DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 19

Écriture par Foenidis

Ces guerriers en armure qui participent à côté de Gokû et ses amis, d'où viennent-ils ? Quel est leur passé ?
Découvrez comment technologie et bravoure ont pu constituer le cocktail gagnant de l'atypique univers heloïte, dont le destin aurait plus d'une fois pu basculer du côté tragique.

12345678910111213141516171819202122232425
[Chapter Cover]

Vegeta n'en finissait plus de hurler… de crier à la face des cieux l'exaltation que rage et énergie mêlées agitaient en lui. Au travers de l'ivresse qui le submergeait, il était vaguement conscient de la tempête déchaînée par les vannes béantes de son pouvoir et priait pour que cet instant de grâce l'habite à jamais. Il sentait confusément ses veines pulser sous un afflux de puissance jamais atteint, c'était si bon, il devenait si grand, il lui en fallait encore ! Quitte à en crever ! Mais quelle mort que d'expirer dans pareil brasier, au sommet d'une telle jouissance !

Wigner avait reculé face à la folie furieuse de l'alien. À l'abri de son bouclier, il luttait contre les sentiments déclenchés par l'orage électrique qui tourbillonnait autour de son adversaire. Comme tout Heloïte, il était fils de la technologie, son univers était scientifique, logique et rationnel, rien ne l'avait préparé à affronter pareil phénomène. Face à l'inexplicable, ses instincts premiers reprenaient le dessus, une voix tordait ses entrailles pour lui crier « Fuis ! », quand sa raison de militaire lui ordonnait de faire face et combattre pour sa survie et celle des siens.

Pluie battante et sang dilué brouillaient la vue de Nim. Sous le déluge, il devenait difficile de lire les informations de sa visière immatérielle, il lui fallait pourtant localiser au plus vite les envahisseurs, sa vie en dépendait. L'eau froide n'altérait pas la fureur de la jeune femme échauffée par le combat. La victoire venait de lui échapper de si peu ! Telle une lionne en chasse, elle avait maintenant soif de meurtre.

Le cœur de Raditz battait à tout rompre. Putain, que ça avait été chaud ! Cette ridicule garce et ses gadgets avaient bien failli l'avoir ! Sans l'explosion de son scouter emporté par la manifestation divine du pouvoir princier, il était battu, défait, abattu, tué pour de bon. Il voyait presque la moustache moqueuse de Nappa se trémousser pendant son rapport auprès de Vegeta : « Je lui avais pourtant dit de se méfier de la gonzesse ! » Cette sauterelle ne perdait rien pour attendre, elle allait dérouiller ! Mais il devait d'abord la trouver. La tempête faisait rage et il fallait dorénavant se démerder sans détecteur. Vite, vite, vite ! Elle avait couiné au moment de l'explosion du scouter et s'était enfuie au lieu de poursuivre sur son avantage. Vu sa position, elle avait dû prendre des éclats en pleine figure… ça serait bête de ne pas en profiter avant que son pouvoir de guérison ne lui permette de se reprendre !

Recroquevillé sur ses genoux et ses avant-bras, tête basse, Waals reprenait son souffle. Le tas de viande n'y était pas allé de main morte et la vapeur qui montait du corps de l'Heloïte témoignait de l'activité de son organisme modifié pour réparer les dégâts. Mais si Waals demeurait ainsi face contre terre, c'était aussi pour consulter les données de ses capteurs sans être gêné par l'averse. La tempête subite, l'expression béate du colosse au regard tourné vers les cieux, son rire gargantuesque après l'explosion de son dispositif externe… tout ça était des plus inquiétant.

Dans le poste central du Thetor, les rétines du commandant Mox auraient fumé si elles avaient pu, tant il fixait avec insistance les écrans géants qui l'entourait pour tenter de voir au travers des masses noires de nuages régulièrement illuminées par une très anormale activité électrique qui affolait les capteurs. Autour de lui, on aurait pu croire que l'ensemble du vaisseau retenait son souffle, l'équipage était aussi silencieux que pour un éloge funèbre. Tous figés dans l'attente, aussi angoissés que leur commandant par le drame qui pouvait se jouer à l'abri de l'œil inquisiteur des systèmes de haute technologie. Des voix éclatèrent soudain au travers de l'implant intra-auriculaire de Mox. Une commande mentale lui suffit pour changer les vues d'un certain nombre d'écrans tandis qu'il contactait le centre de commandement pour prendre ses ordres. Sans attendre, il déclencha toutefois la sirène de branle-bas de combat. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, l'intérieur du grand vaisseau passa de l'apparente quiétude d'une ville assoupie, à l'agitation fiévreuse d'une fourmilière bousculée par un gigantesque pied.

Waals se releva avec une lenteur calculée. Dos au danger, il ne pouvait se fier qu'aux indications de son écran, or, hormis la position du barbare, ses transducteurs ne lui indiquaient pas grand-chose concernant son adversaire. Sourds à l'étrange énergie des envahisseurs, impossible de compter sur eux pour anticiper une éventuelle attaque. Wigner venait de l'appeler à la rescousse, il lui fallait donc trouver un moyen rapide de se débarrasser du gros débile à moustaches. L'ennui c'est qu'il allait devoir le tuer rapidement, ce n'était pas ce qu'il avait prévu pour l'assassin de Lidar. Tant pis, les ordres avant tout.

Privé des avertissements familiers de son scouter, Nappa surveillait du coin de l'œil son Heloïte tout en scrutant les nues, aussi ne manqua-t-il pas de remarquer que le gus était de nouveau sur pied. Il s'était levé lentement certes, mais avec les gestes fluides d'un guerrier en pleine possession de ses moyens. La force de l'habitude dirigea la pupille gauche du géant vers son écran disparu. Nappa pesta, pas moyen de savoir à quel niveau l'autre était remonté… même s'il n'y avait pas beaucoup à retrouver, ricana-t-il en son for intérieur. Qu'importe ! Le Saïyan avait suffisamment d'expérience pour être certain d'avoir proprement défoncé la cage thoracique de son adversaire ; en dehors peut-être d'un autre Saïyan, n'importe qui serait resté à terre, mort sur le coup même pour beaucoup. La technologie qui avait amené Vegeta à trahir le seigneur Freezer en valait vraiment la peine ! Loin de charger encore une fois bille en tête, le rageux se tenait à présent immobile sous la pluie battante. Sans doute méditait-il sur sa pitoyable infériorité et le meilleur moyen de prendre la fuite, aussi Nappa se prépara-t-il à couper l'élan de la lopette.

Les tourbillons électriques autour de l'alien avaient disparu aussi vite qu'ils étaient venus. Le barbare semblait abasourdi par ce qui venait de lui arriver ; hagard, il fixait les paumes de ses mains comme s'il ne les avait jamais vues. Wigner saisit sa chance. Son bouclier réduit pour ne couvrir que son poing et son poignet droits, il se rua, diodes clignotantes sur l'ennemi.

Le temps que Vegeta lève les yeux, il se mangeait un revers de droite qui fit disparaître un instant la pluie pour faire danser devant ses yeux un pétillement d'étoiles. Non seulement l'autre avait cogné dur, mais il avait un poing en acier, ce flabir ! Vite ! Reprendre ses es…

Wigner avait mis dans son coup toute la force, l'énergie… la brutalité dont il était capable. Cela suffirait-il ? Oui ! Le barbare accusait visiblement le coup. Vite ! Ne pas lui laisser le temps de se reprendre…

Alors que le mouvement de torsion généré par son offensive emportait le leader Heloïte dans son élan, son bras gauche déjà tendu suivit la trajectoire de l'envahisseur projeté latéralement par la force du coup. Trois blast-balls jaillirent aussitôt de son gant armé tandis que Wigner avait commandé l'élargissement de son bouclier. Défaillant face au pouvoir des étrangers, la conception du système le mettrait en revanche à l'abri de son propre feu, aussi corsé soit-il.

Tirés quasi à bout portant, les trois condensés énergétiques atteignirent leur cible comme s'ils n'avaient fait qu'un… puissance trois. Dans un réflexe non maîtrisé, Wigner croisa les bras devant son visage pour le protéger de l'enfer qui percuta son bouclier avec une telle force que le guerrier heloïte se sentit projeté en arrière aussi facilement que s'il n'avait été que poussière sous vent d'orage.

Nim avait retrouvé son barbare, à moins que cela ne soit le contraire ! Le chevelu semblait plus enragé que jamais et la jeune femme devait faire appel à tout son art de l'esquive pour échapper à ses attaques furibardes. Aussi brouillon soit-il dans ses offensives, le flabir n'en était pas moins redoutablement dangereux. La petite brunette savait qu'elle paierait la moindre erreur cash. Plus rapide qu'elle, il était aussi plus vigilant après la manœuvre qui avait failli lui coûter la vie, reprendre le dessus sur ce monstre n'allait pas être facile. Il le fallait pourtant ! Wigner lui avait demandé d'essayer de couper la route à l'adversaire de Waals qu'il avait appelé en renfort si ce dernier ne parvenait pas à s'en débarrasser rapidement. Et cette satanée pluie qui ne faiblissait pas !

Raditz avait en commun avec la jolie Nim de ne pas aimer non plus la pluie. D'ailleurs, il n'aimait pas l'eau en général, il ne comprenait pas ceux qui pouvaient passer des heures à ramollir dans une baignoire ou se complaire à subir l'averse d'une douche. L'eau, ça mouille, c'est soit trop froid, soit trop chaud, tous les produits pour se laver puent, en plus c'est immonde à bouffer et ça pique les yeux… et pour débarrasser ses cheveux de toute la mousse, bonjour ! Pour en plus empester ensuite comme une tarlouze, merci ! Mais pour le moment, pas moyen d'éviter d'être trempé, il l'était même jusqu'à l'os. Pour couronner le tout, cette eau froide qui ruisselait sur la plaie à vif de son moignon lui rappelait un peu trop vivement sa nouvelle infirmité. Cette petite punaise allait bien finir par se fatiguer, vivement qu'il lui mette la main dessus, après tout le mal qu'elle lui aura donné, elle allait comprendre sa douleur, la groondas.

En même temps qu'une détonation dantesque couvrait les battages de l'orage, la fulgurance d'une brève illumination précéda de peu une énorme boule de feu plus haut en altitude. La pluie cessa tout aussi brutalement tandis qu'un souffle chaud vint pulser sur la peau des combattants.

Sur le point de passer à l'action, Waals ne put retenir un sursaut quand retentit le vacarme de l'offensive de Wigner. Sur son écran, les informations défilaient. Son leader avait déclaré faire son possible pour affaiblir le chef des barbares, mais avec un coup pareil, il n'aurait peut-être pas besoin de renfort finalement. L'amorce d'un sourire naquit sur le visage de l'ami de Lidar.

Le vœu pieux de Waals faisait écho aux espoirs de son capitaine.

Les yeux fixés à la fois sur son écran et la fumée épaisse laissée par l'explosion, Wigner comptait bien ne découvrir que du vide.

Merde ! Cette marque thermique…

L'intense brouillard se délitait sous forme de volutes de brume légère, et bientôt une silhouette se dessina. Vegeta n'en revenait pas, ce fils de chienne était là ! Et à voir la surprise de le voir bien vivant, il espérait sans doute l'avoir tué, lui ! Le prince des Saïyans ! Le côté gauche de son visage le cuisait encore sous l'effet du coup reçu, il avait le goût du sang dans la bouche et l'explosion avait endommagé son armure. La force de son ki l'avait certes en grande partie protégé, mais son cuir de Saïyan avait tout de même été éprouvé. En sus de son bras profondément entaillé, il ne comptait pas ses plaies et la morsure des brûlures l'enfiévrait de rage. Il ne payait pourtant pas de mine, ce misérable insecte, avec sa force de combat de lavette… mais force était de constater qu'il savait tirer parti de ses quelques atouts. Les bons guerriers étaient rares, et Vegeta savait les reconnaître quand il en avait un en face de lui. Dommage que celui-ci soit dépendant de ses armes, quelle vulgarité… quelle pitié !

Un voile sombre durcit soudain le regard clair de Waals. Le marqueur rouge près de celui de Wigner tachait toujours la surface de son écran. Un cri furieux retentit dans les cieux et l'Heloïte entendit son barbare grogner. Tenté un instant de se retourner, il concentra son attention sur les animations de sa visière. Nim se ruait à grande vitesse sur leur position.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk