DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 8 jours, 1h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127128129130
Partie 27 :131132133134135
Partie 28 :136137138139140
Partie 29 :141142143144145
Partie 30 :146147
[Chapter Cover]
Partie 11, Chapitre 55.

Chapitre 55

Nail se réveilla lentement, alors que ses blessures et ses douleurs disparaissaient. Lorsqu'il ouvrit enfin les yeux, le soin qu'on lui prodiguait cessa. Il lui fallut quelques secondes pour que sa vision d'abord floue s'habitue à autant de lumière. Depuis qu'il avait quitté sa planète, il avait vu l'espace, et le stade du tournoi multiverse n'était pas des plus lumineux… Le visage de Dende, devant lui, souriant, quelques larmes aux yeux, devint plus net.

— Dende ? fit le guerrier faiblement avant de se redresser lentement.

— Nail !

Dende résista à l'envie de sauter au cou de son ami. Il avait eu très peur, il était presque mort, c'est d'abord grâce à une chance énorme qu'il avait survécu.

Nail prit quelques instants pour reprendre ses esprits et regarder un peu autour de lui. Avec Dende, trois autres Nameks l'accompagnaient : un autre guérisseur et deux guerriers. Ces derniers regardaient dans la même direction, vers un lieu lointain, de l'autre côté de la mer toute proche, d'où une épaisse fumée grise foncée, parfois noire, s'élevait haut dans le ciel vert de Namek. Tout à coup, tout lui revint en mémoire. Nail se leva subitement, les poings serrés, déjà prêt à se battre.

— On s'est séparé en trois groupes, intervint Dende. Le premier s'est dirigé vers le lieu du crash, l'autre par là-bas, là où un monstre s'est écrasé… fit-il en pointant du doigt une direction sur leur droite.

— C'est le Roi Vegeta…

— Qui ça ?

— Il est dangereux ! S'il a survécu, on ne devrait pas le soigner !

— On ne peut laisser personne mourir…

Nail ne répondit rien. Ce n'était pas du tout le genre des Nameks de laisser mourir un être vivant. Mais que faire quand il s'agit d'un être infâme et malfaisant ?

— Quoiqu'il en soit, je dois y aller. Allez aider le premier groupe.

Sans attendre une seconde de plus, fixé sur Vegeta qui avait failli le tuer, qui avait par ses ordres et ses plans terrassé bien d'autres Nameks, il s'envola en vitesse, prenant la direction que Dende lui avait indiqué. Ce dernier ne perdit pas une minute et décida de le suivre.

En trois minutes, Nail arriva sur les lieux. Il s'attendait à voir un Oozaru, mais ce n'était qu'un homme nu et mouillé, qui était allongé près d'un cratère rempli d'eau. Trois guerriers Nameks étaient là, autour de lui, alors qu'un guérisseur… lui appliquait déjà les premiers soins !

— Non, attendez ! cria Nail en avançant rapidement.

Mais trop tard. Le Roi Vegeta commençait à reprendre ses esprits. Nail se jeta sur lui pour le maîtriser immédiatement. Soigné, il n'avait aucun mal, il était bien plus fort que lui. S'il l'empêchait d'utiliser ses bras, il n'y aurait pas de problème.

— Lâche-moi ! Enfoiré ! cria Vegeta qui, revigoré par une vive douleur aux bras, était maintenant bien réveillé.

— Tu ne feras plus de mal à personne, lui répondit calmement le guerrier Namek qui avait vaincu Reacum alors qu'il rageait intérieurement.

Dende arriva à son tour, suivi des trois autres guerriers. Personne encore ne savait ce qu’il s'était passé… L'hypothèse de l'accident avait été retenue depuis le départ. Nail leur expliqua rapidement, et lorsqu'il parla de leurs frères morts, trahis, tués dans l'explosion de la navette, tous les guerriers serrèrent les dents, pestant parfois contre le roi Vegeta, toujours maîtrisé et plaqué au sol.

Le jeune Dende s'approcha, et d'un claquement de doigts, fit apparaître une très solide corde que Vegeta ne pouvait défaire par la seule force de ses bras.

— J'espère que le premier groupe a trouvé des survivants… fit Dende en regardant Vegeta, avant de s'envoler vers les restes du vaisseau mère Varga écrasé, suivit de tout le groupe namek.

Nail porta Vegeta, le surveillant de très près. Il continuait d'hurler, de se débattre, pour se libérer les poignets, en vain.

La carcasse du vaisseau fumait encore par endroit, mais les incendies avaient été stoppés. À une cinquantaine de mètres, des corps de Nameks, Vargas et Saiyans étaient placés les uns à côtés des autres. D'autres corps s'ajoutaient toujours à cette liste trop élevée de morts, portés par plusieurs Nameks qui s'infiltraient dans les décombres en espérant trouver un dernier survivant. Nail retrouva un léger sourire en remarquant que Cargot était debout, en pleine santé, en train de contenir un autre Saiyan qui avait survécu. C'était celui qui avait perdu contre une adolescente : Baddack. À quelques mètres d'eux se tenait deux Vargas qui discutaient avec un guérisseur Namek. Ils devaient raconter ce qui s'était passé…

Nail se posa près de Cargot et lâcha Vegeta qui tomba lourdement sur la terre brune et verte. Dende se dépêcha de créer une seconde corde d'un claquement de doigt pour attacher Baddack avant de sourire en voyant Cargot qui le lui rendit.

— On va rassembler les Dragon Ball, fit Dende en gardant son sourire. Nous retrouverons nos amis !

Nail n'y avait même pas pensé, obnubilé par la perte de ses amis et trop concentré sur Vegeta, pour le surveiller, ou attendre l'occasion de se venger.

Les deux Vargas ainsi que leur interlocuteur Namek se rapprochèrent, alors que les deux Saiyans apprirent une information capitale : les Dragon Ball ! Les boules qui auraient permis au gagnant du tournoi de réaliser ses vœux ! Il y en avait ici aussi, et c'était les Nameks qui en étaient les gardiens ! Si seulement ils pouvaient mettre la main dessus et ressusciter leurs congénères…

— Si vous permettez, Maîtres Nameks, fit de sa petite voix l'un des Vargas, le premier vœu devra être de ramener sur cette planète les âmes de nos morts, avant de les ressusciter avec le deuxième vœu. Si vous le voulez bien, avec le troisième, nous pourrions réparer notre vaisseau pour rentrer chez nous.

— Si ces Saiyans ont attaqué peu de temps avant d'arriver en orbite de notre planète, commença Dende, il n'y aura pas de problème : il n'y a pas besoin du premier vœu, ils seront ressuscités ici.

— Ce serait sans compter notre technologie, reprit le Varga. La vitesse du vaisseau mère est considérable. J'ai peur que nos premiers morts se retrouvent dans le vide de l'espace, à des centaines de milliers de kilomètres d'ici. Il vaut mieux être prudent.

— Très bien, comprit Dende. Par contre, les Dragon Ball ne peuvent ressusciter qu'une seule personne !

— Oh ! fit le Varga, étonné. Les nôtres, enfin celles des Nameks de chez nous, ont été améliorées...

— Il faudrait en parler à notre chef, Mori, intervint Nail. Si on peut améliorer les Dragon Ball, lui seul pourra le faire et prendre une telle décision.

Dende acquiesça, puis après être resté quelques minutes de plus, il s'en alla rapidement retrouver le chef de leur tribu, afin de réunir les sept Dragon Ball, voir s'ils pouvaient effectivement améliorer leurs pouvoirs et exaucer leurs trois vœux. Cela ne prit qu'un peu moins de deux heures pour réunir les sept Dragon Ball. Par contre, Mori, qui accepta d'aider les siens et les Vargas, mit quelques jours pour accroître la puissance de Porunga.

Pendant ces quelques jours, les deux Saiyans avaient été forcés d'apporter leurs aides respectives dans un des nombreux champs Nameks, lesquels étaient aussi aidés par les deux Vargas rescapés qui souhaitaient, même si c'était infime à cause de leur petite taille, aider. Le jour où les Dragon Ball furent prête, les Saiyans, surveillés par Nail et Cargot, et les Vargas retournèrent sur le site du crash du vaisseau mère, tandis que depuis leur village principale, Dende et Mori invoquaient le Dragon Sacré.

Pour la première fois, les Saiyans découvrirent la magie de ce mythe. Le ciel s'assombrit immédiatement (Vegeta tenta de trouver une lune !) et, au loin, une vive lueur s'éleva dans le ciel, avant de prendre la forme d'un étrange dragon vert, qui leur tournait dos. Malgré la distance, ils l'entendirent prononcer des mots, mais c'était la langue Namek. Quelques secondes plus tard, les effets des deux premiers vœux furent visibles, et, même s'ils s'y attendaient, laissèrent bouche bée les deux Saiyans : les corps sans vie des Nameks et Vargas s'animèrent ensemble. Comme s'ils sortaient d'un profond sommeil, ils bougèrent d'abord leurs bras et leurs jambes, avant d'ouvrir les yeux et de se redresser. Sortant des "cercueils" qu'avaient créés les Nameks pour conserver leurs corps, il ne leur fallut pas longtemps pour comprendre ce qu'il se passait. Quelques secondes de plus, et c'était la carcasse du vaisseau mère Varga qui reprit forme d'un coup. Il semblait comme neuf, et le blanc chromé étincelait. Vargas et Nameks de l'univers 1 acclamèrent l'efficacité une nouvelle fois démontrée des Dragon Ball, alors que les deux survivants Vargas, les larmes aux yeux, serraient dans leurs pattes leurs amis disparus, même si ça n'avait été que quelques heures.

Vegeta pesta. Les Dragon Ball avaient un pouvoir fabuleux, les Vargas avaient une technologie qui devait leur appartenir, mais ils avaient tous osé lui faire l'affront de ne pas ressusciter les siens !

Le ciel s'éclaircit aussi soudainement qu'il s'était assombri, et un trait lumineux passa au-dessus de tout le monde, six autres traits de lumière prenant des directions toutes différentes. Il s'agissait d'une des Dragon Ball qui filait vers une destination inconnue, inutilisable pour l'année à venir.

Alors que la plupart des Nameks et Vargas du premier univers remontaient dans le vaisseau, le chef Varga demanda à voir le chef des Nameks, ne serait-ce que pour le remercier de son aide bienveillante.

Deux heures plus tard, il revenait pour annoncer qu'ils allaient rester quelques heures de plus avant de repartir, le temps de vérifier que le vaisseau fonctionnait bien, et de décider du sort des Saiyans.

Nail et Cargot pesèrent lourd dans ce choix, témoignant de ce qu'ils avaient vu, de l'agressivité sans limite de tels personnages. Sans discuter trop longtemps, le chef des Nameks prit la décision de vite les renvoyer. Mais les Dragon Ball étant inutilisables pour un an, il demanda aux Vargas de s'en occuper. Nail, Cargot, et une vingtaine de guerriers Nameks de l'univers 10 allaient les accompagner pour les protéger le temps de les déposer.

Ils arrivaient en vue de la planète Vegeta. Son roi et Baddack se tenaient dans un coin de la salle de contrôle, regardant leur planète. Les Vargas détectèrent leur cité et préparèrent la navette. Trente minutes plus tard, surveillés par vingt-cinq Nameks réunissant les guerriers des univers 1 et 10, Baddack et Vegeta descendaient la rampe de la navette devant plusieurs Saiyans qui les accueillaient, se demandant très vite où étaient les autres.

Nail remarqua que leur cité n'était rien d'autre qu'une ruine, aux bâtiments trop petits pour eux. Vestiges d'une civilisation qu'ils auraient exterminée ? Nail n'en doutait pas. Une sorte de palais avait été construit, surplombant la cité et la plaine ou plutôt le désert rocheux. Nail remarqua un dernier élément : c'était bientôt le crépuscule.

— Dépêchons-nous. S'ils peuvent tous se transformer, nous pourrions avoir des problèmes, fit doucement Nail à un Namek de l'univers 1.

Ce dernier acquiesça et poussa les deux Saiyans. Il n'avait pas l'intention de rester longtemps : les déposer, les détacher, partir. Tout simplement. Mais c'était sans compter l'intervention de Vegeta, une fois détaché :

— Je voudrais un duel ! cria-t-il d'une voix forte devant ses hommes. Du un contre un, contre l'un de vous deux ! fit-il en désignant Nail et Cargot.

Ces derniers se regardèrent, incrédule. Est-ce qu'il se moquait d'eux ? Sans répondre, les deux Nameks tournèrent les talons.

— Lâches ! Après avoir laissé mes sujets morts, vous fuyez alors que je ne demande qu'un duel ? cria de colère le roi Vegeta.

Nail et Cargot se retournèrent en même temps. Ils avaient beaucoup à lui répondre, pour le remettre à sa place. Mais, le silence pouvait être d'autant plus fort. Devant ses "sujets", Vegeta était déjà décrédibilisé. Et cela donna une meilleure idée à Nail : s'il le battait rapidement, il le serait encore plus. C'est ce qui le décida finalement à accepter un tel duel.

Lorsque Nail s'approcha du roi Vegeta, ce dernier fit un signe à ses sujets qui s'éloignèrent de quelques mètres. Puis le roi se mit en position de combat. Nail fit de même, ne lâchant pas du regard son adversaire. Si jamais il commençait à se transformer, il devrait l'achever… Avec sa force, au maximum, un ou deux coups suffiraient largement. Nail attendit l'attaque de son adversaire pour l'avoir. Cette première attaque tarda à venir. Est-ce que le roi cherchait à gagner du temps ? Cherchait-il un moyen de gagner ?

Il attaqua finalement en hurlant, le poing en avant. D'un mouvement simple et sans effort, Nail l'évita, lui attrapa le bras, flanqua un coup de genou dans le ventre du roi, puis l'envoya valser plusieurs mètres plus loin. Le roi, sous l'étonnement collectif de ses sujets, sauf de Baddack qui savait bien qu'il ne pouvait gagner, eut bien du mal à se relever. Crachant déjà du sang, tremblant, ses jambes manquant de se dérober sous lui, il fixa le Namek, le regard dur. Il était clairement enragé.

Une nouvelle fois, l'attente fut longue, les deux combattants se fixant sans s'attaquer. Nail rompit tout se silence :

— Je t'ai déjà vaincu, tu ne peux rien faire. Tu ferais mieux d'abandonner immédiatement.

— Ne me fais pas rire, Namek.

Hurlant encore une fois, le roi barbu attaqua une dernière fois Nail, qui, en deux coups, le mit presque KO. L'action fut rapide, et très peu de Saiyans avaient vu le coup venir. Tout ce qu'ils voyaient maintenant, c'était leur roi, perdant, à demi-inconscient affalé par terre, se tordant de douleur, crachant parfois un peu de sang. Nail le regarda, l'air toujours sérieux, prudent, sévère, et commença finalement à s'en aller. Les autres Nameks remontèrent dans la navette, quand Baddack intervint :

— Est-ce que vous pourriez le soigner avant de partir ?

Personne ne lui répondit. Il reprit :

— Il a perdu, ce ne sera plus notre roi. Il sera même puni pour avoir laissé mourir plusieurs d'entre nous.

Baddack avait parlé d'une voix calme. Il paraissait sérieux. Hésitant quelques instants, Nail donna son accord. Un guérisseur Namek s'approcha, protégé par un guerrier. Ça ne prit que deux minutes, et tandis que Baddack aidait Vegeta à se relever, la navette se prépara au décollage, attendant Nail et Cargot, les derniers à monter.

— Attendez… fit encore Baddack.

Les deux Nameks se retournèrent, espérant que ce serait enfin la dernière fois. Ils ne voulaient plus rester ici… En plus, il commençait sérieusement à faire nuit maintenant. Justement, Baddack parla de ça, levant la tête vers le ciel :

— C'est la pleine lune, regardez.

Nail et Cargot regardèrent à leur tour vers le ciel, et y virent effectivement la pleine lune. Tout à coup, Nail écarquilla les yeux : pourquoi est-ce que ça lui faisait penser à cette boule lumineuse que le roi Vegeta avait créée par deux fois, pour se transformer ? Son regard se porta sur tous les Saiyans, qui souriaient quasiment tous.

— Comme je le pensais, marmonna Nail, il va à nouveau se transformer en géant ! Si je suis assez rapide...

Mais un coup d'œil circulaire lui fit comprendre qu'il ne s'agissait pas d'un pouvoir magique de leur roi... mais qu'ils le possédaient tous ! C'est vrai qu'ils avaient fermé les yeux lorsque...

— Décollez ! cria Nail aux Vargas avant de se tourner vers Cargot. Il faut les battre avant qu'ils se transforment !

Ensemble, les deux Nameks attaquèrent. En quelques coups de poings ou du tranchant de la main, ils assommèrent plusieurs Saiyans. Mais ils n'avaient pas assez de temps, ils étaient trop nombreux. Combien étaient-ils ? Une cinquantaine ? Plus encore ? Nail, ayant pris de l'envol alors que les Oozarus en face de lui, gagnaient en taille, aperçut plus loin d'autres gorilles qui apparaissaient. Beaucoup d'autres. Ils étaient plusieurs centaines.

— Nail ! Cargot !

Un Namek, dans la navette Varga qui était maintenant à plusieurs dizaines de mètres au-dessus d'eux, les appelait. C'était le moment de partir, sans se battre. Ils s'étaient fait avoir. Cargot vola immédiatement vers la navette quand Nail dût éviter un coup d'un Oozaru qui l'avait surpris : la gueule ouverte, il avait craché un jet de lumière qui avait failli toucher le Namek. Après ce premier coup, bien d'autres suivirent, que Nail esquiva plus ou moins facilement. Un coup faillit percuter la navette, mais grâce à Cargot, ils s'en sortirent sans dégâts. La navette prit plus d'altitude encore, et Nail s'envola lui aussi plus haut, faisant bien attention d'éviter le tir d'un Oozaru. Il savait que ça ne le tuerait pas, mais ça pouvait certainement le blesser.

Au moment où Nail n'était qu'à une dizaine de mètres de la navette qui avait pris de la vitesse pour sortir de l'atmosphère, Cargot l'interpella, lui criant de regarder derrière lui. Un Oozaru en colère avait réussi à sauter jusqu'à cette hauteur ! Mains jointes, il voulait flanquer un coup mortel à Nail. Etait-ce le roi Vegeta qui voulait absolument gagner encore une fois ? Ou l'un de ses guerriers, comme Baddack ? Tous les Oozarus se ressemblaient… Quoiqu'il en soit, que ce soit un Saiyan ou un autre, Nail s'en fichait. Réagissant promptement, il para le coup, bien que difficilement. Un Oozaru avait visiblement presque la même force que lui. Véritablement énervé, Nail fonça vers le Saiyan transformé, alors qu'il commençait déjà à retomber. Le Namek flanqua un coup de pied dans le ventre du gorille, tira une salve d'énergie dans son œil qui explosa. L'Oozaru, hurlant de douleur, donna plusieurs coups de ses bras dans le vide, sans toucher le Namek qui, plus haut que lui, balança une multitude de rafales d'énergies. L'Oozaru les reçut toutes, les explosions le faisaient hurler de douleur en plus de gagner de la vitesse qui allait alourdir sa chute, à défaut de le tuer.

L'énervement de Nail se calma quand, une fois que l'Oozaru avait créé un cratère sur le sol, il arrêta de tirer. Reprenant très vite ses esprits, il fila à toute vitesse vers la navette qui l'attendait. Dès qu'il fut à l'intérieur, Cargot ferma la porte, et le Varga qui pilotait fit diriger la navette vers le vaisseau-mère...

— Peut-être devrions-nous faire quelque chose pour ces Saiyans… Si jamais un jour ils peuvent voyager à travers l'espace, ils pourraient devenir une menace… fit Cargot alors qu'ils descendaient de la navette qui venait d'atterrir sur Namek.

— Je ne pense pas, répondit Nail. On pourrait utiliser les Dragon Ball pour faire quelque chose, mais Freeza semblait être une plus grande menace que les Saiyans et un Kaïo Shin l'a tué. Si les Saiyans deviennent trop dangereux, je pense qu'il fera la même chose.

Cargot acquiesça. C'était vrai. Dans leur univers, ils avaient la chance d'avoir un dieu qui faisait attention à ce qu'il s'y passait…

Avec les Saiyans sur leur planète quasi-désertique, un peuple trop nombreux qui ne pensait qu'à s’entre-tuer, les Nameks pouvaient vivre dans la tranquillité sur leur planète, sans jamais être dérangé.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu