DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 13 jours, 15h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124
[Chapter Cover]
Partie 1, Chapitre 2.

Chapitre 2

Chez les Brief, il était incontournable pour Vegeta de s'entrainer tous les matins dès l'aube... et même bien avant l'aube. À une époque plus lointaine, il s'entraînait dans un vaisseau qu'avait construit son beau-père, et qui permettait de créer une gravité artificielle largement supérieure à celle de la Terre.

À la suite de plusieurs combats contre Gokû, il avait demandé au Dr Brief de lui créer quelque chose d'autre. Un endroit où la gravité artificielle pourrait être poussée plus haut, et surtout, qui cacherait son ki. Il souhaitait en effet pouvoir s'entraîner complètement seul, coupé du monde en quelque sorte. Il ne voulait pas que Gokû puisse sentir le niveau de son ki, qu'il soit de l'autre côté de la planète ou en train de prendre un thé chez Bulma... 

Après quelques mois de planifications, et d'autres de constructions, Dr Brief offrit finalement à Vegeta une salle secrète sous la Capsule Corporation. Un sous-sol fabriqué spécialement pour le Saïyan. Ce dernier fut ravi de voir que le système de gravité était encore plus performant. Malheureusement, la technologie ne permettait pas de cacher son ki au reste du monde...

Vegeta avait même été voir Dende et Piccolo au palais pour leur demander d'utiliser les Dragon Ball pour faire exaucer son souhait. Mais ces derniers avaient catégoriquement refusé d'invoquer Shenron pour une telle chose. Heureusement, Dende lui avait proposé de passer autant de temps qu'il voulait dans la salle de l'Esprit et du Temps, reconstruite depuis plusieurs années déjà, mais sans utiliser le temps qui passe différemment...

Depuis lors, il alternait les séances d'entraînement entre le nouveau sous-sol à la Capsule Corp., et la salle de l'Esprit et du Temps. Aujourd'hui et malgré lui, Vegeta n'avait pas pu aller au palais de Dende... Sa femme et sa fille avaient prévu d'aller faire un peu de shopping... Alors il s'était entraîné en bas.

Sortant en sueur, il se retrouva face à Bulma, les mains sur les hanches...

— Vegeta... Tu es en retard !

— Laisse-moi faire mon entraînement matinal  au moins !

— On a dit qu'on partait à huit heures !

— Il est même pas huit heures d'abord, rétorqua le prince des saiyans.

Bulma ne désarma pas :

— Il te reste dix minutes, tu vas me faire  le plaisir d'aller te prendre une douche rapidement, et surtout, habille-toi correctement !

Vegeta prit la direction de la salle de bains en souriant :

"Quelle chieuse "

Derrière lui, Bulma souriait aussi en le regardant s'éloigner... "hm... il va falloir que je lui trouve un jean sexy..." pensa-t-elle avec malice.

Vingt minutes plus tard, Vegeta sortait, habillé avec élégance. Il était très présentable avec ce jean et cette veste qui couvrait sa chemise. C'était autre chose que sa tunique d'entraînement. Devant la Capsule Corps se tenaient déjà Bulma et Bra. Ces deux-là étaient évidement à la pointe de la mode...

Sans dire un mot, Bulma vint agripper le bras de son mari, lequel fut un brin gêné, presque rougissant, mais ne la repoussant pas. Le trio familial commença à quitter leur chez-soi lorsque Vegeta s'arrêta net. Il avait senti quelque chose, comme s'il était épié... Tout à coup un robot volant à trois pattes apparu dans le ciel et vint s'arrêter à deux mètres en face de Vegeta, lequel se demanda aussi si c'était une nouvelle invention de Bulma... Mais le regard de cette dernière lui fit comprendre que ce n'était pas le cas.

En silence le petit robot se posa sur le sol, avant de diffuser une image holographique depuis son œil rouge. Il s'agissait exactement du même message que son rival avait reçu du Varga et de Piccolo... environ deux minutes plus tôt.

Une fois le message diffusé, le robot s'envola à nouveau et partit en direction du palais. Vegeta semblait tout à coup très excité. "Adieu le shopping !"

Il prit un air très sérieux qui ne fut pas vraiment convaincant :

— Bulma, Bra, je suis désolé, mais ça a l'air très important...

Bulma n'était pas dupe :

— Vegeta... ne crois pas que tu vas pouvoir te défiler comme ça... tu avais promis qu'on irait  faire les magasins ensemble !

Cette fois Vegeta n'avait pas l'intention de céder.

— On remettra ça à plus tard, je dois aller au palais...

Bra, qui connaissait son père, sentit que cette fois il serait inutile d'essayer de lui faire changer d'avis.

— Alors on prend l'avion et on vient avec toi !

Vegeta sentit venir le traquenard...

"Pour que vous puissiez m'emmener où vous vous voulez aller ? Petite futée !"

— Merci mais j'irai plus vite par mes propres moyens, à plus tard !

Sans attendre, il s'envola aussitôt, laissant deux femmes fulminant de colère derrière lui.

Vegeta souriait :

— Un tournoi, la bonne aubaine !

Tout à sa joie, Vegeta accéléra, et passa même en Super Saiyan pour décupler sa vitesse. Il ne prit pas garde au petit robot messager, qu'il frôla. Le souffle du passage du Saïyan déséquilibra le petit robot... en perdition, celui-ci s'écrasa brutalement au sol.

« Quel intérêt pouvait présenter un tel tournoi ? » C’était la question que se posait depuis un moment le Namek Piccolo lorsqu’il sentit une force surgir au palais. Ouvrant les yeux, décroisant les bras, il tourna légèrement la tête dans sa direction. Il ne fallut que quelques secondes de plus pour voir apparaître Gohan qui filait à la verticale, prenant de l’altitude à une vitesse stupéfiante. Il s’arrêta net une dizaine de mètres plus hauts que le palais, faisant disparaître l’aura blanche qui l’entourait. Le semi-Saiyan inspecta rapidement le lieu en scrutant tour à tour le vaisseau, les Nameks, les extra-terrestres à bec d'oiseau, puis Dendé et Piccolo. Enfin, il descendit lentement jusqu’à ces derniers.

— Yo, leur fit-il.

Dendé était visiblement heureux de voir son vieil ami :

— Gohan ! Ça faisait longtemps que tu n’étais pas venu.

Gohan lui répondit avec un franc sourire :

— Je sais Dendé, j’ai été beaucoup occupé ces derniers temps à l'université. Mais  les vacances viennent de commencer, je vais avoir un peu plus de temps.

— Tu as fait vite pour venir jusqu’ici, le félicita Piccolo.

— La vitesse de vol est peut-être la seule chose que j’ai gardée au top sans entraînement, précisa Gohan en passant une main derrière la tête.

Piccolo eut un petit sourire :

— En parlant d’entraînement, te voir comme ça me rappelle des souvenirs.

— Oh, c'est sûrement à cause de ça. (Sortant ses lunettes de la poche de sa chemise, il les remit) C’est pour éviter de les perdre pendant le trajet.

— Hum. Ça te vieillit.

— À croire que tu regrettes le temps où tu m’entraînais.

— Qui sait…

— Voilà Vegeta, intervint Dendé.

Arrivant de la même façon que Gohan, le Prince des Saiyans vint se poser presque sans ralentir juste devant le trio, qui fut alors soumis à un souffle violent. Mais seul Dendé fut contraint de placer son bras devant les yeux. Avec un air de défi, et un peu d’arrogance,  bien qu'il en ait beaucoup perdu en trente ans, Vegeta demanda directement si Gokû n’était pas arrivé, connaissant pourtant déjà la réponse.

— Il ne tardera pas, ne t’en fais pas, lui répondit Piccolo.

Vegeta lui répondit avec un petit sourire en coin.

— Umph, qui peut se soucier de ce guerrier de bas étage !

Gohan changea habilement de sujet :

— Piccolo-san, que penses-tu de ces Nameks et de ces créatures ? 

Intéressé par la question, Vegeta croisa les bras pour écouter la réponse avec attention.

— Les Vargas… ont l’air honnête. Et un Namek reste un Namek. Je ne ressens aucune hostilité de leur part en tout cas. Ils viennent d’un autre univers…

— C’est possible ça ? s’interrogea faussement Vegeta.

Gohan prit un air songeur :

— Théoriquement non. Mais le voyage dans le temps n'était théoriquement pas possible non plus. Ils doivent avoir une sacrée avance technologique pour ça… voyager d’un univers à un autre devrait aussi demander une grande quantité d’énergie.

Il se retourna pour regarder le vaisseau et les Vargas derrière eux.

— Je me demande si je pourrais étudier ça...

Tout à coup, entre le quatuor de « terriens » et les visiteurs, apparurent sept personnes.

Vegeta réagit aussitôt :

— Trunks ! Où étais-tu passé ? Je t'ai cherché partout à la Capsule Corp. !

Pour toute réponse, son fils se contenta de regarder Goten, cherchant par ce moyen une quelconque aide de son ami...

Videl se rapprocha de Gohan pour lui remettre correctement sa chemise que le vol avait froissée, Uub regardait avec fascination tout autour de lui, quant à Chichi, elle trouva vite matière à réprimander Goten.

Vegeta quant à lui prit un petit air menaçant :

— Qu'est-ce que tu as foutu Kakarotto ! Tu nous as fait attendre !

Gokû lui répondit avec un petit sourire.

— Désolé Vegeta...

— Tu es vraiment lent pour quelqu'un qui sait se déplacer instantanément.

Gokû ne se laissa pas démonter par la mauvaise humeur feinte de son ami.

— C'est que j'ai dû passer chercher tout le monde...

— Comme s'ils ne savaient pas voler  ?

— Si tu étais aussi pressé que ça, il fallait venir me le dire.

— Ça commence, chuchota presque désespérément Piccolo.

— Très bien Kakarotto, la prochaine fois je viens te chercher par la peau des fesses !

— Ah oui, tu peux toujours essayer dès maintenant ! contra Gokû en prenant une pose de combat, et surtout en souriant de plaisir.

Vegeta, le regard brillant, jubilait :

— Excellente idée !

Alors que Vegeta se mettait à son tour en garde sous le regard un peu inquiet des Nameks et des Vargas, gênés, Chichi intervint :

— Gokû !

Elle le fixa sévèrement.

Le franc sourire de son mari se crispa soudainement.

— Ah, heu…. Chi…

— Pas de chichi ! Tu te crois dans une cour d'école ou quoi ? Quand vas-tu grandir ?

Gokû ne savait pas trop quoi répondre... c'est vrai que pour un combat contre Vegeta, le plaisir avait tendance à l'emporter sur la raison...

— Heu…

Soudain, un bruit étrange, violent, retentissant même, se fit entendre pendant quelques secondes. Les Vargas craignant un orage se mirent à scruter le ciel... pourtant bleu.

Mais le groupe des habitants de la Terre savait à quoi s'en tenir... tous leurs regards se tournèrent vers Gokû :

— Ah ben voilà ! C’est parce que j’ai faim que je me laisse si facilement provoquer ! Non ?

Tandis que Vegeta et Chichi le regardaient avec un air blasé... Uub s'étonna :

— Mais on a pris un bon petit déjeuner tout à l’heure, juste avant de commencer notre entraînement !

— Euh oui, mais c'était  il y a déjà deux heures ! Et ça ouvre l'appétit des évènements pareils ! Où est Mister Popo ? Ah je suis certain qu’il est  déjà  en train de préparer tous ces bons plats que j’aime ! Mister Popo ! Hoy !

Tout le monde resta coi quand Gokû se mit à courir presque bizarrement jusqu’aux cuisines du palais.

Trunks brisa la silence :

— Et Maman et Bra... elles ne viennent pas ?

— Je crois qu’elles viennent en avion, lui dit son père sans le regarder.

Un petit Varga s'avança au milieu d'eux avec timidité.

— Heu… excusez-nous…

Piccolo se rapprocha de lui :

— Ne vous inquiétez pas, il va revenir. Quand Gokû a faim, impossible de lui faire penser à autre chose. Mais vous pouvez vous joindre à nous... on pourrait discuter des détails de ce tournoi autour d'une bonne table...

Une pensée arracha un sourire au grand Namek "Même si avec les Saïyens à table, il risquait de ne pas rester grand-chose pour les autres..."

Le petit Varga s'en retourna vers les siens en se disant que leur escale risquait d'être plus longue que prévue...

Le temps que Mister Popo finisse de préparer le repas et la table (laquelle n’existait pas en tant que telle en fait, il s’agissait juste d’un long tapis aux couleurs vives, flottant a un mètre du sol, sur lequel avait été mis couverts et nourriture), Bulma et Bra arrivèrent.

Elles sont tout de suite venu voir les Vargas. Bulma, tout comme Son Gohan, semblait fascinée par la découverte de nouvelles technologies tandis que Bra trouvait les extra-terrestres un peu mignons (leurs gouts vestimentaires par contre...). Elle était même allée  jusqu'à caresser l’un d’eux sous le bec. Ce Varga avait « ronronné » un instant avant de prendre rapidement ses distances, l’air plutôt gêné.

Pendant le repas, seuls Gokû et Pan, qui imitait son grand-père, mangèrent énormément, et trop vite. Les autres écoutaient les Vargas, eux aussi assis en bout de table, qui expliquaient le principe du tournoi :

— Nous sommes donc des Vargas et venons d’un autre univers différent du votre. Ces Nameks aussi viennent de notre univers.

L’un des Nameks s’avança légèrement et tendit le bras. Il avait dans la main un petit objet circulaire pas très épais, sur lequel il appuya. L’air au-dessus de l’appareil se mit en mouvement de façon étrange, se réchauffa même, et bientôt des images apparurent.

Bulma l'observait avec curiosité :

— On dirait une sorte d'hologramme.

— On dirait bien oui, renchérit Gohan.

— L’univers existe en plusieurs exemplaire, reprit le Varga tandis que l’hologramme appuyait ses dires d’images concrètes, et chacun suit sa propre voie. Mêmes causes, mêmes effets, ils sont tous très semblables. Toutefois il peut arriver des évènements qui font que certains univers se mettent à diverger par rapport aux autres. Par exemple, dans un univers, le ciel de votre planète pourrait être rouge, dans un autre, elle aurait été conquise par des aliens et d’autres extra-terrestres y vivraient.

Le Varga s’arrêta. Gokû et Pan faisaient un peu trop de bruit et ça le gênait. Les deux terriens s’arrêtèrent un instant, de longues pâtes pendant à leur bouche. Comprenant en même temps le souci, ils aspirèrent littéralement le reste de ces pâtes, posèrent leur bol, et se mirent à écouter avec un peu plus d'attention.

— Autre exemple, dans un des univers et un seulement, les Vargas ont trouvés, par hasard, la technologie permettant de naviguer d’un univers a l’autre. Les dieux décidèrent que les univers devaient rester fermés. Ils nous permirent toutefois une petite folie…

— Eh c’est Kaiô Shin ! s’exclama Gokû tout à coup en remarquant le dieu à la peau mauve sur l’hologramme.

— Nous nous sommes alliés aux Nameks, reprit le Varga en ignorant la remarque, pour organiser un tournoi gigantesque entre les guerriers de tous les univers. Le gagnant pourra faire trois souhaits qui seront réalisés par le dragon sacré de Namek.

— Les Dragon Ball des autres univers serviront à ressusciter les éventuelles victimes des combats, ajouta le Namek portant l’hologramme, qu’il éteignit. Outre le prix, continua-t-il, les guerriers y trouveront bien entendu l'intérêt d'un challenge sans précédent...

— C’est une occasion unique et sans risque, notre question est : voulez-vous y participer ?

Dès que la question fut posée, les terriens autour de la table se mirent à discuter vivement entre eux, et il était difficile de comprendre chacune de ces conversations. Vegeta, lui, restait silencieux, mais il ne tarda quand même pas à être un peu gonflé par tout ce brouhaha. Puis, Gokû se leva :

— C’est une occasion en or ! De plus, ajouta-t-il en regardant son élève, Uub pourra tester ses capacités sans risque ! On est assez limité ici…

— Je n’ai aucune confiance en cette histoire de multi-univers, fit Vegeta, mais il est hors de question que tu ailles à un tournoi sans moi. J'ai quelques petites surprises en réserve.

— Nous avons une question, firent ensemble Trunks et Goten.

Trunks enchaîna seul :

— Peut-on combattre à plusieurs ? 

— Non, répondit directement le Namek le plus âgé, c’est du un contre un. On perd quand on n'est plus en état de se battre pendant trente secondes ou si on abandonne. Les armes sont permises, vous devez entrer seul sur le ring et aucun élément extérieur au ring ne pourra vous aider. On vous détaillera plus tard tout le reste.

Goten et Trunks étaient tout sourire.

— Ça nous va !

— Nous inscririons Gotenks, continua Trunks. Il est parmi nous mais vous ne pouvez pas le voir. Et nous on vient en spectateur. C'est possible ?

— Oui, les spectateurs sont les bienvenus, et tout le monde peut s'inscrire. Un candidat a même inscrit son fils qui n’est pas encore né. Peu nous importe que vous sortiez ce Gotenks de votre poche.

La voix grave et calme de Piccolo attira l'attention.

— Alors je viens en spectateur.

Gohan sans hésitation :

— Moi aussi !

— Vous êtes les dix-huitièmes à participer, précisa le plus vieux des Nameks. Ce sera donc le numéro de votre univers.

Sans attendre davantage... Vegeta fut debout en un instant :

— Qu’est-ce qu’on attend ? Allons-y !

Pan était surexcitée.

— J’ai trop hâte d’y être !

— Eh bien sans moi, lâcha Chichi. Je trouve cette idée de tournoi ridicule. Gohan-cha, j’espère que tu ne vas pas laisser ma petite-fille y aller ?

Ce dernier regarda sa femme, lui laissant le soin de répondre :

— Cela pourrait lui être bénéfique, elle pourrait enfin se dépenser à fond.

Chichi croisa les bras, ferma les yeux en détournant la tête, l’air boudeur.

Trunks s'adressa à Goten.

— Il va falloir qu’on reprenne l'entraînement sur la fusion.

— On va tout éclater !

Gokû, qui observait Gohan depuis qu'il avait déclaré venir en spectateur, lui demanda :

— Tu es sûr de ne pas vouloir participer Gohan ?

— Certain ! J’ai arrêté définitivement et depuis trop longtemps les combats.

Le petit Uub risqua une remarque :

— Ta seule puissance est suffisante pour quand même aller loin, non ?

— Laissez tomber, intervînt Vegeta. Gohan ne vaut plus rien. Je pourrais le battre les yeux fermés !

La remarque fit sourire le père de Pan.

— Si ça te fait plaisir de le penser...

Vegeta sourit lui aussi, se rappelant d’un moment, neuf ans plus tôt…

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk