DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 8 jours, 19h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
Partie 26 :126127128129130
Partie 27 :131132133134135
Partie 28 :136137138139140
Partie 29 :141142143144145
[Chapter Cover]
Partie 28, Chapitre 140.

Chapitre 140

Le décompte des Vargas pour valider la défaite de Gast Carcolh avançait peu à peu :

– 2, 3, 4, …

– Broly, détruis ses restes ! lança Vegeta à Broly en désignant Gast en contrebas. Ca repousse, ces saloperies-là. Désintègre-le vite !

Cependant, le Saiyan Légendaire ne l’entendait pas de cette oreille. Il les entendait, partout. Tout autour de lui, des cris de peur et de panique. Des tas de gens, tous assis en train de le fixer avec une expression de frayeur. Cela lui plaisait. Il se délectait de cette vue. Pourquoi s’occuper d’une espèce de géant à moitié décomposé quand un festin de frêles créatures se présentait à lui ? Il concentra une boule de Ki dans la paume de sa main et l’envoya sur le public, observé par un Vegeta dubitatif. Le Kikoha vint s’exploser contre le bouclier, provoquant une réaction de surprise chez Broly.

– Beuh.. ?

Irrité par cette résistante invisible, le Saiyan Légendaire s’envola en direction du sol, atterrissant près du balcon de l’Univers 8. Il n’avait pas réellement de plan ni de cible fixe, il voulait juste frapper. Frapper et détruire. Vegeta lâcha un juron et prépara plusieurs Kikohas entre ses mains.

– Crétin. Le revoilà qui attaque tout ce qu’il voit. Je vais m’en charger, je n’aurais jamais dû le lui demander !

Il envoya les boules d’énergie sur les restes de Gast qui furent calcinés et réduits en cendres. Pendant ce temps, Broly tambourinait sur le bouclier, faisant reculer les soldats des Démons du Froid qui étaient restés pour assister au combat. Ces derniers savaient que ce Saiyan était un fou furieux, et ils préféraient être exécutés par Freeza plutôt que finir broyés entre ses mains.

– C’en est fini du Namek, maître ! s’exclama Vegeta en se tournant vers Raichi. Rappelez Broly, il a atteint sa limite de sanité ! Son état Légendaire dépasse votre technologie, il va nous éliminer s’il continue !

– Encore un instant, répondit Raichi en levant la main pour le dissuader d’intervenir. Je veux vérifier quelque chose.

“Les Nameks sont redoutables, et celui-là est exceptionnel. Il est peut-être vivant, on ne sait jamais. Sans Broly, je ne pourrai pas le battre, et je ne pourrai pas le rappeler avant un moment.”

Dans les Univers 16 et 18, chacun se préparait à réagir s’il le fallait.

– Pourquoi les organisateurs ne déclarent pas Raichi vainqueur ? s’interrogea Pan de l’Univers 18, inquiète à la vue de ce Broly.

– Les Nameks sont pleins de ressources, et celui-là est au-dessus du lot, expliqua Piccolo. Les Vargas ne veulent pas le déclarer vaincu avant le décompte, il pourrait réapparaître n’importe quand. Personnellement, je ne pense pas qu’il ait pu être tué si facilement. J’espère seulement qu’ils réagiront avant que la situation ne tourne au massacre.

– Goten et moi fusionnerons à la fin du décompte, ça ne nous prendra qu’une seconde, dit Trunks. Vegetto doit être sur ses gardes aussi, ce Broly est en train de devenir complètement cinglé !

– Ce n’est pas une mauvaise idée, continua Gohan en retroussant ses manches. Il n’est pas aussi fort que le premier, cette fois il nous faudra agir rapidement, si jamais cela venait à dégénérer…

– Vegetto saura s’en occuper, fit remarquer Son Gokû. Inutile de s’inquiéter. Tu comptes faire quoi, Vegeta ?

– … Tu n’as pas remarqué ? demanda son ami qui avait les yeux rivés sur Raichi.

– Quoi donc ?

– Près du Tsuful. Quelque chose a bougé…

Alors que le décompte atteignait la vingtaine, Broly déployait toute son énergie et frappait le bouclier. Celui-ci commençait à se fissurer et à s’effacer lentement. Les soldats derrière tremblaient de tous leurs membres, et certains s’étaient déjà enfuis dans le couloir. Le Saiyan poussait un rire macabre alors qu’il franchissait la barricade. Il allait prendre un malin plaisir à piétiner ces insectes !

Du côté des Vargas, celui chargé du décompte était tenté d’accélérer, mais s’il ne respectait pas les règles, il serait confronté à de graves ennuis. Même dans ce cas-là. Mais l’angoisse d’être éliminé en une fraction de seconde par ce sauvage psychopathe le terrifiait. Sa voisine, annonciatrice du tournoi, n’arrangeait pas sa panique en criant :

– Il est en train de traverser le bouclier infranchissable ! Il devient de plus en plus fort, il va attaquer les spectateurs !

– .. 27, 28, 29… , enchaîna le Varga en respirant et en se ventilant.

– Bip, bip, bip !

– Hein ? s’exclama la Varga. Les appareils indiquent que Gast est vivant… Et debout !

– Tu rigoles ?

Les oiseaux regardèrent en direction de l’arène. En effet, juste derrière Raichi qui n’avait rien remarqué, se tenait Gast, le corps entièrement couvert d’un liquide verdâtre. Seule sa tête était épargnée. Entièrement dévêtu, il posa sa main sur le bouclier de Raichi et le brisa sans effort, de la même façon qu’au début du combat. Le vieillard ne s’en rendit compte qu’une seconde après, de même que Vegeta qui ouvrit grand les yeux.

Paniqué, il fonça sur son maître pour lui venir en aide, mais le Grand Namek s’était déjà agenouillé, posant sa main sur la boule. Il eut le temps de dire au Tsuful qui affichait une expression horrifiée :

– Sans cette boule, plus de fantômes, plus de combats. C’est terminé. Pars en paix.

Sur ces mots, il brisa le globe de verre d’une impulsion. Broly disparut aussitôt, alors qu’il s’apprêtait à fracasser le crâne d’un soldat dans sa main. Vegeta, à un mètre de Gast, s’effaca également. Chose étrange, le Tsuful s’évanouit avec ses guerriers, ne laissant plus que des éclats de verre sur le sol comme preuves de son existence passée. Gast usa de sa magie pour récréer ses habits habituels et examina les morceaux de verre, fermant les yeux.

– Tu n’étais toi-même qu’un fantôme généré par la haine. Quelle étrange machine… Je prie pour que ton âme trouve le repos et l’apaisement.

Parmi les combattants, beaucoup s’interrogaient sur la mystérieuse résurrection de Gast, et avançaient chacun leur théorie sur le sujet. Mais deux êtres avaient la réponse correcte.

“Extraordinaire !” s’exclama Buu, stupéfait.

“Je ne comprends pas, dit le Grand Kaiôshin en fronçant les sourcils. Comment a-t-il survécu ? Tout son corps a été détruit par Vegeta, non ? Comment s’est-il régénéré ?”

“J’ai vu à travers sa magie au moment où il s’est reconstitué. C’était si malin que je n’y avais pas songé ! Il a enchanté un morceau de roche pour que Vegeta le cible, prenant le caillou pour Gast. Camouflé en une autre pierre, il a atterri discrètement près de Raichi, alors que Vegeta et le Tsuful se concentraient sur Broly. C’est admirable !”

De son côté, Vegetto expliquait aussi la même chose à ses proches, épatés par l’astuce. Piccolo, qui écoutait depuis l’espace 18, transmit ses paroles aux autres.

– La magie de ce Gast est de plus en plus surprenante ! dit Son Gokû, stupéfait. Il a emprisonné Buu, il a créé une illusion qui nous a tous eus. J'adorerais l'affronter ! Ça va être un adversaire formidable, pour sûr !

– C’est de la magie de haut niveau, intervint Uub, qui reconnaissait que les dons du Namek étaient impressionnants. Je ne pense pas pouvoir en faire autant.

– C’est un peu dommage pour Raichi, souligna Son Gohan. Sa technologie était toute aussi formidable, les combinaisons qu’il pouvait faire relevait du génie ! Quelle tristesse qu’il l’ait mise au service de la haine.

– Mais du coup, c’était lui aussi un spectre venant de la boule, non ? demanda Videl qui ne comprenait pas vraiment. Ce n’était donc pas un participant vivant ?

– On dirait que non, répondit Gohan en souriant. C’est stupéfiant, sa haine l’a maintenu conscient jusqu’à aujourd’hui. J’aimerais bien étudier ça.

Dans la loge des Vargas, l’annonciatrice s’apprêtait à déclarer la victoire de Gast, s’assurant de la mort de Raichi. Cependant, les machines se mirent à s’affoler au moment où elle prenait le micro.

– Quoi encore ? s’égosilla-t-elle.

– Les données indiquent qu’une immense source d’énergie provient d’une personne de l’Univers 3 ! Elle vient de l’arène, on dirait que Raichi est toujours là !

Sur le sol de l’arène, Gast soupirait. Il fixait avec une certaine amertume. Il avait échoué à l’apaiser sans l’éliminer, et il se promettait de ne pas laisser tomber Piccolo Daimao. Il ouvrit de grands yeux quand une épaisse vapeur s’échappa soudainement du globe brisé. Son corps se mit à frémir alors qu’une incroyable puissance se dégageait de la brume. Même Vegetto et Buu affichèrent une expression choquée en ressentant un tel pouvoir. Les deux Gohan étaient médusés : l’énergie qui provenait de ce nuage opaque dépassait la leur, et de très loin !

De la fumée émergea une imposante silhouette. Gast eut un mouvement de recul en voyant apparaître un colosse, flottant un peu au-dessus du globe de verre.

Sa grande musculature reléguait celle du Namek à celle d’un frêle combattant. Son physique lui était inconnu, il ne ressemblait à rien de ce qu’il avait pu voir en parcourant l’Univers. D’étranges opales émeraudes étaient insérées dans sa tête, son torse et ses bras. Son corps variant entre deux rouges d’intensités différentes. Mais une chose était certaine : Gast ne tenait pas la comparaison en terme de puissance. En sondant son aura, il reconnut la plupart des énergies qu’il avait ressenties de la part des fantômes de Raichi, le Tsuful y compris.

– C’est absurde, dit-il, la voix tremblante. Quelle est cette ignominie ? On dirait que toute la haine contenue dans la machine s’est incarnée en une seule entité !

– Raichi de l’Univers 3 n’est pas éliminé ! Le combat peut continuer ! résonna la voix de la Varga dans l’arène.

– Quoi ? dit Piccolo dans l’espace 16. Mais ce n’est plus Raichi, et cette puissance, c’est anorm--

Il fut interrompu par un violent cri. Mais pas un cri tel que les mortels pouvaient produire, provoqués par la peur, la joie ou encore la colère. Ce hurlement était tout ce qu’il y avait de plus inhumain et monstrueux. Une véritable lamentation qui contenait toute la douleur du monde, des pleurs, des vociférations de colère et de rage. Une haine furieuse et implacable qui déferlait depuis la bouche grande ouverte du monstre et se répandait dans tout l’Univers. S’écoulant sous formes d’ondes la souffrance frappait de plein fouet tous les autres individus. Les Kaiôshins s’effondrèrent, submergés par le ressentiment. Le Kaiôshin du Sud formula difficilement :

– Mais.. Toute cette colère… Argh !

Les spectateurs se mirent à crier, affectés par le rugissement de la créature. Les Héloïtes tombèrent eux aussi à genoux. Dans l’espace 12, #16 aidait Trunks à tenir debout, voyant qu’il chancelait, le visage déformé par cette affliction. L’androïde tourna sa tête vers la source et dit :

– Cette entité déverse toute la haine et la peine collectée par les morts violentes que l’appareil de Raichi avait collectées. Même moi, je ressens une forte émotion. Tous ceux qui sont sensibles à la souffrance des autres ressentent la même douleur !

– C’est… Horrible ! J’ai l’impression d’entendre… Tous ceux que #17 et #18 avaient tués chez nous…, dit Trunks d’un ton crispé.

Gast était également heurté de plein fouet par cette vague de haine. Il le percevait. Toutes ces vies innocentes prises par des monstres,... Des victimes sauvagement massacrées. Il l’avait ressenti quand Freeza avait exterminé une partie de son peuple. Sa tête fut prise d’une intense migraine. Non seulement sa psyché, mais aussi son ouïe étaient prises d’assaut par le cri furieux de la créature. Cette dernière finit par se calmer au bout d’un court moment, permettant à Gast de reprendre haleine.

– Enfin il arrête de cri..

Il coupa court à sa phrase en voyant la créature concentrant une immense énergie dans les opales de ses bras croisés. Les pierres de son corps s’illuminèrent dans une éblouissante lumière verte, et le monstre envoya une extraordinaire vague déferlante sur Gast qui afficha un visage effaré, avant d’être frappé directement par l’attaque. L’impact provoqua une forte explosion qui se dirigea dans l’espace, suivant les courbes du bouclier qui craquela sous la puissance de l’onde de choc. Tous les combattants croisèrent les bras devant eux, et les plus faibles comme les soldats de l’Univers 8, les deux Videl, les deux Pan et Bra de l’Univers 18 furent repoussés par l’explosion. Les Gohan attrapèrent leurs femmes et leurs filles, et Vegeta retint Bra entre ses mains, la soutenant tandis que lui-même tenait péniblement sur ses jambes.

La fumée noire dégagée par la déflagration s’éleva dans le ciel, s’estompant progressivement. Vegetto fut estomaqué en voyant Gast, qu’il considérait comme un des combattants les plus forts, les vêtements carbonisés, le corps partiellement brûlé et ensanglanté. Son bras gauche était inutilisable. Juste à côté de lui s’étendait une grande et profonde crevasse. Le météore qui soutenait l’arène avait presque été désintégré. Gast était tétanisé. S’il n’avait pas eu la présence d’esprit d’esquiver, il aurait été détruit en un instant. La puissance de cette créature était équivalente à celle de Vegetto en Super Saiyan. Peut-être même au-delà.

Dans la loge des Vargas, les organisateurs s’affolaient.

– Le bouclier a presque cédé ! Redirigez toute l’énergie disponible pour le renforcer !

– Mais c’est quoi ce monstre ? Qu’est-ce qu’on doit faire ?

– Le chef a été sonné par l’explosion, on n’a aucune indication !

Gast arracha son bras et le fit repousser aussitôt. Les Vargas ne parvenaient pas à prendre une décision rapide, c’était à lui de tenir tête à cette entité, et à l’empêcher de s’en prendre aux autres. La forte gravité de l’arène disparut, revenant à la normale. Le courant consacré à son fonctionnement était détourné pour remettre les boucliers en état. Les lumières de l’arène s’éteignirent peu à peu. Le bâtiment finit par être seulement éclairé par les quelques astres lointains qui berçaient la petite planète. C’est alors que la créature déploya son aura verte, illuminant l’enceinte du stade. Ses yeux brillèrent d’une profonde rancune, et Gast comprit.

– Je vois… C’est donc toi, le fameux Hatchiyack qui collectait toute la haine possible. Si je te détruis, tous les morts qui te composent trouveront la paix dans l’au-delà. Finissons-en avec cette atrocité.

Il s’élança sur la créature, mais fut stoppé net par un nouveau cri de souffrance qui se propagea dans l’arène et l’espace. Videl s’effondra dans les espaces 16 et 18 dans les bras de Gohan, chuchotant d’un ton éploré :

– Toute cette souffrance, mon Dieu, je n’en peux plus....

Le Grand Kaiôshin plaqua une main contre le mur de son espace, haletant péniblement. Buu fronçait les sourcils, inquiets. Apparemment, il était l’un des seuls à ne pas être réellement affecté par ce rugissement de désolation. Seuls ceux de bonté d’âme qu’il avait assimilés lui faisait ressentir une légère peine. Il comprit que ceux qui avaient une disposition pour l’empathie partageaient et éprouvaient le même désespoir, la même colère, la même peine. Hatchiyack était un mal tout aussi pur que sa forme originelle, et il contenait en lui la rancoeur de millions de victimes.

Dans les appartements de l’Univers 11, Babidi était aux anges. Cette symphonie d’horreur et d’aversion sonnait comme une douce sérénade à ses oreilles. Il était néanmoins troublé. Ces ondes rancunières passaient sans peine à travers les appartements, alors que lui-même ne pouvait le faire avec la magie qu’il préparait pour le plan qu’il s’apprêtait à mettre en place. C’était consternant, mais au moins il avait droit à un concert délicieux pour des oreilles maléfiques.

Derrière lui, Majin Buu affichait un air naïf, tandis que Dabra faisait de son mieux pour afficher un air serein. Intérieurement, le Roi Démon ne pouvait s'empêcher de ressentir du dégoût et un certain malaise à l'écoute de cette lamentation. Babidi, lui, paraissait réellement insensible. Il était réellement un être malfaisant et sadique. En le voyant si réjoui, Dabra esquissa un sourire de loyauté, fier de servir un tel seigneur.

Dans une chambre de l’Univers 16, Son Bra se bouchait les oreilles, torturée par ce requiem de la souffrance. Se tortillant entre ses draps, elle frappait le mur annexe avec sa tête, incapable de réagir ni même de se lever. Alors que ces multiples voix assaillaient son esprit épuisé, elle s'écria :

– Mais fermez-là, bordel de merde !

Dans les appartements de l’Univers 5, toujours aussi blancs et remplis de la mystérieuse brume sombre, une voix profonde dit :

– Les cris du Mal résonnent jusqu’ici,... Intéressant… Fortifie la porte, rien ne doit nous atteindre depuis l’extérieur. Nous avons été surpris une fois, cela ne doit pas se reproduire...

Gast Carcolh ne parvenait pas à progresser vers Hatchiyack, constamment frappé par la douleur des morts. Il grinçait des dents, mais parvenait à tenir debout, pour l’instant. Il voyait la créature emmagasiner de l’énergie pendant qu’il criait, ce qui était une stratégie admirable. Il tenait à distance toutes les menaces et préparait la prochaine rafale d’énergie. S’il se la prenait, il mourrait immédiatement.

Le cri faiblit peu à peu. Fin tacticien, Gast prit conscience du point faible de la créature. Toute technique avait ses avantages et ses défauts, celle-là ne faisait pas exception. Son attaque avait mis exactement quinze secondes pour se charger entièrement !

Le monstre déploya toute l’énergie de ses bras et l’expédia sur Gast qui sauta en l’air pour l’esquiver. Encore une fois, une forte explosion eut lieu, et le bouclier se fissura de nouveau, plus instable encore que la fois précédente. Grâce à son audition, il entendit depuis la loge des Vargas :

– Le bouclier est presque fichu !

– On n’a plus d’énergie pour le remettre en état !

– Encore une attaque de ce genre et on mourra tous !

– Attendez, Gast tente quelque chose !

Le Namek s’était élancé sur la créature, profitant de l’accalmie momentanée pour l’affronter de toutes ses forces en combat rapproché. Il fallait l’empêcher de recommencer, à tout prix ! Il fut encouragé par les spectateurs et les combattants. Vegetto était assis contre un rebord de son espace, tenant sa tête dans ses mains. Il semblait que la haine l’affectait plus que les autres, et il était incapable de réagir, au même titre que sa fille dans leurs appartements.

Gast tendit le poing à grande vitesse pour l’abattre sur le visage de Hatchiyack, mais ne parvint même pas à le toucher. Celui de la créature l’avait frappé en premier, avec une force et une vitesse incommensurables. Gast eut les yeux vitreux, crachant une gerbe de sang. Il tomba à la renverse mais parvint à se ressaisir, et tenta de donner un nouveau coup. Cependant, le poing de l’incarnation de la haine le percuta à nouveau en premier dans l’abdomen, le pliant en deux, broyant ses os. Le monstre enchaîna avec des coups surpuissants qui défigurèrent Gast, incapable de répondre.

Il n’était pas de taille contre un tel ennemi, il ne parvenait même pas à voir ses attaques, d’une rapidité hors normes. Il réussit à se dégager et à s’éloigner. Sa paupière gauche était close, dégoulinante de sang, et son corps était miraculeusement intact, mais en piètre état.

Hatchiyack ne l’avait pas poursuivi, reprenant position, les bras croisés. Cette créature ne semblait pas vouloir de corps-à-corps, à moins d’y être obligé. Personne ne pouvait comprendre ce que cet être fait de haine et de carnage ressentait. Tout ce qu’il avait en tête, c’était déferler toute l’énergie de son ressentiment à l’égard des Saiyans et de la vie même, en commençant par tous ceux qui étaient présents. La folie du Super Saiyan Légendaire le guidait, couplée à la haine focalisée de Raichi et des nombreux autres. Cet insecte vert se mettait sur sa route, et devait donc être annihilé. Que ces êtres cautionnant et applaudissant la violence et le meurtre ressentent l’horreur de la peine et de la haine !

Hatchiyack poussa à nouveau un cri terrifiant, encore plus fort que les précédents. La plupart des spectateurs perdirent conscience, ne pouvant supporter un tel débordement de colère. Bra de l’Univers 18 poussa des gémissements, s’affalant dans les bras de son père qui apostropha Son Gokû, lui aussi perturbé par Hatchiyack :

– Si ce Gast ne l’arrête pas immédiatement, qu’importent les règles, je m’en chargerai moi-même !

– Je viendrai avec toi, dans ce cas, acquiesça Son Gokû en soutenant Uub qui était pris de vertiges.

Cet Hatchiyack était beaucoup trop fort, ils le savaient. Sa puissance dépassait la leur. Mais ils ne pouvaient rester inactifs alors que leurs proches s'effondraient autour d'eux, ne pouvant supporter cette horrible douleur qui heurtaient leurs esprits. Ils n'hésiteraient pas à déployer leur pleine puissance pour combattre ce monstre si Gast échouait.

Dans l’espace 12, même #16 commençait à ressentir une certaine panique. C'était une sensation qu’il n’avait jamais connue, lui qui n’était qu’un robot. Ses circuits commençaient à surchauffer, s’emballant à la vue du monstre. Était-ce donc cela... La peur ?

Dans les appartements de l’Univers 9, Yamcha s’écria :

– Ca commence à bien faire ! Qu’est-ce qui se passe ? J’ai l’impression que ma tête va exploser !

– Allons voir, rétorqua Videl qui chancelait. Quoi que ce soit, on va l'arrêter !

– Restez ici ! intima le Kaiôshin qui ne semblait vraiment pas en bonne forme, atteint par les ondes négatives. Les Vargas et les autres Univers s’occuperont de ce problème !

– Je ne sais pas ce que vous trouvez de si horrible, dit Raditz, perplexe. Ce n’est qu’un cri, non ?

En réalité, il y avait dans ce cri un arrière-goût glauque qui le perturbait profondément, mais pas de quoi lui faire serrer les dents comme les gens autour de lui. Il n’allait pas rater une occasion de montrer sa supériorité à résister à cette étrange attaque. Se tenant péniblement sur un meuble, Tenshinhan parvint à jeter un coup d'oeil perplexe au Saiyan.

Du côté de Cell de l’Univers 17, ce dernier avait l’impression d’entendre les hurlements de Hildegan, la grosse bête qu’il avait fait souffrir un peu plus tôt. C’était une mélodie sympathique, mais ça l’embêtait un peu. Quelque chose de passionnant allait bientôt se produire, et cet événement impromptu pouvait bien interférer dans leurs plans.

Dans la loge des Vargas…

– Faut l’arrêter, maintenant, ça ne peut pas continuer ! dit la Varga, à moitié effondrée. Il attaque le public, il faut le virer !

– Il ne le fait pas directement… , précisa un Namek qui s’appuyait contre un mur.

– On s’en fout ! s’écria un autre Varga.

Il tenta d’atteindre le bouton, mais la douleur était insupportable. Il s’évanouit, les doigts à quelques centimètres du mécanisme. La Varga tomba par terre, désespérée. Gast était maintenant leur seul espoir.

Celui-ci concentrait toute son énergie dans les paumes de ses mains. Il n’avait plus le choix, c’était quitte ou double. Il espérait simplement que le monstre n’avait pas hérité de l’invulnérabilité de Broly. Vegetto était hors service, les seuls à pouvoir faire quelque chose étaient lui et Buu, mais le Djinn était beaucoup trop dangereux. Cependant, il n’aurait peut-être pas le choix. S’il échouait, il utiliserait sa magie pour le relâcher de la paume du Grand Kaiôshin, en espérant qu’il les sauve tous.

Buu vit Gast le regarder, et comprit aussitôt. Il décida de le laisser agir une dernière fois, avant de rentrer lui aussi dans la partie. Son compère n’était plus en état de raisonner correctement, de même que les Kaiôshins. Gast chargea son énergie au maximum et la poussa encore au-delà, puisant jusqu’à la moindre fibre de son corps. Il donnerait absolument tout dans ce baroud d’honneur.

Hatchiyack acheva son accumulation d’énergie, et interrompit son cri. Il s’apprêtait à pulvériser ce système en un seul coup lorsque Gast apparut soudainement devant lui, profitant de cette ultime ouverture.

– Aaah ! s'écria Gast en tendant les bras à quelques centimètres du visage de son ennemi.

La créature écarquilla les yeux avant de prendre la décharge de Ki surpuissante du Namek. Hatchiyack fut immédiatement réduit en cendres. Afin de porter son attaque à son paroxysme, il avait totalement relâché sa garde, l’exposant à cette attaque de grande envergure. L’ultime créature de Raichi disparut dans la conflagration. Il ne resta que ses pieds plantés dans le sol, transformés en pierre.

Gast s’effondra par terre, épuisé, alors que les Vargas se précipitaient sur le micro pour annoncer sa victoire. Il poussa un soupir, tandis que les personnes présentes retrouvaient lentement leurs esprits.

Il avait littéralement tout donné, à 200% de ses capacités, allant bien au-delà de ses limites.

Il l’avait fait.

Il avait vaincu toute la haine du monde.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu