DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 14 (des Cyborgs) : One Way

Écriture par Foenidis

Après le massacre de la Z team raconté dans Twin Pain, les univers 12 et 14 ont eu quelques années de futur commun avant que tout bascule pour le deuxième. Quels sont les évènements qui ont fait que Trunks soit le numéro un dans l'un et que les cyborgs aient triomphé dans l'autre ?


Partie 1 :0
Partie 2 :123456789
Partie 3 :10111213141516
Partie 4 :1718192021222324252627282930313233343536
[Chapter Cover]
Partie 2, Chapitre 1.

"Va où tu veux... Meurs où tu dois !"
Citation anonyme d'un manuscrit du XVème siècle

La nature reprend ses droits avec exubérance sur les ruines d'une mégapole dévastée.

Le vert et blond des herbes folles l'emporte maintenant sur le gris des blocs de béton et la rouille des carcasses torturées… dissimulant presque au regard une multitude de cratères, vestiges du combat de titans qui fit rage ici naguère.

Ici et là, des arbres ont même trouvé la force de tirer une sève conquérante du triste amas de décombres qui aurait pu sembler stérile, et l'éclat coloré des fleurs sauvages ensoleille avec bonheur ce qui n'était plus, il y a une vingtaine d'années, que tristesse et désolation.

Une compagnie de passereaux prend son envol dans un bruissement de froufrous étouffé… une silhouette athlétique vient brusquement de faire son apparition au milieu de ce paysage rendu à la vie sauvage.

Il s'agit de celle d'un jeune homme dont l'air grave contraste avec la légèreté d'une brise espiègle qui se joue de l'épaisseur lisse de ses cheveux couleur améthyste.

Son regard balaie lentement ce qui fut autrefois une grande cité à l'activité trépidante… puis, il ferme un instant les yeux, semblant jouir de la quiétude et de l'harmonie qui a pris possession de ces lieux.

Il se dirige ensuite vers un endroit très particulier de la lande fleurie… une aire circulaire aux dimensions impressionnantes et dépourvue de toute végétation pour descendre directement au centre de l'immense cratère.

Il reste un moment immobile et pensif… statue colorée dressée au milieu de la sombre parabole marbrée de noir.

Puis il sort avec un geste lent et mesuré la longue épée du fourreau qu'il porte dans le dos ; l'acier étincelant renvoie un intense éclat lumineux sur le visage du jeune guerrier lorsqu'il la retourne devant lui.

D'un geste sec, il plante la lame avec vigueur tout droit dans le sol.

L'instant d'après, un genou à terre, il caresse du bout des doigts le sol dur à la fois lisse et craquelé… le béton, le métal… toute la matière a fondu, comme vitrifiée par un dégagement d'énergie formidable. Puis il remonte les mains sur la poignée de son arme, avant d'incliner la tête pour y poser aussi le front. Les yeux fermés, tel un chevalier en prière, Trunks se concentre sur ses pensées.

Il songe à ce père presque inconnu et à l'extraordinaire puissance que celui-ci à dû développer pour générer une explosion d'une telle intensité.

Malgré ça les cyborgs lui ont survécu !

Il sait presque tout de l'incroyable combat qui a retenti ici… presque tout hormis les derniers instants du prince guerrier. Il lui avait fallu être sacrément casse-pieds pour que son ami Gohan finisse par l'amener jusque là et se décide à lui raconter cette tragique journée.

L'évocation du souvenir de ces sombres instants avait été éprouvante pour le fils de Son Goku, pourtant endurci par des années de lutte et de souffrances. Et Trunks se souvient de la gêne qu'il a ressentie en voyant pour la première fois couler des larmes sur le visage de Gohan… l'enfant qu'il était encore n'aurait jamais imaginé qu'un guerrier aussi puissant puisse pleurer.

C'est maintenant lui que l'émotion envahit… la douloureuse blessure de la mort de son mentor et ami ne s'est jamais refermée.

C'est en partie pour cette raison qu'il a pris la décision de retourner dans le passé, il veut être certain que sa mère et lui auront réussi à mettre fin au carnage infernal qui est en passe de transformer la planète en tombeau de l'humanité.

Bulma, qui avait été au départ pour ce projet de second aller-retour, se montrait désormais réticente. Pour elle, il ne faisait aucun doute que Goku vivant, lui et ses amis viendraient à bout des deux tueurs bioniques. Et c'est au prix de plusieurs jours d'argumentation obstinée qu'il avait fini par la convaincre de la nécessité de ce nouveau voyage. Il lui faudrait être sur place pour s'assurer qu'ils ne se laissent pas surprendre par l'inimaginable puissance des cyborgs, et puis ils pourraient avoir besoin de renforts, sans compter les précieuses informations qu'il pourrait recueillir pour changer leur présent à eux… au cas où, comme elle le pensait, ce changement dans le passé créerait deux espaces temps alternatifs différents au lieu d'effacer le cauchemar qui pèse sur leur vie.

L'enjeu est vraiment trop important !

Il comprenait les réticences de sa mère… Ils n'avaient aucun moyen de mesurer les éventuelles conséquences d'une telle intervention sur le cours ordonné de l'histoire… Mais il fallait se rendre à l'évidence, ils en avaient déjà pris le risque en apportant le médicament miracle à Goku… alors un peu plus, un peu moins… autant aller jusqu'au bout maintenant.

Le jeune homme prend toute la mesure du poids qui pèse à cet instant sur ses épaules…

Son cœur bat plus fort en songeant à la terrible bataille qui s'annonce, une bataille qu'ils n'auront pas le droit de perdre !

La perspective de côtoyer plus longuement son père, de pouvoir se battre peut-être même à ses côtés, fait encore enfler le flot émotionnel qui résonne jusque dans ses tempes.

Gohan parlait toujours du guerrier avec respect… il était plus discret quant à l'homme.

Sa mère l'avait mis en garde pour son premier voyage, Vegeta était un personnage atypique qui pouvait paraître profondément antipathique au premier abord... mais il n'avait pas eu besoin qu'elle lui en dise davantage pour savoir que la réalité était toute autre.

Le jeune homme avait une trop haute opinion des capacités intellectuelles de Bulma pour croire un seul instant que celle-ci ait été capable d'éprouver des sentiments aussi intenses pour une brute sans cœur. Vingt ans après, l'émotion était toujours intacte et visible dans le timbre de sa voix ou dans l'éclat de son regard quand elle en parlait, ou même songeait seulement, à cet amour défunt.

Semblant prendre une profonde inspiration, le jeune homme se relève lentement.

Il reste encore immobile un instant, les mains toujours sur la garde de son épée... même s'il dispose de tout le temps qu'il veut devant lui, il est inutile de repousser davantage le moment de vérité.

D'un geste vif, il arrache l'arme du sol et prolonge son mouvement vers le ciel pour l'envoyer tournoyer très haut au-dessus de lui.

Il reste un moment complètement figé, le regard toujours songeur, puis s'incline soudainement vers la gauche… l'épée qui chutait en virevoltant retrouve son fourreau dans un bruit de métal chantant avec une précision stupéfiante.

Son visage change maintenant d'expression et son regard se durcit, traduisant sans aucun doute une concentration intense.

Serrant les poings, il se redresse en laissant échapper un grognement rauque… tout son être semble se tendre dans un effort formidable tandis qu'un étrange souffle se créé autour de lui…

Ses cheveux se soulèvent davantage encore au moment où une sourde déflagration souligne l'apparition d'une aura dorée qui se propage à sa chevelure maintenant dressée.

Sous les pulsations familières, le Saïyan semble éprouver un instant l'énergie qui circule en lui, il fixe du regard les poings fermés qu'il a levés comme pour s'assurer de leur force… Puis il relève lentement des yeux où brille à présent l'éclat d'une implacable détermination tout en s'élevant sans bouger dans les airs…

Un hurlement déchire soudain le calme de la lande alors que toute la végétation plie sous le souffle de l'incroyable dégagement d'énergie que le jeune homme vient de projeter… en guise de défi !

Un défi à l'ordre établi… un défi à sa propre impuissance… un défi au destin !

Il n'est plus temps de douter… l'heure est venue !

En un instant, il ne reste de la présence du guerrier que l'ellipse aérienne d'un long sillage doré qui s'estompe rapidement.

STOP !!

On arrête de lire ici... vous avez dit que vous gardiez la suite pour vendredi... ^^

Bulma est inquiète.

Elle l'est toujours quand elle sent son fils loin d'elle.

Il a déjà si souvent risqué la mort en affrontant ces deux brutes.

Elle soupire. Elle a bien été obligée de s'y habituer… avec du sang Saïyan dans les veines, comment cet enfant aurait-t-il pu être autrement ?

Même le doux Son Gohan, qui paraissait tant répugner à se battre, s'était révélé être un redoutable guerrier.

C'est comme ça et il n'y a rien à y faire.

On n'est pas propriétaire de ses enfants, les empêcher d'être eux-mêmes est un outrage au bon sens.

Mais quand même, Trunks pourrait avoir un peu plus d'égard pour son cœur de mère.

Bien sûr, il est plus fort, plus résistant, moins fragile que n'importe qui d'autre sur cette planète… n'importe qui, sauf les cyborgs.

Et c'est loin d'être un vague détail !

Elle se reprend… c'est ridicule de se ronger les sangs comme ça, la machine est enfin prête et il ne va sûrement pas repousser davantage son voyage prévu dans le passé.

C'est un garçon intelligent… aucun risque qu'il puisse compromettre ce projet en allant, une fois de plus, au devant du couple infernal.

Le bruit familier du glissement de la porte blindée qui mène à l'abri souterrain arrache Bulma à sa réflexion.

Quand Trunks la rejoint enfin, sa mère l'accueille avec un sourire plein de chaleur.

C'est après avoir vérifié que la menace était bien loin d'ici grâce aux informations délivrées par le grésillement de l'équipement radio… dernier moyen de communication capable de fonctionner… que la machine à voyager dans le temps a été sortie du laboratoire enterré.

Bulma scrute le visage serein et la stature altière de son fils, comme si elle voulait en boire l'image.

Comme il a grandi ! C'est presqu'un homme maintenant…

Elle a un petit pincement au cœur en songeant à toutes ces joies d'enfant dont l'effroyable cauchemar qui les entoure depuis qu'il est tout petit l'a privé.

Elle revoit le bébé vigoureux et rieur qu'il a été et l'étau de la panique étreint soudain sa poitrine avec force.

Et s'il ne revenait jamais ?...

Non ! Ne pas penser à ça… surtout ne pas penser à cette horreur !

Il est bien revenu la première fois….. … oui, mais il courait sans nul doute beaucoup moins de risques aussi… c'est cette abominable prise de conscience qui l'avait amenée à essayer de le faire changer d'avis… il est tout ce qui lui reste.

Elle se force à sourire pour balayer l'effroyable angoisse, mais ça ne suffit pas… elle se remémore sa confiance passée pour se redonner du courage… en vain ! Où est donc la Bulma sans peur de naguère ? Elle le sait : elle s'est éteinte petit à petit… au rythme des défaites, des échecs… et des morts qui n'ont cessé de s'accumuler, encore et encore.

Elle se lance alors sur son fils pour enfouir son visage contre lui… au moins il ne verra pas les larmes qu'elle n'arrive plus à retenir.

Elle est un instant surprise par le contact de son épaule solide… cette sensation lui rappelle…

Elle réprime un sanglot… ce n'est pas le moment !

A cet instant, le jeune homme qui a perçu le frémissement de sa mère, l'enveloppe de ses bras protecteurs. Elle lui semble soudain si petite, si fragile.

Il ne se rend pas compte que ce geste rallume le souvenir du berceau plein de force et de tendresse des bras d'un autre homme.

Bulma ne peut s'empêcher de resserrer son étreinte sur la poitrine robuste contre laquelle elle se presse… ce geste involontaire la confronte à la sensation oubliée du contact des reliefs fermes des muscles d'un corps de guerrier.

Le visage de Vegeta s'impose maintenant avec force dans l'esprit de Bulma tandis qu'elle renonce à endiguer l'émotion qui submerge ses yeux clos.

Comme il lui a manqué… comme il lui manque toujours…

Des images de regards d'une profondeur insondable, la chaleur d'un léger sourire qu'il n'avait que pour elle, les mille sensations d'une passion profonde… tout est incroyablement doux et douloureux à la fois.

Le contour métallique de la machine se dessine dans son esprit… il aurait été tellement facile de retrouver tout cela…

Un sourire à la jovialité sans pareil, des éclats de voix, des éclats de rires, d'autres visages familiers viennent aussi à présent hanter le fil de sa pensée.

Ce serait tellement bon de tous les revoir, les serrer dans ses bras, goûter à la jouissance de retrouvailles de rêve…

Mais c'est hors de question !

Outre les problèmes de continuum spatiaux temporels, les perturbations que sa présence incongrue ne manquerait pas de provoquer dans leur esprit pourraient s'avérer catastrophiques.

Pour Trunks, ce n'est pas pareil, ne connaissant pas le jeune homme qu'il est devenu, ils ne seront pas déroutés de le voir à leurs côtés… et puis il n'y a que Goku qui sache qui il est réellement.

Comme il lui manque aussi cet ami de toujours, ce frère…

Blottie contre la chaleur rassurante de Trunks, Bulma ne se résout pas à relâcher son étreinte… c'est finalement lui qui y met un terme avec douceur en enveloppant ses épaules de ses mains pour la repousser très lentement.

Cette séparation forcée transperce le corps et le cœur de Bulma d'une lame de glace.

Mais elle sait que c'est inéluctable, quoi qu'il lui en coûte, elle doit le laisser partir.

Elle se retourne précipitamment, elle n'a pas envie qu'il s'en aille avec l'image de son visage gonflé de larmes.

Elle lui murmure d'une voix presque méconnaissable après un hoquet de sanglot qu'elle n'a pas su réprimer :

"Je t'attends dans trois heures… c'est le décalage minimum de sécurité, je serai de toute façon incapable de patienter davantage…"

Trunks s'avance pour envelopper une dernière fois les épaules de sa mère d'un geste protecteur…

"Je sais… je ne te ferai pas attendre rassure-toi… toi de ton côté tu restes bien sagement à l'abri dans le labo… promets-le moi…"

Bulma ne peut s'empêcher d'esquisser un petit sourire…

Incroyable, c'est lui qui lui donne des consignes de sécurité !

Elle lui répond d'une voix beaucoup plus assurée que tout à l'heure :

"Je te promets d'être sage… pars tranquille…"

Le jeune homme, heureux d'entendre sa mère plaisanter à nouveau, enchaîne :

"Pas de sortie dans l'ancienne cachette de Gero ou autre bêtise du genre hein ?!"

Elle est consciente qu'il va falloir écourter ces adieux… avant qu'ils ne deviennent carrément insupportables :

"Aucun risque… je ne bougerai pas d'ici promis…"

Un petit silence puis dans un sanglot étouffé :

"File maintenant… avant que je change d'avis !"

Un frisson électrise tout son être quand elle entend le bruit caractéristique du verrouillage de la bulle de verre trempé… l'instant d'après, un souffle à peine perceptible dans son dos lui confirme que la machine vient de disparaître dans le néant d'une autre dimension.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk