DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 14 (des Cyborgs) : One Way

Écriture par Foenidis

Après le massacre de la Z team raconté dans Twin Pain, les univers 12 et 14 ont eu quelques années de futur commun avant que tout bascule pour le deuxième. Quels sont les évènements qui ont fait que Trunks soit le numéro un dans l'un et que les cyborgs aient triomphé dans l'autre ?


Partie 1 :0
Partie 2 :123456789
Partie 3 :10111213141516
Partie 4 :1718192021222324252627282930313233343536
[Chapter Cover]
Partie 4, Chapitre 27.

De nouveau les deux guerriers se faisaient face. Involontaire tableau à la gloire du manichéisme : d'un côté un guerrier au physique avantageux auréolé de la pulsation d'une lumière dorée, de l'autre un être massif, pourvu de tous les attributs associés au malin – queue, cornes, sourire cruel. Le bien, le mal ; quel rôle jouaient-ils réellement dans ce combat ? Pour le moment aucun des deux adversaires n'en avait cure, pris tous les deux au jeu du défi. L'orgueil de chacun au-delà du véritable enjeu : la survie d'une planète entière… la liberté pour l'un, la jouissance de briser et soumettre un opposant puissant pour l'autre.

Ils se jaugeaient une fois de plus. La force de l'un, la ruse de l'autre, les points faibles à exploiter, la faille à trouver. Les regards étaient braises ardentes, les muscles tressaillaient d'impatience alors que le feu du désir de vaincre leur brûlait les sens.

Au loin les témoins de la confrontation attendaient muets. Se pourrait-il que leur ami n'ait pas les moyens de battre le père de Freezer ? Mathématiquement, sa force de combat ne semblait pas supérieure à celle de son fils, mais tous avaient senti ces étranges vibrations dans la fluctuation de son énergie à chaque fois qu'il semblait avoir atteint ses limites. Le surprenant marché rapporté par les oreilles pointues du Namek était-il une aubaine ou s'avérerait-il une malédiction ?

Un seul ne se posait pas la question, le seul à n'avoir pu entendre la conversation entre les deux combattants. Cela n'avait pas d'importance. Même s'il en avait eu connaissance, ça n'aurait en rien changé son état d'esprit. Le prince des Saïyens ruminait en silence. Le feu de la jalousie, la brûlure de la haine, la honte de l'impuissance lui dévastaient aussi bien le cœur que l'esprit. Il aurait aimé pouvoir hurler sa frustration à la face de l'univers… s'il l'avait osé. Le Saïyan légendaire était là, devant lui… lui, le guerrier d'élite, le prince béni de naissance, celui à qui son père, le roi, avait prédit puissance et gloire. Gloire. Quelle gloire espérer quand on n'est rien… rien par rapport à "ça" ! Mourir maintenant était inacceptable ! Qu'attendait donc cette enflure de Kakarotto pour tuer ce salopard de Cold ?! La menace écartée, il pourrait se remettre au travail… plutôt crever que de se laisser dépasser par un guerrier de classe inférieure, légendaire ou pas ! Il écrasera ce maudit Kakarotto !

Son Goku ne quittait pas des yeux le jeu de la longue queue. Son adversaire savait remarquablement bien tirer parti de ce membre supplémentaire. Un atout important curieusement négligé par son fils sur Namek. Une queue autrement plus redoutable que la souple liane poilue qui avait accompagné son enfance. Oh bien sûr, lui aussi avait souvent su s'en servir avec malice pendant ses combats, et parfois certains réflexes soulignaient le manque qu'il lui arrivait de ressentir depuis que le Tout-puissant l'en avait privé. Si seulement il n'y avait pas eu ce monstre en elle. Mais un atout peut aussi parfois cacher une faiblesse, il avait payé pour l'apprendre.

Krilin n'en pouvait plus de voir les deux guerriers figés comme chiens de faïence. À l'ombre de Piccolo, il sifflait son trop plein de tension entre ses dents :

– Allez bon sang… fous-moi ce monstre par terre ! Tu peux le faire Goku, je sais que tu peux le faire… Fais-le nom de nom ! Qu'est-ce que tu attends, écrase-lui sa face à ce cocu en violet, mets lui la misère, fais-la lui bouffer cette terre qu'il veut détruire…

Un profond soupir accompagné d'un glacial regard en coin lui intima le silence et le petit homme chauve se tassa légèrement sur lui-même en signe d'excuse. Pas si lointaine était l'époque où ce démon de Namek aurait pu le tuer sans hésiter une seconde… mieux valait ne pas le provoquer. Derrière eux, Tenshinhan avait fini par s'asseoir sur un des nombreux rochers à sa disposition. Il avait beau vouloir le cacher, la souffrance transfigurait son expression habituellement neutre. Ses bras brisés calés dans la partie en écharpe de sa tenue, il serrait les dents. Malgré l'insistance de Krilin, il était hors de question qu'il n'assiste pas à la fin de ce combat. Parce qu'il était d'importance capitale bien entendu, mais aussi parce que voir des guerriers d'une telle puissance en action, ça ne se manquait sous aucun prétexte ! Quand il vit le disciple de la Tortue se tourner pour revenir vers lui, il sut que c'était pour lui proposer une fois de plus de l'emmener se faire soigner.

– "Pas la peine d'user ta salive, c'est toujours non ! Chaozu ne devrait plus tarder, tu le sais aussi bien que moi."

Chaozu ! Bien sûr… Krilin l'avait oublié.

Un petit sourire monta doucement sur les lèvres de Son Goku en même temps que son regard vers celui qui le dépassait de deux bonnes têtes. Un rictus cruel lui répondit en guise de retour de politesse.

À peine le souverain géant eut-il esquissé l'amorce d'un geste qu'un grésillement remplaça l'image de son adversaire. Derrière Cold alors que sa silhouette ne s'était pas encore éteinte au fond de la rétine de l'alien, il fut prompt à saisir l'ample cape pour la rabattre devant le visage du roi. Un juron retentit en même temps que le royal guerrier arrachait aussitôt la pièce d'étoffe de ses attaches sans plus de manière.

Le temps de ce geste suffit à Goku pour abattre son atémi renforcé d'une lame d'énergie pure sur le tranchant de sa main.

Un hurlement terrifiant, rugissement à faire trembler les dieux au-delà des cieux, jaillit avec une puissance effrayante de la gueule béante du titan.

D'un geste ample, le Saïyan envoya au loin envoler le fruit de son attaque savamment calculée. Dans le sable et la poussière tachés de sang violet, une queue épaisse et souple se tortillait avec frénésie comme prise de la terreur de se sentir séparée de son propriétaire.

Cold avait fait volte face, le faciès déformé par la haine et la douleur, la bave de la rage aux lèvres, le souffle rendu court par le choc d'un tel affront.

–"TOI !"

N'en disant pas plus il se jeta avec fureur en avant pour se saisir de cet insecte qu'il allait démembrer sans attendre pour lui apprendre à vivre ! Mais Goku évita sans mal la charge du géant. Incrédule celui-ci vacilla, le sol dansait sous ses pieds ! Que lui arrivait-il ?

Il suffit d'un coup d'épaule au Terrien d'adoption pour faire tomber à genoux Cold momentanément déséquilibré par la perte de son fouet caudal. Un coup de massue asséné à deux mains jointes étourdit quelque peu le souverain en plein désarroi. Avant qu'un second coup ne le jette à terre, l'alien roula sur le côté pour se soustraire à la correction qu'il devinait prête à le submerger. Dans un geste désespéré, sa main se referma sur une poignée de sable et de gravier pour la faire voler à la face de l'autre fumier qui ne perdait rien pour attendre. La douleur déjà incroyable lui déchira davantage encore le bas des reins quand la plaie béante de son amputation entra en contact avec les irrégularités et les souillures du sol.

Jamais il n'avait eu à endurer une telle souffrance ! Cela allait se payer et très cher ! La colère faisait rapidement place à la sourde détermination d'une vengeance qui ne pourrait qu'être longue et infiniment jouissive. L'univers entier tremblera à l'évocation de son royal courroux et de ses conséquences !

La vitesse de Goku lui avait permis d'esquiver la volée de terre destinée à l'aveugler. Il devait poursuivre sur son avantage pour clore ce combat. Il avait assez joué. Il se doutait que maintenant mutilé, le père de Freezer serait fou de rage. Le seul moyen de le persuader de tenir sa promesse était de lui montrer une bonne fois pour toute qui était le plus fort ! Battu à plate couture, le tyran n'aurait d'autre choix que de se retirer… la queue entre les jambes.

Partiellement relevé, le roi désormais anoure bombarda la silhouette fugace de son adversaire qui ne cessait d'apparaître et de disparaître autour de lui. Sans jamais l'atteindre. Avant qu'il ait le temps de réfléchir à changer de tactique, un vigoureux coup de genoux sous la mâchoire le redressa suivi d'un fulgurant coup de poing qui fit craquer sa pommette. Empoignant son armure l'autre se paya le culot de le relever… lui ! Le roi Cold ! Et l'apocalypse s'abattit sur son auguste personne.

Il recula pas à pas sous des coups à la puissance surnaturelle. Acculé à une paroi verticale, il sentit la roche s'effriter dans son dos, son corps immense s'incruster petit à petit dans la pierre tandis qu'une volée infernale le battait comme plâtre. Impossible de reprendre son souffle, d'arriver à se concentrer pour coordonner un geste de défense, le cerveau désorienté par les chocs répétés, la douleur même devenait irréelle. Pour la première fois de sa vie, Cold eut une pensée pour la mort. Sa propre mort.

L'enfer cessa soudain. Il était dans un tel état qu'il aurait dû s'effondrer, mais, tel un crucifié, il gisait debout sans pouvoir tomber, prisonnier de la montagne comme un jouet dans son blister.

Dans un brouillard étrange, il vit une silhouette entourée d'or s'élever devant lui… puis entendit quelques syllabes que son esprit sens-dessus-dessous ne parvint pas à déchiffrer. Une lumière aveuglante…

Un cri de joie couvert par le vacarme d'une formidable explosion fusa du petit groupe caché au loin.

Les yeux de Vegeta se plissèrent. Que fabriquait donc cet abruti de Kakarotto ?

Il était capable de cent fois mieux, mille fois mieux… c'était certain ! À quoi rimait cette attaque de fiotte ?

Si Piccolo avait pu entendre la remarque muette du prince des Saïyens, il n'aurait pas tout à fait été d'accord avec lui. Ce kameha était loin d'être ridicule ! Mais il aurait toutefois admis que son ex-rival aurait sans doute pu faire mieux. Imbécile de Goku, pas fichu d'achever son adversaire pour changer. Il ne comprendra donc jamais !

– "Toi non plus il ne t'a pas tué, et tu ne t'en plains pas je crois". lui lança soudain le petit homme à sa droite, comme s'il avait suivi le fil de sa pensée.

Le Namek tenta une nouvelle fois de le foudroyer du regard. Mais Krilin était trop heureux pour se laisser impressionner cette fois. C'est avec un sourire quelque peu niais qu'il répondit à la réplique aussi silencieuse que hautaine de son étrange compagnon.

Là-bas, un silence prometteur avait suivi le fracas de l'explosion.

Un impressionnant piton rocheux venait de complètement disparaître du paysage, et dans l'amoncellement de pierres qui l'avait remplacé, nul signe de vie ne frémissait.

Dans le ciel, Goku attendait. Il fixait sans ciller le point d'impact de son attaque. Plus rien ne bougeait, mais il savait son adversaire en vie, c'était son ki qui le lui disait. Une énergie vitale ténue, affaiblie, mais toujours là. Des secondes, de plus en plus de secondes, une minute... presque une autre encore...

Un petit caillou roula d'abord sans que rien d'autre ne bouge. Puis un autre, suivi de plusieurs de plus en plus gros, de plus en plus nombreux. L'amoncellement pierreux enfla finalement comme pris d'une poussée de croissance, il monta encore jusqu'à exploser sur une masse voûtée et sanguinolente. Un sang épais et violet, un sang royal, mais le sang d'un être tout aussi mortel que n'importe quel autre, sillonnait de sa couleur la masse poussiéreuse tel un marbre baroque.

Cold se redressa lentement jusqu'à se tenir debout. Il resta un moment immobile, la tête basse. Vaincu.

– "Tu as perdu ! Comme convenu je ne te tue pas. Pars et oublie-nous, fais comme si cette planète n'avait jamais existé. Je vais te conduire à l'engin qui m'a amené ici."

Vaincu.

Qui aurait pu croire que le roi Cold, le grand, le redoutable, l'inégalable maître de toute une partie de l'univers plierait un jour le genou devant quiconque ?

Vaincu.

Le despote n'avait toujours pas esquissé le moindre geste, comme statufié sous la couche de poussière qui le maculait, déchirée de multiples blessures d'où sourdait son précieux, son royal sang.

Vaincu…

Vaincu ?

– "JAAAAMAAAAIIIIS !!"

La silhouette jusqu'alors prostrée, sembla littéralement éclater en même temps que retentit le rugissement formidable de cette affirmation hurlée telle la promesse d'un dieu en colère.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk