DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

DBM Univers 19

Écriture par Foenidis

Ces guerriers en armure qui participent à côté de Gokû et ses amis, d'où viennent-ils ? Quel est leur passé ?
Découvrez comment technologie et bravoure ont pu constituer le cocktail gagnant de l'atypique univers heloïte, dont le destin aurait plus d'une fois pu basculer du côté tragique.

123456789101112131415161718192021222324
[Chapter Cover]

Le Saïyan fondit sur lui si promptement que Zabon faillit se laisser surprendre, il évita de peu le premier coup dans l'urgence. Vitesse, puissance, technique, Vegeta avait toujours su exploiter aussitôt chacune de ses montées en force de combat, son statut d'élite n'était pas usurpé et il prouvait une fois de plus être encore capable de progresser. Dommage qu'un tel talent soit gâché par un si vil caractère. Tant pis, personne n'est irremplaçable ; comme toujours, le Maître trouverait ce qu'il lui faut pour le servir. Remplacer ces têtes brulées de Saïyans ne sera pas un mal, on ne nourrit pas un chien capable de vous mordre la main, bon débarras !

L'air malmené sifflait sous les coups de Vegeta, invisibles à l'œil nu. Tout le haut du corps du grand étranger bleu semblait flou en raison de la vitesse de ses esquives, mais même si sa posture le plaçait sur la défensive et qu'il reculât petit à petit, Wigner se rendait bien compte qu'il n'était pas en réelle difficulté. En quoi étaient faits ces types pour être aussi rapides ? Rien de vivant ne peut se mouvoir aussi vite ! Ce Vegeta avait déclaré pouvoir les débarrasser de la nouvelle menace, pourtant il ne parvenait pas à toucher son adversaire. Pire, l'entaille faite par l'épée de Dieu entravait à l'évidence ses coups du gauche… moins vif, moins précis que le poing valide ; pour l'Heloïte, la différence était notable malgré sa difficulté à saisir les mouvements des deux combattants avec précision.

Zabon se gaussait intérieurement. Cet imbécile de singe répétait plus ou moins les mêmes enchaînements ; entre ça et leur différence de niveau, le jeu commençait déjà à devenir ennuyeux. Le favori de Freezer ne ripostait néanmoins toujours pas, histoire d'enfoncer le traître sous le poids de son erreur. Se croire suffisamment puissant pour défier l'autorité du Maître, quelle stupidité ! Une arrogance qui méritait une remise des points sur les "i" avant la punition finale. Zabon réfrénait donc son envie de pulvériser l'idiot… et puis, rien de tel qu'une bonne démonstration pour réduire à néant les éventuelles velléités de résistance des Heloïtes. Helior n'était pas convoitée pour ses richesses naturelles, mais technologiques, donc humaines. Moins de dégâts, moins de pertes, plus de profits garantis. La destruction n'est qu'une stratégie parmi d'autres, un moyen à adapter selon les circonstances. C'est toute la différence entre un bête tueur, aussi puissant soit-il, et un bâtisseur d'empire. Là se logeait le génie des Démons du Froid… et le sien, s'autocongratulait Zabon, pas peu fier de sa position privilégiée au plus près du pouvoir suprême.

Le rythme de l'offensive de Vegeta mollissait, Zabon se dit qu'il était temps de mettre fin à la plaisanterie et amorçait un geste, quand l'impact d'un direct jailli de la gauche lui coupa le sifflet ! Les sens en vrac, l'alien fut incapable de parer le coup suivant. Enragé par l'humiliation, il releva la tête, juste à temps pour voir fondre sur lui une pluie d'attaques énergétiques.

Vegeta exultait tout en faisant fuser son pouvoir en alternance de ses deux paumes à un rythme effréné. Ce flabir de Zabon s'était fait avoir comme le dernier des abrutis, et maintenant, il le tenait à sa pogne, sans avoir eu à encaisser le moindre coup pour ça ! Le spectacle du nuage d'explosion autour de la grande silhouette de celui qui aimait tant à le narguer le mettait en joie. Il se doutait que ce ne serait pas suffisant pour abattre un guerrier de la trempe de Zabon, mais là n'était pas le but. Vegeta se délectait par avance de la tête que ferait cet imbécile quand, affaibli et atteint une première fois dans son orgueil, il prendrait dans la tronche le vrai chiffre de sa nouvelle force de combat. Toutes ces années à rabaisser la glorieuse race des Saïyans au rang de vulgaires primates allaient enfin se payer.

Dans le module dont la surface dépassait à peine la dizaine de mètres carrés, Mox ruminait un sentiment complexe de rage et de chagrin mêlés. Depuis que la cellule de survie s'était auto-construite autour d'eux à la vitesse de l'éclair, le commandant du Thetor n'avait pas osé croiser le regard des deux autres survivants. En tant qu'officier en charge du vaisseau, il était le seul responsable du désastre. Cette idée tournait en boucle dans son esprit avec le fracas de l'explosion et les dernières images de la salle de commandement. Il aurait voulu pouvoir démolir quelque chose à coups de poings, à coups de tête, mordre quelqu'un à pleines dents, il se retenait de hurler, de pleurer, les crampes dans ses épaules et ses mâchoires, le nœud dans sa gorge se faisaient de plus en plus douloureux, tout comme la sensation d'être encore là… il aurait préféré mourir avec ses hommes. Le cœur de Mox battait trop fort pour un homme d'apparence aussi calme, mais il était résolu à rester digne en présence de ses deux navigateurs appliqués à scruter les écrans déployés autour d'eux dans un silence perturbé par les marqueurs sonores du matériel. L'un d'eux était très jeune et n'avait pas retenu ses larmes, il avait même abondamment pleuré et l'autre reniflait trop bruyamment pour cacher sa peine, ses mains avaient tremblé de longues minutes après le drame, mais Mox ne leur avait fait aucun reproche. Ces larmes étaient aussi les siennes, elles étaient humaines.

Une voix à la douceur inhabituelle dans un poste militaire brisa la communion silencieuse.

— Commandant, tout sera prêt M-2.

Un mouvement de lèvres convulsif anima brièvement le visage de Mox, il n'avait pas obtenu l'autorisation espérée, mais ferait bon usage des moyens à sa disposition, foi de Mox !

L'enfer de feu généré par les attaques de Vegeta finit par toucher le sol. Le Saïyan continua quelques instants son pilonnage, puis cessa, curieux de voir le résultat de sa petite plaisanterie. Inutile de gaspiller son énergie, le ki de Zabon s'était stabilisé, il savait qu'il n'avait pas les moyens de l'atteindre davantage sans entamer sérieusement ses réserves, surtout à son niveau actuel. L'idée lui vint qu'il pourrait peut-être essayer de le moduler brièvement pour disposer de plus de puissance de feu sans alerter son adversaire… intéressante piste à creuser dès qu'il pourrait s'entraîner au calme. Décidément, les découvertes faites grâce au voyage de Raditz sur le bout de caillou de son frère se révélaient toujours plus géniales !

Les incandescences n'avaient pas encore laissé place à la fumée qu'un missile percutait l'arrogant prince en pleine face !

La cape en lambeaux et sa jolie peau marquée, éraillée, la lèvre ouverte, le grand Zabon avait perdu toute trace de la retenue dont il aimait à faire étalage pour marque de sa supériorité. Cet étron à queue allait comprendre sa douleur !

Le ciel Heloïte vibrait sous des impacts de coups d'une puissance phénoménale, et bien vite, Wigner constata que Vegeta ne les avait pas baratiné, finalement il tenait bien tête à son impressionnant adversaire. Comment tirer parti de la situation ? La vélocité des combattants ne permettait pas de tenter d'atteindre la cible sans être certain de ne pas toucher leur allié improvisé… Détourner l'attention de l'autre pourrait lui permettre de prendre un avantage décisif, les éliminer tous les deux règlerait toute forme de danger immédiat, même si c'était perdre une précieuse source d'informations. Par contre blesser le leader barbare, surtout légèrement, était aussi l'assurance de le voir se retourner à nouveau contre eux. Dilemme et carbone à cornes ! pensa le capitaine Ultra.

Si Zabon avait réussi à toucher Vegeta, la marque douloureuse des attaques encaissées venait s'ajouter au sentiment d'exaltation guerrière de ce dernier comme autant de coups boost. Une puissance jouissive, à peine gâchée par les plaintes de son bras gauche à chaque sollicitation un peu musclée, seule ombre au tableau de cette belle journée.

La dernière explosion tout juste esquivée, un nouveau coup de pied coupa le souffle de Zabon. Incroyable ! Cette saloperie de singe prenait le dessus ! Jamais il ne l'aurait cru capable d'un tel exploit !

Le grand frimeur crachait ses tripes, Vegeta jugea que le moment était venu de lui montrer à quoi ressemble un super Saïyan !

Un rugissement rauque accompagna l'aura qui agita soudain l'air autour du prince, tandis qu'une tempête surgie du néant gronda tel un avertissement divin. Stupéfait de voir les chiffres de son scouter continuer à monter, Zabon restait pétrifié devant la démonstration du rebelle. Cette petite punaise n'avait pas déployé toute sa force de combat, il avait réussi à en dissimuler une partie malgré le niveau de ses répliques ! L'alien loucha sur la queue simiesque. Si cette raclure prenait idée de se transformer, jamais il ne pourrait lutter contre cette force là puissance dix… il ne lui laissait pas le choix, quelle honte !

Le visage auréolé d'exaltation meurtrière, Vegeta chargeait sa main droite de pouvoir quand Zabon l'interpella.

— Attends !

Avec la condescendance du rapace pour le moustique, le prince lui accorda le délai quémandé.

Les deux envahisseurs marquaient une pause à distance l'un de l'autre, c'était le moment ou jamais !

Dans un jaillissement d'étincelles, Wigner resté jusqu'à présent à bonne distance des deux combattants, se rua vers le plus grand, bras droit tendu prêt à faire feu…

Le capitaine heloïte n'entendit pas le cri rageur pourtant jailli avec force. Le poing géant d'une vague d'énergie venait de le ramasser à une vitesse hallucinante, le projetant dans les profondeurs du tas de débris au sol dans une gerbe d'acier et de carbone.

La lumière de l'épée de Dieu fusa des gants de Waals, qui avait pris soin lui aussi de rester à distance prudente à l'opposé de son leader, dans le dos de Vegeta. Les ordres étaient d'essayer de garder la situation sous contrôle sans le tuer, mais il ne pouvait laisser l'agression de son capitaine impunie !

Un juron fusa, à peine retenu, entre les lèvres de l'Ultra. L'agaçant groondas avec les tifs dressés sur la tête le regardait du coin de l'œil. Un petit sourire en coin explicite illuminait même sa tronche de cake alors que de l'énergie irradiait de la main qu'il venait d'utiliser pour shooter Wigner. Waals avait pourtant espéré se faire oublier, et puis l'autre l'avait cru hors circuit, avait-il pu deviner qu'il pourrait récupérer le jet pack de Nim ? Putain ! Privé de l'effet de surprise, il savait le duel perdu d'avance. Les lames laser s'éteignirent.

— Je n'ai pas tué ton copain, et celui-là est à moi ! siffla le barbare à son intention tout en désignant l'autre alien. As-tu bien compris ? ajouta-t-il sur un ton dont l'arrogance monta aux narines de Waals.

Sans se démonter, l'Heloïte pointa un doigt menaçant sur le péteux en gants blancs en grondant :

— Dépêche-toi de buter ta demoiselle avant que je m'en mêle !

Puis il tourna ostensiblement le dos au flabir pour filer sans attendre vers le point d'impact de la chute de son capitaine.

Zabon avait le sourire.

— Des petits problèmes d'entente avec tes nouveaux camarades ? se gaussa-t-il en essuyant le sang sur son menton d'un geste délicat.

— Rien qui ne soit réglé rapidement. Tu sais ce que c'est, quand on annexe une nouvelle planète, il y en a toujours qui ont du mal à comprendre le mot défaite. Mais tu n'es pas de ceux-là, n'est-ce pas ? minauda Vegeta.

— Parce que tu crois m'avoir battu ? rétorqua le grand bleu avec une grimace carnassière. Tu perçois l'énergie de la force de combat, n'est-ce pas ? demanda-t-il ensuite avant d'ajouter sans attendre la réponse, le regard luisant d'excitation : Alors, regarde bien !

Les poings crispés, Zabon se courba sur lui-même. Tandis qu'il se mit à hurler, l'énergie bouillonna dans l'aura apparue autour de lui. Sa voix monta dans les décibels quand il se redressa lentement pour offrir à la vue de tous, une des plus horribles métamorphoses qui soit. Le guerrier à l'élégance racée doubla progressivement de volume pour faire place à une hideuse créature à peau de crapaud. La gueule démesurée de la bête s'ouvrit sur d'impressionnantes rangées de dents aigües.

— Réjouis-toi Vegeta, tu vas mourir avant d'avoir pu te vanter de m'avoir obligé à faire ça !

Tétanisé par la surprise autant que par la nouvelle puissance qui émanait du monstre qu'était devenu son adversaire, Vegeta ne pipa mot.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語EspañolItaliano中文DeutschPortuguêsPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoRomâniaРусскийNorskCatalàLietuviškaiCroatianEuskeraSuomeksiKorean
SvenskaБългарскиΕλληνικάעִבְרִיתEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDansk