DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 9 jours, 21h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115
[Chapter Cover]
Partie 23, Chapitre 114.

Chapitre 114

– Le dernier combat est sur le point de commencer, annonça le Varga depuis la salle de contrôle. J’appelle Gast Carcolh de l’univers 7 contre Le Grand Roi Démon Piccolo de l’univers 3 !

– Enfin, il était temps ! maugréa ce dernier, bras croisés. Ce vieillard a pris son temps !

Raichi, qui était revenu dans son espace, avait entendu le Namek, et se crispa. Il avait eu de réelles difficultés avec ce maudit Saiyan, et entendre quelqu’un le critiquer l’irritait quelque peu. Quoi qu’il en soit, son futur adversaire allait être l’un des deux Nameks qui allaient combattre mais, tant qu’à faire, autant tomber sur quelqu’un de sain d’esprit...

Les Nameks s’envolèrent vers la surface de combat, se posant à quelques mètres l’un de l’autre. Ils se scrutèrent mutuellement, sans esquisser un geste. Aucun des deux ne semblait être affecté par la gravité, ce qui interpella les deux Piccolo des univers 16 et 18. Ce Piccolo Daimao était plus fort que celui qu’il était autrefois, et paraissait pourtant être le même que celui qu’il était lors de sa première séparation avec Kami-sama. Bientôt, ils seraient fixés. Sans quitter son adversaire des yeux, Gast dit d’une voix grave:

– Le “Grand Roi Démon” ? Tu ne pouvais pas trouver plus prétentieux comme nom ?

– ...Dit celui qui se nomme d’après une divinité Namek ? répliqua Piccolo d’un ton railleur. Tu veux comparer celui qui est le plus arrogant, peut-être ?

– Ne joue pas à ça, répondit Gast en durcissant son regard, je sais que tu ne connais rien aux Nameks. Tu ne sais rien de nos coutumes, de nos rites, de notre peuple. Sans ta mémoire, tout ce qu’il t’est resté, ce sont les actes mauvais commis par ceux avec qui tu as cohabités, tu as été perverti et tu te prends pour un démon. Cesse de prétendre que tu connais quoi que ce soit à notre propos.

Piccolo ricana, à la pensée que tout ce dont il savait des Nameks, c’était à l’écoute des différentes conversations qu’il avait eu avec les Nameks qui étaient venus le chercher sur Terre, ainsi que les discussions qu’il avait entendu de parts et d’autres de l’arène pendant ces derniers jours. C’est ainsi qu’il avait compris la signification du nom de son adversaire, mais cela lui importait peu.

– Tu as parfaitement raison, s’exclama Piccolo, je ne suis pas un Namek ! Je suis le Mal absolu, les ténèbres de l’existence, ton exact opposé ! Et je te suis supérieur en tout point, je vais te le prouver !

– Oui, oui, tu es un Namek amnésique corrompu par le mal, je sais… Mais, tu es bien trop faible pour moi, ce combat ne sera pas intéressant…

– … Faible ? Reprit l’autre guerrier à la peau verte. Que tu crois… Je n’en suis pas si sûr !

Levant les avants-bras, il déploya rapidement une intense énergie qui fit trembler le sol, des pierres se soulevant et se brisant en de multiples jets de poussière. La puissance que le Namek dégageait fit réagir plusieurs combattants dans l’arène, comme les deux Piccolo.

– C’est moi ! s’étonna celui de l’univers 18, une perle de sueur sur le front. Mais… comment ?

– Hein ? C’est toi quoi ? demanda Gokû, ne comprenant pas.

– Ce démon Piccolo, ce n’est pas seulement ma partie maléfique. Il a aussi fusionné avec Kami-sama ! Il est complet, comme moi quand je me suis battu contre #17 et Cell à sa première forme, il est réunifié !

Sur le ring, Gast n’avait pas sourcillé. En effet, la puissance que ce démon Piccolo déployait était impressionnante, d’autant qu’elle venait d’un Namek depuis toujours destiné au combat, mais cela n’était pas un problème à ses yeux, qu’il ferma avant de soupirer. Au moins arriverait-il à le distraire un peu, avant de lui montrer ce qu’était réellement un être puissant, l’incarnation en une seule entité d’un peuple entier. Le voyant sans réaction, Piccolo grinça des dents, et se lança à l’assaut de cette “divinité” qui se moquait de lui. D’une vitesse surhumaine, il asséna plusieurs coups directs sur le visage du grand Namek qui leva rapidement les bras et dévia la pluie d’attaques qui fondait sur lui. Sans lui laisser le temps de réfléchir, Piccolo l’encercla grâce à sa grande rapidité, enchaînant coups de genou, coups de pieds et de poings, sans parvenir à déstabiliser son adversaire qui se contentait de bloquer chaque attaque de façon presque nonchalante, ce qui eut le don d’irriter le roi démon qui fit jaillir un rayon d’énergie de sa bouche, visant la tête de Gast qui se jeta en arrière, sans toutefois décoller les pieds du sol, le rayon allant frapper le bouclier qui résonna bruyamment. Se projetant en l’air de façon presque parallèle au sol, Gast enfonça son bras dans la terre et donna un violent coup de jambe dans celles du Namek amnésique qui commença à tomber par terre. Sa tête n’avait pas touché le sol qu’un autre coup de jambe dans l’estomac lui coupa le souffle et le projeta une dizaine de mètres plus loin. Cependant, il se réceptionna, un regard assassin sur le visage, et se jeta à nouveau sur Gast qui l’attendait de pied ferme. Dans l’univers 18, les deux anciens rivaux observaient le combat, toujours aussi surpris :

– D’après toi, il aurait piégé Kami-sama tu crois ? Il l’aurait attaqué et forcé à fusionner ?

– Non, répliqua un Piccolo tremblotant, il faut être pleinement consentant pour effectuer une assimilation. Quand Nail puis Kami-sama l’ont fait pour moi, il m’avait suffi de les toucher et d’attendre qu’ils viennent en moi. J’ignore comment et pourquoi, mais la part maléfique de celui que j’étais est aux commandes ! J’imagine que Kami-sama ne pouvait rien faire face à lui, et personne ne pouvait plus lui faire obstacle. Il a dû penser qu’il n’avait plus qu’à se laisser absorber, certainement dans l’espoir de redevenir l’être unique et maître de ses pensées positives qu’ils étaient avant leur séparation. Mais sa volonté a dû écraser celle de Kami-sama; et sa personnalité maléfique s’en est sûrement retrouvée encore plus forte !

Piccolo Daimao, avec cette ouïe surdéveloppée propre aux Nameks, écoutait ce que disait son alter-ego d’un autre univers, et sourit sadiquement alors qu’il tentait toujours de briser la garde de cet arrogant Namek gigantesque, mais cet instant d’inattention lui fut fatal, et il sentit le poing de son adversaire s’abattre brusquement sur son visage, lui brisant le nez. Il s’affala par terre et ne parvint pas à se relever, tant le choc avait été grand. Gast, le regardant tenter de se ressaisir en vain, lui dit d’une voix profonde:

– En effet, tu es vraiment puissant pour un Namek, bravo. Cependant, je suis plus exceptionnel que toi. Tu n’as vraiment aucune chance ne serait-ce que de me faire mettre un genou à terre.

– Qu’est-ce qu’il peut être arrogant, celui-là ! souffla Vegetto dans l’espace 16.

Ses comparses le regardèrent avec la mâchoire touchant le sol. C’était l’hôpital qui se moquait de la charité !

– Quant au Mal absolu, poursuivit le Namek sans tenir compte de la remarque, tu te fourvoies. Il y a bien pire autour de nous, regarde donc. Nous sommes entourés de criminels sans remords, qui ont dévasté des centaines de planètes, anéanti les populations de nombreux mondes, mais toi… tu es habité par la gentillesse et l’amour du prochain.

Piccolo resta bouche bée à cette dernière parole. Lui, un bon samaritain ? Lui, qui a semé la peur et le désespoir ? Lui, le plus maléfique des démons qui ait jamais existé ?

– Qu’est-ce que tu racontes, espèce d’imbécile ? Je massacre chaque jour des dizaines d’humains pour le simple plaisir de me faire plaisir ! Je les torture, j’assassine leurs proches, leurs enfants sous leurs yeux ! Il ne reste pas même la moitié de la population sur Terre !

– Tu te donnes des grands airs, mais tu n’es pas si maléfique, répliqua Gast. Vois ces deux robots là-bas, dans l’univers 14, ont massacré toute la population, pas juste la moitié. Eux détestent réellement les humains, leur haine est de loin supérieure à celle que tu ressens. Tu te prétends le Mal absolu, mais ce n’est pas le cas. Entre autres, lorsque tu as fusionné avec ta partie bienfaisante, tu as été corrompu par le Bien !

– Qu... quoi ?? s’écria Piccolo, abasourdi.

– Tu aimes la Terre et ses habitants, continua Gast, un sourire aux lèvres. Le Bien grandit en toi… Et bientôt, tu seras converti ! Tu ne feras plus souffrir les hommes, tu seras un être bon ! De démon, tu vas devenir un ange protecteur et généreux envers les faibles et les démunis !

Piccolo dévisagea Gast, estomaqué. Cela ne pouvait être vrai, non… Et pourtant, des images lui revinrent en mémoire. Ces dernières années, il lui était arrivé des situations inhabituelles. Il se vit en train de marcher dans une ville qu’il avait détruite, une enfant pleurait dans une ruelle sombre en ruines. Il s’apprêtait à la tuer, le bras levé, quand cette dernière avait tourné son visage vers lui. La profondeur de ces yeux, bleus et innocents, versant des larmes avaient déstabilisé Piccolo qui était resté figé pendant un long moment, serrant les dents, la main tremblante. Il avait ensuite abaissé son poing et fracassé le mur à côté de la fillette terrorisée, avant de partir sans se retourner. Il avait également empêché ses rejetons démoniaques de détruire d’insignifiantes bourgades à plusieurs reprises, prétextant un désintérêt ou une destruction reportée, mais il avait l’image d’enfants humains dans son esprit qui le bloquaient parfois intérieurement.

Dans l’univers 18, Son Gokû demanda à Piccolo:

– Tu en penses quoi ? Tu crois que Kami-sama pourrait influencer sa partie négative ? Si je me souviens, quand j’étais petit, il ne voulait pas t’affronter et avait voulu t’enfermer pendant le Tenkaichi Budokai, tu penses que si tu l’avais absorbé à ce moment, tu serais devenu gentil ?

– Je ne sais pas, répondit l’intéressé, l’air songeur. Quand j’ai absorbé Kami pour ne faire qu’un avec lui, j’étais déjà de votre côté, et on avait besoin de se réunir pour contrer la menace que commençait à être Cell. Si j’ai autant changé, c’est grâce à toi et Son Gohan. Pour ce Piccolo Daimao qui est resté mauvais, cela doit prendre des années pour changer progressivement.

Gohan, à côté de lui, légèrement en retrait, n’en pensait pas moins. Il tourna légèrement la tête vers Piccolo pour le regarder avec un sourire. Il savait, lui, qu’il y avait du bon prêt à sortir en Piccolo Daimao.

Ce dernier tourna la tête vers eux à ces paroles, les yeux exorbités. Non, ce n’était pas possible, l’idée que le Bien soit en lui lui était insupportable. Il était l’incarnation du Mal, le cauchemar de l’humanité !

– Tais… Tais-toi ! hurla Piccolo en frappant le sol rageusement, creusant un énorme cratère sur l’astéroïde qui trembla, les éclats de roches se dispersant dans l’air. Tu délires ! Je me contrôle parfaitement, et je ne ferai jamais le Bien ! Je... je suis… Je suis Piccolo !

Tout en criant ce dernier mot, il se jeta furieusement sur Gast, projetant son poing dans ce prétendu saint pour qui sa haine ne connaissait plus aucune limite, puis… se retrouva face contre terre en l’espace d’un clin d’oeil, sonné. Gast s’était déplacé instantanément derrière lui et, agrippant sa tête, l’avait enfoncé brutalement dans le sol. Pendant que Piccolo reprenait ses esprits, les mains plaquées au sol, Gast reprit son discours:

– Tu en as envie, n’est-ce pas ? Quand tu vois ces humains en détresse, désespérés, tu veux les protéger… tu veux les sauver ! Alors ne te retiens plus, cesse de lutter ! Laisse-toi envahir par l’amour et la bonté !

– Non… Non ! s’exclama Piccolo, se tenant la tête dans les mains, essayant de ne pas écouter ces immondes propos qui malgré tout pénétraient son esprit et sa conscience. Gast leva les bras, ses yeux virèrent à un blanc immaculé, et une sorte de lumière filtra autour de lui, faiblement, assombrissant l’environnement autour de lui. Spectateurs et combattants, Nameks et Vargas, l’espace de quelques secondes, furent saisis de frissons, comme si un être mystique, voire divin venait de s’incarner en ce monde, cette présence se ressentait en Gast, qui proclama d’une voix grave et profonde:

– C’est inévitable… car tel est ton destin.

Ces paroles ainsi que cette sorte d’aura “divine” que se donnait Gast furent un déclic pour Piccolo qui se releva d’un coup, sous le regard interloqué de Gast qui n’esquissa pas un geste. Le roi démon pesta:

– Mieux vaut être sourd que d’entendre pareilles inepties !

Attrapant ses oreilles de ses mains vertes, il les arracha brusquement, ce qui eut pour conséquence de surprendre son adversaire, estomaqué. Ses paroles l’avaient-ils vraiment poussé à commettre ce geste inutile ? Cette pensée allait se révéler très vite erronée. Piccolo commença à émettre un sifflement qu’il fit monter dans des tonalités de plus en plus hautes, qui parvint jusqu’à Gast. Ce dernier plaqua soudain ses mains sur ses oreilles, pris d’une vive douleur à la tête, gémissant:

– Mais… Quel est ce son ?! C’est horrible ! Argh !

Sans attendre, et tout en continuant sa mélopée déchirante, Daimao asséna un coup de genou dans le menton du grand Namek qui partit en arrière, un filet de sang traversant l’air. Gast se ressaisit, mais ne put se concentrer sur le combat tant le son qu’émettait son adversaire démoniaque était un supplice. Intérieurement, le Roi Démon était au septième ciel : il pouvait plier un combattant des dizaines de fois plus puissant que lui d’un simple mouvement des lèvres. Même s’il avait du mal à le reconnaître, être un Namek avait son avantage, à savoir connaître la faiblesse de ses congénères, une intolérance certaine aux sons stridents, fait qu’il avait découvert sur Terre. Quand il avait été confronté à cette faiblesse pour la première fois, il avait fait exploser le paysage autour de lui dans un rayon de cent kilomètres, anéantissant tous les humains aux alentours.

Dans le public, un individu de petite taille, portant des lunettes noires et des vêtements sombres sur lesquels étaient inscrits le symbole des Kaiô, était en train de l’expliquer aux personnes assises autour de lui:

– Pour un Namek, l’onde sonore d’un sifflement est aussi insupportable qu’un crissement sur un tableau noir ! Ainsi, ce son venu de la Terre met Gast en difficulté, alors qu’il est clairement le plus fort sur le terrain !

– Hum, lui dit son voisin, un jeune homme vêtu d’un imperméable beige, c’est intéressant, mais… ce sont vos commentaires qui nous insupportent. J’essaie de profiter du tournoi, vous ne pourriez pas vous arrêter de faire part de vos avis ?

– Ex… Excusez-moi, dit d’une voix honteuse le Kaiô, baissant la tête.

Pourtant, cette remarque était réellement intéressante, dans la mesure où tous les Nameks de l’arène, guérisseurs comme surveillants, ne parvenaient plus à garder les yeux rivés sur l’arène, tous étaient genoux à terre, mains sur leurs oreilles, à essayer d’étouffer ce son abominable qui vrillait leurs tympans, sous le regard inquiet des Vargas qui se demandaient s’il fallait laisser le combattant à l’origine de ces douleurs continuer ainsi. Pendant ce temps, ce dernier enchaînait les coups en direction de Gast, incapable d’esquisser le moindre geste de riposte, encaissant chaque uppercut à pleine puissance, le sang giclant sur le sol. Dans l’espace 18, Son Goten observait la scène, perplexe, pendant que Piccolo s’était bouché les oreilles, à l’image de son alter-ego de l’univers 16. Le demi-Saiyan dit:

– Mais il est débile lui ! Pourquoi il se coupe pas les oreilles comme l’autre ? Ce serait plus facile !

Gast agrippa soudainement le visage de Piccolo, l’empêchant de continuer son requiem strident, puis tourna la tête vers Son Goten, disant d’un air consterné:

– Ça va, eh ! On cherche du challenge comme on peut, c’est déjà suffisamment inintéressant comme ça…

– Hein ? Il m’a entendu, j’y crois pas ! s’exclama Goten.

– Monsieur, le prévint le Varga assigné à l’espace 18, il est interdit d’aider un participant, même avec des conseils. La prochaine fois, je disqualifierai votre Gotenks.

– Mais je lui parlais pas ! s’égosilla Goten, paniqué.

Piccolo Daimao parvint à se dégager de la prise de Gast, et recommença à nouveau à siffler. Mais ce dernier, soupirant de découragement, assomma le Namek corrompu d’une pichenette en plein visage, le corps inerte de Piccolo s’effondrant sur le sol. Les Vargas, voyant bien que le combattant était hors service pour de bon, à la vue des Nameks qui se ressaisissaient, annoncèrent:

– Victoire de Gast Carcohl, de l’univers 7 !

– Ton chemin est encore long, dit l’intéressé, en posant un genou à terre auprès du Namek inconscient. Plaçant sa main sur le torse de Piccolo, une lumière verte en émana et enveloppa le corps du “démon”, guérissant ses plaies, faisant repousser ses oreilles. Le Namek se réveilla, surpris, et se redressa, bégayant :

– Je… Je… Je suis guéri ?

Il regarda Gast qui avait commencé à s’éloigner, sans comprendre ce qu’il se passait. L’être issu de l’assimilation de dizaines d’individus, lui tournant le dos, lui dit:

– Pense à ce qui te rend vraiment heureux… Torturer des hommes, ou les voir s’épanouir sous ta protection, voir leurs sourires de reconnaissance illuminer ton âme et ton coeur, te faire te sentir grand et aimé. Réfléchis-y, vraiment et sans préjugés. Tu n’as pas à trouver la réponse immédiatement. Cherche au fond de toi, de toi uniquement. Ignore le regard des autres. Et si jamais tu as besoin d’un vœu pour l’humanité dans ton univers, demande-moi. Je compte bien gagner et j’aurai un vœu de libre. Il sera pour toi.

Piccolo mit un instant à saisir les mots qui sortaient de la bouche de ce Namek à l’aura si divine, et serra les poings, de rage et d’incertitude. Tout ce que Gast lui avait dit était-il vrai ? Souhaitait-il au plus profond de lui défendre les faibles humains, les voir heureux, grâce à… lui ? Perdu dans ses pensées, il s’envola dans son espace et se dirigea dans l’appartement sous le regard inquisiteur de Raichi, l’air sombre.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk