DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 19

Écriture par Foenidis

Ces guerriers en armure qui participent à côté de Gokû et ses amis, d'où viennent-ils ? Quel est leur passé ?
Découvrez comment technologie et bravoure ont pu constituer le cocktail gagnant de l'atypique univers heloïte, dont le destin aurait plus d'une fois pu basculer du côté tragique.

123456789101112131415161718192021222324
[Chapter Cover]

Quelques mois plus tard, trois immenses vaisseaux de guerre filaient dans l'espace.

À bord de l'un de ces croiseurs, une dizaine de guerriers bavardaient calmement.

Dirac, un colosse qui dépassait d'une bonne tête tous ses compagnons, semblait s'impatienter tandis qu'il serra les poings juste le temps qu'un complément en forme d'armure de couleur mate s'auto-construise en un instant sur sa tenue de combat… puis disparaisse aussi vite qu'il était venu, faisant clignoter à chaque fois de petites lumières sur les étranges implants d'apparence métallique insérés sur ses tempes.

— Une bonne guerre ! Ça commençait à manquer ! rugit presque le colosse.

Nim, une jeune femme brune à l'allure sportive tempéra ses ardeurs :

— Tu exagères, une guerre, c'est jamais drôle.

— Oui mais bon… les démonstrations old school, excuse-moi, ça va bien cinq minutes. grommela Dirac.

Waals, le seul qui ait agrémenté sa tenue d'un foulard bariolé sur la cuisse, sauta de la console sur laquelle il était assis pour s'exprimer avec des airs maniérés :

— Oui… et puis il va y avoir de la chair fraîche, du viril, du musclé…

Lidar se leva d'un bond de son fauteuil pour le toiser en grondant :

— Je te préviens que je n'ai pas l'intention de te supporter. Alors tes allusions, tu te les gardes si tu veux pas que j'arrange ta petite gueule de mignon avant qu'on débarque !

Nim essaya de calmer le bouillant petit guerrier :

— Laisse tomber, tu sais bien qu'il le fait exprès.

Après un dernier grognement d'intimidation, Lidar fit demi-tour.

Il n'avait pas tourné les talons que Waals le relançait sur un ton chantant :

— Tu sais que j'aime ça les petits teigneux ma poule…

Hors de lui, Lidar se retourna brusquement poing en avant. Son coup fut aussitôt bloqué par le grand Dirac. Waals, qui n'avait même pas frémi, le nargua d'un grand sourire narquois pendant que son garde du corps improvisé tempérait à son tour son interlocuteur :

— Garde ça pour les Kolloks et ne joue pas son jeu. Tu sais comment il est, alors fais comme si tu ne l'entendais pas.

Lidar partit bouder dans son coin après avoir rageusement arraché son poing de la main gigantesque qui l'avait bloqué.

Feyn… une très jolie jeune femme rousse dont la tenue de combat mettait avantageusement les courbes ravageuses en valeur vint se pendre à l'épaule de Waals.

— Waals, mon chou, un beau mec comme toi, c'est quand même du gâchis…

Elle posa son index sur le front de l'homme pour le faire descendre langoureusement jusqu'à son menton après avoir souligné lentement les reliefs de son nez et de ses lèvres en continuant à parler sur un ton lascif :

— Tu sais que je t'initie au vrai plaisir quand tu veux, où tu veux…

Bragg, affalé dans un des fauteuils qui flottaient grâce à un système anti gravité, les pieds reposants sur le dossier d'un autre siège, feignait de dormir jusqu'à maintenant. Il ricana sans prendre la peine de se redresser, ni d'ouvrir les yeux :

— Tu perds ton temps Feyn, c'est pas un vrai mec… tu sais qu'il a rien dans le pantalon. Moi par contre, hé hé…

En un instant, le facétieux Waals fut juste derrière le plaisantin pour lui caresser une joue en l'effleurant du bout des doigts.

— Je te prouve le contraire quand tu veux mon grand, lui susurra-t-il d'une voix doucereuse, son visage collé sur l'autre côté de celui de l'indolent guerrier.

Tout flegme oublié, Bragg se leva d'un bond en hurlant :

— Me touche pas !

Ses compagnons pouffaient de rire tandis qu'il s'essuyait les joues avec force.

— Ça va hein… je voudrais vous y voir…

Et toi, t'avise pas de recommencer ! menaça-t-il ensuite le coupable de l'index avec une voix qui se voulait sans appel.

Led, renfrogné dans son coin grommela :

— Des vrais gamins, ça va être gai de se battre avec ça !

Waals se dirigea vers lui pour le narguer à son tour en faisant dandiner son arrière train sous le nez de Bragg qui détourna aussitôt la tête pour ignorer l'impudent.

— Dis donc Led, la dernière fois, tu as bien été content de les trouver, les gamins comme tu dis, pour te permettre de conserver ton gros derrière !

La voix de Wigner, stoïque jusqu'à maintenant, claqua sur un ton ne laissant aucune place à la réplique :

— Ça suffit maintenant, Waals !

Waals se redressa pour scruter le regard sans complaisance de son supérieur. Il se renfrogna pour se laisser tomber avec nonchalance dans un fauteuil, qui descendit puis remonta mollement sous l'impulsion de son poids, et grommela une dernière fois :

— Tous des pisse-froid, aucun sens de l'humour.

Un sas sembla surgir de nulle part dans la cloison et un général marqua une pause avant de faire quelques pas dans la grande pièce. Un instant silencieux, et tandis que la cloison se refermait sans bruit, il prit son temps pour détailler les hommes et les femmes présents, reportant à plusieurs reprises son regard sur l'écran immatériel qui flottait sans attache devant sa poitrine.

À son arrivée, tous s'étaient levés et redressés en position de garde-à-vous, dans l'attente évidente d'entendre ce qu'il avait à leur dire.

L'officier remarqua que pour une fois, ni la pièce, ni aucun d'entre eux ne portait les marques d'une éventuelle bagarre. Son regard se reporta sur Waals qui lui rendit un petit sourire en coin, semblant deviner le fond de sa pensée. Était-il possible que cet incorrigible fouteur de merde ait fini par se calmer ?

Il scruta ensuite la silhouette impassible de Wigner. Le choisir pour leader avait été un bon choix. Malgré son jeune âge, il avait les compétences, la maturité et l'autorité qu'il fallait pour canaliser ces fortes têtes. C'était après tout leur force de caractère qui leur avait permis d'atteindre le niveau requis pour rejoindre cette unité d'élite et maîtriser l'armement de pointe qui leur était confié.

L'officier sembla prendre une grande inspiration avant de commencer pendant que l'écran immatériel se désagrégea sans qu'il n'ait semblé actionner la moindre commande.

— Comme vous le savez, les Kolloks tentent une nouvelle offensive sur le sol Dardanite ! Nous pensions que la dernière déculottée qu'on leur a mis les avait calmé pour un bon moment… nous nous sommes visiblement trompés. Galasir a même décidé de frapper fort car les Dardanites nous ont décrit une invasion de grande ampleur et ils auront sans doute déjà subi de lourdes pertes à notre arrivée…

Lidar intervint en grommelant :

— Ça ne serait pas arrivé si on nous avait laissé régler le problème à la racine !

Le Général lui répondit avec calme mais fermeté :

— Il est hors de question de transformer l'armée Heloïte en force d'invasion, Lidar ! Nous sommes et resterons une force de défense et de dissuasion !

Il se renfrogna, prenant un ton plus sourd :

— Mais il est vrai que le problème Galasir commence à devenir sérieux. Dardan n'a pas de réel intérêt pour lui, nous savons que la plupart de ses manœuvres n'ont qu'un but : arriver à s'emparer à la fois d'Helior et des secrets de notre technologie…

— Justement… priver Helior de la totalité de ses Ultras n'est peut-être pas l'idée du siècle, se permit d'observer Wigner.

L'officier agrémenta sa réponse d'un petit sourire satisfait.

— Le Conseil des Sages ne t'a pas attendu pour y penser, c'est pour cela que la Garde n'est pas du voyage. De plus, nous avons expédié des micro-caméras autonomes dont les images nous ont confirmé que la quasi-totalité des transports Kolloks avaient été mobilisées pour investir Dardan. Ce qu'il en reste sur leur planète d'origine n'est pas de nature à pouvoir nous inquiéter, et au pire, on vous rapatrie en urgence.

L'officier sembla se décontracter un peu, il arpentait à présent la pièce d'un pas lent, mesuré.

— Je pense que Galasir essaie d'établir une tête de pont sur le sol Dardanite, qui est à mi chemin entre Kollok et Helior, pour préparer une attaque massive sur notre sol. Ses gros transporteurs sont lents et gourmands en carburant et nous savons que la technologie de sa flotte spatiale manque de ressources en stockage de l'énergie…

Il se redressa :

— Donc Messieurs… et Dames pardon… les ordres sont clairs ! Pour cette fois nous n'allons pas nous contenter de repousser les troupes de Galasir…

Il brandit un poing martial :

— Vous nous réduisez ces fumiers en miettes pour définitivement leur passer l'envie de se frotter à l'armée heloïte !

Un collégial "hourra" guerrier salua la dernière phrase de l'officier… qui tempéra l'ardeur de l'unité Ultra d'une main tendue à plat :

— Je n'ai pas fini… Vous débarquerez en avant-garde et le reste des unités vous suivra pour s'engouffrer dans les brèches que vous aurez ouvertes dans les lignes ennemies. Vous faites le plus de dégâts possible…

— On pourrait se les faire à nous seuls ! commenta Dirac avec un sourire bon enfant.

L'officier reprit en marquant d'un mouvement de sourcil sa contrariété, il leva l'index pour souligner l'importance de son propos :

— Ce serait une grosse erreur ! J'ai parlé d'une invasion de grande ampleur et soyez sûrs qu'ils vous attendent ! Faites le plus de dégât possible pour faciliter l'avancée des troupes et surtout… surtout ! veillez bien à ce qu'aucun de vous ne tombe aux mains de l'ennemi, quel qu'en soit le prix !

Wigner confirma d'une voix grave tandis que le regard de chacun de ses camarades s'assombrit brusquement :

— Inutile de nous le rappeler, chacun de nous est conscient de ses responsabilités et saura prendre la décision qui s'impose.

L'officier eut un petit sourire un peu gêné.

— Je vous le rappelais pour la forme, vous êtes l'élite de nos combattants et vous avez toute ma confiance.

Il laissa passer un petit silence avant de continuer en comptant les couches de cirage sur ses bottes.

— Je sais que cette précaution peut paraître cruelle alors qu'il serait bien improbable que les Kolloks puissent arriver à décrypter les secrets d'une science bien trop complexe pour eux…

Il se redressa avec un regard plein de gravité :

— Mais je vous laisse imaginer les implications d'une manipulation de type Ultra sur leurs guerriers qui sont déjà de vrais monstres.

— Merci pour nous ! s'esclaffa Bragg.

Humour ou pas, le général ne releva pas.

— Il me reste à ajouter que des mouvements de véhicules spatiaux inconnus nous ont été signalés dans le secteur de Kollok. Galasir est prêt à tout pour parvenir à ses fins, et il n'est pas impossible qu'il puisse se chercher de nouveaux alliés.

Le sas invisible s'ouvrit à nouveau, un membre de l'équipage du vaisseau claqua des talons devant l'officier supérieur.

— Arrivée sur zone dans moins d'une demi-heure, Mon Général.

Le haut gradé acquiesça avant de se retourner une dernière fois vers les combattants.

— Bien ! Je crois vous avoir tout dit… Helior compte une fois de plus sur vous pour anéantir la menace et ramener la paix, tout comme nos alliés Dardanites… Ultras !

Tous se redressent à l'énoncé du nom de leur unité tandis que l'officier leur dédia un salut militaire :

— Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter bonne chance !

Le sas se referma sur la pièce rendue à ses occupants.

Dans un petit bruit caractéristique, les éléments de l'armure de Wigner se construisirent à une vitesse fulgurante en partant des multiples points de départ de sa tenue de combat.

Il prit la parole pendant que les uniformes de tous ses compagnons changeaient aussi d'apparence :

— Le front semblant de grande ampleur. Le mieux va être de nous répartir sur toute sa largeur pour créer le plus d'ouvertures possible au reste de la troupe. Nous serons quasiment seuls en première ligne et nous ne pourrons donc compter que sur un autre Ultra pour un éventuel soutien.

— Précaution inutile, ces nazes n'ont aucune chance… gronda Dirac.

— N'en sois pas si sûr. C'est pas par hasard qu'ils ont failli avoir Led la dernière fois ! grommela Bragg.

Wigner confirma avec un air grave :

— C'est justement pour ça que j'insiste sur ce point. Comme Bragg et le général Maserf, je suis persuadé qu'ils rêvent de s'emparer de l'un de nous pour essayer de percer les secrets de notre supériorité.

— Ils vont pouvoir aller se rhabiller les primitifs ! C'est en la prenant dans la tronche qu'ils vont pouvoir l'étudier notre technologie ! ricana Waals.

Lidar jubila aussi en brandissant un poing :

— Pour une fois qu'on nous donne l'ordre de faire le plus de dégâts possible, on va pas s'en priver. Va y avoir du hachis de Kollok un peu partout !

— Comme tu dis ma poule, on va pouvoir se défouler… allongea Waals, avant de minauder en direction de Lidar. Et tu peux compter sur moi pour veiller sur ton joli petit cul ! compléta-t-il avec enthousiasme.

Une clameur générale retentit aussitôt :

— WAALS !!

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk