DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 3 jours, 5h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127128129130
Partie 27 :131132133134135
Partie 28 :136137138139140
Partie 29 :141142143144145
Partie 30 :146147148149
[Chapter Cover]
Partie 30, Chapitre 149.

Chapitre 149

Pendant ce temps, dans les cieux surplombant l’arène, un spectacle d’agilité se déroulait au-dessus du champ de bataille. Voltigeant parmi des dizaines de disques d’énergie, Son Gohan tentait de s’approcher tant bien que mal de Cell qui se trouvait au sol, les bras tendus. Cela faisait un long moment que les deux combattants s’affrontaient dans un duel féroce. Ni l’un ni l’autre ne parvenaient à prendre l’ascendant sur son adversaire.

Dès qu’il trouvait une occasion, Gohan envoyait des Kikohas en direction de Cell, mais ce dernier les bloquait obstinément en faisant apparaître momentanément son bouclier. Il ne pouvait le maintenir, car cela nécessitait une dépense d’énergie qu’il ne pouvait se permettre. Il devait encore s’occuper du deuxième Son Gohan afin de protéger son maître, et il lui fallait un maximum de ressources pour ne serait-ce qu’éloigner le Saiyan de lui.

Alors qu’il jonglait parmi les Kienzans à la recherche d’une idée providentielle, Gohan parvint à stopper net l’un des disques en concentrant son aura au point d’impact de l’attaque, au moment où il allait entrer en contact avec elle. Il l’envoya sur Cell de toutes ses forces. L’être parfait ne parvint pas à en reprendre le contrôle et l’esquiva en faisant un pas chassé rapide. Gohan tiqua en voyant cela et comprit comment se débarrasser de cette technique.

“Je vois…”, pensa-t-il. “Il n’a pas utilisé son bouclier, ça ne doit pas fonctionner avec ses propres attaques ! Dans ce cas…”

Déployant son aura, Son Gohan se déplaça à toute vitesse entre les disques, se frayant un chemin droit sur Cell. Ce dernier esquissa un sourire en comprenant où il voulait en venir.

– Tu veux faire la même chose que ton père, hein ? Lui aussi a tenté de me piéger comme Freeza sur Namek, quand j’ai tenté de le découper lors de mon tournoi. Tu te souviens de ce que j’avais dit ? Je vais te répondre la même chose qu’à lui autrefois. Je ne suis pas aussi stupide que Freeza, tu ne m’auras pas !

Gohan sourit également, les Kienzans à sa suite. Cell était prêt à le recevoir, et à détourner ses attaques au besoin. Cependant, alors que le Saiyan arrivait à sa portée, il disparut aussitôt, surprenant Cell qui n’avait pas vu où il s’était déplacé. Il localisa Son Gohan derrière les Kienzans qui continuaient leur route.

– Aaah ! s’écria Gohan en serrant les poings.

Poussant un puissant Kiaï, il fit tourner les Kienzans sur eux-mêmes, puis leur donna un incroyable élan, les envoyant droit sur Cell. L’être parfait paniqua. Il venait de perdre le contrôle de sa technique, et il était trop tard pour essayer de les récupérer. Déployant ses ailes, il esquiva au mieux les disques d’énergies, mais l’un d’eux le frappa à l’épaule gauche, tranchant partiellement les muscles de son bras. Il grinça de douleur, mais parvint à éviter les autres qui creusèrent le sol de l’astéroïde, allant probablement se perdre dans l’espace, de l’autre côté de ce caillou géant.

Cell chancela alors que la douleur dans son épaule s’amplifiait, mais il n’eut pas le temps de se reprendre. Son Gohan apparut devant lui, les mains jointes sur le côté. Cell écarquilla les yeux alors que son adversaire tendait les bras en s’écriant :

– Mé… Ha !!

La vague déferlante frappa l’être parfait de plein fouet, à bout portant. Elle disparut dans l’immensité de l’espace, alors qu’une épaisse fumée recouvrait l’endroit où se trouvait Cell.

Gohan se remit en garde, sentant toujours l’énergie de son ennemi qu’il sentait affaibli. La fumée se dissipa peu à peu, révélant Cell tremblant de rage et de souffrance. Tout son bras droit avait été annihilé, ainsi qu’une partie de sa jambe droite. Gohan esquissa un rictus peu rassuré, sachant que Cell n’avait eu aucune défense face à son attaque, qu’il avait poussée au maximum. Ainsi donc, même sans se protéger, Cell survivait à sa pleine puissance. C’était mauvais signe pour la suite, et il ressentait pourtant une pointe d’excitation, due à ses origines. Il était dirigé par son devoir de protection, mais ce combat lui procurait une étrange sensation : la fierté de se battre en première ligne comme l’avait toujours fait son père, face à des ennemis aussi forts que lui, voire davantage.

Cell ressentait lui aussi le frisson de l’excitation, mais il enrageait d’avoir encaissé une telle vague d’énergie sans avoir pu l’anticiper. Ce genre de stratégie lui correspondait pourtant plus qu’à Son Gohan, qui ne s’était pas privé de la mettre en pratique. Gokû et Vegeta avaient été des adversaires mémorables, mais seul Gohan parvenait à lui donner autant d’enthousiasme, de colère et de frissons lors d’un combat.

Grimaçant sous l’effort, il régénéra le côté droit de son corps ainsi que sa jambe. Il en profita pour faire de même avec son bras droit. Il n’avait pas été suffisamment blessé pour gagner davantage en puissance. C’était bien la preuve qu’il était supérieur à Gohan, même de peu. Mais il ne pourrait jamais enchaîner avec le deuxième dans son état. Sa priorité était d’abord d’en finir avec celui-là.

Il porta un vif coup de jambe à hauteur du visage de Son Gohan qui se le prit de plein fouet. Il le suivit immédiatement et lui porta de nombreux coups que le Saiyan para difficilement. Alors qu’ils se livraient un combat acharné, Cell fit avec malice :

– Tu es incroyablement fort, Gohan ! Tu as gagné mon respect ! Mais moi aussi, j’ai changé ! Et je te surpasse ! Finissons-en !

Dans un geste rapide, il plia son bras droit pour placer sa main à hauteur de son épaule gauche. Une immense source d’énergie émana du bout de ses doigts tendus, et Gohan comprit immédiatement le danger. Cell tendit son bras vers lui tout en ricanant, et tira un Makankosappo surpuissant à bout portant. Un juste retour des choses après le Kamehameha qu’il s’était pris.

Son Gohan fut propulsé en arrière, ses jambes creusant un large sillon dans le sol. Cell remarqua que le rayon n’avait pas transpercé son ennemi, et y mit fin. À présent éloigné de plusieurs dizaines de mètres, Gohan transpirait, la main gauche située à l’endroit où Cell avait frappé. Il était parvenu à bloquer l’attaque, au prix de son poing calciné et couvert de sang. Cell eut un sourire mesquin. Pour lui, le combat était désormais terminé. Il lança d’un ton provocateur :

– Joli coup, mais c’est fini ! Tu ne peux plus utiliser cette main, j’ai définitivement l’avantage.

– Dis-moi, Cell…, fit Son Gohan en souriant à son tour. Dans ton Univers, est-ce que l’on s’est livrés à un Kamehameha final ?

– En effet, répondit Cell en fronçant les yeux. Tu m’as bien résisté alors qu’il ne te restait qu’un bras valide. Et alo…

Les mots de Cell s’évaporèrent dans son esprit comme dans sa bouche, prenant conscience de ce à quoi Gohan faisait allusion. Avant qu’il n’ait pu réagir, Gohan s’approcha très vite de lui et lui asséna un puissant coup du poing droit dans le torse en précisant d’un ton satisfait :

– Et alors, je suis droitier !

Il enchaîna par un violent coup de genou dans sa mâchoire, puis par un crochet qui envoya Cell valser plus loin. Alors qu’il se rétablissait en tremblant, du sang sur les lèvres, il vit le Saiyan foncer vers lui en hurlant, la main gauche tendue. Cell resta immobile, choqué par ce que son adversaire tentait.

“C’est impossible ! Il ne va tout de même pas me frapper avec cette main blessée ? C’est de la folie !”

Se préparant à une éventuelle feinte, Cell porta son attention sur le poing droit de Gohan. Ce dernier plia alors son bras gauche et frappa violemment Cell du coude. Il ne tomba pas néanmoins, parvenant à tenir debout sur une jambe. L’être parfait n’avait sincèrement pas vu ce coup venir.

– Argh… Bien joué ! On dirait que tu n’es pas encore brisé ! Le combat continue ! s’exclama-t-il d’une voix ravie en reprenant sa posture de combat.

Alors que son mari alternatif affrontait son ennemi juré, Videl de l’Univers 18 parcourait les couloirs de l’arène avec vélocité, tenant Bra par la main. Elle savait que Nappa les poursuivait, et elle espérait le semer parmi les divers couloirs de l’enceinte du bâtiment. Des soldats de l’Univers 8 faisaient des descentes dans les appartements, et elle prenait soin d’éviter les diverses patrouilles.

Elle parvint à se faufiler à une sortie donnant sur l’extérieur de l’arène. Personne n’était dans les environs.

– Allons-y, Bra ! murmura-t-elle à l’adolescente apeurée qui acquiesça sans dire un mot.

Les deux femmes parcoururent rapidement la distance qui les séparait de l’issue, non sans avoir jeté un coup d’oeil derrière elle. Elles n’étaient pas suivies. Une fois dehors, elle reprirent leur souffle.

– Nous sommes isolées, ici, constata Videl. On devrait retourner dans l’arène, j’y sens Piccolo. Avec lui, on ne craindra rien.

– Tu veux qu’on aille dedans ? fit Bra, totalement effrayée. Ils sont trop nombreux, on va se faire avoir !

– On va y arriver, la rassura Videl. Son Gohan va tout arranger ! Restons auprès de Piccolo, nous ne ferons que l’inquiéter s’il ne nous a pas avec lui.

Bra fit un geste peu assuré de la tête et se laissa entraîner par la femme de Gohan qui s’envolait peu à peu pour rejoindre les plus hauts bancs des spectateurs. Cependant, alors qu’elle quittait le sol, une main brutale empoigna sa cheville et la tira sans ménagement.

– Aaah ! cria-t-elle.

Nappa décrivit un grand arc de cercle avec son bras, la jeune fille dans son poing, et l’écrasa violemment contre le sol qui se fissura. Videl se retourna, paniquée. Elle constata Bra au sol, le visage ensanglanté. Son énergie avait drastiquement diminué, mais elle respirait encore. Pour l’instant.

Nappa la dévisagea, souriant de façon sadique. Cette pauvre humaine lui faisait pitié. Elle n’avait pas envisagé un instant qu’il était capable de détecter les énergies, ainsi que de camoufler la sienne. Ce débile de Kakarotto leur avait appris des choses très utiles il y a longtemps.

– Je vais prendre mon pied ! Hé ! Hé ! dit-il en se léchant les lèvres. Je vais me délecter de la souffrance de Vegeta, une fois que j’aurai jeté la carcasse de sa gamine à ses pieds. Je vais briser chacune de ses vertèbres, je l’éviscérerai lentement, et je montrerai son cadavre déchiqueté à son foutu paternel. Tu peux te casser, la Terrienne. J'en ai rien à faire de toi.

– Enfoiré ! s’écria Videl en fonçant vers lui.

Elle ne pouvait rien faire contre lui, elle le savait. Même s’il était un Saiyan des plus faibles, aucun Terrien lambda ne pouvait soutenir la comparaison avec eux. Même si elle était une experte en arts martiaux, ce n’était pas envisageable. Mais elle ne pouvait abandonner Bra à ce monstre. Elle protégerait la fille de Vegeta à tout prix, en espérant de tout coeur que ce dernier intervienne vite.

Nappa poussa un ricanement vicieux et accueillit Videl d’un puissant coup de coude dans l’abdomen. La femme de Gohan cracha un énorme filet de sang tandis que ses os se brisaient sous la force du coup. Ses yeux devinrent vitreux, tandis que l’obscurité envahissait son champ de vision. La dernière chose qu’elle vit fut le sourire de Nappa alors qu’elle s’effondrait au sol, et le corps inanimé de Bra un peu plus loin. Des larmes coulèrent de ses yeux, provoquées par le désespoir de son impuissance, et elle poussa un déchirant cri de souffrance.

Au même moment…

Alors que Cell et Gohan s’apprêtaient à porter un nouveau coup, l’esprit du Saiyan fut violemment assailli d’une sensation abominable. Ce même frisson malsain qui avait saisi Bulma quand Vegeta s’était sacrifié autrefois. La terreur envahit son être, et son corps se mit à trembler. Voyant que Gohan était perturbé, Cell interrompit son attaque. Cela aurait été déloyal de le frapper dans son état, mais surtout, il était perplexe.

Gohan s’écria alors soudainement :

– NON !

Il s’envola brusquement loin de Cell, déployant son aura à pleine puissance. Il partit sans réfléchir vers l’extérieur de l’arène. Sa plus grande peur se réalisait. Totalement concentré dans son combat, il n’avait pu être là pour défendre sa femme. Qu’importent Cell et les autres, il ne la laisserait pas tomber. Il ne la laisserait pas mourir. Si cela arrivait, il… Il…

Alors qu’il s’éloignait, Cell partit à sa poursuite, irrité. Il se fichait de ce qui avait pu arriver, ils ne s’étaient pas encore départagés. Il se savait plus fort, mais il voulait l’écraser pour se sentir satisfait. Il cria :

– Tu n’as pas le droit de t’enfuir, Gohan ! Reviens !

Il sentit alors un danger mortel survenir derrière lui depuis les hauteurs, et il pencha la tête instinctivement, esquivant de peu un fin rayon énergétique. Terrifié, il se retourna, voyant Nedwook de l’Univers 19 le surplomber. L’Héloïte était passablement énervé. Il venait de commettre un massacre unilatéral des soldats de l’Univers 8, et l’énergie de son armure avait considérablement diminué. En voyant Son Gohan quitter le combat, il avait décidé de laisser Phipsil se charger des dernières forces militaires encore présentes autour d’eux. Ces maudits pions avaient tout fait pour le ralentir, et il en avait assez.

– Laisse donc ce père de famille tranquille, et viens combattre un vrai guerrier, monstre ! s’exclama-t-il à l’encontre de Cell.

Faire peser de telles responsabilités à un civil, dont la famille était en danger de mort, était un trop grand fardeau pour Nedwook. C’était à lui, un militaire formé aux catastrophes et aux guerres, de prendre la relève et de permettre aux autres d’arranger la situation. Il affronterait cet ennemi, quitte à en mourir.

Mais ce qu’il eut en retour fut un sourire dédaigneux. Cell se fichait pas mal des Héloïtes et de leurs armures fragiles. Aucun ennemi ne valait Gohan, et ce n’était pas ces insectes qui allaient le satisfaire.

– De vrais guerriers ? dit-il avec ironie. Laisse-moi rire… J’ai massacré ta planète et les porteurs de ton armure ridicule ! Tu n’es qu’un moucheron !

Tendant le bras vers lui, il envoya un puissant Kikoha dans sa direction. Alors que Nedwook allait parer cette attaque énergétique, Cell se téléporta derrière lui. Il ne l’avait même pas vu bouger, c’était trop facile…

Alors qu’il s’apprêtait à lui trancher la tête du revers de la main, Nedwook se retourna soudainement et l’intercepta de son bras gauche en activant son bouclier. Celui de son bras droit encaissa l’explosion du Kikoha. Les deux protections tremblèrent. La puissance des coups était vraiment stupéfiante, songea l’Héloïte. Cependant, le monstre l’avait sous-estimé. Dans son Univers, son peuple n’avait sans doute jamais connu les dangers qu’eux-même avaient bravé. Les Kolloks, puis les Saiyans, puis les armées des Démons du Froid... De plus, ses réflexes et son temps de réaction étaient hors normes. Suivre les mouvements de ce Cell, qui se permettait de jouer avec lui qui plus est, n’était pas très difficile. Tels étaient les Ultras : des surhumains dotés d’une technologie de maître. Et il allait lui en faire la démonstration.

Alors que Cell n’était pas sur ses gardes, choqué de voir l’échec de son assaut, il se prit un puissant coup de pied de Nedwook et fut repoussé. Ce dernier lui dit :

– Je doute que dans ton Univers, les miens aient autant développé notre technologie. Tu vas voir la différence ! Ultra Waver Ball !

La sphère d’énergie si puissante des armures Ultra sortit du bras tendu de l’Héloïte pour frapper Cell de plein fouet. Ce dernier, furieux d’avoir été pris de court par cette vermine, n’avait pas anticipé son attaque, et n’avait donc pas bougé en conséquence. Il était encore près de Nedwook, et il ne put éviter la sphère qui explosa dans une impressionnante déflagration.

Peu auparavant, dans l’espace de l’Univers 3, un combat endiablé avait lieu. Piccolo Daimao et le Kaiôshin du Nord se faisaient face depuis un moment, et aucun d’entre eux ne parvenait à prendre le dessus sur l’autre.

Le Kaiôshin tentait de reprendre son souffle. Il était stupéfait. Même s’il avait été blessé et affaibli par Dabra, ce Namek diabolique était plein de ressources, et lui tenait tête sans difficulté. Il n’était pas certain de pouvoir s’en débarrasser, même en possession de tous ses moyens.

De son côté, Piccolo Daimao haletait tout autant que son adversaire. Ce maudit dieu ne se laissait pas faire, et même arrivait à lui rendre coup pour coup. Il sentait qu’il avait l’avantage, mais la victoire n’était pas certaine. Au moins, il avait un ennemi de la même trempe que lui, pas comme avec ce maudit Gast…

Alors qu’il gardait une position défensive, il écarquilla les yeux en voyant le triste spectacle qui se déroulait devant lui. Le Kaiôshin tendait désespérément les lèvres, mais ne parvenait qu’à sortir de légers “Fuuu, fuuu…”.

– Qu’est-ce que tu essaies de faire ? demanda Piccolo Daimao en esquissant un rictus moqueur. Ne me dis pas que… Tu n’arrives pas à siffler ! Ha ha ! C’est la meilleure !

– Je… Fuuu…, bégaya le Kaiôshin, affecté par son fiasco.

Piccolo Daimao tendit les bras et fit émerger son aura, les doigts pliés vers la paume de ses mains. Deux Kikohas électriques se formèrent à l’intérieur.

– T’en fais pas, là où tu vas, tu pourras siffler autant que tu veux ! s’exclama-t-il en ricanant. Tu seras libre de pousser un petit air dans les tourments éternels que moi, le Roi des Démons, je vais t’offrir !

Mais, au moment d’exécuter sa sentence, une époustouflante conflagration se produisit au-dessus d’eux. Sa violence était telle que l’onde de choc les déstabilisa. L’attaque du Namek disparut alors qu’il contemplait le ciel, de même que le Kaiôshin.

La lumière se dissipa, révélant Cell émergeant de la fumée. Le corps à moitié carbonisé et désintégré. L’être parfait lâchait des jurons sous l’effet de la douleur.

Plus haut, Nedwook dévisageait Cell d’un air sévère, tandis que son armure analysait la situation. Il devait en finir avec lui maintenant, tant qu’il était affaibli et perturbé par son erreur. Une voix féminine dans sa visière lui dit :

<< Dans le champ : un allié, deux ennemis. Énergie pour attaque : suffisante. >>

– Tant pis pour l’allié, je fonce ! dit-il.

Il voyait le Kaiôshin en contrebas. Il espérait qu’il esquive l’attaque. Dans le cas contraire, il se ferait pardonner une fois que la divinité serait ressuscitée.

Il employa quasiment toute l’énergie qui lui restait pour faire jaillir le fin rayon laser qui coupait tout, dessinant de rapides zig-zag du bout de l’index, pointé vers Cell. Ce dernier fut tranché de toutes parts. Ses membres, son torse, son cou, sa tête, tout fut découpé.

Plus loin, les formes du rayon se dessinaient dans le mur de l’espace 3. Comme ils étaient bien plus loin, le zig-zag était bien plus grand, mais le risque d’être coupé en deux était toujours grand. Elles s’approchaient dangereusement des deux combattants. Peu désireux de mourir, le Kaiôshin se téléporta un peu plus loin, non sans adresser un sourire mesquin au Namek. Piccolo Daimao grogna.

– Tss, facile à éviter ! Attends, je vais m’occuper de toi !

Toutefois, alors qu’il s’apprêtait à se soustraire au faisceau, un son strident vint durement heurter frapper ses tympans, le clouant au sol. Il se retourna très difficilement et vit la Varga annonciatrice des combats derrière lui, dans les gradins. Cette dernière avait sifflé de toutes ses forces pour l’immobiliser. Satisfaite, elle s’effondra, évanouie.

“Noooon !” s’exclama Piccolo Daimao dans sa tête avant d’être découpé de bas en haut par le rayon de l’Héloïte.

Le Kaiôshin du Nord réapparut près de son corps, s’assurant de la mort du Namek. Rassuré, il s’envola rapidement auprès de sa congénère qui luttait contre Cold.

Un peu plus haut, Nedwook descendait lentement des cieux, pendant que son armure lui faisait son rapport :

<< Deux cibles touchées. Une mort certifiée. Énergie restante : très basse. >>

Cela aurait dû conforter Nedwook dans son action, mais quelque chose n’allait pas. C’était un résultat autre que celui qu’il avait espéré qu’il constatait, suite à son attaque. Un résultat dont il aurait bien aimé se passer.

Phipsil le rejoignit, un sourire aux lèvres. La plupart des troupes de l’Univers 8 avaient été éradiquées. Elle venait donc en renfort auprès de son camarade. Ayant assisté à l’action d’en bas, elle était ravie de voir qu’il avait réussi à éliminer plusieurs ennemis dangereux d’un coup.

– Hé ! Tu n’avais pas besoin de moi finalement ! affirma-t-elle en lui donnant un léger de coup sur l’épaule.

Nedwook demeura silencieux, les yeux rivés sur l’amas de fumée dans l’espace de l’Univers 3. Phipsil remarqua son air contrarié et s’interrogea. L’Héloïte dit alors d’une voix amère :

– Il est encore vivant. Et il n’a quasiment pas perdu d’énergie…

– Hein ? répondit Phipsil, effrayée.

Les deux observèrent la fumée. De celle-ci émergea une puissante aura électrique, puis le combattant qu’ils avaient cru avoir enfin achevé. Cell de l’Univers 17 était fraîchement régénéré, le liquide visqueux typique de cette reviviscence dégoulinant sur son corps. Philpsil afficha un visage terrorisé alors que Nedwook grinçait des dents. Le monstre le plus dangereux de cette arène était toujours debout, et toujours aussi menaçant.

Cell les fixa du regard, un rictus malicieux sur le visage. Il était enfin là, ce pouvoir qu’il désirait. Il avait un peu gagné en puissance après avoir implosé pendant son affrontement avec la bestiole géante. Mais là, son énergie s’était amplifiée de façon exponentielle. Le premier Son Gohan avait subi trop de dégâts pour espérer lui résister, et le deuxième ne parviendrait certainement pas à le blesser autant que son prédécesseur. Combattre les deux à la fois était peut-être même envisageable.

Il ricana de façon cruelle et cria aux Héloïtes tremblants :

– Vous m’avez été très utiles pour améliorer ma puissance, je vous remercie ! Mais désormais, je n’ai plus besoin de vous… Je suis l’être le plus fort, je suis Cell au corps parfait ! Ha ! Ha ha ha !

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu