DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 14 (des Cyborgs) : One Way

Écriture par Foenidis

Après le massacre de la Z team raconté dans Twin Pain, les univers 12 et 14 ont eu quelques années de futur commun avant que tout bascule pour le deuxième. Quels sont les évènements qui ont fait que Trunks soit le numéro un dans l'un et que les cyborgs aient triomphé dans l'autre ?


Partie 1 :0
Partie 2 :123456789
Partie 3 :10111213141516
Partie 4 :1718192021222324252627282930313233343536
[Chapter Cover]
Partie 2, Chapitre 9.

La main de Bulma reste suspendue au dessus de son clavier…

L'angoisse palpable du récit de son cher Gohan a pour désagréable conséquence de ranimer sa propre anxiété.

Elle tend un instant son index pour faire réapparaître l'horloge sur son écran… puis arrête encore une fois son geste en tremblant légèrement.

C'est avec un mouvement précipité qu'elle rabat sa main gauche sur l'autre pour stopper ce témoignage physique de son angoisse.

Le sentiment de mal être qu'elle éprouve à cet instant précis lui lacère le cœur… il lui rappelle une autre angoisse… un autre malaise lui déchirant la poitrine de serres de glace…

L'ombre froide du pressentiment de la mort de Vegeta assombrit son front tandis qu'une vague humide brouille son regard… elle réprime l'onde du sanglot qui monte en force en faisant appel à toute sa volonté.

Ses doigts se lancent soudain pour commander l'apparition de l'horloge fatidique !,

Pendant un petit instant qui lui paraît une éternité le sang de Bulma semble cesser tout flux… puis elle fond littéralement sur son siège…

Il n'y a plus aucun doute… l'heure n'est pas encore passée, il reste plus de cinq minutes… elle a été vraiment bête de se retenir de vérifier !

C'était vraiment pas la peine de se mettre dans des états pareils… l'angoisse larvée de la menace latente dans le récit de Son Gohan était donc bien la réelle coupable de cette effroyable sensation.

Bulma ne regrette toutefois pas de s'être lancée dans la retranscription de cette histoire… le temps a filé à toute allure… plus que cinq minutes avant de retrouver la chaleur rassurante de la présence de Trunks.

Et puis elle doit bien ça à tous ces héros qui ont sacrifié leur vie à la survie de l'humanité… elle est l'ultime gardienne de leur mémoire… il est important que leur histoire lui survive… ils ne méritent vraiment pas que le peu qui reste d'eux sombre dans les abysses de l'oubli.

Au travail !

Vu le peu de temps qu'il reste… il ne faut pas traîner si elle veut avoir une chance de finir avant le retour de Trunks.

C'est peu probable… mais ce petit défi lui redonne de la vigueur et du baume au cœur.

Comme le Saïyan détaillait avec calme l'intérieur des hémisphères sans marquer ni réelle surprise ni trace de frayeur, stoppant même l'émission de couleur dorée qui l'enveloppait… Babidi entreprit au prix d'un laborieux effort de ramper vers lui et le globe ouvert en tirant sur ce qui restait de ses bras mutilés…

C'est avec curiosité que Son Gohan observa la pénible reptation de ce qui restait de l'infâme gnome qui gémissait tout en progressant lentement :

"Boo… réponds moi… c'est Babidi, le fils de ton créateur… c'est moi qui t'ai permis de revenir à la vie… Boo-boo ?..."

Arrivé près des deux hémisphères… Babidi se tortilla pour parvenir à se redresser et s'étirer au maximum vers le haut… il serra les dents semblant se concentrer en tendant le moignon de son bras droit…

Surpris, le jeune guerrier le regarda peiner et transpirer sous l'effort et comprit que n'ayant plus l'énergie nécessaire pour vaincre la gravité… il cherchait à faire basculer les coques pour pouvoir regarder dedans…

Mais il n'en avait plus la force non plus.

Compatissant, Son Gohan fit basculer celle qui était la plus proche de lui… l'attitude de la pitoyable créature lui confirmait, s'il en était besoin, que plus aucun danger n'était à redouter.

Dès que le bord fut près du sol… une épaisse mélasse rose s'en écoula lentement avec un bruit visqueux… cette drôle de matière dégageait une forte odeur qui ressemblait à un mélange de bonbons et de moisi.

Tandis que Son Gohan se garda bien d'y toucher, s'élevant de quelques centimètres au dessus du sol pour éviter que la marée gluante ne monte à l'assaut de ses pieds… Babidi y plongea avec force ce qui restait de ses bras en sanglotant :

"Non… non…non… c'est impossible… mais pourquoi ?..."

Bien que ne sachant absolument pas de quoi il s'agissait et à quoi aurait dû ressembler cette chose si elle avait été aboutie… Son Gohan se doutait de la réponse : la somme de la force vitale des deux malheureux guerriers sacrifiés avait été à l'évidence insuffisante !

Il frissonna rétrospectivement en songeant à la quantité d'énergie que l'activation du mystérieux monstre aurait nécessité en réalité… peut-être aurait-il fallu décimer la totalité de la population terrienne quand elle était encore à son apogée !

Babidi ne devait donc pas plaisanter quand il parlait de l'éventuelle puissance de la créature… autant d'énergie concentrée dans un seul guerrier… il y avait de quoi avoir le vertige.

C'était donc avec soulagement que Son Gohan regardait l'étrange matière sirupeuse se répandre sous lui… heureux aussi de pouvoir se passer d'avoir les pieds dedans… rien que l'abominable odeur qui montait jusqu'à ses narines lui soulevait le cœur.

Quant au gnome, il semblait maintenant avoir complètement perdu la raison… en bafouillant un sabir totalement incompréhensible, il se barbouillait le visage et ce qui restait de son corps de cette écœurante mélasse avec des gestes saccadés.

Son Gohan soupira… bien que connaissant la véritable nature de ce qui restait de ce petit être, il éprouvait à cet instant un profond sentiment de pitié.

Il remit doucement l'hémisphère qu'il tenait en place avant de le lâcher pour prendre la direction du ciel sans un mot.

Babidi ne sembla pas s'apercevoir de son départ… il se vautrait en gémissant dans l'épaisse couche gluante qui recouvrait le sol.

C'est le cœur lourd que le jeune Saïyan s'éleva lentement au dessus de l'énorme cratère qui défigurait maintenant la vallée… il monta encore, se décalant de la verticale du large trou, tout en regardant rapetisser les deux hémisphères tapissées de glue rose et la silhouette rampante qui se tortillait avec peine au fond de l'impressionnante excavation.

Il stoppa à l'altitude voulue et prit d'abord le temps de lentement regarder les environs… petite partie de paysage de ce monde qu'il aimait tant… ferma les yeux pour ressentir les palpitations de l'énergie des êtres vivants les plus proches puis les rouvrit après avoir plissé un bref instant les paupières.

Il n'aimait pas du tout ce qu'il se préparait à faire…

Mais il n'avait pas les moyens d'un autre choix !

Il leva ensuite la tête pour plonger son regard dans l'infini du ciel…

Il aurait aimé recevoir une approbation, un encouragement pour l'aider à accomplir ce qui devait être fait…

Mais il était désespérément seul, il n'avait jamais pu établir le moindre contact avec le lointain Kaïo avec lequel son père conversait pourtant si facilement… il baissa tristement la tête… toute trace de présence divine semblait être morte avec Kamisama quelques années plus tôt.

Il allait devoir trouver ailleurs la motivation nécessaire pour l'aider à dépasser cette horrible sensation d'écœurement qui amplifiait la nausée provoquée par la drôle d'odeur de la matière rose bonbon.

Son Gohan ferma les yeux… comme pour se mettre en prière…

En fait il plongeait dans les tréfonds de sa mémoire pour aller y chercher des souvenirs… et pas les meilleurs !

Il se força à revivre la mort de chacun de ses amis… il revit tour à tour Yamcha, Chaozu, Tenshi, Piccolo tomber face à Nappa et aux Saibamen… Krilin exploser sous la poigne de Freezer… le rire de Vegeta quand il crut son père mort sur Namek… le grand corps inerte et blafard allongé sur son lit de mort… le cercueil de Tenshi… les corps ensanglantés de son grand-père et de Yamcha… le blanc linceul de Piccolo… le pauvre M. Popo, les cendres de Kamisama, la bouille du pauvre Chaozu… le corps supplicié de Vegeta, et pour finir, l'image de son ami Krilin, paré d'un étrange sourire figé à jamais sur son visage toujours si gai.

Et les larmes, encore des larmes, toujours plus de larmes, de sanglots et de chagrins sur le visage de ceux qui restaient… cruel spectacle que d'assister impuissant au désespoir de ceux qu'on aime alors qu'on a déjà tant de mal à gérer sa propre souffrance !

Et chacune de ces images le transperça au plus profond de son être comme autant de glaives chauffés à blanc… la douleur montait en lui comme une inexorable lame de fond… un tsunami émotionnel qui lui labourait l'esprit, laminant toute autre pensée.

Il avait malheureusement appris à commuer cette horrible souffrance en colère… et avec un tel niveau d'émotion… c'était dans une rage profonde qu'il s'obligeait à glisser.

Transformer toutes ces années de peine en haine était loin d'être plaisant… mais c'était la clé que lui avait légué Vegeta pendant leur séjour dans la Salle de l'Esprit et du Temps… il lui avait fallu beaucoup de temps pour qu'il apprenne à s'en servir efficacement… mais l'impossible combat contre les cyborgs avait été une excellente motivation.

Il ne désespérait pas d'acquérir un jour la capacité de pouvoir encore se dépasser, encore progresser pour finir par surclasser et vaincre enfin ces démons mécanisés.

Ce fut avec un visage transfiguré qu'il ralluma son aura qui grésilla avec intensité sous la multitude de petits éclairs qui saluèrent son retour…

Il hurla d'abord longuement en se cambrant sous l'effort et en serrant les poings pour concentrer un maximum d'énergie… puis tendant directement les mains devant lui… sans temps d'arrêt cette fois… les yeux plissés par une impitoyable détermination, il égrena un nouvelle fois les précieuses syllabes… d'une voix rauque et implacable qui n'était plus tout à fait la sienne :

"Kameha-MEHAAAA !!"

Cette fois il ne lâcha pas son énergie en flux continu… mais il la concentra en une grosse boule compacte qu'il précipita à une vitesse vertigineuse propulsée par un puissant flux qui descendit à sa suite pour s'éteindre aussitôt…

Dès que la boule d'énergie pure toucha le fond de l'immense cratère… elle explosa avec fracas pour enfler en un effrayant dôme aveuglant qui se mua rapidement en un double champignon montant à une altitude insensée dans le ciel !

Son Gohan, qui n'était pourtant pas directement à l'aplomb de son attaque recula en protégeant son visage de ses bras croisés devant lui pour échapper au souffle incandescent qui balaya les environs avec brutalité.

Le son de la déflagration déchira l'atmosphère avant de se muer en un impressionnant grondement qui sembla ébranler la Terre jusque dans ses plus profondes entrailles… le paysage lui-même sembla secoué d'un spasme tandis que le roulement de tonnerre se muait maintenant en un long sifflement allant decrescendo…

Son Gohan ravança en descendant pour observer le résultat de son attaque avec un petit pincement au cœur…

Non seulement ce qu'il venait de faire le rendait malade… mais en plus à ce malaise venait s'ajouter l'angoisse d'avoir mal calculé l'angle d'attaque et la concentration de son tir.

Un dégagement d'énergie d'une telle ampleur ne souffrait pas l'approximation… il fallait veiller à ne pas pénétrer la croûte terrestre sous peine de dommages aux conséquences catastrophiques… même ce mot était faible !

Une légère brise se chargea de dissiper les restes de poussière soulevée par l'incroyable déflagration…

Le cratère avait pris des dimensions plus impressionnantes encore !

Il ne restait plus aucune trace de Babidi, de la mélasse et du drôle de cocon… toute la surface creusée par l'explosion était lisse et nette.

Un relief bizarre attira toutefois le regard de Son Gohan sur l'herbe carbonisée qui entourait la plaie béante au milieu de la vallée…

Il vola jusqu'à ce détail incongru pour se poser juste à côté.

Un morceau brisé de coque brune… unique vestige du passage des envahisseurs, avait été emporté par le souffle de l'énorme attaque pour échouer là… Son Gohan qui s'était baissé pour s'en saisir le lâcha précipitamment… il était tellement brûlant que la chaleur avait réussi à traverser sa peau de Saïyan… la surface brunie ne portait plus la moindre marque de matière rose.

Bulma sourit avec tendresse… elle sait que, malgré son envie de quitter cet endroit qui le mettait mal à l'aise, son jeune ami avait patiemment attendu que cet étrange matériau refroidisse pour pouvoir le lui ramener.

Elle connaissait sans doute mieux que personne ce jeune homme qu'elle avait regardé grandir avec tendresse et imaginait quel courage il lui avait fallu pour outrepasser sa nature profonde et trouver la force d'achever le blessé au fond de son trou.

Une force que son père n'aurait peut-être pas su lui-même avoir, généreux Son Goku, à qui son inaltérable confiance en la nature humaine avait failli coûter cher plus d'une fois.

Mais l'impitoyable cruauté des cyborgs avait été une rude école qui avait contraint Son Gohan à repousser sans cesse les limites de sa sensibilité naturelle.

A quelque chose malheur est bon dit-on… pour cette fois les circonstances qui avaient endurcies le si doux Gohan les avaient peut-être préservés d'un fléau plus atroce encore que celui qui mettait lentement l'humanité à l'agonie.

Difficile de croire que la situation aurait pu être plus catastrophique qu'elle n'est… mais l'expérience avait appris à Bulma que trouver pire était toujours possible !

En parlant de situation… le glissement chuintant de la porte blindée devrait maintenant être sur le point de précéder enfin la voix joyeuse de Trunks impatient de lui raconter ses propres aventures dans le passé.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk