DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 19

Écriture par Foenidis

Ces guerriers en armure qui participent à côté de Gokû et ses amis, d'où viennent-ils ? Quel est leur passé ?
Découvrez comment technologie et bravoure ont pu constituer le cocktail gagnant de l'atypique univers heloïte, dont le destin aurait plus d'une fois pu basculer du côté tragique.

12345678910111213141516171819202122232425
[Chapter Cover]

Une illumination de mauvais augure éclaira une grande partie de la voute céleste du côté de l'anneau solaire. Wigner et Fuller levèrent dans un même mouvement les yeux pour scruter à la fois le ciel et leurs systèmes avec des regards inquiets. Même Lidar, bien qu'encore méchamment sonné, tenta de lire sur son écran personnel ce qui pouvait bien se passer là-haut.

Bien vite, les informations transmises par le commandant du Tethor, le croiseur qui était intervenu, défilèrent sous forme de signaux lumineux sur les bandeaux immatériels des trois Ultras.

Le soulagement fut de courte durée. Par-delà les quelques nuages qui habillaient le bleu céleste, le grondement furieux et les éclairs de multiples explosions ne tardèrent pas à troubler à nouveau la quiétude heloïte. Wigner pensa préférable de réviser sa stratégie.

Fuller put déchiffrer les instructions silencieuses de son leader parmi les paramètres fournis par ses capteurs.

Sans un mot ni le moindre signe avant-coureur, le jeune Ultra décolla tout à coup à la verticale dans une gerbe d'étincelles. Le museau en l'air, surpris par la manœuvre, Raditz n'eut que le temps de se jeter de côté pour éviter la salve de traits laser lâchée par le capitaine heloïte.

Tout en s'élevant brusquement pour pousser son offensive, Wigner jura en son for intérieur. Cet envahisseur se révélait aussi rapide que ses deux congénères !

Raditz n'attendit pas pour contrer la charge de l'Ultra, les instructions de son prince avaient été claires. Sans se préoccuper davantage de Wigner, il le planta là pour se lancer à la poursuite de son jeune compagnon.

Kiwi n'en revenait toujours pas.

Il avait dû faire appel à toutes ses ressources pour esquiver l'offensive du renégat. Mais le pire n'était pas là, non. Le pire, c'était bel et bien que cette face de macaque semblait le manquer la plupart du temps de peu… tout exprès !

Quant à Vegeta, il évita en toute tranquillité le nouveau tir du favori de Freezer. Son plaisir n'avait pas de limites ! Il dominait bel et bien ce minable avec facilité… son pouvoir d'élite commençait enfin à révéler son véritable potentiel, et bientôt, il pourrait prendre la place qui lui revenait de droit. Divers symboles s'affichèrent tout à coup sur son scouter, la flèche directionnelle pointait en clignotant vers le bas. La récréation était terminée.

Il accéléra si vivement que Kiwi le perdit un instant de vue. Quand l'alien l'aperçut de nouveau, ce fut pour se manger une droite en pleine poire. Vegeta voulait en finir, certes, mais pas sans s'offrir l'agrément d'une petite correction maison, histoire de bien rabattre son caquet à ce merdaillon bouffi par l'orgueil des privilèges soutirés au tyran.

Si Kiwi tenta bien de riposter, il ne put en avoir que l'intention. Le seul contre qu'il put décocher balaya seulement la chevelure si particulière de son adversaire. Le coup suivant, reçu en plein estomac, le plia en deux et lui donna l'impression de cracher ses boyaux. Le goût du sang dans la bouche, les yeux exorbités par la douleur, il ne put esquisser le moindre geste tandis que le félon simiesque lui souriait de toutes ses dents, main étendue à plat en avant. Après une dernière injure, un éclat incandescent le frappa de plein fouet, puis…

Vegeta ne dédia qu'un très bref regard aux restes fumants de Kiwi dispersés par la détonation. Sans tarder, il plongea vers la colline où il avait laissé ses Saïyans seuls avec les Ultras.

Lidar avait quelque peu recouvré ses esprits, et fut assez surpris, aussitôt redressé, de heurter du regard l'impressionnante silhouette du gigantesque guerrier moustachu. Le barbare le toisait de sa haute taille avec un sourire on ne peut plus ironique. Bras croisés, il semblait attendre que son adversaire soit prêt à repartir à l'assaut. L'Ultra se demanda s'il n'avait pas rêvé quand il avait cru déclencher les lasers de son poing droit. Une fois debout, il s'aperçut qu'à l'évidence, non. Trois petits orifices ensanglantés poinçonnaient l'armure de l'envahisseur, juste sous son épaulière gauche. Il l'avait bel et bien touché ! Le gigantesque étranger n'avait pourtant pas l'air d'en être incommodé. Mais il est vrai que pour l'instant, il restait statique, sans doute ne bougeait-il pas pour cacher sa souffrance et continuer à crâner.

— Enfin prêt pour la deuxième manche, moustique ? J'ai failli attendre.

Le timbre du colosse était toujours aussi ferme, pétri d'arrogance.

— Tu es blessé, tu ferais mieux d'abandonner, grogna Lidar, la voix étranglée par la douleur – il avait encore l'impression de sentir la pression de l'énorme pogne sur son cou.

Les bras décroisés, le grand gaillard lécha les doigts de sa main droite avant de frotter les traces de sang sur son armure dans un grand éclat de rire.

— Tu veux parler de ça ? Ha ha ha ! Tu pensais vraiment qu'une piqûre de moustique pouvait arrêter un Saïyan ? Ho ho ho…

Puis, à la grande surprise de l'Ultra, il forma une boule d'énergie au creux de sa paume.

— À mon tour ! Arrête ça…

Nappa n'eut pas le temps de terminer sa phrase ni de lancer son attaque, une silhouette à la pose martiale venait de s'interposer entre lui et sa cible dans une envolée d'étincelles.

— Je vais continuer le match à sa place, si tu veux bien… je le déclare out, énonça en toute tranquillité Wigner.

— Je ne suis pas out ! grommela l'intéressé, bien décidé à faire payer l'humiliation subie.

Son bandeau visuel se matérialisa soudain avec le message suivant : « Ne discute pas ! Charge-toi de couvrir Fuller. »

Sa commande mentale activa aussitôt le propulseur de Lidar. L'ordre était net et précis, inutile de tenter de négocier. De la promptitude de chacun à obéir dépendait aussi l'efficacité du commando Ultra. Et puis Wigner avait raison, il n'avait pas encore recouvré tous ses moyens… son métabolisme à l'œuvre pour réparer les dégâts de la correction précédente lui pompait toujours pas mal de force. C'est donc à regret mais docile qu'il prit son vol tout en cherchant la signature énergétique de son camarade sur son écran.

L'état de Lidar n'était pas la seule raison de Wigner pour prendre sa place. Le commandement avait signalé des défaillances dans les boucliers des troupes et des croiseurs ; toutefois, ceux dont étaient dotés les Ultras étaient d'une tout autre nature. La version de bouclier dont ils étaient équipés, trop délicate à produire pour équiper l'armée en masse, et inadaptée pour couvrir un navire de guerre complet – car trop instable passé une certaine surface – constituait la crème de la crème en la matière, conçue pour contrer tous les armements connus. Les Ultras avaient une totale confiance en une technologie qui avait prouvé à maintes reprises son efficacité, mais une incertitude, aussi minime soit-elle dans une bataille, ce n'est jamais bon. Le leader des Ultras préférait tester lui-même les performances de son équipement de protection sur les curieuses formes d'énergie des envahisseurs, plutôt que d'exposer ses hommes à un risque non maîtrisé.

Bien campé sur ses jambes, prêt à réagir, Wigner essaya d'analyser le condensé incandescent que le géant gardait en main comme s'il s'était agi d'une simple balle, en vain. Si ses systèmes affichaient certains paramètres tels que la température de surface ou une partie des fluctuations de densité, ils se révélaient incapables de définir la véritable nature de l'étrange phénomène, et donc, son degré de dangerosité. Il fallait se rendre à l'évidence : ce type de thermodynamique leur échappait totalement. Magie ou pas ? Difficile à dire… mais comment qualifier cette capacité à voler sans le moindre appareillage et le pouvoir de manipuler ainsi de l'énergie pure à mains nues ?

Une grimace plissa le mufle du grand chauve.

— Hum… changer de joueur en cours de partie, c'est pas très réglo, souligna-t-il, un inquiétant reflet dans le regard.

— Tuer des civils désarmés non plus, répliqua Wigner tandis que clignotaient les diodes de ses inserts de tempes.

Un rictus cruel dessina une parodie de sourire sur la face moustachue.

— La loi du plus fort, c'est ainsi que marche le monde, s'amusa Nappa.

— De quel monde parles-tu ? tenta le leader des Ultras.

— Celui sur lequel je vais creuser ta tombe ! rugit le grand Saïyan, les yeux subitement illuminés de fureur, en projetant sa boule d'énergie qui venait de doubler de volume.

Wigner ne fut pas en reste. Il avait décrypté la gestuelle de son adversaire avant même qu'il n'ait prononcé son premier mot, et de son poing droit jaillirent coup sur coup, en même temps que le colosse lançait son attaque, deux blast-balls, un dixième de seconde avant qu'il ne se couvre de son bouclier réglé à densité maximale.

L'Ultra n'eut pas le loisir de vérifier l'effet de sa salve. Si une petite partie de l'énergie du tir du géant éclata comme un jet heurtant une vitre sur son bouclier, la grande majorité se fraya un chemin au travers du système de défense de l'Heloïte. Certes, l'attaque souffrit d'un effet de dispersion cinétique, mais insuffisant toutefois pour la neutraliser. Atteint de plein fouet par une onde de choc d'une intensité phénoménale, Wigner se trouva projeté plusieurs dizaines de mètres en arrière.

Les diodes qui témoignaient de l'activité des systèmes du leader heloïte s'éteignirent. Sonné, il lutta pour ne pas sombrer dans l'inconscience. Respirer était tout à coup douloureux, quelques côtes froissées, voire brisées, analysa-t-il. Son cerveau martelait sa boîte crânienne, ses oreilles hurlaient de souffrance et toute la partie de son corps qui avait été exposée à l'explosion le brûlait avec cruauté malgré la protection de son armure et de sa combinaison de tissu composite. Il sut que sans sa préparation et son équipement d'Ultra, il aurait été tué sur le coup. La douleur de sa reconstruction cellulaire vint s'ajouter à ses nombreux maux. Il s'était préparé à une éventuelle défaillance de son système de protection, mais pas à ce qu'une manifestation énergétique domestiquée à la manière d'un jouet au creux d'une main puisse se révéler d'une telle puissance. Sur les images des combats qu'il avait pu visionner pendant le voyage, les envahisseurs avaient fait usage de larges faisceaux pour causer les plus gros dégâts, ils avaient décidément plus d'un tour dans leur sac ! Faire l'effort d'enclencher son système de communication lui arracha un gémissement. Il tenta toutefois de maîtriser sa voix pour mettre en garde son équipe : ils ne pouvaient pas compter sur leur bouclier contre ce type d'adversaires !

Nappa se redressa avec une grimace. Il avait pu éviter la première boule explosive, mais pas la seconde. L'enfoiré en armure jaune avait su la jouer fine, pas étonnant qu'on lui ait confié le commandement de l'unité d'élite du cru ! Le Saïyan avait réagi dès la première attaque sans se douter qu'une autre pourrait suivre, c'est seulement après avoir plongé pour l'éviter qu'il s'était aperçu de la présence de la seconde. Le petit malin avait sans doute misé sur une esquive à droite en raison de la blessure de l'épaule gauche… bien vu ! De plus, ces petites billes n'avaient pas parues différentes de celles des troupes combattues auparavant, mais Nappa se dit qu'il s'en méfierait désormais.

Le fait d'avoir été méchamment chahuté par l'explosion de la blast-ball malgré le renforcement de son ki n'était pas son seul motif de contrariété. Pendant qu'il s'ébrouait pour évacuer les désagréables sensations cuisant son cuir égratigné, il s'aperçut en le voyant étendu, qu'il y était sans doute allé un peu fort avec le leader des Ultras. Vegeta allait lui en mettre une, c'était sûr.

Le verre de son scouter était fêlé désormais, mais une pression du doigt lui confirma qu'il fonctionnait toujours. Il leva les yeux. Là-haut, un sillage d'étincelles indiquait que "son" Ultra venait de faire demi-tour. Sans doute s'était-il aperçu de la défaite de son capitaine. Une forte détonation secoua l'atmosphère, d'après les indications de son scanner, Nappa sut que Vegeta venait de solder le compte de Kiwi et n'allait donc pas tarder à revenir. Mieux valait lui donner un motif de pardonner la bévue sur le bonhomme qu'il avait demandé d'épargner, après tout, ils savaient maintenant ce pourquoi ils avaient tant patienté.

Dans un jaillissement d'herbe et de terre, le géant s'arracha à la gravité du sol heloïte.

L'énorme envahisseur montait à sa rencontre, et Lidar dut stopper sa descente. Wigner ne répondait pas à ses appels, mais il lui sembla le voir bouger et ses systèmes étaient de nouveau actifs, il était donc vivant ! Soudain enragé de ne pouvoir lui porter secours, piqué par le feu du ressentiment, il se mit à bombarder le fautif d'une pluie de traits laser avant même que le crâneur n'ait pu ouvrir la bouche. La plaisanterie avait assez duré ! Mais le salopard était vif, son vol si rapide, ses crochets si agiles, qu'il s'avéra vite impossible de l'ajuster.

Nappa aurait pu jouer encore un moment à faire enrager le petit teigneux, mais il n'en avait pas le temps. Il accéléra tout à coup. Emporté par son coup de sang, l'Heloïte n'eut aucune chance de comprendre.

Une fraction de seconde plus tard, alors que résonnait dans les tempes de Lidar l'avertissement de Wigner concernant les boucliers, un impertinent « Coucou ! » lui fit lever les yeux pour porter son regard derrière lui. Mais déjà, un terrible coup porté de haut en bas poings joints l'expédiait à grande vitesse rejoindre les pommes des vergers.

Sonné, l'Ultra relevait à peine le nez qu'un colossal missile de muscles et d'os tombé du ciel lui percutait l'échine de plein fouet. Littéralement brisé, il n'eut même pas conscience de l'explosion qui le souleva aussitôt pour percher son corps désarticulé dans les branches d'un arbre aux fruits parfum chocolat.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk