public se lasserait vite… Mais ce n’est pas mon problème ! Je suis là pour devenir plus fort, et montrer à tous qui est l’être le plus puissant de tous les univers ! Pour cela, je vais devoir passer sur le même terrain, et tous constateront ma perfection ! Vois donc par toi-même !

Concentrant son énergie dans ses muscles, la terre se soulevant autour de lui, le corps de Cell commença à augmenter de volume. Les muscles des bras, des jambes, sa tête, tout doubla de volume, puis tripla, et augmenta encore et encore sous les yeux surpris des Nameks, les deux Piccolo y compris, qui reconnaissaient l’une de leurs propres caractéristiques se dévoiler devant eux. En quelques instants, Cell était devenu un être tout aussi gargantuesque et imposant, l’ombre des deux créatures s’étendait sur une grande partie des gradins, certains des spectateurs affichaient une expression de terreur. Dans l’espace 18, Son Gokû poussa une expression de surprise :

– Eh, mais il ne nous l’avait pas fait, ça !

– Il aurait pu, rétorqua Piccolo, une goutte de sueur perlant le long de son visage. Son potentiel est presque sans limites, il ne l’avait pas complètement exploité à l’époque. Gohan l’aurait quand même surpassé, mais il est vraiment plein de surprises.

Cell se mit en garde, exposant un large rictus, alors que Hildegan continuait de hurler, Tapion pris de frayeur à l’intérieur. Aucun des coups de Hildegan n’infligeait de dégâts à ce Cell, et voilà qu’il était devenu un vrai géant surpuissant. Comment allait-il donc pouvoir le battre ?

– Minosha…

Au même moment, alors que tous les regards étaient rivés sur le combat de titans qui allait commencer, d’étranges événements se produisaient d’un bout à l’autre de l’arène, passant inaperçus ou insignifiants aux yeux des personnes alentours. Des spectateurs poussaient des cris de douleur, se tenaient la tête dans leurs mains, et semblaient ensuite en meilleure forme, mais contrariés. Leurs voisins inquiets demandaient s’il fallait aller chercher un médecin, mais les intéressés répondaient, non sans sourire d’un air teinté de vice, que tout allait bien, qu’il ne s’agissait que d’un mal de tête temporaire. Dans la salle de contrôle des Vargas, celle qui se chargeait de faire les annonces sentit l’un de ses camarades venir prendre place près d’elle. Poussant un soupir de soulagement, elle se retourna vers lui en disant :

– Enfin te voilà ! J’espère que tu… Mais qu’est-ce que tu as ? Tes plumes sont toutes ébouriffées !

– Ce n’est rien, répondit le Varga sans un regard pour elle, les yeux fixés sur les machines. J’ai juste mal dormi ce matin.

La Varga, un peu perplexe, n’insista pas. Voyant qu’elle ne s’intéressait plus à lui, le Varga eut un large sourire empli de cruauté. Il allait être très facile pour lui d’accomplir la mission de son maître, et de faire passer ses actions de manière indétectable.

Depuis son appartement, Babidi corrompait de plus en plus de personnes. S’arrêtant pour faire une pause, car convertir des êtres sous son pouvoir s’avérait être une tâche des plus fatigantes, il consacra ce répit à créer une solution de repli, en cas de désagrément. Si son plan était un échec, il lui fallait un otage pour éviter d’être éjecté dans son univers, voire même être détruit sur place. La première partie de sa stratégie était pour le moment la plus sûre et la plus simple, mais autant s’assurer d’une voie de secours. Se connectant mentalement aux spectateurs se trouvant au-dessus des appartements des univers 17, 18 et 19, il ordonna :

“ Vous tous, descendez dans les appartements de ces microbes de l’univers 18, et quand vous verrez l’une des femelles terriennes les plus faibles s’y rendre, attrapez-là, et ramenez-là moi !”

“ Entendu, maître !” répondirent les esclaves en coeur.

L’univers 18 était de loin le plus dangereux, aux yeux de Babidi. Il ne voulait pas prendre le risque de se focaliser sur l’univers 16, ce Vegetto était un véritable radar à coups fourrés. L’univers 18, quant à lui, détenait certes un Vegeta, mais il lui semblait moins… perspicace. Avec le caractère indétectable des appartements, il courrait moins de risques d’être pris sur le fait, et immobiliser bien plus de combattants d’un coup en utilisant un otage était plus rentable.

Les quatre spectateurs assujettis sortirent discrètement des rangs, profitant de l’extase que provoquait l’affrontement. Alors qu’ils pénétraient dans l’enceinte du bâtiment, le plan en tête grâce à Babidi qui s’était servi du Varga pour les diriger, on entendait au loin des échos de coups surpuissant qui résonnaient à travers les couloirs, un bruit suffisamment sourd pour donner des maux de tête. Puis un tremblement de terre, suivi de fortes acclamations. On pouvait distinguer dans le fracas d’encouragements : “Ouais, bel enchaînement !”, de la voix aisément reconnaissable du Saiyan spectaculaire du premier tour. Ils auraient aimé assister à un match d’une telle envergure, cependant, leur mission était bien trop importante. Les ordres de leur maître ne souffraient aucune contestation, et de toute manière, le désir de les satisfaire provoquait en eux un plaisir indéniable. Parvenant à l’entrée de l’appartement de l’univers 18, ils patientèrent quelques instants, alors qu’une de leurs potentielles victimes approchait dans le couloir. Ils ne s’étaient pas fait remarquer, et une fois à l’intérieur, ils seraient libres d’agir à leur guise.

Pendant ce temps, Videl était rapidement passé aux toilettes. Elle ne savait pas trop comment réagir devant ce combat et ce Cell géant. Elle ne l’avait toujours vu qu’en vidéo, des cassettes falsifiées par les médias et son père, et celui qui autrefois menaçait la planète entière, ensuite vaincu par Son Gohan, qui était à peine entré dans l’adolescence, se trouvait devant eux, encore plus fort et impressionnant. Aux côtés de Gohan, elle se sentait en sécurité, mais elle éprouvait un certain malaise en voyant ce monstre s’adresser à eux, une lueur démente dans le regard dès qu’il regardait son mari. Au moins, son père n’était pas là, il aurait probablement disjoncté, pensa-t-elle en pouffant.

Les quatre acolytes convertis, derrière la porte, sentirent que le moment de passer à l’acte était arrivé. Frappant violemment la porte d’un coup de pied, ils s’engouffrèrent à l’intérieur en vitesse avant de la refermer. Dans l’espace 18, Son Gokû, Vegeta, Gohan et Piccolo se retournèrent immédiatement. Depuis l’épisode avec Buu, ils étaient constamment sur leurs gardes, et tout ce qui ne se déroulait pas à l’intérieur même des appartements ne leur échappait pas. À proximité, les autres Gohan et Piccolo, ainsi que Vegetto et Bra de l’univers 16, avaient eux aussi tourné le regard vers le couloir de leurs compères alternatifs. Gohan 16 s’apprêtait à rejoindre son double qui commençait à se rendre là-bas quand Vegetto l’arrêta.

– Attends, lui dit-il, regarde Vegeta.

Ce dernier avait empoigné l’épaule de Gohan, sentant une grande colère s’emparer de lui. D’un ton sec, il s’adressa à Pan qui sursauta :

– Pan, fonce à l’appart’, immédiatement, va aider ta mère !

La fillette, comprenant très rapidement que quelque chose s’était passé, fonça dans le couloir sombre, le bâton hérité de son grand-père au bras. Abasourdi, Gohan se retourna vers Vegeta, incapable de prononcer un mot.

– Laisse-là y aller seule, dit Vegeta d’un ton un peu plus doux, mais toujours sévère. Qu’elle grandisse.

Gohan restait tendu. Vegeta continua :

– Il lui faut de l’indépendance pour devenir plus forte ! Celle de l’univers 16 a parcouru l’univers... et tu vois la différence, sans son papa-poule !

– Mais justement ! Je suis aussi présent dans le 16 à l’identique ! objecta Gohan agité.

Il déglutit d’inquiétude, tournant ses yeux vers son père qui acquiesçait en souriant, puis Piccolo qui soutint son regard avant de tourner le sien à nouveau vers Pan qui disparaissait. Sa fille était devenue très forte, c’est vrai, mais Gohan ne pouvait s’empêcher de ressentir de l’angoisse et de la frustration. Qui osait donc s’attaquer à eux, à sa femme, et penser qu’il avait la moindre chance de ne pas être détecté ? Et surtout, pourquoi ?

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu