DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 13 jours, 11h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124
[Chapter Cover]
Partie 14, Chapitre 66.

QUATORZIÈME PARTIE : SAIYANS, NAMEKS ET AUTRES DÉMONS

Chapitre 66

— Maintenant, voici Akira Toriyama de l'univers 2, contre Raichi de l'univers 3 ! cria l'animateur Varga au micro.

— Ah. fit lentement Raichi.

Enfin son tour. Il avait espéré se battre contre des Saiyans, mais l'abandon de l'univers 10 l'avait déçu. Heureusement, peut-être le pire d'entre-eux venait de combattre : en voilà un qu'il pourrait éliminer lui-même ! Il restait quatre combats avec le sien. Ça signifiait qu'après une première victoire, il devrait affronter le vainqueur du combat suivant. Ensuite, le meilleurs des quatre derniers combattants qui finiront le premier tour. Au mieux, il pouvait affronter Baddack après trois victoires. Et encore faudrait-il que Baddack parvienne lui aussi jusque-là : Cold n'était pas mauvais, il le savait. Après lui, il aurait à affronter le vainqueur entre l'un des gars de l'univers 19 dont il avait oublié le nom, et une autre Saiyanne, visiblement, de l'univers 16.

Assis sur une étrange sphère bleue corbeau, Raichi lévita en direction du ring. Son concurent n'y était pas encore. Jetant un oeil derrière lui, le vieux Tsuful le vit apparaître, sortant du couloir de l'univers 2. Il était très petit. Le combattant, Akira Toriyama, semblait ne pas dépasser les soixante-dix centimètre. Il portait un masque. Est-ce que l'air ambiant était néfaste pour lui ? Raichi pouvait s'en assurer, en le lui retirant une fois sur le ring... C'est une façon de gagner comme une autre. Mis à part ça, il était habillé d'un costard. Étrange de se battre dans cette tenue.

— C'est mon tour... fit Akira.

Il surprit un autre petit homme (bien que dépassant tout de même Toriyama) qui se tenait depuis quelques minutes juste devant l'entré. Il n'avait pas l'air plus combatif, habillé d'un pantalon à rayure et d'une veste toute simple. Cet homme reconnu tout de suite le combattant qui venait de faire son apparition : son nom lui avait mis la puce à l'oreille.

— Mais ! Vous êtes l'auteur ? demanda, pour confirmation, Senbei Norimaki, alias Dr Slump.

— Exact ! J'ai un contrôle total sur mes personnages, je suis sûr de gagner ! fit-il en levant son poing vers la victoire, ou plutôt sa pince mécanique vers la victoire.

— Ce n'est pas très loyal... fit remarque le docteur à la fine moustache.

— Tu veux que je te fasse danser les claquettes ? menaça monsieur Toriyama, les yeux de son masque semblant prendre une allure tout aussi menaçante.

Senbei fit non de la tête tellement vite qu'il sembla avoir plusieurs visage.

— Mais ce Raichi... C'est vraiment un de vos personnages ? vint demander Belzebub, restant tout de même à une distance raisonnable de lui (pas envie de danser les claquettes !).

Toriyama sortit plusieurs dossiers d'un sac qu'il avait amené avec lui. À l'intérieur, tout un tas d'image de personnages, avec des informations les concernant.

— Quoi ? Bien sûr que c'est moi qui... Attends...

Toriyama venait d'avoir fait le tour de toutes ses images de personnages, et il ne l'avait pas vu. Il regarda vers le ring pour revoir la tête de ce Raichi, puis revérifier ses données à une vitesse folle. Sans résultat.

Rien dans aucune de ses séries. Il sorti un listing griffonné et rit aux jeux de mots qu'il avait trouvé pour les noms de ses personnages. Mais il n'y était pas. Pourtant c'était bien un jeu de mot aussi : son adversaire s'appelait en réalité "litchi", comme le fruit exotique. Il sorti ses "characters design" : non, pas là, rien non plus ici... Dragon Quest, Tobal, Chrono Trigger...

Bon, voyons, il était dans une BD de fans de Dragon Balls, et les personnages qui avaient combattu jusque-là venaient toujours de Dragon Ball d'une façon ou d'une autre. Sauf justement dans l'univers 2. Mais ce Raichi venait du 3.

— Je ne sais pas qui sont les idiots qui font cette BD, mais leur personnage vient de moi pour sûr ! Ce doit être un ajout du dessin animé. Attendez...

Il sorti des cellulos, feuilles plastiques transparentes originales de la Toeï Animation, qui a immortalisé son oeuvre, lui ajoutant couleur, sons, mouvement, et quelques légères lenteurs... Ah, la liste des méchants des films. Tullèce, Broly, Janemba, C-13... Tiens, voilà Baddack. Mais non, pas de Raichi. Voyons... des produits dérivés encore plus dérivés ! Une publicité pour des gouttes dans les yeux, rien. Des documentaires pour les enfants, non. Un jeu télé avec des voyages dans le temps, non plus. Le cross over avec One Piece -Ah, on s'est bien amusés- non plus. DBGT, non plus.

Il s'attarda sur un Tsuful nommé Baby, sans savoir pourquoi. Maître Toriyama ne se doutait pas que Raichi était aussi un Tsuful, aussi dernier survivant du massacre par les Saiyans, aussi voulant se venger d'eux.

Soudainement, il tomba sur une série d'image notée "jeux vidéos". Mais ceux-ci suivaient tous très fidèlement la... qu'est ce que c'est que ce type ? Ozotto ? On dirait un Cell complètement raté ? L'avait-il designé ? Hum, il devait être saoul... Ah... ah ! Le voilà, Raichi, personnage d'un jeu vidéo ! Zut... Il n'avait pas du tout touché à ça...

— Ah non... C'est pas moi qui l'ai inventé... avoua Akira Toriyama en regardant une dernière fois son adversaire qui patientait.

Il réfléchit trois secondes, passant une de ses pinces mécaniques dans son dos.

— Alors j'abandonne. Je suis trop vieux pour ces conneries.

Face à cette décision, la moitié de l'univers 2 tomba à la renverse.

— Raichi est vainqueur, vous pouvez sortir du ring. fit l'animateur Varga.

— Ah bon...

"Voilà une bonne chose de faîte, c'est pas plus mal" pensa le Tsuful en rentrant lentement vers son espace.

Alors que Akira Toriyama se dirigeait vers le couloir, deux types l'empêchèrent d'avancer, tout content, tendant au bout des mains ce qui ressemble à un calepin et un stylo.

— Toriyama-sensei-sama-dono ! fit celui de gauche, Salagir, un blond avec une queue de marsupilami. Il avait à l'évidence appris le Japonais en regardant, de travers, des dessins animés japonais. Dans ce genre de cas, il valait mieux ignorer. De toutes façons, les gaijins et la politesse...

— On peut avoir un autographe ? demanda le brun aux longs cheveux dressés sur sa tête, Gogeta jr.

Ils lui tendirent un objet fin, rectangulaire, de la taille d'un plat à tarte peut-être.

— C'est quoi ça ? demanda Akira.

— Euh, une tablette graphique, lui répondit le jeune homme brun en lui tendant un stylo.

— Vous pouvez pas utiliser du papier, comme tout le monde ?

— Du quoi ? s'étonnèrent les deux hommes pendant que monsieur Toriyama signait sur les tablettes tactiles.

Puis il s'en alla sans se retourner. Ces personnages étranges lui avaient donné un goût désagréable de déjà vu. Il sentait qu'il les avait déjà rencontré dans une autre vie, ou une autre BD, plus petite, voire mini...

— Il a écrit « Toriyama » là ? demanda le brun en regardant l'écran de sa tablette.

— J'en sais rien, c'est tout en kanji ! lui fit son ami qui se questionnait tout autant.

Plus loin, Toriyama fut arrêté par un autre personnage. Petit, chatain clair aux yeux bleus, il tendit au maître un livre et lui dit :

— Vous pouvez me signer ça ?

— Qu'est-ce que c'est ? demanda Akira en le prenant dans les mains.

— Un roman !

— Mais c'est illisible !

— Heu...

— En plus la couverture est à la fin.

— C'est parce que ça se lit de gauche à droite...

— Ah bon, c'est le monde à l'envers. C'est devenu n'importe quoi tout ça.

Après avoir gribouillé des trucs en bâtons, il continua sa route, laissant ce personnage étrange avec son livre illisible à l'envers.

Avançant d'un pas assuré, les mains dans les poches, un petit sourire entendu au coin de la bouche, un homme portant un turban à la Piccolo, une cape et trois épées s'approcha de Toriyama. Une fois à proximité, il parla avec bonne humeur.

— Hé, finissez avec moi !

Puis, il prit soudain un ton grave en sortant un poing d'une poche, le brandissant triomphalement devant lui.

— Lorsque je perds mon calme et qu'une immense colère m'envahit, je me transforme en combattant de légende ! Je suis... Je suis...

— Jackie Chan ?

Ne s'étant même pas arrêté, Toriyama dépassa l'homme qui le regarda partir, la mâchoire décrochée, avant de bredouiller d'une petite voix aigüe :

— Son Gokû. Le super Saiyan...

— Il me voulait quoi, ce type-là ? se demanda le talentueux mangaka en haussant un sourcil et en pressant le pas, l'endroit semblant décidément mal famé.

Un varga, un peu plus loin, prie alors Toriyama de ralentir. En effet, le béton venant d'être lustré, et pour des raisons de sécurité, il vaudrait mieux pour lui de marcher prudemment pour éviter une glissade qui l’emmènerait droit aux DB Murgences.

Un jeune homme à lunette, vétu d'une armure saiyanne, courrait pour le rattraper à son tour.

— Maître, Maître...

"Il m'ignore le bougre. Moi qui est toujours rêvé de le rencontrer !"

— Maître, j'aimerai tant devenir comme vous, avoir votre talent !

"Eureka ! Je vais utiliser la technique de Ginyû, ainsi, je deviendrai Toriyama !"

Il hurla alors "Bodi Chenji !" tout en se transperçant la poitrine du poing droit. Un rayon d'énergie jaillit de son corps, en direction de Toriyama. Mais celui-ci glissa... Quel maladroit. Le rayon d'énergie alla donc frapper un varga.Les deux esprits s'échangèrent d'un corps à l'autre...

— J'ai réussi, je suis devenu To... kwak ?

Le jeune homme s'interrompit, ou plutot à présent le varga. Il voyait le mangaka au sol.

"Mais je suis dans quel corps moi alors ?"

Après une inspection de lui-même ultra rapide, il hurla :

— Noooooooooooooonnnnn Kwak !

Toriyama se releva tant bien que mal, et murmura en voyant le Varga crier :

— Quel drôle d'oiseau celui-là...

Il était décidément trop connu et célèbre : une jeune femme l'attendait un peu plus loin encore. Les cheveux châtains clairs, un ruban blanc autour de la tête, un scooter à son oeil gauche, elle était reconnaissable entre mille. Toriyama remarqua qu'elle portait les chaussures d'un célèbre hérisson bleu, et qu'elle lui tendait un bouquin.

— Encore ? C'est quoi ça ?

— Maître, c'est les origines des Saiyans, avec les Tsufurs !

— Ah bon ?

La dessinatrice lui expliqua en trente seconde le scénario de sa petite oeuvre. Une fois finit, elle attendit une réponse du maître :

— Il n'y a pas Gotenks ? Je l'aime bien lui.

— Heu... Non.

Toriyama partit sans un mot de plus, tout en pensant : "J'ai jamais imaginé l'origine des Saiyans moi, c'était pas important... en plus les Tsufurs sont pas de moi..."

Il espérait ne plus faire de telles rencontres aléatoire, mais peine perdue. Une autre personne l'arrêta.

— Bonjour maître, dit-elle. Je suis contente de vous voir. Je viens vous proposer quelque chose de formidable ! Je vous ai cherché vous savez...

Elle lui tendis une pile de feuilles de papier, écris serrés et petit.

— Non merci, je suis déjà assuré. Vos contrats de m'intéressent pas, madame. Désolé mais je dois y aller maintenant. Heu... J'ai un scooter garé en double file.

— Ce n'est pas ça du tout, dit-elle, c'est un scénario ! C'est la suite de Dragon Ball !

— Quoi, DBGT ?

— Non, c'est après DBGT. Vous savez, on est beaucoup à avoir suivit le dessin animé. Qu'on le veuille ou non, ça fait partie de l'oeuvre pour beaucoup de monde...

— Alors quoi, c'est encore un DBAF ?

— Mais non enfin, pas de SSJ5 s'il vous plait.

— Ce n'est quand même pas le script de ce truc débile sur internet, là ? Avec un tournoi multi-vers-de-terre ou je ne sais quoi ?

— Non, mon scénario à moi est beaucoup mieux.

— Et bien je suis content pour vous. Allez, au revoir !

— Attendez, vous devez le dessiner !

— Quoi ?

Toriyama-sensei s'enfuit en courant, poursuivit par cette femme et son scénario.Très vite, d'autres gens le poursuivirent aussi, avec des demandes diverses :

— Maître, maître, on veut savoir, c'est Broly ou Gokû le Saiyan légendaire ?

— Tori ! Que pensez-vous de Super Sonic ? Ils ont le droit de faire ça ?

— Hey, monsieur, je dessine une parodie de Dragon Ball avec du Mario, ça ne vous dérange pas ?

— Dites-moi Toriyama-san, j'ai une question sur la traduction d'un nom ! Parce que vous avez utilisé le kana "ma" mais si c'est un jeu de mot sur le mot auquel je pense, ne fallait-il pas rajouter l'élongation de la syllabe ?

— Au fait, bon anniversaire, maître ! Merci pour tout, aussi !

— Monsieur A. T., parce que vous avez laissé se créer Dragon Ball Evolution, je suis chargé de vous tuer ! Revenez !

— Akira, épouse-moi !

— Laissez-moi tranquille ! cria désespérément le poursuivi. Je n'ai plus envie de Dragon Ball, moi ! Je veux faire des histoires avec des cacas et des personnages tous ronds !

Ayant quitté l'arène depuis longtemps, le maître disparu à toutes jambes derrière une montagne. Là, il invoqua le pouvoir de la fin de chapitre, et disparu entre deux pages...

Pas très loin, aux abords de l'espace 2, quelques participants et spectateurs se posaient des questions :

— Il nous a vraiment... créé ? demanda le jeune Shu à ses compatriotes.

— En tout cas, il avait tout un tas de dossiers sur chacun d'entre nous, lui dit Eight sans pour autant répondre à sa question.

— Puisque je vous dis que c'était l'auteur ! répéta une nouvelle fois le dénommé professeur Slump.

— L'auteur de quoi d'abord, demanda innocemment le chat bleu.

— Il avait l'air de pouvoir tous nous contrôler, intervint Belzebub.

— Personne ne me contrôle, moi, rétorqua quelqu'un aux oreilles pointues, aux cheveux long argentés et portant une cape rouge.

— Et s'il était notre dieu, ou un truc du genre, ajouta Sun Wukong qui était resté en retrait depuis tout ce temps, il pourrait avoir ce genre de pouvoir... Et même toi Magus tu ne pourrais pas l'affronter et gagner.

— Tant qu'on essaye pas, on ne peut pas savoir, de toute manière.

— Non mais on ne peut pas lutter contre des dieux, intervint Naurb de l'univers 19 qui se baladait dans le coin et qui avait tout entendu. On n'est pas dans les Chevaliers du Zodiaque !

"C'est lui qui dit ça..." pensa Supaman sans oser le dire en face.

— Alors là, excusez-moi, mais des Dieux, je m'en fais tous les matins au petit déjeuner, dit Sun Wukong. Ils ne sont pas si terrible que ça.

Coupant court à toute discution ne menant à rien car il leur était maintenant impossible de vérifier quoique ce soit au sujet du maître Toriyama, le combat suivant fut annoncé :

— Nouveau combat, Syd de l'univers 6 contre Vegeta de l'univers 13.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk