DB Multiverse

News Lire DBM Minicomic Fanarts Les auteurs FAQ Flux Rss Bonus Événements Promos Partenaires Aide tournoi Aide univers
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Hanasia, Reine des Saiyans

Écriture par Salagir

Cette histoire se passe sur la planète des Saiyans, il y a 1000 ans, bien avant que ceux-ci ne soient les videurs de planètes qui ont fait trembler la galaxie à l'époque du Roi Vegeta...
Si vous vous demandiez comment vivaient ces êtres si puissants en communauté, si vous vouliez savoir quels furent les destins des Guerriers Millénaires d'avant Broly, si les aventures d'une combattante forcenée et émotive dans un monde de brutes vous tentent, entrez dans le monde de la Saga d'Hanasia.


Partie 1 :123
Partie 2 :4567891011121314151617
Partie 3 :18192021222324252627282930313233343536373839404142
[Chapter Cover]
Partie 3, Chapitre 35.

Attention ! Les illustrations de ce chapitre contiennent des nus sans tabous. Si vous préférez ne pas voir de telles images, cliquez ici pour les cacher :

 

Quand la Reine détruit l'envahisseur

 

Un souffle d'air concentré écrasa la base de la queue d'Hanasia. Puis le tranchant de la main frappa avec une énorme puissance.

La douleur remonta dans tout le corps de la reine. La douleur du coup, pas de la coupure. Car elle avait réussi. Contractant tous ses muscles au maximum, elle s'était renforcée suffisamment.

Le général Chatterton regarda sidéré sa main endolorie posée sur la queue non tranchée.

 

Il prépara un deuxième coup, mais cette fois, Hanasia avait le temps de réagir. Et la queue jaune s'éloigna alors que tout le reste du corps s'approcha. De son coude, elle écrasa le général dans le sol et l'y enterra.

Voyant que le Démon du Froid en était encore à se relever et à essayer de comprendre l'action, elle cracha une grande boule de feu très concentrée sur le trou du général. Le sol trembla et se fissura, mais les dégâts restèrent locaux.

Maintenant, Hanasia avait l'avantage. C'était sûr. L'autre était mort ou pas loin, et elle était supérieure, dans cette double transformation, au Démon du Froid.

D'ailleurs pourquoi n'attaquait-il pas ?

 

Ice Kurima était courbé. Il regardait le sol. Et il se concentrait. De son corps s'échappait de plus en plus d'énergie. Et ses muscles grossirent.

— Oh non ! C'est encore une transformation ! se rendit compte Hanasia. Elle s'envola vers l’ennemi. En un instant, elle fut sur lui et lui envoya un coup de poing pendant qu'il était concentré. Le coup explosa le sol et des morceaux de pierre volèrent de partout. Mais elle comprit, au toucher, qu'elle n'avait pas écrasé son corps comme prévu. De ses deux mains, il avait stoppé son poing.

Ice s'envola à une vitesse surprenante. Il ne s'était pas transformé, il était le même, mais ses muscles étaient beaucoup plus gros. Il n'était plus un lézard brillant et mince, mais un lézard brillant baraqué. Et surtout, il était entouré d'une aura sphérique qui montrait qu'il était au top de son pouvoir.

Hanasia voulut le faucher en vol, mais il évita promptement le coup. Il la contourna et se lança dans une attaque pareille à la charge d’un taureau. Sa tête donna un coup douloureux sur le côté et il faillit lui briser une côte. Mais ce n'était pas fini. Il lui tourna encore autour et la frappa ailleurs. Puis encore et encore, si vite qu'elle n'arrivait pas à suivre, et à chaque fois il frappait beaucoup plus fort qu'au début de son combat.

 

Il termina sur une grosse boule d’énergie qu'elle ne put éviter. Hanasia tomba à terre. Elle n'avait pas imaginé un instant que son adversaire n'était pas à fond.

Mais il ne fallait surtout pas en rester là. Elle se leva de nouveau et fit face au démon. Ce dernier était couvert de blessures, sûrement pour la première fois de sa vie, mais manifestement ce combat lui plaisait. Il était maintenant souriant, sûr de sa victoire. Sa puissance pure était manifestement supérieure...

Au loin derrière lui, Hanasia vit alors plein de points étranges. Elle comprit en écoutant le flux des énergies que c'était un grand groupe de Saiyans, tous volant sur un même plan, et très éloignés les uns des autres. Une formation très étrange, d'autant qu'ils restaient sur place. Comptaient-ils faire ce qu'elle pensait ?

Elle sentit aussi Mahissu à leur tête. Ils ne faisaient rien. Ils attendaient et elle comprit pourquoi : elle était trop grande.

Il fallait leur dire. Mais comment ? Elle chercha à s'approcher de l'esprit de Mahissu. Malgré la baisse de discernement qui arrive avec la transformation en oozaru, elle avait pour compenser la précision nouvelle de sa transformation en super saiyanne. Très vite, elle le perçut parfaitement. Elle était dans sa tête.

Mahissu... Mahissu !

— Hanas... Ma reine ? répondit tout haut Mahissu.

— Tirez, tirez donc ! Je ne crains rien !!! cria-t-elle en pensée.

 

— Chiin-Lee Sapindaceae Rosids, dit un officier en entrant. Je suis chargé de l'armée et j'ai pour pouvoir de faire entrer nos vaisseaux dans le combat si je le juge nécessaire.

— Je sais, répondit Chiin-Lee. Mais n'en faites rien.

— La Super Saiyanne est un soldat d'exception, mais elle vient d'être dépassée et n'a plus de moyen de prendre la main. Nous ne pouvons risquer de la perdre. Il faut tirer, cela le déconcentrera au mieux.

— Vous ne vous rendez pas compte, que vos tirs ne créeront que de la fumée. Leurs deux niveaux sont bien au-dessus de nos armées. Par contre, nous avons en ce moment un groupe de Saiyans qui peuvent égaler plusieurs de vos salves de façon bien concentrée.

— Ils ne tireront pas sur leur reine. Même ces barbares ont le sens de...

 

— Regardez les lunes ! cria Mahissu. Lui, faisait face au mur des tireurs, dos au champ de bataille et n'en fit pas de même.

Les Saiyans tous éloignés les uns des autres, grandirent, et ceci fait, ils se retrouvèrent tous côte à côte, les pieds des uns touchant les épaules des autres, formant comme une pyramide d'acrobates, sauf qu'ils ne faisaient pas les équilibristes, ils volaient, tout simplement. Un immense mur marron sembla apparaître subitement.

— Tirez ! Tirez ! La Reine nous le demande !

Et il n'y eut pas d'hésitation. Peut-être le petit sentiment qu'ils mettraient leur reine en danger fut-il éliminé par la montée d'adrénaline de la transformation en singe géant. Une centaine de gueules s'ouvrirent grand, et lancèrent des centaines de mégatonnes de destruction pure vers le champ de bataille.

Ice Kurima vit ces boules de feu arriver vers lui. Elle n'allaient pas tout droit, non, elle se dirigeaient toutes sur lui, selon des trajectoires courbes. Il eut peur, puis il rit. Il rit intensément. Car derrière lui, il y avait son adversaire géante. Le Super Machin allait tout prendre. Il se retourna pour lui rire au visage, mais il ne la trouva pas. Ne sachant pas sentir les énergies, il dut la chercher du regard. C'était aberrant. Une masse pareille ne disparaissait pas comme ça...!!

Une lumière sous lui attira son regard. Et une main lui attrapa la cheville. Il se rappela de ce corps humanoïde qu'il combattait avant qu'elle devienne géante. La différence était qu'elle était maintenant toute rose, et qu'elle n'avait plus sa queue marron. Elle se l'était arrachée.

Dû à une curiosité idiote, et même pas motivée par des motifs pervers car les Démons ne s'intéressent pas au sexe, il voulut voir comment son adversaire était sans vêtements. Et au lieu de contre-attaquer, il perdit un instant à regarder.

Hanasia l'entraîna avec force et son aura explosa de puissance. Elle l’emporta dans son mouvement, au point qu'elle arriva à le faire tournoyer autour d'elle. Et les boules de feu d'oozaru plongèrent sur eux.

 

C'est là que Péronipé, et son chef Chili, perdirent la vie. Les boules de feu formaient un mur assez lent mais énorme, et ils s'en prirent une. Puis, tandis qu'ils tombaient au gré de la gravité, ils s'écrasèrent contre deux autres boules de feu d'une deuxième salve.

Les tireurs dépensaient toute leur énergie sans compter. Et ils crachaient et crachaient encore.

Hanasia se jeta sur les attaques et envoya dans la mesure de ses moyens son adversaire sur chaque boule de feu à portée. Elle l'écrasa comme si elle tenait une batte de baseball tournoyante et frappait chaque boule de feu comme une balle à renvoyer. Ice Kurima essuya quatre attaques de plein fouet, puis se mit les bras sur le visage, avant d’être écrasé contre encore deux autres. Alors il se mit à donner des coups de pieds et de queue, mais il ne touchait que l’extrémité du bras qui le tenait.

Hanasia continua à se déplacer avec une terrifiante précision pour éviter les boules, les raser, et les frapper de son "gourdin".

Ice explosa son aura et la neuvième boule de feu glissa sur lui. Déséquilibrée, Hanasia essuya aussi une boule d'énergie, mais elle ne le lâcha pas et continua. Elle réussit à écraser sur son aura, donc à l'affaiblir, encore de nombreuses attaques, avant de finir par lâcher. Il reprit immédiatement son vol, en glissant encore sur des boules d’énergie.

Les deux adversaires passèrent la minute suivante à éviter les rafales qui continuèrent jusqu’à ce que les tireurs s’essouflent.

Au loin, dans la mer, des centaines d'explosions produisirent des raz-de-marée impressionnants.

 

Ice Kurima, comme Hanasia, était à bout de souffle.

— Tu es finie, grinça le démon entre ses dents.

— Tu n'as plus une once d'énergie, répondit la reine. J'ai gagné. Et elle plaça ses deux mains sur son côté, pliant légèrement les doigts dirigés vers le bas, les paumes du même côté. Elle se dit que cette position était intéressante pour charger son énergie.

Pour la dernière fois, avec ses ultimes ressources, Hanasia concentra son pouvoir dans ses mains. Une boule d'énergie puissante y naissait sous le regard apeuré de Ice.

— Impertinente ! cria-t-il, tendant son doigt en l'air et y créant une attaque énergétique. Mais ce simple geste lui fit mal. Il comprit sans le montrer qu'il avait été à fond trop longtemps et avait essuyé trop d'attaques. Utiliser 100% de sa puissance l’avait épuisé.

Alors que la transformation en super saiyan donnait un regain d’énergie beaucoup plus stable et permanent. Hanasia n’avait pas pu suivre le niveau maximum de son adversaire, mais là elle avait l’avantage de l’endurance. Et puis il fallait être clair : ce démon à la vie facile n’avait jamais dû faire d’efforts aussi longtemps de toute sa vie.

— Moi, un démon, je ne perdrai pas contre ce singe nu !

— Tu es aussi nu, fit Hanasia dans un sourire, et elle pointa ses deux mains vers l'avant, gardant leur même position. Canon Garik !!!

Le démon envoya son bras vers l'avant, et sa boule d'énergie électrifiée réceptionna l'attaque, mais le tir d'Hanasia la traversa, et s'écrasa sur le corps de Ice. Hanasia augmenta alors son pouvoir, y mit tout ce qu'elle avait, et le torrent d'énergie traversa le torse de Kurima.

 

Un râle étrange et métallique, un bruit que nul n'imaginait pouvoir entendre de la bouche d'un être organique, accompagna la chute du démon, qui s'écrasa au sol.

Hanasia s’approcha et se posa, éreintée.

— Être... inférieur... fit le démon aux muscles explosés, au ventre déchiré, et aux yeux exorbités. Tu... n'as nul droit...

— Tu es vivant... mais c'est impossible ! Je vais te finir à coups de pied dans la tête jusqu'à ce que cesse ce grincement immonde qui sort de ta gorge !

Ice cracha subitement un sang violet et, semblant se rendre compte que la fin approchait, une lueur terrible brilla dans ses yeux. La peur de la mort.

— Épargne... moi...

— Pardon ?

— Épargne-moi... S'il te plaît...

Hanasia regarda le visage suppliant et mourant de son adversaire. Malgré la différence de forme et de structure qui séparait les deux êtres, elle voyait qu'il avait vraiment peur de mourir, et sentit son désarroi. Ça lui fit une boule, quelque part au fond de son ventre. C'était la pitié qui l'attaquait, ce sentiment trop rarement ressenti, théoriquement présent chez toutes les formes de vie... mais absent de la génération actuelle des Démons du Froid, inexistant chez les espèces animales peu évoluées, oublié dans quelques espèces pensantes par-ci par-là dans la galaxie, mais pas forcément belliqueuses, et non observé chez les Saiyans, bien sûr.

Hanasia, et un certain Son Gokû, furent et seront les seuls Saiyans à éprouver ce sentiment naturellement.

Elle se rendit compte que même un monstre qui déchaînait des armées sur un peuple innocent, et était responsable aujourd'hui de plusieurs milliers de morts pouvait inspirer la pitié.

Hanasia leva alors son pied et lui frappa le crâne des dizaines de fois, pendant deux minutes entières, jusqu'à ce qu'il ne produise plus le moindre son.

 

Les cheveux de la reine repassèrent au noir, et elle fit quelques pas avant de se laisser tomber sur une butte. Ce siège improvisé était le résultat d'un des nombreux cratères qui jonchaient le terrain. D'autres se seraient assis sur un bras ou un doigt d'oozaru allongé, mais elle ne préféra pas.

Au loin, la troupe des tireurs transformés volait vers le champ de bataille en criant des bravos.

Elle souriait car elle avait gagné son combat (même si quelques éléments extérieurs en faisaient un duel un peu biaisé), mais ses yeux exprimaient aussi une immense mélancolie face à la réalité de ses nombreux camarades décédés.

Le général Chatterton, lui, n'allait pas céder à la mélancolie.

Il était remonté de son trou en utilisant ses pieds et ses mains. Ses côtes cassées et son corps entièrement endolori, dû au simple coup de coude de la singe dorée, lui rappelaient le monde de différence qu'il y avait entre lui, le plus puissant guerrier de la cour, et les Démons du Froid ainsi que le seul être capable de leur tenir tête.

Cet être, qui était fatigué. Sûrement beaucoup plus que lui, Chatterton. Il monta sur le corps d'un singe, en cachant son énergie, et chercha des yeux, son appareil d'écoute et de scan étant brisé, la singe géante. Nulle trace. Mais le général n'était pas un imbécile.

Outre le groupe de singes qui fonçait vers eux, et les fuyards qui revenaient vers le centre du combat, un seul Saiyan était au repos, et ce, juste à côté du corps de Kurima. Comme il s'en était douté, ce guerrier avait donc bien réussi à le tuer. Déjà la moitié des princes étaient tombés sous son poing !?

Le général avait encore beaucoup d'énergie. Il plaça ses deux mains devant lui, et visa la personne à éliminer. Il se concentra et utilisa une technique extrêmement rare de modification de l'énergie pour se charger à pleine puissance. En un instant, il avait de quoi tirer une boule de feu, qui détruirait ce Super Saiyan, et tuerait tous les survivants autour. Dans quelques instants, cet endroit serait le lit d'une nouvelle mer.

Mais sa cible avait disparu.

Il comprit qu'elle était derrière lui. Il entendit le petit son du vent jaune qui entourait le guerrier. Il sentit la paume du Saiyan se poser sur l'arrière de son armure. Il se tétanisa un instant, et, sans même avoir pu tirer son attaque, ou dit un mot, il fut transpercé par Hanasia.

Chatterton tomba dans un tapis de poils marron, qu'il éclaircit de son sang vermeil. Il ne fut pas surpris, ni déçu. Il était le général Chatterton et il savait qu'il mourrait au combat. De la main du guerrier le plus puissant de l'univers, il n'avait vraiment pas à se plaindre.

 

— Mademoiselle Chiin-Lee Litchi Chinensis Sapindaceae Rosids. Je suis aujourd'hui chargé de vous dire que vous montez en grade.

Tchin sourit.

— Le succès de cette bataille, les enseignements que nous en avons tirés, la mort d'un deuxième de ces démons, et bien d'autres éléments, vous reviennent en partie. En grande partie. Vous avez honoré le rôle de coordinatrice en chef des armements liés à la Super Saiyan Hanasia, ainsi que de celui de correspondante privée de cette dernière, ajoutés à votre place de sous-chef du département des affaires du Guerrier Millénaire. Ce dernier est transformé en département des guerres saiyannes dans le programme contre les envahisseurs et l'empire des Démons du Froid.

Le département des guerres vous est retiré. Néanmoins vous restez consultante et devrez répondre à toute demande si elle traite de cette période. Vos autres responsabilités sont aussi levées, pour vous donner, à votre demande, le rôle de contact principal et décideur en chef, des affaires royales saiyannes, par le biais des Saiyans suivants : la Reine et le conseiller. Vous êtes également directrice du budget, et coordinatrice de l'ensemble des opérations militaires, que ce soit pour l'invasion en cours, ou pas, à partir du moment où cela touche les Saiyans. Vous aurez selon le degré, entre 1 et 19 voix sur le sujet. Enfin, vous recevez le grade de sur-adjudant général de degré 2.

— Je suis donc votre supérieure maintenant.

— Tout à fait exact, sauf lorsque nous sommes en mer.

— Évidemment.

— Quelle sera votre première action, Général ?

— Je vais aller en personne à la capitale Royale Saiyanne.

Elle quitta la pièce sous l'air ébahi de son interlocuteur.

 

Les singes géants s'étaient retransformés en Saiyans nus et morts sur le sol. Dans le ciel, de faibles restes de lunes brillaient légèrement, mais même les Saiyans vivants et avec une queue n'y étaient plus sensibles. La capitale n'était qu'un amas de pierres et de cratères, comme l'ensemble de la région. Mais la pierre, ça n'a aucune importance.

Si aucun Saiyan n'éprouvait de forte émotion à la mort de ses comparses, ils se trouvaient quand même à présent devant un cas totalement nouveau, qui les choquait fortement. Des centaines et des centaines de morts. Le même jour. Des familles entières dévastées. D'autres, laissant au choix un enfant orphelin, ou un vieillard sans descendance. Dans le massacre général, la compétence et l'âge avaient eu au final bien peu d'influence sur la survie.

Certains avaient déjà lancé les corps de leurs amis, et les avaient détruits d'une ou deux boules de feu, avec l’aide d’autres vivants. Mais Hanasia leur demanda d'arrêter.

— Il y a trop de morts et nous ne sommes pas assez de vivants pour les honorer. Que les Saiyans des autres villages viennent, nous ferons les funérailles de tout le monde à la fois dans une journée.

Hanasia se balada entre les corps. Elle avait vu celui-là dans le palais. Et tiens... Nizouki. Au moins ce vieillard sadique ne lui jouerait plus le moindre tour... Mais cette pensée ne la soulagea pas. Et lui... lui disait quelque chose. Et... une autre personne de son village. L'émotion la submergeait. Mais elle voulait se retenir de pleurer devant ses sujets, qui étaient de plus en plus nombreux autour d’elle. Et Hanasia arriva enfin à Cétinia, qui arborait dans la mort un sourire d'ange. Dans le haut de son ventre, un petit trou profond était la cause de sa mort. Ce petit trou, c'était Hanasia tout entière qui l'avait créé. À cette pensée, elle se sentit coupable, puis rageuse. En grinçant les dents et s'énervant, elle sentit comme des étincelles électriques la parcourir, et se demanda si elle n'allait pas se transformer en Super Saiyanne sans le vouloir.

Puis elle vit les corps de différents envahisseurs, et s'assura de leur mort.

Mahissu, devenu le nouveau conseiller de la Reine, s'approcha d'elle. Il tiqua d'abord car lui et elle, comme la plupart des Saiyans présents, étaient totalement nus. Les Saiyans n’étaient pas très pudiques et plutôt habitués à ce genre de situation, généralement suite à une nuit de pleine lune, mais entre eux deux, c’était un peu différent.

Il tiqua à nouveau car elle était couverte de blessures et n'avait plus de queue de singe, mais ne semblait pas en souffrir. Lui, comme beaucoup d'autres, l’avait toujours parce qu’il s'était détransformé lorsque les boules dans le ciel avaient baissé d'intensité.

Mahissu voulait féliciter la reine. Il voulait aussi lui dire un mot rassurant, car il voyait qu'elle était fortement touchée. Il voulait lui signifier plein de choses, comme qu'il l'aimait, qu'il était fier qu'elle soit reine, qu'il l'admirait, qu'il l'aimait, qu'il trouvait que même recouverte de sang, sans queue de singe, les cheveux brûlés et en bataille, et les yeux rouges, il la trouvait la plus belle des Saiyannes, qu'elle avait une force formidable, et qu'il l'aimait.

— Je vais en avoir, une histoire incroyable à raconter, lui dit-il.

Puis il se frappa la tête de son poing, assez fort pour se casser la mâchoire. Hanasia ne le remarqua pas, car il ne le fit qu'en pensée.

Hanasia tourna la tête vers lui.

— Mach... Mahissa.

— Mahissu, murmura tout bas et avec confusion, le Saiyan avec qui elle avait déjà couché plusieurs fois.

— Mahissu, je veux qu'aucun des noms des guerriers morts ici ne t'échappe. Cette histoire doit être complète. Tiens, elle pourrait même être écrite, ou je ne sais quoi. Mais chacun ici est un héros. Ce que les Tsufuls appellent bataille, ce n'est rien de plus qu'une suite de milliers de duels, ou de bagarres à plusieurs. C'est grand parce qu'il y en a beaucoup. Il faut que tu les racontes toutes, et que tu te rappelles de toutes.

— Mais... fit le conteur en regardant autour de lui, le nombre sans fin de personnes concernées lui donnant le vertige. Il y en a tant...

— Viens par là, dit Hanasia sans tenir compte de sa remarque, et ponctuant son ordre d'un attrapage de bras qui l'obligea à la suivre de toute façon. Celle-là, c'est Cétinia, c'est mon amie. Elle était très forte. Elle a tué de nombreux envahisseurs, mais la bataille était si confuse, et si terrible, qu'elle a été tuée par sa propre reine. J'ai été attaquée, Mahissu, par une force que je n'ai jamais connue. L'envahisseur qui m'a fait ça était terrible. J'ai tué mon amie. Je peux te dire qu'il est mort. Oh oui bien mort et lentement. J'ai retrouvé des morceaux de lui sur le champ de bataille. J'ai pissé dessus. Mais si d'autres gens viennent, ils auront peut-être aussi son pouvoir. Plus jamais cela ne doit arriver tu comprends ? Nous les Saiyans n'avons pas à essuyer les attaques des envahisseurs qui brouillent l'esprit, et de ceux qui tuent nos frères et sœurs par dizaines à la minute.

Le conteur suivait mal les pensées de sa reine.

— Alors je vais aller dans le ciel, là où il y a leur pays à eux, et je vais les envahir, moi. Je vais les trouver, et tous les dégommer. Tous ces Démons du Froid. Ils sont pas nombreux du tout. Je vais tous me les faire.

Les nouveaux Saiyans arrivés avaient apporté de la nourriture et Hanasia se restaura et s’habilla. Plusieurs heures étaient passées depuis son combat et elle ne se sentait plus fatiguée, alors qu'en réalité, elle était encore épuisée. Elle s'éleva de quelques décimètres.

— Demande aux Tsufuls de construire un village pour tous les gens qui sont là, et un truc qui permet de parler aux foules, pour organiser les funérailles groupées. Vous pouvez le faire sans moi, quand je reviendrai, tout sera réglé.

Et elle partit vers le ciel.

Vos commentaires sur cette page :

Chargement des commentaires...
[fr]
EnglishFrançais日本語中文EspañolItalianoPortuguêsDeutschPolskiNederlandsParodie SalagirTurc
Português BrasileiroMagyarGalegoCatalàNorskРусскийRomâniaCroatianEuskeraLietuviškaiKoreanБългарски
עִבְרִיתSvenskaΕλληνικάSuomeksiEspañol Latinoاللغة العربيةFilipinoLatineDanskCorsu