DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers "du futur" : Twin Pain

Écriture par Foenidis

Dans le monde alternatif dit "du futur" d'où est venu Trunks à bords d'une machine à remonter le temps, tous nos héros furent tués par les cyborgs... Cette histoire en donne les détails, elle raconte donc une partie de récit commun aux univers 12 et 14.

1234567891011121314151617181920212223242526272829303132333435363738394041424344454647484950515253545556575859606162
[Chapter Cover]

"Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang, des larmes et de la sueur"
Winston Churchill

Le vieil homme regarde autour de lui.

Il ne comprend rien.

Où que son regard se pose, il ne reste que des gravats fumants recouverts d'une poussière âcre. Tout est gris. D'un gris uniforme et morne. Un gris de circonstance, un gris qui fait oublier l'azur pourtant éclatant de ce beau ciel d'été. La grisaille a étouffé en un instant les joyeux éclats de vie qui, il y a si peu de temps, emplissaient l'espace.

Oui, il y a peu, il y avait ici une ville, une de ces joviales petites bourgades de province, où tout le monde se côtoie, se connait, s'entraide.

Il y avait une jolie petite ville… et il n'y a plus rien.

Plus rien que cette poussière grise… et le silence.

La poussière grise, le silence et quelques silhouettes qui émergent des décombres. Le vieil homme grimace. Ces ombres, il ne les reconnaît pas. Elles ne font pas partie de son univers. Son univers, c'était ce petit bourg avec son bar ouvert à toutes heures, le barbier d'en face jamais à court de blagues, le sourire de l'épicière, Jojo le garagiste et son rire sonore, et puis Alba. Un sanglot s'étrangle dans sa gorge : "Alba".

Le vieillard essaie encore une fois de repousser l'énorme masse qui lui écrase le bas du corps. Il serre les dents, crispe ses mains qui ne sont plus que plaie sur le béton poussiéreux, il gémit en rassemblant ses dernières forces… avant de se laisser retomber, encore une fois, haletant.

Il ferme les yeux tandis que de grosses larmes diluent le sang et la poussière qui raidissent ses joues. Sa main droite s'emplit de cette poussière grise, cette poussière brûlante et glacée, cette poussière… seul vestige du bonheur passé. Il ne reverra plus jamais le doux sourire de son Alba.

Le temps bascule de plusieurs décennies et elle est là comme à leur première rencontre : éclatante de beauté, auréolée de jeunesse dans la petite robe bleue qui soulignait avec tant de grâce sa taille fine. Il sent à nouveau son cœur battre en la regardant s'avancer, plus belle qu'un soleil, dans l'écrin si pur de ses atours de mariée. Il la contemple, radieuse ; leur enfant nouveau-né dans les bras. Il hume encore avec bonheur l'odeur si rassurante de ses petits plats, et puis la caresse de ses mains légères sur sa peau, dans ses cheveux, son parfum.

Alba. Un flot incommensurable lui tord l'estomac avant de remonter lui écraser la gorge. Il ne reverra plus jamais sa douce Alba, il le sait. Cette pensée ravive la douleur qui étreint son corps brisé, lui vrille la colonne jusqu'à la taille. Il fait un effort pour avaler sa salive, mais c'est le goût du sang qui descend dans sa gorge brûlée par la poussière.

Que s'est-il donc passé ? Comment son monde a-t-il pu s'effondrer ainsi en un instant ?

Il relève la tête et regarde à nouveau les silhouettes rassemblées au loin. Qui sont-ils ces étrangers venus du ciel ? À les voir ainsi, ils ont pourtant l'air si ordinaires… presque tous sauf un. Ce n'est toutefois pas celui doté du physique le plus étrange le plus surprenant. Oh que non.

Serait-il possible ?

Mais non, cela ne se peut pas. Sinon cela ne serait pas. Il aurait empêché tout ça, cette tragédie, cet effroyable carnage. Un archange aurait sans aucun doute arrêté ces démons avant que l'impitoyable feu des enfers ne les engloutisse tous.

Pourquoi ? Pourquoi mon Dieu ? Pourquoi ?

Mais alors, qui pouvait donc être ce mystérieux étranger ?

Il n'a pourtant pas rêvé ! Il l'a vu de ses yeux. Coincé sous la poussière grise, il avait ressenti le sol trembler et l'air vibrer quand cet inconnu s'était soudain enflammé de cette lumière dorée, quand tout le corps de ce combattant s'était nimbé d'une aura pareille à celle qui ceint le front des saints et des archanges dans l'évangile. Il avait ressenti jusqu'au plus profond de son être la formidable puissance que dégageait alors cet être manifestement taillé pour le combat.

Une telle lumière, une telle force, une énergie pareille ne pouvaient qu'être divines, alors pourquoi ? Comment la main de Dieu avait-elle pu se révéler aussi inutile ?

Bien sûr, cet inconnu était arrivé après le drame, bien sûr, il ne pouvait plus rien pour Alba et les autres ; mais voir ces assassins payer pour leur crime, le mal plier devant les justes… cela n'aurait été que justice !

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroGalegoCatalàNorskРусскийMagyarRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiSlovenskoSuomeksi
KoreanБългарскиעִבְרִיתSvenskaGreekEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk