DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 19

Écriture par Foenidis

Ces guerriers en armure qui participent à côté de Gokû et ses amis, d'où viennent-ils ? Quel est leur passé ?
Découvrez comment technologie et bravoure ont pu constituer le cocktail gagnant de l'atypique univers heloïte, dont le destin aurait plus d'une fois pu basculer du côté tragique.

12345678910111213141516171819202122232425
[Chapter Cover]

Alors qu'il se préparait à reprendre son poste à la gauche du jeune Fuller, Wigner remarqua l'étrange statu quo qui contaminait le centre du champ de bataille de Bragg à Lidar. Son regard glissa jusqu'à l'épicentre du phénomène et il reconnut sans peine l'impressionnante silhouette du grand Dirac aux prises avec un gigantesque, un monstrueux Kollok. Il faut dire que si sa stature le distinguait parmi les Heloïtes, Dirac faisait à peu près la maille auprès des guerriers kolloks. Voir sa massive silhouette ainsi dominée fit un drôle d'effet à Wigner.

Il évalua la situation du côté de Fuller. Le bleu se défendait bien et contrôlait la situation sur un large périmètre… mais à sa gauche, le front Kollok appuyé de blindés, qui ne rencontraient plus d'opposition, avait progressé et menaçait de s'abattre sur le flanc non protégé de l'armée heloïte, fort peu couvert par ce qui restait de celle des Dardanites repliée en arrière garde.

Le leader des Ultras esquiva de peu le brûlant faisceau craché par un tank ennemi. Tandis que Feyn filait corriger l'indélicat, Wigner se morigéna lui-même. Il le répétait pourtant assez souvent : « Restez concentrés ! »

Dans une gerbe d'étincelles, il prit soudain de l'altitude, histoire de voir comment se débrouillait l'aile droite de l'offensive ultra sans trop tenter le feu ennemi.

Led et Lidar étaient eux aussi figés par le combat au centre de l'arène improvisée. Au-delà, Bose, Nim et Waals semblaient batailler avec efficacité sur la ligne qui leur avait été confiée.

La consigne est toujours d'éviter les communications non vitales en plein combat, mais dans de telles circonstances, il ne risquait rien à contacter les guerriers momentanément immobilisés. Dirac s'étant visiblement rapproché de Led, c'est ce dernier que Wigner choisit pour essayer d'en savoir plus, sans omettre de lui préciser de faire rapide. L'extrémité du flanc gauche n'allait pas souffrir son absence beaucoup plus longtemps.

Le vieux briscard lui rendit compte de façon concise et efficace.

« La blessure de Led. Voilà donc la raison qui a poussé Dirac à s'exposer pour accepter un duel désarmé au cœur de la mêlée, » analysa-t-il.

Après un dernier conseil et un mot d'encouragement pour la reprise du combat qui s'avèrerait délicate pour les quatre Heloïtes privés de dynamique au milieu de la horde – et plus encore pour Dirac – Wigner poussa à fond son propulseur à photons pour se ruer à l'assaut du débordement kollok sur l'extrême gauche du front.

La voix de son leader rasséréna quelque peu Dirac.

Les pognes du monstrueux Kollok le mettaient à la torture. Ses bras, ses épaules, ses dorsaux ; jusqu'aux cuisses ! tous les muscles du champion heloïte criaient merci… et il commençait à douter. Or, le doute, dans ce genre de confrontation, c'est synonyme de défaite !

Pas question de donner un tel plaisir au bestiau à pennons écarlates !

Sans compter que sa capitulation aurait vite fait d'exciter la foule de spectateurs déjà chaud-bouillants pour leur favori. À terre, probablement affaibli par le monstre qui ne manquerait certainement pas de pousser son avantage, la petite seconde nécessaire à la reconstruction de son équipement de combat pourrait s'avérer fatale au plus imposant des Ultras.

Dirac réfléchit à toute allure pour trouver un moyen de reprendre le dessus de façon honorable. Se sortir de ce duel avec un méchant coup fourré mettrait immanquablement le feu aux poudres. Il fallait que ces mal embouchés de Kolloks pensent sa supériorité légitime pour qu'il ait une chance de ne pas se faire massacrer avant d'avoir pu reprendre le combat.

Il choisit dans un premier temps de plier. Son adversaire fut surpris de le voir poser brusquement le genou droit à terre. Une véritable ovation rugit de la masse du clan kollok pour saluer ce qui ressemblait fort à un aveu de soumission de la part du combattant heloïte.

Bragg et Led se raidirent ostensiblement ; Lidar, trop loin pour espérer pouvoir faire quoi que ce soit pour son camarade, fronça le museau. Tous savaient Dirac mal barré s'il était battu.

Une rumeur parcourut soudain l'armée brune dans le dos des Ultras.

L'armée heloïte n'avait, elle, pas marqué d'arrêt… et la bataille rattrapait la partie des spectateurs Kolloks les plus proches de la ligne défaite par les troupes en bleu.

Dirac sut qu'il lui fallait conclure rapidement.

Malgré la souffrance, malgré la virulence du feu intérieur qui embrasait chacun des vaisseaux, chacune des fibres de ses muscles poussés à leurs ultimes limites, il se permit d'accrocher un sourire un brin canaille à sa face congestionnée par l'effort.

La perplexité soudain lisible dans le regard carnassier de son adversaire lui donna du cœur à l'ouvrage tandis qu'il faisait mine de céder encore un peu de terrain en ramenant doucement ses bras tremblants de peine à lui. Le contraste entre signes de défaite et sourire de la part de l'Heloïte devait créer une sacrée confusion dans la logique simpliste du monstre. Supplément jouissif au joli tour que Dirac s'apprêtait à jouer au gigantesque Kollok.

Le colosse ultra commença par déplacer le nœud de mains vers la gauche, pour le recentrer. Puis il marqua un temps d'arrêt. Le temps de souffler, de mobiliser tout ce qui lui restait d'énergie, de force… de rage guerrière.

Il recula soudain légèrement tout en se ramassant sur lui-même, et, profitant autant de l'effet de surprise que du déséquilibre du Kollok, la tête rentrée dans les épaules, il se jeta d'un seul coup en avant tout en lâchant le bras de fer de sa main gauche. Dans un rugissement libératoire, il laissa exploser toute la brutalité de sa puissance pour tordre les bras à présent en porte-à-faux de son adversaire tandis que sa main libre empoignait fermement sa ceinture. Sa manœuvre l'ayant placé dans une position idéale sous le centre de gravité du grand guerrier, dans un seul mouvement, une formidable poussée, il se déplia enfin pour arracher de terre l'énorme carcasse du Kollok réduit à l'impuissance. Dirac crut un instant, un instant seulement, que ses bras ankylosés par une lutte trop longue ne parviendraient pas à hisser l'incroyable masse au-dessus de sa tête. Il lui fallut l'extraordinaire coup de fouet d'un dernier sursaut d'orgueil, d'une farouche envie de vivre, pour finalement réussir l'exploit de brandir triomphalement à bout de bras le corps raidi par la colère de s'être laissé avoir de son challenger kollok. Peu importaient les tremblements, les veines gonflées à tout rompre, son visage empourpré et la sueur qui coulait à ruisseaux au travers de sa combinaison… l'exploit était là, et fut salué à sa juste valeur par les bruyantes exclamations d'un public partagé entre admiration pour le champion et déception de la défaite de son favori.

Le tour d'honneur que s'offrit Dirac à ce moment là malgré l'incroyable difficulté de tenir cette nouvelle épreuve de force n'était pas seulement dédié à son instant de gloire. Ce faisant, il eut tout le loisir de juger de la position de ses compatriotes, autant que de jauger sa propre situation. Même s'il s'était rendu compte de l'intérêt des Kolloks pour son combat pendant l'affrontement, il n'en fut pas moins étonné par l'étendue de l'arène improvisée. Bien sûr, il savait Led impliqué, puisque c'était essentiellement pour lui assurer un répit le plus sûr possible qu'il avait renoncé à sa tenue de combat… mais voir Bragg et Lidar eux aussi figés dans le statuquo le fit sourciller. Ce n'étaient donc pas deux Ultras qui allaient devoir faire fissa pour s'arracher à ce merdier, mais quatre ! Sans compter que sur cette partie du front, les blindés kolloks libres de manœuvrer en toute sécurité n'avaient sûrement pas perdu leur temps pour remonter de l'arrière. Ce n'était pas le moment de se reposer sur ses lauriers !

Au moment où le géant heloïte lançait la reconstruction de son équipement de combat, une ombre titanesque couvrit tout à coup une grande partie du champ de bataille.

Pas le temps de chercher à comprendre !

D'un coup de reins, Dirac se délesta du tas de viande perché au-dessus de ses cheveux auburn. Un instant tenté de le transpercer avant de s'en débarrasser, il se ravisa au dernier instant, se disant que le guerrier avait bien mérité ce petit sursis. Ce n'était pas si souvent qu'un adversaire extérieur aux Ultras lui donnait tant de fil à retordre.

Le temps d'échanger un dernier regard avec le colosse en train de se relever parmi ses pairs et le cri d'alarme de Wigner résonna au travers des implants soudés aux tempes de Dirac.

Aiguillonnés par les ordres de leur leader, les Ultras furent les plus prompts à réagir.

Bragg, Dirac et Bose décollèrent aussitôt à la verticale dans une triple gerbe d'étincelle pour monter à l'assaut de la nuée de drones soudain crachés par le vaisseau inconnu stationné à peine une centaine de mètres au-dessus du champ de bataille.

Au milieu d'une giboulée de traits de lumière meurtriers, Led et Lidar se débattaient au cœur de la mêlée, appuyés par le soutien aérien de Nim, Feyn et Fuller expédiés en appui pour venir à bout du nœud gordien créé par le combat improvisé de Dirac.

Les trois Ultras partis à la chasse aux drones avaient aussi fort à faire !

Tous s'étaient trompés en pensant devoir protéger la troupe de ces petits appareils dangereusement rapides. Les engins semblaient en fait programmés pour donner en priorité la chasse aux Ultras, et leurs tirs de laser n'avaient rien d'une plaisanterie.

Les trois Heloïtes adoptèrent assez rapidement une tactique efficace consistant à se croiser et se recroiser mutuellement pour abattre les boules de métal accrochées aux basques de ses petits camarades.

Après une offensive féroce, Wigner reprit un peu d'altitude pour évaluer la nouvelle situation. Les drones ne faisaient pas partie de l'arsenal habituel des Kolloks, d'où sortaient ceux là ?

Un éclat de lumière lui fit lever les yeux.

Tout là-haut, sous les nuées jaunâtres du ciel dardanite, un des croiseurs heloïtes venait de matérialiser un canon.

Par convention, les grands bâtiments n'attaquaient jamais les troupes au sol – on était autorisé à s'étriper hardi donc, mais de façon civilisée. Par le passé, les guerres spatiales avaient fait trop de dégâts, les nations s'étaient rendues compte que la seule issue à l'emploi d'une telle artillerie en dehors des combats aériens conduisait inéluctablement à terme au génocide des deux peuples engagés. Personne ne souhaitant remporter une guerre au nom de planètes mortes, un accord informel avait fini par être adopté. Bien sûr, Helior possédait un atout maître avec le niveau de technologie guerrière le plus avancé de la galaxie, un des rares capable de rayer une planète du cosmos, mais le Conseil des Sages tenait à conserver l'éthique qui avait toujours été la sienne. Helior ne bougerait pas de son principe premier : toujours agir en tant que défenseur… autant de ses intérêts ou de ceux de ses alliés, que d'un certain sens moral. Cette ligne lui permettait de jouer un rôle de tout premier rang en s'imposant comme juge de paix. Helior n'abusait pas de sa force, mais quiconque le ferait, s'exposait à goûter aux charmes d'une annihilation totale. De quoi exciter bien des rancœurs, en plus des convoitises que pouvait susciter sa formidable richesse scientifique en bien des domaines.

En revanche, contre un vaisseau ennemi de taille suffisante, l'attaque du croiseur était tout à fait régulière. Raison pour laquelle d'ailleurs, Galasir avait pris soin d'éloigner sa flotte de Dardan avant l'arrivée des renforts heloïtes.

L'entrée dans la danse du gigantesque bâtiment commandé par le général Maserf ne passa pas inaperçue. Tout comme Wigner, un certain nombre de combattants avaient levé le nez pour suivre la trajectoire de sa puissante attaque, à peine visible depuis le sol. Une clameur martiale s'éleva même des rangs orange et bleu, célébrant par avance la chute de l'énorme vaisseau ennemi sur la houle brune couverte par son impressionnante silhouette.

Une fraction de seconde avant d'atteindre sa cible, le large faisceau se désagrégea dans un grésillement assourdissant.

— "Un champ de force ! Ces enfoirés ont un champ de force suffisamment costaud pour stopper un ultra-waver de classe V !" ne put s'empêcher de s'exclamer à voix haute le leader des Ultras.

Des drones de combat, une corvette dernier cri, qui avait bien pu fournir de tels équipements de pointe au sinistre Galasir ?

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk