DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 10 jours, 5h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127128129130
Partie 27 :131132133134135
Partie 28 :136137138139140
Partie 29 :141142143144145
Partie 30 :146147
[Chapter Cover]
Partie 30, Chapitre 147.

Chapitre 147

Pendant ce temps, dans les appartements de l’Univers 9, une étrange scène se déroulait. Au milieu de la pièce se tenait Raditz, le Saiyan de l’Univers 3, torse nu, et le regard perplexe. Le vieux Kaïoshin avait finalement accédé à sa demande, après mûre réflexion, et il en était satisfait, du moins au début. Cela faisait plusieurs heures que cet ancêtre dansait autour de lui, et il se demandait si ce prétendu rituel n’était pas qu’une vaste plaisanterie. Il n’avait pas le choix cependant. Sa vie et celle de Kakarotto en dépendaient. De plus, la force de son neveu était telle qu’il était prêt à y croire et à s’investir sérieusement, peu importe le temps que cela prendrait.

Autour d’eux, les Terriens contemplaient la scène d’un air curieux. Ce rituel divin était-il aussi efficace ? Ce doyen pouvait-il vraiment révéler le potentiel enfoui des guerriers par cette danse ? Ils l’avaient vu commencer avec Videl pendant son combat, cela semblait sérieux. Toutefois, ils n’étaient toujours pas convaincus de la sincérité du Saiyan, malgré l’assurance du Kaiôshin.

— ♪ Hum hum ! Ha ! ♩ Yeah !! ♬ Chantonnait le vieux Dieu.

Yamcha était également là. Après avoir ramené #18 dans son espace, il avait décidé de la laisser sur son lit, en sécurité, à proximité de son frère. Il avait prévu d’en parler au Kaiôshin une fois son rituel terminé. Et plus exactement de ce XXI, intriguant et malaisant. La divinité semblait le connaître, et il devait s’enquérir de détails sur ce monstre d’un ancien temps.

Entre-temps, d’horribles cris étaient passés à travers leurs murs, et avaient frappé leurs esprits de plein fouet. Bien que le Saiyan ne semblât pas être affecté, tous ceux présents s’étaient affalés, ressentant la douleur de millions de personnes. Le Kaiôshin leur avait interdit de sortir, mais la détresse et la peine étaient toujours bien présentes dans leurs coeurs.

Yamcha s’était remis plutôt vite, et attendait patiemment la fin de la danse divine. Mais il se demandait encore quels étaient ces cris. Selon ses estimations, le troisième tour était terminé, et le quatrième devait avoir débuté. Il se rappela que le premier combat était un affrontement entre Son Gokû et Uub de l’Univers 18, un match professeur-élève. Il était curieux de voir comment cela se déroulait.

– Je vais voir où en est le tournoi, dit-il à ses compagnons en sortant de l’appartement.

À peine ouvrit-il la porte qu’il ressentit d’énormes puissances s’affronter dans l’arène. Il était stupéfait. Les deux combattants étaient-ils donc aussi forts ? Non, ce n’était pas les énergies de deux personnes. Il y en avait des dizaines, plus ou moins élevées, qui déferlaient dans toute l’arène dans un chaos indescriptible. Il courut vers le centre de l’arène et vit la mêlée générale depuis la sortie du couloir. Guerriers comme spectateurs se battaient bestialement, dans une furie sans nom. Dans les cieux, Cell de l’Univers 17 et un Saiyan s’affrontaient férocement. L’être parfait semblait dominer le Saiyan. Un Namek amoché se battait contre Freeza et Coola, alors que leur père, celui qui avait vaincu Videl, semblait lutter contre un ennemi invisible, devant la Kaiôshin de l’Univers 1 qui transpirait énormément. Partout ailleurs, des combats avaient lieu, et il vit avec horreur #17 de l’Univers 14, ricanant sur une montagne de cadavres de spectateurs, le visage couvert de sang. Une marque en forme de M rutilait sur son front.

Yamcha ne perdit pas de temps et fonça en direction de leur appartement. Il rouvrit furieusement la porte et se rua à l’intérieur.

– Que se passe-t-il, Yamcha ? s’étonna Tenshinhan. C’est quoi ces énergies dehors ?

– Il se passe un sacré truc, les gars ! dit Yamcha en reprenant son souffle. C’est une mêlée générale !

– Quoi ? fit Kulilin en se redressant. Qu’est-ce que tu veux dire ?

– C’est une baston ! Tout le monde se bat les uns contre les autres ! Cell, Freeza, #17, les Dieux, et j’en passe ! Même les spectateurs !

– Comment ça se fait ? demanda Videl en fronçant les sourcils. Le tournoi semblait se passer sans accroc ! C’est encore un coup de ce Buu ?

– Je l’ignore. Mais plusieurs participants ont disparu, et les restants ont la marque de Dabra de l’Univers 11 sur le front…

– C’est un coup de Babidi. ♪ Hum yeah !

Tout le monde se retourna. Le vieux Kaiôshin avait lancé cette déclaration tout en continuant sa danse rituelle. Apparemment, il n’avait pas l’air décontenancé.

– Ce sorcier a dû corrompre les coeurs impurs de l’arène, et a lancé -Hum ♪ ha- une offensive générale, continua-t-il. Quant aux participants purs, j’ignore ce qu’il a pu leur arriver.

– Pourquoi ce Saiyan n’est-il pas touché, dans ce cas ? fit remarquer Tenshinhan en regardant Raditz d’un air sombre.

– J’aurais remarqué un acte de sorcellerie, répondit le Kaiôshin en entament des mouvements compliqués. ♪ Yeah, ha ho ! ♬ Babidi n’a pas voulu prendre le risque de se faire remarquer, j’imagine.

– On doit aider à rétablir l’ordre ! dit Kulilin en s’emparant de son bâton.

– Oui, la situation dégénère, ils ont besoin de nous ! s’exclama Yamcha en posant la main sur la poignée de la porte.

– Pas question, vous restez tous ici ! ordonna le doyen des Kaiôshins.

Tous s’immobilisèrent, choqués par cette directive insensée. Même Raditz observait le dieu d’un air surpris. Le Kaiôshin continua de danser en adoptant un rythme plus rapide.

– Si le rituel est interrompu, Raditz et moi pouvons mourir ! Vous devez nous protéger contre toute attaque extérieure, ♪ Yeah !

– Hein ?

Le visage de Raditz pâlit soudainement. Il n’avait pas signé pour ça ! C’était maintenant que ce vieillard prévenait ? Qu’est-ce qui se passait donc dans sa tête ? Raditz regarda les Terriens d’un air affolé. Ces derniers semblaient aussi désemparés que lui.

– J’imagine qu’on doit suivre votre demande, vénérable Kaiôshin, concéda Tenshinhan. Personne ne passera cette porte.

– Pfiou, soupira Raditz. Vous auriez pu le dire avant que nous commencions, maître Kaiôshin. Mais je ne suis pas un coeur pur. Je risque d’être exposé à ce sorcier désormais, non ?

– Ne t’en fais pas pour ça, Saiyan, répondit le Kaiôshin. Contente-toi de patienter, et ne bouge surtout pas.

Raditz prit son mal en patience et ferma les yeux. Le doyen esquissa un sourire et pensa : “Il y croit ! Aucun risque qu’il bouge maintenant, il est à ma merci !”

La porte de l’appartement claqua alors violemment. Deux soldats de l’armée de Freeza surgirent à l’intérieur. L’un d’eux s’exclama :

– Tu vois, je t’avais dit que j’avais capté des forces par ici ! Alors, vous croyiez vous cacher ? Ha ha h --

Sa phrase resta inachevée, coupée brutalement par le coude de Videl écrasant sa nuque. Son compère eut les os broyés par l’attaque de Tenshinhan. Leurs corps s’écrasèrent lourdement sur le sol. Krillin s’assura de leur état alors que Yamcha se précipitait sur la porte pour la refermer.

– Ils sont morts, fit le maître des tortues. En effet, c’est vraiment l’anarchie.

– Ils ont dû détecter nos puissances quand je suis allé voir, fit Yamcha en se frottant les cheveux. Et je pense qu’après ça, on va avoir de la visite. Espérons qu’elle ne soit pas trop musclée.

Du côté des gradins, certains hauts-gradés de l’armée recevaient des données intéressantes.

– On vient de relever un nouveau centre de résistance, dit Jeece, la main posée sur le détecteur. Des individus se terrent dans les appartements de l’Univers 9.

– Ce doit être ce misérable Terrien et ses congénères, ajouta Sauza en serrant les poings. Allons-y, je vais me venger de ce nabot.

Les deux commandos se réunirent et s’envolèrent en direction de l’Univers 9. Avec leurs nouveaux pouvoirs, ces moustiques n’avaient aucune chance de leur tenir tête.

Pendant ce temps, Piccolo se retrouvait dans une situation difficile. Le combat contre les trois Démons du Froid avait drainé presque toute son énergie, surtout les innombrables coups surpuissants que Cold lui avait assénés. Il parvenait à tenir le coup contre les deux frères, mais leur endurance améliorée par Babidi était monstrueuse. Sur la longueur, il perdrait le combat. Il devait les achever maintenant, en un coup direct.

Il regarda rapidement plus loin sur le côté. La Kaiôshin de l’Ouest reculait peu à peu, tenant Cold à distance qui parvenait peu à peu à progresser dans sa direction. Il demeurait néanmoins paralysé, et ne parvenait pas à se libérer.

“Bien”, pensa Piccolo. “Elle arrive à le gérer. Maintenant, je dois finir Freeza et Coola. J’ai juste besoin d’un peu de temps, et me concentrer…”

Freeza ne lui laissa pas ce luxe. Il était exaspéré par la résistance de cette limace, et il allait vite l’éradiquer. Cela ferait un ennemi de moins, et du temps à consacrer à des adversaires plus importants. Il lança son poing dans la poitrine du Namek… Qui disparut.

– Qu’est-ce que… ?

– Là ! hurla Coola en montrant du doigt Piccolo, quelques mètres plus loin.

L'aîné fit un geste ample du revers de la main pour décapiter le Namek, qui disparut à nouveau.

– Des images rémanentes… Saloperie !

Il sentait ses mouvements et sa présence, mais le guerrier à la peau verte les surpassait toujours en vitesse. Se retournant rapidement, il lança une vague d’énergie que Piccolo évita à nouveau de la même façon. Freeza tendit un doigt vers sa nouvelle position et envoya un trait d’énergie qui manqua sa cible. Pendant une trentaine de secondes, les deux frères poursuivirent Piccolo qui les évitait en usant abusivement de la transposition. Cette technique qu’il avait souvent employée autrefois lors du Tenkaichi Budokai était toujours aussi efficace, mais il ne pouvait s’en servir que pour gagner de précieuses secondes nécessaires à sa dernière attaque.

Après une énième esquive, Coola arrêta de bouger, frustré par le fuyard. Il arrêta Freeza d’un mouvement de la main, et dit :

– Laissons-le. Il évite le combat. S’il ne veut plus se battre, je préfère aider Papa.

– Papa ? Tu veux dire…

– Ah oui… Bon, laisse tomber. Abattons cette Kaiôshin de malheur.

Ils tournèrent le dos à Piccolo et s’en allèrent soutenir leur père. Cette décision leur fut fatale. Alors qu’il esquivait leurs attaques, Piccolo avait accumulé toute l’énergie qui lui restait, au bout de ses doigts posés sur son front. Il allait montrer à ces Démons que, bien que sa puissance n’ait pas beaucoup progressé depuis vingt ans, il demeurait un fin tacticien, et un expert du combat.

– Secondes gagnées, dit-il dans un sourire, en haletant grandement.

Il poussa un cri féroce en lançant deux Makenkosappo simultanés dirigés contre les deux Démons du Froid qui se retournèrent, surpris. Ils furent effrayés par la quantité d’énergie qui se dirigeait vers eux. Alors que les rayons allaient les toucher, ils esquivèrent habilement les attaques. Coola fit :

– Tsss. Tu n’es qu’un idiot, Namek ! La prochaine fois, évite de crier si tu veux surprendre un ennemi !

– Euh, Coola… ? l’apostropha Freeza d’une voix tremblante.

– Quoi, qu’est-ce qu’il y …

Sa voix s’éteignit, laissant place à une pure stupéfaction. Les Makenkosappo avaient dévié brusquement de leur trajectoire, et changeaient sans cesse de direction, enfermant les Démons du Froid dans une cage mortelle. Piccolo ricana en voyant leurs visages épouvantés. Il avait passé énormément de temps pour mettre cette technique au point, s’inspirant du Kamehameha ondulé de Son Gokû, lorsqu’il s’en était servi contre son père autrefois. C’était sa manière d’honorer son ami et ancien rival, et d’éliminer deux de leurs ennemis communs. Il avait mis toute son énergie dans cet assaut, il ne devait pas les manquer.

– Yaaah ! s’écria-t-il en envoyant une impulsion dans ses doigts qui se répandit ensuite dans les rayons.

Les extrémités des deux attaques bifurquèrent brusquement vers Freeza et Coola qui n’eurent pas le temps de réagir, surpris par ce changement immédiat. Ils furent tous deux pris dans un labyrinthe d’extrême proximité dans lequel il leur fut très difficile de manoeuvrer. Freeza, le moins agile et réactif, fut transpercé de toutes parts, son corps se disloquant. Son sang jaillit massivement de ses membres arrachés et désintégrés, et les quelques restes de son corps tombèrent dans le vide, complètement massacré. Quant à Coola, il fut frappé à la queue, à la jambe et à l’épaule. Son bras droit fut tranché net par le Makenkosappo, lui arrachant un terrible cri :

– Aaah !

– Pfff, pfff…, fit Piccolo, le souffle manquant.

Le Namek était complètement vidé. Un sourire ornait son visage. En fin de compte, il n’avait pas pu se débarrasser entièrement des deux. Il avait tout livré contre des adversaires surpuissants et en surnombre. Il ne pouvait que sourire de fierté et de désespoir, devant sa performance et l’échec de son baroud d’honneur.

– Enfoiré ! s’écria Coola en fonçant droit sur lui.

Piccolo ne pouvait plus bouger. Il encaissa le poing valide du Démon qui s’enfonça dans sa joue, et fut propulsé vers les gradins avec force. Son corps épuisé passa entre Son Gohan et Cell qui s’arrêtèrent momentanément, surpris par l’interruption. Ils virent Coola le poursuivre.

– Piccolo-san ! s’écria Gohan qui prit conscience de l’état du Namek de l’Univers 18.

– Ca ne te regarde pas ! l’interpella Cell d’une voix forte en l’attaquant. Tu es à moi, Son Gohan !

“Zut !” pesta Gohan intérieurement en parant le coup. “Il lui reste autant d’énergie ? Cette partie n’est pas gagnée…”

Alors que les deux ennemis jurés continuaient leur combat, Piccolo s’écrasa lourdement dans les gradins, les faisant s’effondrer dans une fracassante explosion. Le Namek grimaça de douleur, le visage en sang. Il vit Coola en pleine descente, prêt à lui donner le coup de grâce. Résigné, il ferma les yeux et dit :

– Tu peux en finir. Je n’ai aucun regret. J’ai tout donné, je suis épuisé…

– Pas moi, s’exclama une voix bien connue près de lui.

Un bruit de choc s’ensuivit, et il ouvrit les yeux, étonné. Quelle ne fut pas sa surprise en voyant Coola, le corps plié en deux, la jambe de Piccolo de l’Univers 16 s’enfonçant dans son abdomen.

– Argh ! s’écria Coola en crachant une large giclée de sang.

Le Piccolo qui venait d’intervenir n’avait affronté que des spectateurs de faible envergure. Ses capacités étaient les mêmes que son double, au moment où il avait lancé le combat contre Cold, Freeza et Coola en même temps. Face à un Démon du Froid affaibli, il n’y avait aucun risque de défaite.

Piccolo ne perdit pas de temps, et forma une puissante boule d’énergie dans la paume de sa main. Il l’apposa contre le ventre de Coola, incapable de répliquer. Ses yeux étaient écarquillés, horrifié devant son sort funeste. Son cri se fondit dans l’explosion qui s’ensuivit, son corps désintégré par la vague d’énergie de Piccolo. Les deux jeunes Démons du Froid étaient morts pour de bon, seul Cold demeurait.

– Tu vas bien, Piccolo ? demanda Videl de l’Univers 16 au Namek épuisé dans la crevasse.

– Pas tellement, mais merci…, fit Piccolo en gratifiant Videl d’un sourire.

La Terrienne lui rendit son sourire avant de se retourner et d’administrer un puissant coup de pied dans le visage d’un esclave de Babidi. Pendant ce temps, Piccolo de l’Univers 16 tendit la main vers son double qui la saisit sans hésiter. La douleur l’éreintait et le faisait grimacer. C’est alors que la main de son alter-ego apparut devant son visage, un Senzu, entre les doigts.

– Prends. On n’en manque pas.

– Merci, répondit Piccolo en avalant le haricot. Comment ça se passe pour vous ?

– On a écrasé la plupart des spectateurs corrompus. Cependant, j’ai vu des soldats entrer dans les couloirs des appartements. Quant à Son Gohan, j’ignore s’il parviendra à vaincre Cell.

– Nous ne sommes d’aucune utilité à Gohan, dit Piccolo de l’Univers 18 avec amertume. On ne peut que les regarder. Cell est devenu si fort…

– Qu’en est-il de ton Gohan ? À deux, Cell ne pourra jamais gagner.

– Il s’occupe de Babidi. S’il l’élimine, cette insurrection sera étouffée.

– Bien. Nous devrions nous occuper de Cold, s’il se transforme, nous ne serons pas de taille.

– Entendu. Débarrassons-nous également de ses soldats, nous devons faire le ménage.

Les deux Nameks s’envolèrent d’un commun accord, non sans jeter au préalable un regard inquiet à Videl qui combattait dans les gradins. Apparemment, elle gérait la situation sans trop de difficultés. Piccolo de l’Univers 18 fut pris d’une angoisse en pensant à Bra et Videl. Il ne parvenait pas à ressentir leurs énergies, dans ce fracas de puissances. Il espérait qu’elles aillent bien...

Devant la porte des appartements de l’Univers 5…

Un soldat s’approcha lentement de l’encadrure, observé attentivement par Babidi. Il devait savoir ce qu’il en était de ce sorcier cloîtré dans son refuge, qui ne montrait aucun signe de vie depuis un moment. Il ne voulait pas qu’un quelconque sortilège de ce magicien fiche tout en l’air.

Le soldat se tint devant la porte, méfiant, mais fut poussé par son maître à se lancer. Il toucha la poignée, et fut soudain pris de violents tremblements. Sa peau devint écarlate et il se volatilisa en une multitude d’étincelles pourpres, désintégré. Babidi pâlit devant ce maléfice qui enchantait la porte. Le sorcier mystérieux refusait vraiment toute tentative d’entrée dans son espace. Il patienta un instant et, en l’absence de réaction, décida de laisser cet Univers tranquille. Le danger que ce magicien représentait était vraiment trop grand, et il devait se hâter de soumettre toute l’arène et de prendre le contrôle des Univers, avant qu’un élément perturbateur ne détruise tous ses efforts.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu