DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 3 jours, 11h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123
[Chapter Cover]
Partie 18, Chapitre 89.

Chapitre 89

Eleim, Xeniloum, Naurb et un quatrième combattant de l’univers 19 faisaient face aux Kaïoshins de l’univers 1. Heureusement, ces derniers n’avaient pas vraiment besoin de dormir avec tous ces gens qui venaient les voir. Cette fois encore, il s’agissait d’une requête qu’on leur adressait :

– C’est du vol ! Je veux récupérer mon armure ! répéta Xeniloum pour la deuxième fois.

– Il ne s’agit pas d’une demande puérile, ajouta Eleim en s’avançant d’un pas pour laisser son ami derrière lui. Privé de son armure, Xeniloum était en effet en quelque sorte stressé.

– Nos armures sont extrêmement dangereuses et difficiles à manipuler, intervint Naurb. Ce Buu n’y connaît absolument rien. Il pourrait tous nous atomiser en manipulant ça comme un jouet !

– La menace est réelle... souffla Eleim pour terminer. Nous devons la récupérer sur le champ.

Les Kaïoshins se regardèrent et prirent quelques secondes pour prendre une décision. Puis, celle de l’Ouest leur dit :

– Très bien, je vais venir avec vous. Allons voir le combattant de l’univers 4.

Elle marchait déjà vers la sortie, les quatre guerriers de l’univers 19 sur ses talons. Dehors, il n’y avait personne d’autres à part eux cinq. Ils entrèrent dans l’espace 4 et la Kaïoshin de l’Ouest frappa à l’unique porte présente. Buu les invita à entrer immédiatement. S’attendait-il à cette visite ? Bien que la pièce était faite pour lui, il y avait six chaises autour d’une grande table à laquelle Buu était déjà installé. Souriant, il leur adressa un salut d’une main et invita la petite troupe à s'asseoir, ce qu’ils firent tous sauf le quatrième nano guerrier.

– Que puis-je faire pour vous ? demanda Buu sur un ton amusé car il connaissait déjà les motifs de cette visite.

– Ces hommes voudraient récupérer l’armure que vous avez subtilisé lors de votre combat, commença la kaïoshin de l’Ouest.

– Je l’ai gagnée loyalement. Rien dans vos règles ne m’interdisait d’absorber une armure.

Il avait répondu très vite. Il avait préparé ses arguments pour appuyer sa défense.

Xeniloum jeta un regard interrogateur à la Kaïoshin qui répondit :

– Effectivement, c’est vrai, je vous l’accorde... Cependant, ces personnes affirment que cette armure est dangereuse, difficile à manipuler. Ils souhaitent la récupérer au plus vite pour éviter un accident.

– Dangereux pour quelqu’un qui ne saurait pas l’utiliser, précisa Buu.

– Quoi ? cria Xeniloum. Tu sais l’utiliser ? C’est impossible !

– Du calme ! intervint la Kaïoshin de l’Ouest avant de reporter son attention sur Buu. Je fais appel à votre fair-play: rendez-lui son armure. Si vous tenez absolument à la garder, nous verrons ensemble ce que nous pourrons faire à la fin du tournoi.

Buu regarda Xeniloum.

– Je sais qui est Ginyû. Parce que l’un des membres de l’univers 8 n’est pas dans son vrai corps.

Xeniloum haussa un sourcil et ouvrit la bouche, mais rien n’en sortit. Buu cligna des yeux deux fois, puis dit :

– Désolé, j’étais ailleurs. Si tu veux ton armure, il faudra traverser mon corps comme sur le ring.

À ses mots, il se leva, grandit, s’élargit de tous les côtés, mais se ratatina pour devenir très fin comme il l’était quand il avait absorbé l’armure, sur le ring.

“De toute façon, j’en ai terminé avec cette armure. Ça ne me pose aucun problème de la rendre”.

En face de Buu, les guerriers de l’univers 19 hésitaient.

– Je vais le faire, fit Xeniloum. Je ne vais pas laisser passer ma chance.

Il voulait à tout prix récupérer son armure en dépit ce que pouvaient penser ses camarades. Pourtant, traverser une deuxième fois la créature rose paraissait dangereux. Il tenait à son armure et à sa vie.

– Quand tu veux ! lui dit Buu, un sourire aux lèvres.

L’espace d’un instant, Xeniloum ne sut pas trop quoi faire : marcher vers lui ? Courir ? Sauter ? Il fit un peu des trois. Il marcha d’un pas sûr vers Buu, puis d’un court élan, il sauta les bras en croix comme pour se protéger.

Il eut une petite impression de dégoût en traversant, une sensation qu’il n’avait pas eu le temps d’avoir sur le ring. Puis, une force mystérieuse lui fit décroiser les bras et se colla à son corps. Xeniloum ferma les yeux et se laissa faire quelques secondes jusqu’à ce qu’il touche à nouveau le sol de ses pieds. Il rouvrit les yeux et remarqua avec bonheur que son armure était entièrement sur lui. Elle n’avait subi aucun dégâtset elle paraissait même plus belle qu’avant. Derrière lui, il entendait ses amis insulter Buu : combien de temps avait-il mis avant de réapparaître ? Ont-ils cru à une supercherie ? Mais, il était bien là avec son armure.

En revanche, Xeniloum ne savait pas que Buu avait pris le temps d’analyser son ADN, ses empreintes digitales, oculaires, ses ondes cérébrales et son Ki. En somme, tout ce qui pouvait lui être utile pour déverrouiller l’armure. En effet, il avait eu tout le temps nécessaire pour en créer une réplique exacte et parfaite. Avec les nouvelles données acquises, il n’aurait plus aucun mal à l’utiliser. Buu reprit une forme normale et regarda les trois autres guerriers ainsi que la Kaïoshin de l’Ouest. Ils s’étaient tous levés: aucun d’eux n’avait remarqué la supercherie. D’un claquement de doigts, Buu aurait pu faire apparaître l’armure et personne ne s’en serait douté un seul instant.

Xeniloum, souriant, remercia Buu. La Kaïoshin de l’Ouest fit de même. Eleim le remercia aussi pour donner l’exemple, mais pas les autres qui demeuraient toujours prudents et méfiants. Buu leur sourit en retour et les laissa partir. Quand la porte se referma, il souria de plus belle :

– Ah enfin ! Voyons voir ce que ça donne maintenant en copiant ses ondes cérébrales ! Je vais pouvoir m’amuser. Je dois aussi vérifier quelque chose...

Buu pointa deux doigts sur son front et disparut...

La “nuit” arrivait bientôt à son terme. De nombreux guerriers commençaient à se réveiller tandis que les premiers spectateurs arrivaient à bord des vaisseaux Vargas. Dans l’espace 8, la famille du Froid n’avait pas dormi du tout. Cold n’avait fait qu’un semblant de sieste, Freeza ressassait le passé, et Coola avait cherché les Dragon Balls toute la nuit même après s’être fait assommé. Il ne savait pas que pour éviter la disqualification de tout son univers, on l’avait aidé à passer inaperçu. Vegetto l’avait stoppé net alors que Coola se dirigeait vers tout un groupe de Vargas et de Nameks par hasard. Par la suite, Buu l’avait parfois dissimulé aux yeux des surveillants Nameks !

Mais les Dragon Balls n’étaient pas là et Coola était revenu dépité. S’asseyant sur une chaise, à côté de son père, il fit :

– J’ai cherché toute la nuit... Rien, absolument rien.

Il posa sa tête sur sa main, le coude sur la table.

– Et je ne sais même pas qui m’a attaqué...

Cold leva un sourcil. Qui osait s’en prendre à ses rejetons ? Il demanda :

– Et où est ton frère ?

– Il est rentré au vaisseau. Je crois que quelque chose le perturbe. Peut-être qu’il boude. Pourtant, il est au deuxième tour, lui.

Cold ne fit pas attention aux légères protestations de Coola. Il préféra se tourner vers un de leurs sbires :

– Hé, toi ! Va donc me préparer une nouvelle armure avec une belle cape ! Le tournoi reprend bientôt et j’ai envie de montrer ma prestance royale ! Je ne ressemble pas à un roi sans une cape, fit-il ensuite en se tournant vers Coola.

– Bi... bien ! Tout de suite ! fit la petite créature bleue qui s’esquiva rapidement pour mener à bien sa mission.

Un peu plus tard, une porte s’entrouvrit à l’espace 9 situé juste à côté. À l’intérieur , Videl et Trunks dormaient encore dans un grand lit double superbement décoré. La chambre était éclairée par la lumière du couloir, passant par une petite ouverture que quelqu’un venait de faire en entrant en douce.

Sur la pointe des pieds, cette personne se dirigea vers un côté du lit. Il y vit Trunks qui dormait à poing fermés. L’homme se déplaça pour aller de l’autre côté du lit. Videl dormait sur le dos, un bras par dessus la tête. La couverture était légèrement abaissée.

– Oh oh ! fit la mystérieuse personne avec un gros sourire.

Il tendit sa main qu’il posa doucement et avec délicatesse sur la poitrine de la jeune femme... Laquelle se réveilla immédiatement en ouvrant grand les yeux. Instantanément, son corps s’entoura d’une vive aura rouge et sa main s’abattit sur la joue de l’inconnue, puis l’autre main, poing fermé, le frappa à l’oeil. Qu’importe qui il était, il méritait punition !

Le pervers s’écrasa contre le mur d’en face. La lumière de la chambre s’alluma aussitôt, et alarmés par le cri qu’avait poussée Videl, Kulilin et Tenshinhan arrivèrent tandis que Trunks se réveillait doucement.

– Faut la laisser dormir, je l’ai appris à mes dépends, fit-il d’une voix fatiguée.

Kulilin regarda l’homme contre le mur : c’était le doyen des Kaïoshins !

– Tu as frappé un dieu ?!

– Ce pervers a posé sa main sur ma poitrine ! Dieu ou pas, il l’a bien méritée !

– Mais non ! lui répondit le Kaïoshin d’une voix tremblotante. Je... je me suis juste trompé de chambre !

– Menteur !

Kulilin et Tenshinhan aidèrent le dieu à se relever. Le grand chauve le fit sortir de la chambre tandis que Trunks passait une main dans ses cheveux.

– Plus de peur que de mal, dit Kulilin. Puisque nous sommes tous réveillés, retrouvons-nous pour le petit déjeuner dans quelques minutes.

Kulilin avait gardé un sourire amusé de la situation. Il se rappela l’heure grave où, après sa mort, il était allé voir le Kaïoh du Nord pour apprendre des techniques afin de protéger la Terre d’une invasion extraterrestre. Ce dieu l’avait obligé Tenshinhan et lui à raconter une bonne blague, à le faire rire pour recevoir l’entraînement. S’ils n’y avaient pas réussi, le destin de la Terre aurait été tout autre. Les dieux sont-ils tous des blagueurs ?

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk