DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 13 jours, 13h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124
[Chapter Cover]
Partie 12, Chapitre 59.

Chapitre 59

La première fois que Trunks de l'univers 12 a vu #16, c'était dans le passé, c'est à dire dans le passé et dans un autre univers, quand il était revenu pour combattre les terrible cyborgs #17 et #18 avec Son Gokû et tous les autres. Contrairement à ce qu'il s'était passé dans son univers à lui, les deux jumeaux avaient sorti de son caisson le cyborgs #16, alors que Gero n'arrêtait pas de leur dire de ne pas le faire car il était dangereux.

Sûrement que dans son univers à lui, comme le réveil des jumeaux s'était fait sans témoins, ils étaient sortis du labo sans s'y intéresser.

Et contrairement à ce que Gero disait, et aux cyborgs jumeaux, #16 était calme. Il parlait très peu, et surtout ne combattait pas aux côtés de ses congénères contre la Z-team. Il préférait contempler la nature et laisser les animaux s'approcher de lui.

La seconde fois que Trunks rencontrait ce cyborg, il protégeait #18 de Cell. De ce côté-là, il faisait partie des alliés, mais Trunks n'avait aucune confiance, chose qu'il fit remarquer à Kulilin quand le petit homme emmena le cyborgs endommagé auprès de Bulma, pour le faire réparer. On lui avait dit un peu plus tard que #16 s'était battu contre Cell après que Piccolo se soit fait avoir, pour l'empêcher d'absorber #17. Mais ça ne suffisait pas pour dire qu'il était bon. Et même quand Trunks l'aperçu encore au Cell Game pour combattre Perfect Cell, il ne lui inspirait aucune confiance.

Par contre, son sacrifice, bien qu'inutile, était quelque chose de révélateur. Trunks s'était demandé s'il s'était vraiment trompé, si les autres, qui faisaient confiance à ce cyborg, comme sa mère, avaient raison... Mieux encore, c'était aussi grâce à #16 que Gohan avait dépassé ses limites pour devenir le Super Saiyan de niveau 2.

De retour dans son futur après le Cell Game, le fils de Vegeta avait tout raconté à sa mère, dans les moindres détails possible. Bulma n'avait jamais eu connaissance d'un tel cyborg...

Les premiers mois après que Trunks ait anéanti les deux jumeaux de son monde, il était le moteur aidant à la reconstruction du monde, grâce à sa force. Mais Bulma pensait à obtenir de l'aide.

— Tu te souviens de ce cyborg #16 dont tu m'as parlé ? fit Bulma à son fils un matin alors qu'ils prenaient leur petit déjeuner.

Trunks ne répondit pas immédiatement, la regardant quelques secondes, se demandant ce qu'elle avait derrière la tête.

— Bien sûr... Pourquoi ?

— Il pourrait être encore dans le labo de Gero, dans les montagnes...

Il est vrai que Trunks n'y avait pas pensé. Dans ce monde, Gero pouvait l'avoir démonté avant d'activer #17 et #18... Mais il pouvait aussi l'avoir simplement laissé dans son caisson, en veille...

— C'est possible oui... je ferais mieux d'y aller et de vérifier qu'il soit hors d'état de nuire.

— Non ce n'est pas ce que je voulais dire, s'empressa de préciser sa mère. Il pourrait nous être utile.

— Tu veux étudier sa carcasse ?

— Mais non, je parle de nous être utile comme constructeur, comme personne. On pourrait le sortir de sa veille.

— Impossible, on ne peut pas faire confiance à un cyborgs ! Tu le sais autant que moi !

— Mais d'après ce que tu m'as raconté, il est différent celui-là, non ? Tu disais qu'il aimait la nature et qu'il n'avait fait aucun mal aux humains.

— C'est différent ! En venant dès la première fois dans le passé, pour tuer Freeza à la place de Gokû, j'avais déjà modifié le futur ! Tout est différent !

— Trunks, on a besoin d'aide pour reconstruire notre monde, pour un avenir meilleur... On a la possibilité, une petite chance, d'avoir un allié de taille pour reconstruire des bâtiments, un être capable de travailler jour et nuit si besoin est ! Ne serait-ce pas formidable ?

— Les cyborgs ne sont bons qu'à détruire, maman ! Pas à construire !

— Écoute, si mon homologue du passé l'a réparé, c'est que ce cyborg-là doit être réellement différent des jumeaux. Si tu allais le chercher pour me l'amener je pourrais le vérifier !

— Et risquer qu'il te tue dès qu'il sera activé ? Jamais ! J'ai déjà perdu tant d'êtres chers, tu es tout ce qu'il me reste, je ne risquerai jamais ta vie !

— Très bien, alors tu n'auras qu'à me protéger, ou être toujours près de ce cyborg pour l'arrêter au cas où il serait dangereux.

— Je ne le ferais pas !

— Trunks... je sais que tu es en colère parce qu’ils ont tué ton père, ton mentor, tes amis... mais... Peut-être qu'on peut pardonner... Si #16 peut nous aider à reconstruire, n'est-ce pas une bonne chose ? tenta de raisonner Bulma en parlant d'une voix calme et douce.

Trunks hésita. Elle avait raison sur un point : de l'aide ne serait pas de refus du tout ! Mais pourquoi #16 ? Une création du Dr Gero ! L'être qu'il devait plus détester que les jumeaux ! Il ne pouvait pas se résoudre comme ça à aller chercher une création de son pire ennemi pour s'en faire un pote !

— Il n'en est pas question ! cria Trunks ne se levant et tapant de ses mains sur la table. Je les ai combattus je sais de quoi je parle !

— Je sais ! cria à son tour Bulma, tentant de faire comprendre à son fils son point de vue. Elle continua, plus calmement : je ne vais pas rester là alors que je pourrais aider l'humanité en lui apportant une aide précieuse ! Si tu ne veux pas y aller et me le ramener, alors j'irai seule !

Trunks ne rétorqua rien, restant debout à fixer sa mère. Elle était clairement résolue. Elle avait dû y penser depuis un moment, et avait pris sa décision aussi : rien n'aurait pu la faire changer d'avis. Elle ajouta :

— Tu es devenu très fort maintenant, tu pourras l’arrêter quand tu le voudras...

Trunks, sur ce sujet, était un peu borné. Toute la colère et toute sa tristesse refoulait la potentialité d'une aide d'une créature du Dr Gero. Énervé, il se dirigea vers la sortie de la maison, mais s'arrêta après avoir ouvert la porte. Il resta planté là quelques secondes, avant de se retourner :

— Très bien, j'irai le chercher si tu veux vraiment le voir. Mais au moindre geste brusque, je n'hésiterais pas à le pulvériser.

Il sortit en courant et s'envola en Super Saiyan à toute vitesse. Se dépenser allait un peu le calmer. Il ne comprenait pas pourquoi, ou comment, sa mère pouvait comme ça avoir pris la décision de se servir d'un cyborg... Après tout ce qu'ils avaient vécu, ça paraissait insensé...

Trunks prit son temps pour retrouver le labo du Dr Gero dans les montagnes, faisant un large détour. Puis quand il arriva à destination, il stoppa sa transformation de Super Saiyan. Il chercha, sans conviction, un moyen d'entrer... La porte principale avait presque disparu depuis longtemps, détruite par les cyborgs vingt ans plus tôt. Il trouva tout de même un passage pour s'y faufiler. L'intérieur était dans un vrai désordre. On aurait cru qu'une centaine de bombes avaient éclatées à l'intérieur, détruisant tout. Aucune ampoule ne s'allumait, il n'y avait pas d’électricité à ce niveau-là... Trunks fit apparaître une boule d'énergie au creux de sa main gauche, s'en servant pour s'éclairer.

Cet endroit ne lui plaisait pas du tout. Le lieu de naissance de ses pires ennemis, des meurtriers... C'était la troisième fois qu'il y pénétrait. La première fois c'était pour arrêter Gero et anéantir les cyborgs avant qu'ils ne s'éveillent. Mais il était trop tard... La deuxième fois c'était avec Kulilin pour trouver un point faible aux cyborgs, parmi les plans de Gero. Et là, il était venu pour réveiller un cyborg : l'inverse de sa mission d'origine ! D'un certain côté, il espérait ne pas le trouver...

Mais son caisson était bien là, renversé, abîmé, mais bien là. Trunks le souleva et le remis droit. Le verre était brisé, laissant entrevoir le corps de "numéro 16". Le fils de Bulma brisa le reste du verre et vérifia l'intégrité du l'humain artificiel.

Il était en très piteux état. Il lui manquait l'avant-bras droit, la main gauche, la jambe droite en entière était écrasé, le pied droit complètement tordu. Son plastron avait subi un choc et était enfoncé de plusieurs centimètres. Sa tête n'avait par chance subit aucun dégât. Trunks resta un moment devant le cyborg, à se demander s'il devait l'amener... ou bien le détruire et mentir à sa mère, lui dire qu'il ne restait rien. Il réfléchit longuement... Et décida finalement de l'amener. Après tout, rien ne l'obligeait à s'en faire son meilleur ami !

Après avoir cherché dans les décombres une capsule ou tout autre moyen pour transporter des pièces et des plans, il amena le cyborg jusqu'aux ruines de Capsule corp. Bulma s'activa immédiatement à analyser la création de génie de Gero. Elle passa énormément de temps dessus, ne dormant que quelques heures par jours pendant plus d'une semaine. Avec les quelques plans qu'avait apporté Trunks, elle arriva à comprendre le principal, sur la façon dont le cyborg fonctionnait...

— En fait, ce n'est pas un cyborg, dit-elle pendant que son fils passait. Trunks regardait avec ennui la cafetière qui produisait l'unique boisson de sa mère depuis quelques jours. En fait, reprit-elle, c'est un androïde, un robot.

— Ce qui change quoi ? fit-il.

— Ce qui change tout. Et explique tout. Voilà pourquoi #16 n'était pas violent. Il existe deux sortes de robots : ceux qui ont une intelligence artificielle basique, et qui ne font exactement que ce qu'on leur demande, et ceux qui ont le système LABAI. Ce système est l'intelligence artificielle la plus proche d'un cerveau humain. Et #16 en est fourni. Ça ne m'étonne pas. Aucun robot basique ne penserai assez vite pour faire et suivre un combat de supers guerriers comme vous.

— Je t'ai bien écouté. Ton balais lui, ne fait pas exactement ce qu'on lui demande.

— LABAI, pas balais. Ce système donne le libre arbitre. Un robot équipé de cette intelligence est considéré comme un citoyen, et non comme une machine. Avec ce libre arbitre, l'androïde peut choisir de ne pas obéir à son créateur, et c'est ce que #16 a fait. Tu m'avais dis qu'il avait répété à Son-kun qu'il le tuerai, mais il ne l'a pas fait.

— Il avait mis Cell en priorité.

— Et c'est cela le libre arbitre.

— Tout ce que je retiens, c'est donc qu'il ne fait pas ce qu'on lui dit.

— Il est indépendant, comme toi, comme n'importe qui. Et même plus sûr. Aucune intelligence LABAI n'a jamais fait le mal. les statistiques l'ont prouvées. Ce sont toujours des super gentils. Je parie que c'est pour ça que Gero a laissé tomber #16. Il ne voulait pas aller tuer Son Gokû. Pourtant à l'époque il en avait bien le pouvoir. Alors, Gero a désactivé #16, enlevé les jumeaux et créé des vrai cyborgs, à moitié machine et à moitié humains, car un cerveau humain est en fait plus facile à contrôler qu'une intelligence LABAI.

— Super.... gentil ?

— Tu vas être étonné. Il n'aura rien à voir avec #17 et #18. Absolument rien.

— N'empêche, il les a suivi, à l'époque !

— Il devait se sentir lié à eux, peut-être même responsable. Et qu'importent les raisons. Au final, il n'a jamais agit autrement que pour le bien.

Trunks grogna et emporta une dizaine de tasses sales sentant le café.

Le lendemain, après avoir vérifié que la plupart de ses systèmes soient bien éteint, elle tenta un démarrage, comme un test. Il pourrait ouvrir les yeux, parler...

Trunks était bien sûr mis au courant, et pour cette phase de test, il était là. Il comptait bien montrer sa supériorité au cyborg...

Bulma pianota sur sa console. Des cliquetis se firent entendre, puis le silence. #16 ouvrit enfin les yeux après quelques secondes, comme s'il sortait d'un coma. Il regarda autour de lui avant de fixer Trunks, qui lui dit :

— Seize ?

Le cyborgs entendait parfaitement bien. Il répondit :

— Oui.

— Son Gokû est mort, il y a des années. Lui dit le semi-Saiyan en espérant qu'en ayant perdu sa raison d'être il allait être complètement docile.

— Ok, répondit simplement #16, une réponse qui ne plaisait pas vraiment au fils de Bulma.

— À ce que je sais... on dirait que tu veux protéger la Terre, la nature, la vie en général, c'est ça ? T'es un bon samaritain, un... super gentil.

#16 ne répondit pas tout de suite, car il détectait le sarcasme. Et il vérifiait ses systèmes. Il ne pouvait pas bouger autre chose que sa tête. Il comprenait sa situation, mais pas celle du monde. Il était dans un labo ébréché, et reconnaissait la fille du Dr Brief. Du coup Trunks repris:

— Ça s'applique aussi aux humains ? Est-ce que tu vas aider et protéger les humains ?

— Oui. J'aime aussi les humains, fit le cyborg en souriant.

Une réponse toujours pas si adéquate que cela. Il pouvait mentir, Trunks n'en avait aucun doute. Et même si ça concordait avec ce qu'il avait vu de lui dans le passé, il restait une probabilité pour que ça se passe mal... alors il décida d'en montrer plus :

— Une dernière chose... fit-il.

Se concentrant, Trunks fit exploser son ki, ses cheveux se redressant sur sa tête tout en passant du violet au doré, ses yeux devenant verts, sa masse musculaire augmentant... Sa mère fut impressionnée, et un peu inquiète aussi.

— Tu peux scanner ma puissance #16 ? Tu vois à quel point je suis fort ?

— Oui.

— Tu vois que je suis plus fort que toi ?

— Oui tu l'es. Beaucoup plus fort, et bien plus que Gero pouvait l'imaginer.

— J'en suis sûr.

Trunks redevint normal. Il ne dit rien pendant de longues secondes, sa mère le fixant, attendant une réponse positive de la part de son fils. Il fixait toujours #16, qui soutenait son regard.

— Alors voici le deal, fit Trunks au grand soulagement de Bulma. On peut te réparer, te remettre sur pied, en bon état de marche. Mais tu nous donneras ton temps, ton énergie et ta puissance pour aider à reconstruire l'humanité. Ça te convient ?

— Ce serait un grand plaisir.

Trunks continua sur quelques menaces :

— Et si tu agis de quelques manière qui puisse faire du mal aux humains, je te détruirai immédiatement, tout comme j'ai détruit #18 et #17. C'est bien clair ?

— Oui très clair, répondit enfin le cyborg en souriant encore.

Il comprit donc. Son horloge interne indiquait des années de passées. Gero avait donc fait d'autres modèles après lui, et ceux-ci ont causés de nombreuses destructions. Ils ont dû tuer Son Gokû, mais ne pas s'arrêter là. Et Trunks, le fils de Vegeta, était devenu un grand garçon, avait passé sa vie à s'améliorer, et les dépasser puis les détruire.

Bulma se leva. Pour elle, c'était suffisant. Son fils la rejoignit :

— Bon... Essayons... Je n'ai pas confiance, mais...

— Je suis sûre que tout se passera bien, fit sa mère pour le réconforter.

— maman... reconstruisons #16 !

Cela leur prit deux mois pour réparer ses membres endommagés et les replacer où il fallait. Pendant ces deux mois, #16 resta éveillé, papotant même beaucoup avec la mère de Trunks, lequel n'en était pas très content. Mais il laissa faire : tant que ce cyborg ne pouvait pas se mouvoir et faire autre chose que parler, tout allait bien.

L'idée que Trunks se faisait de #16, à savoir qu'il restait avant tout une création de Gero et qu'il pouvait être dangereux, ne changea pas quand Bulma réactiva toutes ses fonctions. Le travail de Bulma avait été formidable : #16 pouvait réellement se déplacer et utiliser ses mains comme s'il était neuf ! Après tout, elle avait réussi à construire une machine à voyager dans le temps, alors reconstruire un robot, c'était du gâteau !

Après plusieurs jours à se balader dans Capsule Corp, afin de vérifier que #16 n’allait pas péter un câble, Bulma décida de le présenter au monde comme étant une de ses créations afin de reconstruire le monde : ils ne pouvaient pas dire la vérité sur #16, qu'il avait été construit par le même fou qui avait créé #17 et #18. Trunks n'était toujours pas fan de cette idée, mais il devait avouer que #16 paraissait sympathique...

Avec Trunks toujours à ses côtés, #16 aida tout d'abord à la ville. Il pouvait porter de très lourdes poutres tout seul, de gros blocs de béton... Il pouvait voler et les déposer en haut d'un immeuble, bien plus vite qu'une grue ne l'aurait faîte. Très vite, on le remercia, on le félicita... La nouvelle fit le tour du monde rapidement : il était dit qu'un robot créé par la célèbre Capsule Corp de Bulma aidait son fils Trunks à reconstruire le monde. #16 commençait même à recevoir des lettres de fans, et était très apprécié des enfants. Tout le monde l'adorait.

Pourtant, Trunks continuait d'être méfiant, et à le rabaisser. Quand on demandait à #16 pourquoi il aidait les humains, et qu'il répondait "parce que je les aime bien", il répliquait :

— Tu ne les aimes pas, tu es une machine, tu n'as pas de sentiment ni de cœur, tu n'as pas d'humanité, tu ne sais pas de quoi tu parles.

Ce genre de remarque de Trunks était courant. C'était rare qu'il lui adresse la parole pour autre chose que lui donner des ordres et le rabaisser. Pourtant, #16 ne ripostait jamais. Toujours souriant, il cherchait d'abord à faire plaisir aux humains, et à exécuter les ordres de Trunks et Bulma.

À cette époque, Trunks et #16 étaient loin d'être des amis...

Il était même arrivé à Trunks d'avoir des cauchemars où il voyait #16 avec le sourire sadique des cyborgs, les mains maculés de sang et de nombreux corps autour de lui. Il s'étonnait que Bulma ne fasse pas le même genre de rêves.

— Quand j'étais plus jeune, la maison était remplie de robots. Ils étaient tous gentils et serviables. Il n'y avait aucun problème.

— #16 n'est pas pareil !

— Si justement, il est exactement pareil.

Trunks n'en démordait pas. #16 était une création maléfique. Tôt ou tard, il ferait quelque chose de mal.

— Les deux combattants sont maintenant en place sur le ring ! Le combat peut commencer ! déclara l'animateur Varga dans son micro, sortant Trunks de ses souvenirs.

#16 souriait, encore. Il attendait la première action de son adversaire, Eleim.

Ce dernier activa le système de radar de son armure : une visière apparut instantanément devant ses yeux, lui révélant plusieurs informations importantes :

"Aucun signe de vie détecté, même pas un globule rouge ! Ce n'est qu'un robot de combat, pas un être humain. Pas la peine de prendre des gants..." pensa-t-il.

Faisant disparaître le masque de devant ses yeux, il tendit le bras gauche en avant, tenu par son bras droit et cria tout en sautant vers l'arrière :

— Ultra Waver Ball !

Il s'agissait de la même attaque qu'avait utilisé Xeniloum contre Buu. La boule lumineuse était relativement lente, c'est à dire que ça va si vite que vous n'arriveriez pas à la suivre des yeux, mais tout à fait évitable pour eux, mais fatalement destructrice !

— Si ça me touche, je suis mort ! fit #16 en analysant la situation et en y apportant la réponse adéquate.

— Quand tu esquiveras, pensa Eleim alors qu'il voletait maintenant dans les airs, tu seras plus vulnérable à mes tirs suivants !

Mais #16 n'esquiva pas. Ses mains se détachèrent de ses avant-bras, laissant apparaître un armement dévastateur.

— Hell's Flash ! cria-t-il en pointant ses bras vers la boule d'énergie qui se trouvait maintenant à six mètres de lui.

L'explosion fut violente. Eleim n'avait pas prévu ça, et était un brin trop près : il dut se couvrir le visage pour se protéger du souffle. C'était une erreur qu'utilisa #16 : dès qu'il avait lancé son attaque, il s'était rapidement déplacé pour arriver derrière le guerrier de l'univers 19 et lui flanquer un violent coup de pied dans le dos. Eleim tomba comme une pierre sur le ring, près du cratère formé par l'explosion.

Roulant sur le côté, il évita #16 qui l'aurait volontiers écrasé. Mais il ne laissa aucun répit à son adversaire : il contrôlait ses mains à distance, et les avait fait voler pour foncer sur Eleim. Ce dernier était plutôt bon, il avait de bons réflexes en plus de deviner un minimum les coups qu'on allait lui porter : Il sauta pour éviter la première main, se tourna vers la deuxième qui arrivait, et tira avec le dispositif de son avant-bras droit. Il fit mouche et la détruisit.

#16 récupéra sa main droite, fonça sur Eleim et de son bras gauche tira un rayon d'énergie à bout portant. Encore une fois, Eleim fit preuve de souplesse et de dextérité en prenant appui de ses deux mains sur le bras du cyborgs pour éviter, jambes écartés, le rayon mortel. Puis il donna un violent coup de pied à son visage, avant de se faire frapper en plein cœur par #16.

Les deux combattants prirent leur distance.

"Son armure le rend aussi résistant qu'un cyborg ! Mais ses coups et sa vitesse surhumaine, il les doit à un corps boosté et entraîné !" analysa avec justesse #16.

"Si je n'avais pas eu mon armure, il m'aurait explosé le cœur... Il est très fort, je dois faire attention..." analysa au même moment Eleim.

Ce combat allait être difficile pour les deux combattants, qui ne devaient plus se baser sur leur force pour gagner, mais exploiter les faiblesses de l'autre et utiliser la stratégie...

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk