DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 14 (des Cyborgs) : One Way

Écriture par Foenidis

Après le massacre de la Z team raconté dans Twin Pain, les univers 12 et 14 ont eu quelques années de futur commun avant que tout bascule pour le deuxième. Quels sont les évènements qui ont fait que Trunks soit le numéro un dans l'un et que les cyborgs aient triomphé dans l'autre ?

Partie 1 :0Partie 2 :123456789Partie 3 :10111213141516Partie 4 :1718192021222324252627282930313233343536
[Chapter Cover]
Partie 4, Chapitre 32.

Le roi Cold souffrait au plus profond de son être, de ses chairs… et il détestait ça ! L'esprit engourdi par la douleur et les ondes de ki à la puissance incroyable qu'il tentait de maîtriser, il avait du mal à se concentrer. Il le fallait pourtant. Pas ici, pas maintenant ! Stopper cette folie avant qu'elle ne consume toute sa puissance, l'essentiel de sa précieuse énergie !

Son Goku avait raison. Accaparé par le combat contre son propre pouvoir, l'alien ne songeait plus du tout à ce qui lui était extérieur… il n'avait même pas eu conscience de la formidable tentative des vermisseaux qui s'agitaient autour de son aura dont la densité ne cessait de s'épaissir.

"RaaaAAAAhh !" Une force propre à ridiculiser n'importe quel dieu et en être réduit à devoir la museler faute de savoir s'en rendre maître… quel cruel pied de nez du destin ! Mais le jour viendra où il aura enfin dompté ce don divin… et ce jour là, ce ne seront pas quelques galaxies qui courberont le front devant son ombre, mais bien l'univers d'un bout à l'autre de ses frontières en perpétuelle expansion !

Toutefois, l'heure n'était pas à la philosophie : "STOOOOOOOP !"

— "Il faut qu'on l'aide."

— "Non mais, t'es malade !"

La proposition de son ami aux cheveux dorés avait surpris Krilin avec une telle force, que sa réplique avait fusé sans même qu'il y réfléchisse, un véritable cri du cœur !

— "Explique-toi," somma le grand Namek au regard plus sombre que jamais.

Tenshinhan n'allongea pas, mais ses trois yeux fixés sur le Saïyan et sa mine grave en disaient tout aussi long.

— "Je crois comprendre…" commença Chaozu.

— "Moi aussi, poursuivit Yamcha. On voit bien qu'il se démène pour éviter cette nouvelle transformation. Si cette évolution était voulue, il ne lutterait pas pour la contenir."

— "Oui bon, Goku l'a déjà dit : ce dégénéré à cornes à perdu le contrôle de sa foutue énergie. C'est pas une raison pour l'aider à devenir encore plus monstrueux qu'il ne l'est déjà ! On n'a qu'à le laisser imploser, pis voilà !" ronchonna Krilin avec un regard mauvais.

— "Le problème, c'est que s'il dépasse le niveau critique, il n'y a aucune chance pour qu'il implose," lâcha Piccolo avec fatalisme.

Le visage du petit chauve s'empourpra d'abord, avant de pâlir pour devenir aussi blême que des fesses d'informaticien. Il bredouilla comme s'il avait voulu que ces mots n'existent pas :

— "Tu… tu veux dire qu'il pourrait… nous, la planète ?"

— "Et très certainement au-delà, vu la quantité d'énergie qui bouillonne là-dedans." précisa avec un calme olympien Son Goku.

— "Bon… C'est pas que je m'ennuie avec vous, mais je crois que je préfère profiter des minutes qu'il me restent à vivre avec ma petite amie…" fanfaronna Yamcha, le teint aussi pâle que Krilin.

— "Laquelle ?" ironisa toutes dents dehors l'ancien moine, heureux de trouver une occasion de se distraire de la panique qui le gagnait.

La voix impérieuse de Piccolo tonna :

— "Ça suffit ! Qu'est-ce que tu proposes ?" dit-il en se tournant vers son vieil ennemi.

— "Oui, je t'en supplie, dis-nous que tu as trouvé une solution," geignit le petit Chaozu dont le rouge aux joues semblait pulser sous la pression de l'angoisse.

— "Je vais tout vous expliquer… ça devrait pouvoir marcher…" déclara avec une insolente bonne humeur le grand Saïyan.

L'immense corps de Cold se tordait sous l'empire de convulsions provoquées par d'insoutenables souffrances. Ses tripes, son âme étaient en fusion… Il devenait tentant de tout lâcher, que ce cauchemar s'arrête. Oui… libérer les feux de l'enfer qui le dévoraient, ça serait si bon ! Calme, bien-être, silence, enfin. NON ! Capituler reviendrait à ouvrir les portes de la mort. Le Saïyan millénaire a déjà survécu à l'explosion d'une planète, et il semblait plus fort que sur Namek. Impossible de lui offrir la victoire sur un plateau. Un satané singe ne saurait battre un demi-dieu !

"Une voix ?…"

"Mais… que… ?!"

Soudain figé, telle une statue de colosse en plein désarroi, le roi Cold n'en revenait pas.

Le feu intérieur qui le mettait à la torture refluait, les ondes apaisantes d'une sorte de chant inconnu, diffus, baignaient ses nerfs à vif d'une douce sérénité… la force du phénomène était telle qu'il en oubliait sa colère, le combat. Il éprouvait tout à coup l'irrépressible besoin d'un bain de calme et de volupté. Lentement, en même temps qu'il reprenait le contrôle de son souffle, son énergie s'assoupit pour reprendre place dans chacune de ses cellules, avec la nonchalance d'un fauve qui s'affale avec paresse pour une sieste.

À plusieurs centaines de mètres de là, hors de portée de la vue du monstrueux souverain, un être concentrait le pouvoir accumulé de siècles de sagesse et de concentration en peinant sous l'incroyable effort qu'il s'imposait. Jamais Kamisama n'avait porté ses pouvoirs psychiques à un tel niveau d'intensité. Il avait bien cru ne pas arriver à pénétrer l'esprit de l'alien submergé par son combat intérieur. Les yeux fermés, chaque parcelle de son être tendue vers sa cible, Dieu baignait le mal incarné d'ondes bienfaisantes pour sauvegarder le monde dont il avait accepté la charge jadis.

Il avait failli repousser l'invitation du Saïyan venu lui demander son aide… mais s'était bien rendu compte, après quelques instants de réflexion, qu'il n'y avait aucune autre solution. Bien que parfaitement capable de se téléporter, Dieu en avait profité pour tester le mode de déplacement ramené de son séjour dans l'espace par son ancien élève : très efficace ! Pourvu que le reste du plan de Son Goku marche aussi bien que son optimiste initiateur voulait bien le croire ! Aider le monstre à reprendre le contrôle de son énergie était une chose, mais Kamisama savait fort bien qu'il ne pourrait complètement contrôler un esprit aussi fort.

Tout doucement, l'aura autour de Cold commença à s'éclaircir pour ensuite s'amenuiser jusqu'à disparaître. Le souverain, un moment statufié dans la position dans laquelle l'avait surpris l'intervention de Dieu, se redressa avec calme tout en baissant les mains. Son regard balaya avec une majesté retrouvée les alentours.

À bonne distance, se trouvaient la majorité des minables natifs de cette planète. Plus près de lui, un ridicule nabot semblait pétrifié de peur aux côtés de ce singe galeux : le Saïyan millénaire.

Un petit sourire monta au coin des lèvres du tyran interplanétaire. Non seulement, il y avait longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi bien, mais voilà que bientôt il aurait l'un des meilleurs guerriers qu'il ait jamais vu à sa botte !

Le Saïyan aussi souriait. Décidément, cette vermine avait tous les culots ! Tant mieux. L'humilier n'en serait que plus jouissif. Voir un vaincu pleurer de rage était infiniment plus délicieux que d'entendre pleurnicher un pleutre. Ça, c'était plutôt agaçant qu'autre chose. Aucun intérêt quand la peur était le seul combat du soumis. C'était pour ça qu'il avait pris l'habitude de tuer les couards sans délai. Sans véritable souffrance, pas de plaisir. Et puis en tuer un au moindre claquement de dents, pétrifiait toujours les autres de peur… ça le mettait de bonne humeur de les voir transpirer et lutter pour garder bonne figure alors que parfois ils mouillaient leur pantalon. Le pouvoir ! Voilà la jouissance ultime !

Oui, le roi Cold était d'excellente humeur. Une humeur à mettre tout un univers à ses pieds, et il allait commencer tout de suite !

Enfin, une question le titillait toutefois :

— "Bien joué. Je suis curieux de savoir comment tu t'y es pris…"

En effet, si ce Saïyan s'avérait capable de lui permettre d'enfin contrôler son pouvoir, cela ouvrait d'intéressantes perspectives. Il avait bien fait de ne pas le tuer finalement.

— "Je n'y suis pour rien. répondit avec simplicité Goku. Je pense que tu as vu ce que tu avais à voir ici, il est sage d'en rester là. Je te laisse rejoindre les tiens, si tu acceptes de laisser cette planète en paix."

Un instant sans réaction, le père de Freezer secoua brusquement son gigantesque corps d'un rire énorme. Il rit ainsi un long moment, à gorge déployée, les cornes en arrière, avant de s'arrêter aussi brutalement qu'il avait commencé.

Sans prononcer le moindre mot, il décocha un tir direct sur l'insolent.

D'un simple geste de la main, Son Goku envoya le coup de semonce se perdre parmi les nuages.

— "Je ne plaisante pas !" précisa-t-il en fronçant les sourcils et le nez.

— "Moi non plus. laissa tomber froidement Cold. Je suis de bonne humeur, ne gâche pas ta chance. Suis-moi sans faire d'histoires et j'intègre cette planète à mes possessions sans tuer ses habitants."

Il n'ajouta pas que ceux qui avaient osé lever la main sur lui ne feraient pas partie des termes de ce marché. Il était certes d'humeur généreuse, mais il ne fallait pas pousser non plus.

Seul un souffle de vent, fort occupé à jouer avec la poussière du champ de bataille, troubla les quelques instants qui suivirent. Les yeux dans les yeux, le Saïyan et le roi alien se jaugeaient du regard. Chacun évaluait ses chances d'imposer sa volonté à l'autre…

Ce fut le guerrier à l'aura dorée qui prit l'initiative de briser le silence.

— "Dommage, j'aurais aimé ne pas avoir recours à pareil procédé, mais tu ne me laisses pas le choix. Chaozu, à toi."

Avant que le gigantesque souverain ait le temps de revenir de sa surprise, l'insignifiant nabot avait levé sa ridicule petite main en plissant les yeux avec intensité.

Un chatouillis parcourut d'abord les intestins de Cold, désagréable sensation aussitôt surpassée par une monstrueuse, une effroyable colique.

Les entrailles au supplice, le tyran lutta d'abord pour ne pas se courber. Mais la douleur était vraiment trop forte, impossible de ne pas se plier pour tenter de la contenir.

Au loin, Piccolo, la main sur l'épaule de Dieu, joignait ses forces à celles de Kamisama au bord de l'épuisement. L'affaiblissement des barrières psychiques, redoutables sur un guerrier de ce niveau, était indispensable pour permettre au pouvoir du petit Chaozu d'atteindre sa cible. Dieu avait réussi l'exploit de demeurer dans la faille entrouverte au milieu de l'esprit du roi alors que celui-ci était tout à son combat contre lui-même… Le vieux Namek luttait à présent pour utiliser toutes ses ressources à ouvrir la voie au minuscule ami de Tenshinhan. S'il faiblissait, tout serait perdu. Il serait impossible de réitérer pareil exploit face à un Cold en pleine possession de ses moyens intellectuels.

Le roi rugit dans un spasme de souffrance :

— "Tu vas mourir pour ça !"

Son Goku l'approcha le plus tranquillement du monde.

— "Tu n'es pas en position de menacer qui que ce soit. Tu as perdu, estime-toi heureux d'être en vie. Pars et ne reviens jamais."

Cold tenta de se redresser pour fermer son caquet à l'insolent, mais il ne parvint même pas à tendre le bras dans sa direction. Ses mains refusaient de s'éloigner de son abdomen soumis à la plus abominable des tortures, une sueur froide traçait des sillons luisants sur l'ensemble de son auguste personne tandis que des frissons lui donnaient la nausée. Pour un peu, s'il avait fallu qu'il attribue une note ce qui lui arrivait ainsi qu'à la perte de contrôle de son pouvoir, il n'aurait pas été sûr de mettre le feu énergétique en tête.

Chaozu gémit faiblement dans le dos de Goku. Il leva sa seconde main pour renforcer la première. Il ne pourrait pas tenir longtemps à un tel niveau.

Si Goku comprit le message, il ne réagit pas immédiatement. Stupéfait de constater que maintenant, le tyran luttait pour garder sa forme actuelle… les longues excroissances pointues sorties de son armure corporelles régressaient légèrement avant de repousser. Son visage tordu par la douleur semblait aussi se déformer.

Malgré tout, le souverain luttait, il tenait bon. Hors de question de capituler ! Devant personne ! Jamais !

Le goût du sang envahit soudain la bouche de Cold.

Effaré, il regarda ses mains instinctivement portées à sa gorge : elles étaient couvertes du violet de son royal fluide.

Il fixa une dernière fois, le Saïyan devant lui… non seulement il était certain de ne pas l'avoir vu bouger, mais son air de crétin incrédule semblait confirmer qu'il n'était pour rien dans cette félonie. Mais alors qui ? Qui avait osé lui tirer dans le dos ?

Le géant s'effondra.

Il trouva la force d'un ultime effort. Il ne mourrait pas face contre terre ! Parvenu à rouler sur le côté, il leva les yeux pour apercevoir, juste avant que son regard ne s'éteigne à jamais, ce renégat de Prince Saïyan qui le regardait mourir avec un cruel petit sourire en coin.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk