DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 19

Écriture par Foenidis

Ces guerriers en armure qui participent à côté de Gokû et ses amis, d'où viennent-ils ? Quel est leur passé ?
Découvrez comment technologie et bravoure ont pu constituer le cocktail gagnant de l'atypique univers heloïte, dont le destin aurait plus d'une fois pu basculer du côté tragique.

1234567891011121314151617181920212223242526
[Chapter Cover]

Quand il aperçut la silhouette de Nim fondre dans sa direction, Nappa sentit le wasabi lui monter au nez. Ce boulet de Raditz s'était encore une fois laissé avoir, il fallait toujours qu'il s'arrange pour lui gâcher son plaisir, ce chiffon à poussière ! Complet, il était déjà à la traîne, alors maintenant… Tant qu'ils n'étaient plus que trois, ça valait le coup de faire un effort pour maintenir le peu d'effectifs, mais à présent, deux vaudrait mieux que deux moins la moitié d'un !

Plantant sans plus de façon son sac de frappe là, le colosse s'élança dans les airs d'un coup de talon rageur qui bouscula le terrain jusque sous les pieds de Waals.

Furieux ! et le mot était faible. Le sang de Raditz n'avait fait qu'un tour quand il avait pris conscience de la supercherie fomentée par la punaise à moteur. Les dents grinçantes sous l'étau de ses mâchoires, le Saïyan qui filait plus vite qu'il ne l'avait jamais fait, semait dans son sillage les myriades de gouttes piégées dans sa formidable chevelure. Beaucoup plus bas dans un ciel déjà plus clair, la pisseuse filait droit sur Nappa. Pourquoi ! Mais pourquoi ces salopards s'évertuaient-ils à l'humilier ?! Du sang ! Il lui fallait du sang !

Les yeux sur les informations de sa visière, Nim en aurait ri si l'heure n'avait pas été aussi grave. Un petit sourire lui frisait néanmoins les fossettes. Ça avait été tellement drôle de balader ce guerrier sanguinaire aussi facilement. « Une naïveté d'enfant dans un corps d'homme, ça s'appelle de la bêtise ! » pensa-t-elle en se surprenant elle-même d'associer pareil barbare à l'innocence incarnée. Elle n'allait pas le trouver touchant, tout de même ! Comme si c'était le moment… Se battre contre des monstres tels que les Kolloks était plus simple, eux au moins ne lui inspiraient-ils pas d'idées saugrenues.

Sans perdre de vue ses objectifs, elle s'amusait du moment où, dissimulée par la pluie et un banc de nuages rabattu par le déluge, elle avait eu l'idée de tirer trois salves de deux blast-balls. Mais pas n'importe quelles blast-balls, non. Six minuscules munitions parmi les moins explosives qu'elle ait jamais tenté de générer. Prenant soin d'avoir un bon angle, elle avait regardé ses billes fendre l'air par trains de deux. Le plus long avait été de calculer la vitesse de chacune pour les envoyer avec l'écart adéquat afin que celles tirées en second, plus rapides, percutent à la bonne distance leur binôme parti en premier. Elle avait eu de la chance en mettant son plan à exécution avant que l'explosion de Wigner stoppe les bourrasques. L'intensité de la tempête avait contribué autant à rendre les projectiles lumineux invisibles qu'à étouffer le léger sifflement de leur progression dans l'air. Et puis, assourdi par la gigantesque explosion, son adversaire n'aurait peut-être pas pu les entendre, mais tout avait été parfait. L'imbécile n'y avait vu que du feu quand les discrètes billes l'avaient dépassé. C'est seulement quand les trois pops provoqués par la triple collision avaient retenti plus haut derrière lui qu'il s'était retourné avec une vivacité de fauve prêt à bondir, avant de foncer se perdre au diable vauvert. Une chance que la charge de son capitaine n'ait pas précédé l'explosion de ses miniatures. Parce qu'une fois la pluie disparue, répéter l'opération se serait révélé délicat. Le succès tient parfois à si peu… c'est ce qui fait tout le charme d'un beau combat !

Le petit air mutin de Nim s'effaça. Elle avait largué "Nunuche", mais la bataille n'était pas gagnée, et le morceau qui se ruait à sa rencontre n'avait pas l'air d'un plaisantin.

Garder en vie ou ne pas épargner ? Tuer vite ou se délecter d'une agonie à petit feu ? Encore sous le coup de sa montée en puissance et de la formidable attaque explosive, Vegeta avait du mal à retrouver une pensée posée. La fureur qui fourmillait dans ses veines, le voile de violence qui brouillait sa conscience prenaient le pas sur son sens tactique. Prêt à se déchaîner, il retint toutefois in extremis la bride de ses instincts les plus brutaux. Un petit détail sur son adversaire venait d'attirer son attention. Il lui fallut un petit instant pour laisser une pensée plus réfléchie se frayer un chemin dans son esprit chauffé au rouge et identifier ce qui avait pu suspendre son besoin d'action. Les petits signes lumineux devant les yeux de l'Heloïte ! Oui, c'était ça. Qu'est-ce qui pouvait bien retenir ainsi l'attention du leader heloïte ? Son adversaire avait prouvé être un homme de sang froid doublé d'un bon tacticien, pas le genre à se laisser distraire par une futilité. Pour l'instant, la situation était sous contrôle, mais de nouveaux renforts ennemis pourraient tout remettre en question.

Dans un bref sifflement provoqué par le vide brutalement laissé parmi les molécules d'air, le chef des barbares jaillit soudain de sa position si vite que Wigner, non sans dépit, n'aperçut pendant un instant de lui qu'une silhouette brouillée. Comment un être vivant pouvait-il se montrer aussi rapide sans le soutien de la moindre technologie ? L'instant d'avant, le capitaine avait cru son adversaire prêt à lui sauter à la gorge et tout de suite après, le barbare avait semblé distrait. L'occasion était trop belle ! Son Épée de Dieu avait frappé à la vitesse de l'éclair, mais pas encore assez vite à l'évidence. Loupé à si peu de distance ! Insensé ! Or ce laser utilisé en coup d'estoc était ce qu'il avait de plus véloce à opposer à cet insaisissable personnage. L'ultra-waver, l'arme la plus radicale à sa disposition, souffrait d'un manque de vitesse de frappe évident pour contrer une telle vivacité, quant aux blast-balls, elles avaient prouvé leur inutilité contre ce drôle d'étranger. Incroyable ! Face à un individu dépourvu de tout armement, lui, Wigner, fleuron de l'élite heloïte, ne pouvait compter que sur une erreur de son adversaire pour l'abattre ! Mais la question n'était pas tant comment y parvenir, que de savoir s'il réussirait à survivre suffisamment longtemps à ce duel pour bénéficier du renfort de Waals. Sans plus personne pour l'arrêter, qui sait de quels désastres serait capable ce fou furieux armé de si prodigieux pouvoirs.

Vegeta venait d'avoir chaud aux fesses ! Atteindre le niveau de concentration nécessaire pour déchiffrer les intentions de l'Ultra avait imposé un nouvel effort au prince, tout comme reprendre la main sur l'aspect le plus sauvage de sa personnalité, mais l'erreur n'était pas permise. Fort heureusement, sa détermination commençait à payer et il affinait petit à petit sa perception des énergies vitales. Il parvenait à percevoir un frémissement dans celle du capitaine heloïte quand celui-ci s'apprêtait à tirer, petit signal confirmé par la variation dans le clignotement des petites lumières sur les tempes de l'Ultra qui confirmaient à chaque fois son intuition. Un bon moyen d'améliorer cette découverte faite après avoir longuement réfléchi au moyen qui avait permis au frère de Raditz ou à l'autre guerrier terrien de le retrouver sans aucun dispositif à leur disposition.

Nappa jubilait. Les peuples qui comptent de véritables guerrières dans leurs rangs ne sont pas nombreux, or, la brindille qu'il venait de cueillir d'un direct dans l'estomac en était bien une. Elle n'avait pas eu une seconde d'hésitation, pas frémi sous sa charge, elle était passée direct à l'offensive. Un peu trop directe d'ailleurs, car il n'avait eu aucun mal à esquiver ses attaques sans même devoir ralentir, sans doute n'avait-elle pas escompté qu'il soit plus rapide que ce bon a rien de Raditz. Il aurait pu la tuer tout de suite, mais la tentation de jouer un peu avec une telle femelle était trop forte. Et résistante avec ça !

Aussi vexée que meurtrie, Nim se redressait en faisant mine de ne pas avoir été atteinte. Putain ! Ce sale enfoiré cognait encore plus dur que Dirac ! Heureusement qu'elle avait eu le réflexe de modifier instantanément le réglage de son correcteur de pesanteur, ce qui lui avait permis d'offrir un peu moins de résistance à l'impact tout en étant projetée à bonne distance de la brute, à l'évidence encore plus forte et plus rapide que l'autre.

Et voilà ! Nappa allait encore tuer son objectif à sa place et en profiter pour lui en mettre plein les dents devant leur prince ! Raditz fulminait sans avoir d'autre choix que de se rendre à l'évidence. Seul moyen de minimiser l'humiliation : dézinguer l'adversaire de Nappa. Où était-il celui-là, d'ailleurs ?

— On me cherche ?

Raditz eut à peine le temps de pivoter au son de la voix dans son dos, qu'un magistral coup de pied le percutait en pleine tête.

Waals aurait pu profiter du moment de distraction du barbare pour l'éliminer, mais Nim méritait sa victoire sur lui. Elle savait à quel point il tenait à tuer l'autre, il y avait peu de chance qu'elle le fasse à sa place, autant lui laisser celui-là. Et puis il avait besoin de se défouler… cogner physiquement sur un salopard quand on est en pétard, ça fait toujours du bien ! Tandis que le chevelu se redressait, un filet de sang à la commissure des lèvres, l'Heloïte ne manqua pas de le chambrer. Personne n'est supérieur à un Ultra, personne !

— Oh ! Je t'ai caressé un peu fort, tu saignes, pardon ma jolie !

Le coup avait suffisamment porté pour éclater l'intérieur de la joue sur ses dents, Raditz n'en revenait pas à la fois d'avoir été touché à ce point et de s'être encore laissé avoir ! Et l'autre qui se foutait de lui par-dessus le marché ! Comment se faisait-il que Nappa n'ait pas encore buté un tel abruti ?!

L'inconnu l'avait quitté des yeux pour détacher le foulard à sa cuisse, quelle erreur ! Alors que Raditz propulsait une bonne dose d'énergie dans sa main droite, il se figea. Que… ? Hein ?

Waals venait de prendre son air le plus charmeur en papillonnant des cils non sans observer les réactions du barbare. Oh, la belle tête d'ahuri que voilà ! Tandis que son propulseur le rapprochait doucement de lui, l'envahisseur recula, sur la défensive et l'énergie apparue dans sa main s'éteignit doucement.

— N'aie pas peur mon chou, minauda Waals, je ne te ferai aucun mal, promis !

Stupéfait par le surréalisme de la scène, Raditz regarda l'Heloïte venir à lui avec un désarmant sourire enjôleur. Arrivé tout près, l'autre, son regard vert planté dans le sien, commençait à essuyer le sang sur son menton avec une délicatesse indigne d'un homme. Le sang du Saïyan ne fit qu'un tour et il heurta l'intérieur du bras de la pédale de son poing avec tant de force, que cette parodie de guerrier en laissa choir le morceau de tissu à l'effigie du drapeau heloïte.

— Oh ! s'offusqua Waals avec une voix exagérée de fausset. Ça c'est pas gentil, c'est ma môman qui l'avait tricoté avec ses petits doigts tout gercés par l'âge.

Son crochet du gauche appuya ses derniers mots et trouva sans difficulté le foie de l'étranger dans son corps relâché, juste avant que son autre poing double la mise sur la joue déjà endolorie.

Hors de lui, Raditz hurla une insulte tout en laissant son énergie fuser de ses paumes. Il ne fallut qu'une fraction de seconde à Waals pour poser ses deux mains sur le torse du Saïyan et se propulser en arrière non sans augmenter légèrement son correcteur de pesanteur. Au lieu d'atomiser la tête de l'Ultra, les deux boules d'énergie ajoutèrent leur force explosive l'une à l'autre en s'entrechoquant. Étourdi par sa propre attaque, Raditz vit soudain trente six chandelles. Un rire railleur parvint à déchirer l'assourdissement qui étouffait ses sens.

Malgré sa résistance, Nim doutait de pouvoir tenir encore longtemps. L'incroyable vélocité de l'armoire à glace et sa puissance lui permettaient de s'offrir un véritable tabassage en règle sans qu'elle ne parvienne à répliquer de manière un tant soit peu dangereuse pour lui. Il aurait fallu qu'elle le distance pour véritablement pouvoir passer à l'offensive, mais il ne lui laissait aucun répit. À l'orientation de ses coups, elle devinait qu'il souhaitait la mettre à terre. Mais une fois au sol, il aurait encore plus d'appui et donc de force ; les systèmes de Lidar et de Waals avaient rendu compte de l'état dans lequel il les avait mis dans la même situation, aussi l'Ultra luttait-elle pour garder une certaine altitude. Et dire que Lidar l'avait blessé et qu'il saignait toujours ! L'épaule transpercée de part en part, il n'était pas plus gêné que s'il s'était agi d'une simple égratignure, un véritable monstre.

Nim n'était pas la seule à qui la vitesse de son adversaire posait des problèmes. Wigner savait que s'il était encore en vie, c'est parce que le chef des barbares le voulait bien. La rapidité de l'envahisseur, sa capacité à changer brutalement de direction sans accuser la moindre inertie, lui donnaient un avantage décisif, et sans bouclier capable de stopper ses attaques… Mais à quoi jouait-il, exactement ?

Vegeta avait finalement décidé de ne pas tuer le leader Ultra. Ces allumés du gadget n'avaient aucun dispositif de communication externe et même sous la torture, il avait été impossible de faire cracher à quiconque la position du poste de commandement des huiles de la planète. Sans doute était-elle secrète. Pour négocier avec les autorités supérieures, il lui faudrait passer par un intermédiaire, or, Galasir lui avait assuré qu'Helior tenait comme à la prunelle de ses yeux à ses Ultras. De quoi être entendu avec la vie de ce précieux pion entre ses mains, un pion équipé pour communiquer directement avec qui de droit qui plus est : l'intermédiaire idéal ! Bien entendu, il aurait pu le capturer depuis longtemps, mais Galasir l'avait mis en garde, ces soldats d'élite ne se laissaient jamais prendre vivants. Il était trop tard pour parlementer avec lui, ses sacrées capacités d'auto-guérison écartaient la possibilité de le neutraliser sans risquer de le tuer, le Saïyan avait donc entrepris de harceler le militaire pour l'amener à vider ses réserves d'énergie. Une fois désarmé, il serait complètement inoffensif, même envers sa propre personne. La tactique semblait porter ses fruits, le capitaine heloïte paraissait économiser ses répliques dorénavant. Par contre, que foutaient donc les deux imbéciles avec les autres Ultras ? Ses ordres avaient pourtant été clairs !

Une onde étrange perturba soudain la perception des auras du prince des Saïyans.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu