DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 14 (des Cyborgs) : One Way

Écriture par Foenidis

Après le massacre de la Z team raconté dans Twin Pain, les univers 12 et 14 ont eu quelques années de futur commun avant que tout bascule pour le deuxième. Quels sont les évènements qui ont fait que Trunks soit le numéro un dans l'un et que les cyborgs aient triomphé dans l'autre ?


Partie 1 :0
Partie 2 :123456789
Partie 3 :10111213141516
Partie 4 :1718192021222324252627282930313233343536
[Chapter Cover]
Partie 3, Chapitre 14.

Un simple revers de main… même pas une baffe, balaya la courageuse jeune fille, tel un simple moustique.

Tandis qu'une explosion de rage animait visiblement Satan pourtant a moitié asphyxié, qui réussit à placer quelques coups sur le visage de leur bourreau… Videl, sonnée, se redressait lentement pour constater qu'elle avait non seulement le goût du sang dans la bouche, mais aussi que deux longues coulures écarlates s'écoulaient de ses narines.

Elle releva subitement la tête… le courageux jeune guerrier venait de surgir auprès de C18 et avait empoigné le poignet de la main qui étranglait son père… un souffle balaya la poussière sous le trio tandis qu'une aura dorée s'enflamma autour de la silhouette de l'inconnu… il serrait les dents en défiant du regard la cyborg :

"Lâche-le… il est inoffensif !"

Videl était éberluée, inoffensif… ? Son père !! Le Champion du Monde toutes catégories, multi-médaillé dans plusieurs disciplines d'arts martiaux ?

Elle ne pouvait détacher son regard de l'étranger, ce jeune homme dégageait quelque chose d'incroyable, il avait un charisme certain, une élégance naturelle, un je ne sais quoi qui faisait battre le cœur de la jeune fille et était à l'évidence très fort… mais que pourrait-il faire avec un seul bras contre ce monstre… lui qui était, il y a si peu de temps encore, à bout de forces ?!

Satan étouffait, suffoquait… ses mains crispées sur le petit bras de sa tortionnaire étaient en train de perdre leur vitalité… dans un brouillard qui se teintait de bleu… il jeta un dernier regard affolé à la silhouette embrumée de jaune qu'il savait là pour lui venir en aide… et il lui sembla soudain que l'étreinte mortelle s'était à peine desserrée…

Gohan mettait toute la puissance dont il disposait encore dans son unique main… le bleu étincelant du regard de la cyborg s'illumina d'une fugace lueur de rage.

C'est que c'était non seulement une main de super Saïyan qui mettait son métabolisme mécanique à rude épreuve, mais l'unique main d'un super Saïyan manchot depuis quelques temps maintenant… une main entraînée à travailler, à s'entraîner, à se battre pour deux, une main dans laquelle se concentrait donc aussi la force de son homologue manquante.

Hors de question de plier devant cet imbécile !

En un éclair, C18 le revit enfant, se battant aux côtés de Vegeta… c'est vrai qu'ils l'avaient épargné pour conserver un adversaire à la hauteur et continuer à s'amuser… mais par moments, il n'était pas drôle !

L'instant d'après, le Saïyan avait lâché sa prise pour parer une redoutable manchette à revers bloquée à un cheveu de son visage.

Furieuse de se voir à nouveau contrée, C18 lâcha brusquement sa victime pour jeter sa main à la gorge du guerrier auréolé d'or :

"Ça fait trop longtemps que tu joues avec ta chance…

J'en ai assez de te voir toujours dans nos pattes !"

L'ex-champion se retrouva à quatre pattes à terre, inspirant douloureusement un long trait d'air qui emplit ses poumons en sifflant… levant des yeux encore troublés par la douleur et le manque d'oxygène, il vit les coups de son sauveur percuter en vain le bloc d'acier en forme de jeune fille qui avait entrepris de l'asphyxier à son tour.

Ce combat ne le concernait plus… le faux blond se mit donc à reculer doucement, en se gardant bien de se relever, pour s'éloigner de la mort cybernétique bien trop proche à son goût…

Où était passée Videl ? Elle n'était plus là où le coup de la salope en jean l'avait projetée… Le cœur battant, Satan se mit à chercher aussi du regard C17… Ouf ! Lui était là… à quelques pas des combattants, il semblait jouir avec délectation du spectacle de l'agonie annoncée de leur adversaire. Il avait même le culot de plaisanter en regardant le malheureux privé de souffle tenter, dans une dernière épreuve de force, d'arracher la poigne qui lui broyait la gorge tout en essayant de repousser son bourreau du pied :

"Tu ne devrais pas t'agiter comme ça, ça va écourter notre plaisir... c'est dommage, pas de petit chauve pour demander pitié dans les parages… hé hé..."

Mais ça n'eut pas l'air d'amuser sa soeur :

"La ferme avec ça ! Je t'ai déjà interdit de me reparler de lui !!"

Le cyborg s'approcha un peu en fixant le regard de Gohan qui commençait à vaciller tandis que l'aura dorée s'éteignit comme une chandelle qu'on souffle…

"C'est palpitant comme moment… celui où l'on sent le tout dernier, l'ultime battement de cœur dans sa…"

Il n'eut pas le temps de finir… un cri surprit tout le monde quand une silhouette bondit juste sous son nez pour projeter deux doigts d'une précision redoutable en plein dans les yeux de C18 qui lâcha immédiatement sa prise.

Tandis que le jeune guerrier recula précipitamment de deux pas, plié en avant pour reprendre son souffle… Videl s'était retournée pour balancer de toutes ses forces un formidable coup de pied… qui n'atteignit jamais sa cible !

Une quinte de sanglots secoue Satan dans son abri… ses dernières images, il les revoit chaque fois qu'il s'endort, elles le hantent jour après jour en ne lui laissant aucun repos… il n'a même plus besoin de fermer les yeux pour les revivre, encore une fois…

L'assassin brun avait stoppé sans le moindre effort le coup qui aurait dû le plier en deux en l'atteignant en plein dans les parties, puis il avait crié à sa jumelle, aveuglée par la courageuse attaque de sa petite chérie :

"Juste devant moi !!"

Alors, sans le plus petit temps de réflexion, sans la moindre trace de sentiment, sans même viser, la salope blonde avait tendu la main droite et… et…

De lourdes larmes dévalent encore une fois les joues du pauvre homme assis au milieu des caisses et de la poussière de béton.

Non il n'y avait pas de mots pour décrire la mort de sa fille unique, transpercée par un rayon d'énergie concentrée qui l'avait traversée aussi facilement que si elle était faite de papier… pas de mots pour voir la lumière s'éteindre dans ce jeune regard tandis que son corps chutait en arrière… pas de mots pour dire à quoi ressemble le sang de son enfant assassinée !

La suite, il s'en souvient aussi, même s'il l'a regardée sans vraiment la voir, son cerveau l'a, semble-t-il, enregistrée à son insu.

Oui, sans vraiment le vouloir, sans vraiment le pouvoir même, il se souvient de ce qui s'est passé ensuite, tandis que le monde s'était mis à étrangement tourner autour de lui… comme si les immeubles en ruines, le sol jonché de gravats, le ciel étonnamment bleu en ce jour de larmes, avaient entrepris une valse fantasque autour de son esprit paralysé par l'effroyable horreur à laquelle il venait d'assister.

Au milieu de cet invraisemblable manège et de la nausée qui l'accompagnait… il avait assisté à quelque chose d'incroyable !

Non, Satan n'a pas réalisé sur le coup ce qui suivit l'irréparable… Ses yeux enregistrèrent la scène à la manière d'une caméra sans maître, mais quelle scène !

Un rugissement démentiel avait résonné dans les ruines, un cri signant assurément une rage d'une violence incommensurable.

Cet éclat de colère n'était pourtant pas celui du père à qui on venait de voler la vie de son enfant… non !

C'était celui d'un jeune homme à qui il manquait un bras !

Aussitôt après, un souffle d'une violence aussi soudaine que sauvage emporta le poids pourtant non négligeable de l'ex-champion.

Quand il se rétablit pour relever la tête, ce fut pour voir une intense lueur dorée danser autour du guerrier dont la fureur déformait le visage. Il continuait à hurler tandis que des éclairs déchirèrent le ciel tout à coup envahi de lourdes nuées incroyablement sombres, le crépitement des multiples feux follets électriques qui parcouraient son corps était couvert par les grondements d'un orage d'apocalypse tandis qu'une bourrasque étrange faisait voler poussière et débris de toutes tailles.

Depuis l'énorme bloc de béton derrière lequel il avait trouvé refuge, Satan vit avec effarement les deux machines s'arque-bouter pour pouvoir résister à la tempête de folie soulevée par l'incroyable coup de colère du jeune homme en tenue de combat orange.

Qui était-il donc ? D'où pouvait-il tenir un tel pouvoir ? Générer des tirs d'énergie, était une chose, mais commander aux éléments, provoquer la foudre ? Une machine peut-elle être capable d'un tel prodige ?!

Certaines religions prêtent un tel don à leurs dieux… mais à l'évidence, il n'en était pas un. Non. Sinon, il aurait sans nul doute pu sauver sa petite fille… Lui qui a prié si fort, aucune divinité n'aurait pu lui refuser ça… et puis, ce qui suivit prouva qu'il était bien fait de chair et de sang.

Pendant un moment qui sembla un éternité, l'inconnu cria sa rage à l'unisson avec le tonnerre et la foudre.

Puis il baissa enfin la tête avec quelque chose d'absolument effrayant dans le regard lorsqu'il le reporta sur le couple de jumeaux. Le sifflement caractéristique de l'étrange aura dorée qui l'entourait eut bientôt à rivaliser avec le bruit mat des énormes gouttes d'eau qui commencèrent à marteler la cité dévastée.

La lueur d'un formidable éclair aveugla un instant Satan. Quand les couleurs lui revinrent, ce fut pour constater que les trois combattants s'étaient déjà jetés les uns contre les autres.

Les coups du manchot semblaient avoir une nouvelle vigueur, ses attaques, un incroyable regain de puissance, mais, tandis qu'il envoyait l'un de ses adversaires mordre la poussière en train de devenir boue sous l'averse épaisse qui faisait maintenant rage, le second était immédiatement sur lui… ne lui laissant aucun répit !

Le combat d'une âpreté sans pareille sembla durer une éternité, et il y eut un moment où l'ex-champion se surprit à encourager l'inconnu :

"Démolis-moi ces fumiers… que ma petite Videl soit vengée !

Elle est morte pour toi, tu lui dois bien ça !"

Mais l'espoir fut de courte durée… le jeune guerrier, déjà vidé par un rude combat, sembla se fatiguer rapidement alors que les deux autres ne paraissaient pas s'affaiblir le moins du monde malgré les coups démentiels qu'ils avaient encaissé. Ces deux saloperies ne montraient jamais le plus petit signe d'essoufflement ou de fatigue… Non, ils pouvaient cogner pendant des heures et des heures sans faiblir, sans frémir, sans faillir… comme des machines sans âme.

La lourde pluie tombait tellement drue qu'on aurait pu croire que c'était elle qui avait réussi à souffler l'aura dorée qui cessa soudain d'illuminer les ruines… mais Satan eut l'intuition que c'était bien plus grave que cela.

En effet, le jeune inconnu se défendait de plus en plus mollement… alors que les deux autres semblaient au contraire redoubler de violence, le martelant d'une avalanche aussi brutale que cruelle. Puis vint le moment où la couleur dorée s'évanouit de ses cheveux cette fois, et le malheureux ne semblait plus tenir debout qu'à la force des coups qui ne cessaient de le redresser dans une gerbe écarlate avant même qu'il ait le temps de plier sous le précédent.

Des corrections, l'ancien champion en avait déjà vu de sévères sur les nombreux rings que lui avait donné l'occasion de sillonner sa longue carrière… mais un acharnement pareil sur un homme maintenant incapable de se défendre, jamais !

Ne voulant en voir davantage, il finit par s'asseoir derrière son bloc de béton… recroquevillé sur lui-même, il prit enfin le temps de pleurer tout son saoul tandis que le bruit mat des coups couvraient avec une cadence de métronome le tumulte de l'averse.

Il ne songea même pas à essayer de s'enfuir, peu lui importait à présent de mourir.

Combien de temps resta-t-il là à vider toutes les larmes de son corps sous la pluie battante… il aurait été bien incapable de le dire… pas plus qu'il n'aurait pu dire depuis combien de temps les deux tueurs avaient enfin débarrassé le terrain.

Quand il se releva enfin, la bouche pâteuse et les jambes en coton… ce fut pour découvrir une silhouette vêtue d'orange gisant face contre terre, le visage baignant dans une profonde couche d'eau.

Ils l'avaient donc tué lui aussi !

Aujourd'hui encore, Satan ne saurait dire ce qu'il a ressenti en regardant le corps de ce jeune guerrier… mais était-il vraiment en état d'éprouver quoi que ce soit?... Que peut bien ressentir un père ramassant le corps incroyablement léger de sa fille unique ?

Ce fut sans même un dernier regard pour celui qui lui avait pourtant sauvé la vie qu'il s'en fut avec, dans les bras, le poids d'un chagrin qui ne quitterait plus jamais son cœur brisé. Un hurlement déchirant parvint jusqu'à lui alors qu'il était déjà deux rues plus loin… suivit aussitôt par une nouvelle déflagration. Mais peu lui importait… le monde aurait bien pu s'écrouler, et puis quoi ? Un monde sans Videl n'était plus digne du moindre intérêt.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk