DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Dragon Ball Multiverse, le roman

Écriture par Loïc Solaris & Arctika

Adaptation par Loïc Solaris & Salagir

Relecture par Koragg

Avec bien plus de détails, redécouvrez l'histoire de DBM. Cette novélisation est vérifiée par Salagir, elle contient également des ajouts de son cru, qui n'étaient pas racontables en manga, c'est donc un véritable annexe à la BD !

Prochaine page dans : 10 jours, 14h

Intro

Partie 0 :0
Partie 1 :12345

Round 1-1

Partie 2 :678910
Partie 3 :1112131415
Partie 4 :1617181920
Partie 5 :2122232425
Partie 6 :2627282930

Lunch

Partie 7 :3132333435

Round 1-2

Partie 8 :3637383940
Partie 9 :4142434445
Partie 10 :4647484950
Partie 11 :5152535455
Partie 12 :5657585960
Partie 13 :6162636465
Partie 14 :6667686970

Night 1

Partie 15 :7172737475
Partie 16 :7677787980
Partie 17 :8182838485
Partie 18 :8687888990

Round 2-1

Partie 19 :9192939495
Partie 20 :96979899100

Round 2-2

Partie 21 :101102103104105
Partie 22 :106107108109110
Partie 23 :111112113114115

Night 2

Partie 24 :116117118119120

Round 3

Partie 25 :121122123124125
[Chapter Cover]
Partie 25, Chapitre 124.

Chapitre 124

Les deux challengers se posèrent au centre de l’arène, se faisant face et sans esquisser le moindre mouvement. Les compagnons de Vegeta de l’Univers 18 remarquèrent d’emblée la posture de leur combattant. Lui, d’habitude bras croisés, l’air hautain, avait ses bras musclés le long du corps, ses poings étaient serrés. Il dévisageait sans sourciller son adversaire qui, de même, lui rendait son regard avec une étincelle de folie dans ses yeux. Ce dernier était revêtu de l’armure de son frère Raditz, afin de ne pas jeter une image encore plus stupide et arriérée de leur groupe qui, mine de rien, s’était finalement réduit à ce dernier représentant, et loin d’être le plus intelligent. Contre un Vegeta, elle ne serait d’aucune utilité en terme de résistance, mais autant conserver un tant soit peu de dignité, selon les termes de leur chef. Tout en observant son adversaire, Kakarotto grogna de dédain et de plaisir.

“Enfin ! se dit-il. “Ça faisait une éternité que je voulais démolir cette tête. Vegeta s’est défoulé sur mon fantôme hier, mais je vais écraser celui-là, puis je lui rendrai la pareille ! Avec l’idée que j’ai eue, je ne peux pas perdre, je suis le plus fort !”

– Prépare-toi, “Prince” ! s’exclama-t-il en insistant sur ce dernier mot avec ironie. Je vais prendre grand plaisir à te massacrer !

Vegeta de l’univers 18 conserva un air neutre, tandis que son double de l’Univers 13 tremblait de frustration. Comment cet imbécile pouvait-il croire qu’il avait l’ombre d’une chance contre un Super Saiyan 2 et certainement capable d’aller au-dessus comme lui ? Depuis hier, où il était bien plus fort, Kakarotto n’aurait jamais pu devenir aussi confiant et acquérir une force capable de rivaliser avec son niveau. Croisant les bras, il tourna son regard vers son semblable, intéressé par ses techniques et sa façon de combattre. Peut-être apprendrait-il des choses qui lui seraient utiles. Dans l’espace annexe, Trunks et #16 étaient tout aussi attentifs. Le fils de Vegeta dit à son ami :

– Ce Gokû-là est maléfique, j’imagine que ça t’aurait fait plaisir de l’assassiner ? Je ne pense pas que beaucoup de monde t’en voudrait si tu le faisais.

– En effet, répondit l’androïde, cependant, quelque chose m’interpelle… On dirait que quelque chose affole mes circuits quand je regarde ce Son Gokû, quelque chose cloche.

Trunks s’étonna de cette remarque, et regarda les combattants d’un air inquiet. #16 ne s’affolait jamais sans raison, et si ce qu’il disait était vrai, ce Kakarotto allait se révéler plus coriace que prévu. Pendant ce temps, l’ancien prince regardait sans un mot son adversaire qui le provoquait, puis finit par lancer d’un ton méprisant :

– Moi aussi, je devrais dire la même chose… Te dire que je prendrais plaisir à écraser ta tête sous mon pied comme un cafard, mais… Tu n’es qu’une ombre, un pastiche, une pâle copie sans puissance et sans état d’âme. Ce combat sera vite fini, et je n’en retirerai aucun prestige. Dépêche-toi d’attaquer, qu’on en finisse, pitoyable guerrier sans cervelle.

Comme les autres Saiyans, Kakarotto était ébahi. Ce Vegeta, loin de céder à la colère, provoquait en retour son adversaire, et avec bien plus de violence dans ses propos ! Son Gokû regardait son ami et rival, impatient de voir comment il allait se débrouiller, même si se voir soi-même écrasé lui faisait une impression étrange.. Pan, quant à elle, était réjouie de voir le bourreau de ses cauchemars être ainsi rabroué, sous le regard bienveillant de son père et de Piccolo. Du côté de l’univers 13, Vegeta lui aussi était assez partagé. Le ton hautain de son alter-ego lui procurait une certaine satisfaction, mais il ne parvenait pas à comprendre cette relation qu’il entretenait avec son propre Kakarotto, là-bas, dans l’espace 18. Il semblait vouloir le battre à tout prix, et pourtant, ils paraissaient être des rivaux... mais aussi des amis… Était-ce là le secret de la force de son double ? Vivre aux côtés de sa némésis, développer un lien spécial, trouver le bonheur sur Terre… Protéger ceux que l’on aime ? Lui avait toujours vécu dans la puissance et le pouvoir, à rabaisser les autres et à conquérir tout l’univers. Tout cela apparaissait comme une vaste blague à ses yeux, mais il devait reconnaître que cette plaisanterie avait rendu incroyable une version alternative de lui même. Il tenait à voir de ses yeux le résultat d’une telle métamorphose. Et, si cet imbécile de Kakarotto disait vrai et possédait un nouvel avantage, cela n’en serait que plus profitable, espérant secrètement qu’il pousserait Vegeta de l’univers 18 dans ses retranchements pour qu’il révèle sa vraie puissance.

Cependant, bien que serrant les poings, le frère fou de Radditz ne semblait pas contrarié. Au contraire, un rictus méprisant se forma sur son visage, au grand étonnement de Vegeta qui comptait sur sa bêtise pour lui asséner un contre ravageur en pleine tête. Le Saiyan de basse classe partit d’un grand éclat de rire, si crissant et strident que même les Nameks durent se boucher temporairement les oreilles. Vegeta grogna :

– Qu’est-ce qui te fait rire, espèce d’idiot ?

– Kru kru kru… susurra Kakarotto. Une ombre, dis-tu ? L’ombre de mon double qui nous observe, là-bas ? Mais je suis une ombre qui le surpasse et te dépasse aussi ! Avec mon nouvel atout, plus rien ne peut me résister, et je vais broyer tes os avec plaisir grâce à ça ! Regarde, Vegeta, et prépare-toi à souffrir !

Il se concentra soudainement, faisant émaner une grande puissance de lui. Vegeta, nullement impressionné, se prépara à toute éventualité, prêt à parer toute attaque sournoise. Mais son adversaire n’esquissa pas un geste, continuant de se concentrer tout en souriant de façon sadique. C’est alors qu’une queue jaillit de son armure en bas de son dos, traversant la matière de sa protection comme une fine feuille de papier. La queue de singe, signe incontournable de l’appartenance à la race des Saiyans, fouettait maintenant l’air derrière Kakarotto d’un son sec. Dans l’Univers 13, un profond silence contrastait avec l’effervescence qui s’était emparée des spectateurs admiratifs de l’événement. Nappa, bouche bée, bégaya :

– Que… Hein ? Mais…

Raditz déglutit avec difficulté, jetant un regard à Vegeta qui semblait lui aussi sans voix. L’atout de son frère était certainement de se transformer en Oozaru pour tenter de dépasser Vegeta, mais il avait du mal à se contenir et se contrôler sous cette forme. Cependant, la forme Oozaru serait-elle capable de dépasser la puissance d’un Super Saiyan 2 ? D’autant que le Vegeta de l’espace 18 pouvait très probablement aller au-dessus ? Il se risqua à demander :

– Kakarotto a aussi des micro-lampes dans ses yeux, il va pouvoir se transformer. Mais il ne pourra pas dépasser un Super Saiyan comme ça, je me trompe ?

– C’est impossible, trancha Vegeta de l’Univers 13. Même s’il décuple ses forces, il ne pourra pas être plus fort que moi ou mon double. À moins qu’il soit capable de devenir un Super Oozaru, il a déjà perdu.

Sur le terrain, Vegeta de l’Univers 18 n’avait pas cligné des yeux, l’air indifférent devant “l’atout de son adversaire”. Alors que Kakarotto scrutait la réaction de l’ancien prince, ce dernier se contenta de lâcher :

– Lamentable… Tu me déçois. Je te le dis clairement, ce n’est pas en devenant un singe de plusieurs centaines de tonnes que tu parviendras à m’écraser, même le niveau 1 suffira à te mettre au tapis.

– T’inquiète, répliqua l’autre Saiyan, j’ai mieux en réserve. Tu vas être surpris, et tu n’auras pas le temps de dire “Ouf” que tu seras réduit en miettes !

Sur ces mots, il enclencha ses micro-lampes. Des frissons parcoururent son corps : ces mêmes sensations qu’il avait eu autrefois sur Terre, avant de réduire des populations entières en poussière, lui procurant un plaisir inexplicable. Ce sentiment lui manquait énormément depuis que cet humain doué pour le combat avait tranché sa queue d’un lancer parfait de sa grande hache. Elle avait repoussée après, mais il l’avait de nouveau perdue... Et depuis sa transformation en Super Saiyan, elle n’avait jamais repoussée. Maintenant, il allait se servir de toute sa folie destructrice contre l’être qu’il haïssait le plus, cet arrogant Vegeta qui le brimait sans cesse et se jouait de lui malgré le fait qu’il soit un Super Saiyan.

Ces pensées s’emparaient de lui à mesure que ses muscles grossissaient à vue d’oeil, l’armure de Raditz se développant elle aussi grâce à son élasticité. Sa gueule s’agrandit alors que les poils de singe recouvrirent son corps désormais gigantesque, des veines apparaissant sur le visage et les mains. Pour le moment, rien ne le différenciait des autres Oozarus vus tout le long du tournoi. Même sa puissance n’inquiétait nullement les concurrents qui observaient attentivement la scène. Dans l’Univers 8, une frustration s’était emparée des Démons du Froid, comme à chaque fois qu’ils voyaient un Saiyan se donner en spectacle. Cependant, Kakarotto ne s’arrêta pas là. Poussant un énorme hurlement, une aura jaune commença à flotter autour de lui, des étincelles de foudre crépitant dans ces vagues d’énergies doréesqui s’échappaient du corps de l’Oozaru. Sous les yeux exorbités de ses compagnons et de la plupart des personnes présentes, Kakarotto se transforma en Super Saiyan Oozaru, sa puissance évoluant de façon exponentielle, à tel point que même l’astéroïde sur lequel était bâti l’arène commença à trembler. Le sol se fissura sous le poids et l’énergie du singe gigantesque, projetant un fort souffle sur les côtés qui obligea les spectateurs à se couvrir les yeux, éblouis par la lumière produite par l’aura éclatante du Super Saiyan.

Dans l’espace 13, Vegeta, Nappa et Raditz étaient complètement stupéfaits, incapables d’esquisser un geste ou de prononcer un mot. La prédiction de Vegeta quelques instants plus tôt venait de se réaliser, et l’empereur transpira d’inquiétude. En effet, ce stupide Kakarotto était bien capable d’être une menace pour son règne. Il ignorait où étaient les limites de son subordonné, et craignait que même son nouveau pouvoir ne soit suffisant pour lui tenir tête. Encore secoué dans son esprit, il pria secrètement pour que son double révèle lui aussi ses propres réserves.

Vegeta de l’Univers 18 n’avait pas non plus tenté de se mouvoir, mais pas pour les mêmes raisons. Au lieu d’être terrorisé ou même inquiet, il était au contraire légèrement réjoui, même s’il ne l’affichait pas. Enfin, il aurait un peu d’opposition en face de lui ! Même Trunks de l’Univers 12 n’avait pas provoqué ce frisson de l’adversité qu’il aimait tant, et cette même sensation parcourait de nouveau son corps qui en trembla d’excitation. Essayant de garder un regard blasé, il sortit d’une voix forte à Kakarotto, tout en se métamorphosant en Super Saiyan deux :

– Finalement, il y aura peut-être un challenge. Amène-toi.

Dans un élan de rage et de haine, l’Oozaru doré frappa violemment le minuscule Saiyan à l’aura électrique d’une force phénoménale. Vegeta stoppa le coup de son seul bras droit, paume ouverte, faisant résonner la fracassante rencontre de leurs muscles dans toute l’arène. L’onde de choc fit s’envoler des éclats de terre partout autour d’eux, alors que les deux Gohan des univers 16 et 18 s’exclamaient, chacun de leur côté :

– C’est incroyable ! La puissance de Kakarotto va bien au-delà de ce qu’on pouvait prévoir ! Il bouge extrêmement vite et avec une efficacité redoutable !

– C’est la preuve d’un long entraînement passé pour devenir un Saiyan de grande envergure, enchaîna Piccolo. On voit que même sous cette forme, il sait se battre tout en conservant ses instincts guerriers et primitifs.

– Je me demande ce que ça donnerait si j’avais une queue, les interrompit Vegetto, un air las sur le visage. On aurait pu voir ça avec Bra à sa naissance. Si seulement Bulma n’avait pas insisté pour la couper !

Ses compagnons détournèrent le regard, préférant ne pas penser au désastre que cela aurait été, au grand plaisir de l’entité fusionnée. Dans l’Univers 18, la surprise était également présente, mais Son Gokû restait silencieux, observant son rival. Bien sûr, il avait été choqué par l’atout de son homologue, mais il peinait à croire qu’il comptait vraiment sur ça pour vaincre Vegeta. Après tout, il s’agissait de l’un des plus formidables guerriers qu’il ait jamais eu l’occasion de côtoyer et d’affronter, et savait de quoi il était capable. Kid Buu ne tenait certainement plus la comparaison avec l’ancien Prince des Saiyans, et il était mal avisé d’imaginer cet énorme Oozaru au pelage doré capable de rivaliser de génie au combat et de puissance avec le Majin originel. Contemplant Vegeta, il vit que ce dernier était resté statique, le coup n’avait même pas suffi à le faire reculer d’un centimètre. En revanche, son bras en sueur tremblait, de fines égratignures laissaient transparaître son sang royal sur son bras. Sur son visage crispé se dessinait un rictus de satisfaction. Le singe géant, irrité, déploya sa vaste aura et augmenta sa puissance pour mettre plus de pression sur sa némésis qui lui aussi intensifia son énergie, résistant au poing de la bête immense sans pour autant être repoussé. Soudain, il émit une décharge d’énergie qui propulsa le bras de Kakarotto en l’air, le déséquilibrant. À peine une seconde après, alors que le Saiyan transformé réalisait tout juste le coup qu’il venait de prendre, Vegeta s’était déplacé à vitesse éclair à côté de son visage, lui soufflant d’un ton moqueur :

– Ah, au fait… “Ouf”.

Immédiatement, il enchaîna par un revers du poing phénoménal qui creusa la joue de l’Oozaru et le projeta à terre dans un bruit sourd. Un féroce tremblement secoua l’arène tandis que Vegeta s’élançait sur le corps géant de son adversaire, enfonçant avec puissance son genou dans son dos, le gratifiant d’une vive douleur dans l’omoplate. Il continua avec un enchaînement de coups rapides et emplis d’une très grande force dans l’armure élastique du singe, profitant de son absence de garde momentanée. Son homologue de l’Univers 13 observait la scène sans dire un mot. Le Vegeta de l’Univers 18 faisait preuve d’une incroyable maîtrise du combat, et d’une puissance certaine. Cependant, elle était à peine presque aussi élevée que la sienne lorsqu’il avait affronté Raichi auparavant, avant de passer au niveau supérieur. Cela le surprenait qu’il décide de se battre de la sorte, il était impossible que le niveau deux soit sa limite. Il n’était pas le seul à l’avoir remarqué.

– Eh… dit Nappa, étonné, leur Vegeta, il ne sait pas passer au niveau trois ? Il pourrait s’en débarrasser sans aucun problème s’il se transformait maintenant. Pourquoi il ne le fait pas ? Ou alors c’est vraiment une mauviette, et il est incapable d’être plus fort !

– Arrête de dire des bêtises aussi grosses que toi, répliqua Raditz, agacé. Leur Kakarotto et la fusion de leurs gosses ont eux aussi le niveau trois, et ils sont ultra-puissants ! Plus que notre Vegeta quand il l’a atteint. Le leur est forcément plus fort qu’eux, c’est Vegeta quand même ! Il doit juste vouloir s’amuser, prouver qu’il est capable de vaincre mon frère sans avoir à se donner à fond.

Vegeta de l’Univers 13 était assez d’accord avec cette dernière remarque, mais il était sceptique malgré tout. Quand il avait découvert ce nouveau palier la veille, il s’était rendu compte du drain d’énergie dévastateur que la transformation comprenait. L’inconvénient était trop conséquent pour qu’elle soit réellement efficace. L’énergie déployée par Vegetto au premier tour était telle que cette émanation de puissance n’avait duré que quelques secondes. En y réfléchissant, il devait exister un moyen de pallier à cette difficulté... Comme se transformer instantanément et temporairement, ou essayer de se réguler de sorte à tenir plus longtemps. Cependant, il sentait au fond de lui que son double sur le terrain avait autre chose en tête, et il devait l’avoir trouvé par rapport à sa relation avec son Kakarotto. Cela le laissa d’autant plus sceptique.

Dans l’Univers 12, Trunks était lui aussi pensif. “Père est vraiment devenu incroyablement fort. C’est étonnant qu’il parvienne à tenir tête à ce monstre en employant uniquement ce niveau, il se bat à peine au-dessus de celui qu’il a utilisé contre moi ! Mais Gokû et le Vegeta de l’Univers 13 ont un niveau au-dessus et, quand j’y repense, Père s’est simplement adapté à mon niveau pendant notre combat, en se rabaissant beaucoup. À quel point est-il devenu puissant ? Montre-moi, Père !”

Sur le terrain, l’ancien prince martelait la masse gigantesque d’une pluie torrentielle de coups, avant d’achever par un grand coup de pied qui lui fit faire plusieurs tours sur le sol de l’arène. Cela effraya les participants et les spectateurs de l’autre côté qui croyaient que la créature allait s’effondrer sur eux. Mais le bouclier put contenir Kakarotto qui se retrouva écrasé contre lui, avant de retomber brusquement sur le sol, face contre terre. Vegeta se posa à son tour sur le sol, attendant de constater l’étendue des dégâts qu’il avait infligés. Dans son espace, Pan sautillait de joie, s’exclamant :

– Ça y est, il a gagné ! Tu es super, Vegeta !

– Pas tout de suite, murmura Son Gokû, l’air sombre.

– Hein ?

Un bruit de redressement se fit entendre, surprenant la petite fille qui redirigea son regard vers le ring. L’Oozaru s’était redressé sur ses pattes, sans la moindre égratignure apparente. Son armure cabossée par les coups du père de Trunks reprenait peu à peu sa forme normale, tandis que Kakarotto scrutait son adversaire d’un air cruel et sardonique, tout comme Vegeta souriait de satisfaction en dépit d’une perle de sueur sur le front.

– Finalement, dit-il, on va pouvoir s’amuser !

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk