DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 4 jours, 12h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127128129130
Partie 27 :131132133134135
Partie 28 :136137138139140
Partie 29 :141142143144145
[Chapter Cover]
Partie 28, Chapitre 139.

Chapitre 139

Après un bref instant de silence et d’intense tension, Ginyû et Vegetto se jetèrent l’un sur l’autre. S’empoignant les mains, ils plantèrent les pieds dans le sol et déployèrent leurs auras. Ginyû était satisfait de ses nouveaux pouvoirs. Les Super Saiyans étaient vraiment incroyables ! Toutefois, il commença peu à peu à transpirer puis à céder. Son adversaire demeurait stoïque, conservant la même poigne. Ginyû déploya son énergie à son maximum, mettant toutes ses forces dans ses bras, mais rien n’y faisait. Au lieu de repousser Vegetto, ses propres jambes s’enfonçaient davantage dans le sol. Il grinça des dents, puis poussa un cri de douleur quand le Saiyan resserra sa prise, faisant craquer les poings de Ginyû. Ce dernier chancela et envoya un coup de pied facilement évité par Vegetto qui le relâcha néanmoins.

Ginyû secoua rapidement ses mains en poussant un soupir énervé. Il s'élança sur lui, envoyant des salves de coups à grande vitesse, tournant tout autour de cet arrogant personnage. Chacune de ses attaques était précise et puissante, pourtant aucune ne faisait mouche. Sans même les regarder, Vegetto bloquait les coups avec une facilité déconcertante. Ginyû usait de techniques avancées et de feintes vicieuses pour l’atteindre, mais rien ne parvenait à franchir la défense de l’être fusionné. Ginyû était pourtant au maximum de son Super Saiyan, alors que Vegetto n’en avait déployé que la moitié.

"Ce type est vraiment écoeurant !" pensa Ginyû en son for intérieur.

Lassé par les efforts pathétiques de cet intrus indésirable, Vegetto donna une grande gifle du revers de la main qui envoya valser Ginyû. Le sang vermeil de la Saiyanne vola dans les airs. Abasourdi, Ginyû se réceptionna difficilement et tituba. Vegetto le surplomba d’un air hostile et dit d’un ton agressif et supérieur :

“Même ma petite Bra n’approche pas le dixième de mon niveau. Nul ne le peut, dans aucun Univers. Je suis Vegetto, le guerrier suprême !”

“Quel vantard !” se moqua Ginyû. “Ce n’est pas la modestie qui t’étouffe, Saiyan ! Ne penses-tu donc pas qu’il y ait, quelque part dans un univers parmi les milliards possibles, un autre Vegetto bien plus fort, ou un Broly à l’énergie insurpassable ? Un Cell capable de balayer des galaxies d’un souffle ! Ou même un être surpassant toutes les races de son univers, y compris les Dieux eux-mêmes ? Tu es prétentieux, et ça a toujours été le défaut le plus irritant des Saiyans.”

“Apparemment, tu as adopté cette caractéristique sans problème”, rétorqua Vegetto en durcissant son regard. “Tu es aveuglé par une puissance qui ne t’appartient pas. Tu crois être hors du commun, mais tu n’as pas les capacités réelles de Bra. Il faut l’harmonie du corps et de l’esprit, et tu ne l’as pas”.

“Qu’est-ce que tu en sais ?” pesta Ginyû en nettoyant le sang qui coulait de sa bouche.

“Il y a longtemps, tu t’es emparé du corps de Son Gokû, l’un des Saiyans qui me composent. Cependant, son âme était si pure et liée à son corps que tu as à peine pu en tirer le dixième de sa force, même en t’y habituant progressivement. Tu as beau parvenir au stade de Super Saiyan, tu n’es rien comparée à ce que peut faire ma propre fille. Elle est déjà incapable de me tenir tête en temps normal, tu n’as donc aucune chance face à moi. Abandonne.

“Que tu crois !” s’exclama Ginyû en ricanant. “Je vais rectifier ton raisonnement, et le simplifier pour que ton cerveau primitif comprenne. Mon échange fonctionne sur deux choses : ma capacité à m’adapter au corps et la bonté d’âme de mon hôte. J’ai passé ces trente dernières années à changer de réceptacle encore et encore, m’habituant ainsi à divers niveaux de puissances. Jusqu’au jour où j’ai pris le contrôle de Cold. Les Démons du Froid disposent d’une puissance démesurée, à l’échelle galactique. Il était obligé de la restreindre sous plusieurs formes de réduction, car il n’avait aucune maîtrise.

En tant que maître du combat et du corps, je l’ai rapidement domptée, bien qu'avec quelques difficultés, pouvant rester aisément en forme originelle par la suite. J’ai passé des décennies à en prendre le contrôle, à la pousser au-delà de ses limites, à me sentir Cold jusqu’à la moindre cellule ! Grâce à cette épreuve, je peux gérer sans soucis toutes les réserves de l’hôte que je prends, sans crainte de débordement. Surtout dans un corps qui n’est pas fait de bonté pure ! Ta fillette arrogante n’est pas irréprochable, tout comme toi, Saiyan. Personne ne devient fort sans perdre de son innocence, ça n’existe pas ! Je me demande ce que j’obtiendrais en prenant le corps de ce Son Gokû maintenant, ha ha ha ! Maintenant, laisse-moi te prouver que ce corps est mien. Je suis plus digne de sa puissance que ton insupportable gamine !”

Sur ces mots, Ginyû déploya toute la puissance du corps de Bra, et passa au niveau deux, exploité au maximum. Vegetto n’avait pas dit un mot pendant le discours du capitaine, admettant à contrecoeur la part de vérité qu’il contenait. Et voilà que le parasite parvenait là où sa fille n’était jamais arrivée, le contrôle total de sa puissance maximale au niveau deux.

Depuis l’arène, Buu poussa un sifflement admiratif, ce que le Grand Kaiôshin prit pour une réaction face au match qui se déroulait actuellement sous leurs yeux. Mais Buu avait davantage d’intérêt pour le combat qui avait lieu dans l’espace.

“Pas mal, la puissance de la petite, quand elle est maîtrisée !” pensa-t-il intérieurement. “Gohan aurait déjà eu du mal à la réprimer au niveau un, mais il est largement dépassé à ce stade !”

Affichant d’abord un air étonné, Vegetto soupira de dédain et passa lui aussi au niveau deux. Il était las de cet affrontement futile, et il voulait en finir vite. N’importe quel oeil extérieur pouvait voir la différence de puissance entre les deux. Mais Ginyû était tellement grisé par son potentiel extraordinaire qu’il se sentait tout-puissant. Se jetant sans retenue sur Vegetto, il donna un puissant uppercut que son “père” esquiva rapidement en reculant. Ginyû le poursuivit et se lança dans une série de coups compacts et précis au corps-à-corps. Il voulait frapper encore et encore, savourer son énergie autant que possible ! Le retour n’était pas celui espéré, car Vegetto bloquait chaque attaque, mais il était enivré par autant de pouvoir. Il pouvait dévaster des systèmes entiers rien qu’en applaudissant et en déployant sa force, et cela était exaltant. Malheureusement pour lui, il existait un niveau bien au-dessus, irréaliste et écoeurant.

Alors que Ginyû pensait prendre le dessus, et que Vegetto semblait plier sous ses assauts incessants, des boules d’énergie et des Kienzans que Ginyû envoyait en rafale touchèrent le Saiyan et le transpercèrent. Il l’avait vaincu ! Mais ce n’était qu’une image rémanente...

Vegetto se téléporta derrière lui, se transformant instantanément au niveau trois. Ginyû eut à peine le temps de se retourner, tétanisé par l’énorme puissance qui le submergeait. Il entendit, juste avant de se prendre un poing dévastateur en pleine figure :

“Abrégeons.”

L’astéroïde sur lequel ils se trouvaient se désagrégea, pulvérisé par l’impact. Ginyû fut expulsé dans l’espace, allant se fracasser sur l’imposant bout de roche depuis lequel Buu les observait. Ce dernier ouvrit grand son oeil et se décomposa en un liquide noirâtre alors que Ginyû heurtait lourdement l’emplacement où se trouvait le globe oculaire deux secondes plus tôt. Le Djinn, attentif à l’acuité démentielle de Vegetto, enchanta le liquide avant de s’estomper, le transformant en une flaque de mercure. Rien d’illogique dans l’espace. C’était préférable à une mare rose et gélatineuse qui l’aurait tout de suite démasqué.

L’astéroïde se déplaça sous la force du choc. Vegetto se téléporta auprès de sa fille défigurée qui pataugeait dans le liquide noir. Le Saiyan n’y fit pas attention, préoccupé par l’état du corps de Bra, dans lequel résidait un Ginyû à moitié sonné. Les dégâts n’étaient pas trop graves. À défaut de ne pas tenir le coup face à son incommensurable force, le niveau deux de Bra semblait avoir assez résisté au coup. Et encore, il était loin d’avoir tout mis dedans. Il imaginait déjà la réaction de Bra à son retour, et il esquissa un sourire.

Empoignant Ginyû qui gémissait par le cou, il la souleva et, plaçant son visage près du sien, dit en le pointant du doigt :

“Tu as compris ? Maintenant, tu vas --”

“Change !” s’écria Ginyû en puisant dans ses ultimes ressources pour s’emparer désespérément du corps de Vegetto.

Il avait réussi ! Vegetto avait pris confiance, il ne se méfiait plus ! Croyant sa fille incapable de bouger, il ne s’était pas rendu compte que leurs visages n’étaient maintenant qu’à quelques centimètres. L’énergie du “Body Change” avait une certaine vitesse, et on pouvait l’éviter. C’est d’ailleurs ainsi qu’il avait été piégé sur Namek par Gokû, même si ce Ginyû-là l’ignorait.... Mais là, Vegetto n’aurait pas le temps de réagir ! Le contact énergétique était direct.

Sa technique fit mouche, et son esprit s’engouffra dans une nouvelle spirale mouvementée et colorée. Il allait prendre possession de l’être le plus puissant des Univers. Plus rien ne pourrait l’arrêter, il serait le maître absolu !

“Oui ! Je suis invincible ! À moi tous les Univers, ah ah ah !”

Il finit enfin par atteindre sa destination. Cependant, il remarqua vite que quelque chose clochait. Il ne se souvenait pas avoir blessé Vegetto le long du torse. Ni qu’il avait quatre bras. Il commença lentement à comprendre, n’osant pas ouvrir les yeux. Cet enfoiré l’avait réintégré dans son corps précédent ! Mais… Comment ? Se décidant à regarder, il vit avec fureur le Saiyan soulevant le corps de la Saiyanne au-dessus de lui, une expression de soulagement sur cette dernière. L’être fusionné avait profité de son désespoir et de sa panique pour l’appâter, et l’obliger à rééchanger avec sa fille. Et le pire pour Ginyû, c’est qu’il ne pouvait pas laisser paraître sa frustration ni hurler de rage, son corps était trop blessé pour cela. Il jeta un coup d’oeil aux Démons du Froid toujours évanouis au sol. Il eut des frissons en prenant conscience qu’il serait à leur merci dès leur réveil.

– Et voilà ! dit Vegetto d’un ton satisfait.

– T’as pris ton temps, dit Bra d’un ton courroucé mais en affichant un sourire de reconnaissance. Mais… Tu m’as cassé la gueule !

– Euh… Ravi de te revoir aussi, répondit Vegetto alors que Bra constatait ses blessures.

Un bruit derrière eux capta leur attention. Coola et Freeza s’étaient éveillés et se redressaient péniblement. Coola cracha du sang et dit d’un ton furieux :

– Vermines ! Vous osez venir ici, et vous… Espèces de macaques !

– Attends ! l’interrompit Freeza. Où est Ginyû, Saiyan ! Que lui est-il arrivé ?

– Eh bien, comme tu peux le voir, j’ai dû le persuader de m’obéir, répondit Vegetto en pointant Bra puis Cold du doigt. Il a réintégré ton père, tu peux en faire ce que tu veux. Il est tout à toi. Maintenant, je retourne auprès des miens, à la prochaine !

Coola ne pouvait supporter davantage le ton enjoué de cet exécrable Saiyan. Il fonça sur lui pour lui donner un coup de poing, mais ce dernier se téléporta avec sa fille qui baissait les yeux, immobile.

– Lâches ! jura Coola. Freeza, mobilisons nos troupes, et allons les attaquer !

– Laisse ce Saiyan tranquille, nous ne sommes pas de tailles, dit calmement Freeza en s’approchant de la cuve. Alors, capitaine Ginyû, quelles surprenantes retrouvailles ! Ainsi, pendant toutes ces années, tu te dissimulais là, sous nos yeux, nous appelant tes fils, nous donnant des ordres, nous manipulant à ta guise. Oui, je le vois à ton regard courroucé, tu voudrais me tuer, mais tu es impuissant. Ce fut une belle performance, je dois l’admettre.

– Freeza, qu’est-ce que tu…

– … Toi, continua Freeza en durcissant le regard et empêchant son frère de terminer, misérable ver de terre ! Tu aurais mieux fait de mourir après ton exécution, tu vas regretter de t’être joué de moi ! Tu es à ma merci, et je vais te faire disparaître une bonne fois pour toutes ! Coola !

– Avec plaisir ! s’exclama Coola en imitant son frère et en dressant son bras vers Cold, une boule d’énergie dans la paume de sa main.

Toutefois, au moment d’anéantir Ginyû qui défiait les frères du regard, prêt à accepter sa fin imminente, les trois Démons du Froid furent pris d’une intense migraine. Coola s’effondra au sol, poussant des cris de douleur :

– Mais, que m’arrive-t-il ? Argh !

– Je vois…, maugréa Freeza en tentant tant bien que mal de rester debout. Quel magicien impie se croit capable de contrôler un authentique Démon du Froid ? Vermisseau !

– Quel être corrompu par le mal se croit capable de résister à la plus ancienne des magies ? ricana Babidi qui mettait toute sa puissance magique pour convertir la famille.

Épuisé mentalement et physiquement, Cold ne fut pas long à subjuguer. Coola fut rapidement le suivant. Il était plein de ressentiment et de haine. Freeza devint le dernier et le plus difficile. Babidi savait que cette espèce avait des affinités avec les pouvoirs psychiques, mais celui-là disposait étonnamment d’une grande ressource mentale. Il était aussi ardu de le corrompre que Cell un peu plus tôt. Cependant, il finit par briser ses défenses mentales, et à le soumettre. Son armée était maintenant presque prête. Il rappela Buu à ses côtés et dit à Dabra de se préparer. Il lui restait quelques personnes plutôt intéressantes à prendre pour cible, et il pourrait conquérir cette arène. Le temps était presque venu.

Pendant ce temps, du côté de l’Univers 16, Vegetto était revenu auprès de Gohan et des autres. Pan, Trunks et Goten furent choqués devant l’état pathétique de Bra, le visage et le corps couverts de sang et d’entailles. Vegetto prit Bra avec lui et dit à Piccolo :

– Senzus, s’il te plaît !

Prenant une grande poignée de haricots, la Saiyanne avala le tout sans se soucier de l’image qu’elle donnait, et se dirigea vers leurs appartements, sans un regard pour ses proches ni pour la surface de combat, de laquelle provenaient les sons de puissants coups. Elle dit tout en croquant les Senzus :

– Vais me coucher.

Sous le regard inquiet de Pan et Videl, elle disparut dans le couloir de l’Univers 16. Uub, depuis l’Univers 18, perçut son aura qui disparut quelques instants plus tard. Plus tard peut-être irait-il s’enquérir de son état. Gohan s’approcha de Vegetto et dit :

– Et Ginyû ?

– Revenu dans Cold, et ce n’est plus mon problème. Que Freeza le pulvérise si ça lui chante.

– Bra devrait étudier son adversaire, maintenant que cette histoire est réglée, affirma Piccolo. Je crois qu’elle en aurait bien besoin, vu ce qu’on a pu voir. Et ce qui se passe pourrait sans doute l’intéresser…

– Venant d’elle, ce serait intelligent, tu penses... , soupira Vegetto. Attends, intéressant, comment ça ? Ce Gast est si fort que ça ?

– Pas seulement ça, répondit Gohan, une sueur au front. Regarde.

Tournant son regard vers l’arène, Vegetto eut un véritable choc qui le figea. Au milieu de la surface de combat, Gast était ensanglanté, un genou à terre, face à Vegeta de l’Univers 13, transformé en Super Saiyan 3. Et derrière Gast, une immense masse de muscles dans une armure noire rutilante, éclairée par une intense aura verte émeraude…

Quelques instants plus tôt, alors que Vegetto s’occupait du cas Ginyû dans l’espace…

Gast Carcolh faisait face à Raichi, perché comme toujours sur son globe de verre. Il avait suivi l’aura de Vegetto jusqu’à ce qu’elle disparaisse en direction de l’espace, mais ne s’en inquiétait pas outre-mesure. Ce problème ne le concernait en rien. Du côté du Tsuful, ce dernier avait vérifié une dernière fois ses fantômes, pour s’assurer que rien n’était piégé. Tous ses fantômes du tour précédent étaient prêts, ainsi que le nouveau… Tapotant sa boule du bout des doigts, il fronça les sourcils et s’avança légèrement vers Gast. Le Namek dit d'un ton patient :

– Tu dois toucher le ring, vieil homme…

– Laisse à mes fantômes le soin de s’en occuper, vénérable Namek, répondit Raichi.

Autour de lui apparurent une multitude de Nameks, villageois et enfants. Ces derniers étaient portés par les adultes pour éviter d’être écrasés par la gravité. Les deux Gohan furent étonnés, car les spectres étaient plus affectées que cela au tour d’avant. Buu sifflota dans sa prison.

Gast ainsi que les Nameks bien vivants de l’arène furent outrés par cette scène.

– Que… Tu as tué des Nameks ?

– Je n’ai aucun innocent sur la conscience ! rétorqua Raichi en s’agitant. Ces villageois ont été tués par des Saiyans, encore et toujours ! Chacun de mes fantômes, hormis les victimes de ce tournoi, ont été la cible de ces monstres. Mon peuple, les Nameks, mon jeune ami… Tu dois le voir, toi aussi. Nous devons éradiquer ces créatures infernales. Ce sont des génocidaires sans foi ni loi ! Toi et moi, nous avons le même idéal de paix ! Laisse-moi remporter les Dragon Balls pour le réaliser !

– Ce n’est pas la paix, ni la justice qui te guident, fit remarquer Gast, c’est la vengeance. Ton coeur est tourmenté, je le ressens depuis le début. Dis-moi, si tu gagnais, utiliserais-tu les Dragon Balls pour faire revenir ton peuple à la vie ?

Gast avait de l’espoir. Comme pour Piccolo Daimao, il souhaitait apaiser l’âme du vieux Tsuful et le libérer de ses démons et de sa rancoeur. Malheureusement, la haine du vieillard était inextinguible. Grommelant d’un ton sombre, il dit :

– Les morts ne reviennent pas.

– Pourtant, tu es entouré par eux.

Gast commença à s’avancer, pas à pas. Raichi prit cela pour un geste offensif et ordonna aux Nameks de l’attaquer. En une fraction de seconde, ses fantômes disparurent, les impacts de coups de poings creusant leurs joues. Gast se tenait devant lui, une main sur son bouclier. Raichi tressaillit, apeuré.

– Tu vis dans le passé, enfermé dans ta carapace de déni, continua le Grand Namek. Toi et tes fantômes avez assez souffert. Tu as tué les Saiyans chez toi, laisse les autres Univers tranquille. Il est temps de passer à autre chose… Pour ton propre bien. Quitte ce tournoi, et trouve la paix dans ton monde.

Sans effort, Gast brisa le bouclier de Raichi qui recula rapidement. Le Namek ne souhaitait pas le tuer, loin de là. Il voulait le pousser à laisser tomber sa quête de génocide. Mais le Tsuful ne se désistait pas.

– Un jeune homme, qui voulait revoir son frère lâchement assassiné, a été tué par un monstre comme ces Saiyans ! s’emporta Raichi en plaquant ses mains sur sa boule. Jamais je ne cesserai de combattre pour éradiquer ces vermines. Si tu t’opposes à moi, tu ne vaudras pas mieux, et je t’éliminerai sans aucune pitié !

Derrière lui, Hildegan apparut, poussant un cri de fureur qui vrilla les tympans de l’assistance. Quoi de mieux pour venger Tapion que d’utiliser sa créature pour mener à bien cette croisade ?

Hildegan donna un puissant coup de poing en direction de Gast qui tendit le bras, et stoppa net l’attaque sans frémir. Le Namek envoya une impulsion qui se répandit dans le corps du monstre géant. Hildegan disparut peu à peu dans une vapeur argentée, sous les yeux estomaqués de Raichi. C’était impossible ! Mais qu’était donc ce Namek ?

– Tu peux m’envoyer ce que tu veux, dit Gast, mais j’en viendrai à bout. Mon peuple reviendra, j’en ai fait le serment. Toi aussi, si tu persistes à te mettre sur mon chemin, tu seras mon ennemi. Dernière chance pour toi.

Gast recommença à s’avancer vers lui, prêt à le contraindre à l’abandon, mais un puissant coup de pied vint frapper son visage, l’éjectant quelques mètres plus loin. Il parvint à tenir debout, et constata avec effarement que Vegeta de l’Univers 13, de longs cheveux dorés et des éclairs tout autour de lui, se tenait entre lui et Raichi. Vegeta proclama :

– On ne touche pas au Maître, Namek. Incline-toi, ou meurs au nom de sa noble cause !

– Quoi ? enragea le vrai Vegeta depuis son espace.

Il écumait de colère. Ce n’était plus son lui d’un autre Univers, c’était lui, exactement lui ! Sauf qu’il se voyait soumis à un Tsuful scélérat et abject. Il avait même eu l’audace de lui retirer sa cape, fier symbole de sa royauté et de sa domination ! Cette ordure…

Gast tiqua en voyant ce guerrier lui faire face. En tant que Namek, il savait mesurer la force de ses adversaires. Même s’il se savait supérieur à ce Vegeta, il ne serait pas simple à vaincre. Ils n’étaient pas vraiment égaux, mais il allait devoir s’y mettre sérieusement. S’élançant sur Vegeta, il lança son poing en avant, poing qui rencontra celui du Saiyan qui esquissait un sourire satisfait. Le sol se craquela tandis que Vegeta disait à Gast :

– Tu as donc fait ton choix. Tant mieux, je vais prendre plaisir à te combattre. Tu vas périr pour la gloire de Maître Raichi !

Il enchaîna avec un crochet que Gast bloqua entre ses doigts. La main du Namek vibra sous une puissance pareille, en effet il allait avoir des difficultés. Les deux se séparèrent puis se chargèrent l’un l’autre dans un corps-à-corps explosif. La puissance qu’ils dégageaient n’avait rien à voir avec le combat entre Cell Junior et Vegeta au tour précédent. Buu et Gohan le percevaient bien : c’était presque pareil que lors de leur affrontement, quand Buu avait absorbé Gotenks pour le combattre ensuite. Du moins, Gast était du même niveau. Vegeta était peu à peu débordé, prenant des salves de coups dans le torse et la figure. Même poussé dans ses limites par Raichi, le niveau trois n’était pas facile à gérer et à déployer au maximum. Même pour un fantôme. Néanmoins, il parvenait à rendre coup pour coup, et malgré sa résistance plus grande, Gast saignait et ressentait la douleur des attaques du Saiyan. Vegeta s’éloigna et prit position, s’écriant :

– Garric Cannon !

Gast croisa ses bras devant lui et encaissa le tir d’énergie de plein fouet. Ses jambes creusèrent un profond sillon alors qu’il reculait. Poussant un incroyable Kiaï, il dissipa l’attaque, révélant Vegeta de nouveau volontaire pour un combat rapproché. Leurs poings s’entrechoquèrent violemment, le gauche de Vegeta se brisa, lui arrachant un cri de souffrance. Gast en avait assez, et y allait désormais à fond ! Déployant son aura, il asséna Vegeta d’une tempête de coups qui laissèrent de grandes traces d’impacts partout sur le corps. Mais le Saiyan fit rugir sa puissance à son tour et tenta de donner un large coup que Gast esquiva en sautant en arrière.

Le Namek fut surpris de rencontrer un obstacle en s’éloignant. Il vit une lueur émeraude se refléter sur les côtés et comprit de quoi il s’agissait en déglutissant. Devant lui, derrière Vegeta qui arborait un rictus victorieux, se trouvait le balcon de l’Univers 18. Gohan, Piccolo, Vegeta et Son Gokû affichaient une expression de pure épouvante. Goten et Trunks s’étaient déjà transformés en Super Saiyans, un réflexe provoqué par une terreur intense. Gast se retourna lentement et vit le visage de Broly, le Saiyan Légendaire, proche du sien, un immense sourire sardonique et plein de cruauté sur le visage. Broly dit d’une voix obscène :

– Dis adieu à ta vie, moustique !

Une incroyable force s’abattit sur la tête de Gast qui plia le genou, criant de douleur. Le poing de Broly l’avait presque assommé, et les deux Saiyans ricanaient devant sa pathétique faiblesse. Raichi grinçait des dents, mais ne disait rien. Le Namek avait choisi sa destinée. Il ne pouvait sentir les puissances, mais il le savait : Broly dépassait déjà Gast.

Vegetto, revenu vingt secondes plus tôt, était ébahi et même ravi. Si Gast était vaincu par Broly, et si ce dernier se déchaînait, il aurait droit à un match retour ! Il décida de rester en retrait pour le moment, et de voir comment Gast se débrouillerait. Du côté des Vargas, c’était la panique totale.

– C’est encore lui ! Renforcez le bouclier au maximum !

– Préparez-vous à éjecter l’Univers 3 tout entier s’il le faut !

– Mais il reste Piccolo Daimao pour le tournoi secondaire…

– Rien à faire, ce monstre est trop dangereux !

Du côté des Kaiôshins, les dieux étaient affolés, prêts à se battre eux aussi. Ce Broly était loin d’être aussi fort que le premier, il était encore à leur portée, du moins pour le jeter dans un astre. Buu demandait à son gardien qui s’obstinait à lui refuser sa requête :

“S’il te plaît, libère-moi ! J’ai envie de l’affronter, ne m’inflige pas ce supplice, c’est trop horrible ! C’est une occasion unique, je t’en supplie ! Laisse-moi le combattre !”

Gast s’éloigna rapidement de Broly. Cet affrontement devenait vraiment dangereux pour lui, il fallait vite en terminer. Il se dirigea vers Raichi, poursuivi par Broly et Vegeta. Raichi fit apparaître Cell Junior et Bojack pour l’arrêter, mais les deux fantômes furent pulvérisés sur-le-champ, incapables de le stopper. Gast se cogna sur un Oozaru qui apparut subitement, le bloquant momentanément. Il l’effaça d’un geste vif, mais le mal était fait, Broly était parvenu à se placer devant lui. Il n’avait plus le choix. Mettant toute la puissance dans son poing, il donna son coup le plus fort dans le thorax du Saiyan Légendaire… Qui se moqua du Namek. Le bras du Namek se couvrait d’entailles desquels coulait son sang. Gast ressentit un fort sentiment de terreur, car il était totalement impuissant, cette attaque le prouvait. Son état ne s’améliora pas en entendant Vegetto dire au loin :

– Ah bah oui. Qu’est-ce qu’il n’a pas compris dans le mot “invincible” ? C’est un coup à se briser les os, ça.

D’un ample crochet à revers, Broly expulsa Gast dans les airs, le sang s’échappant de la bouche du Namek. Le Saiyan Légendaire rit bruyamment et fit déferler son énergie, cette dernière ayant doublé. Son Gokû, Vegeta et Gohan se crispèrent. Ils ne pouvaient plus l’arrêter désormais. Broly se déplaça si vite que Gast ne put le suivre des yeux. Était-il dépassé à ce point ? Il fut ceinturé par Broly, et malgré toutes ses forces, il ne parvint pas à se libérer. Sa crainte s’accentua en voyant Vegeta un peu plus loin, affichant un sourire réjoui. Celui-ci tendit les bras et envoya une volée de Kienzans sur Gast qui se débattit violemment, en vain. Les disques le frappèrent directement, puis s’effritèrent sur le torse invulnérable de Broly qui rit aux éclats. Les restes épars de Gast tombèrent au sol, les yeux vitreux. Bras, jambes et torses étaient tranchés, seule sa tête était encore entière.

Les deux Piccolo furent choqués, alors que les Vargas entamaient un décompte au moment où les membres de Gast touchaient le sol. Raichi poussa un soupir de tristesse, alors que Vegetto faisait craquer ses jointures. Il semblait que son intervention allait devoir être nécessaire, en fin de compte.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu