DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 19

Écriture par Foenidis

Ces guerriers en armure qui participent à côté de Gokû et ses amis, d'où viennent-ils ? Quel est leur passé ?
Découvrez comment technologie et bravoure ont pu constituer le cocktail gagnant de l'atypique univers heloïte, dont le destin aurait plus d'une fois pu basculer du côté tragique.

1234567891011121314151617181920212223242526
[Chapter Cover]

Waals pesta.

Vexé, il balaya d'un coup d'ultra-waver la partie de la masse brune d'où semblait être parti le trait de laser qui venait de lui lacérer le bras droit.

Voilà ce qu'il en coûtait de rester le blaire en l'air en plein combat !

Bien sûr, ses cellules modifiées allaient assez vite effacer la blessure, mais un coup de laser, c'est toujours cuisant, presque autant que le processus de régénération accélérée.

L'arrivée de la corvette inconnue devait faire partie d'une stratégie mûrement réfléchie, car il nota qu'un nombre impressionnant de blindés massés dans l'arrière garde kollok avait bondi en avant au travers des troupes qui s'étaient rangées comme un seul homme pour leur libérer le passage. Voilà une bataille qui n'allait pas être pliée aussi vite qu'il l'avait pensé au départ. Occuper une partie des Ultras avec les drones était une bonne tactique. Ce gros nigaud de Galasir avait dû prendre une bonne dose de vitamines le jour où il avait imaginé ce plan de bataille !

Tout à coup, la voix de Wigner résonna à nouveau dans ses tempes.

— Les blindés ! hurlait-il.

Waals, aux prises avec une escouade de héros volants pressés d'en finir avec leur existence de pillards, n'eut que le temps de relever la tête pour voir les bouches à feu des tanks qui se ruaient à l'assaut, illuminées de bien vilaine façon.

Ces faces de pet ne s'étaient donc pas soudain agglutinées autour de lui par hasard !

Pris d'un accès subit de rage, l'Ultra se couvrit d'un écran de protection sur la face inclinée vers le sol pour filer, toutes étincelles dehors, sus aux ordures qui canonnaient la troupe.

Plus il approchait des lignes des engins blindés, plus les candidats au suicide étaient nombreux à se dresser sur sa route. Faisant feu de tout bois, transperçant, explosant, tranchant, ivre de fureur et de sang, il se taillait un chemin poisseux au milieu des monstres plus combattifs que jamais, alors que fusaient au-dessus de sa tête des munitions conçues pour suivre une trajectoire en cloche qui leur permettrait d'exploser au-delà des lignes kolloks.

Comme il avait fini par couper son bouclier pour abattre avec plus d'efficacité les Kolloks qui entreprenaient de lui faire barrage, il se retrouva à pied d'œuvre couvert d'entailles plus ou moins profondes. De quoi finir de le mettre de très méchante humeur !

Un rictus sauvage en travers de la figure, il se positionna à gauche de l'engin en bout de ligne, et toutes diodes allumées sur ses tempes, tendit son bras droit avant d'ouvrir grand les vannes de son ultra-waver.

Le bouclier qu'il avait fait jaillir sur son bras gauche ne pouvait le protéger que d'un côté, alors qu'une véritable pluie offensive montait vers lui. Il savait qu'il allait souffrir ; il savait qu'il pouvait mourir, mais il n'en avait cure. Pas question de laisser ces dégénérés du bulbe réduire les petits gars de la troupe en bouillie.

Il entreprenait de faire fondre son quatrième joujou de plusieurs dizaines de tonnes quand un boulet le percuta de plein fouet dans une gerbe d'étincelles tout en criant « Gare ! ».

Bragg venait de débouler avec la force d'un missile. Collé à Waals, il les engloba tous deux dans la sphère de son bouclier. Aussitôt, la bulle protectrice disparut dans un enfer de flammes.

Le souffle de l'explosion à peine dissipée, il invita simplement Waals à le suivre en altitude, avec le sourire tranquille qui le caractérisait.

L'air frais, le calme soudain, semblèrent tirer Waals d'une sorte de transe. Son coup de sang retombait.

— Ces machins ne sont pas assez réactifs pour s'arrêter aussi vite que nous. Tu piques sur les méchants pas beaux, tu redresses au dernier moment, tu dégages vite fait, et ça fait de la place ! commença par expliquer Bragg. On échange ! Tu seras bientôt à sec au train où tu y vas, et moi, ces saloperies commencent à me fatiguer, continua-t-il en désignant le ballet des drones aux prises avec Dirac et Bose.

Waals n'était pas dupe. Bragg fatigué aussi vite, la bonne blague !

— Dès qu'on croit être venus à bout de ces cochonneries, ils en lâchent une nouvelle tripotée et leur zinc est équipé d'un putain de champ de force… j'espère qu'ils vont bientôt avoir épuisé leur stock, sinon, ça va devenir chaud, termina le flegmatique Bragg, sur le ton de la plaisanterie malgré la gravité de la situation.

— T'inquiète, le Waals, il est pas fatigué lui, je vais m'en occuper de tes morpions, précisa Waals, faisant mine de jouer le jeu de son co-équipier. Mais avant, je vais quand même t'aider à éclaircir un rang ou deux de boîtes de conserve.

La proposition fendit le visage de Bragg d'un de ces larges sourires dont il avait le secret. Les poings des deux compères s'entrechoquèrent avant qu'ils ne fondent côte à côte entre les deux premières rangées de blindés.

Waals à gauche, Bragg à droite, chacun couvrit son flanc extérieur d'un large bouclier, pour remonter ensemble tranquillement l'alignement de monstres mécaniques, bras libre tendu, laser ouvert pour pourfendre en continu les rangs survolés à l'aide de ce que leurs adversaires avaient surnommé « L'épée de Dieu ». Car si beaucoup d'autres peuples étaient équipés d'armes capables de générer de courts traits lasers intermittents, seuls les Heloïtes avaient réussi à miniaturiser la technologie nécessaire à un rayon continu d'une telle puissance, et à en faire un équipement individuel si parfait que son incomparable tranchant était pour ainsi dire invisible à l'œil nu.

L'étincelant sillage des deux Ultras fut bien vite poursuivi par un train d'explosions ininterrompu. Derrière cet écran de feu et l'amas des carcasses tordues des tanks détruits, le reste de l'armada blindée de Galasir stoppait dans le plus total des chaos.

L'extrémité du champ de bataille atteint, les deux hommes remontèrent.

— J'ai été stupide. Merci, admit soudain Waals sans plus de cérémonie.

— Remercie Wigner, moi j'étais trop occupé pour voir que t'avais pété un câble. À ce propos…

— Ouais, je file ! Je vais leur faire bouffer, moi, leurs conneries volantes, grimaça l'Heloïte au foulard, avant de démarrer dans un nuage d'étincelles, une lueur farouche accrochée au regard.

Tandis que Bragg était parti dévisser quelques tourelles à coups de blast-balls, Waals choisi de remonter la ligne de front au plus près des troupes heloïtes pour rejoindre le bourdonnant nuage de drones.

Beaucoup d'obus avaient fait mouche. Le fantassin de base n'était pas aussi bien équipé que les Ultras, leurs boucliers n'étaient pas conçus pour résister à de fortes explosions, ni même pour pouvoir les couvrir totalement. Ils ne disposaient pas non plus des commandes cérébrales implantées directement dans la boîte crânienne des Ultras. Devoir pianoter pour piloter un système trop complexe en plein combat aurait été suicidaire, aussi disposaient-ils seulement de deux tailles réduites de bouclier en plus de leurs commandes de traits lasers et d'un système blast-ball simplifié, beaucoup moins puissant que celui de l'unité d'élite.

Avec l'efficacité d'un chasseur bombardier, l'Ultra déroula sous son passage un véritable ruban de cadavres bruns sous les hourras enthousiastes de l'armée en bleu.

— Attends-moi !

La voix de Nim avait résonné avec la légèreté d'une brise de printemps dans l'esprit enfiévré de Waals. C'est que la régénération des blessures, ce n'était pas seulement douloureux… arrivé à un certain niveau, ça vous pompait proprement votre énergie vitale avec un bel appétit tout en vous mettant la cafetière en surchauffe.

— T'es allé caresser tes copains kolloks d'un peu trop près ? le taquina la pimpante brune, à peine arrivée à ses côtés.

— Wigner t'a demandé de me servir de nounou, c'est ça ? grogna l'intéressé, sans cesser de tirer.

La jeune femme lui répondit avec des yeux pétillants, tout en détournant les tirs qui montaient vers eux comme s'il s'agissait de moucherons incommodants.

— Même pas ! Je vais remplacer Dirac… tu le connais, jouer les filles de l'air, c'est pas ce qu'il préfère. Lui son truc, c'est le contact, le sang et les cris. Et puis il n'y a pas de raison que ce soient toujours les mêmes qui jouent avec ces drones, tu crois pas ?

Waals ne répondit que par un vague grognement. Il était comme Dirac, exploser du matériel, ce n'était pas ce qu'il trouvait de plus jouissif.

— J'ai ma petite idée, continua la brunette, tu n'auras qu'à me suivre quand je te ferai signe… ça devrait te plaire.

Consciente d'avoir éveillé la curiosité de son compagnon, Nim le quitta d'une accélération fulgurante pour descendre rapidement creuser un sillon de mort jusqu'à un blindé qui avait réussi à bousculer les épaves laissées par Waals et Bragg.

Son affaire rondement menée en deux coups d'épée de dieu, la jeune fille monta droit vers l'essaim de drones aux prises avec deux silhouettes aux sillages étincelants.

Alors que Waals s'engageait à sa suite, Dirac les croisa de toute la vitesse de son propulseur à photons, poursuivi par cinq moustiques d'acier du genre plutôt collant.

— Pas trop tôt Waals, grogna le géant heloïte dans son commutateur, à trois on les contient, mais à deux, c'est la chienlit ces engins !

Waals les suivit du regard pour voir le grand Dirac toucher terre en créant un véritable mouvement de panique parmi la marée brune bousculée par son irruption quelque peu cavalière. Il eut à peine le temps d'apercevoir le colosse se couvrir d'un dôme de protection que tout autour de lui, le sol crépitait sous le feu de cinq grosses explosions consécutives.

— Oh Waals, réveille-toi !

Le jeune Bose venait d'interposer son bouclier de bras entre les traits de laser de deux drones, et le museau un rien confit de Waals.

Le regard vert du turbulent Heloïte, un instant flottant, recouvra tout à coup son acuité guerrière. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, trois carcasses de métal tordu chutaient sous ses tirs.

Plus loin, Nim faisait merveille. Il faut dire que la jolie Ultra, en plus d'une belle vivacité, avait gardé l'agilité de la championne de gymnastique qu'elle avait été avant de réussir les épreuves d'entrée dans la prestigieuse unité. Ses virevoltes aériennes ne laissaient aucune chance aux drones mus par de tout petits réacteurs directionnels. Waals se demanda un instant pourquoi Wigner avait envoyé Dirac plutôt qu'elle contre les drones… puis il se dit que leur leader avait sûrement eu ses raisons dictées par les impératifs de la bataille.

Tandis que Waals et Nim se livraient à un véritable jeu de massacre dans la nuée de bidules volants, Bose plongea vers le cœur de l'armée kollok accompagné de six drones accrochés à ses basques. Waals comprit ce que voulait dire Dirac. Une partie des engins décrochés de la meute par la sortie du jeune Ultra obliquait vers le cordon bleu des troupes heloïtes. Les shooter pendant leur trajet était un jeu d'enfant, à condition d'être couvert par un troisième coéquipier.

Bien vite, le nuage de drones s'éclaircit et les Ultras purent diminuer leur rythme de tir.

Sans doute Wigner choisit-il ce moment là pour les informer qu'il envoyait Led et Feyn changer leur accumulateur d'énergie. La procédure était rarissime, et désengager deux Ultras pendant une telle bataille était risqué… mais l'ampleur et l'âpreté des combats réclamaient aussi de savoir anticiper pour garder l'avantage apporté par l'unité d'élite jusqu'au bout.

Presque en même temps, retentit l'appel de Nim. De la voix et du geste, elle invita Waals à la suivre tandis qu'elle se ruait vers la trappe qui s'apprêtait à cracher un nouveau contingent de drones.

« Bien joué ! » exulta Waals, en constatant qu'ils purent franchir l'ouverture créée dans le champ de force pour céder le passage aux appareils volants.

Un instant plus tard, Nim et lui s'ouvraient un chemin dans le flot d'engins pour s'engouffrer dans la soute de la corvette ennemie.

Ils s'apprêtaient à devoir abattre la meute de drones qui avaient fait demi-tour à leur suite, mais sitôt revenus dans le giron du vaisseau, les mécaniques se posèrent docilement avant d'éteindre le sifflement de leurs minuscules réacteurs. La trappe d'accès se referma dans un sinistre claquement métallique et un silence incongru après le vacarme de la bataille régna soudain dans la soute assez grande pour abriter un char de combat.

Les deux Heloïtes se consultèrent du regard.

Avec un petit sourire, Waals tendit le bras en haut vers la droite tandis que les diodes sur ses tempes signalaient la préparation de Blast-balls joliment corsées. Nim l'imita, poing tendu au-dessus d'elle à gauche.

Au « Trois ! » de Waals, les Ultras déclenchèrent leurs tirs tout en se couvrant quasi instantanément d'un bouclier total.

Leurs six concentrés explosifs embrasèrent l'air de la soute dans un souffle apocalyptique dont ils purent ressentir la chaleur jusque derrière leur abri de haute technologie.

Bien qu'ayant eu le réflexe de fermer les yeux, il leur fallut un petit instant d'adaptation pour pouvoir recouvrer une vision correcte.

Intacte !

La salle était intacte !

En dehors de la désintégration des drones, pas le moindre dégât après une explosion qui aurait pourtant été de force à couper la corvette en deux !

Les deux Ultras échangèrent un nouveau regard.

Ils commencèrent par tenter de contacter les leurs, en vain. Les communications ne passaient pas ; impossible de rendre compte de leur délicate situation. Les gestes fébriles, ils cherchèrent – sans réel espoir, ils le savaient, mais ils ne pouvaient renoncer sans vérifier – une faille dans le champ de protection de l'intérieur de la salle. L'écran invisible d'à peine quelques millimètres empêchait tout contact avec l'acier, les joints, et ils ne décelèrent aucun système capable d'actionner l'ouverture des trappes d'accès. Même s'il savait la tentative inutile, Waals s'acharna quelques instants rageusement à coups de lame laser, sans résultat. Pire ! De petits orifices disséminés un peu partout leurs parurent très suspects. Les visages de la pimpante Nim et de son diable de compagnon étaient bien pâles désormais.

Ils connaissaient tous deux les consignes. Leur capture avait été planifiée, c'était certain ! La puissance du champ de force de la salle interdisait toute évasion par les armes, et il était peu probable que leurs ravisseurs prennent le risque d'affronter directement deux Ultras en pleine possession de leurs moyens, la probabilité d'une neutralisation par les gaz semblait inévitable. Ils devaient réagir vite, vite avant de ne plus en être capables !

Nim se plaça face à Waals. Les yeux vissés dans le regard de son camarade, ils semblèrent se comprendre sans avoir besoin de se parler. Leur échange muet perdura une minute environ, puis ils acquiescèrent tous deux du chef. Chacun positionna son poing droit sur la poitrine de l'autre, orifices de tir plaqués sur l'emplacement du cœur et diodes clignotantes sur le métal de leurs tempes.

— Je suis vraiment désolé Nim, lâcha Waals d'une voix éteinte qu'elle ne reconnut pas.

— C'est ma faute, Waals. C'est notre faute à tous. On aurait dû penser que c'était une drôle de tactique que de ne pas lâcher tous leurs drones d'un coup. On a cru qu'ils voulaient nous épuiser, eh ben non. J'ai été idiote sur ce coup là.

Un sentiment salé roula sur la joue de la jeune fille. La vue de cette larme déchira le cœur de Waals le Fanfaron, Waals si fort pour donner l'impression que rien ne pouvait l'atteindre. Il était prêt à mourir, ce n'était pas un problème, mais devoir tuer Nim… la voir souffrir pour le tuer lui… Ça, il ne s'était pas attendu à ce que cela puisse être aussi douloureux.

Dehors, le jeune Bose avait donné l'alarme.

Une fraction de seconde étourdi par l'information, Wigner se reprit aussitôt pour réfléchir très vite à la tactique à adopter tout en tentant de contacter Waals et Nim, sans succès.

Après avoir demandé à ses troupes de se redéployer pour couvrir le vide qu'il laissait à gauche alors qu'il manquait déjà Led et Feyn, et continuer à contenir les drones qui menaçaient d'abattre Bose dangereusement seul, il filait dans une gerbe d'étincelle pour rallier la corvette ennemie. Heureusement, elle n'avait pas bougé. Deux Ultras captifs, il fallait agir vite, vite avant l'irréparable !

Perdu dans ses calculs, il avait à peine franchi la moitié du chemin qu'une voix impérieuse sonna dans ses tempes. Le général Maserf lui demandait de rejoindre le croiseur amiral avec deux de ses hommes.

Comme si c'était le moment ! Maserf n'avait donc rien vu du drame qui se jouait ?

Et c'est là que l'information tomba, brutale, crue, un nouveau coup d'assommoir :

— Ne discutez pas, Wigner ! Helior est attaquée sur son sol !

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu