DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers "du futur" : Twin Pain

Écriture par Foenidis

Dans le monde alternatif dit "du futur" d'où est venu Trunks à bords d'une machine à remonter le temps, tous nos héros furent tués par les cyborgs... Cette histoire en donne les détails, elle raconte donc une partie de récit commun aux univers 12 et 14.

1234567891011121314151617181920212223242526272829303132333435363738394041424344454647484950515253545556575859606162
[Chapter Cover]

Une vibration familière arrache soudain le petit penseur à ses réflexions…

Il est là ! C'est lui, il en est certain !...

D'un bond le jeune garçon est sur le palier, en un clin d'œil il a la main sur la poignée de la porte d'entrée ; le temps d'un battement de cil, et sa mère est derrière lui, stoppant brutalement son élan :

"Où crois-tu pouvoir courir aussi vite ? Et ne me raconte pas d'histoires, je sais que tu n'as pas pu terminer tes exercices !"

Le poids incommensurable du monde maternel écrase soudain les épaules et le cœur du pauvre Sangohan qui ne peut réprimer un soupir de lassitude :

"Maman, s'il te plait…"

La supplique vibrante de son fils n'a visiblement aucun effet sur l'inflexible Chichi qui enchaîne d'une voix sèche :

"S'il te plait quoi ?!... C'est pas en allant faire le voyou dehors que tu deviendras un grand savant !"

Sangohan n'a pas le temps de réfléchir plus avant au plaidoyer qu'il s'apprêtait à opposer au rempart maternel… un grondement sourd fait brusquement vibrer le sol, animant les murs de la petite maison d'un inquiétant frisson.

Le jeune garçon saisit sa chance… disparaissant tellement vite qu'il n'est déjà plus là quand ses mots résonnent aux oreilles stupéfaites de sa mère :

"Désolé M'man… je dois le voir !"

Il ne faut pas non plus beaucoup de temps à la bouillante Chichi pour réagir. Aussitôt elle s'élance dans une course furieuse à la poursuite de son fils en hurlant d'une voix saturée par les aigus de son hystérie :

"Voir quoi ?! GOHAAAN !!! Reviens tout de suiiiite !!"

Celui-ci n'est pas très loin, il s'est immobilisé juste là-bas…elle accélère encore sans se demander ce qui a bien pu arrêter son fils si pressé dans son élan.

Mais très vite, comme lui, elle stoppe net sa course… et comme lui elle se met à fixer la silhouette vibrante d'énergie dont la rage secoue le paysage tout autour d'eux.

Vegeta !

Il est là… brûlant visiblement d'une colère contenue avec peine au pied de la tombe encore fraîche.

Que fait-il ici ?

Jamais il n'était revenu jusqu'à la petite maison depuis ce jour de larmes, celui où il avait attendu, taciturne et hostile, en silence… attendu comme eux tous, l'inéluctable, l'inacceptable… avant de disparaître à l'horizon après la terrible annonce. Sangoku venait de mourir terrassé par un mystérieux mal, et celui qui se voulait être son meilleur ennemi n'avait que maladroitement pu dissimuler sa peine.

Fascinée par l'énigme vivante que constitue à ses yeux cet homme pour qui son mari nourrissait une bien étrange amitié, Chichi a quand même le réflexe d'avancer jusqu'à son fils, pour opposer le bien dérisoire barrage de ses mains délicates aux épaules tendues du jeune garçon.

Non, elle ne comprenait pas, elle n'avait jamais pu savoir ce que Sangoku pouvait bien trouver de sympathique en cet être cruel et hautain.

Son regard se baisse pour caresser l'épaisse chevelure de son enfant… ce garçon qui, justement, en parlait toujours avec affection, comme d'un vieil ami, un membre de la famille… avaient-ils donc tous oublié ce qu'il était venu faire sur cette planète ? Effacé le conquérant cruel, le combattant impitoyable qui ne rêvait que de vengeance et de mort ?

Ses yeux se reportent sur le guerrier aux poings et à la mâchoire crispés par la contrariété… une boule de colère dont la rage résonne jusque dans son propre cœur.

Et Bulma ?... Comment une femme aussi finement intelligente avait-elle pu succomber aux charmes d'un être aussi cynique… et quels charmes d'abord ? Comment aimer ce concentré de sentiments négatifs et de ressentiments !

Pourtant le fait était là ! Bulma avait visiblement trouvé le moyen de dénicher un cœur là où il ne semblait y avoir que de la haine… elle en avait eu la preuve le jour où elle les avait croisé tous les trois au centre commercial…

Oui, tous les trois ! Mme Brief excitée comme une puce pour changer… Bulma rayonnante… et le bébé !

Un enfant magnifique, tout rose, potelé et auréolé de vigueur !

Krilin leur avait pourtant parlé de l'étrange rapprochement qu'il avait remarqué entre l'inventive savante et le ténébreux Prince que celle-ci avait continué à héberger… mais elle n'avait pas voulu le croire…

Jusqu'au fantastique éclat de rire de Mme Brief quand Sangohan avait fait remarquer, avec cette innocence qui n'appartient qu'aux enfants, que le bébé ne ressemblait pas beaucoup à Yamcha.

Bien entendu qu'il ne pouvait pas ressembler à Yamcha… la petite merveille était le fils de Vegeta !

Incroyable ! Ce monstre de froideur avait donc été capable de se laisser aimer… elle avait alors scruté le visage de Bulma… aucun doute : il irradiait de bonheur !… Cela voulait-il dire qu'il ait pu lui-même se montrer aimant et tendre ?

Son instinct de femme lui disait que oui. Rien d'autre au monde qu'un amour pleinement réciproque ne pouvait mettre autant de lumière dans des yeux féminins.

Elle regarde à nouveau avec incompréhension cette énigme vivante dont la fureur croissante secoue les alentours avec toujours plus de force.

Contaminés par cette rage, les cieux même se couvrent soudainement de sombres nuées menaçantes tandis que la faune fuit éperdument les bois environnants secoués par les ondes d'énergie en furie.

Les mains de Chichi qui se voulaient rassurantes, protectrices… se crispent à présent fortement sur les épaules de Sangohan alors qu'un long frisson secoue tout l'être de la jeune femme.

Elle tire maintenant compulsivement son fils à elle, le pressant contre son corps tendu par la peur pour l'entourer de ses bras tremblants.

Oui, la peur la submerge tandis que dans un long hurlement, Vegeta semble déchaîner à la fois sa colère et celle des cieux.

Dans un grondement furieux, l'orage éclate soudainement. De gigantesques éclairs foudroient la forêt de fulgurantes déchirures tandis qu'une pluie brutale et chaude abat son épais rideau sur la petite clairière.

Le rugissement du Prince des Saïyens retentit, couvrant celui du déferlement des trombes d'eau, le grondement sourd du tonnerre et même le claquement sec de la foudre :

"POURQUOI ?!"

Le puissant éclat de son désarroi n'a pas le temps de s'éteindre que toute la tension que le guerrier semblait contenir avec peine explose brutalement.

Une déflagration formidable d'énergie pure qui déstabilise le jeune Saïyan pourtant raidi par le spectacle de cette incroyable fureur, un petit corps solidement ancré au sol auquel se raccroche de justesse une Chichi paniquée. Autour d'eux, toutes les feuilles des arbres sont arrachées par le souffle puissant qui fait plier les frondaisons et exploser les vitres de la maison derrière eux.

Un souffle qui creuse un profond cratère circulaire sous les pieds de Vegeta dont la silhouette s'enflamme soudainement, illuminée par une magnifique aura dorée parcourue par un nombre impressionnant de petits éclairs plus vifs que des feux follets.

L'instant d'après, comme vidé de toute sa rage, Vegeta baisse la tête lentement en laissant retomber ses mains sous la pluie battante dont le martellement est maintenant couvert par le bruit des étranges pulsations de son énergie de Super Guerrier.

Dans un murmure à peine audible… presque un gémissement, il répète

"Pourquoi ?..."

Puis comme brusquement parcouru par une décharge électrique, il se redresse pour hurler à la tombe qu'il semble défier :

"C'EST TA FAUTE !!"

Avant de décoller avec un grognement de fureur pour disparaître à une vitesse fantastique, un sillage doré soulignant la trajectoire de sa fuite éperdue, sous le regard stupéfait des deux témoins de l'incroyable scène.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu