DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 38 jours, 22h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127128129130
Partie 27 :131132133134135
Partie 28 :136137138139140
Partie 29 :141142143144145
Partie 30 :146147148149150
[Chapter Cover]
Partie 30, Chapitre 150.

Alors que certains affrontements prenaient fin dans l’arène et que d’autres se poursuivaient, une confrontation d’une grande intensité se déroulait à l’écart des autres. La Kaiôshin de l’Ouest faisait de son mieux pour contenir l’un des éléments les plus dangereux des esclaves de Babidi : le puissant roi Cold.

Les pouvoirs télékinésiques des Kaiôshins étaient de loin supérieurs à la plupart des êtres mortels. Bien qu’étant des êtres naturellement disposés à une grande maîtrise des pouvoirs psychiques, jamais les Démons du Froid n’avaient soutenu la comparaison avec les dieux de l’Univers. Du moins, tel était le cas dans l’Univers 1.

Cependant, ce roi Cold était différent de celui qu’ils avaient abattu avec ses fils. Non seulement sa puissance était démentiellement plus élevée, mais il parvenait à résister de mieux en mieux à ses pouvoirs. Elle usait de toute son énergie pour le paralyser et l’empêcher d’agir, mais c’était une tâche des plus ardues.

Dans toute son existence, seuls deux êtres d’en bas étaient parvenus à la terrifier en raison de leurs pouvoirs bien supérieurs. Le Super Saiyan Légendaire et Majin Buu, l’incarnation même du vice. Bien qu’elle n’ait jamais connue ce dernier que lorsqu’il était scellé dans sa prison et qu’ils l’aient éliminé tant qu’ils le pouvaient, la puissance qui émanait de cette boule malsaine avait suffi à la traumatiser. À juste titre, d’ailleurs, quand on constatait le résultat de l’Univers 4 et même de l’Univers 11. Elle ressentait encore l’impact du poing de Buu qu’elle avait pris en plein visage la veille.

Mais aujourd’hui, voilà que de nombreux mortels se révélaient beaucoup plus forts d’eux. Et même cet ennemi qui, autrefois, était loin d’être à leur niveau les surpassait à présent. Elle peinait à immobiliser ce Démon du Froid qui se débattait violemment, et qui progressait peu à peu dans sa direction.

Alors qu’il avançait encore un peu, elle sollicita toutes les forces qui lui restaient. Elle le propulsa loin en arrière, l’envoyant s’écraser contre un mur de l’arène. Cold poussa un grognement. Cela faisait un long moment que cette fichue déité lui mettait des bâtons dans les roues, et même s’il s’habituait à ses pouvoirs psychiques, elle demeurait une plaie désagréable.

La Kaiôshin prit son bras gauche de sa main droite et maintint sa prise sur le monstre. Elle regarda autour d’elle et vit que leur camp avait le dessus dans divers endroits de l’arène. De nombreux ennemis avaient été vaincus, et leur nombre continuait de diminuer. Elle reporta son attention sur Cold et dit d’une voix sévère :

– Rappelle les hommes qu’il te reste ! Tu vois bien que vous perdez !

Perdre ? Rappeler ses troupes ?

Cold commença à émettre un son étrange. La Kaiôshin haussa un sourcil, se demandait si le Démon pleurait. Mais Cold esquissait un large rictus derrière son masque, et ricanait à l’écoute de paroles si hilarantes.

– Nous perdons ? Vraiment ? Parce que mes faibles fils ont été vaincus ainsi que ce misérable Dabra ? Je n’ai pas besoin de soldats fragiles et inutiles. Nous avons encore plusieurs monstres de puissance dans nos rangs et je suffis largement pour tous vous mettre en pièces. Je n’ai plus besoin de rester dans cette forme… Je vais vous exterminer pour la gloire de mon maître !

Pliant les bras, il fit jaillir sa foudroyante aura autour de lui, augmentant drastiquement son Ki. La Kaiôshin grinça des dents alors que sa prise télékinésique perdait rapidement en efficacité. La puissance de Cold dépassait désormais celle de Dabra, et de loin.

Le Kaiôshin du Nord apparut derrière elle.

– Besoin d’aide ? fit-il en faisant lui aussi apparaître son aura.

Sa congénère demeura silencieuse alors qu’elle déployait toutes ses ressources pour paralyser le Démon… Sans succès. Alors que l’énorme silhouette jurassique les surplombait et plongeait les deux divinités estomaquées dans l’ombre, elle répondit d’une voix incertaine :

– Je… Je veux bien…

À présent dans sa seconde forme d’augmentation, Cold s’empara des deux Kaiôshins dans le creux de ses mains en riant à plein éclat. Avec lui et Cell en pleine possession de leurs moyens, plus rien ne pourrait empêcher la domination du sorcier.

Dans l’espace 18, Son Goten avait repris connaissance. La douleur tiraillait son corps brûlé et meurtri. Il n’avait quasiment aucune énergie, et il s’était servi de ses maigres forces pour s’asseoir dos au muret du balcon. Il se demandait par quel miracle il avait survécu à une telle épreuve.

Il avait aperçu Son Gohan plus haut, pris d’affolement, quittant son combat contre Cell qui avait été intercepté par cet Héloïte qu’il avait dirigé vers lui. Son frère n’aurait jamais quitté un combat aux enjeux si grands sans une raison capitale. Il n’en voyait qu’une : un ennemi s’en était pris à Videl et Bra. Et c’était certainement Nappa.

Il lâcha un juron, se sentant coupable et impuissant. Il n’avait rien pu faire pour les protéger. Il maudissait sa faiblesse. Il se promit de se consacrer entièrement au combat, quand ils reviendraient chez eux. Qu’importe ce qu’en penseraient sa mère et sa copine. S’il voulait les défendre, il se devait d’atteindre au moins le Super Saiyan 2. Il obligerait Trunks à s’entraîner également, de sorte à ce que chacun d’eux puisse se battre individuellement, et renforcer davantage Gotenks en cas de force majeure. Ils n’atteindraient probablement jamais la puissance de Buu de l’Univers 4 qui semblait n’avoir aucune limite. Mais au moins, il pourrait battre par lui-même des ennemis comme ce méprisable Kakarotto. Il jeta un coup d’oeil dégoûté vers cet autre père qu’il abhorrait. Ce torse calciné, ces yeux vitreux, qui brillaient d’un éclat de haine…

– Hein ? fit Goten, les yeux choqués.

Kakarotto avait les yeux bien ouverts, luisant d’une étincelle féroce. Un rictus se dessina sur ce cadavre qui n’en était plus un, et le Saiyan fou se releva dans un rire cruel. Son Goten trembla de tous ces membres. C’était impossible ! La vie avait quitté son corps, lui et l’Héloïte s’en étaient assurés !

Kakarotto empoigna son fils d’un autre Univers par le cou et le serra avec force. Goten grimaça alors qu’il perdait son souffle, murmurant un faible :

– C… Comment…

– Tu m’as bien emmerdé, enfoiré, mais je t’avais dit que vous n’arriveriez pas à me faire la peau ! Maintenant, je vais te dépecer !

Dans l’appartement de l’Univers 11.

Le grand sorcier Babidi était toujours accompagné de son fidèle Majin Buu et de Baddack, le prophète Saiyan. Il avait jeté un sort à la pièce afin d’être inatteignable, et ne se préoccupait plus de ce qui se pouvait se passer de ce côté, se croyant intouchable. Bien à l’abri, il observait les événements, sursautant à chaque rebondissement, prenant peur lors de la défaite de ses soldats, et ricanant quand ils obtenaient une victoire.

Quand il avait vu Dabra et les Démons du Froid tomber, il avait eu des sueurs froides. Intense était sa frayeur quand il avait vu Cell pris dans l’explosion. Mais non seulement ce dernier était revenu en force, mais Cold avait déployé sa vraie puissance, et Kakarotto s’était redressé à nouveau, plus féroce que jamais. Les participants étaient morts loin d’ici, et les résistants les plus coriaces montraient des signes de faiblesse. Et il n’avait même pas encore joué ses dernières cartes.

– Ha ha ha ha ! s’enorgueillit-il dans un bruyant ricanement. Nous reprenons le dessus ! Ces imbéciles vont regretter de s’être opposés à moi !

De violentes vibrations saisirent la pièce.

Avant qu’ils n’aient pu comprendre quoi que ce soit, des fissures apparurent un peu partout, et une explosion retentit près d’eux. Telle une vitre se brisant sous le choc.

Au milieu d’eux, ce Saiyan. Ce petit-fils d’un autre Univers, à la puissance incommensurable. Il n’avait pas voulu reconnaître ce sang-mêlé comme son héritier, mais le fait que sa progéniture ait une telle force le rendait fier. Et mal à l’aise.

Ce descendant aux vêtements plébéiens était parmi eux. Un air menaçant sur le visage. Son maître le vit, et s’écria dans sa panique :

– Quoi ?? Buu, attaque-le !

Le Djinn, garde du corps attitré de leur maître, s’élança sur l’intrus indésirable. Peu d’êtres en ce monde pouvait faire face à cette obscure entité remontant des anciens temps de l’univers même. Ce n’était pas ce freluquet qui allait faire face à son Buu.

Et pourtant, le Saiyan reçut Majin Buu d’un simple coup de poing dans le visage. Il avait simplement levé le poing dans un geste vif, et Buu avait été éjecté dans un puissant impact sonore, la joue creusée, les yeux sortant de leurs orbites. Il alla s’écraser dans le mobilier, tandis que leur bourreau était déjà près de leur maître affolé, la main tendue. Leur adversaire était efficace et ne comptait pas perdre de temps.

– Non ! s’écria-t-il, s’élançant en avant pour protéger Babidi. En vain.

La tête du sorcier fut pulvérisée instantanément dans un trait d’énergie implacable. Le Saiyan, haussant le visage, dit d’un ton déterminé et tranchant :

– C’est fini.

– Maître, je viens d’avoir une vision, dit Baddack en se tenant la tête, une migraine tiraillant son esprit.

– Ah ? rétorqua Babidi, surpris par cette soudaine prophétie. Parle, qu’as-tu vu ?

– Le double du Saiyan que Cell tenait prisonnier se trouve dans l’appartement, du côté de l’autre dimension. Il va briser la bulle qui sépare nos deux réalités d’ici quelques minutes, et il vous éliminera.

– Ce n’est pas possible ! s’exclama Babidi, effrayé. Et vous n’avez rien fait ?

– Buu l’a attaqué, mais même lui n’a pu le vaincre. Nous avons quelques minutes. Nous ne sommes pas de taille contre lui, mais nous pouvons lui tendre un piège, et nous débarrasser de lui pour de bon. Cela fera un adversaire redoutable de moins à gérer.

– Mmh, fit Babidi en réfléchissant. Sais-tu où il va apparaître exactement ?

– Oui, c’était ici, répondit Baddack en pointant.

Plusieurs idées lui venaient déjà en tête. L’une d’elles, malicieuse et géniale, s’imposa de façon certaine à lui. Il devait agir promptement, afin de neutraliser cette menace immédiate.

Devant les appartement de l’Univers 9.

Sauza et Jeece étaient finalement parvenus à l’entrée de la cachette de ces faibles humains, prenant leur temps afin de torturer quelques spectateurs terrorisés au passage. Désormais, l’heure était venue d’écraser l’un des derniers centres de rébellion et d’apporter la gloire à leur seigneur.

Ouvrant la porte dans un violent coup de pied, les deux Commandos pénétrèrent dans la pièce sans ménagement. Sauza et Jeece prirent chacune une pose grotesque, s’exclamant respectivement :

– En avant pour Maître Babidi !

– Pour Babidi le grand !

– Copieur , murmura Sauza, irrité.

– Amateur, rétorqua Jeece, agacé.

Devant eux, Tenshinhan, Kulilin, Yamcha et Videl de l’Univers 9 se tenaient droit, formant une barrière qui empêchait tout intrus d’approcher de Trunks et Bulma, qui se mettaient à l’écart dans un coin de la pièce sans rien dire, peu rassurés, et de deux individus qui se livraient à une étrange scène. Un vieillard apparemment sénile dansait autour de l’un de ces exécrables Saiyans.

Kulilin soupira de lassitude et dit :

– Ce n’est que vous ? Je pensais au moins voir Freeza… Je croyais vraiment qu’on était en danger…

– Enfoiré ! s’écria Sauza, piqué au vif. Comment oses-tu me prendre de haut, nabot ? Je vais t’exploser !

Il se jeta sans réfléchir, laissant Jeece derrière. Ce dernier préférait rester en retrait pour voir ce qu’il allait advenir. Lui ne se laissait pas manipuler, et se servait de son cerveau. Le commando de Coola était vraiment risible, se dit-il en ricanant intérieurement.

Alors que le poing de Sauza s’apprêtait à frapper le maître des tortues, un farouche genou vint frapper son dos, alors qu’il était presque parallèle au sol. Le bruit de ses os qui se brisaient résonna dans la pièce tandis que le soldat de Coola lâchait un filet de sang qui s’écoula au sol, près de Kulilin. Yamcha leva un pouce en l’air, satisfait de son assaut surprise, en disant d’un air réjoui :

– T’es super comme appât, tu sais ?

– C’est supposé être un compliment ? répondit Kulilin, vexé et dubitatif.

Toujours en arrière, Jeece réfléchissait. Ces Terriens attaquaient avec précision et fermeté. De ce qu’il pouvait voir, ils ne laisseraient personne approcher des deux spécimens étranges derrière eux. Ainsi soit-il, il allait faire sauter l’appartement !

Il prit sa pose habituelle et forma une intense boule de Ki pourpre dans la paume de sa main. Les Terriens comprirent immédiatement le danger que représentait une telle attaque. Elle était trop faible pour les éliminer, mais les dégâts collatéraux étaient un risque trop grand. Leurs proches et le vieux Kaiôshin mourraient probablement.

– Pas ici ! s’écria Videl.

Elle se déplaça si vite que Jeece n’eut pas le temps d’esquisser un geste. Il se prit un rigoureux coup de genou de la Terrienne qui le fit chanceler, tandis que son attaque énergétique échappait à son contrôle. Elle se déplaça au centre de la pièce, et fut intercepté par Tenshinhan. Par une série de mouvements rapides et indistinguables, le guerrier parvint à interrompre sa progression et à la dompter, la faisant sienne. D’une violente impulsion, il la renvoya à l’expéditeur. Jeece était trop occupé à encaisser la douleur du coup de Videl, et ne put se défendre quand son attaque vint le heurter de plein fouet. Il fut propulsé hors de l’appartement par la porte laissée grande ouverte, et frappa le mur du couloir. Yamcha ferma l’entrée d’un air détendu et prit une pose tranquille alors qu’une explosion retentissait à l’extérieur.

– Ce n’est même pas amusant, fit-il en faisant la moue.

– Salopards… Vous allez… Le regretter !

Sauza s’était redressé. La résistance des soldats de Babidi était bien présente, même avec les os broyés. Il était le membre d’un des commandos les plus puissants de l’univers, et un fier guerrier du plus grand des sorciers ! Ces avortons ne demeureraient pas impunis !

– Ça ne se passera pas comme ça !

Alors qu’il s’égosillait de haine, Kulilin et Yamcha s’approchèrent de lui, un air exaspéré sur le visage. Ils en avaient assez de cette agaçante manie des méchants de se croire supérieurs quand la preuve irréfutable de leur faiblesse était sous leurs yeux.

Après une demi-minute de sévères corrections impliquant des doigts tordus et des genoux brisés, l’ex-soldat de Coola fut jeté au sol sans ménagement sur le corps de son camarade et des deux précédents soldats de Freeza, par Tenshinhan qui se frottait les mains. Il était content d’être enfin délesté de ces clowns fatigants. Il rentra dans l’appartement, disant d’une voix lasse :

– Bon, ça, c’est fait…

Mais, au même moment, une minuscule silhouette apparut soudainement derrière lui, au niveau de son crâne. Depuis le début de l’assaut, cette créature sillonnait les couloirs de l’arène à pleine vitesse, enragée et boostée par une forte adrénaline. Elle avait ressenti de l’action dans cette zone de l’Univers 9, et elle était là pour tout saccager, guidée par son maître et obéissant à son géniteur, qui avait inscrit dans son esprit l’ordre de s’occuper des éléments à l’écart. Cell Junior avait accepté sa mort injuste lorsqu’il avait été remplacé par un frère beaucoup plus puissant, son amour pour leur père étant inconditionnel, mais le sort de Babidi exacerbait son désir de meurtre et de sang. Il s’apprêta à frapper ce Terrien chauve de toute sa force, préparé à déchaîner toute sa hargne sur cet Univers de faibles.

– Attention !! s’écria Kulilin en remarquant le petit être surpuissant.

(Suite et fin du chapitre à venir)

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu