DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers "du futur" : Twin Pain

Écriture par Foenidis

Dans le monde alternatif dit "du futur" d'où est venu Trunks à bords d'une machine à remonter le temps, tous nos héros furent tués par les cyborgs... Cette histoire en donne les détails, elle raconte donc une partie de récit commun aux univers 12 et 14.

1234567891011121314151617181920212223242526272829303132333435363738394041424344454647484950515253545556575859606162
[Chapter Cover]

Sangohan revient à lui, secoué par un rugissement impérieux :

"RECOMMENCE !!"

Le jeune garçon rompu de fatigue, perclus de douleur se soulève en étouffant un gémissement…

Dans un ultime effort, il regarde l'infatigable guerrier qui l'attend plus haut, implacable maître qui ne souffre aucune plainte, aucune faiblesse.

Ces longs mois de promiscuité lui ont appris à reconnaître les plus petites variations de l'humeur de cet irascible compagnon.

Il sait à présent déceler les petites failles qui laissaient rarement entrapercevoir le cœur bien caché du Saïyan qui s'était même laissé aller parfois à une attitude presque paternelle, des gestes d'affection retenue, rares… mais si rassurants, tellement bienvenus.

De petites attentions fugaces qui avaient fait un bien fou à l'enfant brutalement arraché à l'affection douillette de deux parents aimants.

Mais l'heure n'est pas à l'attendrissement… ce regard là, il le connait aussi… c'est celui qui ne lui accorderait pas la moindre indulgence.

Tandis qu'il relève son corps meurtri… Sangohan continue le cours de sa pensée… il prend son temps… profitant de ce précieux répit pour reprendre son souffle…

Il n'en veut pas à Vegeta de se montrer aussi intraitable… il sait que, comme son ami Piccolo auparavant, il a eu raison de le pousser dans ses derniers retranchements, de le pousser à bout, au-delà de ses propres limites… au-delà de sa propre colère, de sa propre frustration…

Sangohan est maintenant debout, le regard du jeune Saïyan s'assombrit soudain sous le coup d'une détermination rageuse… il serre les poings soumettant son corps endolori à la morsure brûlante d'un nouvel effort qui enflamme la moindre de ses cellules.

Hurlant pour passer outre la fatigue et la douleur de ces longues heures de combat sans concession, il ignore délibérément le gémissement de feu que lui renvoie chaque parcelle de son être… il ne veut sentir que la chaleur de l'énergie qui monte en lui, ce déferlement semblable à une coulée de lave en fusion, ce raz-de-marée de force pure qui embrase soudain son aura et ses cheveux d'une lumière dorée scintillante.

Oui, c'est sans aucun doute grâce à la cruelle intransigeance de ce maître imposé qu'il était enfin parvenu à franchir le palier de cet incroyable niveau. Un niveau qu'il savait ne jamais pouvoir atteindre sans la détermination, l'entêtement de cet ainé intraitable.

Il lui avait dit sèchement :

"Tu seras digne de ton père ou tu ne sortiras pas vivant d'ici !"

Et l'enfant avait tout de suite compris qu'il ne s'agissait pas d'une plaisanterie… il avait retenu ses larmes en pensant au chagrin de sa mère qui se retrouverait toute seule… Il était persuadé qu'il ne la reverrait jamais, comment aurait-il pu égaler le guerrier fantastique qu'il avait tant admiré ?

Comment aurait-il pu survivre aux assauts furieux d'un Vegeta rendu presque fou par la frustration de ce combat de rêve dont la mort de Goku le privait à jamais…? Ce super Saïyan humilié par deux machines alors qu'il venait tout juste de renaître…?

Il avait fallu plusieurs raclées mémorables, bien des hémorragies et d'os brisés pour que le jeune garçon comprenne, qu'en fait, l'impitoyable guerrier arrêtait toujours la correction à l'extrême limite.

Celui-ci avait fini par lui déclarer qu'il ne le tuerait pas avant d'être certain qu'il ne puisse pas atteindre son but… toute cette souffrance valait-elle le petit sursis qui lui était ainsi offert ?... Le jeune guerrier était en permanence balloté entre un sentiment de profond découragement et l'amertume de se sentir victime d'une telle cruauté.

Peut-être qu'il serait finalement aussi simple de rejoindre directement Papa ! Mais alors, qui pourrait protéger Maman ?...

Il avait fallu ce jour, où, sortant avec peine d'un coma noir, il avait surpris le regard plein d'inquiétude du Prince penché avec sollicitude sur lui entre ses paupières à peine entrouvertes. Prenant soin de ne pas bouger, qu'il ait senti avec quelle douceur celui-ci l'avait soulevé pour l'emporter avec précaution jusqu'à l'abri rassurant de la chambre pour savoir.

Oui, ce jour là il avait enfin compris.

Il aurait pourtant du se souvenir plus tôt de leur première rencontre sur Namek, de ce geste inattendu dans ses cheveux juste avant le douloureux coup de genou qui l'avait plié en deux. Il se souvenait du geste, et d'un "je ne sais quoi" qui était passé dans le regard de Vegeta alors que celui-ci évoquait ce qui restait de son peuple décimé, un "je ne sais quoi" brusquement camouflé par le sursaut de brutalité.

Ce "je ne sais quoi", il s'était rendu compte que le fier Saiyan prenait un soin jaloux à le cacher… même si ses actes en laissaient parfois entrevoir l'existence… ce "je ne sais quoi"… c'était son humanité.

Non, Vegeta n'était pas le monstre froid et cruel qu'il voulait que tout le monde croit qu'il soit. C'était un homme, avec un cœur et des sentiments… un homme tout simplement.

Comment avait-il pu l'oublier.

L'esprit libéré de la peur panique, de la profonde tristesse qui le paralysaient jusqu'alors, il avait enfin pu libérer toute l'énergie dont il était capable… il avait pu laisser libre cours à sa rage de ne pas pouvoir aller plus loin encore. Mettre à profit cette frustration pour répondre aux sollicitations d'un adversaire toujours plus exigeant, toujours plus pressant.

Mais cela n'avait pas suffi… ni ses progrès pourtant fantastiques, ni sa détermination, pas plus que la hargne du Prince guerrier n'y faisaient. Le précieux niveau restait inaccessible. Il manquait toujours un frustrant petit rien impossible à atteindre.

C'est finalement le coup de colère de Vegeta qui avait tout déclenché… un cri de rage lancé à la figure, comme une insulte... un crachat de mépris alors qu'il avait, une nouvelle fois, échoué… laissant transparaître une soudaine vague de découragement :

"J'en ai assez… retourne chez ta terrienne de mère sale bâtard…

Tu ne seras jamais un Saïyan digne de ce nom !"

Les mots avaient claqué dans son esprit avec la force brûlante du fouet de l'infamie : "terrienne de mère"… c'étaient ceux là qui lui avaient fait le plus mal… pas grossiers en soi… mais le ton sur lequel ils avaient été crachés en disait long…

Trop pour un enfant à qui la tendresse de sa mère manquait si cruellement… trop pour un métis qui connaissait le profond attachement de son père disparu à cette planète… trop pour un jeune qui avait un orgueil d'origine Saïyan dans ses gênes…

La colère, la fureur, la rage avaient été immédiates… une déferlante incontrôlable avait saisi le fils de Sangoku sous le regard étonné de Vegeta…

Celui-ci avait enfin trouvé le ressort, le déclencheur… lui qui avait pourtant jusqu'ici tout essayé… l'humiliation et la douleur jusqu'à la torture, la mémoire du père disparu, la description de millions de victimes, l'évocation du massacre de sa mère par les deux cyborgs… rien n'avait marché…

Et c'est quand il avait perdu tout espoir, épuisé toutes les possibilités, que le miracle avait enfin lieu… ses yeux d'émeraude voyaient enfin le reflet d'un autre regard vert leur répondre.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu