DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 19

Écriture par Foenidis

Ces guerriers en armure qui participent à côté de Gokû et ses amis, d'où viennent-ils ? Quel est leur passé ?
Découvrez comment technologie et bravoure ont pu constituer le cocktail gagnant de l'atypique univers heloïte, dont le destin aurait plus d'une fois pu basculer du côté tragique.

123456789101112131415161718192021222324
[Chapter Cover]

Planté en plein ciel bras croisés comme s’il assistait à un simple entraînement, Vegeta observait le manège des deux Heloïtes. Au vu de la situation, de leur niveau et de leur armement, il n’y avait pas trente six tactiques possibles, mais celle-ci était bien pensée et pourrait s’avérer redoutable. C’est donc avec une certaine confiance qu’il fixait le maelstrom explosif entretenu par Wigner, rejoint par Waals qui tira très vite ses lames de lumière. La question était de savoir si le tranchant heloïte serait capable de passer sans dommage au travers de l’enfer incandescent pour atteindre Zabon bloqué en son centre. Mais les deux Ultras semblaient savoir ce qu’ils faisaient, ce n’était à l’évidence pas des bleus, ils devaient parfaitement connaître les capacités de leur équipement… en tout cas confronté à un environnement connu, gloussa intérieurement le Saïyan en repensant aux lacunes de leurs boucliers contre sa propre énergie. Mais pour le moment, c’était de l’explosif du cru que Waals s’apprêtait à transpercer pour débiter le grand natté en lardons frits, il ne devrait donc pas y avoir de lézard, même si Vegeta ne pouvait s’empêcher de regretter de n’avoir pas pu procéder en personne à la mise à mort de l’arriviste. Une lueur de jubilation brilla tout à coup dans l’œil du Saïyan : tout bien réfléchi, qu’est-ce qui l’en empêchait ?

Le visage illuminé par l’exaltation guerrière, Waals temporisa un instant le moment d’abattre la chose piégée par son capitaine. Une belle mise à mort, ça se savoure ! Le moment magique où l’excitation du combat atteint son apogée, le point d’orgue de toute la somme d’efforts et de tactiques déployés depuis l’engagement, surtout face à un redoutable adversaire… un sentiment de triomphe, de toute puissance aussi éphémère qu’inégalable, une jouissance qui s’éteint si rapidement quand vient le temps du retour des sentiments humains, qu’il convient de ne pas la gâcher.

« Pour Helior » songea-t-il le regard assombri par la haine au moment de lever les bras pour appliquer la sentence.

La surprise fut telle que Wigner suspendit un bref instant son pilonnage. Mais pourquoi une pareille folie !? Si près du but !

Waals non plus ne comprit pas ce qui lui arrivait, tout ce qu’il savait, c’est qu’à la place de son écran et de sa cible, trente six chandelles faisaient soudain la bringue devant ses yeux.

À peine cette punaise d’Ultra éjectée d’une bonne manchette maison, Vegeta tendit deux mains pétillantes d’énergie en direction du nuage explosif qui entourait sa cible principale. Du coin de l’œil, il ne manqua toutefois pas de surveiller le leader heloïte, mais l’imbécile le regardait avec l’expression d’une poule qui vient de trouver un couteau, aucun danger à craindre de ce côté-là. Ses avant-bras fourmillèrent de vigueur et dans ses paumes le pouvoir affluait ; avec un cri libératoire, il balança la sauce, le cœur empli par un formidable sentiment de toute puissance.

Le flux d’énergie pure se rua sur la nébuleuse incandescente, mais à peine la masse fut-elle pénétrée que le rictus sauvage accroché sur la figure réjouie du Saïyan se délita.

Impossible !

Et pourtant… au sein même des entrailles de l’enfer, son jet meurtrier semblait s’être heurté à un mur.

Wigner grimaça en laissant échapper un juron. Il avait un instant pensé que Vegeta savait que les lames des Épées de Dieu seraient inefficaces contre leur adversaire et qu’il avait donc choisi quelque chose de plus efficace. Mais c’était bien son impressionnant jet de plasma qui venait de se faire contrer… pire que bloqué puisqu’à présent, une sphère crépitante parcourue d’éclairs fugaces remontait le courant vers l’envoyeur, marqueur visible de la contre-attaque du monstre. Ce truc était-il donc invulnérable pour disposer d’encore tant de force après le déluge de blast-balls qu’il venait de manger !? Un œil sur sa jauge d’énergie, le capitaine heloïte cravacha Waals de la voix tout en reprenant ses tirs avec des munitions plus corsées que jamais… à eux trois, ils allaient bien venir à bout de cette créature infernale !

Zabon ne se rappelait pas avoir eu aussi chaud de toute sa vie. Certes, la projection de ki déployée autour de lui le protégeait du caractère destructeur des explosions heloïtes, mais ça chauffait tout de même dur là-dessous. Le manque d’air commençait aussi à entamer la joyeuse perspective de sortir triomphant et frais comme un gardon de l’attaque sans doute la plus puissante de ce peuple de vantards. Et voilà que pendant qu’il avait les mains prises pour régler son compte à ce maudit singe, son scouter se mettait à sonner avec frénésie sur deux autres azimuts.

— Bande de larves ! Vous allez comprendre votre douleur ! vociféra-t-il tout bas, un filet de bave pendu au coin de la gueule.

Revenu à l’assaut, Waals fulminait. Le groondas aux cheveux taillés en forme de flamme ne perdait rien pour attendre ! Il balaya toutefois la perspective des nombreuses réjouissances qui lui venaient à l’esprit pour se concentrer sur le combat en cours. La saveur de la revanche n’en serait que meilleure, se consola-t-il.

Le chuintement familier produit par l’apparition de ses armes favorites lui murmura de douces perspectives à l’oreille. Au-delà de la cible principale, bras tendus et grimace d’effort non maîtrisée sur la trogne, le nabot en armure souffrait visiblement pour contenir la boule d’énergie qui remontait son propre flux offensif. Une simple commande mentale, et ses Épées de Dieu pourraient si facilement faire d’une pierre deux coups, songea l’Ultra au sang chaud.

« WAALS ! »

Le rappel à l’ordre audio de son capitaine coupa court à son fantasme… il y avait de quoi se demander si ce diable de Wigner n’avait pas le pouvoir de lire dans les pensées ! Bon sujet à développer, s’amusa intérieurement Waals, mais plus tard, l’heure était venue de servir les amuse-gueule !

L’éblouissante lumière de ses lames s’abattit dans un double sifflement sur la boule de bouillons incandescents.

Zabon savait que sans réaction de sa part, son temps était compté. Même s’il ne les voyait pas physiquement et que leur incapacité à générer une énergie digne de ce nom l’empêchait de savoir ce que tramaient exactement ces deux crevettes autochtones via son scouter, il devinait qu’ils n’étaient pas là pour compter les points. Malgré tout, la variation de la force de combat de l’un d’eux, aussi insignifiante qu’elle fut, indiquait sans nul doute l’imminence d’un mauvais coup. Impossible pourtant de lâcher sa contre-attaque sur Vegeta, c’est qu’il ne faisait pas semblant de résister, le pet de babouin !

Une idée subite porta un éclairage nouveau aux perspectives en cours… « Plus qu’une solution, de quoi les mettre tous d’accord », ricana intérieurement le monstrueux guerrier.

« Pas encore !! » entendirent les trois assaillants depuis les tréfonds explosifs juste au moment où un tir concentré érafla les côtes de Waals.

« Shifloots ! » grogna Wigner, Waals n’avait pas eu le temps d’atteindre sa cible et c’était lui qui venait d’être touché malgré une manœuvre d’esquive d’une vélocité peu commune !

De l’autre côté, un sourire cruel accompagné d’un cri de satisfaction remplaça la grimace douloureuse sur le visage de Vegeta alors que le nœud énergétique entre Zabon et lui venait soudain de changer de consistance et de direction pour foncer à grande vitesse vers l’alien à peau bleue.

Mais l’embellie ne dura pas. La perspective de victoire fluctuait à nouveau avec cette maudite concentration d'énergie pure qui semblait n’en faire qu’à sa tête et ne pas vouloir atteindre sa cible. Le répit n’avait duré qu’un bref instant, le tout petit laps de temps nécessaire au bras droit de Freezer pour lâcher une main et décocher son attaque sur l’Heloïte. Pari au risque calculé pour un guerrier aussi puissant et aussi rapide que lui.

Wigner pesta à voix haute. Sa réserve d’énergie avait déjà bien morflé, il ne pourrait plus tenir le monstre en respect bien longtemps. Touché, Waals avait dévissé de plusieurs centaines de mètres. Il savait qu’une blessure aussi légère ne l’arrêterait pas, bien au contraire ! Mais l’instinct du capitaine Ultra lui criait que chaque seconde perdue mettait davantage en péril le succès de leur manœuvre. La créature ne subissait apparemment aucun dommage malgré le déluge de blast-balls, son marqueur thermique avait à peine augmenté d’après les capteurs des scanners intra-crâniens de l’Ultra. Ce Zabon tenait toujours tête à l’incroyable débauche d’énergie de l’étranger et venait de prouver qu’il était toujours aussi dangereux. Un nouveau cri fit encore monter d’un cran son niveau d’inquiétude. Le point de rencontre entre les énergies des deux aliens devenait de plus en plus lumineux, il fallait à présent plisser les yeux pour soutenir son éclat et leur allié improvisé semblait paniquer.

— Waals ! Bordel ! s’exclama Wigner d’une voix où pointaient l’impatience aiguillonnée par un début de sentiment de panique.

Face à la masse éblouissante que constituait à présent la boule énergétique qui marquait la rencontre de son attaque avec celle de Zabon, Vegeta ferma les paupières aussi fort qu’il le pouvait pour échapper au pouvoir des rayons blutz. Groondas de Zabon ! Non seulement ce fayot à peau bleue maîtrisait une technique propre à l’élite saïyanne, mais il réussissait en plus l’exploit de l’injecter dans le jet entretenu pour le duel en cours ! Ce salopard avait assisté des centaines de fois à la transformation des Saïyans, il savait très bien qu’une grande partie de leur énergie est mobilisée pendant le processus de croissance, un instant durant lequel, plus vraiment humain, pas encore oozaru, les guerriers sont incapables de maintenir un duel du genre de celui en cours. Et si le Saïyan gardait les yeux clos, impossible de suivre les variations de trajectoire du flux… dans un cas comme dans l’autre, la garde de Vegeta céderait, foutu ! Putain de serpillière à natte !

Vegeta n’entendait toutefois pas encore s’avouer vaincu, « Tant qu’il reste une once d’énergie dans les veines d’un Saïyan », il peut battre son adversaire ! se rasséréna-t-il. La grande gueule Heloïte s’était laissé avoir, mais Zabon l’avait-il tué ?

Non ! Énergie vitale presque intacte, le voilà qui remontait à l’assaut. Tant pis, le tout pour le tout !

Vegeta ouvrit tout à coup grand les yeux pour virtuellement défier son ennemi. À peine son regard croisa-t-il l’éblouissante lumière interposée entre eux deux qu’il sentit les battements de son cœur cogner dans sa poitrine à lui en briser les côtes. Une souffrance familière, presque rassurante tant elle était gage de victoire en temps normal, se propagea dans chacune de ses cellules et tout son corps sembla se déchirer en même temps qu’il sentait son énergie s’épanouir dans un élan étourdissant. Enivré par l’afflux de puissance, emporté par le caractère bestial de sa forme en devenir, Vegeta lutta pour garder le contrôle. Oui, avec sa nouvelle force de combat, sous sa forme oozaru, Zabon était largement à sa pogne… à condition de ne pas lui laisser l’opportunité de réagir. La taille des oozarus est un atout dans la plupart des cas, sauf face à un adversaire doté d’une puissance de feu suffisante pour les abattre d’un seul tir… et Zabon était de ceux-là. Vegeta devait donc agir avant que la transformation l’oblige à lâcher le duel. Plus grosse, la cible serait plus facile à atteindre pour l’imbécile qui s'était laissé avoir, Vegeta avait déjà goûté au tranchant des lasers heloïtes, il n’avait pas envie de faire les frais d’une trajectoire mal maîtrisée, d’autant que cette fois, le sabreur était blessé.

« Waals, ramène ton cul par ici ! » beugla-t-il à pleins poumons, la voix déjà déformée par les premiers effets de sa métamorphose.

Pas plus Waals que Wigner ne comprenait la manœuvre du monstre, ni ce que pouvait vouloir l’étranger en pleine mutation. Au vu de sa réaction, ce n’était pas lui qui avait mis en branle sa transformation, étrange créature, décidément. Waals interpella d’un coup de menton son supérieur.

— Vas-y ! lui cria ce dernier.

Sur le point de rejoindre la créature en pleine métamorphose, l’Ultra se rendit bien compte que les bras de Vegeta tremblaient, son jet d’énergie était en train de fléchir. Il se dit que leur adversaire nourrissait pour l’instant davantage son rayon en intensité lumineuse qu’en flux offensif, mais que cela allait sans nul doute très vite changer. Ce que lui hurla alors la bête en plein développement le laissa un instant interdit… l’appui de la voix de Wigner au travers de ses implants lui remirent aussitôt les idées en place, et propulseur à photons lancé à pleine vitesse, il obéit à la curieuse demande de l'envahisseur nommé Vegeta. D'un coup d’un seul malgré la douleur qui déchirait ses obliques, il trancha l’horrible queue poilue de la hideuse bestiole déjà presque deux fois plus grande que lui.

Un rugissement bestial transperça les cieux de la civilisation heloïte et le monstrueux processus s’inversa. L’énorme créature quittait sa forme grotesque pour reprendre une apparence humaine. L’étranger semblait avoir souffert mille martyres et soufflait comme un soufflet de forge, mais une rage encore animale enflammait son regard. Bien vite, son flux énergétique sembla retrouver une vigueur nouvelle.

« Grouille ! » ordonna à nouveau Wigner dans le crâne de Waals. L’Ultra se hâta de se retourner vers leur cible commune pour prendre le relais de son capitaine. Aussitôt les blast-balls de Waals mises à feu, Wigner tira à son tour ses épées de Dieu.

Tout à coup aveuglée par un flash d’une incroyable intensité, l’atmosphère heloïte sembla se déchirer sur une nouvelle dimension, un monde momentanément aveugle et sourd. Une déflagration d’une intensité inouïe balaya maelstrom explosif et combattants comme poussière chahutée par le souffle furieux d’un taureau.

Bien qu’étourdi par la perte de la partie la plus visible de sa nature saïyanne, Vegeta fut le premier à commencer à reprendre ses esprits… juste à temps pour voir une bête immonde, corps fumant et écume sur les crocs, s’abattre sur lui. Deux coups assenés successivement à une vitesse formidable en pleine face rallumèrent les étoiles devant ses yeux. Il eut à peine le temps de redresser la tête que déjà une rafale de tirs condensés l’atteignait de plein fouet. Impossible d’éviter, de contrer, de résister… L’armure, la peau, les muscles du Saïyans éclatèrent en maints endroits tandis que le sol jonché de débris montait à sa rencontre à une allure folle.

Soudain enfoui dans un enchevêtrement de cendres, d’acier et de carbone, il goûta quelques instants aux bienfaits d’un calme inattendu, avant de sentir sa cheville gauche presque broyée par une poigne à la force herculéenne.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk