DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 19

Écriture par Foenidis

Ces guerriers en armure qui participent à côté de Gokû et ses amis, d'où viennent-ils ? Quel est leur passé ?
Découvrez comment technologie et bravoure ont pu constituer le cocktail gagnant de l'atypique univers heloïte, dont le destin aurait plus d'une fois pu basculer du côté tragique.

12345678910111213141516171819202122232425
[Chapter Cover]

Wigner avait neutralisé le dernier barbare et un tir parti du Thetor venait d'atomiser la source lumineuse, l'invasion était stoppée, Helior sauvée, mais Waals n'avait pas le cœur à triompher. Oui, il avait pris un malin plaisir à abattre les assassins de ses camarades, mais maintenant que tout était fini, un malaise malsain lui tordait les entrailles et le gosier. Debout près de Nim à présent inconsciente, il balaya le paysage heloïte du regard. Une surface incroyable était maculée de mares plus ou moins vastes de sang épais… des hectolitres répandus en cataractes par les plaies béantes de la créature, du monstre. Waals songea au dernier regard échangé avec lui, un regard on ne peut plus humain, le même, sans doute que le sien. N'étaient-ils pas semblables, en fin de compte ? Sur l'herbe écarlate, quatre morceaux de corps gisaient. À sa mort, l'envahisseur avait retrouvé une stature humaine, malgré cela, Waals reconnaissait parfaitement l'inclinaison de ses découpes sur les tronçons mutilés. Deux coups avaient suffi, chacun avec un axe parfait pour symboliquement former un X, la croix de l'infamie, celle du condamné à mort, la croix qui sert à rayer quelque chose de la liste, à l'effacer de la surface de son écran. Plus loin, poissé de rouge, un énorme corps, recroquevillé comme Nim en position fœtale, émergeait de l'herbe souillée, tel un reproche d'origine divine. Donner la mort est facile, ce n'est rien, surtout dans le feu de l'action… c'est l'après qui s'avère pesant. Tous les champs de bataille paraissent sordides une fois l'excitation du combat retombée, et plus encore quand ils vous crachent à la figure la partie de vos erreurs qui aura conduit un de vos amis aux portes de la mort. Non, Waals n'avait pas le cœur à la fête.

Wigner serra à la fois les dents et la force de sa prise. Dommage, Radom n'aurait pas son prisonnier finalement. Si l'idée lui avait paru stupide au moment où il en avait reçu l'ordre, le capitaine des Ultras reconnaissait à présent qu'en apprendre un peu plus sur de telles créatures présentait un intérêt certain, primordial peut-être même… Il hésita.

Le bras tordu à la limite du supportable, la nuque raidie sous la pression, Vegeta sentit le poing du capitaine peser davantage sur sa tempe. Il ferma les yeux alors que sur la parcelle de peau exposée au tir fourmillait son angoisse… mais rien ne venait. L'Heloïte ne mettait pas sa menace à exécution. En avait-il jamais eu la réelle intention ou hésitait-il seulement ? Peu importe, tout sursis est bon à prendre ! Mais il fallait que cet imbécile le libère s'il voulait avoir l'opportunité d'en profiter !

— Lâche-moi ! On va se faire tuer, vous allez tous vous faire massacrer ! On est les seuls à pouvoir… Merde !

Des cris d'alarme résonnèrent soudain dans les implants de Wigner. Dans la précipitation, Radom et le général en chef Thib lui donnaient des ordres contradictoires tandis que les propulseurs du Thetor illuminaient le ciel. Pas le temps de tergiverser, il fallait prendre une décision.

— Que se passe-t-il ? se contenta-t-il de demander à Vegeta, après l'avoir relâché.

L'Ultra tenait toutefois toujours son poing prêt à faire feu tendu en direction de l'étranger debout à bout touchant en face de lui. Il venait aussi d'envoyer un message textuel à Waals pour le rappeler tandis que le barbare s'emballait :

— À quoi vous sert donc toute votre technologie ! Vous n'avez pas été fichus de renforcer votre surveillance spatiale après notre arrivée ? Un guerrier fonce sur vous et vous n'avez pas plus été foutus de le repérer que nous ! Il vient pour me tuer et faire ce que nous n'avons pas fait : vous massacrer jusqu'au dernier et annexer votre planète. On vous a mis une belle raclée, mais celui-là, même moi je ne pourrai rien seul contre lui, unissons nos forces ! C'est notre seule…

Une série d'éclairs à la lumière stroboscopique aveugla soudain l'atmosphère. Le temps que les deux hommes lèvent les yeux, une déflagration dantesque occultait l'immense silhouette du Thetor plus haut dans la stratosphère

— Ton bouclier ! VITE !

Dans un geste réflexe, Wigner tendit les bras pour former une bulle protectrice complète qui engloba aussi le barbare en même temps qu'il mettait Waals en garde. Vegeta, quant à lui, projeta une vague de ki pour doubler le bouclier de l'Heloïte qui, selon le Saïyan, avait prouvé n'être que d'une efficacité fort relative. Wigner ne pipa pas. Les lacunes des boucliers par rapport à certains types de radiations étaient connues, si jamais l'énergie des étrangers n'y était pas sensible, ce serait une piste à creuser pour améliorer ça. L'instant d'après, guerriers et protections disparurent dans un enfer si ardent que le diable lui-même aurait prié pour y survivre.

Le souffle incandescent passé, une pluie d'étincelles en cascade déferla sur la bulle de protection. Sous l'abri, Vegeta coupa son énergie tout en grimaçant, son cuir de Saïyan n'avait pas complètement résisté aux brûlures. Mais si lui souffrait, ce n'était sûrement rien en comparaison de l'Heloïte. La peau de l'Ultra, beaucoup plus fragile, était boursoufflée de cloques si nombreuses qu'un crapaud eut pu le prendre pour un membre de son espèce. Or, malgré l'insoutenable souffrance, il gardait sa position, maintenait le bouclier à bouts de bras. Leurs regards se croisèrent.

— Je ne peux pas lâcher, ce n'est pas fini, souffla Wigner.

Alors que Vegeta levait les yeux pour voir grossir une formidable pluie de débris, il l'entendit appeler un certain Waals. Il comprit qu'il s'agissait du dernier des hommes du capitaine, piégé lui aussi sous le cataclysme.

La voix de Waals dans les récepteurs de Wigner lui fit l'effet d'une brise bienfaisante. Il était en vie !

— Présent, chef de mon cœur… ça picote, mais je suis là, avait-il répondu d'une voix amoindrie.

— Tiens ta position, on te rejoint, précisa le leader Ultra à voix haute à dessein.

De la part de Waals, Wigner savait que quand « Ça picote », il y avait matière à s'inquiéter. Un coup d'œil à son bilan vital lui confirma ses craintes et pour couronner le tout, sa réserve d'énergie chutait anormalement. Préoccupé, Wigner sentit à peine le souffle secondaire secouer la bulle de protection. Beaucoup moins brûlant que le précédent, il échauffa juste l'air à l'intérieur du bouclier.

— Un partenariat, hein ? lança le capitaine Heloïte en reportant son attention sur son drôle de compagnon.

— Tu crois que je vais t'aider à porter secours au flabir qui a tué mes hommes ?

— Mourir chacun pour soi ou vivre ensemble, c'est ton marché, pas le mien. J'ai pris un gros risque en te faisant confiance, la loyauté est le prix à payer pour mériter cet honneur. Si la menace est aussi balaise que tu le dis, on ne la battra jamais si l'un de nous doute de l'autre. Tu as dit qu'il n'y avait qu'un seul guerrier, il est aussi fort que ça ?

— Plus fort que quelqu'un comme toi n'est capable de l'imaginer.

L'Heloïte coupa son bouclier et laissa aller ses bras pour reprendre son souffle. La brûlure de son processus de régénération ajoutée à celles de l'irradiation, ça faisait beaucoup. Il était décidément écrit qu'il était destiné à être cuit ce jour là ! En baissant sa garde de manière si totale, il savait être à la merci du barbare, si celui-ci avait bluffé, cette prise de risque lui coûterait cher, mais c'était aussi le seul moyen de savoir à quoi s'en tenir.

Silencieux, Vegeta serra tout à coup les dents en levant sa main droite déjà chargée en énergie. Dans un rugissement, il catapulta son bras vers le haut pour pulvériser le gros bloc d'acier prêt à percuter leur position.

— On y va ou on reste plantés là à discuter du temps qu'il fait ? lança-t-il, son plus beau rictus sarcastique en bannière.

Même si l'Heloïte pensait avoir pris la main, c'était bel et bien lui qui menait la danse ! Feindre le bon samaritain coûtait à Vegeta. Il n'avait pas besoin d'eux, mais risquer un tir croisé pendant le combat qui s'annonçait était trop risqué. Jouer le jeu le temps de régler le problème en approche était sa meilleure chance, il serait toujours bien temps d'apprendre à ces pauvres naïfs à respecter leur nouveau maître tel qu'il se doit ensuite.

La technologie spatiale heloïte retombait en grêle sur le paysage cher à ses concepteurs. De la taille d'un ongle ou lourds de plusieurs tonnes, les restes fumants du Thetor creusaient le sol de cratères de toutes tailles. Le dôme de protection généré par l'armure de Waals grésillait de façon continue sous l'avalanche et c'est avec soulagement que l'Ultra aperçut son capitaine. À son grand étonnement, il n'était pas seul pour se frayer un chemin au milieu du déluge mortel. Waals se demanda s'il ne commençait pas à délirer. Non seulement, le barbare survivant l'accompagnait, mais il pulvérisait les débris les plus gros au travers du bouclier que Wigner tenait au-dessus de leurs têtes ! Ils faisaient équipe ?!

Quelques instants plus tard, Wigner aidait Waals à se redresser sous la coupole protectrice générée par son armure, de taille beaucoup plus confortable que celle du blessé. Même couché contre le corps de Nim pour réduire son bouclier au maximum, le peu d'énergie qui restait à Waals ne lui aurait pas permis de tenir beaucoup plus longtemps.

— Putain, elle m'a pas loupé la peluche ! gémit Waals, en se tenant les côtes.

Vegeta dédia son plus éclatant sourire à l'Heloïte qui lui répondit par une grimace et un joli doigt d'honneur.

— Ça doit faire mal une coupure pareille, non ? observa ensuite l'Ultra sur un ton doucereux en désignant le bras blessé du barbare.

— Waals, ne commence pas, énonça Wigner avec calme.

L'intéressé s'abstint de souligner que ce n'était pas lui qui avait commencé, Wigner n'était pas du genre à se laisser prendre à ce jeu là. Il se tut donc, non sans regret.

Wigner passa à l'observation de l'équipement dorsal partiellement fondu de son Ultra. Puis il avisa l'état de son épiderme à vif alors que ses propres cloques étaient déjà en bonne voie de guérison. À l'évidence, l'énergie mystérieuse de l'étranger avait bien renforcé leur protection. Il posa un genou à terre pour se pencher sur Nim dont la peau était presque intacte, Waals l'avait protégée des radiations en faisant barrage de son corps. Le souffle de la jeune femme inconsciente était à peine perceptible. Son armure s'était reconstituée et son processus de régénération était sans doute venu à bout des hémorragies. Mais si les nanoparticules qu'on leur avait inoculées étaient remarquablement efficaces pour la régénérescence du système sanguin et des masses musculaires, leurs effets sur les autres organes étaient beaucoup plus limités. Wigner se redressa avec un soupir, sans assistance médicale, Nim ne survivrait pas. Le vacarme provoqué par le bombardement devint assourdissant et communiquer par l'intermédiaire de messages textes sur leurs visières aurait paru suspect au barbare. En appui sur le sol, le bouclier était solide et l'étranger avait cessé ses tirs. Sans doute s'économisait-il pour le combat à venir. Wigner se contenta donc de faire comme ses compagnons d'infortune et contempla le spectacle de l'équivalent des ruines d'une ville entière s'amonceler autour d'eux.

L'acier, le titane et le carbone finirent pas laisser place au calme apaisant d'une neige de cendres.

— Et maintenant ? demanda sobrement Wigner dans la bulle partiellement ensevelie.

— J'ai réduit ma trace énergétique au ridicule niveau des vôtres, cela devrait te laisser encore un peu de temps pour reprendre des forces, puisque, si j'ai bien compris, la petite nature a usé toutes ses piles et du coup, on ne peut pas compter dessus, cracha Vegeta, sur un ton plus méprisant qu'il n'aurait voulu laissé paraître.

Waals se redressa aussitôt.

— J'ai jamais eu besoin d'aucune pile pour foutre une raclée à un salopard, gronda-t-il.

— Waals.

Wigner attendit que son subordonné détourne les yeux du regard du barbare avant de continuer en étendant le bras pour désigner les alentours :

— Le responsable de cette merde ne fait pas partie de son équipe. D'après ses dires, c'est un autre envahisseur, qui serait plus fort encore.

Waals bouillait, mais parvint à se contenir, poings serrés. Si le commandement ou Wigner avaient choisi d'écouter ce monstre, il n'avait pas à la ramener, mais ça ne l'empêcherait pas de l'avoir à l'œil, cette ordure.

Son capitaine le connaissait bien, aussi lui laissa-t-il un peu de temps pour digérer l'information avant de poursuivre.

— On ne peut pas prendre de risques sans avoir évalué la menace. On vient de perdre un croiseur de première catégorie sur notre propre territoire, on n'a pas droit à l'erreur !

Il n'en dit pas plus, Waals n'avait rien d'un imbécile, le reste, il l'avait compris.

Le barbare s'agita soudain.

— Il faut sortir de ce trou et se séparer, il arrive sur nous, et pour information, il est au moins aussi rapide que moi !

— "Il" ? Un homme seul ? s'étonna Waals.

— Celui-là est bien suffisant, crois-moi, surtout pour des minables de votre espèce. Vous pouvez me remercier d'être là pour vous en débarrasser ! persifla le Saïyan.

— Oh, c'est le grand méchant qui est venu pleurer de l'aide qui dit ça… souligna Waals torse bombé, malgré ce qu'il lui en coûtait.

— Ce n'est pas le moment ! conclut sèchement le leader des Ultras en levant sa main libre face à lui pour imposer le retour au calme.

Un coup d'œil suffit à Wigner pour se faire comprendre de son homme, Waals acquiesça en silence.

D'un geste, le capitaine heloïte agrandit brusquement le diamètre de son bouclier pour repousser l'amoncellement, histoire que Nim ne soit menacée par aucun éboulement, puis il coupa le dispositif de protection. À peine Vegeta et lui avaient-ils pris leur envol qu'une voix tomba du ciel avant d'éclater de rire.

— C'était bien joué, mon cher Vegeta. Une telle chute de force de combat sans raison est impossible. Je suppose donc que tu as trouvé un moyen d'en dissimuler une partie. Mais comme tous les couards, tu n'es pas très malin, tu aurais dû éviter de rester dans le même périmètre que celui de ta pathétique tentative de dissimulation ! La fierté des Saïyans, quelle foutaise !

Dans la lumière de fin d'après-midi revenue, un grand guerrier à la peau d'un bleu tendre vêtu d'une armure semblable à celle du commando de barbares flottait, cape au vent et bras croisés, dans les airs. La délicatesse de son visage orné d'or et de perles que plus d'une jolie femme aurait pu lui envier et les longs cils de ses yeux en amande contrastaient avec la virilité de son allure.

— Mazette, le beau morceau ! siffla Waals.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk